mardi 11 septembre 2018

Il est temps de faire une pause !

Résultat de recherche d'images pour "en train d'écrire"

Mes chers amis,

Comme vous avez pu le constater les billets se font un peu plus rares ces temps-ci aussi devais-je vous rassurer: le taulier va bien, il va même très bien. Ceci étant dit, je dois vous annoncer cette incroyable nouvelle: Il est temps de faire une pause, une petite pause mais une pause quand même.

Voilà 8 ans que je tiens ce blog, sans compter celui que j'avais avant, ailleurs. Près de 4 000 billets et pas loin de 150 000 commentaires laissés par vous et moi. Avouez que cela a de quoi fatiguer un brin  n'importe quel blogueur y compris votre serviteur.

Aussi et:
- compte tenu de la médiocrité de la vie politique en ce moment et du quasi désespoir qui me saisit quand je regarde la petitesse et la fatuité de nos politiciens de droite, du centre,de gauche ou de ceux du pseudo nouveau monde qu'on a vendu aux Français à grand renfort d’esbroufes et de recettes marketing pourtant éculées,
- compte tenu du fait que Macron et toute sa clique me sont de plus en plus insupportables, 
- compte tenu de mon actuelle lassitude à raconter ici les tribulations de mon pays et d'un monde qui part en couilles quenouilles,
- compte tenu de la certitude que j'ai que dans leur immense majorité mes concitoyens sont des veaux dont il n'y a pas grand chose de bon à tirer si ce n'est cette inertie dont le pouvoir  et les médias savent si bien profiter,
- compte tenu du manque d'intérêt  à commenter  cette succession d'attaques au couteau perpétrées par des déséquilibrés, agressions qui en aucun cas ne doivent être considérées comme des attaques terroristes inspirées par un islamisme rampant qui bien sûr n'existe pas,

etc, etc, etc...

Et compte tenu qu'il me reste quelques jours de vacances à consommer sans modération aucune, je suis au regret de vous annoncer que, sauf événement extraordinaire, ce blog se met donc en pause jusqu'à au moins la fin du mois de septembre !

Voilà !

Sur ce je m'en vais souffler un peu, écluser la pile de bouquins qui attend au pied de mon lit, profiter avec délectation du temps qui passe et faire un tour dans l'Aveyron. Portez-vous bien, même en Macronie et à très bientôt !


Résultat de recherche d'images pour "doigts de pied en éventail"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 6 septembre 2018

Augmenter les pensions de retraite: un devoir moral !

Jouons au jeu du kikadi.


Prenant l'exact contre-pied de Macron, quel personnage politique mondialement (1) connu a dit récemment: 

" Il est de notre devoir moral d’apporter un soutien complet aux membres de la génération plus âgée, qui ont apporté une contribution immense au développement national. Les citoyens âgés doivent jouir de conditions dignes pour une vie longue, active et en bonne santé. Plus important, nous devons augmenter les pensions de retraite et les indexer régulièrement pour qu’elles dépassent l’inflation. Nous nous efforcerons également de réduire l’écart entre le montant des pensions et les salaires de pré-retraites. Et, bien sûr, nous devons augmenter la qualité des soins de santé et de l’aide sociale pour les citoyens âgés et aider les personnes seules et celles confrontées à des problèmes dans leur vie. "

(1) mondialement, ici, sous-entend que, hormis peut-être Macron, vous pouvez exclure de vos recherches tout le paysage politique français actuel.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Popularité: C'est la Berezina pour Macron !



Il y a les sondages dont on parle et ceux que l'on omet de signaler. Il en va ainsi de la popularité de Macron. La semaine dernière, la quasi totalité des instituts nous ont balancé une popularité présidentielle à 34% d'opinions favorables, moins que Hollande à la même époque de son quinquennat. Un record nous ont dit les commentateurs ! Un record logique, disaient-ils, compte tenu de l'été pourri et de la rentrée chahutée qu'a vécu notre Jupiter national: affaire Benalla, polémique sur la piscine de Brégançon, reports du plan pauvreté et de la réforme constitutionnelle, démissions d'Hulot et de Flessel, tergiversations sur le prélèvements à la source,... 34% c'est tout de même pas grand chose, Macron plus impopulaire que Hollande !

Et bien tenez-vous bien, y a pire ! L'institut de sondage Yougov - institut dont les sondages ne sont que très rarement relayés par BFM et compagnie - sort son propre sondage pour le Huffington Post, média plus que complaisant à l'égard de Macron. Et là, c'est la cata de chez cata pour Macron: Seuls 23% des Français soutiennent l'action du Président, en baisse de 4 points ! 23 %, la descente aux enfers pour l'ex-maître des horloges ! 23% soit un point de moins que son score au premier tour de la présidentielle ! Même Hollande n'avait pas réussi un tel exploit.

Dans le même sondage, on apprend que 69% des Français ont un avis négatif sur son action, 7 points de plus en un mois ! Pis encore, ce désamour atteint toutes les couches de la population et toutes les franges d'opinions politiques ! Et bien évidemment, cette chute de popularité présidentielle entraîne celle du premier ministre: seuls 24 % des Français jugent positivement son action et 64%  (+9 points) ont une image négative d'Edouard Philippe.

Quant à la confiance des Français sur l'équipe gouvernementale: Seuls 20% des sondés ont une opinion favorable !

Berezina à tous les étages de l'exécutif ! Et la folie supposée de Trump comme contre-feu...

Ainsi, selon ce sondage, et seulement quinze mois après son élection, Macron devient le plus impopulaire des Présidents de la cinquième république. Chapeau bas ! Mais n'était-ce pas prévisible...

Jupiter n'est plus, le Maître des Horloges n'est plus. Macron pédale dans la semoule et se prend en pleine tronche son pseudo Nouveau Monde; un nouveau monde fait de superficialités, d'illusions, d'amateurisme et d'arrogance.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 4 septembre 2018

Je suis né trop tôt. J’ai connu, enfant, ce qui restait de la France d’avant.


De l'ami Koltchack. Faites-vous plaisir, vraiment, lisez !:

" Cela fait des années que cette idée ne me quitte pas : je suis né trop tôt. Pour mon malheur, j’ai connu un peu de cette France d’avant. D’avant la bouffonnerie soixante-huitarde, d’avant l’abaissement des frontières et des critères d’attribution de la nationalité, d’avant le relâchement des mœurs, d’avant la permissivité pénale, d’avant l’avènement des petits procureurs de l’antiracisme et du vivre-ensemble obligatoire. J’ai quelques souvenirs d’enfance de cet imbécile mois de mai. Parisiens, mes parents m’emmenaient parfois, gamin de six ans, avec eux dans leurs déambulations pédestres dans les rues de la capitale, presque totalement rendues aux piétons pour cause de pénurie de carburant, de grève des transports en commun. Arrivés dans le Quartier latin, nous regardions les barricades, et les quelques andouilles qui les tenaient, sérieux comme des gardes rouges, ne voyant pas l’absurde de la chose. C’était comme une sorte de zoo sans cages ou enclos. Le boulevard Saint-Germain et les rues adjacentes s’étaient, par la grâce de la bêtise estudiantine, mués en une sorte de grande ménagerie simiesque. Les bonobos du cru allaient et venaient, piaillant des mots d’ordre abscons, les plus doués collaient des affiches idiotes proposant au lecteur des slogans se voulant novateurs. Nous décampions lorsque la police arrivait. Arrivés sur la rive droite, nous entendions les détonations des lance-grenades, des cris.

Gamin, je n’envisageais pas une seconde que ce gigantesque monôme allait dénaturer la nature profonde de mon pays. Comment l’aurais-je pu, moi qui étais fasciné par ce vieux général qui présidait à la destinée de la France ? Je le trouvais rassurant avec son uniforme, son aspect débonnaire, je le voyais comme une sorte de grand-père de tous les Français. Je ne sais pas si c’est une chance, mais je suis né dans une famille où la politique prenait énormément de place. J’accompagnais mon père lorsqu’il collait les affiches, lorsqu’il tractait. Je l’aimais bien ce grand bonhomme de général. On sentait qu’il était d’une autre trempe que tous ces ministres étriqués dans leurs costumes trois-pièces et lorsqu’il parlait, c’était la France qui s’exprimait. Pas celle des calculs politiques, des frileux défenseurs des acquis sociaux, des promoteurs de la grande partouze moderne, mais celle de Fontenoy, d’Austerlitz, de Camerone, de Verdun. Certes, ce n’était pas un roi, mais à sa façon il était le père du peuple français, un homme que l’on ne pouvait que respecter même si on se situait politiquement aux antipodes. Bien sûr je ne comprenais pas tout, mais je voyais bien que lorsque la France se déplaçait à l’étranger elle était accueillie avec la pompe et la déférence déployées pour un hôte de marque.

Lorsqu’à l’occasion de vacances nous descendions en province, en Auvergne, nous retrouvions la famille. J’étais fasciné par les vieux du village, les traits profondément marqués par l’âge, à la tignasse blanchie par les ans, la vêture sombre, toujours alertes, actifs, prompts à la plaisanterie. Je me suis toujours mieux entendu avec mes aînés qu’avec les mioches de mon âge. Quelques-uns mis à part, ils ne m’acceptaient pas, j’étais l’anormal, celui qui les confrontait à ce qu’ils étaient. Comme si un môme qui sait lire couramment et écrire correctement, à son entrée en CP, qui préfère Dumas et Verne à Pif ou Hakim, pouvait devenir quelqu’un de populaire dans ces véritables ménageries qu’on appelle « écoles élémentaires ».

J’ai eu la chance d’aller dans une école primaire à l’ancienne. Le port de la blouse, obligatoirement grise, était de rigueur, de même que le voussoiement. Seuls le porte-plume et la plume Sergent Major étaient autorisés pour tous les travaux d’écriture. Le matin, un élève désigné par l’instituteur devait faire le tour de tous les pupitres afin de remplir les encriers. Et lorsque nous voulions nous venger de la crasse d’un élève à notre endroit, nous glissions discrètement un petit bout de buvard dans son encrier. Le buvard se désagrégeait rapidement et les fibres en suspension se collaient à sa plume, produisant des pâtés qui invariablement lui valaient une punition. Un antique poêle à charbon trônait au milieu de la classe et l’hiver, à tour de rôle, nous devions aller remplir le seau des précieux boulets afin qu’il puisse régner une douce chaleur. Notre première tâche du matin consistait à recopier la morale du jour qui avait été écrite sur le tableau noir. Il s’agissait généralement de préceptes civiques destinés à nous inculquer les règles basiques de la vie en société, de nous faire entrevoir que si chacun a des droits, il a surtout des devoirs et que droits et devoirs sont les deux faces d’une seule et même pièce.

À la fin de la scolarité dans le primaire, en CM1 et CM2, nous avons eu droit à des cours de morale un peu plus poussés. Pour ce faire, d’antiques manuels nous furent distribués. Il s’agissait des « Cours de morale théorique et pratique » dont les auteurs étaient A. Pierre (inspecteur général de l’instruction publique) et Mlle A. Martin (agrégée de Lettres), l’éditeur étant le fameux Fernand Nathan. Si je précise le caractère antique de ces manuels, c’est parce qu’ils dataient de 1912 et que nous les utilisions encore au début des années 70. Je ne saurais dire pourquoi, mais j’ai gardé un souvenir précis de ces deux années à potasser la morale sur ces manuels. Au point, qu’arrivé à l’âge d’homme j’ai couru les bouquinistes pour en acheter un exemplaire.
Mais revenons aux vacances. C’étaient des parenthèses merveilleuses où je pouvais me promener à travers la campagne, entre champs, bosquets et ruisseaux, regarder la nature vivre. C’était aussi la vie de la ferme, avec ses règles oubliées aujourd’hui. Les repas étaient pris à heures fixes, et malheur au retardataire, il écopait du regard désapprobateur de mon grand-père, suivi d’un sec et laconique : « On ne t’a pas attendu ». Le fautif baissait alors la tête et ne pipait mot, se contentant de prendre le repas en route sans demander son reste, heureux de s’en sortir à si bon compte. Je me souviens qu’une fois mon père, qui avait bien passé la trentaine, tenta de prendre part à une discussion entre mon aïeul et ma mère, qui a contrario de ses belles-sœurs, jouissait de sa bienveillance. Il y eut soudain un grand silence, rompu par un glacial « Je ne crois pas t’avoir adressé la parole ». Médusé, je vis mon père se taire, baisser la tête, arborer la mine contrite d’un môme pris en défaut. Je n’en revenais pas. Mon père, cet ancien marsouin de la coloniale qui avait parcouru les Aurès, redevenait un tout petit enfant penaud.

Dieu que j’ai pu l’aimer ce vieil homme, et il m’adorait également. J’étais son petit-fils, celui qui allait assurer la perpétuation de notre nom de famille. Grâce à lui, j’avais le droit de veiller un peu, assis sur un des bancs placés dans la cheminée, de chaque côté du foyer. Je l’accompagnais à l’étable et aux champs, coiffé d’un chapeau de paille et chaussé de bottes un peu trop grandes pour moi. Après son décès, les terres ont été rachetées et le nouveau propriétaire a laissé lentement la ferme devenir une ruine.
Mes parents, modestes commerçants, tenaient une brasserie rue Montorgueil à proximité des pavillons Baltard. À cette époque, ils travaillaient à mi-temps : 12 heures chacun, sept jours sur sept. J’ai grandi au milieu de ce quartier grouillant de vie. La vie allait au rythme des halles. Très tôt le matin les producteurs qui venaient vendre leurs marchandises et les forts envahissaient le zinc. Rapidement les rues étaient encombrées par les véhicules des commerçants venus s’approvisionner. Vers 9h/10h tout ce beau monde prenait le temps d’une rapide pause casse-croûte arrosé d’un ballon de rouquin, histoire de tenir jusqu’au repas de midi. D’autres habitués du comptoir commandaient d’une voix de rogomme une tournée de mêlé-cass.

C’était une Babel en miniature. Les travailleurs qui jaspinaient l’argomuche de leur métier (le louchébème tout particulièrement) se mêlaient aux touristes provinciaux et étrangers venus s’encanailler. Il y avait une foultitude de métiers aujourd’hui disparus tels le rémouleur, le vitrier, le ramoneur, le marchand des quatre saisons avec sa carriole à bras, etc. Le pavage du passage de la Reine de Hongrie était glissant. La graisse des boyaux de porc, que les tripiers avaient mis à égoutter sur les fils tendus entre les bâtiments, se déposait sur le sol. Avec le temps, elle avait fini par imprégner le granit. Du coup, il offrait une patinoire gratuite à tous les gamins du quartier qui s’offraient de belles glissades. Et puis il y avait le hangar du Père la ficelle où les clochards pour la modeste somme d’un franc pouvaient passer la nuit à l’abri des intempéries, assis en enfilade sur des bancs, une corde passée sous les bras, que le maître des lieux dénouait au matin.

Pour autant que je me rappelle, il y avait assez peu d’étrangers et ces derniers mettaient un point d’honneur à vivre à la française. Plus tard, après avoir été évincés du quartier à la suite d’une expropriation pour cause de trou des halles – qui resta béant des années durant – nous migrâmes vers le 9ème arrondissement tout proche, près de la salle des ventes Drouot. Autre quartier, autre ambiance, autres métiers. Il y avait les grisettes, petites mains de la broderie Lesage qui continuent à faire des merveilles pour les maisons de haute couture. Des joailliers qui travaillaient en appartement. Il y avait Enzo, le tailleur sicilien qui ressemblait furieusement à Venantino Venantini, le porte-flingue des Tontons Flingueurs. Il y avait René le garagiste, Daniel qui s’était spécialisé dans la vente d’antiques appareils photos, le bijoutier suisse dont je ne me rappelle que le nom. Et puis il y avait aussi Nékli, le harki, le cheveu aussi gris que ses costumes étriqués qui buvait son ballon de rouge quotidien au zinc parental, une cibiche de gris vissée au bec. Je m’en voudrais d’oublier Nino, le rital, ancien la légion étrangère qui passait son temps à faire le clown pour me faire rire.

Paris à cette époque était une suite de quartiers qui vivaient comme autant de villages. Je pouvais me balader seul, malgré mes 10 ans, dans les rues du quartier. Tout le monde savait que j’étais le fils des patrons de la brasserie. Les îlotiers connaissaient tous les marmots du secteur et avaient le pied leste ou la main lourde si d’aventure nous avions commis quelque connerie de môme. Nos parents en rajoutaient une louche pour faire bonne mesure. Le métro avait cette odeur particulière disparue avec ces bonnes vieilles rames Sprague-Thomson au confort rustique mais qui avaient l’avantage d’avoir des fenêtres qui se baissaient jusqu’à la moitié du carreau. Et puis lorsqu’il faisait chaud l’été, on pouvait ouvrir les portières une fois que le train était lancé à pleine vitesse, la pression des vérins baissant fortement avec l’accélération. La resquille n’existait pas car le fameux poinçonneur veillait. La voyoucratie ne faisait pas la loi dans les stations car il y avait le chef de station qui avait sa guérite sur le quai. Les seuls représentants de la maison Truanderie étaient les pickpockets. Il n’y avait que peu de rues goudronnées, le pavé parisien était roi. Je me souviens de quelques petites rues isolées qui avaient conservé les pavés en bois de l’occupation.

À cette époque on ne parlait pas de tissu social à préserver. Paris était habité par toute une population de petits commerçants, d’ouvriers, d’employés, de retraités. C’était une vraie ville. Bien sûr, elle n’avait pas ces belles façades proprettes que l’on voit aujourd’hui. Bien sûr il y avait des immeubles qui n’avaient pas connu de ravalement depuis la libération, mais tout ce petit peuple trouvait à se loger sans rencontrer de difficultés. Les bistrots, les épiceries, les drogueries, les salons de coiffure étaient autant de lieux où on se rencontrait, où on se racontait, où on commentait l’actualité. Parce qu’à cette époque il y avait de vrais journaux télévisés avec de vrais journalistes qui n’imaginaient pas que leurs successeurs prendraient le public pour des cons. Les correspondants de guerre suivaient les patrouilles des boys au Viet Nam, caméra à l’épaule, essuyant les rafales comme les boys, à des années lumières du cirque médiatique (et toc) des pseudo-reportages de Tempête du Désert, des guerres d’Irak et d’Afghanistan. Certes, la télévision n’était pas en couleurs, on pouvait compter le nombre des chaînes sur les doigts de la main de Django Reinhardt, mais on ne prenait pas le téléspectateur pour une andouille. Il y avait des jeux, jamais abrutissants, mais qui permettaient de se coucher en ayant appris quelques bouts d’histoire, de géographie, etc. Et question culture, quelle chaîne oserait aujourd’hui produire et diffuser à une heure de grande écoute « Les Perses » d’Eschyle ? Quelle chaîne ferait le pari de tourner en décors naturels le « Dom Juan » de Molière, « Cyrano de Bergerac », pièces servies par une brillante distribution ?

La France de la fin de mon enfance fut malheureusement celle du grand bordel tout juste naissant qui émerveillait le bourgeois parisien devant tant d’audace et de liberté. Bedos que je ne porte pourtant pas dans mon cœur avait raillé l’hypocrisie de ces modernes féministes qui commençaient à envahir l’espace hexagonal : « elles portent des minijupes mais dans leur tête, elles sont encore aux crinolines ces connes ! ». Le général était parti, remplacé par un président ayant l’allure d’un président de Conseil Général afin de mieux tromper son monde, car le bonhomme voulait faire entrer la France dans le modernisme, quitte à user de forceps. Les margoulins surent profiter de la brèche et on vit fleurir les cinémas pornos et les sex-shops. L’heure était à la libération des mœurs, à l’amour libre au rejet des conventions bourgeoises oppressives. Même l’Église s’y est mise. Si les projections de diapos niaiseuses sur la vie de Moïse, de Salomon, de David, du Christ ébranlèrent sérieusement mon envie de continuer le catéchisme, les balades crétines de notre curé à guitare finirent le travail. Cette Église n’était pas pour moi. J’attendais de la rigueur, de l’étude et tout ce qu’on m’offrait c’était du gloubiboulga faisant dans le sympa, le tutoiement de rigueur entre nous, avec le prêtre ainsi qu’avec le Seigneur. Tutoyer Dieu, quelle idée ! Moi qui n’arrive toujours pas à tutoyer mes pairs sans le lustre d’une longue fréquentation, je ne comprenais pas comment on pouvait se permettre une telle abomination en rabaissant la divinité au niveau d’une humanité de moins en moins digne et de plus en plus glapissante et ridicule.

Assurément, je suis né trop tôt. J’ai connu, enfant, ce qui restait de la France d’avant. Comment ne pas regretter cette époque lorsqu’on voit le cloaque qu’est devenue la société française ? En grandissant, ce sentiment d’être étranger à cette époque, aux préoccupations de mes contemporains, aux marottes qui agitent le monde politique-journalistique-artistique-intellectuel, n’a cessé de grandir en moi. Je hais ce monde où des mots comme honneur, probité, devoir, ne veulent plus rien dire, mais sont quand même agités sans cesse par une meute de repris de justesse sursitaires continuant, sans vergogne, de briguer mandats et sinécures. Je ne supporte plus cette époque où la pornographie s’affiche à la moindre devanture de kiosque, et jusque dans les écrans de télévision dès que sonne l’heure où les enfants sont censés être couchés mais le sont de moins en moins. Je déteste ce monde où l’inversion des valeurs semble être devenue la règle, où la vertu est raillée, considérée comme un de ces legs honteux d’une époque que l’on aimerait bien voir définitivement enterrée dans le cimetière des valeurs moisies, pour reprendre la formule consacrée des sinistres folliculaires. Je crache sur cette démocratie dévoyée, antre des margoulins de tout poil, marigot chéri des crabes aspirant au pouvoir et qui affectent de paraître des types normaux alors que justement le peuple attend de vrais hommes, nantis de gonades bien attachées, capables de diriger, de prendre les dispositions qui s’imposent même si, nécessaires, elles se révèlent impopulaires. Que de saloperies sont commises au nom de cette soi-disant démocratie, qui d’abdications en renoncements, conduit lentement mais sûrement les peuples vers la dissolution et la ruine.

J’envie les vieux de mon enfance. Ils savaient vivre en attendant que la camarde vienne les visiter. L’époque était encore douce, la France, même si elle se défigurait lentement, avait encore ses accents et assez de son caractère d’antan. On pouvait s’accommoder des quelques désagréments qui pointaient leurs vilains museaux. Ceux de ma génération, à moins d’être acteurs des imbécillités actuelles érigées au rang de dogmes, ne peuvent que souffrir en voyant ce magnifique pays trahi, devenir une manière de caricature du « melting pot » communautariste américain dans lequel chaque groupe de pression ethnique, sexuel, etc. tente d’obtenir des droits particuliers au nom d’une illusoire et inepte égalité réelle. Les mots ne voulant plus rien dire, qui est-ce que cela peut encore déranger, sinon ceux qui ont appris de leurs anciens ? Alors, on se retranche de la communauté humaine qui s’agite autour de nous, on se contente d’être les spectateurs désabusés d’une pièce, mal écrite et mal jouée, sans véritable sens. Et parfois, lorsqu’une journée a été plus pesante qu’une autre, on se prend à trouver que la vie est bien longue. "

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


vendredi 31 août 2018

Ainsi va la vie en Macronie... (20)



Au moins pour une fois la quasi totalité des instituts de sondage sont d'accord: la cote de popularité du Macron chute encore, elle est encore et toujours à 34%, soit trois points de moins que celle de Sarko à la même époque, identique à celle de Hollande. Quant aux Français, ils sont 68% à trouver que la politique menée par Macron et son gouvernement est injuste et inefficace.

Nicolas Hulot a démissionné. Et alors ? Qui, en dehors du landernau parisien, se soucie de Nicolas Hulot ? Qui, chez les braves gens et ceux qui ne sont rien, se soucie de l'écologie politique et de la transition énergétique ? Perso, je ne jette pas les papiers par terre, seulement mes mégots de cigarettes quand je n'ai pas de cendrier à portée, je fais mon tri sélectif, j'éteins les lumières qui sont allumées pour rien, j'ai fait installer un thermostat à ma chaudière, et basta !

Pédophilie toujours...: Selon Valeurs Actuelles et le JDD, notre Macron souhaiterait recruter Daniel Cohn-Bendit pour remplacer Nicolas Hulot. Les deux hommes se rencontreront dimanche.

Le "Nouveau Monde" de Macron ressemble furieusement à l'ancien qu'il se plaisait tant à dénigrer: Agnès Saal, condamnée pour abus de notes de frais à 3 mois de prison avec sursis, une double amende et une suspension de 6 mois sans solde vient d'être promue au ministère de la Culture, de simple chargée de mission elle devient Haut fonctionnaire à l'égalité, la diversité et la prévention des discriminations auprès du secrétaire général du ministère de la Culture. Quant à l'écrivain en lèche-majesté Philippe Besson, soutien actif des lobbys LGBT, ami intime du couple présidentiel et auteur d'un livre hagiographique sur Macron, il est nommé Consul Général de France à Los Angeles.

Le "Nouveau Monde " ?: Ferrand, Bayrou, Goulard, Benalla, Pénicaud, Kolher, Nyssen... et copinage...

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... En France, on a un système d'imposition sur le revenu qui fonctionne bien. Son taux de recouvrement, 95%, est plus que performant. Voilà qui devait déplaire ou ne pas satisfaire Macron et son prédécesseur: ils ont décidé d'imposer le prélèvement à la source qui devait entrer en vigueur en janvier prochain. A moins de 5 mois de sa mise en place, absolument tout le monde n'y comprend plus rien, le président hésite quand son ministricule Darmanin nous assure que tout est en place. Cela ne sentirait-il pas l'abandon de cette réforme inutile et l'amateurisme ? A vrai dire, c'est pas que nous soyons réfractaires au changement, nous sommes juste réfractaires aux usines à gaz et aux réformes inutiles.

Mettez-vous bien cela dans la tête puisque les médias n'arrêtent pas de nous bourrer le mou avec cela: Hollande est de retour et penserait de plus en plus à 2022. L es Français seraient-ils assez veaux pour revoter pour un tel branquignol ? Serait-ce parce que ces mêmes médias en ont marre de Macron qu'ils se plaisent à nous fourguer du Hollande ?

Présidentielles 2022: Mamadou Gassama, l'homme araignée qui sauve les z'enfant qui tombent du sixième au quatrième étage, aurait déclaré qu'il se verrait bien premier Président noir de la France.

La destruction continue... Après la suppression du délai de réflexion de 7 jours avant avortement, après la suppression de la notion de détresse dans le texte de la loi Veil, le gouvernement songerait à supprimer la clause de conscience pour les médecins qui, pour des raisons religieuses ou autres, refusaient de pratiquer l'avortement. A suivre...

Pour la PMA pour toutes, tout se déroule comme hélas nous le prévoyions; elle devrait être légalisée en 2019 et, à la demande du Conseil d'Etat, tous les frais inhérents à l'acte seront intégralement remboursés par la Sécu.

Macron est tout à fait satisfait: il s'auto-désigne principal opposant à Viktor Orban et Mattéo Salvini, ces deux derniers n'ayant pas été gentils avec lui. Plus largement, notre Président se voit comme seul rempart face à la montée des nationalismes, lui le "progressiste" contre la "lèpre nationaliste". Notre zozio oublie juste que face à lui, il n'a pas simplement Salvini et les Italiens qui le plébiscitent à 75%,  Orban et les Hongrois, il a aussi l'Autriche, la Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie et les nauséabonds de France et d'Allemagne. Il oublie aussi que la droite radicale connait une ascension fulgurante en Suède, celle-ci pourrait bien basculer lors des législatives du 9 septembre. Il oublie aussi qu'en Norvège, la gauche est en mauvaise posture et qu'au Danemark, anticipant la grogne populaire, le gouvernement vient de décider d'un arrêt immédiat de l'immigration extra-européenne. Bref, face à lui, Macron a une bonne moitié des Européens. Peut-être bien qu'avant de se poser comme premier opposant, il ferait mieux de se demander pourquoi les droites radicales se réveillent un peu partout en Europe, jusqu'à prendre le pouvoir, et de proposer des solutions pour contrer l'islamisation, l'immigration massive, la mondialisation et le multiculturalisme. Serait-ce trop lui demander ?

Revalorisation des pensions de retraites, des alocs et des APL de 0,3%. Inflation: +2,3%. Gazole: +23% en un an. Super: + 17% en un an. Gaz: La commission de Régulation de l'Energie préconisait une hausse de + 6,5% au 1er juillet 2018, le gouvernement en a décidé autrement avec un + 7,45%. CSG: +25%. Etc, etc, etc... Bref, ce sont les pauvres et les classes moyennes qui trinquent, encore et toujours, même avec Macron, grand défenseur, s'il en est, de la hausse du pouvoir d'achat...

Chez les Républicains, l'oeuvre de destruction continue. A quand l'explosion ?

En Afrique du Sud, la chasse (à mort) aux fermiers blancs est quasiment institutionnalisée. En France, on s'en fout, silence radio. Au Yémen, la coalition emmenée par l'Arabie Saoudite fait de la bouillie avec le peuple yéménite. En France, on s'en fout, idem, silence radio. Il est vrai que Macron en est toujours à vouloir la destitution de Bachar El Assad. Remarquez que chez nous, si la violence n'est pas (encore) institutionnalisée, elle se vit au quotidien avec plus de 2 000 agressions en tous genres enregistrées chaque jour.

Sur ce bon week-end, même en Macronie !

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 30 août 2018

Macron est à l'Elysée ce que les migrants sont à la France !


 

Des illettrés, des sans-rien, des alcooliques, pour certains des pestiférés, des égoïstes, des fainéants, des cyniques, des pessimistes,  des extrémistes... des Gaulois réfractaires, ... !



" Monsieur le Président déraciné de la République,

Arraché à votre vie d’adolescent… vous ignorez ce qu’est l’amour des autres !

Égoïste et carriériste, vous divisez les français en catégories dont chacune a droit à son lot d’insultes, votre existence repose sur une soif de pouvoir et d’argent, vos déclarations offensent la majorité d’entre nous, quant à votre « Projet », c’est de la « Poudre de Perlimpinpin » !

Votre entourage n’est que Rothschild, Union Européenne, Merkel, Mondialisme, Attali, Soros… vos actes ne sont que destruction des identités, uniformisation des individus, œcuménisme, gaspillage, mensonges, calomnies, racket…

Nous autres, « Peuple de France », avons une identité, un territoire, une histoire, une culture, des traditions et un modèle de civilisation enracinés en chacun de nous… vous êtes de la mauvaise herbe !

Monsieur le Président, vous êtes un déraciné qui est à l’Élysée ce que les migrants sont à la France et c’est avec autant d’amour pour notre Pays que vous avez de haine pour les Nations, que sans cesse nous vous ferons face ! "

Julien Havasi

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Europe, ton soleil revient