dimanche 17 juin 2018

Welcome refugees ?

La photo du jour !

Voilà qui devrait faire peur... même pas, si j'en crois nos pseudos humanistes-progressistes qui en redemandent encore et encore !:


Où sont les femmes ? Dites-moi où sont les femmes, les femmes, les femmes, les femmes, les femmes...

Welcome refugees !




D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 16 juin 2018

Montjoie Saint-Denis ! Modernœuds et diversité...

Solution du quizz photo du billet précédent


Cela fait près de 40 ans que je passais à proximité régulièrement et jamais je n'avais pris le temps d'aller visiter la basilique de Saint Denis, nécropole des rois de France, située, comme son nom l'indique, à Saint Denis en plein cœur du 9/3. J'y suis allé hier après-midi.


Résultat de recherche d'images pour "basilique saint denis"

L'extérieur a été récemment rénové, il se dit même qu'on aurait posé la première pierre de la construction d'une seconde tour.


Une fois à l'intérieur, on est tout de suite saisi par l'impressionnante collection de tombeaux royaux. Il y en a tellement qu'il est impossible en quittant l'endroit de se souvenir de tous ceux que l'on a vu: François Ier, Louis XVI, Dagobert, Clovis, Clothaire 1, 2 et 3, la quasi totalité des Henri et des Louis... Quelques autres personnages célèbres tels que Du Guesclin sont aussi inhumés ici. Enfin quand on dit inhumés, on ne sait pas vraiment: parfois de vrais caveaux dans lesquels reposent ces majestés, quelques fois de simples reliquaires, parfois juste une pierre tombale souvenir sans corps.

A gauche, celui de François Ier, à droite, je ne sais plus:

 

A gauche, Pépin le Bref et Berthe au grand pied (clin d’œil à l'ami Rémi Usseil). A droite, du Guesclin:

 

A gauche, les deux du milieu: Louis XVI et Marie-Antoinette. A droite, dans la crypte: un amas de tombes et de sarcophages, certains sont ouverts et vides; dans ce foutoir, il y aurait celui de Saint Denis: 

 

La réponse au quizz, Oberon fut le premier à donner la réponse, puis PGC: Une petite pièce dans laquelle 7 morceaux de corps de différents rois: un bout de Louis XIV, un morceau d'Henri IV,  les cœurs de Louis XIII, de Louis XIV et de Louis XVIII, les entrailles de Louise Isabelle d'Artois...:

 

Et enfin, celui de Dagobert:

 

La visite vaut vraiment le coup tant on est saisi par la majesté du lieu. Dommage que la signalétique soit aussi nulle et que les explications devant chaque tombe soient à la fois aussi succinctes que compliquées à déchiffrer.

Une chose est sûre, nous sommes ici dans un des plus hauts lieux de notre histoire de France, la preuve éclatante de nos racines chrétiennes... blanches de souche... même si hier absolument tous les gardiens, guichetiers et vendeuse à la boutique de souvenirs de la basilique étaient des personnes perçues comme non blanches;  néanmoins, si vous passez dans le coin, n'hésitez pas !

Dommage aussi, voire scandaleux, que nos architectes modernoeuds et que la succession d'élus communistes ou socialistes à la mairie de la ville n'aient pas su préserver l'entourage immédiat (à peine 50 mètres) de la basilique en en faisant depuis cinquante ans un repaire de la "diversité" et du béton bien crade. Nos Rois reposent aujourd'hui et voisinent avec des kebab, des "restaurants" chinois, libanais, turcs, des boutiques capillaires africaines et un centre commercial Carrefour des plus pourris... Quant à la population: à l'image des boutiques...

 


En espérant que cette visite par blog interposé vous aura plu. N'oubliez pas le guide en sortant et bon week-end à toutes zé tatousses !


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 15 juin 2018

Quizz Photo (Niveau de difficulté: faut voir...)

Dans quel endroit les deux photos ci-dessous ont-elles été prises ?


En ce qui concerne cette deuxième photo, sur les neuf petites alcôves du fond de pièce, derrière le crucifix, sept sont occupées. Occupées oui, mais par quoi ?



