dimanche 3 mai 2015

Service d'Intoxication du Gouvernement: le SIG.



Et me voilà tomber par hasard sur le site tout neuf ou presque du Service d'Information du Gouvernement. Le SIG existe depuis de nombreuses années, combien je n'en sais fichtrement rien, tout ce que je sais c'est que c'est le service qui est chargé de faire circuler la bonne parole gouvernementale, qui se paye quelques sondages pour voir comment va le peuple et ce qu'il pense; autrefois, on disait propagande, aujourd'hui, on dit SIG. 

C'est intéressant, on y apprend par exemple que le SIG a dépensé, en 2014, 73 millions d'euros, uniquement en achats d'espaces ( télés, radios, internet, affichage, journaux, etc... ), pour s'informer et nous informer, qu'il a fait réaliser et diffuser 80 campagnes ( une petite dizaine de plus qu'en 2013 ) de pub pour nous parler de recrutement des armées, de la réforme des rythmes scolaires, de la prévention routière, de l'apprentissage, des élections à venir. On y apprend que le groupement constitué par les annonceurs gouvernementaux (armées, ministères divers,...) se situe en 10e position du classement des annonceurs nationaux derrière Renault, Peugeot, Orange et consorts. On y apprend qu'il y a en France pas moins de 855 sites internet gouvernementaux ( ministères, ambassades, préfectures,...) soit près de cent de plus qu'en 2013 et que parmi ces 855 sites, 121 sont définis comme sites d'information et de campagnes d'information  et qu'ils ont reçu, au global en 2014, 1 milliard de visites et 40 millions de visiteurs uniques, la durée moyenne d'une visite sur les sites gouvernementaux étant d'environ 8 minutes, je vous laisse calculer le temps passé par les Français à se gaver de propagande gouvernementale ...

Enfin bref, c'est tout ça le SIG mais c'est aussi quelques études ( payées avec vos sous ) surprenantes. On y apprend ainsi que parmi toutes les valeurs auxquelles les Français accordent de l'importance, ce sont le travail, la famille et la liberté qui retiennent à plus de 75% l'attention des Français quand, curieusement, l'ordre, la Nation, le mérite et ... la laïcité ne seraient importants que pour à peine 50% des Français. C'est bien la peine de nous gaver autant avec la laïcité ! (smiley, hein...). 

(tableau titré: " rejet des immigrés ")
Mieux encore, on y découvre que sur des sujets, pourtant très, très, présents dans les médias et la bouche de nos politchiens, ça va nettement, nettement mieux. Ainsi, si nous étions 75% à trouver qu'il y avait trop d'immigrés en France en 2014, nous ne serions plus que 65% à penser ainsi en 2015 ! Nous étions 60% à nous dire "plutôt, un peu, pas très" racistes, nous ne serions plus que 50% ! Et cerise sur le gâteau, là où nous étions 58% à penser que l'immigration était la principale cause d'insécurité, nous ne serions plus que 45% aujourd'hui ! C'est-y pas des belles courbes qui s'inversent ? Ainsi, selon le SIG, " les sentiments xénophobes en France sont toujours très présents, mais que la tendance actuelle est à la décrispation ". 

Plus fort encore, on découvre grâce au SIG que entre les Français et l'Islam, les choses semblaient elles aussi se " décrisper ":

(titré:  Le rejet de l'Islam et des musulmans)
Et en ce qui concerne les juifs, qui eux n'ont pas droit à un joli graphique, c'est plus mitigé: " les préjugés à l’égard des juifs progressaient nettement dans la vague de novembre 2014, réalisée avant les attentats. Mais dans la vague post-attentat, les préjugés envers les Juifs régressent, même s’ils restent, ici encore, largement répandus. "

Quant aux cathos, tout doit aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, puisque le SIG ne s'est pas intéressé à la question. Marrant de constater que lorsque l'on parle de racisme, on associe presque toujours au mot, islam et antisémitisme, mais jamais les cathos... 

Bref, c'est en lisant plus particulièrement cette étude du SIG sur " Le racisme progresse-t-il en France ? " que je me suis franchement demandé et d'une si ces gens-là vivaient sur la même planète que moi et de deux, pourquoi j'avais pu perdre autant de temps à lire leur propagande.

Folie passagère 2759.
Résultat de recherche d'images pour "service d information gouvernement"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Réforme du collège: L'élitisme pour tous


Supprimer les classes bilingues, étouffer l'enseignement du latin et du grec. Interdire les classes européennes, limiter le temps dévolu aux matières fondamentales au profit d'une fumeuse " interdisciplinarité "... La réforme du collège que vient d'engager la ministre de l'éducation nationale a un objectif simple:  en finir avec l'élitisme. Cette idée insupportable que l'enseignement puisse servir non seulement à l'instruction de tous mais aussi à la sélection de quelques-uns. En France, depuis la révolution, on a un problème avec les têtes qui dépassent.

Même si le gouvernement actuel bat des records dans ce registre ( on a même pensé à supprimer les notes à l'école primaire ), voilà une bonne quarantaine d'année que le rouleau compresseur égalitaire est à l'oeuvre dans notre système scolaire: de la mise en place du collège unique jusqu'au  bac pour 80% d'une génération, les gouvernements de tous bords ont entretenu l'illusion du succès possible à tous. Mais hélas, on a eu beau remplacer Hugo par Pierre Perret, introduire le hip-hop ou la musculation au baccalauréat (si, si§) ou supprimer la culture générale à l'entrée de sciences-po, rien n'y fait: Nous sommes les champions de l'échec scolaire. Avec la régularité d'une grève des transports aériens un jour de départ en vacances, tous les classements internationaux témoignent de ce décrochage. Comme aurait dit Monsieur de La Palice, plus on baisse le niveau et plus le niveau baisse.

Le problème avec la gauche ( qui est chez elle au ministère de l'éducation, quelques soient les gouvernements ), c'est sa difficulté à comprendre que les bons sentiments ne suffisent pas à faire une bonne politique. A partir d'un constat juste (  les enfants de familles pauvres ou immigrées, qui sont souvent les mêmes, réussissent moins bien que les autres ), elle s'escrime à créer une école idéale qui instaurerait la réussite sans peine et l'élitisme pour tous. Le résultat est catastrophique: 150 000 élèves sortent chaque année du système sans la moindre qualification et les parents qui le peuvent se ruent vers l'enseignement privé,  pour tenter d'échapper aux lubies pédagogiques imposées dans le public.

L'Education nationale française, c'est un peu comme une immense classe dans laquelle le professeur, au nom de l'égalité républicaine, donnerait la même note à tous les élèves en faisant la moyenne de la classe.. Au bout d'un certain temps, comme ou pouvait s'y attendre, le niveau a périclité, les bons élèves refusant de travailler pour les autres et les autres ne s'activant pas davantage, persuadés que le système les sauvera de toute façon.

Tant bien que mal, le dit système essaie aujourd'hui de masquer son échec derrière un jargon grotesque ( on n'apprend plus une langue étrangère, " on se familiarise avec des mobilités virtuelles ", on " communique pour devenir médiateur entre cultures ", on " va vers des ailleurs "). mais les parents responsables n'ont que faire de toutes ces niaiseries sémantiques. Ils veulent juste que leurs gamins réussissent.

Guillaume Roquette pour Le Figaro Magazine du 2 mai 2015.

Résultat de recherche d'images pour "guillaume roquette"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr 

samedi 2 mai 2015

Message reçu chez Charlie ?

C'était à la Une de Charlie Hebdo, le numéro de la résurrection, c'était du Luz:

Dès sa sortie, le monde musulman s'embrase. Des manifestations ont lieu un petit peu partout, du Pakistan à l'Algérie en passant par le Maroc et l'Iran. En France des collégiens ne respectent pas les minutes de silence et des d'jeuns de banlieue expriment sur les réseaux sociaux qu'il ne faut pas jouer avec le prophète...

Mais aujourd'hui, le dessinateur Luz, membre incontournable de Charlie Hebdo, semble fatigué, épuisé, rincé. Il s'est confié au magazine Les Inrocks. A la question: " Redessinerez-vous le personnage de Mahomet ? ", il répond: " Non, c'est fini, il ne m'intéresse plus. Je m'en suis lassé, tout comme celui de Sarkozy. Je ne vais pas passer ma vie à les dessiner ". ( on passera sur la mise en parallèle Sarko-Mahomet )

En voilà une déclaration; qui oserait ne pas comprendre, après le massacre de début janvier, que certains dessinateurs du journal satirique et " irresponsable " aient une forme de lassitude et envie de dessiner autre chose... hein, qui pourrait ne pas comprendre ? C'est que dessiner Mahomet, aujourd'hui ça craint, avertissements, menaces et attentats sont passés par là, on prend des risques à dessiner Mahomet... ça lasse, n'est-ce pas... Il semblerait que le message ait été reçu, que la violence barbare ait eu raison de " l'irresponsabilité " revendiquée par Luz et Charlie depuis que Luz est Luz et Charlie, Charlie et que Mahomet n’intéresse plus le célèbre dessinateur, dessinateur qui pendant des années fit son gras en caricaturant le prophète ou ses disciples.

Mais Luz est toujours à Charlie, il dessine encore, il dessine toujours, il dessine encore et le dernier numéro vient de sortir. Et c'est Luz qui fait la Une:


Au moins avec pareil dessin ont-ils la certitude de ne pas risquer grand chose... Stop ! Je vous arrête tout de suite, du moins ceux qui se précipiteront peut-être pour dire: z'avez vu Corto fait dans l'abject et sous-entend que si des cathos venaient à défourailler chez Charlie, ce serait histoire de faire passer un message. Queue-de-chie, balai de crin, je dis juste ici qu'il y a des gens avec qui on ne peut pas rigoler, on ne peut plus rigoler, qui " lassent " et qu'il y en a d'autres qui ne lassent pas et avec qui, logique, on peut tout se permettre, liberté d'expression et toussa obligent...

Folie passagère 2758.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr