samedi 30 avril 2011

Bétaillère socialiste !


Homer est taquin, il ose me demander comment je vois se dérouler le scénario des primaires socialistes !

Vous vous en douterez la victoire d'un gusse de gauche en 2012 n'est pas pour m'enchanter mais je la vois venir gros comme une bétaillère pleine de gauchisses (on dit merci qui ? Merci Sarko, bande d'ingrats !). Pour en revenir à ces primaires, elles sont pour moi la plus belle expression de la multitude d'ego surdimensionnés au PS. La gauche, depuis Mitterrand, a été dans l'incapacité totale de faire émerger un leader charismatique; ces primaires révèlent, une fois de plus, les divisions qui règnent au sein de la boutique socialiste. On voudrait nous faire croire aux vertus de la démocratie interne et de la confrontation des idées, je ne vois qu'une noria de candidats qui s'entredéchirent courtoisement (pour l'instant) en brandissant un vague projet quasi mort-né.

L'organisation de ces primaires sera sans doute pleine de rebondissements et de cafouillages. J'ose espérer que nos vaillants journaleux veilleront au grain et sauront débusquer toutes tentatives de détournement de fichiers électoraux et tout abus de fonds publics ( les frais d'occupations des écoles transformées en bureaux de vote devront être payés par le PS par ex.), j'ai des doutes...

Quant à l'issue des dites-primaires, à vrai dire, je m'en contrefous royalement. Quelque soit le candidat qui sortira du chapeau, nous avons l'assurance, en cas de victoire de la gauche, de tous les retrouver au gouvernement. Ainsi, par exemple, si nous savons tous qu'un Valls n'a aucune chance, sa présence aux primaires le qualifie d'office pour un maroquin ministériel. Idem, pour tous les autres: les Montebourg, Hamon Mosco, Cambadelices...

Pour moi, seuls DSK ( je le vois se présenter), Aubry et Hollande iront au bout de ces primaires. Les autres n'ont pas l'envergure ni les réseaux suffisants encore moins la crédibilité nécessaire; tout juste se contenteront-ils d'essayer de torpiller ou de favoriser au mieux les candidats sérieux, question de négociations et de carrière ministérielle!

Aujourd'hui la bétaillère est pleine, le peuple des primaires ( lol !) décidera. Comptez sur moi en tout cas pour que, claviotant sur mon modeste blog, je ne laisse rien passer; je vous ai à l'oeil bande de gauchisses :)

Folie passagère 642.








D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr
(photo du haut piquée à Homer)

Gregory Lemarchal (1983-2007)

Oh, je sais bien qu'en écrivant ce billet je vais m'attirer quelques sarcasmes et railleries, sans doute quelques moqueries aussi. Et bien je m'en tape, qu'on se le dise.




S.O.S. d'un terrien en détresse, il n'y en avait que 2 pour la chanter, Balavoine, son créateur, et lui, Grégory Lemarchal.


Il y a 4 ans, jour pour jour, disparaissait Grégory Lemarchal. J'aimais bien ce jeune chanteur en devenir, sa gueule d'ange et sa voix superbe. La mucoviscidose l'emporta à l'âge de 23 ans.

Folie passagère 641.









D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 29 avril 2011

Du beau contre du laid !



Revenons tout de même sur ce mariage princier. 

Pourquoi ? Parce que cela m'énerve un peu le ton et les commentaires de ce que je lis à droite ou à gauche: en clair, il est de bon ton de railler ( ou de jalouser ? ) ce machin ridicule. Il est de bon ton de se moquer ( ou d'envier ? ) de cette espèce de ferveur populaire qui a envahi la perfide Albion. C'est vrai quoi, nous, les républicains démocrates ( sur le retour selon certains ) aurions presque l'obligation de nous moquer de tout ce saint frusquin monarcho-nuptial.

Alors certes, les media en ont fait à la pelle, d'aucun diront dans l'outrance ou la surdose, et alors ? On peut bien se gaver une fois dans l'année un évènement plutôt joyeux, non ? Cela change de nos bassesses politiques, de nos printemps arabes et autres catastrophes en  tous genres.

J'ai regardé et j'ai aimé apprécié. Une belle histoire de roturière qui épouse son prince et enflamme le coeur de tout un peuple; c'est vrai que nous, on est tout juste capable de se moquer d'une première dame qui serait enceinte à 43ans ! Non, franchement, tout cela était bien beau. Du faste, de la couleur, de beaux costumes, des chapeaux magnifiques, de somptueux uniformes, des invités prestigieux, des carrosses et des bagnoles de la mort, de la belle musique, tout était beau; qu'on vienne me dire le contraire !

