dimanche 16 février 2020

Cette vidéo n'aurait pas dû sortir...

Petit texte sympathique trouvé sur le net et reproduit ici tel quel...

Résultat de recherche d'images pour "griveaux"

" A ceux qui sont choqués parce que, je ne sais pas quoi, "La République est tombée bien bas", etc...

A ceux qui trouvent que c'est choquant d'avoir diffusé cette petite vidéo.

Il faut voir le film en entier. Le film en question ne commence pas avec la quéquette à Griveaux sortie de sa braguette. Le film en question commence bien avant cela.

Ce film, c'est l'histoire de la Macronie, qui se veut disruptive, com' en franglais de start-up nation, "la culture française est morte", nous on est branchés, nous on sait tout, on va vous faire de la com' wanagain à coup de petits clips vidéos, vous allez voir ce que vous allez voir.

Donc tout a commencé il y a un peu plus de deux ans. Petites vidéos souvent sur le mode "vidéos volées" (c'est plus disruptif) pour nous dire que les Français ne sont rien, que ce sont des réfractaires et des fainéants, et que le nouveau monde qui parle franglais et qui vit à l'international va nous expliquer ce que c'est que la vraie vie.

Et puis il y a eu aussi les vidéos où le monarque se déguise en pilote, en marin, où il fait la teuf avec des mecs en string : casser les codes, disruptif.

Disruptif aussi la séquence d'embrassades avec le tyran saoudien qui dessoude ses opposants ou leur fait jeter des pierres après les avoir enfouis dans le sol avec que la tête qui dépasse, ou leur enlève la peau par petits morceaux à coup de mille coups de fouets. Il faut être disruptif.

Mais tout, ça, ce n'était que le prologue. Ce n'étaient que les douze premiers mois du régime. De la gnognotte. La préhistoire de la Macronie.

Ceux qui disent que "La République est tombée bien bas", ne se rendent tout simplement pas compte qu'elle est déjà tombée bien bas il y a deux ans, et que tout ce qui arrive maintenant est un Maelstrom, un paroxysme. Et peut-être un révélateur de l'état de notre classe politique pour ceux qui n'en étaient pas encore convaincus.

Donc, après ce gentil petit prologue, il y a eu l'affaire Benalla. Là encore, une vidéo "volée", une vidéo que l'on cachait, que certains se refilaient sous le manteau, et qui est ressortie. Et à l'époque toujours les mêmes cris d'orfraies : "Cette vidéo n'aurait pas dû sortir, poursuivons les malotrus qui l'ont fait", etc...

Et puis il y a eu la réponse du Monarque, toujours sur le mode de la "vidéo volée", celle du "Qu'ils viennent me chercher !" Mais celle-là avait été publiée expressément par les organes du pouvoir : "On ne voulait pas que ça circule, mais tant pis ça circule quand même". Donc le monarque invitait ses détracteurs à "venir le chercher". Parce qu'il était sûr de sa popularité et de sa légitimité, parce que son entourage lui avait fait croire qu'il était populaire, et que sa morgue et son arrogance étaient perçus comme "légitimes" par le petit peuple. Manque de bol, le petit peuple l'a pris au mot, et il est venu le chercher. Lui et ses spadassins.

Et Griveaux faisait parti des spadassins en question.

Peut-être que certains ont oublié les éructations du dit Griveaux et ses appels à la haine et à casser du petit peuple, mais à l'époque il le faisait en se drapant dans la morale et la vertu.
Et lorsque des gens du petit peuple sont venus le chercher, lui, Grivaux, avec des transpalettes, il est sorti de son palais par la porte de derrière en faisant dans ses frocs, en chialant devant les caméras, en promettant les pires supplices à ses poursuivants, et toujours en se drapant dans la morale et dans la vertu.

