dimanche 22 octobre 2017

Emmanuel Macron, le mystère s'épaissit !

Photo Soazig de la Moissonniere/IP3/MaxPPP

Du bon, du très bon Bruno Frappat:

" Chaque jour le mystère Macron s’épaissit et prend de l’ampleur. Voilà un jeune homme sympathique, mal connu jusqu’alors, un peu lisse, dont une majorité de Français a cru qu’il allait changer la politique et faire passer la France de l’ombre des vieux systèmes à la lumière de la modernité alléchante et joyeuse.

Six mois après, ceux-là mêmes qui avaient voté pour lui dès le premier tour sont désarçonnés, désemparés, déçus. Le gendre idéal a trahi leurs envies de modération et d’équité, le premier de la classe se moque des fainéants qui traînent au fond de la salle, près des radiateurs du RSA et du chômage indemnisé, le liseur insatiable n’a pas de mots trop prétentieux pour les largués de la culture. Le jeune homme doué se rit des incapables et des impotents qui semblent constituer à ses yeux l’essentiel de ceux qui s’opposent à lui. Il tourne ses colères contre les encolérés qu’une injustice tenaille à bon droit. Il n’a aucune faiblesse pour les faibles, celui dont la femme si charmante (« les plus belles jambes de Paris », selon Karl Lagerfeld) était censée avoir humanisé le parcours et les idées.

Eh bien non, le nouveau, le tout beau, le gentil est une machine à avancer, une espèce nouvelle de politique-bulldozer qui dit « je vais de l’avant, le peuple me l’a demandé, je me suis engagé, il est trop tard pour réclamer contre moi ou trop tôt, attendez donc les résultats. Il n’y a nulle tromperie sur la marchandise. »

En quoi réside le secret, et donc le mystère de cet homme-là dont on éprouve quelques difficultés, cinq mois après (même pas une demi-année), à considérer qu’il est entré dans le costume du « chef » d’État, mais d’une sorte de lauréat du concours général, de surdoué sorti de ses cahiers de notes et ses « sèches » ?

Où réside son mystère puisque chaque humain en a un ? Serait-ce dans une absence de convictions profondes, d’idée juste de la justice, de sens du bien et de la commisération pour ceux qui n’ayant rien « ne sont rien » dans ce vaste hall de gare que constitue un pays ? Est-il bon, est-il méchant ? Choisir l’un ou l’autre terme ne serait pas très utile, ni juste ni vrai. Nul n’est d’un bloc, pas plus lui que le Français moyen de classe moyenne sur lequel il passe sans arrêt le rabot de la finance publique.

Le mystère de Macron, son handicap, le trouble qu’il suscite désormais dans le pays est de n’en point avoir, de secret, sauf négativement : il ne sait pas nous parler avec ses tripes, avec son cœur, il ne sait pas nous aider à nous élancer dans son sillage, il n’est pas entraînant, il se contenterait volontiers d’être convaincant. C’est là toute sa pédagogie. Cette manière de raisonner à propos de tout et de rien et de répéter, dans ses longs exposés, jusqu’à en être lassant, « c’était dans mon programme donc je m’y tiens », suppose que nous l’avions tous lu, de A à Z, son programme – et ses engagements.

La dernière intervention devant les Français, dimanche dernier sur TF1 et LCI, en vérité la première du quinquennat, a fait une impression forte non par le contenu mais par la manière de discourir. Il savait qu’il était en panne de « communication » (cet art mineur en quoi on voudrait résumer la politique) par rapport aux concitoyens.

Les experts, les conseillers, les médias et les sondages le lui répétaient à l’envi. Il fallait qu’il sorte de la manie de ses courtes visites « sur le terrain » et des bribes saisies par les perches-micros des télévisions (du genre « foutre le bordel »), bribes qui ne pouvaient synthétiser les linéaments d’une pensée se voulant complexe, comme toute chose aujourd’hui.

Ce soir-là, il fut assommant de volubilité. Les mots sortaient de sa bouche avec une précipitation frémissante, excessive, on avait du mal à suivre. Il était comme un homme pressé de faire partager ses arguments et qui s’emballe dans son discours prononcé au galop. Il fallait qu’il dise tout, tout de suite. Tout ce à quoi il croyait, tout ce qu’il voulait (« je veux », « je veux », « je veux » cent fois répété comme si nous allions automatiquement, entraînés par sa volonté suprême, vouloir avec lui).

Mais, pour user d’un langage un peu irrévérencieux, le président nous saoulait de paroles, nous engluait dans un tsunami verbal d’une telle ampleur que les journalistes qui l’interrogeaient étaient engloutis, disparus sous l’effet d’un dictionnaire de Sciences-Po se déversant sur leurs têtes désolées. C’était un monologue ponctué, de leur part, de haussements de sourcils, de clignements d’yeux, de vagues sourires crispés. On aura rarement entendu un président de la République balader de la sorte des intervieweurs accomplis et leur imposer le silence.

Que veut dire une telle attitude ? À quoi rimait cette incapacité à dialoguer, cette brutalité pour déposer tous ses arguments en même temps, dans un flot inarrêtable ? Il y a deux réponses possibles. Soit Macron n’a rien à dire d’important aux Français, soit il ne sait pas le leur dire et chacun doit se débrouiller avec sa tiède rhétorique. S’arranger avec le grand tas de mots déposés devant nous comme un camion de chantier déverse à grand bruit le sable qui va servir à refaire la chaussée.

Le mystère Macron est peut-être dans cette incapacité à transmettre simplement, en ligne directe, ce qu’il sait, ce qu’il veut, ce qu’il aime. À nous asséner ses vérités en bloc et en détail, il fatigue nos élans, décourage nos adhésions, mélange l’accessoire et l’essentiel et ne laisse rien paraître de ce qui, au fond de lui, le meut. Il ne suffit pas de dire sans cesse que l’on œuvre pour la France. Le ton avec lequel on le dit, les arguments dont on dispose, le cœur qu’on met à son discours, l’humour, tout cela constitue une qualité très recherchée chez tout dirigeant : le charisme.

Il est clair qu’Emmanuel Macron n’a que peu de charisme, tant dans le sens d’un caractère extrême que dans celui de la belle nuance. Il a raison et n’en démordra pas de sitôt. Il va falloir s’habituer à cette présidence du « je sais-je veux ». Et la défendre, le cas échéant, non pas avec des mots mais avec le constat que le réel avance et que le pays change.

Ce serait déjà formidable de voir la France, vieux pachyderme, se mouvoir dans une direction où le soleil brillerait pour tous. Mais Macron ne peut pas le pousser tout seul, ce pachyderme. Le sait-il ? "

Bruno Frappat pour La Croix.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Des fois, on croît rêver... Des chiens de traîneaux dans la prison

Oui des fois, on croît rêver mais non, c'est bien réel, ça se passe comme cela dans certaines prisons françaises:

Cette Semaine à la maison d’arrêt de Le Mans, les détenus détenus ont eu droit à des activités un peu particulières.

En effet une initiation au sport d’attelage a eu lieu à l’initiative du service d’insertion et de probation (SPIP) de l’établissement. 12 chiens et plusieurs intervenants ont assuré l’activité.

Une autre sortie afin d’assister à un spectacle suivi d’un dîné dans un restaurant chinois a également été organisée.

Le syndicat Force ouvrière s’étonne de l’intérêt de ces activités et demande à l’administration le coût et la provenance de ces budgets.


Monde de fous !

img_0927-1
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 21 octobre 2017

Le Lachaise des blogueurs

Pour notre vingtième déjeuner entre blogueurs pas franchement gauchiasses, nous nous étions donnés rendez-vous du côté du cimetière du père Lachaise, voilà qui nous changerait de ces malfaisants du Grand-Orient ! Ils étaient tous là ou presque, treize à la douzaine: Boutfil et son anar de droite de mari, Koltchack venu de ses Hautes Alpes, La Plume fainéant s'il en est quand il s'agit de bloguer, Christian et Sylvie, Bedeau, Mike, Laure, Vlad, Celtique de Banlieue, ma pomme et notre médiévaliste Rémi venu tout exprès d'Orléans et dont le nouveau livre Rolandin sort dans quelques jours. Restaurant sans intérêt mais la promenade d'après...


Héloîse et Abélard:


Une allée comme tant d'autres dans cet aussi surprenant que prenant cimetière:


Ce coup de poing au cœur de voir tout ce qu'il reste du grand Pierre Desproges; peut-être était-ce voulu..., va savoir:


Frédéric Chopin:


Un vitrail perdu dans le soleil de cette belle journée:


Honoré de Balzac:


Certains sont prédestinés:


Auguste Thiers, la Gueuse reconnaissante, à la louche 15 mètres de haut et 7 de large:


Des touristes:



Ce phallus dressé, en fait la tombe d'un obscur diplomate français, Félix de Beaujour, plus de 20 mètres de haut et une dizaine de mètres de circonférence à la base. Mégalomane ?:


Un autre mégalomane ?: 


Une Maria Dolorosa:


Un général qui n'en finit pas de vivre, il y a la date de début mais pas la date de fin...:


Oui, un lieu à découvrir, un étrange endroit, merveilleux sous le soleil d'automne. Si vous passez dans le coin, n'hésitez pas... Et si vous voulez d'autres photos, piètre photographe que je suis, allez chez la copine Boutfil !






Résultat de recherche d'images pour "cimetiere du pere lachaise"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 20 octobre 2017

A propos d'harcèlement et d'agressions sexuelles... Le déballage qui me fatigue !

Résultat de recherche d'images pour "#balancetonporc"

Vous, je ne sais pas, mais moi,ces histoires de harcèlement, ça commence à me gonfler grave. Certes le sujet est porteur et fait de l'audience, faut bien alimenter notre voyeurisme, mais tout de même... Qu'un gros dégueulasse amerloque se fasse rattraper par la patrouille des amazones en folie, soit et tant pis pour lui, fallait pas jouer avec le feu mais de là à nous passer en boucle les histoires de fesses d'Harvey, de Pierre, de Gilbert et compagnie, ça va quoi ! En plus, il n'y a que des témoignages oraux, même pas d'images bien salaces à nous montrer; priceless !

Bon okay, depuis que le monde est monde, des filles, jeunes ou moins jeunes, belles ou moins belles, se sont fait siffler dans la rue, se sont pris une main aux fesses, se sont fait peloter, agresser et violer, c'est dramatique et dégueu, nous sommes d'accord. Mais c'est le discours qui va avec - surtout celui tenu par certaines nanas bien en vue - que j'ai du mal à avaler. Et d'une, ce #balancetonporc pour le moins vulgaire et violent est un appel à la délation publique, ce qui m'est insupportable; on dénonce chez les flics, on porte plainte et que justice passe mais, dans un état de droit, on ne jette pas en pâture un homme comme cela.  On n'accuse pas sans preuve et nulle justice ne saurait se contenter uniquement de témoignages véhiculés sur les réseaux sociaux ou par les médias (la dénonciation de Pierre Joxe par la fille Besson est en soi scandaleuse). Personnellement, si je n'étais pas ce que je suis, j'aimerai pouvoir siffler une jolie fille, lui dire que sincèrement je la trouve belle sans être balancé comme un porc sur les réseaux sociaux. Vous verrez que bientôt, les hommes n'oseront plus lever les yeux sur les nanas de peur de se faire convoquer devant les tribunaux populaires. 

Et de deux, ces dénonciations qui fleurissent sur les réseaux sociaux ou ailleurs mettent sur un même pied d'égalité les différents types de " harceleurs ". Qu'on le veuille ou non, le mec qui siffle simplement une nana dans la rue n'a strictement rien à voir avec un violeur ou un Harvey Weinstein. Ce n'est pas correct, ce n'est pas policé, certes, mais je ne connais pas de nana qui ait été traumatisée par un coup de sifflet, j'en connais même qui s'en trouveraient flattée. Il en va quasi de même pour la main aux fesses. Sauf que là, on est passé du harcèlement à l'agression sexuelle. Ainsi, ce qui hier ne valait au pire qu'une réprobation est devenu aujourd'hui pénalement condamnable. Alors, de grâce, ne mélangeons pas tout comme les Schiappa et autres féministes jusqu'auboutistes aimeraient qu'on le fasse. Parce qu'à ce rythme, vous verrez que l'une des plus vieilles activités humaines, draguer, deviendra totalement impossible.

Tertio, toute cette campagne médiatisée anti-harcèlement, avec toujours en pointe les féministes, a tendance à diffuser, même pas sournoisement, l'idée que tous les hommes seraient potentiellement d'odieux harceleurs en puissance. Bref, la revanche des femmes sur les hommes. Et bien non, tous les hommes ne sont pas des Gilbert Rozon ou des petites frappes de quartiers. Cela parait évident et pourtant depuis que l'histoire Weinstein a éclaté, pas une fois je n'ai entendu dans les médias, et encore moins cette vérole de Schiappa, dire: Attention, halte au feu, tous les hommes ne sont pas des salauds ! Et bien moi, je dis que ça ne fait pas de mal de l'affirmer. Comme l'on pourrait affirmer avec le plus grand sérieux: certaines femmes sont des harceleuses, certaines reluquent le mâle qui passe avec insistance quand d'autres n'hésitent pas, au travail par exemple et parce qu'elles ont un poste dominant, à harceler un ou plusieurs de leurs subalternes. J'en ai même connu une qui n'hésitait pas à agresser sexuellement les hommes qui lui plaisait. Imagine-t-on pourtant qu'on puisse, nous les hommes, se laisser aller au #Balancetasalope ? Le premier qui ainsi libérerait la parole des hommes serait cloué au pilori et qualifié de... harceleur par celles là même qui revendiquent le droit de balancer leur porc !

Quattro, devant ces histoires de harcèlement, faudrait voir aussi à se remettre un brin en question. Depuis des années, on a banalisé autant que faire se peut tout ce qui a rapport au sexe. On a totalement désacralisé le sexe. Le porno est en libre accès sur internet, on plante un plug anal géant ou un Domestikator en plein Paris (avec l'aval bien souvent de personnages se revendiquant comme féministes), des gamines (comme j'en ai vu ce matin) sont fringuées de telle façon qu'à côté d'elles Lolita passerait pour une nonne, l'avortement est devenu une simple formalité, etc, etc, etc... Et comment ne pas penser à ce débile " Osez le clitoris " ! Bref tout a été fait pour que les femmes obtiennent le droit d'être et de paraître comme elles le souhaitent. Tout a été fait pour que l'on puisse parler de cul sans passer pour un gros pervers ou une salope. Tout a été fait pour donner envie à tout un chacun l'envie de baiser quand et où il le souhaite. Le jeu de la séduction est devenu un banal argument commercial. En cinquante ans, nous avons fait exploser toutes les barrières de la retenue. C'était oublier que la chair est faible et qu'un pouième d'hommes et de femmes n'ont et n'auront jamais aucune notion de ce que peut être le respect de l'autre. En clair, toutes celles zé tous ceux qui, pour une raison valable ou pour une autre plus obscure ont facilité, voire encouragé, la banalisation du sexe et de la séduction portent, à mon avis, une part de responsabilité dans l'augmentation, exponentielle nous dit-on, des cas de harcèlements et / ou d'agressions sexuelles.

Enfin - et voilà qui n'a aucun rapport me dira-t-on avec la choucroute - quand on fait rentrer en Europe, en moins de deux ans, près de 1,5 millions de réfugiés, mâles en pleine forme et célibataires à 95 %, il ne faudra pas s'étonner que le nombre de cas d'harcèlements ou d'agressions sexuelles ait tendance à exploser dans les mois et années à venir. Mais sans doute ces cas là sont-ils moins banckable médiatiquement, ils ne seront pas le fait de... vous m'aurez compris.

#Balancetonporc, #balancetasalope, vous verrez que si comme moi cet emballement médiatique vous fatigue, dans huit ou quinze jours, on n'en parlera plus (jusqu'au prochain scandale) et celles et ceux qui souffrent ou auront souffert de ces maux d'aujourd'hui retourneront à leur solitude.

(NB: Pas de billet demain pour cause de déjeuner entre blogueurs à la capitale )

Résultat de recherche d'images pour "#balancetonporc"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 19 octobre 2017

Philippe Seguin était-il d'extrême droite ? Oui selon LCI !

Ou quand tranquillement, en une image, LCI invente une famille idéologique d'extrême droite et vous explique que, par exemple, de Gaulle, Philippe Seguin, Jean-Pierre Chevènement, Laurent Deutsch ou Stéphane Bern étaient ou sont d'extrême droite...



Misère, misère...


Résultat de recherche d'images pour "Philippe seguin"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 18 octobre 2017

Enfin ! Enfin de dangereux terroristes de l'ultra-droite arrêtés !

Addendum: Ou quand Gérard Collomb himself reconnaît que franchement...

(dessin de Olivier Bonhomme illustrant l'article du Monde évoqué plus bas)

Enfin ! Enfin, nous en avons trouvé, il était temps, cela faisait au moins quinze ans qu'on n'avait pas chopé de dangereux terroristes d'extrême droite, oups, pardon, de dangereux terroristes de l'ultra-droite. Qu'est-ce que l'on est content ! Enfin " on ", surtout les autorités et les médias parce que franchement depuis hier, ils nous abreuvent avec ça jusqu'à plus soif. Ne manque plus que la conférence de presse du procureur Molins.

Rendez-vous compte, fin juin, ils en ont chopé un premier, un p'tit gars bien craignos de 21 ans, Logan Alexandre Nisin qu'il s'appelle (Vous noterez qu'en moins de vingt quatre heures le peuple sait déjà tout de lui grâce à l'im-Monde qui a été suffisamment bien renseigné pour nous balancer, moins de 5 heures après l'arrestation du groupe, le portrait et le parcours complet de Logan). 

Bien craignos dis-je, parce que non seulement il admirait Anders Breivik - l'affreux qui avait dézingué une soixantaine-dizaine de gauchistes en Norvège - mais en plus, le bougre, il serait membre de l'Action Française ! Tout pour aggraver son cas. Alors, le gars, toujours il paraît, voulait occire Castaner et / ou Mélenchon et tant qu'à faire faire sauter une mosquée ou deux. Quand même, merde, quand même, comme disait l'autre, tu parles d'un programme. Pour un peu, on en rêverait ! Nan, J'déconne, bien sûr, faudrait pas en faire des martyrs de ces deux là.

Enfin bref, Logan, charismatique à souhait et même pas déséquilibré, il aurait embringué dans son délire une dizaine d'autres vilains nauséabonds, des jeunes motivés et tout, entre 17 et 25 ans, tous des fachos, nous dit-on. Et puis, on y a mis les moyens pour les serrer: la BRI, l'antiterrorisme et un autre groupe de flics dont j'ai oublié l'acronyme. Allez, zou, tous en GAV avant qui sait, la zonzon.

Oui sauf que dans tout ce battage médiatique anti-ultra-droite, donc anti extrême-droite, donc anti-FN, donc anti-réac, on arrive tout de même à savoir que, et d'une, aucun attentat n'a été déjoué, tout juste une ébauche d'un vague projet et de deux que, juridiquement, la seule chose que l'on puisse reprocher pour l'instant au p'tit Logan c'est d'avoir fait l'apologie du terrorisme ! Un peu léger tout de même pour parler de dangereux terroristes. En plus, Logan, arrêté en juin, il s'est mis à table et a balancé ses potes. Tu parles d'un vilain ! M'enfin, pour une fois qu'on avait autre chose que des muzz ou des antifas à se mettre sous la dent, on n'allait pas se priver; trop bon, n'est-ce pas !

Je vous fiche mon billet, comme dirait l'autre autre, que cette histoire va finir en eau de boudin et que en moins de temps qu'il n'en faut toute la bande sera relâchée et que Logan se prendra au plus un an avec sursis et un fichage " S ", S comme radicalisé ! Fin de l'histoire.

Néanmoins, vous verrez que par le truchement de cette histoire croquignolesque, médias et autorités n'auront de cesse de nous appeler à la vigilance: Vingt-deux tout le monde, la bête immonde se réveille, la fachosphère s'excite, Identitaires et factieux ne se cachent plus, les nauséabonds seraient en passe de passer à l'acte... terroriste.

C'est pas comme si depuis trente ans, tous les actes terroristes commis en France l'ont été par des muzz, c'est pas comme si la quasi totalité des désordres lors de manifs sont l'oeuvre de black blocs, d'antifas et autres extrême-gauchistes ! Là c'est du lourd, une dizaine de blancs pas fins mais fachos et sur le point d'ébaucher les contours d'un supposé projet d'attentat, forcément, ça doit décoiffer et faire passer tous les feux au rouge !

Et on continue à nous prendre pour des cons... tranquillement; vous me direz, tant que ça marche, ils auraient tort de se priver !

(NB: Aucun doute que le film L'Atelier que j'évoquais dans un précédent billet devrait bénéficier, grâce à cette histoire, d'un bon coup de pub)

Les dix personnes gravitaient dans l'entourage du militant d'extrême-droite Logan Alexandre N., arrêté en juin à Vitrolles.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Vivre en Européen