Réponse en photos demain en fin de matinée !

Résultat de recherche d'images pour "quizz photo"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 14 juin 2018

Macron, les minima sociaux et le pognon de dingue...



Nouvelle opération de com' de notre Jupiter qui a fait fuiter cette vidéo dans laquelle on entend le chef de l'Etat, en son palais national et sous les dorures, déclarer: "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir."  Une déclaration qui fit aussitôt polémique pas tant par le message qu'il a voulu faire passer, comme souvent maladroitement en voulant "faire peuple", que par la mise en scène - "faire peuple" quand se vautre sous les ors de la République, fallait oser - et l'utilisation du mot pognon. Juste une manière d'introduire son discours social du lendemain, lui donner plus de retentissement, discours qui risquait de passer inaperçu tant la polémique Aquarius et la crise diplomatique avec l'Italie avaient pris de l'ampleur; d'une pierre deux coups: faire diversion et tenter de gommer un tant soit peu son image de président des riches... tout en nous prenant une nouvelle fois pour des perdreaux de l'année... 

Une fois ce qui précède pris en compte, que penser de ces propos jupitériens si ce n'est être totalement d'accord avec ceux de l'ami Koltchack ci-dessous que je reprends à mon compte: 

" Je sais que je vais en faire hurler certains, mais si on met de côté le personnage et le certain mépris qui transpire de ses propos, force est de constater que le constat est parfaitement juste. 

Y-a-t-il eu, jusqu'à présent, la moindre tentative de contractualiser l'aide sociale ? Non. 

Y-a-t-il eu la moindre évaluation quant aux résultats des diverses et trop nombreuses aides, au point que personne n'est foutu d'en donner le nombre exact, qui existent ? Non. 

Y-a-t-il eu la moindre tentative pour limiter les pharaoniques frais de fonctionnement de la machine étatique en charge du social, et qui pompe 50 milliards d'euros au passage ? Non. 

Y-a-t-il des contrôles systématiques pour vérifier que chacun a bien droit à ce qu'il perçoit ? Non. 

Plus de 30% du PIB, c'est à dire de la richesse annuelle produite par le pays, sont engloutis dans le social, et ça dure depuis des années. Pour quel résultat concret ? Nada, wallou, que dalle, comme la politique de la ville, c'est du pognon qui s'évapore sans le moindre résultat palpable. 

Tous ceux qui hurlent à la spoliation fiscale, à raison d'ailleurs, devraient acquiescer plutôt que de se laisser polluer l'esprit par une mentalité de gagne-petit communiste aigri. 

Le social, toutes branches confondues, c'est 740 milliards d'euros qui sont engloutis. La France c'est à peine 1% de la population mondiale, en revanche à elle seule elle totalise 15% des dépenses sociales mondiales. Mais tous ceux qui gueulent ont raison, hein, le pognon coule à flot, le pays n'est pas endetté, il peut se permettre de foutre le fric en l'air sans chercher à savoir s'il y a des résultats. 

J'ai beau ne pas aimer ce type, je ne vais pas, parce que je suis un opposant, dire qu'il pleut lorsqu'il montre que le ciel est bleu. J'en ai plus que marre de ce pays de cons où on gueule à tout va, pour le plaisir de gueuler ou parce qu'on est pas foutu de se poser 30 secondes pour réfléchir, regarder les chiffres, regarder sa feuille d'impôts. On en crève de ce social fait n'importe comment, mais visiblement ça ne choque personne, et bien continuons à creuser notre tombe.

Ceci posé, si le Macron est en panne d'idées pour réduire cette masse de pognon dingue que l'on met dans les minima sociaux et les dépenses sociales, je suis tout à sa disposition...



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Aïd: Bienvenue à Aubervilliers...

Petite vidéo toute fraîche d'hier:



Bientôt chez vous ?