Donc après il y a eu plein d'autres vidéos qui sont sorties, où les macronistes se ridiculisent. Et souvent ces vidéos sont sorties avec leur consentement. Lorsque Son-Forgert publie des vidéos où il est ivre avec sa collection de peluches, il est consentant. Lorsque Buzyn dit des conneries à la télé, elle est consentante. Ces vidéos ne sont pas faites à l'insu de son plein gré. Idem pour Le Gendre, Schiappa, Bergé, Sibeth, etc... Les macronistes adorent les petites vidéos où on balance des conneries : c'est disruptif.

Vie privée / vie publique ? Ils n'en ont rien à foutre. Ce sont eux qui nous ont expliqué pourquoi ils avaient le droit de fouiner dans la vie privée des autres. Pas pour lutter contre le terrorisme ! Même pas cet argument ! (Puisque eux-mêmes en n'ont rien, mais vraiment rien à battre de la lutte contre le terrorisme). Mais sous le prétexte que de s'attaquer à eux, c'est s'attaquer à la République, rien que ça !

Tous les opposants politiques sont surveillés, le fonctionnaire qui énonce la moindre critique citoyenne vis-à-vis du gouvernement est inquiété par sa hiérarchie. Il y a quelques jours seulement, on ressortait des commentaires postés sur Instagram pour sanctionner des élèves (soit, au passage, non pas des agents de la fonction publique, mais des USAGERS de la fonction publique).

Depuis quelques semaines, les macronistes accumulent les faux pas à un rythme effréné. Ils accumulent aussi les petites vidéos cinglantes. Tantôt contre leur ennemi premier, à savoir le peuple français (qui est con, inculte, réfractaire, etc). Tantôt entre eux, ce qui est nouveau.
Donc on a vu Griveaux cracher son mépris sur Villani, se draper à nouveau dans la morale. Puis on a vu Son-Forget relayer la désormais fameuse vidéo de Griveaux.

Cette vidéo n'est donc qu'une petite partie du spectacle qui s'offre à nous.

Alors oui, c'est en-dessous de la ceinture. Mais dans ce film tout est en-dessous de la ceinture depuis plus de deux ans (et même depuis trois ans si on inclut la séquence des présidentielles). Et oui, ce qui est grave c'est que ce n'est pas qu'un film : c'est de la gouvernance de la France dont on parle. Et pendant que les macronistes s'amusent à filmer leurs opposants en vidéo-surveillance, ou s'amusent à se faire filmer matin, midi et soir pour monopoliser la parole à la télé, ou s'amusent à se filmer dans leurs moments d'intimité, les vrais problèmes ne sont pas réglés : la compétitivité de la France dans le monde, la montée de la délinquance, la menace terroriste, et j'en passe.

Mais en même temps cette séquence est drôle. Parce que comme l'a dit Beaumarchais : il vaut mieux en rire qu'en pleurer. Et plus besoin de s'abonner à OCS ou à Netflix. Les méchants très méchants qui à la fin se prennent des gamelles parce que leur égo et leur hubris leur a fait perdre tout sens des réalités, oui désolé c'est drôle.

Parce que c'est ce que le petit peuple appelle la justice. La justice, ce n'est pas cette institution faite de personnages en robes du XVIIIe qui libère les Balkany, les Cahuzac et les djihadistes, et qui met en garde-à-vue celui qui a eu un mot de trop.
La justice c'est quand le salaud paye un jour pour ses crimes, quand il en prend plein la gueule après avoir tapé sur tout le monde. "

Résultat de recherche d'images pour "macron qu ils viennent me chercher"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 13 janvier 2020

Mahomet est un suceur de b....



Si un pseudo humoriste peut, sur les ondes d'une radio de service publique financée par nos impôts et avec la bénédiction des dirigeants de celle-ci, chanter: " Jésus, Jésus, Jésus est pédé, membre de la LGBT, du haut de la croix pourquoi l’avoir cloué, pourquoi l’avoir pas enculé ", je ne vois pas pourquoi je ne pourrai pas écrire ici que Mahomet est un suceur de bites ! Après tout, ne dit-on pas qu'il était pédophile....

J'attends avec impatience que ce même pseudo humoriste s'en prenne tout aussi vertement au prophète de cette putain de religion d'amour, de paix et de tolérance qu'est l'Islam...


Résultat de recherche d'images pour "mahomet pedophile"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 24 décembre 2019

Joyeux Noël !

Faute de temps, faute d'envie - comment ne pas se lasser de commenter la médiocrité ambiante - je ne publie plus beaucoup; que mes fidèles lecteurs me pardonnent. Que tout ce qui se passe (de nul) ne nous empêche pas de passer de bonnes fêtes de fin d'année.

Joyeux Noël à toutes et à tous ! Et pour la peine, je vous claque la bise ! Sur les deux joues !

Résultat de recherche d'images pour "crèches de noel"

dimanche 22 décembre 2019

Ecoeurement infini

" La dette publique vient de franchir les 100% du PIB. Tout le monde s’en fout: les jeunes paieront! Les dépenses de l’Etat explosent en ce moment pour éteindre les incendies allumés par le pouvoir politique (après la taxe carbone, les retraites). La violence et la délinquance font rage à Paris, transformant la ville Lumière en coupe-gorge, surtout pour les touristes asiatiques. La pauvreté gagne du terrain: 9,3 millions de pauvres selon l’Insee. En méditerranée, les passeurs esclavagistes imposent plus que jamais leur terreur en toute impunité. Les Français, notamment dans les grandes villes, en sont réduits à se battre pour monter dans un bus ou un métro et à s’entasser jusqu’à l’étouffement. S’est-on jamais, dans l’histoire, autant moqué des Français? Le pouvoir fanfaronne, donne des coups de menton et bombe le torse tout en s’aplatissant lâchement au prix de nouvelles ponctions sur les finances publiques. En même temps, il rit aux éclats et fuit dans l’idéologie: de la « faute colonialiste » de la République française (c’est la première fois à ma connaissance, dans l’histoire de la République, qu’un chef de l’Etat s’en prend à la République en tant que telle) à l’hallali contre le « techno blanc » (sic), c’est toujours l’idéologie de la repentance qui est à l’oeuvre. Et puis aussi l’idéologie du mépris: après les « sans dents », « ceux qui ne sont rien », les fainéants » et les « Gaulois réfractaires », désormais « ceux qui mangent avec les doigts ». Oui, oui, continuez à prendre les gens pour des cons… L’occupant de l’Elysée vient d’annoncer qu’il « renonçait à sa retraite de président », provoquant une petite flambée de jubilation médiatique. Le bon peuple devrait s’émerveiller. Toujours cet étrange et obsessionnel culte totémique du « je ». Et cela (telle est l’information essentielle) même en cas de « second mandat ». Car tout est là: la vie quotidienne, la dignité et le destin d’une Nation sacrifiés à l’obsession maladive d’une réélection. Mais il y a pire que tout: les ténèbres de l’apathie, de l’indifférence, voire de l’obséquiosité et de la servilité, qui se répandent, devant cet épouvantable marasme de la politique française."

D'accord, pas d'accord : atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 7 novembre 2019

De l'impensable au radical... du radical à l'acceptable... La fenêtre d'Overton

Par delà le cas de Julie Graziani dont chacun pourra se faire son opinion, par delà tout ce qu'on peut penser de mal de ce gauchiste de Clément Viktorovitch, cette vidéo a le mérite de nous expliquer parfaitement la " fenêtre d'overton ", concept que je ne connaissais pas ou plutôt que je supposais sans pouvoir l'expliquer aussi bien.


Clément Viktorovitch nous explique donc ce concept en l'appliquant au Rassemblement National ou aux "gens" comme Marion Maréchal. Soit. Mais pourquoi nous fait-il pas la même démonstration avec des "gens" comme Quatenens, Ruffin et compagnie, voire même avec des "gens" apparentés au CCIF ou au salafisme; tous ces "gens" qui donnent dans l'extrême ou le radicalisme, les idiots utiles de "gens" plus raisonnables...

