jeudi 22 juin 2017

Lettre à Bernard Accoyer et consorts

Résultat de recherche d'images pour "immeuble les républicains"

J'ai reçu ce matin le courrier ci-dessous et, comme toute personne bien élevée le ferait, il me fallait y répondre... Voir plus bas...


" Cher Corto,

Les Républicains doivent faire face aux conséquences d'une double défaite : notre mouvement a été éliminé dès le premier tour de l’élection présidentielle, ce qui n’était jamais arrivé à la droite sous la Ve République, et sa représentation à l’Assemblée nationale est aujourd'hui historiquement faible et divisée.

Dans ce contexte, nous avons la responsabilité de tirer les enseignements de nos erreurs et de nous repenser entièrement, tant sur le plan de notre ligne idéologique et de notre action que du rôle et du fonctionnement même de ce que doit être un parti.

Ce travail de remise à plat et de réinvention est une étape vitale pour reconstruire ce qui fait le sens et la fierté d’appartenir à notre famille politique et pour pouvoir de nouveau tisser un lien de confiance avec les Français.

C’est pourquoi je m’adresse aujourd’hui directement à vous.

L’heure est au sursaut.

Pour reconstruire les Républicains, pour que la voix de l’opposition compte, nous avons besoin de votre mobilisation.

Notre objectif est de préparer le Congrès statutaire qui vous permettra, dès cet automne, de désigner le Président des Républicains. Cette élection ainsi que la campagne qui la précédera devront se dérouler dans des conditions d’équité et de transparence sur lesquelles nous serons intransigeants.

Soyez assuré, durant cette période, de notre détermination et de notre volonté d’apaisement.

Cher Corto, en cette période décisive pour l’avenir de notre famille politique, je vous invite personnellement à renouveler votre engagement et à participer la refondation des Républicains.


Je vous remercie par avance pour votre engagement à nos côtés.

Bernard ACCOYER
Secrétaire général "

--------------------

" Salut Bernard,

J'ai bien reçu ta lettre et je te remercie pour l'attention que tu me portes.

Si j'ai bien compris le sens de ta bafouille, tu me demandes de filer un peu d'oseille au parti afin de reconstruire celui-ci. Encore ? Toujours ? Ce n'est pas que j'ai des oursins dans les poches mais du pognon, ça fait un moment que je t'en donne. Pas beaucoup à chaque fois mais 30 euros par ci, 30 euros par là, 30 euros pour le Sarkothon, 4 euros pour cette foutue primaire (il est où d'ailleurs le reste du butin donné à Fillon ?), 30 euros pour la présidentielle, 30 euros pour les régionales, etc... ça commence à faire beaucoup. Et beaucoup pour quoi ?

Comme tu le dis: pour se prendre une volée magistrale à la présidentielle et aux législatives alors qu'un boulevard vers la victoire nous était promis.

Bref, Bernard, tu me demandes du pognon pour reconstruire un truc que moi, je, personnellement, n'ai nullement contribué à déconstruire. Je veux bien être un brin simplet du carafon mais là tu pousses, Bernard, tu pousses. Parce que, à bien y regarder, c'est qui qui a déconstruit le bousin ? C'est pas moi, c'est pas les militants ou les adhérents de base. Nous, on ne fait que ce que l'on nous demande de faire: tracter, défendre nos valeurs et nos idées, participer à des réunions et toussa. On ne casse rien. Par contre, les orientations du mouvement, les prébendes, les voitures avec chauffeurs, le bel immeuble de la rue de Vaugirard, les ego boursouflés, les querelles de chefs, les trahisons, les coups de poignards dans le dos, les revirements programmatiques (ah, celui des législatives, il était superbe, dans le genre triple salto arrière, je m'écrabouille, il fallait le faire!), j'en passe et des pires, c'est pas nous les petits, tout ça. C'est vous, là haut, à Paris. C'est toi, Raffarin, Fillon, Solère, Fenech, Juppé, Debré, Le Maire, Copé, Barouin, Guaino, Estrosi, NKM, Darmanin, les con-structifs, j'en passe et des plus veules. Nous, on y est pour rien. Entre ceux qui n'ont cessé de torpiller Sarko et ceux qui n'ont jamais soutenu véritablement Fillon, entre Fillon qui s'est défendu en dépit du bon sens et ceux qui ne lui ont pas apporté le moindre soutien, entre ceux qui depuis des années n'ont pas voulu appeler un chat, un chat, un muzz, un muzz, un immigré, un immigré, un islamiste, un islamiste et ceux qui se sont vautrés dans le politiquement correct par peur des coups de bâtons du camp d'en face, faut pas t'étonner, Bernard, que la boutique ait pris l'eau. Et je n'évoque pas plus tous ces soiffards qui, pour un plat de lentilles, sont du jour au lendemain tombés en pâmoison devant un jeune loup de la finance !