Résultat de recherche d'images pour "aïd"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 12 juin 2018

Aux contempteurs de Trump, je dis: " Shut -up ! "

Hier soir, sur CNews, Yves Calvi dont l'impartialité et l'objectivité journalistique sont mondialement reconnues titrait son émission ainsi: " Trump est-il devenu fou ? ", une émission dans laquelle bien évidemment on tira à boulets rouge sur le Président élu démocratiquement des USA. Ce matin, toujours sur CNews, un journaliste dont je n'ai pas retenu le nom mais qui à défaut de porter une veste nous inflige ses bretelles et présenté comme un spécialiste des questions internationales répétait par trois fois: " Je déteste Trump, je déteste Trump, je déteste Trump depuis qu'en 1981 il a fait détruire un immeuble à New-York" (sic !, le gars est journaliste...).

Depuis des mois et des mois, la classe médiatique dans sa grande majorité ne cesse de critiquer, d'insulter et de dénigrer Trump. Ils nous ont promis les pires catas si ce type était élu. Et depuis qu'il est élu, ils continuent de nous prédire le pire avec ce Président "fantasque", "imprévisible", "vulgaire", "fou": guerre commerciale, chômage, crise monétaire et même, il y a encore quelques semaines, une nouvelle guerre mondiale provoquée par la fureur de Trump contre le dictateur Kim Jung Un.

Il en va de la classe médiatique comme de la plupart de nos politiciens au premier rang desquels notre Jupiter, un Jupiter qui bien qu'il soit Maître des Horloges et qu'il ait effectué plus de 45 voyages à l'étranger depuis son élection n'a absolument aucun succès diplomatique à mettre à son actif.

Alors certes, Trump est un président des plus curieux, un gars qui casse les codes, il fait néanmoins ce qu'il avait dit qu'il ferait et depuis son élection, il agit avec comme premier objectif: défendre les intérêts de son pays. Sa popularité est supérieure  à celle de notre gamin élyséen...

Mais de tous ces contempteurs qui en veulent pis que pendre à Trump - le dernier en date étant Robert de Niro qui " Fuck Trump ! " - pas un, pas même Obama, n'a été foutu de réussir un coup pareil, pas un n'a été capable de réaliser ça:



Un moment historique ! Un moment historique que nombre de dirigeants internationaux ont rêvé de vivre. Trump et Kim en ont-t-ils rêvé ? je ne sais pas, en tout cas, ils l'ont fait ! Voilà qui devrait valoir à Trump un minimum de respect de la part de ses prétentieux collègues...

A peine un an après avoir été élu et alors qu'il n'avait encore rien entrepris de "grand" (on ne  se pose même plus la question de savoir s'il a réalisé quelque chose de grand), Obama recevait le prix Nobel...

On verra ce que l'accord signé entre Trump et Kim Jun Un donnera par la suite, au moins a-t-il été signé; alors les contempteurs: " Shut up !  Fermez vos gueules !".

Résultat de recherche d'images pour "rencontre trump kim jong un"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 11 juin 2018

Qui va remplacer Lampedusa ?... Zemmour avait encore raison !

L'Italie et Malte ont courageusement refusé d'accueillir le bateau Aquarius, chargé de 629 migrants. C'est finalement l'Espagne avec son nouveau gouvernement socialiste qui l'accueillera. On peut parier que Mariano Rajoy, renversé par les socialistes du PSOE il y a peu, n'aurait pas accepté cela.

Mais que disait donc Eric Zemmour, il y a tout juste trois jours dans le Figaro Vox ? Voyons voir, ou plutôt lisons-le...




«Le bon temps pour les clandestins est fini ; préparez-vous à faire les valises.» Le patron de la Ligue, Matteo Salvini, a le sens de la formule qui fait mouche. Ce n'est pas un hasard s'il a choisi le poste de ministre de l'Intérieur, laissant à ses alliés du mouvement M5S les ministères sociaux. À ce poste, on peut encore montrer qu'un État déterminé a les moyens d'agir. Encore faut-il qu'il le soit.

C'est toute la question posée par l'affaire italienne. Celle de la légitimité démocratique est derrière nous. Elle s'est réglée par un compromis à l'italienne: les vainqueurs des élections ont renoncé à «leur» ministre des Finances europhobe ; le président de la République italienne et les milieux européens de Bruxelles qui le soutenaient ont renoncé à empêcher une majorité «populiste» de gouverner.

Désormais, c'est à Salvini de jouer. D'abord parce que l'immigration fut le thème qui l'a porté au pouvoir. Ensuite parce qu'il doit montrer qu'il peut expulser massivement les clandestins (il a promis 500.000 renvois) et arrêter la déferlante migratoire sur les côtes italiennes. Salvini s'en est déjà pris aux ONG qui, sous couvert d'humanisme, sont les complices des passeurs. Il devra utiliser la marine italienne non pour sauver les migrants mais pour les arrêter, voire détruire leurs barques. Il devra enfin tenir tête aux juges européens qui ne manqueront pas de dénoncer des pratiques contraires aux «droits de l'homme». Osera-t-il? Il devra aussi faire pression sur les pays de l'autre côté de la Méditerranée - Tunisie, Maroc et, au-delà, les autres pays d'Afrique pour qu'ils reprennent leurs ressortissants. Au temps de Ben Ali en Tunisie et de Kadhafi en Libye, ces pays bloquaient les migrants pour qu'ils ne se déversent pas sur l'Europe - preuve que c'est possible. L'Algérie n'hésite pas à renvoyer brutalement les migrants qui essayent de s'installer chez elle. 

On croit toujours en France que l'immigration est un phénomène qu'on ne peut maîtriser, une sorte de fatalité qu'on doit subir. C'est faux. Les mouvements démographiques sont une guerre qu'on veut gagner ou qu'on accepte de perdre. Comme le note l'historien Pierre Vermeren, le milliard de Chinois pauvres n'a jamais débarqué dans le Japon riche parce que l'État japonais s'est organisé pour qu'il en soit ainsi. Aux États-Unis, depuis l'arrivée de Trump, l'immigration venue du Mexique s'est beaucoup réduite. 

Emmanuel Macron et les dirigeants de l'Europe répètent que chaque nation ne peut rien faire seule et que la question migratoire ne pourra être résolue qu'ensemble. C'est exactement l'inverse. Ensemble, les Européens ont prouvé qu'ils ne font rien. Les États qui l'ont décidé ont bloqué toutes les routes migratoires - la Hongrie en est le meilleur exemple. Et la Pologne montre qu'il est possible d'accueillir une immigration choisie: ils ont accepté des Ukrainiens et refusé les musulmans. Un pays peut s'inquiéter de la révolution «populiste» italienne: c'est l'Espagne.

Qui va remplacer Lampedusa? Cadix? Malaga?


Eric Zemmour
Résultat de recherche d'images pour "eric zemmour"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Jean-Jacques Bourdin m'énerve

Entendu Bourdin sur BFM. Il nous a dit "qu'il en avait marre, vraiment marre de tous ces politiciens" qui pour un oui ou pour un non la ramènent. Oui, et bien heureusement qu'ils sont là pour qu'il puisse faire son beurre avec chaque matin dans son émission.

Un peu plus tard, le même déclarer: " Heureusement que nous sommes dans un pays dans lequel on ne pratique pas la censure ". On ne doit pas vivre dans le même pays.

Ce type, Jean-Jacques Bourdin, est insupportable, donneur de leçons, démago à souhait; un populiste qui feint de s'ignorer comme tel.

Il m'énerve.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 9 juin 2018

Je me suffis d'Allah, crucifions les laïcards !

Je vous présente Medine, rappeur à succès (si, si, surtout auprès des jeunes de cités), 35 ans, une page wikipédia lui est consacrée, une dizaine de CD au compteur, des concerts toute l'année...

Résultat de recherche d'images pour "medine"

Il peut chanter toutes les saloperies du monde, c'est aussi ça la liberté d'expression... mais pas "Don't Laïk" (2015, chanson sortie juste avant les attentats), pas au Bataclan !



