dimanche 23 novembre 2014

Ça va swinguer à gauche: Debout les frondeurs !


Si j'en crois Der Spiegel, journal allemand plutôt sérieux, ça va swinguer à gauche mercredi. En effet, le quotidien allemand affirme avoir pris connaissance d'un document signé d'Emmanuel Macron et de son collègue allemand, Sigmar Gabriel, document qui révèle que le gouvernement français devrait faire 3 annonces chocs mercredi prochain. Ces trois mesures, issues d'un plan commun franco-allemand de relance de la croissance, prévoient:

- une flexibilité accrue du marché du travail,
- un assouplissement des 35 heures dans plusieurs secteurs économiques, et...
- un gel des salaires pendant trois ans pour rendre les entreprises françaises plus compétitives.

Voilà, si la chose était avérée, qui devrait sans nul doute stimuler les frondeurs et piquer un peu plus au vif les cocus du 6 mai 2012 et les nostalgiques du Bourget.

Hollande fera-t-il, pour une fois, preuve de courage ? Nous verrons.

Sur ce, bonne soirée à tous, même en Socialie !

Folie passagère 2547.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Le FN emprunte 9 millions d'euros à une banque russe. La belle affaire !

(MLP au parc Lefortovo de Moscou pour le dépôt d'une gerbe de fleurs sur le monument dédié à l'escadrille Normandie-Niemen)

Rendez-vous compte, le Front National a obtenu d'une banque russe un prêt de 9 millions d'euros à un taux d’Intérêt de 6% (tout de même). 2 millions ont même déjà été versés. Et si c'est dans tous les journaux c'est que cette information doit être d'importance. Voilà qui fait scandale. 

Médiapart s'en offusque et se pose la question de savoir si le FN ne serait pas devenu le "nouveau parti de l'étranger", comprenez à la solde de Poutine. Le FN, cheval de Troie de Poutine pour investir la politique française ! Mieux, le site d'information trotskyste suppute que ce prêt masquerait une opération de blanchiment d'argent; d'argent sale forcément puisque venant de "chez Poutine". L'Im-Monde commente la chose plus finement en parlant "d'emprunt russe", emprunts russes de sinistre mémoire pour des millions de français. Sur le Huffington Post, des commentateurs  imaginent déjà une soumission  du FN au maître du Kremlin, d'autres n'y voient qu'une suite logique: après Depardieu, la Russie soutient le FN.

Bref, la presse s'offusque de ce que Marine Le Pen et le Front National puissent aller chercher ailleurs les moyens de son développement. Soit. 

Mais le véritable scandale n'est-il pas justement que le FN ait été obligé d'aller chercher en Russie ce qu'aucune banque française ou européenne ne lui a accordé. Il faut croire que non puisqu'aucun de ces journaux n'a pris la peine d'interroger diverses banques européennes pour connaître les raisons de ce refus. Voilà qui aurait été de l'info, voilà qui eut été intéressant. Et plus grave encore, selon moi, le fait de n'avoir pas interrogé "nos" banques sur les raisons de ce refus permet toutes les interprétations plus ou moins vraies, plus ou moins loufoques que j'ai pu lire ci et là: Manœuvre du pouvoir socialiste pour nuire au FN, mesure de rétorsion des banques européennes contre le discours de sortie de l'euro du FN, FN non solvable, etc...

Le FN emprunte 9 millions à une banque russe ? Et alors ?

Folie passagère 2546.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

samedi 22 novembre 2014

Du nouveau sur l'avortement...


On en a parlé, mais pas trop: Atteint d’un spina bifida, un fœtus a été opéré dans le ventre de sa mère, au cours du cinquième mois de grossesse. Ce type d'opération se pratique depuis de nombreuses années aux USA, au Brésil ou encore en Suisse mais c'était une première en France. (On pourra peut-être d'ailleurs se poser la question de savoir pourquoi...)

Le 9 novembre, le bébé est né par césarienne et se porte, nous dit-on, à merveille.


"... Ici, la médecine nous montre un de ses plus beaux visages. Elle nous découvre sa créativité, son ingéniosité, sa douce folie, sa capacité à inventer sans cesse de nouvelles techniques pour soigner un homme. La curiosité du soignant, le désir de pratiquer son art pour le bien de son patient, pour lui permettre de vivre sa vie, peut-être d’une autre manière, mais pour qu’il puisse la vivre, l’a sans cesse incité à être plus innovant encore. Alors pour ce tout-petit, on a mis au point une technique insensée. On a interrompu médicalement une grossesse pour l’opérer et lui permettre de vivre sans handicap, ou avec un handicap bien moindre que celui qu’il aurait eu sans cette intervention. Et oui, cette grossesse a été interrompue puisque ce mot « interrompre » signifie que l’on reprendra ensuite l’activité interrompue. Ce qui a bien été fait pour ce fœtus. La grossesse a été interrompue, son déroulement a été entrecoupé, perturbé par la chirurgie. Ensuite tout a été fait pour que celle-ci se poursuive dans les meilleures conditions possibles, pour que l’enfant ne naisse pas prématurément – un des plus grands risques après ce type de chirurgie. N’est-ce pas là, dans cette situation bien précise, que l’on pourrait véritablement parler d’interruption médicale de grossesse, d’IMG ? Une interruption de grossesse dont la finalité serait la vie, au contraire de celle proposée le plus couramment, lorsqu’un diagnostic de spina bifida est fait chez un enfant. Habituellement c’est la mort que l’on propose comme traitement médical, comme interruption médicale de grossesse qui ne soigne pas grand-chose ou plutôt pas grand monde... " (Laurence Henry pour Boulevard Voltaire )

Viendra un jour dans dix ans, dans vingt ans, dans quarante ans, - La loi Veil aura 40 ans l'année prochaine -, ce qui n'est rien à l'échelle de l'homme, où la médecine avec son intelligence, son opiniâtreté, son besoin de repousser les limites, ses excès parfois aussi, viendra à soigner la quasi totalité des maladies prénatales. L'interruption volontaire de grossesse pour des raisons thérapeutiques deviendra l'exception, une rareté, l'expression d'une limite pas encore atteinte.

Alors, quand viendra ce jour, et puisque selon les progressistes de tous bords "l'avortement de confort" n'existe pas, comment pourra-t-on encore défendre l'IVG si ce n'est avec l'argument qui permit de le légaliser et qui figurait dans le texte initial de la loi Veil avant que les socialistes ne le suppriment en 2013: la situation de détresse. D'aucuns diront que c'est un juste retour des choses ou quand la science et la médecine s'accordent pour revenir à l'esprit initial de la loi. Comment, ce jour venu, imaginer une femme dire "qu'elle ne veut pas poursuivre sa grossesse..." ?

Voilà peut-être bien pourquoi on en a parlé mais pas trop. Cette première médicale (en France) est possiblement, et peut-être involontairement, la remise en cause de l'avortement lorsque celui-ci ne répond pas à une situation de détresse. Pourrait-on dès lors parler d'un "retour en arrière positif" ? 

Ben merde alors, voilà qui en la matière serait aussi une sacrée première !

Folie passagère 2545.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 21 novembre 2014

Vous êtes priés de bien vouloir céder à la Juppémania. Compris ?


"Plus moderne, le style d'Alain Juppé convient mieux à la France d'aujourd'hui. De toutes parts, jusque dans les chapelles les plus improbables, on sent monter une envie de Juppé. Si la cote du maire de Bordeaux n'a cessé de grimper au cours de ces dernières semaines, c'est sans doute à cause de cette posture gaullienne, au dessus des partis, qui lui permet de surplomber le petit cloaque politicien où gigotent tant de politiciens. L'heure est à l'altitude et à l'intérêt général." F.O.G., Le Point du 20 novembre 2014.


" 2014 signe le retour en force de l’ancien Premier ministre de Chirac. Actuellement co-président de l’UMP aux côtés de François Fillon et Jean-Pierre Raffarin, il a annoncé sa candidature à la primaire de son parti en 2016 en vue de l’élection présidentielle de 2017. Surtout, à 69 ans, il a réussi à imposer une précieuse image de sage de la politique, représentant serein d’une droite apaisée qui pourrait faire des jaloux dans les mois à venir, à commencer par Nicolas Sarkozy. C’est ce côté mesuré qui plaît aujourd’hui chez Alain Juppé et lui vaut d’être désigné « Homme politique de l’année » par GQ." Magazine GQ ( prononcez DgéKyou pour ne pas avoir l'air d'une bille), novembre 2014.


"Bon, admettons qu’elle ait bien lieu, cette fameuse primaire UMP, admettons que Sarkozy ne parvienne pas à l’empêcher, tu n’es pas sérieusement en train de me dire que tu irais pour voter Juppé ? Si,  Sérieux, j’irai et je voterai Juppé. Et sans me cacher ! " Frédéric Bonnaud, Les Inrocks, nov. 2014.


"Le positionnement d'Alain Juppé lui permet aujourd’hui de rafler des opinions positives, y compris auprès de l’électorat de gauche. Sa ligne est proche de celle du chef de l’Etat et les sympathisants de gauche sont sensibles à ce positionnement." L'Obs.

"Fini l'homme rigide, limite sectaire, "droit dans ses bottes" de 1995. Oublié son passé de Premier ministre, qui fit descendre des millions de gens dans les rues avec ses réformes impopulaires, qu'on croyait cramé par la dissolution de 1997 et définitivement hors-jeu après sa condamnation judiciaire en 2004. Alain Juppé a changé" France TV Info, 20 nov. 2014.

Et c'est comme cela dans tous les journaux et si cela ne suffit pas, Juppé se mettra en scène aux côtés de Président et de Chirac, ceux d'hier et forcément lui, demain. Un ministre démissionne et nos médias n'ont d'yeux que pour ce trio présent à la remise des prix de la fondation Chirac.

On nous gave avec Juppé. Juppé par ci, Juppé par là. Il est désigné homme politique de l'année 2014 mais personne n'est capable de nous dire ce qu'il a fait au cours des 12 derniers mois, si ce n'est "être au dessus des partis " en prenant la tête de l'UMP au sein d'un triumvirat de dinosaures. Et les deux molles, celle de gauche et celle de droite, nous vanter les mérites d'un homme dont on se souvient à peine qu'il fut ministre de Sarkozy, qu'il fut l'homme qui mit des millions de gens dans la rue en 1997, celui qui fut condamné pour emplois fictifs à quelques mois d’inéligibilité et 14 mois de prison avec sursis. On nous dit qu'il incarne une certaine stabilité en oubliant ses revirements idéologiques sur par exemple le mariage pour tous. La gauche l'encense mais curieusement elle oublie que Juppé a validé toutes les politiques d'expulsions de Roms et qu'il fut celui qui ordonna l'expulsion manu militari des 300 sans papiers de Saint- Bernard. Il dit non à la livraison des Mistral mais qui pour nous rappeler que c'est lui qui a signé le contrat de vente de ces bateaux à la Russie ? On nous que l'ENA, ça suffit mais il faudrait aller brouter dans la main de l'un de ses meilleurs représentants? etc, etc, etc...

On l'aura compris, personne à gauche pour succéder à un Président socialiste qui ne vaut plus un kopeck, personne de suffisamment solide ou mur à droite pour contrer Sarkozy, Juppé est la création médiatique du moment, l'arme espérée fatale pour évincer Sarkozy, le chouchou par défaut d'une gauche désespérée, le favori de ceux qui à droite ont une dent contre Sarko. Le consensus... mou.

Juppé, le clone à droite du Hollande des primaires socialistes ? L'homme capable de ratisser large tant à gauche qu'à droite, le plus petit dénominateur permettant le rassemblement le plus large. Si c'est pour faire gagner la droite en 2017 avec des idées "de droite" voilà qui ne me gênerait pas mais vu ce que l'on sait du bonhomme et de sa plasticité idéologique, ce que je vois c'est ni plus ni moins qu'un social-pseudo-libéral progressiste charmé par la "diversité", les bras ouverts à tous les communautarismes, un Hollande bis, la classe et la tenue en plus. Juppé, Hollande, c'est du quasi pareil au même.

Néanmoins la route sera longue jusque mai 2017 et nous verrons de quoi l'homme, âgé aujourd'hui de 69 ans, est capable lorsqu'au plus fort de la campagne électorale à venir les couteaux fuseront et que des alliances devront être nouées pour l'emporter face à une Marine que l'on nous promet au second tour... J'ai comme qui dirait quelques doutes...

En attendant, on vous dit que c'est le meilleur d'entre tous alors vous êtes priés de le croire. Compris ?

Folie passagère 2544.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr