jeudi 28 juin 2018

Les conneries permanentes d'Anne Hidalgo...

Encore une nouvelle lubie de la mairesse parisienne...

On hésite entre consternation et lassitude devant tant de débilité démagogique, idéologique et clientéliste:



" En plus des « nombreuses actions que nous conduisons avec les associations, je prends aujourd’hui une décision symbolique : nous allons rendre permanents les passages piétons arc-en-ciel que nous avons installés dans le Marais », a ajouté la maire pointant un « signal résolument positif et bienveillant » et un « message de bienvenue » pour les visiteurs du quartier.
Plusieurs carrefours du quartier du Marais, où sont concentrés la majorité des bars et boîtes de nuit gays de Paris, avaient été ornés de ces passages piétons temporaires avant la « Gay Pride ». L’un d’entre eux avait été dégradé et recouvert d’insultes homophobes en début de semaine.
Anne Hidalgo avait annoncé avoir saisi le procureur de la République de Paris et les inscriptions avaient été effacées. En réponse aux dégradations, la maire de Paris a annoncé mercredi sa décision d’en créer deux supplémentaires, toujours dans le même quartier, et qui seront installés dans la nuit de jeudi à vendredi." (Source Le Parisien)

Qu'elle commence déjà par nettoyer sa ville parce qu'en effet, Paris ville refuge: refuge de migrants, de mineurs étrangers en déshérence, de Roms, des rats, de la saleté, etc...

Quant au "Paris gay" d'aujourd'hui, plus rien à voir avec celui d'il y a quelques années, au moins avant, on se marrait (sans jeu de mot)... et puis, paradoxalement, il y a eu Delanoë et aujourd'hui cette folledingue.


Résultat de recherche d'images pour "paris gay"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 26 juin 2018

Ultra droite et monde musulman....



Ah ben mazette, nous l'avons échappé belle ! Imaginez, un groupe de 10 pieds nickelés de l'ultra droite radicale a été arrêté. Paraît-il que le chef de bande, c'était un ancien du Front National, la belle aubaine, les chattes font pas des chiens! Sans qu'on ait la moindre preuve qu'ils allaient commettre un attentat anti-muzz, on les soupçonne cependant d'en avoir eu l'intention... Avec ça, les gars, ils sont mal partis, direct les Assises pour toute cette bande de nauséabonds... sauf à finalement aboutir à un non lieu, une relaxe, un faute-de-preuves... Va savoir, cela s'est déjà vu.

Les mecs, ils étaient tellement futés qu'ils n'ont même pas pensé à planquer les quelques armes que les flics ont saisies ni même à utiliser comme tout bon muzz radicalisé une application cryptée pour communiquer entre eux. Si ça, c'est pas des branquignols de première bourre, faudra qu'on m'explique... Mais même pas grave, pour une fois que ce ne sont pas des fichés "S" islamistes, l'occasion était trop belle de le faire savoir urbi et orbi: l'ennemi intérieur n'est pas qu'islamiste; c'est bon ça coco pour rétablir l'équilibre et faire diversion sur les problèmes de campagne électorale de Macron à Lyon. Et puis en plus, ça permet au ban et à l'arrière ban de la musulmanie de manifester publiquement leurs inquiétudes: Allo, Jupiter, on ne nous aime pas alors que nous ne sommes que paix et amour, que la République veuille bien nous protéger, déployons Sentinelle devant chaque mosquée... sauf les clandestines, ça va de soi...

Les gars, ils étaient soupçonnés et donc on les a chopé, moi je veux bien mais à ce compte et à l'aune de ce critère "soupçon", ne devrait-on pas coffrer illico tous les muzz fichés "S" au titre de la radicalisation à caractère terroriste (fichier FSPRT), ils sont tout de même 19 745, une toute autre menace que nos 10 rigolos de l'ultra droite radicale, non ? Et ben non ! Rétablir médiatiquement l'équilibre entre les fous d'Allah et les  fadas de l'Action des Forces Opérationnelles... Et tant pis si au cours de ces dix dernières années, sauf erreur de ma part, aucun attentat revendiqué par une ultra droite radicale n'a été perpétré en France; aucun mort au compteur de ces vilains, me semble-t-il...

Ceci étant dit, il n'est pas faux de penser que l'ultra raz le bol d'une partie de la population dite de souche contre la musulmanisation du pays suscite quelques tentations violentes. 230 morts à l'actif de muzz radicalisés, 0 à l'actif des "nauséabonds", alors forcément, on pourrait comprendre, sans toutefois les justifier, que certains se laissent tenter: Action / Réaction, Réaction / Action... Le patron du Renseignement intérieur l’avait dit en 2017: "Je redoute une confrontation entre l'ultra droite et le monde musulman". Il y aurait donc une ultra droite d'un côté et un monde musulman de l'autre ? Rien entre les deux ?  Et un "monde Français", non ? Enfin bref, qu'il le redoute, soit, mais quoi de bien étonnant ?

Si tel était le cas, si cette confrontation musclée et armée devait se produire - et je ne parle pas du fait de pieds nickelés mais de gens bien plus organisés et équipés, ils existent - nous entrerions alors dans une période de troubles on ne peut plus graves dont personne ne sortirait indemne, ni le pays, ni la République, ni vous, ni moi. On appelle ça une guerre civile et là aussi, sauf erreur de ma part, toute guerre civile a été initiée par des minorités et non par le nombre.

Relisez Soumission, relisez Guérilla... Un vent mauvais souffle sur le pays et je doute que les actuels maîtres du pays soient à même de nous protéger et de nous éviter le pire...


Résultat de recherche d'images pour "guerre de france"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 23 juin 2018

Moi, Manu, Président de la République...


Ainsi va la vie en Macronie...

(Billet à taille réduite pour cause de broncho-trachéite carabinée)



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 21 juin 2018

Hors-sol, la piscine... à l'image du couple Macron !


Depuis ce matin, mis à part le foot et les revirements de Trump, je n'entends parler que de cela: le couple infernal qui loge à l'Elysée a décidé de faire construire une piscine au fort de Brégançon. Sur BFM, que ce soit Barbier ou Neumann, on nous explique que cela ne coûtera pas cher, que ce sera pris sur le budget du fort, que cela répond à des impératifs de sécurité et que cela permettra de donner un peu plus d'intimité aux Macron et aux petits-enfants de Brigitte. Bref que le truc est purement anecdotique et qu'il n'y a pas de quoi en faire tout un plat et c'est vrai que cela pourrait l'être, anecdotique. Ça va coûter combien ?  Rien, une nano-goutte, peut-être 40 000 euros grand max, queue dalle dans la masse des dépenses de l'Etat. Et puis comme on nous le rabâche sur Cnews, Rocard avait bien fait construire un cour de tennis et une piscine à la Lanterne quand Hollande faisait acheter des coussins à 100 ou 150 euros pièce pour regarnir les canapés de Brégançon. Alors pensez-vous, une piscine dont on nous assure qu'elle sera hors-sol, c'est queue-de-chie ! 

Circulez, il n'y a rien à voir et certainement pas de quoi polémiquer...

Oui sauf que... Sauf que cette piscine, elle vient après trop de trucs pour ne pas nous mettre légèrement en colère. 

On a eu la baisse des APL quand dans le même temps on réduisait l'assiette de l'impôt sur les grandes fortunes. On a eu la hausse de la CSG, du gaz, de l'essence, du prix du timbre, l'énième gel du point d'indice, une hausse certes légère de l'inflation mais une hausse quand même, aucun coup de pouce pour le Smic, la hausse du prix des clopes comme des PV de stationnement, le contrôle technique des véhicules qui va coûter de plus en plus cher, la hausse du forfait hospitalier, j'en passe et des pires...

On a toujours ces 6 millions de chômeurs. On a toujours ces 9 millions de précaires. On a toujours un Smic plafonné à 1 188 euros net par mois soit 14 256 euros sur douze mois pour un temps plein.

Bref, le bon peuple n'en finit plus de payer, de se faire taxer, de servir de vaches à laits quand son Président décide de se faire construire une piscine.

On a eu les gens qui ne sont rien, les illettrées de Gad, les fainéants et les cyniques, les alcooliques du nord de la France et ceux qui pour se payer un costard n'avaient qu'à bosser. On a eu "cette France en deuil d'un roi" ou ce rêve " d'une société sans statuts "...

On a eu cet achat d'assiettes pour 500 000 euros et ces 29 042 euros de maquillage jupitérien, paraît-il que la beauté à un prix... Ce Falcon présidentiel utilisé pour parcourir 110 km... J'en passe et des pires à nouveau...

On a, depuis un an, ce Président et sa régulière qui ne s'épargnent pas pour nous apparaître  comme hautains, déconnectés des réalités et du quotidien de ceux qui ne sont pas grand chose, imbus d'eux-mêmes, suffisants... Ce président des riches...

Alors voyez-vous, cette histoire de piscine, aussi anecdotique soit-elle, elle a quelque chose de terriblement indécent voire de scandaleux. On nous dit qu'elle ne coûtera pas cher parce qu'elle sera "hors-sol", possible, tout à l'image que ne cesse d'entretenir le couple Macron: Hors-sol.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 19 juin 2018

Bamako - Paris - Bamako, l’incroyable histoire de Mamoudou Guassama

Vous vous souvenez de Mamoudou Guassama ? Normalement oui puisque tous les médias nous ont saoulé avec lui pendant plusieurs jours. 

Pour ceux qui ne s'en souviennent pas, je vous refais l'histoire en vitesse. Mamoudou est un jeune Malien d'à peine 20 ans qui a fui son pays, le Mali, car là-bas, c'est la guerre et qu'il y a tout plein de djihadistes qui traînent dans le désert et qui sont prêts à zigouiller ceux qui ne sont pas djihadistes. Même que parce qu'il y a la guerre, le grand frère français, Hollande, il a envoyé des militaires pour aider l'armée malienne qu'est pas bien équipée et un brin incompétente. Même que 22 militaires français sont morts pour aider le pays de Mamoudou; 22 morts, tout de même, c'est pas rien ! Bon vous me direz, ils font leur métier et puis si ils meurent en Opex, ils auront droit à une belle cérémonie aux Invalides... Enfin bref, non seulement c'est la guerre mais en plus, au Mali, les gens et bien ils n'ont pas une thune pour vivre. Alors comme le Malien moyen, il n'est pas con, Mamoudou, il s'est dit puisque c'est la guerre et que moi et ma famille on crève la dalle, je vais aller là où y a la paix et la paie sans rien faire ( en France, ils appellent cela les aides sociales, truc comme ça, y a même des bureaux qui font que ça: donner du pognon à ceux qui n'en ont pas, la  CAF que ça s'appelle). Ni une ni deux, Mamoudou il a fait son baluchon, il a emprunté à père, mère, frères et sœurs du pognon pour assurer le voyage et payer les passeurs: direction la France.

Au prix de mille et une péripéties, au péril de sa vie et moyennant rétribution des passeurs, n'est-ce pas, Mamoudou est arrivé en terre promise. Bon okay, il ne s'est pas embarrassé du problème que pouvait poser le passage des frontières, il a réussi à gagner Paris clandestinement, clandestin, il fut donc pendant un ou deux ans, vivant d'aides diverses et variées et de menus expédients.

Mais un beau jour la chance lui a souri. Alors qu'il se promenait dans la rue, il vit un bébé de 4 ans qui avait fait un double salto arrière à partir du 6ème étage d'un immeuble mais qui, malencontreusement, avait raté son atterrissage sur la balcon du 4ème se retrouvant du coup les pieds dans le vide à douze mètres du sol.  Le bébé était costaud puisqu'il tint ainsi pendant quelques minutes. Mamoudou le clandestin, fort costaud lui aussi, n'écoutant que son courage (celui qu'il n'avait pas eu pour combattre les djihadistes), grimpa aussi vite qu'un singe pour porter secours au petit enfant. Et hop, il sauva le bébé. En bas de l'immeuble, les gens filmaient l'exploit et tous applaudirent quand l'enfant fut mis en sécurité.

Le pays tout entier n'en revenait pas, un tel acte de courage valait bien reconnaissance nationale. Mamoudou le clandestin costaud qui avait fui son pays fut reçu par le nouveau Président français. 


Ils se causèrent et Jupiter, reconnaissant de facto que le Mali, ça craignait grave, fit du clandestin un réfugié politique en moins de temps qu'il ne fallut à Mamoudou pour grimper au 4ème. On lui promit de lui donner la nationalité française dans les plus brefs délais et on lui fila un job précaire, mais un job tout de même, chez les Pompiers de Paris; cerise sur le gâteau, il reçut une jolie médaille élyséenne puis la médaille d'Honneur de la ville de Paris. Double cerise, il se dit qu'une grande chaîne de télévision française aurait offert à Mamoudou le droit d'aller danser avec les stars.

Si le colonel Beltrame fut élevé au rang d'héros national, la Présidence de la République et les médias firent de Mamoudou l'ex-clandestin rentré illégalement en France un Super Héros ! 

L'histoire aurait pu s'arrêter là et Mamoudou refaire sa vie paisiblement en France; il avait maintenant des papiers et grâce aux largesses de ce nouveau pays ainsi qu'au regroupement familial, sans doute un jour, pourrait-il faire venir toute sa famille à Paris.

Et bien non, à tant d'honneurs français, le Mali se devait de répondre et d'honorer à son tour l'enfant du pays et tant pis si celui-ci avait déserté... Le Président malien décida donc de recevoir en grande pompe le déserteur; celui-ci, devenu réfugié politique français avec des papiers, pouvait maintenant retourner librement au pays, en avion, business class sans doute, une foule en délire l'attendrait à Bamako. Et c'est bien ce qui se passa:


Il y avait tellement de monde que la berline de Mamoudou mit beaucoup de temps pour parvenir jusqu'au palais présidentiel où le Président local l'attendait avec impatience. Mais après tout, ce n'est pas tous les jours qu'il était donné aux Maliens d'acclamer l'un des leurs. Ibrahim Boubakar Keïta pouvait bien attendre... Ce qu'il fit de bonne grâce. Et c'est ainsi que Mamoudou, l'ex-déserteur, ex-clandestin mais nouveau réfugié politique malien en cours de naturalisation française, put aller tailler une bavette avec son ancien Président:


Puisque devenu Français, l'histoire ne dit pas si Keïta a proposé à Mamoudou de redevenir malien en lui offrant une re-naturalisation express...

Sur ce retour triomphal au pays, curieusement nos médias, sans doute déçus de ne pas avoir été conviés aux festivités, furent des plus discrets; ce qui, vous en conviendrez, ne fut pas très sympa car avouez qu'une belle histoire comme celle-là, ce n'est pas tous les jours qu'on en a une. Et tant pis si du début à la fin de cette histoire (sans doute provisoire), nombreux, très nombreux sont ceux qui ont cette impression bizarre d'avoir été pris pour des cons... aux premiers rangs desquels, peut-être, les familles des 22 militaires français tués en terre malienne...


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 17 juin 2018

Welcome refugees ?

La photo du jour !

Voilà qui devrait faire peur... même pas, si j'en crois nos pseudos humanistes-progressistes qui en redemandent encore et encore !:


Où sont les femmes ? Dites-moi où sont les femmes, les femmes, les femmes, les femmes, les femmes...

Welcome refugees !




D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 16 juin 2018

Montjoie Saint-Denis ! Modernœuds et diversité...

Solution du quizz photo du billet précédent


Cela fait près de 40 ans que je passais à proximité régulièrement et jamais je n'avais pris le temps d'aller visiter la basilique de Saint Denis, nécropole des rois de France, située, comme son nom l'indique, à Saint Denis en plein cœur du 9/3. J'y suis allé hier après-midi.


Résultat de recherche d'images pour "basilique saint denis"

L'extérieur a été récemment rénové, il se dit même qu'on aurait posé la première pierre de la construction d'une seconde tour.


Une fois à l'intérieur, on est tout de suite saisi par l'impressionnante collection de tombeaux royaux. Il y en a tellement qu'il est impossible en quittant l'endroit de se souvenir de tous ceux que l'on a vu: François Ier, Louis XVI, Dagobert, Clovis, Clothaire 1, 2 et 3, la quasi totalité des Henri et des Louis... Quelques autres personnages célèbres tels que Du Guesclin sont aussi inhumés ici. Enfin quand on dit inhumés, on ne sait pas vraiment: parfois de vrais caveaux dans lesquels reposent ces majestés, quelques fois de simples reliquaires, parfois juste une pierre tombale souvenir sans corps.

A gauche, celui de François Ier, à droite, je ne sais plus:

 

A gauche, Pépin le Bref et Berthe au grand pied (clin d’œil à l'ami Rémi Usseil). A droite, du Guesclin:

 

A gauche, les deux du milieu: Louis XVI et Marie-Antoinette. A droite, dans la crypte: un amas de tombes et de sarcophages, certains sont ouverts et vides; dans ce foutoir, il y aurait celui de Saint Denis: 

 

La réponse au quizz, Oberon fut le premier à donner la réponse, puis PGC: Une petite pièce dans laquelle 7 morceaux de corps de différents rois: un bout de Louis XIV, un morceau d'Henri IV,  les cœurs de Louis XIII, de Louis XIV et de Louis XVIII, les entrailles de Louise Isabelle d'Artois...:

 

Et enfin, celui de Dagobert:

 

La visite vaut vraiment le coup tant on est saisi par la majesté du lieu. Dommage que la signalétique soit aussi nulle et que les explications devant chaque tombe soient à la fois aussi succinctes que compliquées à déchiffrer.

Une chose est sûre, nous sommes ici dans un des plus hauts lieux de notre histoire de France, la preuve éclatante de nos racines chrétiennes... blanches de souche... même si hier absolument tous les gardiens, guichetiers et vendeuse à la boutique de souvenirs de la basilique étaient des personnes perçues comme non blanches;  néanmoins, si vous passez dans le coin, n'hésitez pas !

Dommage aussi, voire scandaleux, que nos architectes modernoeuds et que la succession d'élus communistes ou socialistes à la mairie de la ville n'aient pas su préserver l'entourage immédiat (à peine 50 mètres) de la basilique en en faisant depuis cinquante ans un repaire de la "diversité" et du béton bien crade. Nos Rois reposent aujourd'hui et voisinent avec des kebab, des "restaurants" chinois, libanais, turcs, des boutiques capillaires africaines et un centre commercial Carrefour des plus pourris... Quant à la population: à l'image des boutiques...

 


En espérant que cette visite par blog interposé vous aura plu. N'oubliez pas le guide en sortant et bon week-end à toutes zé tatousses !


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 15 juin 2018

Quizz Photo (Niveau de difficulté: faut voir...)

Dans quel endroit les deux photos ci-dessous ont-elles été prises ?


En ce qui concerne cette deuxième photo, sur les neuf petites alcôves du fond de pièce, derrière le crucifix, sept sont occupées. Occupées oui, mais par quoi ?



Réponse en photos demain en fin de matinée !

Résultat de recherche d'images pour "quizz photo"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 14 juin 2018

Macron, les minima sociaux et le pognon de dingue...



Nouvelle opération de com' de notre Jupiter qui a fait fuiter cette vidéo dans laquelle on entend le chef de l'Etat, en son palais national et sous les dorures, déclarer: "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir."  Une déclaration qui fit aussitôt polémique pas tant par le message qu'il a voulu faire passer, comme souvent maladroitement en voulant "faire peuple", que par la mise en scène - "faire peuple" quand se vautre sous les ors de la République, fallait oser - et l'utilisation du mot pognon. Juste une manière d'introduire son discours social du lendemain, lui donner plus de retentissement, discours qui risquait de passer inaperçu tant la polémique Aquarius et la crise diplomatique avec l'Italie avaient pris de l'ampleur; d'une pierre deux coups: faire diversion et tenter de gommer un tant soit peu son image de président des riches... tout en nous prenant une nouvelle fois pour des perdreaux de l'année... 

Une fois ce qui précède pris en compte, que penser de ces propos jupitériens si ce n'est être totalement d'accord avec ceux de l'ami Koltchack ci-dessous que je reprends à mon compte: 

" Je sais que je vais en faire hurler certains, mais si on met de côté le personnage et le certain mépris qui transpire de ses propos, force est de constater que le constat est parfaitement juste. 

Y-a-t-il eu, jusqu'à présent, la moindre tentative de contractualiser l'aide sociale ? Non. 

Y-a-t-il eu la moindre évaluation quant aux résultats des diverses et trop nombreuses aides, au point que personne n'est foutu d'en donner le nombre exact, qui existent ? Non. 

Y-a-t-il eu la moindre tentative pour limiter les pharaoniques frais de fonctionnement de la machine étatique en charge du social, et qui pompe 50 milliards d'euros au passage ? Non. 

Y-a-t-il des contrôles systématiques pour vérifier que chacun a bien droit à ce qu'il perçoit ? Non. 

Plus de 30% du PIB, c'est à dire de la richesse annuelle produite par le pays, sont engloutis dans le social, et ça dure depuis des années. Pour quel résultat concret ? Nada, wallou, que dalle, comme la politique de la ville, c'est du pognon qui s'évapore sans le moindre résultat palpable. 

Tous ceux qui hurlent à la spoliation fiscale, à raison d'ailleurs, devraient acquiescer plutôt que de se laisser polluer l'esprit par une mentalité de gagne-petit communiste aigri. 

Le social, toutes branches confondues, c'est 740 milliards d'euros qui sont engloutis. La France c'est à peine 1% de la population mondiale, en revanche à elle seule elle totalise 15% des dépenses sociales mondiales. Mais tous ceux qui gueulent ont raison, hein, le pognon coule à flot, le pays n'est pas endetté, il peut se permettre de foutre le fric en l'air sans chercher à savoir s'il y a des résultats. 

J'ai beau ne pas aimer ce type, je ne vais pas, parce que je suis un opposant, dire qu'il pleut lorsqu'il montre que le ciel est bleu. J'en ai plus que marre de ce pays de cons où on gueule à tout va, pour le plaisir de gueuler ou parce qu'on est pas foutu de se poser 30 secondes pour réfléchir, regarder les chiffres, regarder sa feuille d'impôts. On en crève de ce social fait n'importe comment, mais visiblement ça ne choque personne, et bien continuons à creuser notre tombe.

Ceci posé, si le Macron est en panne d'idées pour réduire cette masse de pognon dingue que l'on met dans les minima sociaux et les dépenses sociales, je suis tout à sa disposition...



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Aïd: Bienvenue à Aubervilliers...

Petite vidéo toute fraîche d'hier:



Bientôt chez vous ?



Résultat de recherche d'images pour "aïd"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 12 juin 2018

Aux contempteurs de Trump, je dis: " Shut -up ! "

Hier soir, sur CNews, Yves Calvi dont l'impartialité et l'objectivité journalistique sont mondialement reconnues titrait son émission ainsi: " Trump est-il devenu fou ? ", une émission dans laquelle bien évidemment on tira à boulets rouge sur le Président élu démocratiquement des USA. Ce matin, toujours sur CNews, un journaliste dont je n'ai pas retenu le nom mais qui à défaut de porter une veste nous inflige ses bretelles et présenté comme un spécialiste des questions internationales répétait par trois fois: " Je déteste Trump, je déteste Trump, je déteste Trump depuis qu'en 1981 il a fait détruire un immeuble à New-York" (sic !, le gars est journaliste...).

Depuis des mois et des mois, la classe médiatique dans sa grande majorité ne cesse de critiquer, d'insulter et de dénigrer Trump. Ils nous ont promis les pires catas si ce type était élu. Et depuis qu'il est élu, ils continuent de nous prédire le pire avec ce Président "fantasque", "imprévisible", "vulgaire", "fou": guerre commerciale, chômage, crise monétaire et même, il y a encore quelques semaines, une nouvelle guerre mondiale provoquée par la fureur de Trump contre le dictateur Kim Jung Un.

Il en va de la classe médiatique comme de la plupart de nos politiciens au premier rang desquels notre Jupiter, un Jupiter qui bien qu'il soit Maître des Horloges et qu'il ait effectué plus de 45 voyages à l'étranger depuis son élection n'a absolument aucun succès diplomatique à mettre à son actif.

Alors certes, Trump est un président des plus curieux, un gars qui casse les codes, il fait néanmoins ce qu'il avait dit qu'il ferait et depuis son élection, il agit avec comme premier objectif: défendre les intérêts de son pays. Sa popularité est supérieure  à celle de notre gamin élyséen...

Mais de tous ces contempteurs qui en veulent pis que pendre à Trump - le dernier en date étant Robert de Niro qui " Fuck Trump ! " - pas un, pas même Obama, n'a été foutu de réussir un coup pareil, pas un n'a été capable de réaliser ça:



Un moment historique ! Un moment historique que nombre de dirigeants internationaux ont rêvé de vivre. Trump et Kim en ont-t-ils rêvé ? je ne sais pas, en tout cas, ils l'ont fait ! Voilà qui devrait valoir à Trump un minimum de respect de la part de ses prétentieux collègues...

A peine un an après avoir été élu et alors qu'il n'avait encore rien entrepris de "grand" (on ne  se pose même plus la question de savoir s'il a réalisé quelque chose de grand), Obama recevait le prix Nobel...

On verra ce que l'accord signé entre Trump et Kim Jun Un donnera par la suite, au moins a-t-il été signé; alors les contempteurs: " Shut up !  Fermez vos gueules !".

Résultat de recherche d'images pour "rencontre trump kim jong un"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 11 juin 2018

Qui va remplacer Lampedusa ?... Zemmour avait encore raison !