" Dieu est mort selon Nietzsche
« Nietzsche est mort » signé Dieu
On parlera laïcité ente l'Aïd et la Saint-Matthieu
Nous sommes les gens du Livre
Face aux évangélistes d'Eve Angeli
Un genre de diable pour les anges de la TV Reality
Je porte la barbe j'suis de mauvais poil
Porte le voile t'es dans de beaux draps
Crucifions les laïcards comme à Golgotha
Le polygame vaut bien mieux que l'ami Strauss-Kahn
Cherche pas de viande Halal dans tes lasagnes c'est que du cheval
Au croisement entre le voyou et le révérend
Si j'te flingue dans mes rêves j'te demande pardon en me réveillant
En me référant toujours dans le Saint-Coran
Si j'applique la Charia les voleurs pourront plus faire de main courante
Ils connaissent la loi, on connait la juge
Pas de signe ostentatoire, pas même la croix de Jésus
J'suis une Djellaba à la journée de la jupe
Islamo-caillera, c'est ma prière de rue
Ta barbe, rebeu, dans ce pays c'est Don't Laïk
Ton voile, ma sœur, dans ce pays c'est Don't Laïk
Ta foi nigga dans ce pays c'est Don't Laïk
Madame monsieur, votre couple est Don't Laïk
On ira tous au paradis, tous au paradis on ira
On ira tous au paradis, tous au paradis incha'Allah
On ira tous au paradis, tous au paradis on ira
On ira tous au paradis, enfin seulement ceux qui y croient
Ils n'ont ni Dieu ni maître à part Maître Kanter
Je scie l'arbre de leur laïcité avant qu'on le mette en terre
Marianne est une femen tatouée "Fuck God" sur les mamelles
Où était-elle dans l'affaire d'la crèche?
Séquestrée chez Madame Fourest
Une banane contre le racisme, du jambon pour l'intégration
Pour repousser les nazislamistes, on
Ferme les portes de l'éducation
"Ah bon? Pardon patron, moi y'a bon"
Vas-y Youss', balances le billet
J'mets des fatwas sur la tête des cons
Religion pour les francs-maçons, catéchisme pour les athées
La laïcité n'est plus qu'une ombre entre l'éclairé et l’illuminé
Nous sommes épouvantail de la République
Les élites sont les prosélytes des propagandistes ultra laïcs
Je me suffis d'Allah, pas besoin qu'on me laïcise
Ma pièce de bœuf Halal, je la mange sans m'étourdir
À la journée de la femme, j'porte un Burquini
Islamo-racaille c'est l'appel du muezzin
[...]
Que le mal qui habite le corps de Dame Laïcité prononce son nom
Je vous le demande en tant qu'homme de foi
Quelle entité a élu domicile dans cette enfant vieille de 110 ans?
Pour la dernière fois ô démons, annoncez-vous ou disparaissez de notre chère valeur
Nadine Morano, Jean-François Copé, Pierre Cassen et tous les autres
Je vous chasse de ce corps et vous condamne à l'exil pour l'éternité
Vade retro satanas "


Pour justifier ses paroles, "l'artiste" avait déclaré: " cette chanson est une caricature tendue aux fondamentalismes, une caricature qui singe à la fois ceux qui font de la laïcité un outil d’exclusion, et à la fois ceux qui la subissent et l’expriment à travers une réaction d’hyper-identification de circonstance".

Mais c'est bien sûr...

Medine au Bataclan... on hésite entre indignation et colère...

Le chanteur a annoncé que toutes les places avaient été vendues...

Les propriétaires de la salle auraient-ils oublié ce qui s'est passé ?  90 morts ce soir-là au Bataclan, victimes de la barbarie islamiste

La dhimmitude ?

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 8 juin 2018

Pour que la France, ou ce qu'il en reste, reste la France !

Il paraît que ce tract fait polémique. Je le trouve très bien ce tract même si le slogan manque un peu d'originalité puisqu'il a déjà été utilisé dans le passé par Mitterrand, Sarkozy et... Nadine Morano. Les médias ont fait monter la polémique, comme à chaque fois qu'ils peuvent cornériser Wauquiez; la thématique du tract serait trop frontiste. Et comme si les médias ne suffisaient pas, quelques branquignols de la droite molle macron-compatible (Calmels, Pécresse, Jupé-de-Calan et quelques autres) sont aussi montés au créneau pour dénoncer soit la bêtise du slogan soit la supposée dérive frontiste de Laurent Wauquiez.


Très bien ce tract ? Pas tout à fait. Le slogan aurait du être: " Pour que la France, ou ce qu'il en reste, reste la France "; c'était pourtant simple d'y penser, non ?

Pour les mous du genou cités plus haut, il serait temps qu'ils se décident soit à rejoindre En Marche, les portes sont grandes ouvertes, soit qu'ils la ferment une bonne fois pour toutes et qu'ils digèrent enfin le fait que Laurent Wauquiez a été élu à la régulière par 70 % des adhérents.

L'idée en vogue en ce moment, largement véhiculée par nos serviles medias, c'est: l'Union des Droites... Il faudrait que les droites, de la molle aux extrêmes, s'allient pour rendre l'alternance possible en 2022. Ce faisant, médias, LREM et quelques noeuds-noeuds de la droite molle instillent l'idée que les LR de Wauqiez devraient s'allier avec le Front Rassemblement National ou comment utiliser à nouveau l'épouvantail que représenterait Marine, sa clique et les adhérents du RN et faire de Wauquiez un pote à Marine... C'est stupide ! Et d'une parce que Wauquiez a maintes fois répété qu'il ne s'allierait pas avec le RN et de deux parce qu'il n'y a aucun intérêt à s'allier avec des gens qui n'ont qu'une idée en tête: vous chercher des poux, vous dézinguer et prônant la sortie de l'Euro, ce que ne souhaite pas une très large majorité des Français.

L'un des objectifs de Wauquiez, auquel j'adhère, n'est donc pas de s'allier avec la bande à Marine mais bien de regagner le vote des électeurs partis au RN. Cela aurait du être fait depuis longtemps. Le RN n'a pas le monopole des questions migratoires et de la défense de notre souveraineté. Le RN n'a pas le monopole de la défense de notre identité. Le RN n'a pas le monopole de la lutte contre l'Islamisation du pays.

Cessez d'avoir honte d'être de droite !

Wauquiez est le nouvel homme à abattre des médias, tout sera fait pour lui nuire. Dernier exemple en date ?: Le Parisien titrait hier: " Mais où est donc passé Wauquiez " laissant ainsi croire que ce dernier était invisible, absent de la scène médiatique et du jeu politique,... alors qu'en fait il est en voyage en Irak au près, entre autres, des Chrétiens d'Orient depuis déjà trois jours. Quant à BFM, ils osaient la question: Y a-t-il un problème Wauquiez chez les Républicains ?  Ils ont même été capables, hier, de débattre pendant 20 minutes sur son cas en occultant totalement son voyage... Quand Mélenchon va à Moscou, tout le monde le sait, quand Wauquiez se déplace à Mossoul ou Bagdad, tout le monde doit savoir... qu'il y aurait un problème Wauquiez chez Les Républicains.

Un problème Wauquiez chez Les Républicains ? En tout cas pas pour les 70% d'adhérents ayant voté pour lui.

Quant à Wauquiez, il a compris qu'il avait le temps pour lui. On verra... Et puis, qui d'autre que lui à ce jour ?


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 6 juin 2018

La gare de mon enfance

Autrefois, et il n'y a plus personne pour s'en souvenir, nous avions cette vieille gare. Une gare d'autrefois comme tant d'autres... avec un garde-barrière chef de gare, sa femme, ses enfants et le potager attenant. Des billets, il ne devait pas en vendre beaucoup et sans doute n'y avait-il pas plus de 3 ou 4 trains par jour. Ils venaient de Paris ou de Pontoise et ils allaient sur Creil... à la vapeur !