Et tu voudrais que je te file du pognon pour nous la refaire à l'identique ? Non mais ça va pas la tête. Taratata, Bernard, moi, je vais te proposer de la jouer autrement, à l'envers. Tu veux ? Okay.

Alors pour commencer, tous ceux qui, au siège du parti, ont plus de 25 ans de boutique, dehors ! Et sans indemnités, zou, du vent, du balai ! Dehors les Copé, Raffarin, Fillon, Juppé et compagnie, et toi aussi, Bernard, désolé ! Oui, désolé, t'es sympa mais tu fais partie de ceux qui nous ont amené là où nous en sommes. 

Ensuite, que ceux qui restent et qui ont une vision du monde autre que celle des palais nationaux, vous nous pondez un programme qui tienne la route, un programme débarrassé de toutes bisounourseries et de tout politiquement correct. Un programme sur l'Europe mais attention, sur une Europe au service des intérêts nationaux et pas une Europe tout pour sa gueule. Un véritable programme sur l'immigration qui nous fait suer, l'immigration de ceux qui ne sont pas européens, si tu vois ce que je veux dire... Non, alors je te le dis en plus clair: arrêt total de toute immigration non européenne, no more imported muzz. Quoi ça t'étonne ?, t'avais qu'à écouter la base. Un programme qui n'oublie personne: ni les handicapés, ni les retraités, ni les agriculteurs, ni les classes moyennes, ni et surtout les chômeurs et les précaires. Un programme qui bannira les communautarismes en tous genres. Un programme qui fasse la part belle à notre pays, nos racines, notre histoire, nos ancêtres, nos cathédrales et nos campagnes. Un programme qui fasse primer les libertés individuelles sur l’égalitarisme débile et mortifère. En résumé, un programme qui me tire, qui nous tire, qui tire la France vers le haut; bref l'exact contraire de ce que nous vivons depuis des années. Le mérite, l'autorité, la patrie, ça te parle ? Alors mettez-vous à bosser au lieu de vous chicailler sans arrêt. Vous nous avez trop déçu, va falloir maintenant nous séduire à nouveau. Tu veux qu'on crache au bassinet ? No problemo, redonnez-nous envie d'y croire. Mais attention, pas d'embrouille, pondez-nous un projet, un vrai programme, un truc avec objectifs, des moyens et du réalisme. Un programme avec du corps, des tripes, une colonne et des couilles ! Okay ?

Alors peut-être bien que là, tu pourras me renvoyer un p'tit email pour me demander de la thune et qui sait, si la confiance est rétablie, p'tre bien que je remettrai trente balles dans le nourrain. En attendant, tu fais ceinture et le parti avec !

Sur ce Bernard, si tu me lis, check m'en cinq ! Et à bientôt !

Corto "

Folie passagère 3366
Résultat de recherche d'images pour "bernard accoyer"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Un coup de chaud ? Allez donc à Saint-Denis !

" Le Vivre-Ensemble est le nom de code de l'incivilité " 
Alain Finkielkraut


Vidéo tournée hier à Saint-Denis, charmante bourgade du 9-3... The place to be quand il fait chaud ?
Non mais franchement !

Pépin, Berthe, Saint Denis, Dagobert, Jean, Charles, Au Secours ! Ils sont devenus fous

Folie passagère 3365.
Résultat de recherche d'images pour "basilique saint denis"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


mercredi 21 juin 2017

Starbucks a choisi: des migrants plutôt que des chômeurs français...

C'est vrai ça, pourquoi ne pas embaucher des migrants quand, dans notre pays, il y a, toutes catégories confondues, près de 6 millions de chômeurs...






