samedi 31 mars 2012

Réélection de Sarko ? Il y a des signes qui ne trompent pas !


Il y a deux mois environ, on nous promettait la défaite de Sarkozy. Toute la Socialie le proclamait à qui voulait entendre: Il ne repassera pas, Sarkopipo, bilan nul et catastrophique. La gauchosphère l'assurait: Sarko, t'es foutu. Chacun y allait de sa belle plume; des plumes trempées dans l'acide d'un antisarkozysme primaire pavlovien.

Les degauches ont mis du cœur à l'ouvrage, bien aidés en cela par les médias, pour orchestrer une entreprise systématique de démolition ( et de désinformation ) à l'encontre de Sarkozy. Les réseaux sociaux s'y sont mis; c'est vrai, à gauche, ils ont toujours eu une longueur d'avance à ce niveau là. Les degauches saturaient twitter, les hashtags fleurissaient; du plus rigolo au plus débile: #sarkopipo, #sarkotesfoutu, #sarkovoyou, #sarkothon, #sarkocon etc...

C'était même gravé dans le marbre des analyses sondagières à ingurgiter de force sur tous les écrans: Au premier tour, Sarko largement battu. On a vu du 35% Hollande vs 23% pour Sarkozy. Au deuxième tour, la calotte, on a lu du 60/40. L'avoinée assurée, Sarko, t'es foutu le peuple (de gauche) aura ta peau...

A en croire tout cela, l'homme politique était mort !

Et puis, petit à petit... Les choses ont changé. Sarkozy est entré en campagne et il l'avait promis, ça dépoterait. Promesse tenue, ça dépote et ça décoiffe. La droite que l'on disait divisée est rassemblée, seul Villepin a préféré s'évaporer plutôt que de mettre un mouchoir sur sa haine pour Sarko. Les discours se succèdent, le ton change. Délivré de son habit de Président, Sarko se révèle un redoutable candidat. Il parle et défend un bilan qui est bien loin d'être aussi indéfendable que se plait à le croire la gauche.

Il y eut un frémissement, puis un changement de tendance, les sondages ne dégueulaient plus les mêmes salades. Les courbes se sont croisées. Sarko en tête au premier tour... Bayrou à la ramasse, La Meluche dans le vent, Hollande et La Marine pris dans le pot au noir d'une campagne démarrée bien trop tôt. Les réseaux sociaux sont pris d'assaut par les Sarkozystes. Je me sens nettement moins seul sur twitter. Les degauches ont perdu le monopole d'occupation du net. On se le partage, on se le dispute. On l'occupe chacun à sa manière.

Il se dit aujourd'hui que Sarko pourrait l'emporter même au second tour. J'ai même lu des degauches parler d'une cohabitation future. Sarko était battu, aujourd'hui des degauches le voient gagner et une cohabitation se mettre en place après les législatives, c'est nouveau ça, un autre signe

Je le reconnais, j'ai parfois eu des doutes; aujourd'hui, je n'en ai quasiment plus. Sarkozy gagnera le 6 mai prochain. Il y a des signes qui ne trompent pas: l'évolution du discours des degauches est un de ces signes.

Folie passagère 1105.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Europe, ton soleil revient