Puis la vieille gare fut rénovée dans les années 60 et devint une gare assez moderne pour l'époque, plutôt charmante, presque mignonnette. D'un côté la petite ville qui alors ne comptait pas plus de 3 000 habitants lorsque nous nous sommes installés en 1974 et de l'autre des champs à perte vue et au loin l'Oise. La gare de mon enfance, la gare de mon adolescence, la gare où je prenais le train pour aller au collège puis au lycée, la gare de départ vers mes premières escapades parisiennes et mes premiers rendez-vous secrets. La gare d'où je partis pour aller servir mon pays pendant deux ans dans la Coloniale. Je me souviens que ma maman, m'y déposant ce jour-là, eut cette réflexion qu'aucun jeune d'aujourd'hui n'entendra plus: "Tu verras, quand tu reviendras, tu seras un homme mon fils".

Le garde-barrière disparu, il fut remplacé par un couple. Elle, assez désagréable pour autant que je m'en souvienne, vendait les billets quand elle avait le temps. Elle ne disait jamais bonjour aux jeunes mais elle nous avait à l’œil. Son mari travaillait ailleurs. Leur fils, une vraie teigne avec qui, au collège, je me prenais le chou régulièrement.

A l'époque, les trains, c'étaient les vieux gris tout en alu. On pouvait fumer, les gens causaient entre eux; certains, les habitués, considéraient même avoir leur place attitrée; gare à qui la piquait. L'ambiance était conviviale, les téléphones portables n'existaient pas: on lisait, on discutait, on jouait aux cartes, on regardait le paysage et... on arrivait à destination. Généralement à l'heure.

Que d'heures passées sur les quais de cette gare à patienter dans le froid l'hiver, sous le cagna l'été. Les premiers et horribles boutons d'acné, les premiers jeans, les premières clopes, les premiers amours, les premières virées... la gare de mon enfance, de mon adolescence et de mon début de vie d'adulte.


Alors quel ne fut pas le choc lorsqu'il y a quelque mois j'appris qu'elle allait être détruite. Il semble plus rationnel et moins coûteux de raser que de rénover ou de maintenir en activité certains métiers... N'ayant pas vu les plans, je m'imaginais qu'ils allaient construire une nouvelle gare moderne et tout et tout. Ben non ! A la place de ma vieille gare qu'ils ont rasé sans scrupule, ils ont construit un mur en béton tout con, tout moche. A la place de l'acariâtre vendeuse de billets, ils ont mis un distributeur automatique tout aussi con. Et de l'autre côte de ce mur tout moche, ils ont construit un enclos encore plus con parce qu'on ne voit absolument pas à quoi il peut servir, enclos ceinturé de grilles vertes... Le tout pour un budget de 200 000 euros. (Photos ci-dessous prises cet après-midi)


 


Ma vieille gare n'est plus, elle a été remplacée par un simple mur sur lequel sera peint le nom de la ville de mon enfance. La modernité et le progrès sont sans pitié avec nos souvenirs.



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 5 juin 2018

Ainsi va la vie en Macronie (19) ... et je le sens mal, de plus en plus mal...


Hier, on ne parlait que de ça: Monsieur Kohler, secrétaire général de l'Elysée et proche parmi les plus proches de Jupiter, voyait une plainte être déposée contre lui par l'Association Anticor. Une histoire alambiquée de conflit d'intérêt... Le parquet national financier - le même qui s'était saisi du cas Fillon avec une diligence incroyable - a décidé d'ouvrir une enquête. Voilà qui fait désordre au plus haut sommet de l'Etat. Si l'affaire en elle-même ne m’intéresse pas, c'est la réaction du monde médiatique qui m'a amusé: Jamais je n'avais entendu autant de chroniqueurs, de commentateurs et de journalistes défendre avec un tel enthousiasme... la présomption d'innocence... La palme revenant sans doute à Laurent Neumann sur BFM. A en rendre jaloux les Sarkozy, Woerth et tous ceux qui, parce qu'appartenant au camp du mal, ont eu à subir le lynchage médiatique, coupables avant même d'être jugés...

Et comme si cela ne suffisait pas à éteindre la polémique, les mêmes journalistes et commentateurs qui, hier défendaient la présomption d'innocence, se sont aujourd'hui répandus sur les plateaux sans discontinuer sur la visite qu'effectuera plus tard dans la journée le couple Macron à Clairefontaine, histoire d'aller grignoter avec les Bleus. L'observateur attentif aura remarqué que les journalistes auront moins insisté sur le fait que Macron aille à la rencontre des Bleus que sur le fait que ce dernier faisait... comme ses prédécesseurs; histoire de bien nous faire passer le message: attendez, msieurs dames, ce n'est pas de la com', rien qu'un rituel présidentiel ! Résultat: quelque soit la chaîne de télévision, plus personne ne parlait aujourd'hui du cas Kohler ! De la même manière, personne ne parlera des sondages catastrophiques concernant la popularité de Président et de son Premier. Ainsi va la vie en Macronie, tout passe, tout glisse sur Macron comme l'eau sur les ailes d'un canard.

Tenez, non content de nous préparer une loi anti fake news plutôt liberticide, le voilà nous proposer imposer une réforme, encore une, de l'audiovisuel public. Non que ce secteur ne soit pas à reformer vu la gabegie qui s'y est développée ces cinq dernières années, c'est bien plutôt ce qui est derrière qui devrait nous inquiéter et ce ne sont pas les propos de la pseudo ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui seront à même de nous rassurer:

Qu'a-t-elle déclaré ? (source Le Figaro et Libération):

- Création d’une «plateforme commune de décryptage des fausses nouvelles». Le gouvernement et la justice seront seuls habilités à « peser » ce qui doit être diffusé, ou pas.
- L’audiovisuel public doit devenir «le miroir de nos différences».
- Taxant certains Français de «hautement réactionnaires», l'ancienne éditrice a annoncé que les chaînes et radios du groupe «changer[aient] les mentalités sur le terrain». En plein discours, un clin d'œil était même lancé à Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, pour approuver ses propos de 2015 sur les «mâles blancs» trop nombreux à l'antenne: «Delphine, tu n'es plus seule».
- Évocation d'une redevance télé qui serait appliquée à tous les Français que ceux-ci possèdent ou non une télévision, soit une manière comme une autre d'imposer cette redevance aux ordinateurs et autres tablettes numériques; bref, réussir là où ses deux prédécesseurs avaient échoué.

Ils ont promis qu'il n'y aurait plus de nouvel impôt... pas de problème, il suffit d'élargir l'assiette de ceux qui existent déjà !

- Renforcement des pouvoirs du CSA (qui n'hésite pas à ouvrir une instruction (sic) à l'encontre de CNews lorsqu'un des commentateurs, André Bercoff, ose poser les questions que nombre de gens se posent sur le cas Mamoudou mais qui sont politiquement incorrectes).

Non, mais vous avez bien lu ? On se croirait revenu sous Hollande lorsque celui-ci, main dans la main avec la Taubira, la Filipetti, la Azoulay ou la  Pellerin, prenait un malin plaisir tout idéologique à massacrer tout ce qui pouvait encore l'être dans ce pays.

Parce qu'il s'agit bien ici d'idéologie. Le Nouveau Monde de Macron, ce n'est rien d'autre que la continuité des cinq années socialistes que nous avons subies: Déconstruction de la famille, PMA pour toutes, légalisation de l'euthanasie à venir (avant celle du cannabis?), main mise sur l'audiovisuel, stigmatisation du mâle blanc, égalitarisme pour tous (sauf pour les z'élites), mise à l'école des gamins de plus en plus tôt histoire de mieux les formater et de les " arracher au plus tôt des déterminismes familiaux", etc, etc, etc...

Sous ses airs de modernité et de jeunesse, l'équipe Macron-Philippe ne fait que prolonger le quinquennat Hollande. Cela devrait faire peur mais j'ai l'impression que plus les jours passent et plus nombreux sont  les gens qui s'en foutent... Dépités, désabusés et sans courage ?

Je le sens mal ce quinquennat, de plus en plus mal. Avec Hollande, tout était prévisible, avec Macron, c'est beaucoup plus pervers, plus sournois.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Fiers d'être Européens