L'Italie et Malte ont courageusement refusé d'accueillir le bateau Aquarius, chargé de 629 migrants. C'est finalement l'Espagne avec son nouveau gouvernement socialiste qui l'accueillera. On peut parier que Mariano Rajoy, renversé par les socialistes du PSOE il y a peu, n'aurait pas accepté cela.

Mais que disait donc Eric Zemmour, il y a tout juste trois jours dans le Figaro Vox ? Voyons voir, ou plutôt lisons-le...




«Le bon temps pour les clandestins est fini ; préparez-vous à faire les valises.» Le patron de la Ligue, Matteo Salvini, a le sens de la formule qui fait mouche. Ce n'est pas un hasard s'il a choisi le poste de ministre de l'Intérieur, laissant à ses alliés du mouvement M5S les ministères sociaux. À ce poste, on peut encore montrer qu'un État déterminé a les moyens d'agir. Encore faut-il qu'il le soit.

C'est toute la question posée par l'affaire italienne. Celle de la légitimité démocratique est derrière nous. Elle s'est réglée par un compromis à l'italienne: les vainqueurs des élections ont renoncé à «leur» ministre des Finances europhobe ; le président de la République italienne et les milieux européens de Bruxelles qui le soutenaient ont renoncé à empêcher une majorité «populiste» de gouverner.

Désormais, c'est à Salvini de jouer. D'abord parce que l'immigration fut le thème qui l'a porté au pouvoir. Ensuite parce qu'il doit montrer qu'il peut expulser massivement les clandestins (il a promis 500.000 renvois) et arrêter la déferlante migratoire sur les côtes italiennes. Salvini s'en est déjà pris aux ONG qui, sous couvert d'humanisme, sont les complices des passeurs. Il devra utiliser la marine italienne non pour sauver les migrants mais pour les arrêter, voire détruire leurs barques. Il devra enfin tenir tête aux juges européens qui ne manqueront pas de dénoncer des pratiques contraires aux «droits de l'homme». Osera-t-il? Il devra aussi faire pression sur les pays de l'autre côté de la Méditerranée - Tunisie, Maroc et, au-delà, les autres pays d'Afrique pour qu'ils reprennent leurs ressortissants. Au temps de Ben Ali en Tunisie et de Kadhafi en Libye, ces pays bloquaient les migrants pour qu'ils ne se déversent pas sur l'Europe - preuve que c'est possible. L'Algérie n'hésite pas à renvoyer brutalement les migrants qui essayent de s'installer chez elle. 

On croit toujours en France que l'immigration est un phénomène qu'on ne peut maîtriser, une sorte de fatalité qu'on doit subir. C'est faux. Les mouvements démographiques sont une guerre qu'on veut gagner ou qu'on accepte de perdre. Comme le note l'historien Pierre Vermeren, le milliard de Chinois pauvres n'a jamais débarqué dans le Japon riche parce que l'État japonais s'est organisé pour qu'il en soit ainsi. Aux États-Unis, depuis l'arrivée de Trump, l'immigration venue du Mexique s'est beaucoup réduite. 

Emmanuel Macron et les dirigeants de l'Europe répètent que chaque nation ne peut rien faire seule et que la question migratoire ne pourra être résolue qu'ensemble. C'est exactement l'inverse. Ensemble, les Européens ont prouvé qu'ils ne font rien. Les États qui l'ont décidé ont bloqué toutes les routes migratoires - la Hongrie en est le meilleur exemple. Et la Pologne montre qu'il est possible d'accueillir une immigration choisie: ils ont accepté des Ukrainiens et refusé les musulmans. Un pays peut s'inquiéter de la révolution «populiste» italienne: c'est l'Espagne.

Qui va remplacer Lampedusa? Cadix? Malaga?


Eric Zemmour
Résultat de recherche d'images pour "eric zemmour"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Jean-Jacques Bourdin m'énerve

Entendu Bourdin sur BFM. Il nous a dit "qu'il en avait marre, vraiment marre de tous ces politiciens" qui pour un oui ou pour un non la ramènent. Oui, et bien heureusement qu'ils sont là pour qu'il puisse faire son beurre avec chaque matin dans son émission.

Un peu plus tard, le même déclarer: " Heureusement que nous sommes dans un pays dans lequel on ne pratique pas la censure ". On ne doit pas vivre dans le même pays.

Ce type, Jean-Jacques Bourdin, est insupportable, donneur de leçons, démago à souhait; un populiste qui feint de s'ignorer comme tel.

Il m'énerve.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Fiers d'être Européens