Je n'aimais pas cette chaîne de café, elle me convainc aujourd'hui de ne pas la fréquenter.

Monde de fous !

Folie passagère 3364
Résultat de recherche d'images pour "migrants"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Bayrou dégagé, Goulard dégagée, de Sarnez dégagée: Une belle matinée !

Résultat de recherche d'images pour "bayrou de sarnez"

Quelle belle matinée !

Cher Emmanuel Macron, chose promise, chose due: Tu as enfin viré cette enflure de Bayrou, tu viens donc de gagner un demi point au baromètre de la confiance que je t'accorde; tu passes de un sur vingt à un virgule cinq ! Bravo. Mais cette progression remarquable ne doit pas cependant t'autoriser d'une part à fanfaronner et d'autre part à te reposer sur tes lauriers. La marge de progression est importante, tu peux mieux faire. Tiens, par exemple en te débarrassant, pour de bon, sans te contenter de le fourguer à l'Assemblée de Richard Ferrand. Voilà, qui te rapporterais au moins un point.

Bayrou dégagé, Goulard dégagée, de Sarnez dégagée; oui vraiment une belle matinée ! Même si c'était prévisible.

Bayrou et sa copine, pas seulement couple en politique, pourront à nouveau se retrouver plus librement...

Un journaliste, sur BFMacron ce matin, vers 8h30, m'a estomaqué. Il déclara benoîtement devant Barbier et Jeudy: " Mais, on n'avait rien vu venir " ! Ah bon, rien vu venir ? D'où qu'il sort celui-là ? Cela fait des mois, voire des années avec la sortie du livre de Corine Lepage, que l'on savait que la clique Bayrou était contaminée par ces histoires d'assistants parlementaires. Il est vrai que Bayrou ne s'appelle pas Fillon et que donc, s'il fallait assassiner Fillon, il fallait épargner tous ceux qui d'une manière ou d'une autre pouvaient aider le Macron à grimper sur le trône... Fillon fut balayé, Bayrou arriva... Et le Modem qui n'était plus rien obtint une quarantaine de députés.

Alors quand je les vois tous, ce matin, ces chroniqueurs et autres commentateurs nous dire que ces amputations ministérielles sont pour le moins subites, voire surprenantes, je me marre !

Je me marre doublement quand je me souviens de ce qu'on disait de ce délai supplémentaire de vingt quatre heures nécessaire pour former ce premier gouvernement Macron: des vérifications... qu'ils disaient.

Elle est belle la Macronie: 4 ministres éjectés en moins de quinze jours, une trentaine de nouveaux députés macroniens vérolés ou rattrapés par la patrouille: Même Hollande n'avait pas fait aussi bien en si peu de temps.

Moralisation de la vie politique et exemplarité qu'il nous promettait Jupiter...

Folie passagère 3363
Résultat de recherche d'images pour "bayrou de sarnez"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 20 juin 2017

Je voudrais vous parler de mon député...

Résultat de recherche d'images pour "axel poniatowski vuilletet" Résultat de recherche d'images pour "vuilletet"

Après ces législatives, je voudrais vous parler de mon député...

Parce que " je suis " blogueur politique, parce que je suis ( pour encore combien de temps ?) membre d'un parti politique et que quitte à l'être autant jouer le jeu, parce que je voulais voir comment cela se passait, je souhaitais participer de près à cette campagne électorale.

J'avais pris part à la campagne des régionales, puis à celle de la présidentielle mais là, c'était différent, je participais à la campagne d'un bonhomme que je connais, un gars du coin, pas un mec du microcosme parisien.

Mon député est un type bien. Certes un juppéiste, mais un juppéiste bien.  Il est maire de la ville depuis deux ou trois mandats et se présentait ce coup ci pour un quatrième mandat de député. Que ce soit au plan local ou national, il a fait du bon boulot. Sa ville, très agréable à vivre, est bien tenue et jouit d'une certaine notoriété. En tant que député, idem, du bon boulot, il s'est investi dans diverses commissions dont celle des affaires étrangères et fait partie des députés que l'on n'épingle pas pour leur absentéisme.

Dans sa famille, l'investissement en politique est de tradition: son père fut maire, député et ministre, son frère est aussi député, sans doute son fils prendra-t-il la suite. Localement, il jouit d'une bonne réputation, est connu et reconnu de tous et ne perd jamais l'occasion de faire le marché, période électorale ou pas. En clair, maire ou député, le gars fait le job depuis des années (un handicap ?). Une des raisons pour lesquelles j'ai bien voulu jouer le jeu.

Campagne du premier tour, j'ai tracté trois ou quatre fois à la gare de bon matin, fait les marchés et participé aux réunions politiques. Lui, mon député, n'a pas ménagé ses efforts: tractage matinal dans les gares, près de cinquante opérations de porte à porte, affichage, marchés, supermarchés, hypermarchés, supérettes, sorties d'écoles, réunions publiques; toute la circonscription fut écumée. Du bon boulot, vraiment. Un bon boulot qui n'aurait pu être fait sans une équipe aussi efficace que motivée. M. et C. si vous me lisez...

Et voilà que patatras, La République en Marche met face à mon député un candidat quasi inconnu, tout juste conseiller municipal du village voisin. Un gars qui a réussi la performance d'avoir adhéré à pas moins de 7 partis politiques en quinze ans de "carrière politique". Bref un opportuniste de première qui n'a jamais prouvé politiquement, à quelque niveau que ce soit, de quoi il était capable si ce n'est de prendre le train En Marche, il y a environ un an.

Les résultats du premier tour ne nous surprennent guère: la magie Macron a opéré. Le gars obtient 4 000 voix de plus que mon député, 10 points d'écart ! Tout était-il perdu pour autant ? Mon député nous donna l'impression que non, tout était encore possible, qu'il fallait mobiliser les abstentionnistes et les troupes; ne pas se démobiliser.  

Mais c'est à cet instant que je n'ai plus rien compris...

Quand avant le premier tour, on me téléphonait pour monter d'urgence un tractage matinal, ce fut silence radio entre les deux tours. Quand nous faisions une gare, un porte à porte, un marché et une sortie d'école, le candidat d'En Marche en faisait dix fois plus ! Quand le macronien inondait les réseaux sociaux de clips vidéos, de photos et de commentaires, nous, nous en étions totalement absents. Il paraît que cela ne sert pas à grand chose les réseaux sociaux, qu'il m'a dit mon député... Quand le macronien écume la circonscription grâce à un logiciel de géolocalisation de la population, notre député demandait, seulement 6 jours avant le deuxième tour, d'aller éplucher les listes d'émargements de la présidentielle et celles du premier tour. Quand la moyenne d'âge des candidats d'en face devait être de 45 ans, la notre devait avoisiner les 55 ans, etc, etc, etc...

Et ce qui devait arriver arriva, mon député fut battu de 550 voix au deuxième tour. On se consolera avec cette belle remontada, mais on aura perdu et mon député n'est plus que mon ex-député. Et cet inconnu, cet homme dont on se sait rien, cet opportuniste dont la principale qualité fut de porter la marque " En Marche " est, depuis dimanche, mon nouveau député. La force d'En marche d'un côté sans que je sache très bien quoi mettre en face de l'autre... La macronien s'est formidablement bien battu, j'aimerai être convaincu que, de notre côté, nous avons tout fait... je n'en suis pas sûr. Pourquoi ce relâchement entre les deux tours ?

Alors pas de véritable déception de ma part; j'ai bien profité de tous ces moments de campagne, rencontré de nouvelles personnes et ne regrette rien de ces rencontres avec les électeurs, bien au contraire.

Pas de véritable déception ? Si, finalement, voir que les gens sont capables de miser sur un cheval neuf qui n'a jamais couru plutôt que sur l'expérience et la reconnaissance des résultats. Dommage... ou tant pis. Au choix. Et une certitude, Les Républicains sont très mal barrés pour les années à venir. Mais de cela nous débattrons un autre jour...

Folie passagère 3362.
Résultat de recherche d'images pour "législatives 2017"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Législatives: Chapeau l'artiste ! Chapeau les Moutons !



Bon et bien les résultats de ces élections législatives confirment ceux de la présidentielle: Il y a bien un malaise démocratique dans notre pays. Il suffit de regarder les chiffres ci-dessus. Une abstention record, signe évident que les électeurs ne sont pas ou plus intéressés par la politique. Un parti socialiste, nous dit-on au fond du gouffre, mais qui avec près de 600 000 voix de moins que le FN remporte 21 sièges de plus que la bande à Marine. Quant aux nouveaux maîtres du pays, LREM et Modem réunis, ils raflent la mise avec au total 348 sièges quand ils ne représentent que 18,88% des inscrits ! Bref, on nage en plein délire démocratique, un pays où près de 61% des électeurs inscrits (ne parlons même pas des 9 millions de non inscrits ou mal inscrits) ne se retrouvent pas dans l'offre politique qui leur a été proposée.

Et comme d’habitude, en moins de deux jours, tout a été dit par les commentateurs et les politiciens: il faut prendre en compte l'abstention, nous avons entendu le message, il faut se remettre en question, le pouvoir en place devra ceci ou cela, blablabla... Les élections passent, rien ne change, pis le malaise s'aggrave et nos politiciens, force est de le constater, se satisfont d'un pays qui politiquement se barre en sucette ! Ils obtiennent leur siège, les postes et les prébendes qui vont avec... finalement, un peuple quelque part complice de ce naufrage démocratique. Jusqu'à quand ? Jusqu’à quel niveau de déliquescence politique faudra-t-il plonger pour qu'il y ait (enfin?) un sursaut à la fois populaire et politique ? Et si tant est qu'il y ait rebond, quel forme celui-ci prendra-t-il ?

Faut-il mettre deux baffes aux abstentionnistes et rendre le vote obligatoire (avec forte amende à la clé) comme le suggérait un commentateur sur RMC ?  Mais comment ne pas comprendre ceux qui, n'ayant au second tour de cette élection que deux candidats aux antipodes de leurs aspirations, ne sont pas allés voter ? Ils auraient sans doute du aller voter, voter blanc... encore faudrait-il que celui-ci soit pris en compte, dans les suffrages exprimés. Doit-on d'ailleurs réfléchir à intégrer le vote blanc dans les suffrages exprimés ? ce serait logique, motivant pour une partie des pêcheurs à la ligne mais quel parti politique osera se lancer ? Aucun, et il suffit de reprendre les chiffres de la présidentielle ou de ces législatives pour comprendre pourquoi cela ne se fera pas ...

Enfin, nous voici donc avec une nouvelle assemblée nationale macronienne dont la première caractéristique est qu'elle n'est absolument pas représentative de la population française... Quand je vous dis que rien ne change...

La seconde caractéristique est que, comme jamais, le groupe majoritaire est composé de novices, de branquignols pour bon nombre, de recasés du socialisme et d'opportunistes. Et pour la première fois, celui-ci aura un président de groupe non élu mais désigné d'office par Jupiter: Ferrand-la-magouille échappera ainsi, pour un temps souhaitons le, à la justice. En clair, un groupe majoritaire à la botte de l’exécutif.

La troisième caractéristique c'est que les arrivées de Melenchon et de sa bande et d'un FN renforcé permettront sans doute d'animer un peu plus les séances avec, et c'est bien, un peu moins de ce politiquement correct qui depuis des décennies régissait l'hémicycle.

La quatrième, c'est que le premier groupe d'opposition d'aujourd'hui, Les Républicains est en train de se scinder en deux: une partie qui ouvertement se déclarera macron compatible quand l'autre s’affirme déjà d'opposition sans concessions. Bref, une première opposition qui n'en sera pas une.

Macron et ses équipes, reconnaissons leur cela, ont sacrément bien manœuvré. Chapeau l’artiste ! Et... chapeau  les Moutons !

Un cycle électoral aussi interminable que vérolé s'est donc achevé dimanche soir, il ne reste plus qu'à patienter et voir venir... Je crains néanmoins qu'au moins politiquement la France n'en sorte pas grandie. Bien au contraire.

Breaking News: J'apprends que la Goulard, éphémère ministre des Armées, est virée pour cause d'emplois fictifs... J'attends avec impatience l'éviction de cette pourriture de Bayrou et de Sarnez. Que Macron s'y atèle, voilà qui lui redonnerait un demi point dans mon échelle de confiance...

Folie passagère 3361
Résultat de recherche d'images pour "peuple de moutons"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Les larmes du drapeau - FTP