De l'impensable au radical... du radical à l'acceptable... de l'acceptable au raisonnable... du raisonnable au populaire... du populaire au politique.

(Ceci dit, je recommande le magazine l'Incorrect que j'achète chaque mois depuis son lancement.)


Résultat de recherche d'images pour "Joseph P. Overton"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 27 octobre 2019

Souhaitons que l'Occident ouvre les yeux...

Image associée
(Marché à Trappes, Yvelines)

« Il y a des jours où je regrette d’être née arabe...

Les jours où je me réveille devant le spectacle de gueules hirsutes prêtes à massacrer au nom d’Allah et où je m’endors avec le bruit des explosions diffusées sur fond de versets coraniques.

Les jours où je regarde les cadavres joncher les rues de Bagdad ou de Beyrouth par la faute des kamikazes; où des cheikhs manchots et aveugles s’arrogent le droit d’émettre des fatwas parce qu’ils sont pleins comme des outres de haine et de sang; où je vois des petites filles, les unes courir protéger de leur corps leur mère qu’on lapide, et les autres revêtir la robe de mariée à l’âge de 9 ans.

Et puis ces jours où j’entends des mamans chrétiennes confier en sanglotant que leur progéniture convertie à l’islam refuse de les toucher sous prétexte qu’elles sont impures.
Quand j’entends pleurer ce père musulman parce qu’il ne sait pas pourquoi son garçon est allé se faire tuer en Syrie. À l’heure où celui-ci parade dans les faubourgs d’Alep, Kalachnikov en bandoulière, en attendant de se repaître d’une gamine venue de la banlieue de Tunis ou de Londres, à qui l’on a fait croire que le viol est un laissez-passer pour le paradis.

Ces jours où je vois les Bill Gates dépenser leur argent pour les petits Africains et les François Pinault pour les artistes de leur continent, tandis que les cheikhs du Golfe dilapident leur fortune dans les casinos et les maisons de charme (bordels) et qu’il ne vient pas à l’idée des nababs du Maghreb de penser au chômeur qui crève la faim, au poète qui vit en clandestin, à l’artiste qui n’a pas de quoi s’acheter un pinceau.

Et tous ces croyants qui se prennent pour les inventeurs de la poudre alors qu’ils ne savent pas nouer une cravate, et je ne parle pas de leur incapacité à fabriquer une tablette ou une voiture. Les mêmes qui dénombrent les miracles de la science dans le Coran et sont dénués du plus petit savoir capable de faire reculer les maladies.

Ces prêcheurs pleins d’arrogance qui vomissent l'Occident, bien qu’ils ne puissent se passer de ses portables, de ses médicaments, de ses progrès en tous genres.
Et la cacophonie de ces "révolutions" qui tombent entre des mains obscurantistes comme le fruit de l’arbre.

Ces islamistes qui parlent de démocratie et n’en croient pas un mot, qui clament le respect des femmes et les traitent en esclaves.
Et ces gourdes qui se voilent et se courbent au lieu de flairer le piège, qui revendiquent le statut de co-épouse, de complémentaire, de moins que rien !

Et ces "niqabées" qui, en Europe, prennent un malin plaisir à choquer le bon Gaulois ou le bon Belge comme si c’était une prouesse de sortir en scaphandrier ! Comme si c’était une manière de grandir l’islam que de le présenter dans ses atours les plus rétrogrades.

Ces jours, enfin, où je cherche le salut et ne le trouve nulle part, même pas auprès d’une élite intellectuelle arabe qui sévit sur les antennes et ignore le terrain, qui vitupère le jour et finit dans les bars la nuit, qui parle principes et se vend pour une poignée de dollars, qui fait du bruit et qui ne sert à rien !

Voilà, c’était mon quart d’heure de colère contre les miens... Souhaitons que l'Occident ouvre les yeux....»
Fawzia Zouari in "Jeune Afrique" (via P.R.S.)


" Souhaitons que l'Occident ouvre les yeux...". Ma pauvre Fawzia, si tu savais...

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

France, 2019.