lundi 30 avril 2018

Avec Macron, tout est bon... même les croquettes et les poissons panés

Alors, on récapitule... 


Vendredi, Merdapart publie un article montrant que lors de sa campagne présidentielle, Macron a bénéficié de vraiment curieuses ristournes de la part de la société GL Events. Des rabais de 30 à 100% lui ont été accordé pour l'organisation de certains meetings, rabais dont n'a pas bénéficié Fillon qui pourtant, à plusieurs reprises, a utilisé les services de cette société. Étonnant, non ? Mais pas de quoi affoler la Macronie, encore moins les médias qui n'en parleront quasiment pas et encore moins la Commission Nationale des Comptes de Campagne aussi muette qu'une carpe.

Par contre dès le lendemain, déchaînement médiatique: Le couple Macron, à l'instar du Général, paye toutes ses dépenses personnelles, de la taxe d'habitation de son appartement à l'Elysée aux croquettes du brave Nemo en passant par le dentifrice et les préservatifs. Nul , en France, n'a pu échapper à cette information, les médias ont mis le paquet:


On l'aura compris, le couple Macron, santo illico à peine élu, ne vivra pas sur la bête. Ouais, jusque là ça collait, sauf que la taxe d'habitation, et si j'en crois Christian Eckert, ancien ministre du budget, les Macron, ils ne l'ont pas payé et pour cause:

Le couple Macron ira-t-il, fin 2018, payer une taxe qu'il se propose lui-même de supprimer ? Pourquoi annoncer qu'il l'a payé alors qu'il n'a pas eu pour le moment à s'en acquitter ? Peu importe, l'important, et mettez-vous bien ça dans la tête, c'est que le couple Macron, il paye ses dépenses: ses croquettes, ses pommes de terre rissolées et ses poissons panés.  Même ses voyages privés en Falcon de la République qu'il rembourse au prix des vols commerciaux courants soit, par exemple, 170 euros, un aller retour pour Rodez. Avouez que ça ne fait pas cher pour un vol d'une heure en jet privé tout confort, sans contrôle de sécurité ni queue aux bagages, c'est autre chose que les bétaillères d'Air France ou d'Easy Jet. Peu importe (bis), même si c'est du foutage de gueule et de la com', l'important, c'est que vous le sachiez: Les Macron, c'est pas les Thénardier ni des pique-assiettes, ils raquent comme tout le monde, comme vous et moi. Okay ?

Et tant pis si on ne sait toujours pas comment sera compensée la suppression de la taxe d'habitation...

Et comme on n'en avait pas assez, après Pernaut, Plenel et Bourdin, BFM, jamais en retard d'un train pour lécher les mocassins de Jupiter, nous a offert hier soir, un super documentaire inédit d'ta race sur les coulisses de la campagne de celui qui allait devenir le phare de tous les Français, le Maître des Horloges, notre Jupiter à nous qu'on l'aime. Le doc, ils nous l'avaient bien vendu: un truc façon thriller, des petites phrases chocs, la découverte de personnages qu'on ne connaissait pas, les rouages de la machine de guerre mise en place pour gagner, et tout, et tout, ça allait cartonner même qu'après, il y aurait un debrief en plateau; ça promettait d'envoyer du bois !

Sauf que ce fut très décevant et que rien de ce que nous ne sachions déjà (pour qui s'informe) ne fut révélé. Un bon petit doc tout à la gloire de ceux qui organisèrent le succès du bonhomme, au premier rang desquels, sa majesté Manu ! Bon, on ne s’étendit pas trop sur l'utilisation des ressources de Bercy pour préparer le succès du gamin et on n'en dira surtout pas trop sur les généreux donateurs (dont le proprio de BFM/RMC) qui filèrent au Macron près de 13 millions en moins de six mois. On ne nous dira pas comment le reste (environ 4 millions d'euros) sera emprunté personnellement par Manu, ni à quelles conditions... Bref, BFM nous a sorti la crème et s'est gardé le croustillant.

Le casse du siècle où comment un gars de 39 ans, inconnu du grand public, devint le Xième président de la Vème République; un documentaire qui n'évoquera pas une seule fois l'affaire Fillon, affaire sans laquelle, le braquage aurait sans doute foiré. Fallait oser, BFMacron l'a fait et c'est passé comme une lettre à la poste...

J'ai donc perdu mon temps à regarder ce documentaire, je le pressentais... avec BFM, on n'est jamais déçu quand il s'agit "d'informer".

Bon mais à part ça, c'est quoi qu'il fait notre Prez ? Et bien il voyage ! Après Saint Dié et les States puis Bruxelles, avec deux jours d'avance sur le calendrier initial le voilà partir ce jour pour l'Australie où il doit assister à un concert avant de poursuivre vers la Nouvelle Calédonie pour, entre autres choses, aller commémorer la boucherie d'Ouvéa. Nul doute qu'on aura droit à quelques autoflagellations et repentance. Un voyage au long cours de huit jours. Qui mis bout à bout avec les précédents fera que notre Président aura passé près de 15 jours outside... Bien pratique pour éviter et survoler de loin un pays, la France, en pleine ébullition sociale et célébration du 1er mai... et faire oublier ses échecs en politique étrangère...

Vous me direz, avant de partir, il nous a laissé de quoi nous occuper: un rapport Borloo à décortiquer, un rapport qui n'évoque que de loin racailles et immigration, un rapport qui pue le déjà vu depuis longtemps: du pognon pour les quartiers ! Et si cela ne suffit pas pour nous occuper, voilà qu'a fuité son projet de service citoyen-national-universel-militaire-obligatoire.

Un service national d'un mois !  Pour la coquette somme de 2,5 à 3 milliards d'euros par an! Ben mazette ! Un mois ? Et quoiqu'on fait pendant ce mois-ci: on met les jeunes dans des internats pour brasser l'ensemble, on apprend les gestes qui sauvent, on rend service, on apprend - j'vous le donne en mille - les valeurs de la République, on fait un peu de sport et pi c'est tout ! 800 000 jeunes, chaque année, encadrés par des dizaines de milliers de militaires qui, comme chacun le sait, n'ont rien d'autre à faire en ce moment qu'encadrer des d'jeuns à qui on n'aura rien demandé. Il est vrai qu'une promesse de campagne, c'est une promesse alors autant la tenir surtout si cela ne sert à rien et tant pis si ça nous coûtera un bras. Vous connaissez la rengaine: C'est pas cher, c'est l'Etat qui paye !

Bon et à part ça ? Ben rien ou presque: une marche pro-migrants de Vintimille à Calais animée par Jose Bové et l'ex-monseigneur Gallot, Bagnolet qui crame et Alexis Corbières qui demande des renforts de police, la parvis de la mairie de St Denis qui sert de piste de rodéo à des jeunes divers sortant d'un mariage, le bordel dans les quartiers à Toulouse, 3 facs encore bloquées, NDDL qui n'est toujours pas évacuée, les cheminots qui continuent à faire chier le monde, la petite Angélique assassinée par un récidiviste est montée au ciel, on a toujours aucune preuve que ce soit Assad qui ait fait usage de gaz à Douta et il a neigé en Normandie ce matin...

Sur ce, n'oubliez pas: Pensez printemps !


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 29 avril 2018

Le maire de Lyon et Crédit Agricole seront-ils, tels les meurtriers de pauvres, frappés d'anathème ?

Billet "Curiosité historique", télescopage d'hier et d'aujourd'hui... (par Mariane Arnaud)



Au moment où les représentants du Crédit Agricole Assurances, Eiffage Construction et Scaprim Property Management, aux côtés du Dr. Georges Képénékian maire remplaçant de Gérard Collomb,ont annoncé ce vendredi 27 avril 2018 ce qu'ils appellent « l'heure de la renaissance du Grand Hôtel-Dieu » qui va voir la transformation de l'hôpital historique en centre commercial avec boutiques de luxe, bars, restaurants, hôtel cinq étoiles, et cité de la gastronomie, permettez-moi de faire un retour en arrière de plus quinze siècles et de citer ici le XVe canon du concile d'Orléans de 549, qui relate ainsi la fondation du « premier hôpital de France » :



« En ce qui concerne l'hôpital que le très pieux roi Childebert et la reine Ultrogothe, son épouse, ont fondé en la ville de Lyon, sous l'inspiration divine, et dont nous avons, sur leur demande, confirmé par une souscription de notre main l'ordre de l'institution et l'emploi des ressources, il nous a paru bon, en vue de Dieu, à nous et à tous ceux qui se sont joints à nous, de décréter par ordonnance perpétuelle que tout ce qui serait donné ou conféré audit hôpital, soit par la libéralité des susdits souverains, soit par la charité des fidèles, de quelque nature que ce fût, ne pourrait jamais être détourné par l'évêque de Lyon, ni transféré au droit de l'Église ; de façon que ceux qui, dans la suite des temps, seront appelés à lui succéder, non seulement n'enlèvent rien au patrimoine, aux coutumes et à l'institution dudit hôpital, mais s'appliquent efficacement à ce que ses biens et sa stabilité ne reçoivent aucune atteinte ni diminution quelconque ; veillant, en vue de la récompense éternelle, à ce que des préposés toujours dévoués et craignant Dieu, remplacent ceux qui sont décédés et que, selon le but de la fondation, le soin et le nombre des malades ainsi que la réception des pèlerins, soient toujours maintenus avec une inviolable stabilité. Que, si jamais quelqu'un, quel que soit son autorité ou quel que soit son rang, tentait de contrevenir à notre présente constitution ou retranchait quoi que ce soit des coutumes ou des facultés dudit hôpital, de sorte que cet hôpital, ce qu'à Dieu ne plaise, cessât d'exister, qu'il soit frappé, comme meurtrier des pauvres, d'un irrévocable anathème. »

(ci-dessous, statut de Childebert 1er ornant la façade de l'Hôtel Dieu de Lyon)


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 28 avril 2018

Le petit Alfie est mort "dans la dignité". Dans la dignité ? Vraiment ?



Alfie est né en mai 2016 en Angleterre. Très vite, on décèle chez lui une une pathologie neurodégénérative rare et pour laquelle il n’existe pas de traitement. Et tout aussi vite, médecins et parents vont s'affronter, les premiers estimant que "c'était dans l'intérêt de l'enfant de ne pas poursuivre les soins"(sic !), les parents estimant que tant qu'il y a de la vie et de l'amour, il y a de l'espoir. 

Mais en Angleterre, les médecins seront plus forts que les parents. De procédures en procédures, un juge leur donnera gain de cause: que l'on débranche donc l'enfant ! 

L'histoire du petit Alfie en a ému plus d'un, même le Pape François tentera d'intervenir. En vain. La nationalité italienne sera attribué à Alfie. Deux hôpitaux italiens proposeront d'accueillir l'enfant et de l'accompagner médicalement aussi longtemps que cela sera nécessaire, tous frais payés. Mais non, rien n'y fera, on ne laissera pas Alfie partir pour Gênes ou Rome. Les médecins anglais ont-ils voulu ne pas perdre la face en donnant le droit à Alfie d'aller continuer de survivre en Italie ? No lo se !

Toujours est-il que contre l'avis des parents, des juges et des médecins ont décidé de donner la mort à un petit garçon d'à peine deux ans (quand d'autres, en Italie, proposaient de prolonger son passage sur terre..): abréger ses souffrances ? Quelles souffrances ? Nul n'a dit, pas même les médecins, qu'il souffrait. Il végétait tout simplement.

Alors, hier, le petit Alfie est mort "dans la dignité" comme ils disent. Et ses parents - nous tous aussi d'ailleurs devrions - n'ont plus que leurs yeux pour pleurer l'enfant qu'une décision de justice leur a enlevé... "dans son intérêt" !

"Dans la dignité ", quelle putain d'expression ! qu'y a-t-il de digne à ce qu'un juge décide de la mort d'un enfant ? Quelle dignité y a-t-il à ce que le pouvoir des médecins supplante celui de parents aimant ? Quelle dignité y a-t-il à ce que des médecins donnent la mort ?

Voilà où nous en sommes, notre monde part en couille. En Belgique, un enfant mineur peut  d'ores et déjà être autorisé à mourir "dans la dignité". En Suisse, on pratique le suicide assisté à tours de bras. Et en France, nous avons Vincent Lambert lui aussi dans le couloir de la mort tandis que dans une discrétion tout ce qu'il y a de plus suspecte des technocrates et des législateurs nous préparent de nouvelles lois bio-éthiques dont certaines devraient autoriser la sédation profonde, première étape vers la fin de vie programmée, autorisés, banalisée. Ce qui autrefois était espoir dans la médecine devient lutte contre de supposés acharnements thérapeutiques.

Les malades coûtent cher, les vieux coûtent cher, un enfant de deux ans qui aurait pu vivre sous assistance respiratoire pendant de longues années en attendant, qui sait, que la médecine le sauve, coûte encore plus cher. Y avait bien une solution autrefois, on appelait cela l'eugénisme ou comment, par obsession de la décadence, on pouvait sélectionner de beaux futurs hommes, puis ça a été l'euthanasie, aujourd'hui, on a la justice, Jacques Attali et consorts, le suicide assisté et... la "mort dans la dignité"... Demain, nous aurons en plus l'intelligence artificielle et le transhumanisme ou la recherche à nouveau de l'homme augmenté, de l'homme parfait... qui, à terme, ne coûtera pas grand chose en frais médicaux.L'eugénisme est de retour et il se porte très, très bien.

A la poubelle, les vieux, les malades et les enfants atteints de pathologie dégénérative.

Plus belle la vie, c'est ça le PROGRES qu'ils nous disent, les progressistes...

Résultat de recherche d'images pour "alfie evans"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 27 avril 2018

La parole est à Laurent Wauquiez...

Puisque les médias n'accordent que bien peu de place à Laurent Wauquiez et aux Républicains, pourtant premier groupe d'opposition parlementaire, autant lui donner la parole ici. Ce qui en aucun cas veut dire que je cautionne 100% de ses propos ni que je l'absous de ses erreurs ou manquements passés...


Quel bilan faites-vous de la première année d'Emmanuel Macron ?

Ma crainte, c'est que le macronisme soit un aveuglement qui repose sur beaucoup d'illusions. Celles des commentateurs, celles d'Emmanuel Macron. Les faits ont la tête dure, si on prend la peine de les regarder ! Jamais la dépense publique n'a été aussi élevée, jamais les niveaux d'impôts n'ont été aussi forts. Jamais le nombre d'immigrés n'a été aussi important. Jamais la menace du communautarisme islamiste n'a été aussi grande. Sur tous ces sujets, je ne vois aucune réponse d'Emmanuel Macron. J'y lis plutôt ses faiblesses. Les portefeuilles se vident, les usines se démontent, les mosquées salafistes se construisent. Emmanuel Macron ne comprend pas l'inquiétude des retraités et des classes moyennes qui n'ont jamais payé autant d'impôts. Il ne comprend pas l'inquiétude des Français qui se demandent s'ils vont devoir ou non renoncer à la France et à son identité. Je demande aux Français, en leur âme et conscience: avez-vous le sentiment que les réponses apportées par Emmanuel Macron sont à la hauteur des enjeux ?

À vous écouter, il n'y aurait aucun résultat positif ?

Bien sûr qu'il y a des résultats positifs ! Et je n'ai aucun problème pour le dire. Tout ce qui est positif pour la France, je le soutiendrai. J'ai voulu que l'opposition ne soit ni bornée ni sectaire. Toutes les réformes qui seront faites ne seront plus à faire ; tout le chemin qui aura été parcouru rendra la tâche plus facile. C'est pour cette raison que j'ai apporté mon soutien à la réforme de la SNCF et à la réforme du Code du travail.

Une partie de l'électorat de droite semble être séduite par cette politique…

Certains électeurs de la droite et du centre ont le sentiment qu'Emmanuel Macron fait ce que la droite n'a jamais osé faire. Mais je ne redoute pas la comparaison. Regardez le bilan de Nicolas Sarkozy après une année de mandat : la défiscalisation des heures supplémentaires, la baisse des droits de succession, la baisse du nombre de fonctionnaires, l'instauration des peines planchers.

Le rythme des réformes est soutenu. Est-ce positif à vos yeux ?

C'est très révélateur. On a érigé en système une mécanique dans laquelle le bougisme sert d'écran de fumée. Avec à chaque fois une même tactique : le gouvernement annonce une très grande réforme qui va dans la bonne direction. Puis l'annonce est suivie d'un long processus technique. À l'arrivée, la montagne accouche d'une souris mais déjà on a annoncé une nouvelle montagne pour que surtout que l'on ne regarde pas la souris ! Prenez la réforme de la fonction publique. Tout devait changer. Au final, ils n'ont diminué que de 324 le nombre de fonctionnaires dans un pays qui en compte des millions ! Regardez la réforme de l'immigration. Les électeurs de droite se sont pris à rêver à un vrai sursaut. Aujourd'hui, c'est tout le contraire avec une réforme qui va sans doute dissimuler un plan de régularisation des clandestins en France. Regardez la police de proximité: on nous avait annoncé le grand soir avec le retour de l'autorité et de la fermeté. À l'arrivée, Emmanuel Macron a décidé de diviser par deux le nombre de places de prison construites. Quant à la réforme pénale, son objectif est en réalité d'avoir moins de condamnations parce qu'il n'y a plus de places de prison ! On croit rêver ! Il se joue une grande partie de carnaval consistant à faire croire que le président fait, alors qu'en réalité il esquive.

Emmanuel Macron a dit être entré à l'Élysée par «effraction». C'est aussi votre sentiment?

La formule est extraordinaire. S'il est entré par effraction, alors c'est dans un système dont il est le plus pur produit et la plus parfaite incarnation. Il ne faut pas se tromper. Contrairement à ce que beaucoup croient, Emmanuel Macron ne représente pas une rupture par rapport au politiquement correct. Il en est le point d'aboutissement : il explique que l'immigration est une chance pour la France, il ne parle jamais de la famille, il est toujours dans la culture de la repentance.

Vous parliez d'un «système», n'en êtes-vous pas issu vous-même ?

Je connais très bien le moule de pensée qui est celui de la technocratie et de la haute fonction publique. Je vois parfaitement l'entourage qu'Emmanuel Macron a constitué autour de lui, composé de personnes à son image. Tous dans le même moule. Et je connais parfaitement l'arrogance avec laquelle ces gens pensent tout savoir alors qu'ils connaissent si peu le pays. Il y a un exemple pour moi qui le décrit bien: la façon dont Emmanuel Macron traite les retraités. Au fond, pour lui, c'est un paramètre macroéconomique. Il pratique comme un jeu de clientèles électorales, l'opposition entre les générations sans comprendre que notre pays ne peut se construire que dans le lien entre les générations. Moi, j'ai décidé de me libérer de cela. Ma différence, c'est le Puy-en-Velay, c'est la région Auvergne-Rhône-Alpes. Je ne lis pas la France à travers des rapports, ce que je vois, c'est la réalité crue et directe de notre pays. Et je refuse de rester silencieux quand je vois la France se détricoter.

Comment voyez-vous ce voyage d'État du président aux États-Unis ?

Je souhaite que cette visite soit un succès. C'est important pour notre pays. Mais je ne veux pas qu'on s'aveugle. Si on regarde les résultats: sur la Syrie, Donald Trump a immédiatement démenti le président. Sur la conférence sur le climat, il n'a pas bougé d'un centimètre. Sur le nucléaire iranien, je crains que nous n'ayons aucune influence. Le sujet, ce n'est pas que l'on soit gentiment accueilli ni qu'on plante un chêne, c'est de savoir si la France pèse. Or aujourd'hui, la France ne pèse pas, ni à Washington, ni à Bruxelles, ni à Berlin. De ce point de vue, la prise de distance par rapport à la Russie était une mauvaise décision.

Le président se rendra prochainement en Nouvelle-Calédonie. Quelle est la position de LR ?

Je demande que le président prenne, avant le référendum, une position ferme pour défendre l'appartenance de la Nouvelle-Calédonie à la France. Personne ne comprendrait un silence présidentiel sur une question comme celle-là.

Vous avez signé une tribune dénonçant l'antisémitisme. Le gouvernement y répond-il ?

Nous observons l'émergence toujours plus forte d'un antisémitisme nourri par l'intégrisme islamisme. Mais j'observe qu'aucun membre du gouvernement ne s'est associé à cette démarche et qu'Emmanuel Macron est extrêmement silencieux. Je ne sais pas si c'est du déni ou du clientélisme. Dans les deux cas, c'est très inquiétant. Il ne faut pas s'y tromper : les Juifs sont ciblés et, avec eux, ce sont toutes les valeurs de la République qui sont attaquées.

Appartenez-vous à l'ancien monde et Emmanuel Macron au nouveau ?

Cette idée de nouveau monde me fait sourire. Peu importe où on va, pour peu qu'on y aille ? Peu importe ce qu'on fait, du moment que c'est nouveau, c'est bien ? Si le nouveau monde, c'est renoncer à ce que nous sommes, alors non merci. Si le nouveau monde, c'est la perte des notions de respect et d'autorité, comme on le voit à Notre-Dame-des-Landes, alors non merci. Si le nouveau monde, c'est renoncer à transmettre nos valeurs à nos enfants, si c'est perdre le sens du travail, si c'est achever de se soumettre face au communautarisme, comme le fait Christophe Castaner qui compare la mantille catholique au voile islamique, alors non merci. Si c'est ça le nouveau monde, je le combattrai. Je ne crois pas que ces valeurs soient démodées, je crois exactement l'inverse. Jamais les valeurs de la droite n'ont été aussi majoritaires dans notre pays et jamais on n'a eu autant besoin de ces valeurs. Un pays comme le nôtre a besoin du manteau des légendes de la nation. Il n'est pas uniquement une start-up nation.

Comment expliquez-vous alors d'être si bas dans les sondages ?

Ah les sondages ! L'arbitre de toutes les élégances en politique. Les sondages ont remplacé les valeurs et les convictions. Si les sondages disaient juste, Alain Juppé serait aujourd'hui président de la République et Emmanuel Macron serait retourné à l'Inspection générale des finances. Les sondages sont la maladie du politique moderne qui bouge au gré du vent qui fait tourner la girouette. C'est précisément dans ces moments-là qu'on se construit. C'est dans ces moments où les Français vous observent. Je ne vais pas changer de ligne ni de conviction. Je sais le cap qui est le mien. Et c'est sur la durée que les Français jugeront.

Vous ne regardez pas les sondages ?

Bien sûr que je les regarde, mais je ne varie pas au gré des sondages. Il y a besoin de constance.

Ne payez-vous pas aussi la forme de vos propos, comme à l'EM Lyon ?

Je préfère que les Français se disent que j'ai le courage de dire ce que beaucoup ont renoncé à voir, plutôt qu'à être comme ces politiques qui utilisent du papier de soie, qui emballent tout pour être sûr que personne ne les comprend. Ce qui prime, c'est la colonne vertébrale.

Des élus vous reprochent de tenir le discours de l'extrême droite. Même au sein de LR…

Regardez les positions d'Éric Ciotti, de Valérie Pécresse, de Bruno Retailleau sur l'asile et l'immigration. Elles sont communes, et mon devoir, c'est de les rassembler. Ce que je veux, c'est sortir la droite de cette espèce de gangue : au lieu de répondre aux problèmes des Français, notre obsession, c'était de marquer notre différence par rapport au PS, à Emmanuel Macron ou au FN. Tout comme je n'ai aucun problème à soutenir les réformes qui vont dans le bon sens, je ne vais pas cesser de dire ce que je pense sur l'immigration parce que je voudrais à tout prix marquer une différence avec le FN. Ce qui m'intéresse, c'est que face aux problèmes des Français, LR incarne une alternative. Mais il y a un point très clair : le FN est une impasse. Personne ne l'a oublié. Marine Le Pen a très clairement montré son visage lors du débat de l'entre-deux-tours.

Prônez-vous une union des droites ?

Non ! On a des valeurs et des visions de la société différentes avec Marine Le Pen. Je ne veux pas faire d'alliance avec des gens dont je ne partage pas la vision, parce que ça n'aboutira à rien. Mais vous n'entendez jamais dans ma bouche des outrances ou des caricatures par rapport à ceux qui votent pour le FN. Ce sont bien souvent des électeurs de droite que nous avons écœurés et qui se sont tournés vers le FN : ils trouvaient que la parole de la droite était chevrotante. Je veux parler à ceux qui nous ont dit : « vous nous avez trahis ».

Thierry Mariani peut-il rester membre de LR ?

Je milite pour qu'il y ait toujours un droit au débat. Il a le droit d'exprimer des idées et des convictions mais sa ligne est minoritaire au sein de LR. J'ai clairement dit qu'il n'y aurait pas d'alliance avec Marine Le Pen. S'il passe aux actes, il n'appartiendra plus à LR. Il le sait. Je lui redirai quand je le verrai.


Résultat de recherche d'images pour "Laurent Wauquiez + emmanuel Macron"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 26 avril 2018

Une curieuse moitié de camembert...

... ou quand pour BFM, 48% est supérieur à 52% !


et qu'on ne vienne pas me dire que c'est une erreur commise par le stagiaire...

Rien de plus facile que de manipuler l'opinion afin de lui faire prendre des vessies pour des lanternes...


Résultat de recherche d'images pour "BFMacron"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 24 avril 2018

Manifeste des 300 contre un "nouvel antisémitisme" ? Autant pisser dans un violon !



Quoi donc de nouveau ? Un manifeste contre un "nouvel antisémitisme". Ben mazette, on est fadé avec ça. 300 very important persons qui ont signé ! Et pas des moindres: Y a de l'ancien président, une ancienne première dame, des anciens ministres de droite comme de gauche, des z'artistes, des écrivains, y a même des imams ! Dingue, non ? Les voilà mobilisés (jusqu'à quand?) contre un truc qu'ils ont appelé "nouvel antisémitisme".


Bon l'antisémitisme, on sait ce que c'est et c'est toujours une bonne chose que de lutter contre, comme on lutterait contre l'homophobie, le racisme ou les folies progressistes; c'est tout des trucs qui tuent pour de mauvaises raisons. 

Mais "nouvel antisémitisme", késako ? Je lis le truc et je comprends de suite, c'est celui qui est véhiculé par des muzz radicalisés. Il y aurait donc, depuis quand ils ne le disent pas, un autre antisémitisme, pas celui de la vieille France de droite nauséabonde, ni l'antisémitisme des cathos de droite qui en voulaient aux Juifs d'avoir zigouillé Jésus, ni même celui des résidus antidreyfusards et toussa, non, un antisémitisme alimenté par la "radicalisation islamiste" ainsi que par "une gauche radicale qui a trouvé dans l’antisionisme l’alibi pour transformer les bourreaux des Juifs en victimes de la société. Parce que la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif."

Donc, en gros, ce nouvel antisémitisme, le responsable, c'est un islam radicalisé ayant bénéficié pour se développer d'un aveuglement clientéliste de nombre de politiciens ainsi que de la complicité bienveillante de tous les gauchistes islamo-compatibles car antisionistes ! Ah ben tu parles d'une découverte ! Il leur en a fallu du temps pour oser dire et écrire ce que nous avons découvert et dénoncé depuis si longtemps. A croire que les kékés du manifeste ont oublié que dès les années 40, le Grand Mufti, il faisait ami-ami avec Adolf ! A croire qu'ils n'ont jamais été dans les quartiers, les zones de non-droits, les barres d'immeubles interdites aux babtous, aux cathos et, à fortiori, aux Juifs ! Sont-ce les mêmes, ces signataires, qui refusèrent d'entendre les applaudissements dans les prisons et les técis lorsque Merah, les Kouachi, Coulibally  ou Nemmouche défouraillèrent sur des Juifs ?  Sont-ce les mêmes qui ne voulurent pas voir, si ce n'est avec des œillères et une pince sur le nez, que dans certains établissements scolaires on ne respecte pas la minute de silence quand dans d'autres, c'est le proviseur qui conseille à des parents juifs d'aller fourguer leur gamins ailleurs ?

Mais crénom les 300, cet antisémitisme, ça fait des lustres qu'il existe pour une simple raison: l'Islam, radicalisé ou pas, n'est pas et n'a jamais été compatible avec la judéité, pas plus qu'il ne l'est avec les valeurs de la République, ça a toujours été ainsi ! Alors, toutes mes confuses les 300 mais, si votre initiative peut être saluée - toute prise de conscience, même tardive, l'est - je vous trouve bien hypocrites de manifester seulement aujourd'hui alors que depuis des dizaines d'années vous n'avez cessé, pour diverses raisons, d'encourager la montée de l'Islam en France. Tenez, vous en êtes même aujourd'hui à importer provisoirement des imams algériens pour le ramadan !

Quant à votre demande d'expurger le Coran de tous les versets appelant aux meurtres des Juifs, des Chrétiens et des incroyants, elle est aussi rigolote que stupide puisque l'Islam n'est pas sécularisé et qu'il compte autant de "Papes" que de courants et que d'ici à ce qu'il s'organise, d'autres Sarah Halimi et d'autres Mireille Knoll passeront hélas à la casserole. Alors autant pisser dans un violon que de prétendre nettoyer le Livre !

C'est bien les 300, votre manifeste a le mérite d'exister et d'avoir fait du bruit... de manière éphémère. Il révèle à la fois votre aveuglement passé et votre bonne volonté d'aujourd'hui. Dommage, vous ne proposez pas grand chose pour nous arranger le coup. Difficile de revenir sur ce que l'on a favorisé ou laisser faire depuis si longtemps, n'est-ce pas ?

"Juifs attaqués, République en danger " disiez-vous; c'est vrai mais pas seulement, la République est en danger dès lors qu'elle nourrit en son sein ses propres ennemis !


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 22 avril 2018

Moi, j'dis bravo !

Après avoir affrété un bateau pour repousser les bateaux de migrants et les empêcher d'entrer dans les eaux territoriales françaises, depuis hier, une centaine de membres de Génération Identitaire ont fermé la frontière avec l'Italie au col de l'échelle bloquant ainsi le passage de migrants et "veiller à ce qu'aucun clandestins ne puisse entrer en France". En 2017, plus de 2 000 migrants dont 900 vrais ou faux mineurs seraient passés par cette voie-là.

 



 



D'aucuns diront "gesticulations" qui ne serviront pas à grand chose, moi je dis Bravo !


Résultat de recherche d'images pour "defend europe"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 21 avril 2018

Juliette et les déconstructeurs

Deux minutes de délire ou comment être la preuve vivante d'années et d'années de manipulation mentale et de formatage... C'est impressionnant, regardez donc et écoutez Juliette, étudiante à Tolbiac:


C'en est presque fascinant d'écouter ce genre de créature s'exprimer. A ceux qui doutent encore du pouvoir gigantesque de la Propagande il suffit d'écouter cette gamine: chaque idée, chaque mot, chaque syllabe prononcée n'est rien d'autre que l'écho de la Voix du Maître. Une coquille plus tout à fait vide devenue extrémiste au sens premier du terme, au même titre que les islamistes, aussi dangereuse et irrécupérable malgré son jeune âge

Au début, on se dit mais comment peut-elle croire à ce qu'elle raconte et puis on repense à des nanas comme Clémentine Autain, Caroline de Haas, Taubira, Belkacem, Lila Le Bas, Rokaya Dialo, ou à des gars comme Plenel, Askolowitch, Miller, Cohn-Bendit, Guénolé et tant d'autres c'est du pareil au même avec quelques années en plus: haine d'une France présentée comme "nauséabonde", haine de soi, de sa couleur de peau, haine des autres, rejet de ses racines. L'intolérance à l'état brut. L'aveuglement permanent. La volonté de déconstruction de tout ce qui fut, de tout ce que nous fûmes. 

Elles et ils sont "refugees welcome", islamo-gauchistes et/ou islamo-compatibles, multiculturalistes, mondialistes, immigrationnistes. Ils et elles ont eu le mariage zinzin. Ils sont pour la PMA, pour la GPA, pour l'égalité de tout avec n'importe quoi, pour l'euthanasie, rebaptisée "suicide assisté" ou "mort dans la dignité" par toutes celles et tous ceux qui se sont appropriés la qualité de progressiste, en réalité des déconstructeurs.

Résister.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 19 avril 2018

Merci de ne pas emmerder Jacqueline Gourault avec vos questions, ça l'énerve !

Jacqueline Gourault, la sous-ministre auprès du ministre de l'Intérieur, en charge de défendre la loi Asile Immigration n'aime pas que des députés lui posent des questions. Non mais c'est vrai quoi, depuis quand une ministre de LaRem devrait  s'abaisser à répondre aux questions qu'on lui pose ?

En matière d'arrogance et de sectarisme, on pensait avoir tout vu avec la précédente majorité hollandaise, on se trompait...

La petite gueulante de cette dame en dit long sur notre actuelle classe dirigeante... 

Désolé pour ce billet de fainéant, les beaux jours, c'est aussi le retour du jardinage et la remise en état du jardin... deux jours de travail intense. Et demain, c'est Paris, alors à samedi les p'tits loups.

Portez-vous bien, même en Macronie !


(Pour la photo ci-dessous, rassurez-vous ce n'est pas Jacqueline qui a fait cela à Jupiter, c'est juste moi qui rêve)


mardi 17 avril 2018

Education sexuelle et délires racistes... anti-blanc

Les délires de l'Unef:


Les délires des racistes anti-blancs:


Pour ceux qui ne le sauraient pas, en langage genré déjanté à la sauce progressiste, un "homme cis" est un homme qui accepte sa condition d'homme, une personne de sexe masculin se considérant comme tel. En conséquence de quoi, le jeudi, les individus de sexe masculin ne s'acceptant pas comme tels pourront assister à ces ateliers racisé.e.s. 

Il va de soi que homme cis ou pas, seuls les hommes perçus comme non-blancs pourront assister à ces ateliers puisque ceux-ci sont racisé.e.s.  Avez-vous tout compris ?

Monde de oufs ! La chienlit n'est pas qu'à NDDL ou dans les quartiers...

Et faire mienne ces deux citations...

" Le secret de mon adaptation à la vie ? je change de désespoir comme de chemise." (Cioran)


" Nous entrons dans un monde de coupeurs de couilles déguisés en libérateurs." (Philippe Muray)

Résultat de recherche d'images pour "haine du blanc"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Fiers d'être Européens