lundi 24 juin 2013

Montebourg est un idiot... mais un idiot réaliste


Montebourg est-il idiot ou simplement réaliste lorsqu'il déclare: " M. Barroso est le carburant du Front national. Voilà la vérité.(...) Je crois que la principale cause de la montée du Front national est liée à la façon dont l'UE exerce aujourd'hui une pression considérable sur des gouvernements démocratiquement élus.(...) Finalement, l'Union européenne ne bouge pas, elle est immobile, paralytique. Elle ne répond à aucune des aspirations populaires (en Europe), sur le terrain industriel, sur le terrain économique, sur le terrain budgétaire, et finalement, ça donne raison à tous les partis souverainistes, j'allais dire anti-européens, de l'UE. "
 
Et bien, je crois qu'il est en fait totalement idiot
 
Idiot parce qu'il est tout de même savoureux d'entendre l'un des ministres de la République tirer à boulets rouges contre son camp; le PS, comme l'UMP, ne sont-ils pas de fervents défenseurs de la cause européenne ? Idiot parce que si il y a un truc qui n'est pas paralytique et immobile c'est bien la commission européenne qui, fidèle au rôle qu'on lui a donné à jouer depuis des années, ne perd jamais une occasion de prendre le pas sur les gouvernements nationaux. Idiot parce que Montebourg semble oublier, il a tant à faire, que historiquement et encore aujourd'hui, le carburant qui a permis au FN d'être ce qu'il est, c'est Mitterrand et la Socialie qui lui ont fourni. Idiot parce que prétendre que l'Union exerce de terribles pressions sur les gouvernements démocratiquement élus, c'est oublier que ce sont ces mêmes gouvernements qui font l'Union chaque jour. Idiot toujours lorsqu'il dit que l'Union ne répond à aucune des aspirations populaires, comment expliquer dès lors que tous les pays européens, voire d'autres qui ne le sont pas, se bousculent au portillon pour entrer dans l'Union.

Montebourg est donc bien un idiot mais un idiot un tantinet réaliste: Cette Europe, faite de Bric et de blocs totalement hétérogènes, imposant chaque jour de nouvelles normes et règlements, n'en finit pas d'asticoter les peuples dans ce qui leur tient à cœur: leur indépendance. Dès lors que celle-ci est menacée - et elle est menacée - il est naturel, logique que certains se tournent vers ceux qui depuis le début crient " au fou ! "

Folie passagère 1768
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


5 commentaires:

  1. Je crois, mon cher Corto, qu'un vent de panique souffle sur la classe politique qui se pensait "de gouvernement" jusqu'à la fin des temps et qui se rend compte, élection après élection, que le FN leur pique leurs électeurs, un coup à droite, un coup à gauche. Ces derniers ayant enfin compris qu'on se payait leur tête, ici, en leur faisant des promesses jamais tenues, là, en n'en finissant pas de se livrer à des querelles intestines, n'ont trouvé que ce moyen pour les obliger à tenir compte des intérêts de la France et des Français.
    Ça s'appelle la méthode du coup de pied dans la fourmilière !
    Il faut reconnaître que le résultat est très amusant à regarder.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ma parole vous avez lu dans mes pensées préparatoires à mon billet d'après.
      Oui tout cela est bien savoureux tout de même, y a panique à bord dans les étar=ts majors parisiens

      Supprimer
    2. Mais vous savez bien, mon cher Corto, qu'il y a longtemps que je lis dans vos pensées ou vous dans les miennes, on ne sait plus trop !

      Supprimer
  2. Je n'ai pas entendu cette sortie de Montebourg mais on n'est plus à une boulette près... Ce type est passé champion pour l'ouvrir en disant tout et n'importe quoi juste pour faire parler de lui... A défaut de briller par les résultats de son travail ....

    A toujours chercher les responsables du chaos qui règne chez nous, ailleurs, ils ne se rendent même plus compte que les seuls responsables de leurs problèmes ce sont eux... Mais c'est toujours plus facile de dire que c'est la faute des autres....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Titi: mais pourquoi Montebourde se priverait-il puisque à chaque fois qu il dit une connerie aussi grosse que lui, pépère laisse faire ?

      Aurait-on imaginer sous Sarko ou même sous Chirac un ministre foutre un tel boxon sans prendre deux baffes immédiatement ? Non

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique