mercredi 28 novembre 2018

Un volet énergétique à mourir de rire, un volet social à déchaîner les Gilets Jaunes

Vous avez écouté Macron hier ? Pas moi, j'avais mieux à faire et puis c'est vraiment trop fatiguant - énervant que de l'écouter et pas envie d'exploser mon téléviseur. Qu'a-t-il dit qui puisse calmer la fronde des Gilets Jaunes et la colère de ceux qui ne le sont pas mais qui en pensent pas moins ? Si j'en crois les commentateurs: pas grand chose voire rien du tout, ce qui me semble somme toute ballot compte tenu de l'attente populaire.

Voyons avec ce tableau synthétique qui résume bien l'intervention présidentielle ( normal, il a été fait par l'Agence d'Etat):

Aucun texte alternatif disponible.


Beuh, y aurait-il là dedans une idée géniale, un truc, une astuce qui permettrait aux Gilets Jaunes de voir leur fin de mois passer du 11 au 15 ? Pas besoin d'avoir fait l'ENA pour réaliser que rien de ce qui est proposé est de nature à améliorer le pouvoir d'achat et calmer la grogne.

Un gros volet énergétique à mourir de rire et un volet social à déchaîner les Gilets Jaunes.

Pourquoi à mourir de rire ? Parce que les Gilets Jaunes, voyez-vous, la transition énergétique à la mode Macron, ils s'en tapent le coquillard comme ils éxècrent l'écologie punitive. C'est pas une centrale en moins ou en plus qui les fera mieux vivre. Ensuite qui peut imaginer sérieusement, sans rire, que d'ici 2035, soit dans à peine 17 ans, on réduira la part du nucléaire à 50% quand on pense que 7 ans, depuis la promesse d'Hollande, n'ont pas suffi pour obtenir la fermeture de Fessenheim ?  Multiplier la parc éolien terrestre par 3 sous 12 ans ? Rhooo, l'objectif est aussi ambitieux qu'irréaliste. Pourquoi ? Parce que cela voudrait dire que d'ici 2030 il faudrait construire 18 000 éoliennes ! 18 000, bonjour la pollution visuelle ! 1 500 éoliennes à construire par an alors qu'il a fallu plus de vingt ans pour atteindre le parc actuel de 9 000 unités ! Ah et puis tant que j'y pense, n'oublions pas qu'actuellement, il n'y a plus de constructeurs français d'éoliennes ni de constructeurs de cellules photovoltaïques, bonjour la balance commerciale ! Fermer Fessenheim d'ici l'été 2020, soit dans moins de deux ans ? Ma plus belle chemise si l'objectif est tenu ! Surtout quand on sait qu'il faudrait 1 951 éoliennes pour compenser cette fermeture ! Bref, un volet énergétique qui ne tient pas la route, uniquement destiné à faire plaisir aux écolocons et à enfumer ceux qui ne prendront pas la peine de fouiller un petit peu. Réduire notre empreinte carbone et toussa, l'une des plus faible au monde (moins de 1% des émissions de CO2), je veux bien, mais pas en nous prenant pour des cons.

Dans la même intervention télévisée, Macron a osé déclarer que la pollution, dont celle issue du diesel (particules fines) , provoquait 48 000 décès prématurés par an, rien qu'en France. Soit la chose à un détail près: la prestigieuse revue Nature estime que la pollution aux particules fines excédentaires (dépassant les normes autorisées) provoquée par les camions et autres véhicules diesel légers ne serait à l'origine que de 3 800 décès prématurés dans toute l'Union Européenne. 3 800 d'un côté, 48 000 de l'autre... J'ai comme un doute sur la fiabilité du discours macronien.

Pourquoi un volet social à déchaîner les Gilets Jaunes ? C'est assez simple: rien inside qui, de près ou de loin, puisse satisfaire un chouïa les Gilets Jaunes, preuve s'il en est que notre grand président n'écoute pas, n'entend rien, ne comprend rien ou se fout royalement du mouvement en cours. Elle est où l'annonce de la suppression de la hausse de la taxe sur les carburants, revendication originelle du mouvement ? Nulle part. Elles sont où, dans ce volet, la baisse de la pression fiscale et la hausse des salaires ? Nulle part. Rien. Nada. Que propose Macron pour réduire les inégalités ? Pour réduire chômage et précarité ? Pour augmenter réellement, concrètement et visiblement le pouvoir d'achat ? Rien, nada. Elles sont où les propositions ou le projet qui permettraient aux Gilets Jaunes d'espérer un court-terme plus sympa ? Nulle part. Elles sont où les propositions visant à combattre le déclassement social que redoutent tant les mécontents d'aujourd'hui ? Nulle part. C'est où qu'on espère un avenir plus serein pour soi et ses enfants ? Nulle part. C'est où que Macron, à travers son discours, arrive à nous faire croire à sa sincérité pour rapprocher la France d'en bas de celle qui se gave à Paris ? Nulle part. A quel moment un Gilet Jaune écoutant ce discours a-t-il pu voir le moyen de remplir plus facilement son frigo ? A aucun.

Rien d'étonnant donc que aujourd'hui près de 8 Français sur dix estiment que les mesures annoncées par le chef de l'État ne sont pas suffisantes (et 84 % des Français qui trouvent le mouvement justifié). Et pour cause, elles sont à des lieues de ce qu'attendaient ceux qui manifestent depuis maintenant douze jours. Seuls 20%, soit grosso modo son socle électoral, pour saluer l'artiste, un peu juste pour gouverner paisiblement et efficacement.

Mézavi que Macron et ses amis misent sur le pourrissement de la situation (faute de pouvoir la maîtriser), l'épuisement des Gilets Jaunes - nombreux sont ceux qui prennent sur leur temps de repos pour manifester - et la proximité des fêtes pour que le calme revienne. Il est possible qu'il y parvienne, un temps. Le malaise qui couvait depuis trop longtemps est énorme, Macron, le Président des Riches, aurait bien tort de ne pas le considérer comme il se doit. Les Gilets Jaunes vont se calmer, un temps là aussi, mais attendez qu'ils reçoivent la prochaine baffe, en janvier quand ils se prendront le choc psychologique du prélèvement à la source et les nouvelles hausse des taxes sur le carburant...

Ceci étant dit, une prochaine manifestation est prévue samedi prochain à Paris. J'espère qu'elle sera à la hauteur de la colère actuelle que n'a pu qu'aggraver cette nouvelle désastreuse intervention présidentielle. Et tant pis si il y a encore de la casse et un peu de violence, être pris pour des cons, ça se paye !

"Changeons ensemble" qu'il a dit; c'est pas gagné !

Résultat de recherche d'images pour "macron gilets jaunes"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 24 novembre 2018

Ecœurement

Traitement médiatique de cette journée "Gilets Jaunes", journalistes qui servent la soupe à Macron, interventions et incompétence de Castaner, réactions du gouvernement vis à vis de ce mouvement, commentaires des députés LaRem, tentatives de manipulation de l'opinion, les mots me manquent pour exprimer mon écœurement. Ecoeuré mais pas étonné.


Tout cela va mal finir... Et pourquoi pas après tout... Du chaos peut-il sortir quelque chose de bien ?

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 23 novembre 2018

Darmanin, Le Maire, la déconnexion avec le réel incarnée



Si il y en a bien deux que je ne peux pas piffer parmi nos actuels dirigeants, c'est bien ces deux-là: Bruno Le Maire et Gérald Darmanin.

Voilà deux gars qui, quinze jours avant l'élection du gamin à la présidence disaient encore du futur élu pis que pendre, mais qui acceptèrent aussitôt les maroquins - et pas des moindres - que leur offrit Macron. On les savait donc traîtres au camp auquel ils étaient supposés appartenir, nous les découvrions ainsi girouettes et aussi flasques dans leurs conviction qu'un caramel mou bien mâché.

Je les vois encore ces deux-là au Congrès fondateur des Républicains, pavoisant sur l'estrade et applaudissant à tout rompre Nicolas Sarkozy... Je la revois encore cette petite frappe de Gérald Moussa Darmanin allait fumer en loucedé des clopes dans les coulisses du dit congrès et bavassant avec les journalistes...

On les savait traîtres, nous les découvrons aujourd'hui, pour qui en doutait, hors-sol et cyniques.

Bruno Le Maire, ministre de l'économie, tout de même, et donc en charges des impôts et taxes déclarer: "Inutile d'insister sur la situation politique et sociale actuelle pour comprendre qu'aujourd'hui, les impôts, les taxes, ça suffit ". Schizophrène le garçon ? Ou foutage de gueule ?

Gérald Moussa Darmanin voulait quant à lui montrer qu'il comprenait la colère des gilets jaunes, leur montrer de l'empathie, aussi a-t-il déclaré: " Si nous ne voulons pas être dans le Brexit intérieur (...), nous devons tous intégrer et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu'un et que vous ne prenez pas de vin ! ". C'est sûr qu'un gars qui gagne 950 euros par mois a les moyens d'aller se taper la cloche à 200 euros, le tout sans picoler un brin. Non mais allo, quoi, redescends sur terre mon garçon ! Perso, j'étais au restaurant, hier à Paris, j'ai bien mangé et n'ai pas épargné mon gosier, ça m'a coûté 32 euros !

Du même niveau que cette député LaRem qui osait déclarer que sa rémunération de député l'obligeait à manger plus souvent des pâtes...

Nous l'aurons compris, ces lascars sont à mille lieues de nos préoccupations, totalement déconnectés, hors-sol et finalement aussi méprisant que suffisant ! Pouah !

Et Macron de s'étonner de n'avoir pas réussi à "réconcilier la base avec le sommet "! La base avec le sommet... Nous sommes la base et lui le sommet ! Jupiter sort de ce corps ! "Cette réconciliation, c'est le cœur de la tâche qui m'attend pour les prochains mois ". Ouais, ben mon colon, avec pareilles déclarations, avec la bande de branquignols dont tu t'es entouré, t'es pas sorti de l'auberge!

Allez tiens mon grand, ça, c'est cadeau, t'es encore plus doué que François Hollande:



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 19 novembre 2018

Morgue et mépris pour ce troupeau de gilets jaunes abrutis !

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et texte


Quel est le point commun entre Sylvain Courage, Lucie Soulier, Xavier Gorce et Laurent Sagalovitsch ? Le premier est "journaliste" au Nouvel Obs, les deux suivants travaillent pour le journal Le Monde, le dernier est "romancier" et tient un blog hébergé par Slate. Ils sont donc tous les quatre de gauche; de cette gauche qui a connu son âge d'or en Hollandie, cette gauche qui aime bien le caviar à condition qu'on ne l'y prenne pas, cette gauche "vertueuse" parce qu'appartenant au camp du Bien, cette gauche parisienne bien à l'abri des vicissitudes de la vie que connaît si bien la France périphérique, cette gauche qui a voté Macron, cette gauche pseudo écolo qui kiffe toutes les mesures qu'a mis en place cette folle-dingue d'Hidalgo à Paris, cette gauche endogamique qui donc, logiquement, sectairement, n'aime pas... les gilets jaunes. 

Trois d'entre eux ont publié des articles, le quatrième un dessin "humoristique" au travers desquels ils se révèlent tels qu'ils sont: de petits bourgeois qui n'aiment pas la France qui pue, qui sue, qui trime, qui "gueule" et proteste contre la hausse des taxes "en attendant de râler sur le prix du papier-cul". Oh, bien sûr, ils n'écrivent pas littéralement qu'ils n'aiment pas cette France qui ne leur ressemble pas mais cela transpire tant de leurs écrits et coups de crayon que je ne vois pas d'autre motivation pour déverser autant de bile sur cette autre France. Ils n'aiment pas, que dis-je, ils haïssent cette "France éternelle, poisseuse, ringarde, poujadiste, pétainiste, souverainiste, trumpiste. La France complotiste, zémmouriste, calculatrice. La France du repli, du chacun chez soi, du dénigrement permanent. La France du «tous pourris sauf moi et maman». La France du «c'était mieux avant»". Il vomissent cette France  faites de "mélenchonistes, de lepénistes et de monarchistes qui portent tous un gilet jaune". "A gilet jaune, idées courtes", forcément. Forcément " des beaufs ou des troupeaux d'abrutis", " un embryon de milice populaire en uniforme", "poujadistes à poil dur", Marine sort de corps !

Tristes sires en réalité qui ne comprennent rien de ce qui peut motiver des gens à porter le gilet, qui ne comprennent rien parce que pour eux, c'est incompréhensible. Les fins de mois difficiles, le pouvoir d'achat en berne, l'effarement devant le compteur qui s'affole à la pompe à essence, la retraitée avec ses 800 euros de pension, les nuisances liées à l'immigration, le déclassement, l'angoisse du chômage, le chômage, le smic, les patates à l'eau, Lidl, Aldi,... sans être des ultra-privilégiés, nos quatre scribouillards ne connaissent pas tout cela, ça dépasse leur entendement. Sans le savoir, ou feignant de l'ignorer, ces quatre là sont le parfait exemple de cette France d'en haut qui n'a que mépris et/ou indifférence pour cette France d'en bas qui, pourtant, qu'on le veuille ou non, tient le pays debout. Ils n'ont que du mépris pour cette France qui ne leur ressemble pas et qui ose, hors cadres, hors partis, hors syndicats, manifester bruyamment son mécontentement.

Avez-vous remarqué que ce mouvement des gilets jaunes est soutenu par la quasi totalité du spectre politique du pays à une exception près: la gauche molle, celle de Hollande, de Royal, de Castaner, celle qui s'est empressé de se mettre En Marche. Avez-vous entendu Le Foll, Le Drian, Belkacem, Dray, Hollande, Cazeneuve et consorts soutenir le mouvement ? Que nenni ! On ne peut soutenir ceux qu'on n'aime pas,  on ne peut soutenir les "illettrés", "les alcooliques" et "les sans dents" ! Par contre pour ce qui est de taxer,  d'imposer et de leur faire les poches aux "sans rien" là, on peut y aller, corvéables et ponctionnables à merci. Et quand bien même ils sont le nombre et l'écrasante majorité, qu'ils se taisent en plus ! Non mais c'est vrai quoi, si en plus "cette France blafarde" se met à manifester et à pester, si "ces beaufs et ces Dupont-LaJoie" osent menacer l'ordre public, où irions-nous, Sylvain Courage, Lucie Soulier, Xavier Gorce et Laurent Sagalovitsch vous le demandent.

Que la gauche manifeste, que l'extrême gauche mette le bronx, ça c'est permis, Sylvain Courage, Lucie Soulier, Xavier Gorce, Laurent Sagalovitsch et cette France d'en haut l'ont admis, compris et même, souvent encouragé. Par contre, que cette "France qui rouspète et qui pue" se répande en jaune alors que tant d'autres souffrent encore plus, non, niet. Les gilets jaunes, c'est rien que des gens "qui au fond n'en a strictement rien à foutre de la France qui souffre vraiment, des sans-logis, des itinérants, des précaires, des enfants mal-nourris, des familles décomposées qui s'épuisent à rester dignes malgré le chômage, la pauvreté vraie, la mise à l'écart, la vie dans les taudis que personne ne veut voir", qu'il nous dit le mal nommé Sylvain Courage. Parce que lui, il saurait ? Parce que moi, j'ignorerai ? Bouffon !

Voyez-vous, il y a chez ces gens-là, chez Sylvain Courage, Lucie Soulier, Xavier Gorce, Laurent Sagalovitsch, il y a du Macron ou du moins, il y a tout ce qui  fait que Macron soit aussi impopulaire - comme jamais aucun président de la Vème ne l'a été à ce stade de son mandat - il y a du mépris et de l'arrogance. Et le mépris et l'arrogance, c'est comme les taxes et les impôts, à un moment ou à un autre, ça ne passe plus, on met un gilet jaune et on bloque les carrefours en espérant se faire entendre et comprendre. En espérant, ais-je écrit, car je crains que nos 4 plumitifs, nos z'élites ainsi que nos actuels dirigeants n'aient pas tout saisi de la colère actuelle. Ils devraient se méfier de la colère de ce "troupeau d'abrutis " en gilets jaunes, ils sont bien plus nombreux; de quoi demain se revêtiront-ils si ils ne sont pas entendu aujourd'hui ?

L’image contient peut-être : texte
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 16 novembre 2018

Pacte mondial sur les migrations: encourager, autoriser et protéger l'immigration !



Bon les p'tits loups, c'est pas le tout mais pendant qu'on ne fait que de parler des gilets jaunes que le gouvernement tente par tous les moyens (et de façon scandaleuse) d’effrayer, dans la quasi indifférence des médias et l'ignorance des peuples, il se prépare un gros truc à l'échelle planétaire, un truc aux petits oignons pour faire plaisir à tous les Soros, les mondialistes, les progressistes, les multilatéralistes et autres multicul en tous genre. Ce truc, piloté par l'ONU, c'est: Le Pacte Mondial sur les migrations. 

De quoi s'agit-il ? C'est assez complexe mais une chose est sûre, à terme, le but du jeu est d'organiser au niveau mondial les migrations et de facto de reconnaître que la migration est un droit de l'Homme même si les promoteurs du projet s'en défendent. L'article qui suit, relayé par Breizh Info, est assez long mais il a le mérite de bien expliquer le truc et d'être bien moins long que l'explicatif, aussi optimiste que touffu, fourni par le gouvernement sur son site Diplomatie.gouv.fr .

Il a été rédigé par Judith Bergman, chroniqueuse, avocate, analyste politique et Distinguished Senior Fellow du Gatestone Institute.

" Presque tous les États membres de l’ONU signeront, dans le cadre d’une cérémonie officielle qui se tiendra au Maroc, en décembre prochain, un accord de l’ONU qui fait de la migration un droit de l’homme.

Le texte final de l’accord intitulé Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, est officiellement non contraignant mais il « inscrit fermement la migration dans l’agenda mondial. Ce document constituera un point de référence pour les années à venir et induira un réel changement sur le terrain … » a indiqué Jürg Lauber, représentant de la Suisse auprès de l’ONU qui a dirigé les travaux avec son homologue du Mexique.

L’accord des Nations Unies, au contraire, spécifie :

« Réfugiés et migrants bénéficient des mêmes droits de l’homme universels et des mêmes libertés fondamentales (que les nationaux), droits qui doivent être respectés, protégés et déployés à tout moment. » (Préambule, section 4)

Répétons-le, cet accord ne vise pas les réfugiés qui fuient des persécutions et ont besoin de la protection du droit international. Non, l’accord promeut l’idée radicale que la migration – quelle qu’en soit la raison – doit être encouragée, autorisée et protégée. La quasi-totalité des États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis, de l’Autriche, de l’Australie, de la Croatie, de la Hongrie et peut-être aussi de la République tchèque et de la Pologne, devraient le signer.

L’ONU se défend vigoureusement de faire des migrations un droit de l’homme. « La question de savoir s’il s’agit d’une manière subreptice de promouvoir la « migration comme un droit de l’homme » n’est pas correcte. Cela ne figure pas dans le texte ; il n’y a aucun sinistre projet de ce type », a récemment déclaré Louise Arbour, représentante spéciale des Nations Unies pour les migrations internationales.

L’ONU n’a évidemment aucun intérêt à admettre que l’accord promeut la migration comme un droit de l’homme ; et jusqu’à il y a peu, le débat est demeuré quasi confidentiel. Trop de lumière aurait sans doute compromis l’ensemble du projet. Le texte de l’accord, tel qu’il est décrit ci-dessous, ne laisse toutefois aucun doute : avec la signature de cet accord, la migration deviendra effectivement un droit de l’homme.

L’accord se divise en 23 objectifs qui engagent les signataires. L’objectif numéro trois, par exemple, promeut et encourage les migrations par divers moyens. Les États signataires s’engagent à :

« Lancer et promouvoir un site Web national accessible à tous pour centraliser et mettre à disposition des informations sur les options de migration régulière, telles que les lois et les politiques d’immigration spécifiques à un pays, les exigences de visa, les formalités de candidature, les frais de scolarité et les taux de change, la règlementation des permis de travail, les exigences de qualification professionnelle, l’évaluation des diplômes et leurs équivalences, les possibilités de formation et d’études, ainsi que les coûts et conditions de vie, afin d’aider les migrants dans leur processus de décision. »

En d’autres termes, les États ne s’obligent pas seulement à ouvrir leurs frontières aux migrants du monde entier, ils doivent aussi les informer le plus complètement possible sur le ou les pays où ils pourraient envisager de s’installer.

Le niveau de service destiné à faciliter davantage de migration est également élevé. Les pays sont invités à mettre en place :

« Des points d’information ouverts et accessibles le long des grandes routes migratoires afin de fournir aux migrants un soutien et des conseils adaptés aux enfants et aux spécificités de genre, la possibilité de communiquer avec les représentants consulaires du pays d’origine et des informations pertinentes en matière de droits de l’homme et de libertés fondamentales, de protection et d’assistance appropriées, d’options sur les voies de migration régulière et les possibilités de retour, le tout dans une langue que la personne concernée comprend. »

Une fois les migrants à destination, les pays signataires s’engagent à :

« Fournir aux migrants nouvellement arrivés des informations ciblées, respectueuses des spécificités de genre, adaptées aux enfants, accessibles et complètes, ainsi que des conseils juridiques sur leurs droits et obligations, y compris le respect dû aux lois nationales et locales, l’obtention de permis de travail et de séjour, les ajustements de statut, l’enregistrement auprès des autorités, l’accès à la justice pour déposer des plaintes concernant des violations de leurs droits, ainsi que l’accès aux services de base. »

Les migrants sont, à l’évidence, les citoyens d’un monde nouveau, un monde où tous les pays doivent porter secours et assistance à ceux qui ont choisi de voyager et de séjourner ici ou là pour une raison ou une autre. Les frontières existent peut-être en théorie, mais l’ONU – et presque tous les gouvernements du monde – se sont donnés la consigne de les dissoudre.

L’accord précise également que les pays d’accueil doivent doter les migrants « de tous les moyens susceptibles d’aider à l’intégration et à la cohésion sociale » (objectif 16). Ce qui signifie, entre autres, que les pays d’accueil doivent :

« Promouvoir le respect mutuel des cultures, traditions et coutumes des populations d’accueil aussi bien que des migrants par l’échange et la mise en œuvre les meilleures pratiques en matière de politiques, programmes et activités d’intégration, y compris sur les moyens de promouvoir l’acceptation de la diversité et de faciliter la cohésion et l’inclusion sociales. »

L’idée que toutes les cultures sont égales et doivent être également respectées peut ainsi signifier que les mutilations génitales féminines (MGF) infligées à presque toutes les femmes somaliennes sont une tradition qui doit être « respectée » à Londres et à Paris comme elle l’est à Mogadiscio.

L’accord énumère ensuite les obligations qui incombent aux États pour accueillir chaque migrant. « Des objectifs de politique nationale devront être fixés… concernant l’intégration des migrants dans les sociétés d’accueil, notamment sur le marché du travail, en matière de regroupement familial, d’éducation, de non-discrimination et de santé ». En outre, le pays d’accueil devra faciliter « l’accès à des conditions de travail décentes et à l’emploi pour lequel (le migrant) est le plus qualifié, conformément aux caractéristiques du marché du travail local et à l’offre et la demande de compétences ».

En d’autres termes, les nouveaux arrivants en Europe jouiront des mêmes droits – ou quasi – à l’éducation, au marché du travail et aux soins de santé que les Européens qui ont travaillé dur et payé des impôts un demi-siècle durant pour financer leur système de protection sociale. Bien entendu, toutes ces obligations seront financées par l’impôt prélevé sur les Européens.

Les auteurs de l’accord ne s’attendent évidemment pas à ce que tout se passe bien entre migrants et populations d’accueil. Un accord pour faciliter une migration de masse de l’ensemble de la planète en direction des pays occidentaux (pour l’essentiel, car il n’y a pas de migration en sens inverse) peut en effet être générateur de chocs pour les occidentaux. L’accord spécifie donc clairement qu’aucun désaccord ne sera toléré et que les États signataires s’emploieront à lutter contre les « récits trompeurs générant une perception négative des migrants ».

Pour que cet objectif devienne une réalité, les États signataires s’engagent également à :

« Promouvoir des reportages indépendants, objectifs et de qualité dans les médias et sur Internet, mais aussi à sensibiliser et à informer les professionnels des médias sur les questions migratoires et la terminologie adaptée, en mettant en place des normes éthique pour le reportage et la publicité, et en privant de subventions ou d’aide matérielles tous les médias qui promeuvent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et d’autres formes de discrimination à l’égard des migrants, le tout dans le plein respect de la liberté des médias. » (Objectif 17)

De l’Orwell sur stéroïdes. Presque tous les États membres de l’ONU vont signer un accord stipulant que les médias en désaccord avec les politiques gouvernementales ne seront plus éligibles aux aides et subventions. Bizarrement, l’accord ajoute noir sur blanc que cet objectif a été conçu « dans le plein respect de la liberté des médias », sans doute parce que cela va mieux en le disant, peu importe que cela soit crédible ou non.

Deuxièmement, les États signataires s’engagent à:

« … éliminer toutes les formes de discrimination ; condamner et contrer les expressions, actes et manifestations de racisme, de discrimination raciale, de violence, de xénophobie et toutes les formes d’intolérance à l’égard des migrants, conformément à la législation internationale sur les droits de l’homme. » (Objectif 17)

De manière bien pratique, l’accord se garde de définir le « racisme » ou la « xénophobie » dans un contexte de migration de masse. Que signifient « toutes les formes d’intolérance » par exemple? Et la critique des politiques migratoires des Nations Unies peut-elle être qualifiée « d’intolérance » ?

À l’origine, tous les États membres de l’ONU, à l’exception des États-Unis, avaient approuvé le texte final de l’accord et semblaient prêts à le signer en décembre. Mais récemment, d’autres États ont annoncé leur retrait.

En juillet, la Hongrie s’est retirée de l’accord. Le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a jugé le texte « tout à fait contraire aux intérêts de la sécurité hongroise ». Il a ajouté :

« Ce pacte constitue une menace pour le monde car il est susceptible de mettre en mouvement des millions [de migrants]. Il part du principe que la migration est un phénomène positif et inévitable. Nous considérons que la migration est un processus discutable dont les conséquences peuvent se révéler dramatiques en matière de sécurité. »

En juillet également, l’Australie a annoncé son retrait de l’accord, du moins sous sa forme actuelle. Selon le ministre de l’Intérieur, Peter Dutton :

« Nous n’allons pas signer un accord qui sacrifie quoi que ce soit de notre politique de protection des frontières … Nous n’allons pas abandonner notre souveraineté – je ne laisserai pas des corps non élus décider pour nous, décider pour le peuple australien. »

En novembre, la République Tchèque et la Pologne ont annoncé qu’elles étaient susceptibles de se retirer de l’accord. La présidente croate, Kolinda Grabar-Kitarovic, a déclaré qu’elle ne signerait pas l’accord. Quant au Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, il a déclaré : « nos principes souverains en matière de sécurité des frontières et de contrôle des flux migratoires demeurent notre priorité ».

Ce mois -ci également, l’Autriche a annoncé son retrait de l’accord. « Certains points du pacte sur les migrations nous paraissent critiquables, notamment la confusion entre recherche de protection et migration de main-d’œuvre », a déclaré le chancelier autrichien Sebastian Kurz.

L’Union européenne a immédiatement critiqué la décision de l’Autriche. « Nous regrettons la décision du gouvernement autrichien. Nous continuons de croire que la migration est un défi mondial qu’il n’est possible de résoudre que par des solutions mondiales et un partage des responsabilités à l’échelle mondiale », a déclaré une porte-parole de la Commission européenne.

Ainsi parle aujourd’hui cette UE qui évoquait il y a peu la nécessité de « juguler »les mouvements migratoires. Si l’on souhaite « juguler » les migrations, à quoi bon signer des accords qui les facilitent et les rendent exponentielles en les transformant en droits de l’homme ? "

Judith Bergman

L'Aquarius et consorts ont des jours radieux devant eux... Je n'en dirais pas  autant pour nos civilisations occidentales...


Résultat de recherche d'images pour "caravane migrants"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 15 novembre 2018

Gilets jaunes




" Le Pouvoir panique. Il envoie, les uns après les autres, les corps constitués (et grassement subventionnés) dire tout le mal qu’il faut penser du mouvement des gilets jaunes et de sa journée d’action du 17 novembre.

Pour ma part, je soutiens ardemment ce mouvement.

Je le soutiens d’abord parce que c’est le sursaut d’une France étouffée par les réglementations absurdes et les taxes abusives. C’est le sursaut de la France qui travaille et qui n’en peut plus de trimer pour les oligarques macronistes d’une part, et l’immigration massive d’autre part.
Comme chef d’entreprise, je ne sais que trop bien à quel point nos marges ont été rognées ces dernières années.

Après le matraquage fiscal de Hollande, le racket de Macron est la goutte d’eau (l’énorme goutte d’eau !) qui fait déborder le vase.

Je soutiens également le mouvement des gilets jaunes précisément pour la raison qui le fait mépriser par Benjamin Griveaux et les profiteurs de la « mondialisation heureuse ». M. Griveaux, porte-parole de l’arrogance gouvernementale, raille ceux qui clopent et roulent en diesel. Eh bien, aussi curieux que cela puisse vous paraître, Monsieur le Ministre, ces gens-là vous font vivre ! Ce sont leurs impôts qui vous entretiennent. Alors, de grâce, ayez au moins la décence de ne pas les insulter – en plus de les ruiner !

Vous vous étonnez du succès du populisme ? C’est tout simple à comprendre, pourtant : le populisme, ce n’est que la réaction du peuple insulté par ceux qui devraient le représenter et qui n’ont que mépris pour lui.

Alors, oui, en ce 17 novembre, je serai avec joie du côté des « populistes ». C’est-à-dire que je serai avec le peuple français excédé.

Et j’espère que cette journée sera un succès ; j’espère qu’elle sera suivie de beaucoup d’autres ; car il est insupportable que le peuple – supposé souverain en démocratie – soit aussi méprisé, aussi insulté, aussi racketté, par les prétendues élites. "

Sébastien Meurant, Sénateur (LR) du Val d'Oise.


Résultat de recherche d'images pour "gilets jaunes"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


mardi 13 novembre 2018

Yann Moix et Christophe Castaner ont-ils suicidé Maggy Biskupski ?

Je me disais que j'allais faire un billet bilan de l'itinérance mémorielle macronienne ainsi que sur la commémoration parisienne de l'armistice et puis j'ai réalisé que c'était inutile: c'était il y a deux jours, c'était sinistre et ridicule et à part nous avoir coûté un pognon de dingue, c'est déjà du passé, c'est oublié; la "touch" Macron a tout gâché. Prévisible. 

Et puis, ce matin, j'ai appris la triste nouvelle: Maggy Biskupski s'est suicidée. Maggy Biskupski était la fondatrice de  l’association Mobilisation des policiers en colère (MPC), association créée en 2016 après que deux de ses collègues eurent été cocktail molotovés à Viry-Chatillon.

Résultat de recherche d'images pour "maggy biskupski"

En 2017, 91 policiers et gendarmes se sont donnés la mort (135 selon Alexis Corbières), un taux de suicide trois fois supérieur au reste de la population française, un taux suffisamment important pour que ces drames ne soient pas imputés uniquement à "des problèmes familiaux ou personnels". Les raisons sont connues: manque de moyens, manque de soutien de la part de la hiérarchie, sentiment de faire un travail inutile, manque de considération, haine des flics de la part d'une partie de la population... La police assassine, qu'ils disaient...

Sans doute Maggy Biskupski souffrait-elle de tout cela. Et sans doute a-telle aggravé son cas en prenant la tête de cette association, crime de lèse-majesté puisque cela lui valait les tracasseries de l'Inspection Générale de la Police Nationale pour manquement à son devoir de réserve. Collomb déclencha la procédure, Castaner ne la suspendit pas.

Alors quand on lit ce bouffon de Castaner dire que suite à ce drame "sa tristesse est profonde", on hésite entre vomissements et colère. Le même Castaner qui avait refusé que plainte soit déposée contre cette ordure de Yann Moix qui avait tenu récemment des propos outranciers contre la police (et donc contre Maggy Biskupski) lors d'une émission télé à laquelle participait Maggy:


Alors, Yann Moix et Christophe ont-ils suicidé Maggy Biskupski ? Sans doute pas. Disons qu'ils y ont contribué, comme y ont contribué tous ceux qui chaque jour vomissent sur nos forces de l'ordre... Et tant que les gauchistes et autres pourfendeurs de nos forces de sécurité continueront leur travail de sape et à insulter la police ou la gendarmerie, tant que les autorités n'auront pas plus de considération pour ceux qui agissent sur le terrain tous les jours, tant qu'un Président de la République ou un ministre de l'Intérieur iront se rendre au chevet d'une racaille ou prendre la défense d'ordures reconnues, le taux de suicide chez nos forces de l'ordre ne devrait pas cesser de croître.

Policiers et gendarmes n'ont jamais été nos ennemis, ils sont à notre service, au service de l'ordre et de notre sécurité. Pro Patria Vigilant, ils veillent pour la Patrie.

Maggy Biskupski avait 36 ans. R.I.P.


Résultat de recherche d'images pour "police nationale soutien"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 9 novembre 2018

Et maintenant, la Nuit de Cristal ! Insupportable, grotesque !



Si il y a bien un truc dont j'ai horreur c'est bien l'instrumentalisation de faits historiques à des fins politiciennes. Vous me direz que tous les politiciens ont pratiqué ainsi et vous auriez raison sauf que depuis quelques temps je crois que nous avons atteint des sommets. Macron et le gouvernement nous gâtent et nous gavent comme jamais.

On a entendu le président nous servir une première louche il y a quelques temps lorsque citant Salvini, Orban, les nationalistes et plus tard le Rassemblement National, il se plut à comparer notre époque à celle des années 30, sous-entendu: faites gaffe les gens, si vous votez pour cette lèpre nationaliste, on va droit dans le mur, la guerre et les horreurs nazies ou fascistes, le retour de la bête immonde, on y aura droit à nouveau. Quelques jours plus tard, il osera même, le bougre, dans un entretien donné au Dauphiné Libéré, associer dans la même phrase le Rassemblement National et "Le nationalisme brutal est bien là" juste après avoir balancé: " On ne doit pas s'habituer à voir le RN gagner les élections européennes". La manœuvre est claire: la campagne pour les élections européennes est ouverte.

Vinrent ensuite cette catastrophique itinérance mémorielle et la polémique Pétain. Cette dernière permettait néanmoins à Macron de tirer une deuxième salve: Le Pétain de 14, okay mais celui d'après, de 1940, c'est celui qui a collaboré et permis l'envoi dans les camps de Juifs français. Des années 30 nous parvenions aux années 40, la Deuxième, les nazis, le génocide, la Shoah, la barbarie. Voyez les gens, j'avais raison, nous y sommes: lèpre puis peste brune, puis barbarie, blablabla... "Le démembrement nationaliste", comme seul horizon... Bref, depuis début novembre, surfant sur cette période de commémoration, pas une journée ne passera sans que Macron tente de jouer sur la peur. 

Je me disais bien qu'il ne manquait plus qu'à faire appel aux Juifs, si j'ose dire... Nous sommes servis depuis ce matin. La troisième salve est tirée par Edouard Philippe. Alors qu'il doit être encore dans l'avion qui le ramène de Nouméa, il balance sur sa page facebook la terrifiante nouvelle qui sera reprise en boucle par absolument tous les médias: "C’était il y a 80 ans, jour pour jour. Le 9 novembre 1938, les nazis livrèrent l’Allemagne à une nuit de violences dirigées systématiquement contre les synagogues, contre les magasins tenus par des Juifs, contre les habitations des Juifs. Le bruit sinistre des vitrines brisées a donné son nom à cet épisode terrible de l’histoire : la nuit de cristal. Pourquoi rappeler, en 2018, un aussi pénible souvenir ? Parce que nous sommes très loin d’en avoir fini avec l’antisémitisme. Je viens de prendre connaissance des chiffres les plus récents sur l’évolution des actes antisémites dans notre pays. Ils sont implacables. Alors qu’il était en baisse depuis deux ans, le nombre de ces actes a augmenté de plus de 69 % au cours des 9 premiers mois de l’année 2018."

Oh pétard, les actes antisémites ont augmenté de 69% au cours des 9 premiers mois de l'année 2018 (notez qu'en disant 9 premiers mois, il se réserve la possibilité de remettre le couvert en janvier ou février prochains... à quelques mois des européennes et tant mieux s'ils augmentent encore...). Bon, précisons puisque lui ne l'a pas fait: quand on parle d'actes antisémites, on parle aussi bien d'un simple tag sur un mur que d'un homicide et que si ces actes augmentent, ils sont au nombre de 389 seulement dont deux homicides. Avouez que pour une population totale de 67 millions d'habitants dont environ 700 000 juifs... ça fait pas grand chose, bien moins que les actes homophobes (1 650 cas signalés en 2017), même si tout cela reste odieux. Ceci étant dit, relisez bien sa phrase: tout y est, du Macron dans le texte, avec une énormité de plus: la nuit de Cristal ! Le début officiel du génocide juif lors  de la seconde guerre.

On retrouve toujours les mêmes thèmes associés, autant de thèmes qui ne devraient pas être instrumentalisés: le nationalisme, le souverainisme, la "lèpre", les nazis, la Shoah et par une grotesque extension: le RN, Le Pen, Salvini, Orban. Comme si ces derniers n'étaient que des reproductions d'un Pétain,  d'un Adolf ou d'un Benitto. Comme si il pouvait y avoir une quelconque ressemblance entre la France de 2018 et l'Allemagne du 9 novembre 1938. Insupportable ! Comme si notre époque avait une quelconque ressemblance avec les années 30 et 40. Grotesque et insupportable ! Mais il faut que le bon peuple ait peur, le croit et intègre au mieux l'idée que nous allons revivre les HLPSDNH et que sans Macron, sans En Marche, sans l'Union Européenne,... Point de salut. La France doit avoir peur !

Sauf que moi, j'en ai ras le bol de voir tous ces gens, lobby juif y compris - il existe -, se servir de la Shoah et tutti pour parvenir à leurs fins et ce faisant manquer profondément de respect pour ceux qui ont perdu la vie. Se souvenir oui, instrumentaliser, non !

Deux sondages récents annoncent que la liste RN devrait l'emporter aux élections européennes et tout porte effectivement à le croire; il y a fort à parier que les salves d'artillerie lourde vont se succéder sans discontinuer jusqu'au scrutin. L'odeur dans le pays va devenir pestilentielle, infecte, nauséabonde. Et le premier responsable sera celui qui est supposé rassembler les Français, éviter les divisions et maintenir la cohésion nationale à savoir le Président de la République, Emmanuel Macron. Le nauséabond, c'est lui.

NB: La nuit de Cristal en chiffres: Plus de 250 synagogues détruites, 7 500 commerces saccagés, 91 juifs assassinés et 30 000 déportés.

(Demain, pas de billet pour cause de déjeuner parisien entre blogueurs)

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 8 novembre 2018

Médiocrité quand tu nous tiens...


Là, les amis, il va falloir que vous m'aidiez parce que sur cette polémique Pétain, je n'ai pas tout compris. Il a dit quoi notre trop jeune Président  ? Il a dit, en gros, que Pétain avait été un super soldat en 14 mais qu'en 40, le même avait merdé, fait des choix funestes. C'est pas la vérité ça  ? Si, il me semble. Alors pas de quoi en faire un plat.

Bon, okay, après cette andouille de Macron a rétropédalé, comme d'habitude, rajoutant ainsi de la confusion là où tout était simple: On peut être un grand soldat un jour ou à une époque et foirer sa fin de carrière à une autre, non ?

D'ailleurs, on pourrait aussi se poser la question de savoir si il a réellement et totalement merdé le Pétain. Certes, il a collaboré, certes il a joué à touche pipi avec les boches et fermé les yeux sur des tas de saloperies mais, à tout prendre, que serait devenu ce qui restait de France Libre si Pétain n'avait pas été là. Fallait bien que quelqu'un assume un minimum de gouvernance, non ? Et pi d'ailleurs, Pétain, il n'a pas fait de coup d'Etat pour prendre le pouvoir... On lui a filé, non ? Et c'est qui qui lui a filé, hein,...

Et puis, elle est où la cohérence, je vous le demande: En France, on diabolise Pétain mais cela n’empêche pas notre premier ministre "d'être heureux de rendre hommage" à Ho Chi Minh !

Enfin bref, toutes ces polémiques m'emmerdent au plus au point, tout cela est bien médiocre. A l'image de ce qu'est finalement la vie politique et médiatique actuellement.

Tout ceci étant dit, je trouve que l'itinérance mémorielle présidentielle vire au fiasco. C'est bien fait !


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 6 novembre 2018

Le 17 novembre, y a blocage. Et après ? Nous serons le 18 novembre...



Il semblerait que la France, celle d'en bas, celle de la ruralité, celle des petites gens et des classes moyennes, nous fasse une crise d'hypertension aiguë; la colère gronde. Comment pourrait-il en être autrement avec un litre de gas-oil qui augmente de 23% en un an quand le sans plomb 95 se prend lui 15%. On me dit que le vrai méchant dans l'histoire, ce sont les cours du pétrole qui font rien que monter, pas les taxes et que si celles-ci augmentent, c'est rien que pour notre bien: pour assurer la transition énergétique. Ok, je veux bien mais je n'en ai rien à foutre; la seule chose que je vois, comme tous ceux qui n'ont pas la chance de pouvoir se foutre du prix de l'essence, c'est que le gas-oil a pris 23 % en un an et mon essence 15%. Et que l'année prochaine, puis celle d'après, puis la suivante encore, rebelote, on augmentera les taxes. Quelque soit la hausse du prix de l'or noir. C'est simple à comprendre, non ? Même Macron qu'on nous présente comme un gars intelligent devrait le comprendre. Et bien non, parce que Macron, il me fait la leçon, il me dit qu'il faut absolument passer à l'électrique, qu'il faut consommer moins et blablabla, sinon la planète, elle va mourir. Et moi avec. Mon con !

Ce qu'il oublie de m'expliquer le gars, c'est pourquoi c'est toujours à nous de payer. La France est un des pays les plus vertueux en matière de lutte contre les pollutions mais c'est quand même à nous de casquer encore et toujours. Pourquoi ne nous dit-il pas que les 15 plus gros navires cargos du monde, tous (sauf un) sous pavillons étrangers, polluent autant que les 760 millions d'automobiles de la planète. Pourquoi n'interdit-il pas aux bateaux de croisières faisant escale un jour ou deux à Marseille de couper leurs moteurs, moteurs qui  en 24 h polluent autant qu'un million de véhicules légers ? Et tous les avions dans le ciel, hein, avec leur kérosène faiblement taxé, hein ? Tout ceux là ils s'en foutent de la hausse des taxes et du pétrole, ils continueront de voler et de polluer les mers, alors que nous... Alors oui, on a raison de gronder !

Mais là où, à mon sens, tous les médias et politiciens nous embrouillent, c'est en tentant de focaliser le mécontentement sur la seule hausse du prix des carburants. Ces dernières hausses - et celles à venir - ne sont à mon avis que la goutte d'eau qui fait déborder le vase: On  en a marre des impôts, des taxes, des prix qui montent et des salaires et pensions qui stagnent voire qui régressent. On en a marre d'être pris pour des cons à qui l'on voudrait faire croire que vous allez voir le pouvoir d'achat va augmenter avec la suppression de la taxe d'habitation et la baisse des charges. T'as qu'à croire ! Le pouvoir d'achat n'a pas commencé d'augmenter qu'il est déjà rogné par les hausses diverses et variées (le gaz, le timbre, la bouffe et tutti...).  Et quand bien même le bas de ma fiche de paie augmenterait que ce putain de glouton d'Etat s'y retrouvera en me piquant un peu plus d'impôt sur le revenu !

Non mais réalises un peu mon grand, il existe (sauf erreur de comptage), que ce soit au plan national, régional, départemental ou local pas moins de 252 impôts et taxes différents (1) en France ! 252 !  Y en a pour tout le monde même pour les pauvres ! Et la quasi totalité de ces 252 impôts et taxes n'a cessé d'augmenter ces 30 dernières années. 252 ! On pourrait penser que nos élites réaliseraient que " Ça suffit ! ". Et bien non, voilà t-y pas qu'on apprend que serait à l'étude la création de nouvelles taxes sur les colis livrés à domicile ou sur les chèques cadeaux donnés par les comités d'entreprises.

Alors, si à tout cela tu rajoutes les petits et les grands trucs qui nous empoisonnent de plus en plus l'existence (en vrac et de manière non exhaustive: le chômage, les migrants, l'insécurité, la violence, la précarité, le communautarisme, la musulmanisation, les politiciens avec un QI de moineau, Bruxelles, les manipulations médiatiques, le prix de l'immobilier qui s'effondre dans les campagnes, le mépris des élites, le 2 poids 2 mesures, l'inflation...), ouais, c'est tout à fait normal: On est grave mécontent ! Et on va l'être de plus en plus, c'est aussi inévitable qu'indubitable sauf à avoir des œillères aussi grosses que l'ego de notre cher, très cher Président. A terme ? Ben, l'explosion sociale, l'insoumission, la guerre civile ou que sais-je encore. Même ton Collomb te l'a dit. La hausse des carburants, c'est juste la mèche qui a été allumée.

Et qu'est-ce qu'il propose notre Macron pour nous calmer les nerfs, nos petits cœurs endoloris de contribuables et nos portefeuilles vides le 15 du mois ? Une bonification du chèque énergie... pour certains, de patienter car tout va aller mieux... bientôt, de nous méfier des populistes et des nationalistes, de traverser la route pour trouver du travail, une itinérance mémorielle, une vraie armée européenne et que les vieux fassent des efforts pour aider les jeunes ! Non mais allo, quoi ! Jupiter redescend sur terre !

Le 17 novembre sera, parait-il, la journée du mécontentement. Je la souhaite la plus animée possible, la plus turbulente possible, la plus bousculante, la plus pétante; vraiment. Je souhaite qu'un maximum de gens y prennent part et qu'ils bloquent le pays tout entier. Je souhaite que les racailles et les petites gens, les retraités et les chômeurs, les LR et Les Insoumis, main dans la main (mouarf !) descendent sur Paris, à Nantes, à Rennes, à Lyon, à Marseille, et mettent tous ensemble, tous ensemble, un bronx pas possible.

Hélas et en vérité, je vais vous le dire, le 17 novembre, il y aura des gilets jaunes soigneusement pliés et apposés sur le pare-brise des voitures (2), des embouteillages, quelques périphériques bloqués, des opérations escargots par ci par là, des manifestations, des facteurs et des profs en grève, quelques dizaines de lycéens dans les rues, des CRS déployés, quelques Gomme-Cogne tirées sur les manifestants, des poubelles et des voitures incendiées.  Et puis viendra le 18 novembre, on fera le chiffrage des dégâts, on commentera, beaucoup, nos politiciens feront le dos ronds et se renverront la balle... Et puis tout redeviendra "normal"... comme d'habitude; je connais les Français, même ceux qui ont toutes les raisons du monde de se plaindre: Tant que la gamelle des gamins est pleine, même de pâtes, nos z'élites peuvent dormir tranquilles, Macron et Brigitte aussi...



(1) Ce qui ne veut pas dire que chacun soit assujetti à la totalité de ces 252 impôts et taxes.
(2) Ce matin, je me suis amusé à faire tout le tour du parking du Leclerc d'à-côté de chez moi, je n'ai vu qu'une voiture avec le gilet jaune au pare-brise.


Résultat de recherche d'images pour "gilets jaunes pare brise"
D'accord,pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Europe, ton soleil revient