mardi 30 janvier 2018

Hollande, Macron, Estrosi, Mélenchon et à tous ceux qui se sont vautrés dans le Théo !

Depuis la parution d'une nouvelle vidéo, on sait - pour ceux qui en doutaient - que Théo n'a pas été intentionnellement sodomisé par la matraque du policier. Tel que les policiers l'ont toujours affirmé, c'est au cours de l'interpellation musclée de la racaille que l'incident est arrivé. Seulement voilà, à l'époque, nous étions  peu de temps après l'affaire Traoré montée là aussi en épingle par les droitsdelhommistes et autres assoces antiracistes et en campagne présidentielle, la gaucholalie - mais pas que - s'offusqua de cette bavure policière: Les violences policières, ça suffit ! Voilà qui devait plaire au peuple des banlieues, eux aussi, hélas pour bon nombre d'entre eux, électeurs.

Le jeune Théo, dealer reconnu et bien connu des services de police, se répandit en accusations et sur les plateaux télés: J'ai été violé, j'ai l'anus défoncé, les policiers m'ont violé dans la voiture, etc... Comment ne pas faire confiance à ce jeune en déshérence que la société a abandonné à son triste sort, blablabla...

Comment ne pas lui faire confiance puisque même le premier d'entre nous d'alors nous le demandait:

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Et nombreux furent ceux qui emboîtèrent le pas de François Hollande, globalement les mêmes que d'habitude: artistes, gauchistes, écrivains, etc... Tous s'érigèrent en procureurs accusant la police de violences inadmissible, tous, une nouvelle fois balayant d'un revers de tweet ou de billet la présomption d'innocence des policiers: Il faudra que ceux-ci payent pour leur acte:

L’image contient peut-être : une personne ou plus
Macron, alors candidat à la succession du flan élyséen, y alla de son gentil petit mot pour Théo n'hésitant pas à rendre hommage à ce gentil garçon:

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit

L'inénarrable Stéphane Guillon, auto-proclamé humoriste, n'y alla pas de main morte en traitant les policiers de barbares:

L’image contient peut-être : texte

Mélenchon, toujours dans l'outrance que n'auraient pas désavoué un Chavez ou un Maduro:

Aucun texte alternatif disponible.

Et même notre connard de droite, Estrosi, lécheur de bottes patenté, ne put s'empêcher de lâcher sa petite bouse. Sa "république", pas la mienne en tout cas, "était à ses côtés":

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Et voilà comment une jeune racaille sans intérêt devint le symbole des violences policières ! Erigé en symbole par ceux-là même dont le seul devoir en pareil cas devrait être la retenue, au moins jusqu'à ce que justice se fasse. Je vomis ces gens-là !

Il va de soi qu'aujourd'hui aucun de ces procureurs de pacotille ne s'est confondu en excuses. Depuis plus d'un an, 4 policiers sont dans la tourmente pour avoir juste essayé de faire leur boulot à peu près correctement.


Résultat de recherche d'images pour "video théo"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 29 janvier 2018

Ainsi va la vie en Macronie...(15)



- Gérald Darmanin, notre ministre du budget et des comptes publics, est rattrapé par la patrouille: Suite au dépôt de plainte d'une fille de joie (visiblement manipulée par l'ultraféministe, Caroline de Haas) l'accusant de viol "par surprise", une enquête préliminaire a été ouverte. Le gouvernement fait bloc derrière lui, hors de question en l'état qu'il démissionne, et les Républicains collant à la jurisprudence voulue par Macron " Ferrand-Goulard-Bayrou " réclament son départ. Et ? Et ben rien. Voilà où nous en sommes en France: La présomption d'innocence n'existe plus et une simple dénonciation suffit à pourrir la vie d'un homme. Ceci dit, je ne suis pas mécontent que ce morveux de Darmanin en bave un petit peu.

- Le mari d'Alexia, la joggeuse retrouvée calcinée dans un bois, a été interpellé et placé en garde à vue. Depuis ce matin, BFM et CNews en fout leur choux gras histoire de nous changer des crues de la Seine. Malgré toutes les précautions de langage utilisés par les journalistes - attention, il n'est pas coupable, c'est juste technique, une garde à vue - la France aura compris le message: Il est coupable. Et tant pis pour la présomption d'innocence.

- Pour les 55 ans du traité de l'Elysée, l'Assemblée Nationale accueillait le président de l'Assemblée Nationale d'Allemagne, Wolfgang Schaüble tandis que le notre de président, François de Rugy, était reçu au Bundestag. Allemagne, l'hémicycle était plein à  craquer. France, la quasi-totalité des députés macroniens avaient séché la séance. Leur chef, Richard Ferrand, s'est justifié ainsi: "L'hémicycle n'était pas vide, il était insuffisamment peuplé. " Bouffon(s) !

- Une promotion incroyable dans les magasins Intermarché: Le pot de Nutella à 1,40 au lieu de 4 ! Et c'est la ruée, des émeutes dans certains magasins et l'intervention de la gendarmerie dans d'autres. Aller se ruer, se battre, s'insulter, se bousculer, se marcher dessus pour des pots de Nutella. Voilà où nous en sommes...

- Notre Garde des Sots mérite bien son surnom de Belloubête. Elle a déclaré hier que si des p'tains d'enfoirés de djihadistes français étaient condamnés à mort en Irak ou Syrie " la France interviendrait en négociant avec l'Etat concerné, en tout cas, cela se fera au cas par cas ". Et depuis quand un pays comme la France devrait-il interférer sur des décisions de justice de pays souverains ? Au cas par cas ? Et pourquoi donc, elle va s'amuser à se positionner sur le sort individuel des 676 djihadistes français incarcérés là-bas ? Un bon djihadiste est un djihadiste mort. Point barre.

- A propos de Belloubête, on apprend qu'elle avait sous-estimé  son patrimoine de 336 000 euros, rien que ça ! A ce niveau, ce n'est plus une simple erreur de mais de la dissimulation. Aucune importance, tout le monde s'en fout.

- Macron, Philippe et la clique nous ont dit que 2018 serait l'année de la reconquête du pouvoir d'achat. De son côté, l'Insee annonce que le pouvoir d'achat des Français sera amputé de 4,5 milliards d'euros; la différence entre les hausses et les baisses d'impôts combinée avec la hausse du prix du gaz, de l'électricité, des péages, des assurances, etc... devrait grignoter 0,3 point de pouvoir d'achat à chaque Français. Qui croire ?

- Ma femme de ménage est très contente... "Au 1er janvier 2018, l'ensemble des salariés bénéficie d'un gain de pouvoir d'achat lié à la suppression de la cotisation salariale d'assurance maladie, à la diminution du taux de la contribution salariale d'assurance chômage et à l'augmentation du taux de la CSG. " (texte officiel). Après calcul, pour chaque heure travaillée, elle touchera... 5 centimes de plus !

- Malgré le silence assourdissant de nos médias, je tenais à vous faire partager cette nouvelle: Le président tchèque sortant, Milos Zeman, farouchement opposé à la politique migratoire imposée par Bruxelles et anti-muzz assumé, a été brillamment réélu avec 3 points d'avance sur le candidat "européen".

- Et où on reparle du fameux Théo, la jeune racaille qui avait porté plainte parce que, disait-il, des flics l'avaient violé avec une matraque télescopique lors d'un contrôle qui avait dégénéré. La France s'en était émue à tel point que le clown qui était alors à l'Elysée s'était rendu illico à son chevet. Une nouvelle vidéo de très bonne qualité dévoilée par Europe 1 montre sans que le doute soit permis queThéo s'est fait accidentellement défoncer par la matraque au cours de la bagarre. En aucun cas, le geste du policier est intentionnel. On attend une déclaration de François Hollande ? Et une pensée émue pour toutes les VIP et stars du PAF et d'ailleurs qui en prenant la défense du Théo se sont ridiculisés.

- Macron a dit qu'il pensait que les Français seraient favorables, si on le leur demandait, à un Frexit. Dans le même temps, de plus en plus de Britanniques en viennent à douter du Brexit, certains se demandant si il aurait bien lieu quand d'autres reconnaissent aujourd'hui avoir été floués et très mal informés, voire manipulés...

- Après Céline mis à l'index par les sans-couilles du monde de l'édition qui ne rééditeront pas ses pamphlets, après Charles Maurras qui a été retiré du très officiel catalogue des commémorations nationales 2018, c'est au tour de Jean-Marie Le Pen.  Ne résistant pas à la pression de certains de leurs auteurs, les éditions Robert Laffont et Albin Michel ont refusé de publier les mémoires du fondateur du FN. Les épurateurs et autres censeurs ne se reposent jamais... sauf quand il s'agit du Che, mis à l'honneur par la Mairie de Paris...

- Les Français ont choisi, c'est la chanson du duo Monsieur Madame qui représentera la France au prochain concours de l'Eurovision. " Mercy ", une chanson lénifiante sur une petite nigériane migrante née sur un bateau en pleine méditerranée. Les paroles sont, comment dire... nulles. Une excellente occasion de ne pas gagner, une nouvelle fois, ce concours. 

Ces chiffres qui nous tuent... Folie administrative ! 2,35 millions de fonctionnaires en 1975 pour 54,25 millions d'habitants. 5,45 millions de fonctionnaires en 2016 pour 66,9 millions d'habitants. La population a augmenté de 23%. Le nombre de fonctionnaire a augmenté de 132%... 

- Vu ce matin l'interview assez étonnante de Robert Bourgi, l'homme qui se vante avoir niqué François Fillon. J'attends la suite ce soir avec le documentaire " qui a tué Fillon " pour parfaire mon jugement. Si ce que dit Bourgi est vrai, Fillon ne vaut vraiment pas tripettes et n'a eu que ce qu'il mérite et on s'aperçoit que dans notre pays, un homme seul, Bourgi, peut, par vengeance, influer sur le cours démocratique d'une élection présidentielle...


Voilà, c'est tout pour le moment, bonne soirée à toutezétous en Macronie !

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 26 janvier 2018

Pourquoi je n'ai pas regardé l'Emission Politique avec Laurent Wauquiez...



Pour une fois, hier soir, il y avait plusieurs choses à regarder à la télé. Les deux derniers épisodes d'une série policière plutôt bien faite, un nouveau feuilleton sur la Guyane, deux très bon films, un bon documentaire sur les porte-avions ou... L'émission politique avec Laurent Wauquiez.

Je n'ai pas regardé Laurent Wauquiez me contentant de l'écouter en replay en même temps que je rédige ce billet. Pourquoi ? Parce que le générique avec la voix de Léa Salamé m'a découragé. Le ton était donné - Laurent Wauquiez présenté comme admirateur de  l'homme politique le plus cynique et le plus odieux de  la télévision US, Franck Underwood - ce serait une émission à charge. Comme d'habitude. Une émission durant laquelle l'invité n'est pas là pour être écouté mais pour être exécuté, une émission avec un objectif: pousser l'invité dans ses derniers retranchements et si possible, le ridiculiser; qui plus est si il est de droite. Depuis le débat avec Fillon et l'ignoble Christine Angot, Léa Salamé ne pourra plus jamais me compter parmi ses téléspectateurs. La politique n'est pas un spectacle disait un jour Manuel Valls; Pujadas puis aujourd'hui Salamé ont avec l'Emission Politique tué le débat. N'est pas François Henri de Virieu qui veut.

Première question ? Des personnages politiques suivants, Angela, Thérésa May ou le jeune chancelier " fasciste " d'Autriche, duquel vous sentez-vous le plus proche ? Salamé est trop intelligente pour penser que Wauquiez allait tomber dans le piège, elle n'avait qu'un but, amener Wauquiez à dire - ou à sous entendre -  qu'une alliance avec le FN était possible. Wauquiez a eu la bonne réponse: Tant qu'il sera président des LR, il n'y aura aucune alliance avec les élus du FN. Avec les élus, ce qui en aucune manière implique qu'il ne faut pas chercher à reconquérir les électeurs devenus frontistes. Bien au contraire !

Un générique, une première question ont suffi à me faire changer de chaîne.

Alors aujourd'hui, tous les chroniqueurs se gaussaient: Wauquiez, le score d'audience le plus faible depuis la création de l'Emission Politique. Oui et alors ? Comment aurait-il pu en être autrement ?

Tenez, moi, je n'ai appris que vers 18h en rentrant de Paris que Wauquiez était l'invité de Salamé. Ensuite, c'est oublier que les Français ont été gavés, tels des oies, de politique ces derniers 18 mois, entre des primaires interminables et des élections présidentielles et législatives pestilentielles. Pas difficile d'imaginer qu'ils puissent être las et/ou écœurés. Moi le premier, gavé que je suis par les manipulations journalistiques et la désinformation organisées par les médias. Si je veux savoir ce que veut Wauquiez, je n'ai pas besoin de Salamé. Pas de temps à perdre à écouter une émission dont je sais à l'avance où, quand, comment et avec qui Salamé va essayer de coincer Wauquiez: Minc, une lesbienne, une pseudo psy muzz, du cousu de fil blanc. Enfin, pour avoir suivi l'élection à la présidence des Républicains, je connais par cœur le discours et les idées de Laurent Wauquiez. Alors, pourquoi l'écouter hier soir ?

(Sacré Langlet, qu'est-ce qu'il peut être mielleux)

Léa, comme les grosniqueurs aujourd'hui, tentent de nous faire croire que Les Républicains sont ultra-divisés, un parti en décomposition, un parti au bord de l'implosion. Mais bordel, c'est oublier que LR est le premier parti politique de France en nombre d'adhérents à jour de leur cotisation: 235 000 !. On tente de nous faire croire, à grand renfort de publicité sur les déclarations aussi foireuses que scandaleuses d'une Portelli ou d'un Maël de Calan, que Wauquiez ne fait pas l'unanimité au sein des LR; mais p'tain, c'est oublier qu'il a été élu par 75% des adhérents ! Avec le même battage médiatique, on nous fait tout un plat du retrait de Juppé, de Bussereau et de quelques autres mais c'est oublier de dire que ces mêmes dinosaures n'ont rien à voir avec les adhérents et sympathisants LR. Les Juppé d'aujourd'hui n'ont plus rien à voir avec les fondateurs du RPR qu'ils furent, ils ont viré au centre depuis bien longtemps, la droite molle face à une gauche molle. Ils sont les fossoyeurs des LR d'avant Wauquiez. Et pour avoir assisté à maintes réunions politiques, je peux le garantir, ces personnages n'ont plus rien à voir, et depuis longtemps, avec les militants de base qu'ils n'ont jamais su ou voulu entendre. Bon débarras, qu'ils aillent se faire voir ailleurs !

(Reportage: Comment Wauquiez peut-il être contre l'accueil des migrants alors que sa ville du Puy est sur le chemin de St Jacques de Compostelle. Là, on est en pleine manipulation. Ridicule !)

Même avec le replay, j'ai du mal...

Enfin, bref et j'arrête là la retransmission tant le déroulé est prévisible.

Que pense-je de Laurent Wauquiez ? Le gars est incroyablement intelligent, brillant, aussi sinon plus diplômé que Macron, cultivé. J'adhère à la quasi totalité de ses idées, y compris à celle qui voudrait que les LR aillent reconquérir les électeurs frontistes que les Juppé, Raffarin, Coppé et consorts ont su si bien ignorer et snober en se pinçant le nez depuis trop longtemps. Wauquiez est aujourd'hui, qu'on le veuille ou non, le représentant d'une droite forte, désireuse de ne pas se laisser plus que de raison entourlouper par Bruxelles, sûre de ses valeurs et fière de ses racines, hostile à la vague migratoire, soucieuse du respect de l'état de droit, désireuse que les notions d'autorité et de respect soient restaurées, hostile au droit à l’assistanat,...

Comme Sarkozy en son temps, Wauquiez est l'homme politique dont je me sens le plus proche. Sans réserve, j'irai donc tracter et battre le pavé pour lui si besoin était. Et besoin il y aura vu comment les médias, la gauche dans son ensemble et la Macronie vont s'acharner contre lui.

Le seul problème avec lui, avec Wauquiez, et pour une fois me voilà d'accord avec cette grognasse de François Degois, c'est que pour l'instant et depuis longtemps, je doute de sa sincérité, de sa réelle capacité à défendre ses convictions et je regrette son manque évident de charisme. Il a 4 ans pour remédier à cela.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 24 janvier 2018

Constructions de prisons: Macron et Belloubet nous prendraient-ils pour des idiots ?

Résultat de recherche d'images pour "inauguration de la prison"

Tout le monde en convient, la surpopulation carcérale est l'une des principales causes du bordel pénitentiaire actuel. 59 000 places disponibles pour +/- 69 000 détenus, des chiffres relativement stables depuis une dizaine d'année, alors forcément, ça coince. Les détenus ne sont pas contents et les matons, payés avec des queues de cerise, sont en surchauffe. La solution est connue: construire de nouvelles prisons et recruter du personnel.

Aussi quelle joie fut la mienne lorsque j'ai entendu Nicole Belloubête, notre ministre de la Justice, déclarer hier que 15 000 places de prison seraient construite d'ici à dix ans, 10 000 d'ici la fin du quinquennat. Enfin, ma joie, pour un peu j'en aurai recraché mon café. Pourquoi ? Parce que cette dame, en déclarant cela, se fout de nous ou nous prend pour des cons, ce qui revient au même. Et pourquoi nous prend-elle pour des cons ?

Parce que si Hollande, ses gouvernements successifs (dont Macron faisait partie à partir de 2014) et l'odieuse Taubira n'avaient pas abrogé la loi de programmation du 27 mars 2012 adoptée, sous la férule de Sarkozy, à une large majorité, et bien ces 10 000 places de prison seraient en principe déjà construites, le plan de construction avait pour échéance fin 2017. La loi avait été votée, le budget alloué, y avait plus qu'à...

Hausse de la délinquance, attentats, etc... il faudra attendre 50 mois de présidence hollandaise (et le départ du gouvernement de la vérole guyanaise) pour que le sinistre Cazeneuve et Urvoas, le nouveau ministre de la Justice (celui qui échange par texto des infos judiciaires avec Thierry Solère) se préoccupent à nouveau de la  question. Enfin, quand j'écris " se préoccupent ", ils se contenteront de reprendre les mêmes objectifs que ceux fixés par Sarkozy. Et c'est ainsi qu'avec tambours et trompettes, le 27 janvier 2017, les deux lascars, Cazeneuve et Urvoas, annoncent un plan " prison " prévoyant pas moins que la construction de 32 maisons d'arrêt, 1 centrale pénitentiaire, 16 quartiers de préparation à la sortie (sic), la réhabilitation de 12 autres quartiers et enfin, la rénovation de 12 sites pénitentiaires. Le tout représentant la création de 10 000 à 16 000 nouvelles cellules (admirez la précision !) pour un budget provisionné de... 2,2 à 3,5 milliards d'euros (admirez là encore le grand écart !). Bref, nous voici revenu au mois de mars 2012 et au fameux plan Sarkozy... 50 mois plus tard ! 

(Là, normalement, mes lecteurs fidèles repenseront au billet que j'avais écrit  le 9 août 2016 intitulé " Un plan prison ? Ces socialistes sont vraiment indécrottables ! " )

J'en reviens à Mister Macron et Dame Belloubête. Qu'a dit hier la dame ?: que 15 000 places de prison seraient construites d'ici dix ans, 10 000 d'ici la fin du quinquennat... le tout conformément à une promesse de campagne du candidat Macron.

Oui, sauf que d'une part, cette promesse de campagne n'en était pas vraiment une puisque tout avait déjà été prévu, organisé et budgété par Urvoas et Cazeneuve (enfin ça, c'est ce qu'ils nous ont dit à l'époque) donc Macron promettait un truc qui, normalement, était déjà dans les tuyaux et qu'en tant que ministre de l'économie d'alors il avait dû obligatoirement valider, mais les Français ont la mémoire courte et que d'autre part, près de 8 mois après son élection... aucune première pierre de cet ambitieux programme n'a encore été posée.

Je résume : en 2012, Hollande-Taubira-Macron-Valls annulent le plan de construction de prisons prévu par Sarkozy. 50 mois plus tard, Hollande-Valls-Macron lancent une réflexion sur le sujet. 8 mois plus tard, Hollande-Macron-Cazeneuve-Urvoas nous pondent le quasi même plan et re-8 mois plus tard, Macron-Belloubête remettent dix balles dans le flipper !

Résultat, à date, en 66 mois, dont 66 mois de présence Macron au plus haut niveau de l'Etat, seulement 2 nouvelles prisons (Draguignan et Riom) ont été construites ! 

Et en admettant que Belloubête et Macron tiennent leur promesse, il faudra encore de long mois, deux ans, peut-être trois avant qu'une nouvelle prison ne soit inaugurée. Disons deux ans...  soit, grâce aux divers atermoiements des diverses équipes gouvernementales qui se sont succédées depuis 2012, sept années et demi  pour ne voir que 2 prisons supplémentaires !

Et ces gens-là voudraient qu'on les prennent au sérieux ? Non mais allo, quoi !

Quant au recrutement de nouveaux gardiens, il va falloir que notre tandem se secoue: Qui voudrait aller bosser en prison pour ne toucher que 2 500 euros nets au bout de vingt-sept ans de carrière. Au dernier concours d'admission, il y a quelques jours, seuls 30% des personnes inscrites se sont présentées...


Résultat de recherche d'images pour "macron belloubet"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 23 janvier 2018

Violence à gauche, bisous à droite. Devinez qui gagne ?



Dimanche avait lieu à Paris La Marche pour la Vie; une marche qui s'effectue depuis une douzaine d'années. Les marcheurs manifestent ainsi, pacifiquement, contre, et pour faire simple, la PMA, la GPA, la banalisation de l'avortement et toutes les dérives progressistes en matière de mœurs. En grande majorité, la population de cette manifestation est de droite (toutes tendances), catholique (tradi ou pas) et familiale; une population calme, tranquille, voire docile.. Selon les organisateurs, la manifestation de dimanche a rassemblé 40 000 participants sans que le moindre incident n'ait été signalé.

Pour aller à cette manif, un car avait été affrété par l'Association Familiale Catholique. Après plusieurs arrêts, le car, à 07h45, procède à Rennes à un dernier arrêt pour ramasser les derniers participants du coin avant de partir pour Paris, C'est à ce moment qu'une cinquantaine d'encagoulés l'encercle et l'immobilise, un fumigène est jeté à l'intérieur brûlant les vêtements de deux personnes ainsi qu'un siège. On imagine la panique à l'intérieur parmi les passagers âgés de 15 à 75 ans... Il faudra plus de trois heures pour que le bus puisse reprendre sa route.

Voilà ce que cela donne avec plusieurs titres de journaux:

Marche pour la vie : cinquante manifestants cagoulés attaquent un car pour Valeurs Actuelles,
Marche pour la vie. Le car pris en embuscade à Rennes pour Le Télégramme,
Rennes. Une manifestation pour empêcher le départ des anti-IVG pour Ouest-France.

A ma connaissance aucune chaîne de télévision n'en a parlé.


L'identité des agresseurs? Vu qu'on est à Rennes, pas difficile de la cerner: antifas, gauchiasses et autres bouffeurs de curé. Certains témoignages parlent de la présence de féministes et de militants LGBT.

Suite à cet incident, ma copine Boutfil, avec sa verve habituelle, m'a laissé le commentaire suivant sur le précédent billet: " C'est de pire en pire, on croyait qu'on était au fond avec hollande, ben non, ils creusent encore ces cons ! tous les jours on apprends des trucs qui fatiguent, tiens, par exemple, le bus attaqué à Rennes avec des gens âgés, des gosses, ils se rendaient à la manif pour la vie, ils n'avaient pas le droit, attaqués par une bande de tarés, comme une vulgaire diligence des temps anciens , les flics n'ont rien fait pendant 3 heures, elle est pas belle la démocratie et le droit d'aller manifester ? je suis dégoûtée de ce pays de merde ! "

Et oui, ma chère Boutfil, ces tarés, ces antifas qu'on appellerait fachos s'ils étaient de droite, ces enculés, n'ayons pas peur des mots, ont attaqués ce car. Ils ont utilisé des moyens dont ils ont l'habitude: la force, la violence, l'agression, l'attaque, les fumigènes, les cagoules qui font peur et parfois même les pavés, les boulons, les battes de base-ball. Oui, des moyens qu'ils utilisent pour essayer de faire triompher leur idéologie, pour faire taire leurs adversaires, pour emmerder et terroriser les gens qui ne pensent pas comme eux. Les mêmes moyens que ceux employés à NDDL, à Sivens, pendant les manifs contre la loi Travail et plus généralement dès qu'ils ne sont pas d'accord avec quelque chose.

Et à NDDL, ils ont gagné. A Sivens aussi. Et bien souvent, ils gagnent face aux forces de l'ordre parce la chaîne de commandement a une trouille bleue qu'il y ait mort d'homme !

Alors, sans les excuser, sans nullement les défendre, bien au contraire, ces enfoirés n'ont peur de rien et utilisent tous les moyens à leur disposition pour défendre ce à quoi ils croient, souvent avec la complicité active ou passive d'une partie de nos élus de gauche, des écologistes (tous les leaders écolos sans exception ont manifesté à NDDL) et de quelques officines plus discrètes (Sorros, etc...). Et force est de constater que bien souvent, ça marche pour eux ! Et ce depuis des années.

Nous, à droite, nous sommes des agneaux, des bisounours bien sages, pas violents pour un sou. On nous demande parfois de manifester, alors on y va en mocassins ou en Loden, on chante, on amène les enfants, les poussettes et quand on nous dit, c'est fini, on rentre bien sagement à la maison en attendant la prochaine, si tant est qu'il y en ait une. Les gens de droite des temps modernes ne font pas le coup de force, ils sont légalistes, respectueux de l'ordre public et ont horreur de détruire ce que leurs impôts payent. Je soupçonne même la plus grande partie d'entre eux d'être un brin couards.

Souviens-toi, aux manifs contre le mariage zinzin, des centaines de milliers de personnes, plusieurs fois, ont défilé, sagement, à Paris et partout en France. Quelques incidents certes et un pouvoir, alors de gauche, qui n'a pas lésiné sur la présence policière pour encadrer le barnum. Nous étions plus de cinq cent mille lors de la plus grande manif, les organisateurs nous ont intimé de reculer, nous avons reculé; je m'en souviens, nous étions du côté de la porte Maillot. A la manif suivante, rappelle-toi, nous étions en bas des Champs, des dizaines de milliers de manifestants face à 2 petites rangées de CRS, à moins d'un kilomètre de l'Elysée. Certains d'entre nous  gueulaient: " allons prendre l'apéro à l'Elysée ". Il a suffit de quelques jets de lacrymos pour nous faire reculer. Pas un participant n'a été blessé, pas un flic n'a été secoué et on est rentré sagement.

C'est tout nous, ça. On défendait un truc qui importait à nos yeux, un truc fondamental et on s'est couché sans même qu'on nous mette de coups de fouets. Et ça, le pouvoir l'avait bien compris et tous les pouvoirs depuis au moins 30 ans l'ont bien compris: le peuple de droite dans sa très grande majorité n'est pas dangereux. Il  est docile. Et voilà comment la gauche a passé tout ce qu'elle voulait. Et voilà comment Macron (et suivants) fera très certainement passer la PMA, l'euthanasie, la GPA, la dépénalisation du cannabis, etc... Je l'avais déjà écrit sur ce blog il y a 3 ou 4 ans, si la gauche repasse en 2017 - et pour ce qui est des questions progressistes, Macron et sa clique sont " de gauche " - la PMA puis la GPA seront légalisés, le cannabis dépénalisé; c'est entrain de se faire.

Alors loin de moi de vouloir justifier ou excuser l'emploi de la force, la violence, l'agression de nos adversaires, j’observe et je constate seulement. La gauche a ses armées violentes ( syndicalistes, antifas, black blocs, altermondialistes,...), la droite, à part quelques dizaines d'individus que parfois nous qualifions nous mêmes de " fachos ", n'a que des agneaux respectueux des lois et règlements. Comment s'étonner dès lors que nous perdions quasiment tous nos "combats " ?

Doit-on recourir aux mêmes moyens pour faire gagner nos idées ? Je ne sais pas, je dis juste qu'il faudra peut-être bien qu'un jour nous - ou nos jeunes - cessions de nous comporter comme des bisounours. Je sais, je rêve...

Résultat de recherche d'images pour "manif pour tous poussettes"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 22 janvier 2018

Eléments de fatigue...

Y a des jours comme ça où, à la lecture de quelques news qui n'ont pas forcément de rapport entre elles mais qui mises bout à bout..., vous vous prenez la tête dans les mains et marmonnez: mais c'est pas possible, mais c'est pas possible, kesskissoncon, quand cela s'arrêtera-t-il ? Et ainsi, soudain, vous vous sentez fatigué...


1er élément de fatigue:

J'apprends que notre ministre de la culture, ministère qui selon moi devrait être purement et simplement supprimé, a décidé de nommer l'historien Benjamin Stora à la tête d'une mission de coordination de l'action culturelle en faveur des migrants. Il s'agira, pour Stora, d'ici l'été, de proposer une série de mesures visant à " développer l'accès des migrants aux arts et à la culture, permettre aux artistes et professionnels migrants de poursuivre leur activité sur le territoire français et contribuer à l'évolution des regards portés par notre société sur les populations migrantes ".

Quand à elle, Françoise Nyssen, elle demande aux théâtres publics de "réserver des places [gratuites] aux migrants mais aussi de proposer des ateliers afin que les migrants puissent raconter leur histoire, bref, " d'agir pour rendre à ces personnes le droit de vivre normalement, à coté des procédures, des démarches, des files d'attente ".

2ème élément de fatigue:

Une association dirigée par un prêtre catholique a décidé de porter la candidature de Latifa Ibn Ziaten pour le Prix Nobel de la Paix ! Rien que ça ! Et qu'a-t-elle fait pour mériter cela ? Un fils qui malheureusement s'est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment, celui durant lequel Mohamed Merah passa et depuis, la mama s'en va par monts et par vaux prêcher auprès des jeunes la bonne parole de l'Islam et le dialogue inter-religieux. Voilà qui suffirait donc pour être nobélisé ? Latifa qui n'a pas du tout choppé le melon réclame, comme Delon à la troisième personne quand elle parle d'elle, qu'on soutienne cette démarche. Elle serait, selon son propre compte twitter, le symbole de la lutte contre la radicalisation, l'obscurantisme et le fanatisme religieux !:


Remarquez, on a bien eu Obama alors pourquoi pas Latifa, prix Nobel de ... la Taqîya Paix?

3ème élément de fatigue:

Le maire LR d'Allevard, Philippe Langenieux, sort un bouquin dont le titre est: " Le Dangereux ". Crénom, mais qui donc peut être cet individu désigné comme dangereux ? Un bandit ? Un chef terroriste ? Le frelon asiatique ? Que nenni ! Le dangereux n'est autre que... Laurent Wauquiez ! Et au journaliste qui lui demande pourquoi Langenieux qualifie ainsi Wauquiez, il répond: " Il est dangereux parce qu’il est intelligent, travailleur et par conséquent, il peut y arriver (à accéder à l’Elysée). Il porte un projet qui est une sorte de programme en stéréo du Front national. S’il parvient à être élu, ça serait une catastrophe. J’alerte parce que la République de Weimar n’a jamais pensé qu’Hitler y arriverait, parce que l’Angleterre du Brexit n’a jamais pensé que ça se produirait, que l’Amérique de Trump n’a jamais pensé que ça arriverait et c’est arrivé. Donc il faut faire attention ".

Vous avez suivi ?: Wauquiez => Weimar => Hitler => Trump ! Faut-il être bougrement con pour raconter pareilles inepties et user de parallèles aussi douteux que stupides ! Ne manquait plus qu'une allusion au Démon!

4ème élément de fatigue:

Depuis samedi, Erdogan, le dictateur turc reçu en grande pompe par notre Jupiter national dernièrement, bombarde allègrement et dans l'indifférence générale les forces Kurdes qui se sont pourtant illustrées dans la lutte contre Daech. Les bombardements turcs se font au nord de la Syrie dans la ville d'Afrin. L'opération militaire a perversement été baptisée du nom de code "Rameau d'Olivier" !

Non mais franchement, ne trouvez-vous pas que tout cela - et le reste - est too much ?

Je vais me recoucher et soigner ma crève !

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Le politiquement correct, ce lent poison qui nous étrangle...

Résultat de recherche d'images pour "politiquement correct"

J'aime bien ce qui suit. C'est une tribune de Laurent Sagalovitsch parue sur Slate sous le titre " Le politiquement correct, ce lent poison qui étrangle nos sociétés modernes ".

" Ah c'est qu'on finira tous par en crever de cette mollesse de l'esprit, de cet atermoiement du sentiment, de cet égalitarisme de la pensée qui voudrait que par les temps qui courent, nous en venions à taire toute forme de critique et à nous aligner comme des canetons bien sages derrière cette morale de la condescendance désormais inscrite au cœur de nos sociétés souffreteuses.

C'est que désormais tout le monde a sa souffrance à exhiber, sa petite particularité à faire respecter, sa petite singularité à étaler, son petit tropisme à montrer, ces blessures de l'âme parfois réelles ou pas, ces accidents de la vie dont à aucun prix il ne faudrait se moquer afin de ne pas froisser une susceptibilité qui ne tolérerait plus aucune forme de critique et par là aucune remise en question.

On n'existe plus par la valeur de son intelligence, la pertinence de son esprit, la joliesse de son raisonnement mais par cette obsession des origines, cette façon obtuse d'appartenir à telle ou telle catégorie de personnes, à tel mouvement de pensée, à telle partie du corps social, autant de spécificités sociologiques, religieuses, ethniques qui vous mettent dans une situation dont vous ne pouvez vous échapper au risque de passer pour un déserteur ou un traître.

Vous êtes une femme, vous êtes noir, vous êtes homosexuel, vous êtes musulman, vous êtes unijambiste, vous êtes un enfant hyperactif, vous êtes transgenre, vous êtes un petit-fils d'esclave ou de déporté de la Shoah, vous êtes chauve, vous êtes tout ce que les autres ne sont pas et à partir de là, vous êtes non plus considéré comme un individu lambda avec ses qualités et ses défauts mais comme une victime sacramentelle dont par principe il faudrait protéger l’identité afin qu'elle ne souffre pas de son particularisme.

Et au lieu d'encourager ces individus à s'émanciper par le haut, à prendre en main leur destin, à s'affirmer en tant que personnes, voilà qu'on les encourage à rester dans l'étroitesse de leur statut de victime, voilà qu'on les conforte dans leurs ressentiments, voilà qu'on exalte leurs blessures intérieures afin d'être mieux là pour les consoler, dans ce paternalisme du sentiment qui fait que plus la victime intériorise son statut de victime, plus elle se pense comme victime et plus le dominant prend plaisir à la soutenir tout en souhaitant inconsciemment qu'elle ne sorte jamais de cet état-là.

C'est très exactement ce à quoi on assiste dans cette nouvelle bataille d'un certain féminisme: d'un côté des femmes qui invitent d'autres femmes à sortir de leur traumatisme - supposé ou réel - par le haut, à vivre pleinement leur existence de femmes sans s'attarder sur ces manquements à la morale élémentaire dont elles sont victimes, à faire fi de toute cette grossièreté pour aller de l'avant dans une existence dont elles doivent apprendre à savourer chaque seconde.

Et dans le camp opposé, d'autres femmes qui encouragent ces mêmes femmes à ressasser à l'infini leurs tragédies, petites et grandes, à demeurer dans cette posture de victimes, d'êtres brisés par l'injustice de la vie, par la violence des hommes, par l’âpreté de l'existence, par la rudesse des épreuves subies, autant d'obstacles placés sur leur chemin qui les auront empêchées de devenir celles qu'elles auraient dû devenir.

La douce exaltation de la consolation qui donne à ceux et celles qui la prodiguent cette magnifique ivresse de la responsabilité, cette noblesse de l'âme, cette glorification de sa propre personne qu'on pare de tous les attributs puisqu'on se trouve du côté du bien, dans le camp des victimes, tout à leurs côtés pour les soutenir au cœur de cette souffrance qui est désormais la leur – ce sont à jamais leurs sœurs, leurs frères de combats.

Toute vie est affaire de souffrance. Toute naissance est un traumatisme. Toute existence charrie son lot de désillusions, de regrets, de désespoirs, de fêlures, de défaites, de blessures, de heurts, de fractures, de trahisons, de peurs, de morts, même si, de toute évidence, dans ce grand jeu de loterie qu'est la vie, certains s'en sortent mieux que d'autres.

La vie est un jeu de massacre dont personne ne réchappe. Personne.

On peut décider de vivre avec, de s'appuyer dessus pour triompher de l'adversité et tenter d'exister dans la plénitude d'une vie tournée vers les autres et pour les autres.

On peut aussi se lamenter sur les vicissitudes de la vie, à maudire son sang, sa condition, son rang, à macérer dans le ressentiment qui vous aura transformé en une victime impuissante à donner un sens à sa vie.

Personne ne vous en voudra. Personne sauf une partie de vous-même. La meilleure."

Laurent Sagalovitsch-IMG 5614.JPG
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 21 janvier 2018

Affaire Fillon: Un an après, où en est-on ? Nulle part !


Il y a tout juste un an, le 25 janvier 2017, le Canard se déchaînait contre François Fillon. Ayant en sa possession des informations de " première main ", il accusait l'ancien premier ministre et leader de la droite pour la présidentielle de détournements de fonds publics et d'emplois fictifs. Il aurait employé fictivement son épouse Pénélope moyennant environ 500 000 euros sur huit ans. De la même manière, ses enfants auraient eux aussi profité d'emplois fictifs.

En pleine campagne présidentielle, les médias se déchaînent et avec une diligence inhabituelle la justice est saisie et ordonne au parquet national financier d'ouvrir une enquête. 

La suite, on la connait. Le Canard, bien alimenté en informations confidentielles, Le Monde, tout aussi bien alimenté en PV d'auditions et plus généralement l'ensemble des médias français, la gauche et quelques véroles de droites  n'auront de cesse de feuilletonner et de tirer à boulets rouges sur François Fillon. Pourtant pressenti comme candidat au second tour, Fillon sera " logiquement " éliminé dès le premier.

2 juges d'instruction et pas moins de 14 enquêteurs travailleront l'homme et sa famille, 5 encore aujourd'hui. Une dizaine de personne (seulement) seront auditionnées et près d'une dizaine de perquisitions seront effectuées. François Fillon sera mis en examen, le candidat de la droite et du centre, pas vraiment adroit pour sa défense, était politiquement mort. 

Malgré tous les efforts déployés par la justice et " les indices concordants ", aucun élément à charge permettant une accusation formelle quelconque n'a, à ce jour, été retenue contre François Fillon, son épouse et ses deux enfants.

A ce jour, l'enquête tourne au ralenti, il n'y a plus qu'un seul juge d'instruction, plus que 5 enquêteurs pour s'occuper du dossier et François Fillon demeure toujours mis en examen pour "détournement de fonds publics" et "complicité et recel de biens sociaux".


Un an après, une enquête qui piétine, aucun élément nouveau mais une élection présidentielle qui a été torpillée. Volée ?

Affaire Fillon: Un an après, où en est-on ? Nulle part, les Français, mémoire courte aidant, sont passés à autre chose et le candidat des médias est devenu Président de la République...

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 19 janvier 2018

Trump, un an déjà et... ça va plutôt bien pour lui et l'Amérique !



Je n'aime pas particulièrement Trump, encore que... C'est vrai, le bonhomme est moche, grossier et vulgaire. Il n'a pas la classe ni la tenue d'un Obama, voire d'un Macron ou d'un Poutine. Il tient des propos qu'on n'attend guère de la part du président de la première puissance mondiale. Il sait manier la mauvaise foi et les infos douteuses comme personne. Il ne parle pas, il tweete. Cependant, voilà un peu plus d'un an qu'il est élu et de tous les malheurs du monde que prévoyaient les médias si le bonhomme était élu, force est de constater qu'aucun n'est arrivé. On l'a présenté comme idiot, malade mental et nombreux sont les psychiatres à s'être penché sur son cas: névrosé, schizophrène, paranoïaque, j'en passe et des pires...

On nous monte en épingle les démissions successives des membres de son cabinet mais on oublie de nous préciser qu'en France, la valse est la même dans certains ministères, le record appartenant à Françoise Nyssen qui vient d'enregistrer la quatrième démission d'un de ses conseillers en 6 mois !

Mais dès lors que l'on appris tout ça, comment expliquer la réussite du bonhomme tout au long de sa vie: immobilier, hôtellerie, télévision et cerise sur le gâteau, gagner à la surprise générale et à la loyale l'élection présidentielle ? L'homme casse les codes (c'est aussi ce que certains disent de Macron), il est inhabituel, surprenant, étonnant; qu'on le veuille ou non, l'homme est extraordinaire au sens premier du terme.

Moi qui regarde assidûment les infos sur toutes les chaînes, j'ai été interloqué par le silence assourdissant des médias: quasiment aucun de nos médias n'a pris la peine de faire le bilan de sa première année de mandat se contentant, par contre, de nous bassiner avec les six mois de Macron et les bourdes ou écarts de langage de Trump.

Et pourtant quel président de quelque pays que ce soit peut se prévaloir, au bout d'un an à peine d’exercice, d'avoir un si bon bilan.

La première surprise est sans doute de constater qu'à chaque fois que cela a été possible il a tenu ses engagements. Sa popularité n'est pas aussi mauvaise qu'on nous le dit, elle fut même par moment égale ou supérieure à celle d'un Macron (38% en novembre 20177, 43% en janvier 2018, mieux que Poutine); Dieu Obama, à la même date, plafonnait à 49%. Même Marc-Olivier Fogiel, bobo gaucho s'il en est, habitué des séjours aux USA racontait dernièrement: " Je vois beaucoup de gens là-bas – en dehors de New York, puisqu’à New York, c’est évidemment les anti-Trump. Dans la réalité de l’Amérique pas si profonde que ça, par exemple en Floride, c’est un héros. Je suis halluciné de ce qu’on dit ici, à juste raison je crois, et la façon dont il est perçu par des Américains qui réfléchissent et qui trouvent qu’aujourd’hui il fait beaucoup de bien à leur pays et qui sont fiers d’avoir un président tel que lui. "

Après, on peut aussi parler de chiffres et d'indicateurs (ceux-ci dessous sont de décembre 2017 ou janvier 2018) et le moins que l'on puisse dire c'est que l'Amérique de Trump a la banane, on aimerait avoir les mêmes résultats:

- Au cours des trois premiers trimestres de 2017 la croissance américaine s’est inscrite à un rythme annuel supérieur à 3% et pour 2018, la FED prévoit au minimum + 2,5% (Le journal La Tribune et BNP Paribas prévoyaient 2,1% pour 2017).
- Chômage inférieur ou égal  à 4% pour 2018, le plus bas depuis 18 ans.
- Près de 2,2 millions d’emplois créés en 12 mois.
- Le nombre d’Américains en demande d’indemnité chômage est le plus bas depuis 45 ans.
- Le taux de chômage des Afro-américains est à son niveau le plus bas jamais enregistré.
- Le taux de chômage des femmes est le plus bas relevé depuis 17 ans.
- Le taux de chômage des Hispaniques est à son niveau le plus bas de l’histoire des Etats-Unis (depuis qu’il est calculé).
- L’indice de confiance des consommateurs est quant à lui à son plus haut niveau depuis 2000.
- Le Dow Jones a bondi de 5 000 points depuis l’élection de Donald Trump, pour s’établir à près de 24 750 points. Soit un gain exceptionnel de 25% en quinze mois. Au cours de l’année 2017 cet indice a clôturé plus de soixante-dix fois à un nouveau record, du délire quand on songe que la quasi totalité des ménages américains possèdent un portefeuille boursier, principal moyen d'épargne aux USA.
- Depuis son élection, Trump a imposé que pour une règle, un règlement ou une norme votés, dix soit abrogés.
- La taxe sur les bénéfices des entreprises est ramenée de 35% à 21%.
- Le barème de l’imposition des ménages est abaissé pour toutes les tranches.
- Le montant du crédit d’impôt accordé pour chaque enfant est également multiplié par deux.
- En matière d'immigration, jamais depuis 1971 le nombre d'arrestations à la frontière n'a été aussi faible, c'est dire à quel point les discours de Trump anti-immigration et sa promesse de construire un mur ont été bien entendu des candidats au départ.

Certes, tout n'est pas parfait et d'autres indicateurs comme celui des ventes d'automobiles (en légère baisse après plusieurs années record) pourraient tempérer ce bilan, il n'empêche...

On pourrait aussi rétorquer que pour une part ces résultats de la politique menée par son prédécesseurs, possible, il n'empêche, ils sont là et si toutes les prévisions se confirment pour 2018, nul doute que tous les tocards du New York Times (qui annonçaient un effondrement de la bourse si Trump était élu), de CNN, de BFM ou de France 2 n'auraient d'autre choix de reconnaître que tout aussi clivant qu'il soit, Trump n'est pas aussi taré qu'il en a l'air. Hélas, on peut le parier ils ne retiendront et en mettront en avant que ses tweets, le nombre de jours passés à jouer au golf et des pseudos scandales dont aucun, pour le moment, ne s'est trouvé avéré.

Trump, lors de sa campagne, avait promis " Make America Great again ", il semblerait qu'il soit en passe de réussir; même ses menaces grossières vis à vis de la Corée du Nord semblent avoir une certaine portée: les deux Corée ont rétabli la ligne rouge et annoncé qu'elles défileraient ensemble sous un même drapeau lors des prochains Jeux Olympiques.

Alors frappadingue le Trump ? Indésirable chez lui ? Impopulaire ? Bien trop tôt pour juger, il faudra attendre les élections de mid-terms en novembre prochain pour savoir. En attendant, l'Amérique est plutôt calme et quoiqu'en disent la quasi totalité des médias français ou étrangers ainsi que les gauchiasses d'ici et d'ailleurs, pour l'instant, je trouve qu'il ne s'en sort pas si mal.

Et puis un type qui fait ce qu'il dit et pense d'abord à son peuple, aux intérêts de celui-ci plutôt qu'aux autres, moi, ça me plaît. Il est clivant ? Certes mais au moins ne me laisse-t-il pas indifférent. Macron, par contre...

(sources: Le Figaro, Atlantico, La Tribune, Le Point, VA, Dreuz, Challenges)


Résultat de recherche d'images pour "make america great again"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Europe, ton soleil revient