lundi 29 juin 2020

Les vieilles, tu leur parles de la Mort ; les jeunes, de la Vie ; les autres, tu les engueules.

Texte, malheureusement anonyme, qui circule actuellement sur Faceplook.
Je recommande la lecture de cette interpellation qui dépeint les travers pastoraux de notre clergé avec une cruelle vérité... On n'est pas obligé d'être d'accord avec tout ce texte, il n'empêche que...

Un prêtre belge témoigne: j'étais traditionaliste | Diakonos.be

" L'Eglise est en crise ? Back to basics."

Que faire – comme disait Lénine ? Eh ben, je vais te dire Mgr Dukorbak.

Tu commences par te saper en vrai curé, en noir, et pas en bermuda avec des godasses orthopédiques. Si t'es un gradé, t'hésites pas dans la dentelle et les tissus colorés, les bagouzes avec des grosses caillasses et les breloques en jonc.

Ensuite, tu arrêtes de fourguer les tableaux et les statues au brocanteur du coin, tu sors de la cave toutes les vieilles croûtes qui foutent les jetons ; si tu as deux ou trois vues de l'Enfer bien craignos, c'est impec'. Tu redores tout ce qui est dédoré.

Tu balances ta guitare et tu passes de la musique sacrée, des chœurs de moines bien moyenâgeux, de l'orgue bien tempétueux, le truc qui glace le sang des rombières et qui fout les chocottes aux bourgeois. Et, point CAPITAL, tu fais ta messe en LATIN, vu que traduit c'est de la daube. Puis ton truc, pour que ça marche, il faut que ça ait l'air MAGIQUE et très ancien, un rituel qui est toujours le même depuis toujours, depuis la nuit des temps. Parce que le passé, c'est le couloir du futur, la seule fenêtre sur l'éternité. Et surtout, surtout, que personne n'y capte rien. Regarde Macron : moins tu piges, plus ça monte. Une fois que tu as fait ce programme de ravalement minimum, passons au dogme : tu arrêtes immédiatement de nous faire chier avec tes Africains, tes pompes à merde pour le Mali, tes dessins d'enfants de la Paroisse et tout ton bazar pour neuneus. Les gens s'en cognent. On est à Landivisiau, pas à Bamako. Les ploucs, tu leur causes d'eux.

Tu fais ton taf : les vieilles, tu leur parles de la Mort ; les jeunes, de la Vie ; les autres, tu les engueules. Ceux qui déconnent, tu leur causes du Diable, de l'Enfer et de toutes ces conneries. Les autres, tu les rassures. Tu bénis les poireaux, tu bénis la Mer, tu bénis les moissons : tu bénis tout ce qui bouge. Tout ce qui vagit et tout ce qui chiale.

Et tu colles à tout le monde des devoirs du soir sous la forme de Pater et Nestor, histoire de montrer que le représentant du Patron, c'est ta pomme et pas Peppone.

Enfin tu fais ton boulot quoi, merde ! Et arrête de te prendre pour un syndicaliste ! Un vieux hippie troué, de retour de Katmandou, ou un évêque à péones ! Je te le redis : on n'est pas à Tegucigalpa, mais à Saint Flour. Ton cheptel, c'est des Français : relis un peu Balzac et Flaubert, ça te fera du bien. Les Français ont plein de qualités mais aussi plein de défauts. C'est comme ça, et toi t'es là pour corriger le tir.

Ils sont individualistes, jouisseurs, flemmards, hédonistes, avares, inconséquents, lâches, idiots et trouillards. Ton taf, c'est de les rendre tout le contraire, ce qu'ils sont aussi.

Et ENFIN – et là mon gars, ça ne plaisante plus, c'est tout juste si ce que je vais te dire n'est pas DIRECT la parole de DIEU lui-même – tu ne déconnes plus avec l'Islam. C'est pas tes potes. C'est pas les potes de tes ouailles. Tu "dialogues" pas, parce que t'as perdu d'avance et tes moutons avec. T'es bien trop niais et crédule, tu fais pas le poids. Tout le troupeau sera becté avant que tu piges dans quoi t'as mis les grolles.

Œcuménisme tolérance zéro. On cause pas à la concurrence, on arrose d'eau bénite, point final. Tu es tout juste autorisé à être poli avec les Orthodoxes, et froid avec les Calvinistes et autres Anglicans. Le reste – tout le reste – tu l'exorcises direct. Tu menaces d'excommunier tous ceux qui s'en approchent, et tu convertis tous ceux qui viennent vers toi.

Et puis apprends un peu à te faire respecter : le chef c'est toi ! Les autres ont tort. Hors du chemin que tu montres, c'est bourré de loups garous.

En résumé : tu bosses à l'ancienne, because ça marchait du tonnerre de Dieu et que ta nouvelle cuisine, ben, c'est la faillite. Donc faut revenir au menu d'avant, sinon tu vas fermer, et y'aura un kebab. »

Aperçu de l’image
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

21 commentaires:

  1. Par tous les autres dieux, voilà du curé digne de respect !

    RépondreSupprimer
  2. Texte de Father Mackenzy, illustre commentateur de feu F.d.S.

    D'autre perles ici > https://fathermackenzie.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que de bons souvenirs,comment appelait'on un trollage de Father à l'époque?

      Supprimer
    2. N'etait ce pas la "Méthode Écossaise"?

      Waterman.