J'y ai même vu quelques symboles très forts: une classe politique au complet chantant à l'unisson chants religieux et hymne national dans une église sans que personne ne s'en offusque ! Un animateur annonçant très solennellement l'arrivée d'Elton John et de son mari ! Une foule immense se pressant, sans se bousculer, pour aller voir les 2 tourtereaux se bisouiller ! Des représentants du peuple véhiculés dans des voitures de luxe ! Autant de gestes et de symboles qui auraient mis le feu aux poudres et aux plateaux télés chez nous ! J'imagine sans peine les Plenel et autres tartuffes de gauche hurler et réclamer bûchers, guillotines et un nouveau 4 août !

N'en déplaise aux pisse-froids et aux autres, de ce que j'ai vu, rien de médiocre, que du beau, du bon et même du Dubonnet pour la Queen. Et de temps en temps, ça fait du bien !
Alors, entre notre laid quotidien actuel et ce beau éphémère, le choix est vite fait, n'est-il pas?

Folie passagère 640








D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Question existentielle

J'ai assisté à une passe d'arme savoureuse entre deux journalistes. Doit-on dire Mariage Princier ou bien Mariage Royal ? Telle était la question, ils n'ont pas su se mettre de d'accord. Je reste dans le doute et je n'aime pas rester dans le doute !



A vrai dire, nous frôlons l'indigestion médiatico-nuptiale, ne devrait-on pas simplement s'en foutre ?

Folie passagère 639.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 28 avril 2011

Dents pourries et foetus gris


Rentrant d'une sympathique blogobouffe à Paris, je m'arrête au tabac de la gare du Nord, achète Le Point et 2 paquets de clous de cercueil. Crénom qu'elles sont moches les photos que l'on nous met sur les paquets de clopes. J'ai eu droit à un foetus grisâtre et un dentier pourri ! Genre, tu fumes, ton chiard sera contaminé et tes dents pourriront sur place ! Possible sauf que...

Dieu qu'il faut être con pour croire que cela va m'empêcher de fumer. Même que, à priori, il se dit que ces photos n'auraient qu'une faible influence sur une baisse éventuelle de la consommation. Il n'y a que ces grands couillons de techno-fonctionnaires pour croire le contraire. Parce que cette histoire de lutte contre le tabac, ça pue quand même un peu la fumisterie, l'hypocrisie à plein nez.
Les gens savent depuis longtemps que fumer ça porte la poisse mais le nombre de fumeurs ne baisse pas. Faut dire que tout le monde y trouve son compte dans la vente de clopes. Moi, j'ai ma dose légalement. Les cigarettiers et les débitants de tabac font leur beurre en grosses mottes. Et le gouvernement se taille la part du lion avec en gros 75% de taxes.

Alors, les petites photos rigolotes, validées par Bruxelles et saluées par les assoc' anti-tabac, vous savez quoi...

Et puis tout cela me gonfle, on en finit plus d'essayer de nous faire peur.

Tenez, d'ailleurs, pourquoi ne pas mettre sur les bonnes bouteilles de pinard ou de whisky la photo d'un foie bien cyrrhosé ? Pourquoi ne pas mettre sur le capot des voitures, une photo bien crade de corps démantibulés ? Pourquoi ne pas sérigraphier sur les préservatifs, une bonne vieille bactérie des familles ?

Tout cela pour nous faire culpabiliser ? Pour se donner bonne conscience ? Sans doute un peu des deux !

Vous savez quoi, les petites photos, ça ne me fait ni chaud, ni froid et pour la peine, je vais m'en griller une et me servir un petit pousse-café !

Folie passagère 638.











D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mercredi 27 avril 2011

Le coup de gueule de Delanoë

Pour un peu je me verrai quelques accointances avec Delanoë (pour un peu, ai-je écrit). Delanoë, vous le savez, ce n'est pas une tanche, il est maire de Paris depuis 10 ans. Il fut quand même l'artisan du retour de la gauche dans la capitale. C'est un des ténor du parti, que diable, son avis compte ! La vache, quelle mouche l'a donc piqué ? Avez-vous lu et entendu le coup de gueule qu'il a poussé après ses collègues de Solférino ? Il est colère le garçon !

Tiendez, c'est encore chaud.

Quand Delanoë dit: " Nous n’avons pas le droit d’être politiquement lâches ou intellectuellement paresseux ", c'est, sauf erreur de ma part, supposer qu'il estime que le PS est politiquement lâche et intellectuellement paresseux. Cela me va bien !

Quand Delanoë écrit sur son blog: " Nous devons recréer la confiance avec un électorat populaire qui, très souvent ne croit plus en nous, ni en personne", nous comprenons qu'il admet que le bon peuple de gauche ne croit plus en ses représentants. Je suis assez d'accord.

Lorsqu'il poursuit en affirmant: " Nous devons nous adresser à ceux qui souffrent, à ceux qui doutent, à ceux qui n’en peuvent plus." Ne reconnaît-il pas implicitement que cela fait belle lurette, ma pôvre Lucette, que ceux qui souffrent et ceux qui doutent, on les avait un peu mis de côté, rue de Solférino ?

Enfin, ne reconnaît-il pas aussi que le projet socialiste est un peu léger, un peu vague en affirmant que pour reconquérir " Nous [les socialistes] ne pouvons pas faire croire au changement dans le vague de l’absolu ; nous devons en revanche prouver que des changements sont possibles." 

Il mériterait presque une petite bise, il ne fait rien d'autre que de pointer là où cela fait mal pour un parti de gauche. Il ne fait que copier ce que j'écris depuis un moment: le PS n'a plus rien d'un parti de gauche tel que nous l'entendions, juste un parti dirigé par des politiciens qui ont oublié leurs électeurs.

Bon, okay, il gâche tout en affirmant que la seule solution pour gagner et redonner confiance, c'est le retour de la puissance publique, il dit même que " c'est ce qu'attendent les français de 2012 à 2017."

Le retour de la puissance publique... du Tout-Etat, de l'Etat Providence et Dispendieux... Sont incorrigibles !

Allez, une petite citation du colérique pour finir: "  Il faut avoir le courage de ne pas dire oui à tout par démagogie, ni non à tout par prétendu réalisme. L'utopie du possible: voilà ce qui nous manque encore ! "


Folie passagère 637.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


mardi 26 avril 2011

Tchernobyl, l'anniversaire


Joyeux anniversaire Tchernobyl ! Hé, 25 ans cela se fête non ? ben quoi, tout le monde me dit qu'aujourd'hui nous célébrons ou fêtons Tchernobyl. C'est un brin paradoxal de célébrer une cata, fêter un désastre, il me semble. M'enfin, la communauté internationale s'est fendu d'un magnifique cadeau: un vache de sarcophage tout neuf à plus de 600 millions d'euros le bout !

D'ailleurs, à bien y réfléchir, je me demande si sans Fukushima, on aurait donné autant de lustre et de faste à cette commémoration. Il paraît même que 3 présidents locaux ont fait le déplacement. Sans doute pour nous promettre un solennel plus jamais ça. Ce week-end, en Allemagne, il y a tout plein de gens qui ont fait les cent pas pour dire non au nucléaire.
Curieux comme ces gens-là se réveillent soudainement, à chaque fois qu'un accident se produit mais entre les 2, la pression retombe.  Le meilleur baromètre du stress atomique, c'est la poussée des verts aux élections en Allemagne, une cata et hop les revoilà au premier plan et puis passée l'émotion, un ou 2 ans plus tard, la CDU et le SPD reprennent le dessus.
Celui qui m'a fait le plus rire c'est l'écolocoptère, Nicolas Hulot. Tchernobyl, c'était un galop d'essai sans doute, par contre " Fukushima a achevé de le convaincre  " qu'il fallait en sortir. Il a même dit à son lieutenant qu'il avait été " bouleversé par " Fukushima. P'tre ben qu'il a vu ou mangé un gros champignon, même pas nucléaire. Bref, il a l'émotion à géométrie variable: hors candidature, point d'émotion, une fois candidat, il est bouversé... Moi, Hulot, ce sont les gonades qu'il me bouleverse !
Vous verrez, dans les programmes politiques de la prochaine présidentielle, ils auront tous un volet sortir du nucléaire, et fissa ! Ma main au feu que nous continuerons à produire nucléaire et à vendre des EPR à qui aura les moyens de s'en offrir.

Sauf que nous le savons bien, tous, le nucléaire, c'est pas propre, c'est dangereux, c'est pas 0 risque, mais pour l'instant, par chez nous, on ne sait pas comment faire sans. Par contre, la seule chose dont on soit sûr c'est qu'il nous faudra au moins 40 à 50 ans pour passer à autre chose. Alors méfiez vous des rigolos qui vous prédiraient des solutions à court terme, ceux-là sont tout aussi dangereux.

Folie passagère 636.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


lundi 25 avril 2011

Sois de droite mais tais-toi !


Voyez-vous, des fois que vous ne le sauriez point, quand on est de droite, pas de droite-droite-ragoutante, de droite, simplement, je crois bien que cela ferait plaisir à tout le monde que l'on ferme sa gueule.

Ainsi donc, il y a 2 ou 3 jours, je fais un billet politique-fiction du genre "votons Le Pen, soyons fous !", histoire de dire tout et pas grand chose. Mais surtout écrire qu'en gros la classe politique, dans son ensemble, ne vaut pas tripoux, et que donc un gros bordel imaginaire, genre La Marine élue Présidente de la République, ça remettrait, peut-être, les pendules à l'heure. Vous noterez les précautions d'usage prises: fiction, peut-être, imaginaire; on ne sait jamais... Ben mazette, qu'est-ce que j'ai pris ! Soit via quelques commentaires acérés ici déposés, mais mieux encore, c'est plus courageux, par emails expédiés: Nazi, salaud, facho... les grands classiques, quoi ! J'ai même une blogopote qui refuserait à présent de revenir par ici !
Moi qui en plus ne peut pas la piffer " la grosse truie " ! Tiens d'ailleurs, peut-on, au seul fait que l'on ne soit pas de son camp ou bien parce que ce qu'elle représenterait serait " immonde ", insulter l'autre ? Il me semble n'avoir jamais insulté qui que ce soit au cours d'une quelconque conversation ou billet politiques. Mais bon...

Deuxième épisode, l'after, l'après-repas de famille. Conversation faisant, l'un me dit assez soudainement: alors avec toutes les conneries qu'il fait, tu votes encore Sarko ? N'as-tu pas honte d'être de droite ? Vous noterez au passage qu'en plus de 600 billets écrits, pas une fois, je n'ai dit avoir une quelconque intention de voter Sarko. Faudrait-il être stupide pour savoir, plus d'un an avant date, pour qui voter...
Mais revenons à cet after. Bref, je suis à droite, je serai supposé voter sans honte pour Sarko et le festival reprend: Sarko et l'extrème-droite ne font plus qu'un... Je contre, j'esquive, je discute, je présente mes arguments non pas sur Sarko, ni même sur la " truie ", juste sur le fait que oui, on peut être de droite et que cela n'a rien de déshonorant, que ce n'est pas une maladie honteuse et toussa... Faut dire que j'avais face à moi une bonne demi-douzaine de gauchissses de salon, c'est vous dire si les forces en présence n'étaient pas en ma faveur.

Et puis d'un coup, on m'a asséné le coup qui tue, le coup qui met fin à toutes discussions, la sentence tombait: De toute façon quand on est de droite, en ce moment, on a tout juste le droit de fermer sa gueule, alors sois de droite mais tais-toi !

C'est drôle, non, un gauchiste encarté qui te demande de la fermer ?  Je suis de droite et n'ai pas le souvenir d'avoir, un jour, au détour d'une petite causerie politique, demandé à qui que ce soit de la fermer. Etonnant, non ?

Folie passagère 635.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr






samedi 23 avril 2011

Invasion familiale

En raison d'une invasion familiale massive, légale, totalement incontrôlable mais facilitée par la durée de ce week-end pascal ensoleillé,  ce blog sera dans l'incapacité totale de produire quoi que ce soit entre ce samedi, fin d'après-midi, et au mieux lundi, fin de journée. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour cette interruption provisoire de la programmation.

Pour patienter, je vous laisse avec Bashung !



Bonnes fêtes de Pâques et bon week end à tous !

Folie passagère 634.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr



vendredi 22 avril 2011

Votons Le Pen, soyons fous



Puisque tous les sondages nous y incitent,
puisque de toute façon, à en croire le camp tout entier des progressistes, Sarko perdra,
puisque la gauche, fidèle à sa bêtise, montant au combat en ordre dispersée, perdra,
puisque la droite classique, à gober les news, se lézarderait,
puisque ce 21 avril 2012 semble être le mur dans lequel nous fonçons tête baissée...

En tant que citoyen modèle pour qui l'acte de voter est un quasi-devoir sacré, je ne vois qu'une seule solution: Votons Le Pen, soyons fous !

Puisque gauche et droite réunies sont incapables de se remettre en cause, de parler vrai et d'aborder tous les sujets, y compris ceux qui fâchent,
Puisque toutes nos z'élites ont fini par considérer que la politique était un métier, une carrière et une retraite dorée avant d'être ce qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être à savoir la préservation et la défense du bien commun,

Je dis: foutons le bordel, votons pour La Marine !

Pourquoi?

D'abord, parce que légalement, démocratiquement et républicainement, elle a parfaitement le droit d'être élue Président(e).
D'abord parce que je sais, nous le savons tous, quand bien même serait-elle élue, qu'elle n'a ni l'envergure, ni les réseaux, ni le personnel compétent pour former une équipe gouvernementale solide et fiable. Parce que nous le savons tous, économiquement, le FN ne sait ni lire, ni comprendre, ni même interpréter ce qui se passe, incompétence économique flagrante. Parce que nous savons bien qu'elle et son camp se prendrait une déculottée immédiate aux législatives suivantes. Bref et pour faire court, élue, elle ne tiendrait pas 15 jours La Marine. Nous le savons aussi !

Mais crévindiou, La Marine au Château, comment rêver d'un plus beau coup de pied mis au cul de toute la classe politique ! Pas de meilleure manière de leur faire comprendre qu'à nous prendre pour des cons, on ne mérite que déculottée et baffes en quantité. Quel séisme cela serait !  Quel pied ! Nous y serions enfin: mettre le nez dans le caca à toute cette classe politique qui nous mène en bateau depuis des lustres ! J'imagine sans problème la mine déconfite des Sarko, Aubry, DSk, Pin-pin, Hollande, Royal et consorts. Je les vois pâles, verts de rage et de honte, surtout de honte, puis-je espérer. Ils nous prennent pour des cons, nous aurions, à notre tour, joué aux cons! Gauche et droite dans le même sac, coupables désignés du peu de cas qu'ils auront fait de nous.

La Marine au Château, je vois, sans peine, les tronches ahuries, de tous ceux qui comme d'hab, plutôt que d'aller voter, auront préféré aller jouer aux billes à la campagne ou bien rester sous la couette. La politique vous emmerde, elle vous l'aura bien rendue, non ? Faudra pas venir se plaindre.

Quel traumatisme ! Nous pourrions peut-être espérer qu'après ces quelques jours noirs sous présidence Le Pen une nouvelle classe politique, pétrie d'abnégation et du désir de bien faire, émergerait. Une nouvelle ère politique?

Ce 21 avril revisité vous fait peur. Pensez un instant qu'il nous est, peut-être, ce jour redouté, un tantinet monté en épingle par les media et le camp des progressites.

En vérité, je vous le dis, N'ayez pas peur !, en 2012, votez Le Pen !

Folie passagère 633.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

jeudi 21 avril 2011

Le peuple des primaires


Bon, j'ai l'impression que les choses se compliquent de plus en plus. J'ai peur ( et vous? ) d'y perdre mon latin, où du moins ce qu'il en reste.

Essayons d'y voir clair.

A droite et assimilés, il y a Sarko, La Marine, Borloo, Morin, Bayrou,Villepin-pin-pin, Dupont-Debout-la-République et même un quasi-inconnu du grand public, Renaud Camus.
A gauche et assimilés, nous avons en vrac: Aubry, Valls, DSK, Hollande, Hulot ( expatrié de droite ), Joly, Méluche, Montebourde, La madone du Chabichou et le petit facteur.
Tous, et sans doute en ai-je oublié quelques uns, se sont soit déclarés comme candidats à la Présidentielle, soit sont considérés comme tels.

A droite, il y a les Sarko-fidèles, les Sarko-courage-fuyons, les ceusses qui ont quitté le navire, les haineux, les revenchards et  La Marine, la seule, hélas, sur tout l'échiquier politique a parfaitement mener sa barque pour l'instant.
A gauche, du moins au PS, ils ont prévu un genre de referendum pour désigner le meilleur d'entre eux pour porter les couleurs du changement, ils ont appellé celà: les primaires ! ou une espèce de grande opération Portes Ouvertes. Mais bon, comme d'hab, ils ne sont pas tous d'accord pour ce machin; surtout aux extrèmes et chez les Verts, trop angoissés de se faire laminer par les pachydermiques autorités solfériniennes. On les comprend.

Et puis, maintenant, il y a les angoisses qui pointent: l'horreur, le Grand Frisson d'un nouveau 21 Avril. Même les élucubrations sondagières au doigt mouillé et la tête dans le sol semblent donner raison à ce vent de panique savamment entretenu.

Certains, à gauche, totalement désintéressés, en appellent à un espèce de sursaut citoyen pour contrer les affres de cette honte démocratique que représenterait un 21 avril 2012 revisité.  Cornaqués par les jeunes socialistes ( et donc par Martine ? ), ces démÔcrates ( consultez la liste des animateurs du biniou, ça vaut son peson d'or) se sont désignés comme le Peuple des Primaires. C'est le pompon ça: le peuple des primates primaires! Quel drôle de nom  ridicule! Leur but: que la gauche se rassemble; tous unis, ils réclament, doux rêveurs, un candidat unique de la gauche dès le 1er tour. Tiens, par exemple, Méluche et Ségo s'effaçant derrière DSK, tu y crois à ça ? Primaire, le Peuple en question; primaires ou primitifs ?

Vous suivez ? Moi j'ai du mal.

Alors, ce qui est sûr c'est que ça frétille de tout côté, que tout le monde est ami-ennemi avec tout le monde, que à droite, ou à gauche, les couteaux sont tirés et que nous, le bon peuple, on regarde, on se régale ou on est atterré parce que finalement, là-haut, tout là-haut, dans les états-majors, je crois bien que de nous, ils se foutent royalement.

Bon Dieu que le gâteau doit être gros et savoureux pour assister à la ruée d'une telle foule de prétendants !

Folie passagère 632.

Afficher l'image en taille réelle



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr
 

Peaux de vaches


Le saviez-vous ? La Russie interdisait l'importation de bovins sur pieds depuis des années.

Bruno Le Maire, ministre français de l'agriculture, un de ceux qui n'a pas les 2 pieds dans le même sabot, a réussi à faire lever cet embargo. Il obtint même l'exclusivité pour la fourniture immédiate de 1000 bovins franchouillards et bien gras destinés à la région de Vladivostock.

Certes, ce n'est pas le marché du siècle, juste une opportunité !

Il s'adresse donc à la filière professionnelle bovine divisée en pas moins de 13 fédérations. Celle-ci, réputée pour la défense de ses conservatismes et de son corporatisme de façade, victime du syndrome du " Chez nous, il y a plus de chefs que d'indiens " a répondu au ministre être dans l'incapacité de fournir plus de 100 têtes !

Ainsi, cette filière sclérosée par des querelles internes, harcelait le gouvernement depuis des lustres afin d'obtenir la levée de cet embargo; chose faite, la voilà, notre belle agriculture d'élevage incapable de fournir 1000 têtes de bétail !
Dans un pays qui compte en 2010 plus de 19 millions de vaches toutes races confondues... Ca fait plutôt désordre, non ?

Joyeuses fédérations où la "salers refuse de travailler avec la blonde d'Aquitaine ". Sont vraiment très cons quand ils le veulent ces agriculteurs !

Les allemands, qui, non seulement sont moins cons, mais en plus mieux organisés (une seule et unique fédération) ont, sans aucun état d'âme, répondu présents et emporté le marché !

Folie passagère 631.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


 



mercredi 20 avril 2011

je me prostitue pour vivre


Ca fait un moment que je lui cours après.

Ben oui, quand ton meilleur ami disparaît des écrans radars depuis une bonne quinzaine de jours, forcément on s'inquiète et on a peur. Quand le portable ne répond plus alors qu'auparavant, au moins une fois, chaque jour, nous nous téléphonions, on se pose des questions. Quand la distance fait que l'on ne peut pas faire un tour vite fait, pour voir, on angoisse un peu plus encore. Que se passe-t-il ? Et le dicton à la con qui veut que pas de nouvelles, bonnes nouvelles, avec lui, ça n'a jamais été le cas; plutôt l'inverse. 

Je sais bien qu'il galère, qu'il bosse ( en principe ), qu'il a beaucoup de mal à joindre les deux bouts, qu'il a des dettes du temps où il a joué au con. Je sais surtout qu'il est seul, là-bas, sans personne pour veiller sur lui.

Alors, hier, j'ai pris les grands moyens. J'ai appelé une connaissance dans la ville rose, un flic. je lui ai demandé de laisser un message dans la boîte aux lettre de mon ami avec en-tête officiel et le message suivant: "Prendre contact d'urgence avec Corto".

J'ai reçu en début d'après-midi le sms suivant, je vous le livre tel quel: " dslé en ce moment je me prostitue pour vivre car plus de sous donc voila. J ai honte. T'inquiètes pas."
Puis un second message. " G besoin d etre seul et besoin d argent. Pardon, t'inquietes pas."

Comment ne pas s'inquiéter ? Comment aider ? Que faire ?

Il m'a séché sur place.

Folie passagère 630.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Une gauche impuissante


Notre estimé confrère Nicolas serait-il un brin désabusé ce matin ?

Il nous a fait un drôle de billet. Bille en tête, il s'attaque aux mollets d'un Sarko qui tenterait vainement de stimuler le pouvoir d'achat des français. Enfin, bref, comme d'hab, gna-gna-gna, screu-gneu-gneu, vilaine droite, vilain Sarko, vilains !

Et puis, clavier tapotant, Nicolas glisse, glisse et s'épanche. Et finalement, nom d'une pipe en bois, elle fait quoi la gauche ? Elle doit faire ceci, elle doit faire cela, la gauche, nous dit-il: " La gauche doit réagir. Doit reprendre l’initiative." Mais elle ne fait rien.

C'est vrai quoi, une opposition mollassonne, c'est chiant à la longue.

Et le constat, que je partage, semble amer: la gauche ne fait rien pour redonner espoir aux Français. La gauche, le PS en particulier, semble totalement désarmée pour ne serait-ce que faire bouger le sourcil gauche de sa clientèle traditionnelle. Alors, comment imaginer qu'elle puisse faire rêver le reste d'un électorat qui serait présumé déçu, las, fatigué des rodomontades sarkoziennes ?

La gauche, poursuit-il, doit prouver au peuple que le projet du Président ne tient plus la route. Soit, mais dans ce cas, pourquoi le PS a-t-il pondu un si beau-creux projet dont on ne parle déjà plus. Mort-né ce projet socialiste ou totalement inintéressant  et peu porteur d'espoir ?

Oui, Nicolas a des raisons de s'inquiéter. La gauche est impuissante. Pourquoi ? Voici la seule question qui vaille dans un premier temps. Pourquoi la gauche a-t-elle perdue sa capacité à mobiliser, à faire rêver, à faire espérer ?

Pourquoi ?

Folie passagère 629.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

 

mardi 19 avril 2011

Gaspard et les Japonaises

Depuis presque un an, Gaspard s'occupe de quatre amies japonaises qu'il a connues à la fac.
C'est une occupation à plein temps ou peu s'en faut. Du coup ses études d'histoire sont en stand-by, remplacées par l'étude du japonais.
Ce week-end-là deux d'entre elles lui ont proposé de les accompagner à Annecy.



Kuso ki o tsukete migi ni yotte, a-t-il écrit sur son journal de cette journée, qui veut dire :  Attention connard, tiens ta droite !

Chaque visage de cette ville m'est familier, non que je connaisse qui que ce soit à Annecy mais parce que « monsieur Toulemonde » y passe aussi le week-end. Et monsieur Toulemonde qui fait du tourisme c'est une vraie plaie : il est lent, il est nombreux,  ses enfants pataugent au pied des pancartes indiquant « Baignade interdite », il marche sur les pistes cyclables.

Kuso ki tsukete migi ni yotte !
Il fallait bien deux japonaises pour me traîner dans ce piège à touristes.
Elles, elles avaient la chance d'échapper à tous ces  : « Chéri achète-moi cette marmotte avec le drapeau suisse que quand tu appuies dessus elle fait du chant yodel » ou bien : « Beaucoup d'églises pour une si petite ville, non ? » ou encore  : « Tu veux vraiment visiter la prison ? Tu préfères pas faire du pédalo ? »

La touriste japonaise est différente. On ne traverse pas la planète juste pour faire des blagues vaseuses ! J'étais heureux d'être là avec elles. Je fredonnais, que dis-je ? Je chantais pour mes deux Japonaises ! Pour elles, je suis un Français comme elles se les imaginaient avant de débarquer à l'aéroport de Lyon : un cliché, sans béret, ni baguette, mais portant l'image de son pays jusque sur les traits de son visage.
Elles riaient, et les voir rire valait bien trois heures de train bondé et deux jours de bousculade !

Okuchi mifi de... Ne le dis à personne mais... Elles aussi savaient se moquer de celui-ci ou de celle-là qui imitaient la langue asiatique ou tiraient leurs yeux vers les tempes avec leurs index.
Et puis, elles voulurent, elles aussi, faire du pédalo sur ce lac plus encombré qu'un centre commercial un samedi après midi. Et pendant qu'elle s'éclaboussaient en riant et photographiaient les canards, je chantais : « Auprès de mon arbre je vivais heureux... » tout en lorgnant le Casino où j'imaginais les masses d'argent que j'aurais pu gagner au Poker.
L'après-midi touchait à sa fin, je n'étais pas pressé de retourner à l'Auberge de jeunesse où l'affreux tenancier nous avait reçu comme il l'aurait fait pour une classe verte de trisomiques.



Direction le bistrot. Elles goûtèrent au panaché et demandèrent s'il y avait un rapport avec  le « panache blanc » d'Henri IV ? Ces jeunes filles m'épatent : elles connaissent mieux notre Histoire que bien des bacheliers, quoique elles préfèrent voir dans l'assassinat du Bon Roy Henri une vengeance de femme bafouée plutôt qu'un complot politique.
Je profitais alors du tour qu'avait pris la conversation pour leur glisser une ou deux saillies du Vert-Galant : « Et surtout, Madame, ne vous lavez pas, j'arrive... » ou encore «  Le pénis ? Jusqu'à quarante ans, j'ai cru que c'était un os ! »
Les yeux écarquillés autant que possible, le « OH ! » long et sonore sortant de leur bouche arrondie de surprise et leur tête dodelinant frénétiquement de haut en bas, tout m'indiquait qu'elle avaient compris.


D'après un texte de Gaspard et bien sûr, avec son autorisation.

Marianne A., Dans le sac de Marianne (37)

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Marianne, fidèle de ce blog nous livre sa version des faits, sa vision du biniou et du monde. Chaque mardi, elle vide son sac !

lundi 18 avril 2011

Skyrock en danger de mort !

Enfin, enfin, une nouvelle cause à défendre, un combat à mener !



Le monde radiophonique est en émoi, la fin du monde est proche, nos libertés menacées.

Skyrock, la radio des djeun's en danger ! Un drame est en train de se jouer.

Je vous la fais rapide.

La radio Skyrock (et son fondateur, monsieur Bellanger) s'est vendue, il y a quelques années au Grand Kapital, en l'occurence Axa Private Equity. Ce qui logiquement implique que les nouveaux tauliers font ce qu'ils veulent puisqu'ils en sont les actionnaires majoritaires. C'est le jeu. Le GK décide il y a quelques jours de virer le pseudo-charismatique patron, Pierre Bellanger. On sait de source sûre qu'un patron qui donne pleinement satisfaction n'est jamais ou que très rarement viré. Le gars est donc viré, c'est le jeu (bis).

Et aussitôt de voir un vent de révolte se lever sur les ondes ! La chose prend de l'ampleur; à tel point que l'on ne sait, aujourd'hui, qui du GK ou du Viré sera gagnant. Les animateurs, soutenant Bellanger, se mobilisent et en appellent aux auditeurs: Indignez-vous ! Luttez ! Votre ( ce "votre" so marketing ) radio est en danger ! Et on entend de tout: Jeunes de France , mobilisez-vous !



Mais comme en France, il ne se passe jamais rien comme ailleurs, le monde politique, de droite comme de gauche, vient grossir le flots des mutins enragés, des auditeurs dépités, des animateurs spoliés de leur patron et de la liberté menacée. Skyrock, radio des jeunes, donc, accès à la jeunesse, donc vecteur possible pour nos politocards de pouvoir enfin parler à cet électorat potentiel. Et donc, billes en tête, ils y vont tous, se saisir du micro, pour soi-disant prendre le parti du débarqué, pour, plus vraisemblalement à 1 an de la Présidentielle, se djeuniser !

Et d'assister à un  festival (florilège non-exhaustif):

Hollande: "Une radio appartient à ses auditeurs".
Jack Lang "supplie" le GK de revenir sur sa décision et menace de descendre dans la rue !
Xavier Bertrand: Il faut faire intervenir le ministère de la Culture ! ( Bellanger est un vieil ami de Bertrand)
Rama Yade: " La liberté de ton n'est pas à vendre."
Benjamin Lancar: "Il faut respecter les auditeurs."
Benoit Hamon: "Il faut se battre contre les dérives qu'impose le Capital."

C'est clair, un Front Républicain est en train de se constituer pour défendre Skyrock.  L'Elysée serait sur le Point de prendre le dossier en main. J'ai peur; y aura-t-il un demain, une aube nouvelle ?

Oui, Citoyens du Monde Libre; Oui, vous les Jeunes en mal de causes perdues; Oui, vous, Politocards en quête de bulletins de vote; Oui,  si vous n'avez rien d'autre à foutre, entrez dans la lutte: Sauvez Skyrock !

nb: Papy H.  est heureux, enfin l'on s'indigne !

Folie passagère 628.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Piss Christ


Plongé dans l'urine même du photographe-artiste, un Christ en croix fait sensation en Avignon. Cette photo, qui date de 1987, est parait-il une oeuvre d'art. Elle est exposée comme telle en Avignon dans un musée. En ce qui me concerne, je la trouve plutôt belle, le rendu couleur agréable. Sauf que voilà, c'est un Christ plongé volontairement dans de la pisse. Chacun appréciera la supposée qualité artistique de l'objet que je ne saurai qualifier autrement que de pure provocation. Qui plus est pour les catholiques en pleine période pascale.

Double provocation.

Plonger un crucifix dans de l'urine et le faire savoir, c'est chercher le bâton pour se faire battre. Faire de ce "bain" artistique une oeuvre, c'est se foutre du monde tout simplement.
L'exposer dans un musée, en Avignon, ville chargée d'histoires papales, à quelques jour de Pâques.
N'est-ce pas provoquer sciemment le scandale ?

Des cathos un peu raides s'en sont allés vandaliser l'oeuvre, comment ne pas les comprendre. Cet acte de vandalisme ferait presque plus scandale que l'objet en question. Même notre bon Frédéric s'en est ému.

Je n'ose imaginer ce qui aurait pu se passer si un photographe tout aussi talentueux s'était essayé à mettre en scène de la même façon un Mahomet baignant dans le jus de l'artiste. Rien du tout, sans doute...

Allez, on ne va pas se mettre la ratte au court bouillon, ce n'est que de l'art. Mon cul, oui !

Folie passagère 627.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

 

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique