vendredi 11 mai 2018

Main gauche, main droite: Macron, l'illusionniste !

Tribune de Christian Vanneste parue sous le titre : Macron, L'OPA sur la droite... (partie II)




" Notre technocrate en chef nourri au biberon de la gauche strauss-kahnienne veut donc séduire la droite avec le slogan d’Auguste Comte : « ordre et progrès ». C’est là une illusion dont il faut à tout prix se délivrer. En fait, comme tout prestidigitateur, le locataire de l’Elysée attire l’attention sur le détail qu’agite la main droite tandis que l’essentiel de la manipulation a lieu à gauche. L’un des exemples les plus flagrants est le projet de réforme de la représentation nationale. La main droite brandit la réduction du nombre des parlementaires et flatte ainsi l’antiparlementarisme qui connaît depuis fort longtemps un certain succès à droite auprès de ceux qui considèrent les privilèges des élus exorbitants par rapport au travail fourni. Mais que fait la main gauche ? La main gauche va éloigner le représentant des représentés, et multiplier les apparatchiks entre eux. Elle va également permettre à la proportionnelle que certains croient naïvement plus démocratique de faire élire des députés hors-sol qui n’auront pas besoin de rencontrer leurs électeurs puisqu’il leur suffira d’être suffisamment dociles pour être bien placés sur la liste de leur parti afin d’être réélus. Si on s’attache à la réforme judiciaire qui supprime des jurys populaires au profit des magistrats professionnels, « pour aller plus vite », on s’aperçoit que l’inspiration est la même : éloigner le peuple du pouvoir, le désintéresser de la chose publique, pour qu’il puisse aller aux matchs de foot, consommer même le dimanche, prendre des vacances et grogner de temps en temps. Le pouvoir doit appartenir à une caste, loin de toute démocratie directe, à une oligarchie dont M. Macron est la caricature vivante. Il faut vraiment avoir des lunettes bétonnées pour ne pas le voir. Macron, c’est l’anti-de Gaulle. Le Général, c’était l’intéressement et la participation, Macron, élu par une minorité, lors d’un scrutin marqué par l’abstention, c’est le Président du désintérêt ! Du désintérêt pour quoi ? Mais pour la République dont on nous rebat les oreilles. La confiscation du pouvoir par une caste, par un parti, c’est une vieille tendance de la gauche, qui a traversé toutes nos républiques, avec les changements de mode de scrutin, et la gêne devant les référendums. La droite, et le gaullisme en particulier, c’est au contraire le souhait de tendre vers le maximum de démocratie directe, parce que le peuple réagit aux problèmes dont il a l’expérience avec plus de bon sens que la nomenclature installée au pouvoir.

L’ensemble des réformes annoncées par l’exécutif actuel présente en fait la même structure. Suivant les proportions de l’iceberg, elles affichent au soleil une mesure qui plaît à une certaine droite superficielle, mais 90% demeurent sous la surface de la mer. Soit la réforme ne change pas l’essentiel. Soit, elle renforce subrepticement les orientations inspirées par l’idéologie dominante, depuis longtemps dans notre pays, même quand une prétendue droite y est largement majoritaire. Ainsi, le Projet de loi sur l’asile et l’immigration a vu les projecteurs braqués sur l’augmentation de la durée de rétention des clandestins de 45 jours jusqu’à un plafond de 90 jours. La gauche crie au scandale, y compris à la frange du macronisme, puisque certains députés LREM vont voter contre le texte. En cela, ils révèlent leurs origines politiques en défendant plus âprement les droits très relatifs des étrangers rentrés illégalement sur le territoire national qu’ils ne le feraient pour les droits des citoyens français. Le gouvernement affiche donc son apparente fermeté. Mais, cette mesure est dérisoire, puisque dans certains pays, comme le Royaume-Uni, la rétention est illimitée pour éviter que les clandestins ne jouent la montre en cachant leur identité et leur origine. Ils seront donc logés, nourris, conseillés par les associations immigrationnistes pendant plus longtemps, et s’évanouiront dans la nature. Tandis que chacun à gauche pointe un doigt accusateur sur cette loi scélérate, plus personne ne s’aperçoit que le texte va faciliter l’immigration illégale. Les bénéficiaires de la protection subsidiaire, une extension plus souple du droit d’asile, vont recevoir un titre de séjour de 4 ans, et non d’un an. La « réunification familiale » va permettre à un mineur réfugié de faire venir sa famille, alors que le contraire paraîtrait plus logique. Mais les passeurs trouveront là un fameux message publicitaire : envoyez votre fils, et vous le rejoindrez ! La gauche est au pouvoir, et ce n’est pas parce que l’extrême-gauche la combat, que l’électorat de droite, patriote et conservateur doit se laisser rouler dans la farine.

Le statut des « cheminots » ne sera supprimé que pour les nouvelles recrues en 2020. Les privilèges exorbitants des agents titulaires auparavant seront maintenus alors que le métier a changé depuis des dizaines d’années. Il n’y aura pas de véritable sélection à l’entrée de l’université, alors que celle-ci est dans l’intérêt même des étudiants, afin de leur éviter de perdre leur temps et de gâcher leur vie, en courant à l’échec. Parce qu’elle est un haut-lieu d’enseignement et de recherche, que l’encadrement professoral y est faible et souple, l’université est profondément élitiste. La réforme envisagée ne met pas fin à la démagogie suicidaire qui cache cette évidence. Le concours d’entrée à l’université devrait s’imposer. Mais, cela diminuerait les effectifs, et sans doute les postes de précieux enseignants, par exemple en sociologie, tellement utiles pour former les sociologues dont la France manque si cruellement. De nombreux bacheliers iraient alors grossir les rangs des étudiants des filières courtes et professionnelles, là où chaque enseigné coûte plus cher à l’Etat qu’en faculté. La France est un merveilleux pays où le service public sert souvent de paravent à des avantages privés, et où la trompeuse générosité de l’Etat camoufle les petits calculs de Bercy.

Un gouvernement de droite se reconnaît à trois orientations essentielles : il favorise la responsabilité personnelle, en diminuant la fiscalité et la redistribution, et donc la dépense publique. Il en tire la conséquence sur le plan pénal en appliquant avec rigueur des lois sévères. Il défend les communautés « naturelles » qui fondent une solidarité réelle entre les personnes, la famille et la nation. Le pouvoir actuel ne correspond à aucun de ces trois critères. Il faut être bien naïf pour s’y laisser prendre." 

à lire aussi: Macron, OPA sur la droite... (partie I)


Résultat de recherche d'images pour "christian vanneste"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

12 commentaires:

  1. Entendez vous l'opposition de droite ? Je dois devenir sourd, car je n'entends rien. Macron a un boulevard, il peut faire ce qu'il veut, il n'y a que des braillards à gauche et des muets à droite. Il faut dire que les représentants de cette grande muette sont plus occupés à se bouffer le nez qu'à bâtir des propositions concrètes et crédibles.

    Alea jacta est disait le grand Jules.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Nain: oui, plutôt surprenant ce calme assourdissant à droite. Le seul qu on entend ( ou à qui on donne de la visibilité) c'est Dupont Aignan

      Supprimer
  2. Je lis les billets de Christian Vanneste pour régénérer mes neurones bien qu'il m'irrite parfois le poil avec son républicanisme et comme je fais la différence entre neurone et poil, je supporte ! Il dénonce des droitards de plus plus débiles, ça me plait. J'ai lu quelque part (blogueur) que le "libéral" ne pense qu'au fric, c'est vrai ! il y a cependant une différence entre le droitard, gauchiard qui s'ignore, avec le libéral. Le fric pour lui est un maître alors que le libéral ne le considère que comme un valet. Un libéral n'adore pas la divinité Richenou.
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Homo Orcus: le libéral considère le fric comme son valet ??

      Supprimer
    2. Faire de l'argent pour de l'argent ne présente aucun intérêt. L'argent, les profits, doivent être réinvestis pour une novelle activité économique.
      Il n'y a pas de Cahuzac chez les libéraux

      Supprimer
  3. La grande habileté politique de Macron, mon cher Corto, est d'avoir fait exploser la gauche ET la droite. Il occupe un large centre avec ses ministres et députés de droite et de gauche.
    Dans l'état actuel de l'échiquier politique, on ne voit pas très bien comment une élection pourrait faire émerger un candidat répondant aux critères de monsieur Vanneste, à qui, en passant, il faudrait rappeler le sort que Sarkozy a réservé au référendum sur la Constitution européenne, ce qui est en contradiction complète avec sa phrase sur la droite," c'est le souhait de tendre vers le maximum de démocratie directe".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: l'habilité de Macron sera mise à l'épreuve lors des élections européennes, c'est là qu on verra si son pari est réussi

      Supprimer
    2. Chère Marianne
      et cher Corto
      Il sera un jeune homme "de beaucoup de passé "et sans avenir.
      Espérons-le.
      Madame Chocolat

      Supprimer
  4. Article complémentaire pour décomplexer les droitards de ne pas être gauchiard
    "Pourquoi toute cette affaire est si importante pour comprendre la gauche française."

    https://www.dreuz.info/2018/05/11/dur-a-avaler-ladministration-obama-avait-infiltre-un-agent-du-fbi-dans-la-campagne-de-trump/

    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  5. macron a peut-être "une certaine idée de la France" mais ce n'est pas la mienne, et je gage que ce n'est pas non plus celle du Général. En revanche, ce qui est certain, c'est qu'il a "une certaine idée de lui-même" ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'a même pas besoin de Brigitte pour avoir une érection le matin. Son miroir lui suffit.

      Supprimer
    2. Si érections il.y a.
      Mais réflexion bien amusante, merci Théo !
      Quelquefois l'agitation dissimule quelque chose.
      Madame Chocolat

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient