jeudi 27 avril 2017

Ils soutiennent le chômage, ils soutiennent Emmanuel Macron



43 900 chômeurs de plus au mois de mars. Il s'agit de la plus forte hausse enregistrée depuis… septembre 2013 et la 3e flambée la plus importante du nombre d'inscrits en catégorie A depuis le début du mandat de François Hollande-Macron.

660 000 chômeurs de plus (Cat. A) en 59 mois de présidence Hollando-Macronaise. Depuis mai 2012, 1 179 400 chômeurs de plus pour les catégories A,B et C. 1 306 700 chômeurs de plus toutes catégories confondues pour l'ensemble du territoire.

43 mois de hausse pour seulement 16 mois de baisse. 850 000 personnes sont au chômage depuis plus de 3 ans. Le nombre total de chômeurs de catégorie A s'établit à 3 790 000 sur l'ensemble du territoire ! Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C est de 5 805 200 fin mars 2017 !

Toutes catégories confondues, la France (Dom-Tom inclus) compte 6 567 000 chômeurs inscrits à Pôle Emploi. A quoi, il faut rajouter près de 1 000 000 de personnes qui, sans emploi, sont sorties des radars de Pôle Emploi...

Si à ces 7 657 000 personnes on ajoute époux, épouses et enfants, ce sont, à la grosse,10 000 000 de personnes qui sont directement touchées par le fléau du chômage ! On se gardera bien d'ajouter à ce monstrueux chiffre l'entourage familial... 15% de la population côtoie quotidiennement le chômage.

Des chiffres qui donnent le tournis.

Bien, maintenant, souvenons-nous de ce que disaient Manuel Valls et Ségolène Royal, à propos du chômage fin 2011, à quelques semaines de l’élection de François Hollande:

 


Souvenons-nous que le principal conseiller économique, dès 2012, de François Hollande fut, sur recommandation de Jacques Attali et de Jean-Pierre Jouyet, son secrétaire général adjoint à la Présidence de la République, Emmanuel Macron. Ce dernier deviendra ministre de l'économie, de l'industrie et du numérique du gouvernement Valls II le 26 août 2014. Il démissionnera 2 ans plus tard.

Aujourd'hui, la quasi totalité des membres du gouvernement, François Hollande, Manuel Valls, Jean-Pierre Jouyet et plus de 700 élus socialistes soutiennent Emmanuel Macron.

La quasi totalité des ténors de la droite et du centre appellent à voter pour Emmanuel Macron.

8 657 326 Français (combien de chômeurs parmi ceux-ci?) ont lors du premier tour de l'élection présidentielle voté pour Emmanuel Macron, le plaçant ainsi comme le favori de l'élection présidentielle.

Ils soutiennent tous Macron, ils soutiennent le candidat du chômage. C'est fantastique.

Folie passagère 3523
L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises, costume et intérieur
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 26 avril 2017

Faîtes gaffe au torticolis

Résultat de recherche d'images pour "Girouette"

Constatant les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy s'est dit " atterré par la défaite de la droite ". Raison pour laquelle et " considérant que l'élection de Marine Le Pen et la mise en œuvre de son projet entraîneraient des conséquences très graves pour notre pays et pour les Français ", renonçant au ni-ni qu'il a pourtant, contre vents et marrées, défendu, il appelle à voter pour Emmanuel Macron tout en n'omettant pas de préciser qu'au mois de juin tous ceux de la droite et du centre qui auront voté pour Emmanuel Macron devront se mobiliser pour faire gagner la droite et le centre dont la défaite au premier tour l'a atterré.

Vous suivez ? Je résume:

Comme la quasi totalité des ténors de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy vous demande de girouetter, un coup à gauche, un coup à droite, faire gagner la gauche, puis faire gagner la droite. Simple.

Conseil d'ami: Faîtes gaffe au torticolis !

Gageons que nombreux seront ceux qui en auront marre de ne plus savoir de quoi est faite la colonne vertébrale des politiciens de la droite et du centre, fossoyeurs de leur propre camp. C'est tout bénef pour les politiciens qui n'ont jamais cessé de regarder droit devant eux. Suivez mon regard !

C'est tout pour le moment, bonne soirée à tous, même en Socialie...

Folie passagère 3522
Résultat de recherche d'images pour "cadres les républicains"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mardi 25 avril 2017

Hommage à Xavier Jugelé et récupération politicienne bas de gamme

Résultat de recherche d'images pour "hommage xavier jugelé"

Aujourd'hui, la France a rendu hommage à Xavier Jugelé, le policier lâchement assassiné par un terroriste musulman. J'ai regardé en partie la cérémonie retransmise par différentes chaînes de télévision. La République avait bien fait les choses: le ban et l'arrière-ban de la République avait fait le déplacement.

Ce qui nous sert actuellement de Président avait naturellement invité son fils spirituel, le Macron, candidat à sa succession. Mais il avait aussi invité Marine Le Pen. Pour moi, l'une des plus belle preuve d'hypocrisie politique. 

Depuis quelques jours, comme pour se remettre en selle et montrer qu'il bouge encore, il ne cesse de critiquer le FN avec des mots d'une violence normalement interdite au Président de la République, constitutionnellement Président de tous les Français. Sans doute comme moi, vous l'avez entendu parler du FN: un danger pour la République, une terrible menace qui pèserait sur la Nation, le FN vecteur de division nationale, blablabla... Des propos similaires ou équivalents prononcés par toute la clique socialiste, Premier Sinistre en tête, mais pas que, à droite aussi, nombreux sont ceux qui fustigent de façon quasi hystérique le FN... Bref, ces gens, ceux du FN, sont de véritables pestiférés, un réel danger et pourtant... le Président de la République invite très officiellement la plus éminente représentante de ce parti présenté comme dangereux. Il l'invite à rendre hommage à l'un des représentants de l'autorité publique, autorité que ce même parti est sensé menacer puisqu'il serait dangereux, de surcroît anti-républicain! Vous suivez ? A faire entrer, avec tous les honneurs, le supposé loup dans la bergerie, on donne dans le sadomasochisme ! Non ? Ou dans la récupération politicienne d'un drame.

La cérémonie fut bien organisée, belle, poignante souvent, empreinte de solennité. Un policier est mort, il fallait l'honorer. Dommage que cet honneur, une nouvelle fois, ait été entaché par cette désormais inévitable récupération politique.

Je l'ai regardé avec l'Ancien, ce dernier devant avoir au compteur pour les avoir présidé ou y avoir assisté, de par ses fonctions passées, bien plus de ce genre de cérémonies d'hommages à des militaires ou policiers tués en service que Hollande, Sarkozy et Chirac réunis. Quant à moi, il m'est arrivé de participer aussi à une demi-douzaine de cérémonies de ce genre. 

L'instant étant pourtant grave, je l'ai vu, d'un coup se mettre en rogne comme cela lui arrive rarement: Xavier Jugelé était gay, son compagnon prit la parole pour dire quelques mots, un témoignage très émouvant.

Que se passe-t-il lui dis-je ? Et l'Ancien de m'expliquer que jamais de sa vie, moi non plus, il n'avait vu lors d'un hommage national l’épouse ou la compagne, a fortiori le compagnon, de la victime prendre la parole, cela ne se faisait pas. Pour une cérémonie privée, oui, pas pour une hommage officiel de la Nation. Et que c'était ainsi. La présence du compagnon de Xavier Jugelé et sa prise de parole étaient donc pour lui du prosélytisme LGBT, obligatoirement, compte tenu de sa présence, validé par le chef de l'Etat. On en débat tous les deux et à force d'exemples et de règles et règlements qu'il me présente, je me range à son avis, qui plus est après avoir entendu les différentes chaînes de télévision rendre compte de l’événement: " Le compagnon de Xavier Jugelé a pris la parole... " semblant avoir pour certains commentateurs plus d'importance que l’événement en lui-même. L'Ancien n'aime pas trop les gays et moi, tout pédé que je suis, j'exècre le militantisme et le prosélytisme LGBT. 

Nous décidâmes de balancer un tweet pour voir les réactions. " Depuis quand les conjoints d'un soldat ou policier décédé prennent-ils la parole lors d'un hommage national? Prosélytisme LGBT ? ". De très, très nombreuses réactions, comme rarement:  Connard, homophobe, débile, salaud, j'ai un dîner de con t'es invité, etc... mais personne pour s'interroger... Et pourtant, cela ne se fait pas, ne se faisait pas... et personne pour répondre à la question " Prosélytisme ? " ou pas. Si oui, il y a donc bien récupération politique... 

Autre élément qui me fait dire qu'il y a bien dans le cas présent récupération politique, c'est le caractère exceptionnel donné à cette cérémonie: Quatre chaînes de télévision pour la retransmettre, un bon millier d'invités, des officiels en pagaye et autant de policiers, gendarmes, militaires ou pompiers présents en grand uniforme pour ... honorer un policier assassiné.

Avez-vous assisté à une cérémonie similaire pour un militaire tué au Mali ou en Afghanistan ? Moi, oui. Tout juste la dépouille a-t-elle droit au passage en grande pompe sur le pont Alexandre III suivi d'une cérémonie intime, non publique, non retransmise, sans présence présidentielle dans la cour des Invalides. Seul le nombre de tués, 4 ou 5 au minimum, vaudra le déploiement républicain et médiatique. Le 6 avril dernier, le caporal-chef Julien Barbé a, selon le communiqué de l'Elysée, été tué " dans un accrochage avec des terroristes lors d’une opération ". Julien Barbé se contentera du pont Alexandre III et aucune télévision ne couvrira la cérémonie, cérémonie sans présence présidentielle... Il est vrai que le 6 avril, nous n'étions pas à la veille du second tour de l'élection présidentielle... Aucun des 19 militaires tués au Mali depuis 2013 n'a eu droit à un tel hommage, ils ont tous pourtant été assassinés par des terroristes musulmans...

Nous sommes en guerre, nous a-t-on dit, des soldats meurent, des policiers meurent; les morts sont inévitables, doivent-elles pour autant servir à grandir ceux qui nous dirigent ?...

Xavier Jugelé aura eu droit à tous les honneurs. Paix à son âme ! Mais nom de dieu de bordel à queues, comme on disait dans la Coloniale, que ces récupérations politiciennes bas de gamme sont insupportables ! De la sobriété et de l'humilité devant le sacrifice d'une vie, serait-ce trop demander ?


(NB: le précédent billet " Voter Macron ? Et puis quoi encore ..." a été vu pour l'instant plus de 3 400 fois et tellement de commentaires laissés que je n'ai pu répondre à tout le monde, faute de temps. Toutes mes confuses à ceux que j'ai laissé sans réponse)

Folie passagère 3521.
Résultat de recherche d'images pour "hommage xavier jugelé"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Message de service et usurpation d'identité

Depuis quelques jours, un abruti congénital - je ne vois que ça - se fait passer pour moi sur différents blogs. Avec mon pseudo et mon adresse de blog, il laisse des commentaires aussi cradingues que stupides un peu partout. Ceux qui me lisent régulièrement sauront faire la différence, pour les autres...

Par ailleurs, je porte à votre connaissance que la Gisèle qui laisse des commentaires aussi chiants que dénués d'intérêt ici n'est autre que l'inénarrable Elie-Arié-qui-pense. Aurait-il viré sa cuti ? Un vrai morpion...

Bonne journée à tous,

Corto, le vrai, le seul, l'unique :)

lundi 24 avril 2017

Voter Macron au second tour ? Et puis quoi encore !

Résultat de recherche d'images pour "Résultats Macron Le Pen"

Ainsi donc, le deuxième tour de cette élection verra s'affronter Macron et Marine Le Pen. Macron arrive en tête avec 24,01% des suffrages exprimés (à peine 18% des inscrits), MLP avec 21,30% (à peine 16% des inscrits. Autrement dit, 76% des Français ayant voté n'ont pas voulu de Macron, 79% n'ont pas voulu de MLP, vraiment pas de quoi pavoiser !

Fillon se rétame mais, selon moi, ne s'en tire pas si mal avec 20% des suffrages exprimés malgré les affaires opportunément déclenchées, le lynchage médiatique impressionnant dont il a été victime et le soutien a minima des ténors de son camp. Mélenchon fait une belle performance: 7 millions d'électeurs ! 7 millions d'irresponsables sous le charme d'un tribun aussi éloquent que dangereux pour notre pays.

Pour une fois, les sondagiers ne se sont pas plantés sauf Filteris qui, sans être sur les mêmes techniques, nous laissait un petit espoir...

Alors que penser de tout cela ?

Que 24% Français sont assez couillons pour avoir mis en tête de cette élection une pure construction médiatique, le chouchou des médias, un homme qui n'a aucune réelle expérience du pouvoir et des responsabilités présidentielles, un homme qui nous demande de "penser printemps", un homme qui aura dit être d'accord avec tout le monde, son contraire mais en même temps, le gars qui, avant d'être son ministre, a conseillé un Président dont la réussite exemplaire et l'impopularité ne lui ont même pas permis de se représenter ! Ces 24% de Français sont de grands malades ! Le très probable futur Président sera un inconnu du grand public, des grands de ce monde, un homme dont on a aucune idée de la manière dont il pourra réagir en cas de crise sérieuse.

Marine Le Pen est en deuxième position mais avec un résultat, en pourcentage, inférieur aux prévisions et au socle électoral auquel elle nous avait habitué. Sans doute quelques uns de ses électeurs ont-ils été flirter avec Fillon, Dupont-Aignan et Mélenchon.

Fillon avait toutes les qualités requises pour le job mais il n'arrive qu'en 3ème position, une déception certes mais tant pis, il n'avait qu'à mieux se défendre et éviter de faire des promesses qu'il n'a pas tenues. De surcroît, qu'avait-il à appeler à voter Macron dans son sinistre discours de défaite ? Le voilà qui, pendant des mois et des semaines, a combattu les socialistes et le pouvoir en place et le voilà donner quitus à l'un des responsables de la merde dans laquelle nous sommes. Il eut pu se contenter d'un ni-ni et laisser les électeurs décider d'eux-mêmes. Il en va de même pour toute la clique dite de la droite et du centre qui, à de rares exceptions près et dans l’heure qui a suivi les résultats, s'est rangée comme un seul homme "mais pas de gaieté de cœur" derrière le représentant de la finance, de la mondialisation, des migrants, de la diversité heureuse, de l'immigration, des médias; bref, derrière l'un des plus beaux fleurons de la gauche caviar et de la France d'en haut, cette France dont certains nous annonçaient le crépuscule... Chez Les Républicains, les couteaux sont tirés, ses dirigeants vont sans doute nous régaler avec leurs crises d'ego boursouflés; pour la plupart, ils furent lamentables durant cette campagne, le ridicule ne tue pas, c'est bien là leur chance. La quasi totalité de ses gens-là va en appeler au sursaut démocratique et au Front Républicain et celui-ci fonctionnera certainement: Marine Le Pen sera battue. Ils n'ont maintenant plus qu'une idée en tête limiter les dégâts lors des législatives à venir et assurer la gamelle. Je souhaite bien évidemment lors de celles-ci une victoire des idées dont je me sens le plus proche, nous verrons... Mais si d'aventure, la Macronie devait l'emporter - ce qui n'est pas exclu - les pontes LR n'auront qu'à s'en prendre à eux-mêmes. Ils avaient un boulevard devant eux, ils sont aujourd'hui dans une impasse...

Hamon a le seul résultat qu'il pouvait espérer; il ne représentait que les Frondeurs du parti socialiste, son score correspond donc à ce que, peu ou prou, ils furent.

Hollande, égal à lui-même, vient, dans une allocution foireuse, d'annoncer qu'il voterait Macron et demande aux Français de faire de même: La République est en danger, le FN est aux portes du pouvoir !... Alors qu'il sait très bien qu'il ne passera pas. "Unité de la Nation " qu'il a dit alors que celle-ci n'a jamais été aussi divisée socialement, économiquement et politiquement: Tartufe un jour, Tartufe toujours !

Et votre serviteur dans tout cela ? Ben, il est bien embêté mais il ne voulait pas réagir à chaud et a donc du attendre d'être tiède... Je voterais bien Macron car, après tout, j'ai soutenu Sarko et Sarko a perdu. J'ai soutenu Fillon et Fillon, dans les circonstances que l'on sait, a perdu. Alors voter Macron, si ça pouvait lui porter la poisse, j'dis pas.

Et bien non ! J'ai un minimum de cohérence. Je ne peux, au non d'un Front Républicain qui n'a pas besoin de ma voix pour l'emporter, me résoudre à voter pour le représentant de tout ce que j'exècre et que j'ai combattu autant que possible depuis 5 ans. Fuck la Socialie un jour, Fuck la Socialie toujours et donc, Fuck la Macronie !

Comme dirait l'autre, l'abstention n'est pas dans mes gênes et je n'aime pas la pêche, j'irai donc voter le 7 mai, trop de gens se sont battus pour que l'on ait ce droit et ce qui me semble être un devoir. Le 7 Mai, j'irai donc voter pour Marine Le Pen même si je suis contre 80% de ses propositions et porte en horreur bon nombre de ses fantassins, elle sera lors de ce second tour le candidat qui sera le plus proche de mes valeurs et de l'idée que je me fais de la France. N'est-ce pas ce qui ne faisait soutenir Sarko puis Fillon ?

Elle ne gagnera pas, nous le savons, mais je souhaite, sans la soutenir autrement que par un vote de circonstance anti-Macron et un vote de colère envers Les Républicains, que son score soit le plus haut possible. Ce sera un bon début pour commencer à niquer la Macronie et qui sait donner le coup de pied au cul nécessaire et indispensable aux LR pour qu'ils réalisent que la politique, c'est autre chose qu'une gamelle bien remplie et des ego boursouflés.

Ainsi soit-il !

Folie passagère 3520.
Résultat de recherche d'images pour "Photo Hollande devant la télé résultat élection"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 22 avril 2017

Les aventures de Corto à la gare du Nord...

Quand je prends le train de banlieue, je suis sûr et certain que j'aurais quelque chose à raconter en rentrant.

Revenant d'un sympathique déjeuner entre blogueurs, j'arrive donc gare du Nord et tout de suite je sens qu'un truc bizarre a du ou est en train de se produire. L'ambiance est inhabituelle. Côté grandes lignes, je vois plusieurs valises par terre sans personne autour. Au loin, un bruit bizarre, de l'agitation, des cris. Je vois des flics courir, quelques uns l'arme au poing. Mais que se passe-t-il donc ? Hélas rien que du désormais presque habituel: un divers à la peau pas franchement blanche, à la différence de la calotte qu'il portait sur la tête, a voulu, armé d'un grand couteau, s'attaquer aux gendarmes et policiers qui vadrouillaient. Plus de peur que de mal: Le mec a été séché par terre par la police qui hélas n'a pas eu l'opportunité de le zigouiller. Après quoi, ils l'ont emmené au poste. Fin de l'histoire... quelques images et un petit film...

 



Bref... me voici pouvant enfin prendre mon train de retour direction Persan-Beaumont. Comme d'habitude, il est bondé. J'ai la chance néanmoins de trouver une place assise. Je m'y pose donc. Le train part. Je m'aperçois au bout de cinq bonnes minutes que debout, à côté de moi, dans le couloir, se tient un couple. La trentaine environ et visiblement amoureux. Elle est voilée, lui barbu. Je réalise que la jeune femme est enceinte jusqu'au cou. Vu la grosseur de son ventre, je me demande même comment je n'ai pas pu le voir plus tôt... N'écoutant que mon grand cœur et parce qu'on m'a inculqué quelques règles élémentaires de savoir-vivre, avec un beau sourire, je me lève et propose à la femme de prendre ma place. Elle me rend la politesse en me faisant elle aussi un joli sourire, sourire limité néanmoins à l'espace que son voile autorisait. Elle s'adresse alors à son barbu et lui dit rapidement quelques mots en arabe, du moins le supposais-je. 

Et là, je vous le donne en mille... C'est le barbu qui va s’asseoir à ma place ! 

Passé un bref instant de surprise et rassemblant tout mon courage (on ne sait jamais, des événements récents me laissent à penser que ces gens-là ont parfois des couteaux avec eux), je m'adresse au barbu et lui fait remarquer poliment mais fermement (à ce moment là, j'ai bombé le torse et me suis bien redressé afin de paraître plus costaud) que c'est à la dame, parce qu'elle était enceinte, que je cédais ma place et non à lui puisqu'il semblait en pleine forme. Et bien vous le croirez peut-être pas mais il a fallu palabrer un moment pour obtenir gain de cause. 

Gain de cause que j'ai obtenu puisque le barbu a finalement accepté de se lever et de me rendre ma place... puisqu'il était arrivé à sa destination ! 

Nous nous sommes donc quittés, naturellement sans un au revoir; lui se contentant de m'adresser des borborygmes dont je ne doute pas un instant qu'ils étaient sympathiques. Inutile de vous dire que tout aussi naturellement, personne n'a bronché mais que tout le monde a tourné les yeux ailleurs... 

Quelle aventure, n'est-il pas... 

Ce monde part en couilles, je vous le dis ! 

Sur ce bonne soirée, même, et encore pour quelques jours, en Socialie...


Folie passagère 3519
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 21 avril 2017

3 Possibilités, 3 risques, votez donc Fillon !


Il ne vous reste donc plus que François Fillon ! Simple.

Nb: pas de billet demain pour cause de déjeuner à Paris avec les copains-blogueurs...

Folie passagère 3518

Résultat de recherche d'images pour "Fillon Président"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


Christophe Barbier sous le charme d'Emmanuel Macron...

Résultat de recherche d'images pour "christophe barbier macron"

Hier soir, encore l'horreur d'un attentat islamiste. A la télévision, les uns après les autres, les candidats passent leur dernier grand oral avant le premier tour.

Chacun devait amener un objet qu'il emporterait à l'Elysée s'il était élu.

Dans les loges, les candidats ont appris la triste nouvelle: 1 policier tué sur les Champs Elysées.

C'est au tour de Macron. Il arrive sans objet. Il a laissé son livre de grammaire d'antan car, nous dit-il en substance, l'heure n'est pas à ce genre de gadget. Il faut penser à la victime et à ces policiers courageux. La France a été encore une fois victime d'un attentat terroriste, il faut lutter contre le terrorisme, la laïcité est une arme contre cette folie et blablabla... Puis l'entretien démarre avec le Pujadas et la Salamé. Du désormais classique, du Macron habituel, tout et son contraire, d'accord avec tout mais en même temps...

Et ce matin, les bras m'en tombent, sur BFM on parle de cet attentat; Christophe Barbier a eu la révélation et déclare, sans rire, le plus sérieusement du monde: " Hier soir, Emmanuel Macron a montré qu'il était vraiment à la hauteur de l’événement " !

Et personne ne moufte.

Folie passagère 3517
Résultat de recherche d'images pour "christophe barbier macron"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 20 avril 2017

Quand Alexis de Tocquevile pulvérise Mélenchon et tous ceux qui se réclament du socialisme



Via Aristide, Ci dessous, discours d'Alexis de Tocqueville prononcé le 12 septembre 1848 devant l’Assemblée Constituante, assemblée chargée précisément d’établir une nouvelle Constitution après la révolution de février qui avait chassé Louis-Philippe ou " Comment pulvériser façon puzzle tous ceux qui se réclament du socialisme ". A méditer à quelques heures du premier tour de l'élection présidentielle...

" Si je ne me trompe, messieurs, le premier trait caractéristique de tous les systèmes qui portent le nom de socialisme, est un appel énergique, continu, immodéré, aux passions matérielles de l’homme. 

C’est ainsi que les uns ont dit qu’il s’agissait de réhabiliter la chair [Saint-Simon] ; que les autres ont dit qu’il fallait que le travail, même le plus dur, ne fut pas seulement utile, mais agréable ; que d’autres ont dit qu’il fallait que les hommes fussent rétribués non pas en proportion de leur mérite, mais en proportion de leurs besoins [Cabet] ; et enfin, que le dernier des socialistes dont je veuille parler est venu vous dire ici que le but du système socialiste et, suivant lui, le but de la révolution de Février, avait été de procurer à tout le monde une consommation illimitée [Proudhon].

J’ai donc raison de dire, c’est une attaque tantôt directe, tantôt indirecte, mais toujours continue, aux principes mêmes de la propriété individuelle. Depuis le premier socialiste qui disait, il y a cinquante ans, que la propriété était à l’origine de tous les maux de ce monde [Babeuf], jusqu’à ce socialiste que nous avons entendu à la tribune et qui, moins charitable que le premier, passant de la propriété aux propriétaires, nous disait que la propriété était un vol [Proudhon], tous les socialistes, tous, j’ose le dire, attaquent d’une manière directe ou indirecte la propriété individuelle.
(...)
Voici le troisième et dernier trait, celui qui caractérise surtout à mes yeux les socialistes de toutes les couleurs et de toutes les écoles, c’est une défiance profonde de la liberté, de la raison humaine ; c’est un profond mépris pour l’individu pris en lui-même, à l’état d’homme ; ce qui les caractérise tous, c’est une tentative continue, variée, incessante, pour mutiler, pour écourter, pour gêner la liberté humaine de toutes les manières ; c’est l’idée que l’Etat ne doit pas seulement être le directeur de la société, mais doit être, pour ainsi dire, le maître de chaque homme - que dis-je ! son maître, son précepteur, son pédagogue ; que, de peur de le laisser faillir, il doit se placer sans cesse à côté de lui, au-dessus de lui, autour de lui, pour le guider, le garantir, le retenir, le maintenir ; en un mot c’est la confiscation, comme je le disais tout à l’heure, dans un degré plus ou moins grand, de la liberté humaine ; à ce point que si, en définitive, j’avais à trouver une formule générale pour exprimer ce que m’apparait le socialisme dans son ensemble, je dirais que c’est une nouvelle formule de la servitude.
(...)
Et enfin, messieurs, quant à la liberté, il y a une chose qui me frappe, c’est que l’Ancien Régime, qui sans doute, sur beaucoup de points, il faut le reconnaitre, était d’une autre opinion que les socialistes, avait cependant, en matière politique, des idées moins éloignées d’eux qu’on ne pourrait le croire. Il était bien plus près d’eux, à tout prendre, que nous. L’Ancien Régime, en effet, professait cette opinion que la sagesse seule est dans l’Etat, que les sujets sont des êtres infirmes et faibles, qu’il faut toujours tenir par la main, de peur qu’ils ne tombent ou ne se blessent ; qu’il est bon de gêner, de contrarier, de comprimer sans cesse les libertés individuelles ; qu’il est nécessaire de réglementer l’industrie, d’assurer la bonté des produits, d’empêcher la libre concurrence. L’Ancien Régime pensait sur ce point, précisément comme les socialistes d'aujourd’hui. Et qu’est-ce qui a pensé autrement, je vous prie ? La Révolution française.

Eh quoi ! messieurs, tout ce grand mouvement de la Révolution française n’aurait abouti qu’à cette société que nous peignent avec délices les socialistes, à cette société réglementée, réglée, compassée, où l’Etat se charge de tout, où l’individu n’est rien, où la société agglomère en elle-même, résume en elle-même toute la force, toute la vie, où le but assigné à l’homme est uniquement le bien-être, cette société où l’air manque ! où la lumière ne pénètre presque plus. Quoi ! ce serait pour cette société d’abeilles et de castors, pour cette société plutôt d’animaux savants que d’hommes libres et civilisés, que la Révolution française aurait été faite !
(...)
Non, messieurs, la démocratie et le socialisme ne sont pas solidaires l’un de l’autre. Ce sont des choses non seulement différentes mais contraires. Serait-ce par hasard que la démocratie consisterait à créer un gouvernement plus tracassier, plus détaillé, plus restrictif que tous les autres, avec cette seule différence qu’on le ferait élire par le peuple et qu’il agirait au nom du peuple ? Mais alors, qu’auriez vous fait ? sinon donner à la tyrannie un air légitime qu’elle n’avait pas, et de lui assurer ainsi la force et la toute puissance qui lui manquaient. La démocratie étend la sphère de l’indépendance individuelle, le socialisme la resserre. La démocratie donne toute sa valeur possible à chaque homme, le socialisme fait de chaque homme un agent, un instrument, un chiffre. La démocratie et le socialisme ne se tiennent que par un mot, l’égalité ; mais remarquez la différence : la démocratie veut l’égalité dans la liberté, et le socialisme veut l’égalité dans la gêne et la servitude.
(...)
La Révolution française, je vous l’ai déjà dit, n’a pas eu la prétention ridicule de créer un pouvoir social qui fit directement par lui-même la fortune, le bien-être, l’aisance de chaque citoyen, qui substituât la sagesse très contestable des gouvernements à la sagesse pratique et intéressée des gouvernés ; elle a cru que c’était assez remplir sa tâche, que de donner à chaque citoyen des lumières et de la liberté.

Elle a eu cette ferme, cette noble, cette orgueilleuse croyance que vous semblez ne pas avoir, qu’il suffit à l’homme courageux et honnête d’avoir ces deux choses, des lumières et de la liberté, pour n’avoir rien de plus à demander à ceux qui le gouvernent."


Ce soir, si vous en avez le courage, regardez dans la lucarne les candidats de gauche exposer leurs idées... et repensez à ce texte...

Résultat de recherche d'images pour "Alexis de tocqueville"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Europe, ton soleil revient