lundi 27 juin 2016

Quizz Photo ( niveau de difficulté: facile )


Cette photo a été prise dimanche lors du match France vs Irlande; s'y est cachée une anomalie, pourtant flagrante... Laquelle ?

Et n'allez pas me dire que l'anomalie, c'est la présence de ces deux individus au plus haut niveau de l'Etat, ça, on le savait déjà !

Folie passagère 3219.
Résultat de recherche d'images pour "supporters de foot"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Pass Navigo: Arnaque socialiste

Afficher l'image d'origine

Pour tenter de gagner les élections régionales et pour faire plaisir aux écolos, la présidence socialiste de la région Ile de France avait fait adopter un prix unique de 70 euros  au Pass Navigo permettant à tous les Franciliens de se déplacer partout et autant de fois qu'ils le voulaient sur toute la région.

Si l'idée était séduisante, elle n'en était pas moins une aberration économique qui coûterait  environ 300 millions d'euros par an (chiffre que nul ne contesta) aux finances régionales, donc au contribuable.

Valérie Pécresse, pendant sa campagne, s'était engagée à ne pas en augmenter le prix si et seulement si l'Etat prenait en charge le manque à gagner.

Manuel Valls , soutenant le candidat Bartolone, préféré à Jean-Paul Huchon par le pouvoir, déclarait en septembre: " Le pass navigo à tarif unique, une belle mesure qui facilite les déplacements des Franciliens ".

Une fois élue, Pécresse engage un bras de fer avec Manuel Valls afin que l'Etat couvre au moins une partie de ce gouffre financier.

En février 2016, Valls envoie une lettre à Pécresse exposant les différentes pistes qu'il examinait pour aider la région sur l'année en cours et de manière pérenne pour les années suivantes. Pour 2016, Valls propose que la RATP pioche dans ses réserves et vende l'immeuble qui abrité son siège social !

Le problème, c'est qu'à ce jour, rien n'a été versé ni signé. Pécresse met la pression et menace depuis quelques jours d'augmenter de 15 euros le fameux Pass... comme le disait Jean-Paul Huchon en septembre 2010 !: " 85 €, c'est le tarif qu'il faudrait pratiquer sans perdre un sou. Mais vous me voyez imposer ça à Delanoë? ". Les socialistes savaient donc déjà qu'à 70 euros, s'ils faisaient un beau cadeau aux électeurs, la région perdrait de l'argent, mais tant pis, les bulletins de vote sont à ce prix !

Résultat des courses, ce matin, protocole signé entre la région et Matignon: Le Pass Navigo augmentera d'au moins 3 euros à partir du mois d’août !

Un protocole qui " acte que les moyens supplémentaires nécessaires pour assurer un financement pérenne du système de transports francilien seront répartis entre les usagers des transports en commun, via le levier tarifaire, les usagers des routes franciliennes, via une modulation régionale de la TICPE, et enfin les employeurs de plus de 11 salariés via une hausse du Versement de Transport " déclare Matignon; ce qui dans un langage plus terre à terre se traduit par: +3 euros, ce n'est qu'un début !

Bref, Franciliennes , Franciliens qui avez voté socialiste pour cette promesse d'un Pass Navigo à 70 euros, vous vous êtes fait entubés ! Encore.

Folie passagère 3218.
Résultat de recherche d'images pour "valls huchon bartolone"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 26 juin 2016

Brexit: J'ai signé la pétition (bidon). Pas vous ?


J'étais pas d'accord avec le résultat du référendum alors j'ai signé la fameuse pétition dont tous les médias parlent pour qu'on puisse en refaire un autre ! J'ai été le 3 316 093ème internaute à le faire:

3,316,093 signatures
We've added your signature to the petition:

Share this petition



Parliament will consider this for a debate

Parliament considers all petitions that get more than 100,000 signatures for a debate
Waiting for 2 days for a debate date

Government will respond

Government responds to all petitions that get more than 10,000 signatures
Waiting for 2 days for a government response

N'importe qui, rosbeef ou pas, peut la signer , vous pouvez même signer plusieurs fois. La preuve, je suis aussi le :
3,319,051ème internaute à l'avoir signé !

Allez, ce n'est pas le tout, faut que j'aille répondre aux commentaires laissés sur le précédent billet.

Bonne soirée, même en Socialie !

Folie passagère 3217.
EU referendum 2016
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 25 juin 2016

Mon Union Européenne à moi...

Résultat de recherche d'images pour "union européenne"

Il y a quelques années, je bossais pour un grand groupe de distribution ayant des magasins dans une dizaine de pays européens, 70 en France et entre 5 et 12 dans les autres pays. Au total, nous avions, de mémoire, plus de 120 très gros bouclards et quelques 500 supermarchés. Chaque pays travaillait de manière indépendante avec sa propre centrale d'achats, ses chefs de rayons, sa politique commerciale, sa manière de négocier et jusqu'à l'avènement de l'euro, dans sa propre monnaie. Au siège, nous décidâmes que cette manière de faire était stupide, il y avait certainement des coucougnettes en or à se faire en regroupant tout cela.

Il fut donc décidé que sur toutes les familles de produits n'ayant pas de spécificités locales ou nationales, les achats et la politique commerciale seraient du ressort de négociateurs internationaux; je fus l'un d'entre eux. Les acheteurs nationaux seraient désormais chargés, après avoir donné leur consentement, d'appliquer les choix décidés par " l'international ", ils gardaient néanmoins la charge des achats locaux. Il était par contre interdit aux négociateurs internationaux d'intervenir sur des produits spécifiques à un pays.

Le groupe étant français, la langue internationale retenue entre nous pour travailler fut donc le Français.

Ainsi, sur les familles de produits dont je m'occupais, je fis le recensement des besoins de chaque pays et ne m’intéressais qu'aux produits rigoureusement commun à tous. Ainsi en était-il, par exemple, des piles électriques, des ampoules, des tournevis ou des perceuses à percussion. Dans tous les pays, les besoins des consommateurs était le même et les produits identiques puisqu'il n'y avait pas de spécifiés techniques ou réglementaires particulières à un pays sur ces marchés. Les fournisseurs étaient internationaux, hélas pas français, et se régalaient en vendant à chaque centrale nationale leurs produits aux prix qu'ils le souhaitaient. Je découvris ainsi, en fouillant, que certains de ces fournisseurs pouvaient vendre à nos magasins italiens les mêmes produits qu'ils fourguaient 40% plus chers à nos magasins espagnols quand les français achetaient 10% moins cher que les polonais.

Nous nous mîmes donc à négocier au global des volumes et des prix d'achats déshabillés de toutes les remises, rabais et ristournes possibles et inimaginables afin d'avoir la certitude d'obtenir le meilleur prix d'achat. Nous négociâmes aussi la politique commerciale et les promotions puisque sur ces produits la saisonnalité et les pics de vente étaient sensiblement les mêmes partout. Là où auparavant plus d'une dizaine de fournisseurs étaient référencés et s'engraissaient dans certains pays au détriment des autres, nous n'en gardâmes que 3. En échange, ceux-ci n'avaient plus qu'un interlocuteur, une garantie de volumes achetés, l'assurance d'être dans la totalité de nos magasins, un déploiement rapide de leurs nouveautés, une force de frappe disséminée sur quasiment tout le continent, une porte d'entrée sur nos magasins extra-européens et la certitude que si ils déconnaient, ils seraient immédiatement sanctionnés par un déréférencement partiel, temporaire ou définitif.

La chose ne fut pas facile à mettre en place, chaque pays, que ce soient les collègues ou les fournisseurs, virent d'un assez mauvais œil qu'une entité " supérieure " vienne empiéter sur leurs plate-bandes et leurs parfois curieuses habitudes d'achat ou de vente ( C'est en Pologne et en Italie que nous découvrirons les choses les plus étonnantes, si vous voyez ce que je veux dire... ) mais petit à petit, tout le monde finit par y trouver son compte et les acheteurs nationaux furent bien obligés de se rendre compte que d'acheter groupés valait nettement mieux qu'isolé. Quant à nous, internationaux, n'avions pas d'autre choix que de fourguer à nos collègues nationaux nettement mieux que ce qu'ils avaient avant.

Nous poussâmes même le bouchon suffisamment loin en décidant que chaque année, les nationaux auraient à évaluer la performance et la pertinence des choix opérés par l'international et vice-versa; promotion, primes et salaires dépendaient donc d'une mutuelle satisfaction. Le groupe vit, sur les familles de produits concernés, ses marges nettes augmenter de plus de 10%, les actionnaires furent très satisfaits, les équipes locales virent leur rentabilité multipliée par deux sur certaines lignes, quant à mon salaire, tout compris, il augmenta de 30% en 3 ans. Et d'après ce que je sais, le truc fonctionne encore, a été étendue aux pays du groupe hors Europe et n'est plus remis en cause par qui que ce soit. Cette union européenne servit même de " modèle " à d'autres groupes.

Et pourquoi le truc fonctionne-t-il si bien ? Parce que nous avons fait exactement ce que nous avions promis de faire, pas plus, pas moins et réalisé ce que l'UE, Bruxelles et nos dirigeants politiques n'ont pas su faire: Déterminer un " tronc commun " et s'y tenir, un périmètre d'activité bien précis et des règles strictes pour chaque entité, la mise en place d'un management partagé et une évaluation régulière des résultats... Au bout du bout et histoire de titiller Lebuchard Courroucé, que du bonheur et du pognon pour tous.

Folie passagère 3216.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 24 juin 2016

Brexit, premières impressions...



Brexit, premières impressions...

La nuit dernière, vers 1h30, la chose semblait entendue, les Anglais ne sortiraient pas de l'UE, je m'endormis enfin. Quelle surprise ce matin ! A peu chose près, le résultat que j'attendais mais à l'envers ! Le " out " l'avait emporté et les derniers sondages s'étaient encore plantés.

On nous dit depuis ce matin que les Anglais ont décidé de quitter l'UE, relativisons: Moins de 52% des votants se sont exprimés pour le Leave. Ce qui fait de la Grande Bretagne un pays scindée en deux, voilà déjà une des premières conséquences pas très joyeuse de ce référendum. Mais ainsi le veut la démocratie, c'est fait et aussitôt, c'était prévisible, panique à bord, les banques et les marchés d'abord: La dégringolade, des dizaines de milliards d'euros, de dollars et de livres sterling parties en fumée en moins d''une journée. Voilà la deuxième conséquence de ce vote historique; vous me direz, ce n'est pas grave, c'est pas notre pognon... Vous êtes sûrs ? Réfléchissez !

Puis vinrent les réflexions de nos politiques et cette envie irrépressible monter du plus profond de mon âme de distribuer des paires de baffes: De tous nos politiciens que j'ai pu entendre, les billes de l'Elysée et de Matignon en tête, de droite ou de gauche, ils ont tous repris, à peu de choses près, le même refrain qu'après les dernières élections européennes ou régionales: en gros, il faut prendre en compte la colère des peuples, il faut réformer l'Europe, refondationner Bruxelles, recentrer l'Union sur un corps plus étroit de pays, juguler l'immigration,comprendre la montée des populismes et apporter des réponses à ceux qui ne croient plus en l'idée européenne, etc, etc, etc et blablabla... Les cons ! Z'avaient qu'à mieux nous écouter ! Le top du top c'est cet abruti de Donald Tusk qui a déclaré un truc du genre: le Brexit, c'est la fin de la civilisation européenne. Cela fait des années que le ras le bol des peuples européens gronde et s'exprime de plus en plus bruyamment et les voilà nous rejouer, avec toute la dramaturgie de rigueur et conseil des ministres extraordinaire en prime, la même rengaine. Bien fait pour eux ! Et tant mieux pour la Marine et ses cousins européens !

Je n'y croyais pas à ce Brexit mais à la réflexion si les Anglais ne s'étaient pas tirés les premiers, tôt ou pas bien tard, la surprise serait venue d'ailleurs. D'une idée généreuse et pleine de promesses, l'Union Européenne, nos politiciens d'ici ou d'ailleurs ont fait, à leur profit ou au bénéfice d’intérêts " supérieurs " et bien souvent extra-européens, un monstre technocratique qui n'a eu de cesse d'empoisonner nos existences et de réguler nos vies, sans compter le pognon qu'il nous coûte ! Seulement voilà, on ne s'en prend pas impunément aux fiertés nationales et aux identités, un jour ou l'autre, ça pète.

Alors bien sûr, c'est presque un abus de langage que de dire que l'Angleterre quitte l'union puisque ce retrait se fera progressivement, on parle de deux ans minimum, mais le résultat est là: L'Union Européenne, en vérité pour la première fois, s'est pris une grande claque dans la tronche et c'est tant mieux. tant mieux si cela doit servir de leçon magistrale à nos dirigeants... Et là, voyez-vous, j'ai un doute...

Nos dirigeants qu'ils soient français ou européens ont très peu de temps pour se retrousser les manches, le temps que leur laissent les prochaines échéances électorales à venir, pour réformer de fond en comble l'UE faute de quoi celle-ci explosera en vol, voici une catastrophe que nous n’avons pas les moyens de nous payer. A l'échelle du monde, nous ne sommes que des nains.

J'ai aimé et j'aime encore cette idée européenne, celle qui nous a donné Airbus, celle qui nous a apporté la paix depuis plus de 70 ans, celle des grands projets mais je ne supporte plus cette hydre gluante qui vient nous dire comment produire nos fromages et curer nos ruisseaux, qui nous impose d'accueillir toute la misère du monde ou bien encore qui, peu à peu, tente de détruire nos nations ( la création des supers régions en France n'est qu'une étape ) et nos identités au profit d'une organisation supra-nationale totalement déconnectée de nos réalités et de nos spécificités. Il semblerait que je ne sois pas le seul.

Alors à nos dirigeants de se sortir les doigts du cul maintenant, tout de suite, et de nous montrer une bonne fois pour toutes que, pour le coup, ils ont entendu le message; tout le problème est de savoir s'ils seront à la hauteur. Hélas, il me suffit d'écouter ce qui nous sert de Président et de Premier Sinistre comme je l'ai fait ce matin et là, voyez-vous, je ne doute plus, je désespère.

Folie passagère 3215.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

A propos de la présomption d'innocence...

Afficher l'image d'origine

J'aurais pu vous parler de Brexit mais non, ce sera pour plus tard, ce soir...

Il y a 6 ou 7 ans, dans ma petite ville un médecin connu de toutes et de tous, marié et père de deux ou trois enfants fut accusé de viol ou d'agression sexuelle, je ne sais plus, par l'une de ses clientes. Les policiers débarquèrent un beau matin et l'embarquèrent devant sa famille. S'ensuivit localement, vous vous en doutez, lynchages médiatique et populaire. Libéré après sa garde à vue en attendant que justice se fasse, il se défenestra le lendemain, les accusations et le lynchage étaient insupportables à son cœur d'honnête homme. On sut quelques temps plus tard que les dites accusations étaient totalement infondées, le dossier fut classé sans suite, la plaignante n'eut pas à subir les conséquences de sa dénonciation calomnieuse. A aucun moment, il ne bénéficia de la présomption d'innocence.

Dans un tout autre registre, on se souviendra de quelle manière Eric Woerth fut traîné dans la boue par les médias et la gauche pour une  histoire de vente suspecte de terrains mitoyen à l'hippodrome de Compiègne. Ce ministre plutot prometteur de Sarkozy dut, devant la pression et pour pouvoir se défendre sans gêner son camp, démissionner. A l'en croire, il a vécu pendant 4 ans un véritable cauchemar et, selon ses confidences, c'es grâce aux soutiens indéfectibles de sa famille et de quelques amis qu'il put tenir le coup jusqu'à ce qu'il soit totalement blanchi. Là aussi, l'homme ne bénéficia pas de la protection qu'est supposée être la présomption d'innocence.

Des exemples comme ces deux-là, il y en a des dizaines, et parfois, hélas, mort d'homme.

Balkany, 4 mises en examen aux fesses, et Georges Tron ont été réinvestis par Les Républicains pour les prochaines législatives. Je n'aime pas Balkany, ses électeurs par contre l'adorent, et connais peu Tron. De ce dernier, je sais juste qu'il a été blanchi, en partie, de ce dont il était accusé, lui colle encore une affaire de viol supposé qui doit être jugé sous peu.

Leurs investitures provoquent de nombreux remous et un déchaînement, en particulier sur les réseaux sociaux, absolument incroyable. Que leurs investitures puissent être choquantes, je comprends, j'aurais moi aussi préféré, au moins pour Balkany, que cela ne fut pas mais de voir de quelle manière certains s'en servent pour tenter de déstabiliser Les Républicains et Sarkozy est absolument scandaleux; qui plus est quand les attaques proviennent de gens de la même famille politique. Juppé, Le Maire ou bien encore l'inutile et politiquement inexistant Bayrou sont odieux. Quant aux gauchistes, toujours prompts à brandir le droit pour tous, on se marre, peut-être suffirait-il de leur rappeler que les socialistes ont dans leur rangs, actuellement, pas moins de 57 personnes condamnées ou mises en examen.

Encore une fois la présomption d'innocence, normalement l'un des piliers fondamentaux de notre justice, est totalement bafouée, tant par les médias que par certains politiques ou par des lambdas bas du front, parfois même avec l'aide des services de justice qui savent, quand cela peut servir quelques intérêts, distiller quelques informations incomplètes ou manipulées.

Vient néanmoins le temps où justice passe enfin. Il y aura donc un jour un dénouement pour les dossiers des deux personnages, il sera alors temps d'en tirer les conséquences. Point barre.

En attendant et quelque soit le dossier ou les personnes mises en cause, il serait temps, dans ce pays, que la présomption d'innocence soit enfin respectée et considérée pour ce qu'elle est: un droit fondamental, une protection pour tout un chacun. Merci.

Folie passagère 3214.
Résultat de recherche d'images pour "balkany"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Magnifique !

Magnifique !