      Supprimer
  3. Exactement! Chacun son boulot. Les curés, ils sont là pour faire les curés. Même s'ils commencent leur sermon par "Mes bien chers frères", ils ne sont pas des grands frères pour banlieues susceptibles. Ils parlent du Bon Dieu, de LEUR Bon Dieu et pas d'Allah ou de Bouddha. Ils ne sont pas là pour s'adapter au monde mais pour que le monde s'adapte à leurs idées qui ne sont pas supposées changer à tout bout de champ. Et c'est un mécréant qui l'affirme. On peut être religieux sans croire en Dieu, il est difficile de croire sans être religieux. Alors, ne supprimez pas la religion.
    Pangloss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pangloss, comme c'est vrai.
      A Notre Dame des Victoires, j 'ai entendu un parler vrai à une messe du midi, et ça marche ! Il y a du monde tous les jours.
      Changement de prêtre, changement de ton dans le sermon ... les fidèles préfèrent "à l'ancienne " !
      Cordialement
      Madame Chocolat

      Supprimer
  4. Bonjour Corto,

    Heureux de te voir de retour. Le texte envoie du pâté, ça nous change de la soupe habituelle. Un peu excessif mais effectivement, l'Eglise (de France) s'est creusée son trou toute seule à partir des années 60. Il y a des fondamentaux qui ont un peu disparus. C'est bien de tendre la joue mais comme l'a dit un jour le père Guy Gilbert, il faut également avoir parfois une droite convaincante. Celle-ci n'est évidemment pas une fin mais elle peut aider à corriger quelques dérives.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  5. Du bon et du solide, il faudrait qu'il soit encore plus partagé ce texte

    RépondreSupprimer
  6. Le simple bon sens ! Un evêque portant capa magna, croix pectorale et soutane violette, se déplaçant dans une puissante limousine attire l'attention. En costume séculier avec une croix en sautoir et roulant en twingo passe inaperçu. Les gens aiment le faste même ceux qui parlent d'égalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monseigneur Robert Sarah a beaucoup d'allure.
      Madame Chocolat

      Supprimer
    2. Monseigneur Sarah, futur Pape?
      Ce serait drôle car les cathos français tendance sociale (ceux là même qui ont vidé les églises) n'oseraient pas s'en prendre à lui car il est noir! et qu'il ne faudrait pas trop lui en raconter sur la "sobriété pour la planète" chère à l'actuel locataire du Vatican, vu qu'il vient d'un pays où, justement on crève de sobriété!

      Supprimer
    3. Le Francois lui a coupé l'herbe sous le pied puisqu'il a été nommé Protodiacre ,celui qui annonce la nomination d'un pape :" Abemus Papam".

      Supprimer
  7. Géo


    On reconnait effectivement une écriture identique à celle de father Mackenzie dont j ai lu de la prose.À mon sens il faut prendre ce texte au second degré.Il est décapant et empreint d'une vérité...partielle.
    Car si l apparence et le rite sont importants,il est indispensable de rappeler que les apparences,aussi rigoureuses soient-elles,ne suffisent pas à garder une foi en quoique ce soit.Preuve en est avec la situation actuelle.L ensemble doit avoir des racines bien ancrées et entretenir un rapport permanent avec le monde du sacré pour donner à une église des fondations solides.Le monde des idées précède les cathédrales et non pas l inverse.Les cathédrales s effondrent parce que l aura spirituelle qui les a fait naître se dissout faute d être regénérée.Et la reprise de rituels chrétiens(ou autres)délaissés ne servira de rien si la connection avec ce qui les a fait naitre n existe plus.C est cette connection qui rendra fort comme une citadelle face aux tentatives de déstabilisation qui feront vaciller les arbrisseaux sans ancrage mais laisseront un chêne inébranlable parce qu'ayant un axe d équilibre assuré,les habituels jeux de forces contraires ne sauront l'ébranler.
    Il n y a pas plus malléable et manipulable qu'un peuple sans des ancrages à partir desquels il peut soumettre à son esprit critique tout ce qui lui sera présenté.Pour la foi c est pareil.Si les ministres du culte restent dans l apparence et n ont plus la fonction d intermédiaires entre les mondes spirituels et le plan physique leur oeuvre est un château de sable.

    RépondreSupprimer
  8. Et en plus, ils ont sous les yeux l'exemple de l’Église Orthodoxe d'Orient qui a reconquis de cœur des russes post-soviétiques rien qu'avec des rites, des costumes, du décor, du chant, de la musique, des icônes, bref de la beauté inspirée par Dieu. Elle a fait ce qu'il fallait pour leur redonner la foi. Et ça a marché ! Même le président assiste aux grandes messes.
    Jean Claude

    RépondreSupprimer
  9. Des curés de choc !
    Saint Jean Paul II était un meneur comme il en faut et sa présence est réelle.
    Cordialement, toutes et tous
    Merci, cher Corto !
    Madame Chocolat

    RépondreSupprimer
  10. Je viens de regarder :

    https://youtu.be/jjkuti_HmFU

    L'église catholique a encore du boulot pour revenir dans la course...

    Jean Claude

    RépondreSupprimer
  11. Film les nouveaux monstres de Ettore Scola 1977, la scène du cardinal avec Vitorio Gasmann, résume bien ce texte.

    RépondreSupprimer
  12. Oui, c'était le bon temps, mais ça ne reviendra pas, il suffit
    pour s'en convaincre de regarder le Pape.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  13. Le pape François doit être content : il a fait adopter Sainte Sophie par les musulmans turcs.

    RépondreSupprimer
  14. Comme le chantait Brel,

    Mourir cela n'est rien
    Mourir la belle affaire
    Mais vieillir... ô vieillir

    Voire cette pensée d'un certain Hodjviri, poète persan

    La vie est un rêve dont la mort nous réveille.

    Ou encore Gandalf,

    La mort est un autre chemin.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps.

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIME

France, 2019.