mercredi 27 décembre 2017

L'Etat a sauvé Noël, la crèche de Robert Ménard a été désamorcée !

Ci-après, un texte savoureux de Slobodan Despot pour Causeur:

Résultat de recherche d'images pour "robert ménard crèche de Noël"

" A quelques jours de Noël, par une procédure urgente, le tribunal administratif de Montpellier a ordonné l’enlèvement de la crèche municipale de Béziers. L’État français a ainsi prévenu une dangereuse attaque terroriste avant même que ses auteurs l’aient envisagée ! :

Protagoniste #1: l’État

L’État français en a eu assez d’être traité de mollasson. A force de laisser les suspects fichés « S » vaquer librement à leurs occupations jusque dans la sécurité des aéroports, à force de se laisser systématiquement déborder par des individus soudain « radicalisés » bien que « suivis » depuis des années par les services compétents, l’État a décidé de prendre les choses en main et de frapper la menace au cœur. Il a ordonné le démantèlement de la crèche installée par Robert Ménard dans la mairie de Béziers ! La décision précise même que l’« installation » peut bien être enlevée, « n’étant composée que de santons ordinaires. »

Voici donc le juge des référés promu critique d’art en civil, comme on disait en URSS. Mais ce n’est pas le seul précédent de l’affaire. Il y a bien mieux ! L’interdiction de cette quatrième crèche biterroise ne fait pas suite à une dénonciation des « assosses » laïques outrées par la vue du bœuf et de l’âne gris, mais à une plainte du préfet de l’Hérault, autrement dit de l’État lui-même.

À juste titre, l’État a vu dans cette crèche le ferment d’une redoutable dérive.

La République française est laïque, une et indivisible. L’État ne tolère aucune concurrence à sa propre doctrine et interdit par conséquent toute irruption de bondieuserie sur la place publique. Il n’est qu’à voir la férocité avec laquelle il réprime les prières de rue dans les quartiers où fermente la France de demain.

Il ne les réprime pas ? Ah bon ? C’est sans doute qu’il n’y voit pas malice. Des hommes prostrés à genoux, tous dans la même direction, le front sur le pavé, quoi de plus agréable aux yeux de l’État depuis qu’on a aboli la conscription générale ?

Ou alors, c’est qu’il est débordé. Il passe un temps fou à combattre l’obscurantisme religieux, jusqu’au-delà de ses frontières. Voyez avec quelle discrète efficacité il a contribué ces dernières années à l’éradication des chrétiens d’Orient !

Mais qu’on n’aille pas crier au parti pris ! L’État français fait aussi le ménage chez nos frères mahométans. Il combat avec énergie la propagation du chiisme iranien. Il n’entend goutte aux querelles de chameliers, mais il se fie à ses informateurs et clients, les princes d’Arabie. Des gens aussi profondément incrustés dans la duplicité, la cruauté et toute l’écœurante panoplie des vices que l’argent facile peut procurer ne présentent aucun risque de contamination mystique. Avec de tels jouisseurs, de vrais laïcards ne peuvent avoir que des atomes crochus.

C’est pourquoi l’État français fait les meilleures affaires avec l’Arabie saoudite, qui coupe des têtes avec les mêmes sabres qu’elle fait virevolter aux invités de marque pour la photo et qui extermine massivement, y compris par la famine organisée, les musulmans pauvres au Yémen, avec leurs hôpitaux de misère, leurs écoles de gueux et leurs maisons de crotte, à l’aide d’équipements high-tech français.

L’État français a des principes. Il combat toutes les religions, sauf la sienne: la religion de l’État. Comme elle est abstraite, stérile et austère, il faut bien l’imposer un peu. Un excellent moyen consiste à lui inventer des ennemis qui n’en sont pas. Ainsi l’entrepreneur multirécidiviste en crèches publiques Robert Ménard.

Protagoniste #2: Robert

Je connais un peu Robert Ménard. C’est un homme à mon goût: un chemin tortueux, non une ligne droite. Il a un passé d’engagements et de remises en question. Avant de devenir un conservateur sécuritaire, il a été marxiste-léniniste. Avant de répudier la corporation médiatique, il avait fondé Reporters sans frontières. Il a les vertus de son imprudence: il est vif, franc et drôle. Tout le contraire des holothuries d’extrême-droite avec lesquelles on l’associe. Il a compris que les « ismes » ne menaient pas très loin et que les frontières incrustées dans les têtes sont bien plus hermétiques que celles séparant les États. Son CV le prédisposait à tout, sauf à devenir un défenseur des bondieuseries catholiques. C’est ce qui le rend intéressant.

Protagoniste# 3: la crèche

Ce n’est que très récemment qu’on a découvert tout le potentiel de nuisance des crèches de Noël. Elles étaient considérées jadis comme les manifestations les plus bénignes de la superstition chrétienne. Elles aidaient paraît-il les paysans à passer les longues semaines de l’arrière-automne : pendant qu’ils sculptaient des Jésus-Marie-Joseph dans du bois brut, ils buvaient moins. Il n’y a pas si longtemps, on en faisait même construire par les enfants des écoles. Autant leur enseigner à fumer ! Moi-même, j’ai sentimentalement conservé une crèche-caverne fabriquée par ma fille avec du papier kraft et des figurines en pâte à modeler – alors que nous ne sommes mêmes pas catholiques !

C’est bien là que réside le danger: la crèche, malgré ses airs puérils et naïfs — à cause d’eux, même ! – est un puissant symbole identitaire, un signe de ralliement de fanatiques qui vont bien au-delà du camp papiste ! Mais il y a pire encore. Le message occulte de la crèche n’a pas échappé à l’œil vigilant des experts de l’État, et c’est ce qui explique l’urgence de la procédure d’interdiction.

Une crèche, l’air de rien, n’est rien d’autre qu’un manuel pour la fabrication de bombes. Au milieu, le berceau avec le futur kamikaze. Autour, le couple de militants chargé de l’encadrer et de le radicaliser. Dans le deuxième cercle, les trois artificiers venus apporter soi-disant en guise d’offrande les composantes du gilet explosif: la charge, le gilet et le détonateur. On a même pensé à amener des animaux pour servir de cobayes lors du tir d’essai.

Glaçant de cynisme!

Les cellules terroristes

Or le territoire français est truffé de groupuscules qui, chaque année à la même période, préparent des attentats en série. Attentats contre la foi et le foie, contre l’environnement et le porte-monnaie, contre la charité et le bon goût.

On appelle ça les « fêtes de Noël ». On s’y assemble par familles entières pour célébrer la consommation. Une minorité pratiquante, entre la bûche et le digestif, trinque parfois à l’enfant Jésus dans sa paille. Les plus fanatiques forcent même leurs gosses à veiller jusqu’à la messe de minuit.

Ils sont galvanisés par de redoutables meneurs appelés évêques. On les reconnaît à leur minuscule croix épinglée au revers, à leurs petites lunettes cerclées d’acier et à leurs yeux de lapins pris dans les phares. Leur physique d’écrevisses trahit une prédisposition très modérée au martyre, c’est pourquoi ils évitent par tous les moyens d’importuner quiconque – en particulier les mahométans – avec leurs croyances.

Cette habitude de la dissimulation les rend furtifs et donc d’autant plus dangereux. Leurs subalternes, les curés, se montrent parfois plus expansifs: c’est qu’ils proviennent de régions encore mal éclairées comme l’Afrique ou la Pologne (la disparition des curés de l’espèce vernaculaire ayant donné lieu à un mouvement migratoire encore mal étudié).

Coup de pub

C’est donc avec les plus pressantes raisons du monde que l’État français a ordonné à la ville de Béziers de démonter son dispositif terroriste. Mais Ménard est un renard ! A pinailleur, pinailleur et demi. La décision du juge stipulait que la crèche devait être retirée du « hall de l’Hôtel de ville »: on s’est donc contenté de déplacer la crèche de trente mètres, vers un bâtiment annexe. La simple visite des curieux s’est du coup transformée en procession balisée.

Le maire manipulateur a eu beau jeu, dès lors, de se réclamer de l’appui populaire. Encore un peu, et il va demander un référendum national sur l’interdiction des crèches… On pourrait parier que les évêques, dans leur machiavélisme, se prononceraient pour. Mais ils risqueraient bien de se retrouver un peu esseulés, en compagnie de quelques francs-maçons à pince-nez et du dernier carré des socialistes français. Le gros de la population se fout du symbole religieux, mais trouve quand même ça joli.

« Il est cocasse », me faisait observer l’autre jour le président Paucard, « de constater que les derniers bruyants défenseurs de la France chrétienne s’appellent Zemmour, Finkielkraut et Lévy ». Ce n’est plus tout à fait vrai. Robert Ménard vient de se joindre, peut-être malgré lui, à ce tiercé de bons catholiques.

Or, soit dit entre nous, Ménard n’est sans doute pas plus chrétien que vous et moi. Mais là est justement le problème ! A la base, personne n’est chrétien. Les meilleurs chrétiens, au cours de l’histoire, étaient justement ceux, bien souvent, qui n’en étaient pas. Ou pas des croyants très spectaculaires. Un moine russe a publié un best-seller traitant de ces cas-là, qu’il appelle les « saints non saints ».

Le milieu chrétien est un monde louche. Il suffit d’ouvrir l’Évangile: ce ne sont que centurions, percepteurs et putains. Comme si, de nos jours, on créait une religion avec des mercenaires de Blackwater, des banquiers de l’UBS et des journalistes du Monde. En plus, ils ne se disaient même pas chrétiens, au début, mais se prétendaient plus juifs que juifs.

Le grand drame du christianisme, ce fut son association avec l’Empire. Il n’est même pas entièrement responsable. Est-ce la faute des chrétiens si Constantin a trouvé leurs idées à son goût ? Son successeur Julien, dit l’Apostat, a pourtant bien essayé de les sauver de la compromission en restaurant les anciennes divinités. Mais ce fut une aventure sans lendemain. Comme si un rouquin, en 2017, avait essayé de rendre sa grandeur à l’Amérique. L’histoire ne repasse pas les plats, disait Céline.

Le mobile des martyrs

A la réflexion, l’État aurait peut-être dû montrer plus de doigté avec les santons à Ménard. Un petit détour par la psychologie du croyant n’eût pas été inutile. La lecture du Vrai croyant (The True Believer) d’Eric Hoffer en donne un aperçu assez édifiant. Mais zut: Hoffer n’est toujours pas traduit en français!

Le croyant, l’adhérent, le disciple, ne se définit pas toujours par l’adhésion aux thèses de son gourou. Dans le cas des suppôts de Jésus, c’est même tout le contraire, bien souvent. L’adhésion est négative. On n’est pas pour le Messie, on est contre ceux qui le pourchassent, à cause de leur brutalité ou de leur bêtise.

Personne n’y a pensé, mais le paranoïaque Hérode, lorsqu’il fit massacrer tous les bébés de Judée pour éliminer justement celui qui lui a échappé en s’exfiltrant vers l’Égypte, lui a fait une pub du tonnerre. Son travail préparatoire vaut bien, à sa manière, celui de Jean Baptiste. Trente ans plus tard, combien de simples hères se rallieront au va-nu-pieds de Nazareth à cause de cette épuration qui était certainement restée dans toutes les mémoires ? Dommage que les enquêtes d’opinion n’existaient pas encore…

Il faut lire, même si cela paraît ringard, les vies de saints. Les piquer au hasard. Non par piété, mais par curiosité littéraire et psychologique. Combien, parmi ces champions de la foi, de martyrs par bravade, par ronchonnage ou par dégoût ? Combien qui ne connaissaient même pas les premiers mots du Notre Père ? Prenons, tout près de nous, l’histoire peut-être mythique de Saint Maurice (un migrant africain) et de ses compagnons, soldats de la légion thébaine suppliciés au champ d’Agaune pour avoir, au nom de Dieu, refusé d’honorer les dieux. Combien de « vrais chrétiens » parmi eux, et combien de simples bons camarades ?

« Non ? Vous allez tout de même pas leur faire ça pour si peu ? Sans blague, les gars ? Non mais sans blaaague !… Si ? Alors vous pouvez me raccourcir aussi. Je tire l’échelle. Un monde peuplé de mufles comme vous ne mérite pas ma présence. »

Ou prenons Sophie Scholl et ses compagnons de la « Rose Blanche » face aux nazis : qu’y a-t-il de doctrinaire chez eux, quoi de plus flamboyant, de plus fanatique, que le bon goût et la simple civilité ? Et quoi de plus « monstrueux » chez leurs juges et bourreaux que le réflexe pète-sec du respect aveugle des lois de l’État ? Quoi que disent les lois et quel que soit l’État.

Combien de mécréants, d’incroyants, de viveurs qui se sont associés, voire substitués aux martyrs de la foi ? Comme ces moines paillards, dans le monastère le plus dépravé de Russie, qui rataient la messe plus souvent que l’apéro mais se firent fusiller jusqu’au dernier plutôt que de plier face aux bolcheviks ? Ces brigands-là aussi sont entrés dans la légion des « saints de tous les jours » du père Tikhon.

Où l’on voit que c’est un club assez différent des martyrs d’Allah. Ces derniers, on a dû leur promettre un jardin de délices que leur envieraient même les barons de la drogue: pas moins de 72 vierges, bien entendu adultes et consentantes. Les chrétiens sont plus modestes. Ils ne demandent qu’à être assis au pied du Christ. Ou plus simplement encore: à ne plus voir les gueules de maroufles d’ici-bas.

Epilogue

Le réflexe chrétien est une mauvaise herbe. Plus on l’arrache, et plus il repousse. Le mieux, disent les botanistes experts, est de le laisser s’étouffer par lui-même. Mais l’État français n’a pas cette patience. N’est-il pas l’héritier fébrile et irrepenti des massacreurs de la Vendée, auteurs du premier autogénocide de l’histoire ? N’est-il pas l’inspirateur de tous les bolcheviks et khmers rouges de la planète? Noblesse oblige ! Il n’est pas question de fléchir devant quelques santons.

Il est d’autant plus urgent d’agir que le réflexe honni se réveille partout. Le chef de l’État lui-même se serait retenu au dernier moment de faire un signe de croix (hhissssss!) devant le cercueil de Johnny. L’État français ira donc au bout de la logique qui le fait exister depuis 1789. Il accélère le mouvement d’effacement-reformatage des disques durs mentaux. Le voici maintenant qui retire de l’enseignement le passé simple, temps de l’action témoignée, la forme sur laquelle tout l’Évangile est construit. On n’y verra aucune causalité, mais il est clair que le texte biblique deviendra peu accessible pour nos petits-enfants. Bon, tous les autres textes aussi…

Le problème, c’est que l’autre camp ne dormira pas lui non plus. A en juger par l’expérience du XXe siècle, les faucheurs se fatiguent plus vite que la mauvaise herbe. Et l’on verra sans doute un jour la France sortir du cauchemar totalitaire en se frottant les yeux comme après une énorme cuite. Comme le fait la Russie depuis une vingtaine d’années…

NB: Le christianisme exigerait une bonne séance de rebranding. L’appellation limite et rebute, comme tous les « ismes ». C. S. Lewis déjà, dans son Abolition de l’Homme, avait contourné le problème en le rebaptisant Tao sans aucune perte de sens. On pourrait l’appeler tout bêtement l’assemblée (ecclesia) des gens normaux. C’est accueillant et détendu. L’opposé exact des cellules de solitude, de voyeurisme et de masturbation où la modernité enferme les individus. "

Bonne lecture les amis; quant à moi, en route pour la Manche, ses embruns et ses homards, ripailles, festoiement et amitiés ! Bises !

Résultat de recherche d'images pour "génocide de vendée"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

samedi 23 décembre 2017

Buvons, ripaillons, festoyons, faisons l'amour et Joyeux Noël !

L’image contient peut-être : sapin de Noël, plante, arbre et plein air

Bon, les p'tits loups, sans doute l'avez-vous remarqué: nettement moins de billets ces jours-ci. Et pourtant, ce ne sont pas les sujets qui manquent pour alimenter la machine à donner des baffes à nos politiciens, chroniqueurs et autres experts en tout et en rien !

Macron et ses clampins, le médef qui déconne, les syndicats qui se goinfrent comme jamais, le politiquement correct qui chaque jour nous empoisonne l'existence, la censure sur Facebook et les réseaux sociaux, l'UE qui emmerde une Pologne fière et éprise de liberté, Daech qu'on enterre un peu trop vite, la Catalogne, Airbus en pleine turbulence et Altice qui bat de l'aile, Trump qui baisse comme jamais les impôts quand les nôtres augmentent, le chômage qui ne se résorbe toujours bas, nos SDF qui crèvent dans la rue quand les réfugiés qu'on nous impose sont mis à l'abri, l'Allemagne qui pond de drôles d'affiches pour éviter un nouveau Cologne à la Saint Sylvestre,...

Et tant d'autres sujets d'actu qui mériteraient chacun un billet bien senti...

Hélas, je suis dé-bor-dé en ce moment ! Les fêtes qui arrivent (pas moins de 45 couverts en 3 repas à préparer pour Noël), le sapin à dresser (photo ci-dessus), une connasse qui m'a bigné la bagnole, divers rendez-vous de fin d'année et tout plein d'autres choses en ce moment, dans l'ensemble agréables, qui font que je n'ai pas le temps... Grrrr !

Alors comme ils disent chez nos voisins, I beg your pardon ! Cela devrait aller mieux après Noël, encore que, quelques jours de Normandie et de navigation s'annoncent pour la nouvelle année... mais ça va aller !

En attendant, les amis, je vous souhaite à tous un Joyeux Noël, à vous tous et à vos proches, profitons de cette période de fête pour nous purger de toute cette merde ambiante !

Buvons sans modération, ripaillons et festoyons, faisons l'amour (pour ceux qui peuvent encore), prions (pour ceux qui prient encore), tout n'est pas si morose tant qu'il y a la famille, les amis et les amants amours !

Bises à tout' moun'

Joyeux Noël !... même en Macronie !


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 20 décembre 2017

Députés LREM: voyous, indécence, amateurisme, harcèlement et pognon à gogo !

Résultat de recherche d'images pour "député de la republique en marche"

Ces députés de la République en Marche commencent sérieusement à me gonfler, mais, me direz-vous, à quoi pouvions-nous nous attendre lorsque l'on sait que les trois quarts de ces clampins ont été recrutés par le truchement d'internet...

On a eu celle qui mord son chauffeur de taxi, celui qui assomme ses adversaires à coup de casque, celle qui se faisait payer les visites de l'Assemblée Nationale qu'elle organisait, celui qui détournait son indemnité parlementaires pour s'offrir voyages, télé et du mobilier de prix, celle qui trouvait qu'elle n'était pas assez payée et qui du coup se mettait à manger des pâtes comme jamais, celui qui est visé par une enquête pour harcèlement et agression sexuelle sur son assistante, celui qui racontait être crevé et dont le fils voudrait mesurer avec un chronomètre le temps passé à la maison, cette autre qui dissimulait au fisc ses revenus de voyante (sic), celui qui malgré la nouvelle loi continue d'embaucher sa fille comme assistante parlementaire, cet autre du Nord visé par une plainte pour faux en écriture publique,  celui de Guadeloupe qui se prenant pour Christine Boutin déclare que l'homosexualité est une abomination, celui qui mordicus déclare sans rire qu'en tant que député il ne touche pas de prime de Noël,  il y a Romain Grau qui est accusé de harcèlement moral au sein de son entreprise, celle dont les électeurs auront perdu la trace pendant plus de quatre mois, cette autre encore qui voudrait qu'on lui rembourse les frais de garde pour ses enfants et on a eu bien sûr le cas Ferrand dont l'enquête le concernant fut aussi vite classée qu'ouverte... ça fait beaucoup et sans doute en ais-je oublié...

A tout cela, il faudrait ajouter l'amateurisme évident de certains de nos représentants, incapables d'aligner deux phrases d'affilée...

Mais comme si tout cela ne suffisait pas à notre sidération devant tant de légèreté, d'amateurisme et de liberté prise avec la loi, les voilà nous dire, ces braves députés, qu'ils sont crevés, qu'ils bossent trop et qu'ils n'en peuvent plus.

Alors certains créent une cellule d'aide psychologique informelle pour soutenir leurs collègues au bout du rouleau, d'autres proposent la mise en place d'une initiation à la relaxation quand d'autres annoncent le plus sérieusement du monde que si le rythme de travail ne se calme pas, il est à craindre une hausse record du nombre de divorces parmi les députés de cette jeune REM: " À Noël, il va y avoir beaucoup d’ultimatums familiaux, genre 'si tu y retournes, je te quitte'. On va avoir des surprises en janvier. Il y a un conflit entre la vie familiale et la politique telle qu’elle est conçue aujourd’hui ".

Non mais on croît rêver, les pauvres bichons !

Et non contents de se plaindre du travail harassant, les voilà exiger un peu plus de sous et de l'obtenir !

Parce que voyez-vous, et sans compter la gratuité sur les transports (SNCF toute France et taxis à Paris) et la retraite automatique de 1 549 euros pour 5 ans de mandat, les 5 5581 euros d'indemnité de base, les 1 437 euros d'indemnité de fonction, les 5 373 euros d'indemnité de mandat, les 165 euros d'indemnité de résidence, soit un total de 12 556 euros par mois (soit plus que le ministre lambda), ne suffisant pas, ils viennent d'obtenir ce que les députés des précédentes mandatures n'avaient jamais osé demander: la possibilité d'obtenir une indemnité de 1 200 euros par mois pour se loger à Paris !

Tout député souhaitant se loger sur Paris pourra donc empocher jusqu'à 13 756 euros par mois ! Soit quasiment la même rémunération que le premier ministre ou le président de la République (chacun touchant 14 910 euros par mois).

Non mais allo quoi ! C'est ça le " nouveau monde " ?

Bon vous me direz, ce sont eux qui font les lois et la folie des grandeurs de leur boss suprême ne peut que les inciter à ne pas se satisfaire du poste prestigieux qu'ils ont obtenu et donc exiger plus...

Oui, il n'empêche, ils me gonflent ! Et si ils ne sont pas contents de leur sort, qu'ils démissionnent !

Résultat de recherche d'images pour "la republique en marche"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 18 décembre 2017

Tête de nègre et pata negra ou les ravages du politiquement correct

Résultat de recherche d'images pour "pata negra" Résultat de recherche d'images pour "tete de négre patisserie"

Dans les pâtisseries, ils nous avaient déjà remplacé la délicieuse Tête de Nègre par  le Merveilleux, alors pour ne pas être accusé de racisme, on n'a rien dit, on a laissé faire. Ce n'était qu'un début... Aujourd'hui, on ne doit plus dire "un nègre" mais un prête-plume.

Un animateur Tv, Tex, fait une blagounette sur les femmes battues, il est licencié séance tenante de l'émission (nulle) qu'il présentait depuis 17 ans; il est vrai que Marlène Schiappa s'en est mêlée, qu'elle a signalé l'odieux au CSA et que la patronne de France Télévision avait prévenu dès son arrivée: "Nous avons une télévision d'hommes blanc de plus de cinquante ans" , il va falloir que cela change !

D'autres mènent un autre combat. Ils voudraient faire de "la prime de Noël" une "prime exceptionnelle de fin d'année" ou transforment leurs "bûches de Noël" en "bûches ou gâteau de fêtes" quand d'autres suppriment de leurs emballages de  yaourts les croix trônant sur une église grecque.

Lors d'une soirée à thème, un joueur de football blanc, pour rendre hommage à son équipe de basket-ball américain préférée dont tout les joueurs étaient noirs, se grime en joueur de la dite équipe, les Harlem Golbe Trotters, et c'est un scandale monumental sur les réseaux sociaux. Antoine Griezmann sera contraint de s'excuser publiquement.

Alain Finkielkraut raconte que, de toute évidence, - il suffisait de regarder les images pour s'en convaincre -  "seul le peuple des petits blancs" ont rendu hommage à Johnny, " les non-souchiens ont brillé par leur absence" pour que l'on se jette sur lui comme la vérole sur le bas clergé. Pire il récidive quelques jours plus tard en déclarant qu'il "ne donnera jamais patte blanche au politiquement correct". Finkie est forcément raciste puisqu'il " utilise le langage du Front National ", " Honte à cet académicien au vocabulaire aussi peu ragoûtant" !

Une Miss France à peine élue évoque "la crinière de lionne" de sa prédécesseuse et la voilà être accusée " d'animaliser la femme noire " et de véhiculer " une imagerie coloniale ". Racisme ! Et certains comme le pseudo journaliste bien blanc Gilles Verdez de s'interroger " et si on saisissait le CSA afin que sa couronne lui soit retirée ".

Et tout ça en à peine quelques jours. Pas une journée sans la petite polémique où se mêlent antiracisme, féminisme et bien bien-pensance. Pas touche aux noirs, pas touches aux femmes, pas touches aux juifs, pas touche aux sans-dents, pas touche... au politiquement correct, pas touche à la bien-pensance. Pas un mot de travers, siouplaît ! Faute de quoi vous serez convoqué devant les tribunaux populaires quand ce ne sera pas devant la dix-septième chambre ! Ras le bol, ça devient invivable !

Rendez-nous Desproges ses juifs et ses fascistes, rendez-nous Coluche et sa femme ! Rendez-nous Le Luron, rendez-nous Polac ! Rendez-nous Popeck ! Rendez-nous Luis Régo et le Tribunal des Flagrants Délires ! Rendez-nous Nulle part Ailleurs ! Ras le bol de ces activismes sournois qui voudraient pour un oui ou un non, un blanc ou un noir, nous faire culpabiliser d'être ce que nous sommes ou ce que nous ne sommes pas. Dégagez moi tous ces censeurs qui, un jour, se prétendent Charlie ou ne s’offusquent pas de la dernière affiche du spectacle de Shaka Ponk mais qui le lendemain nous feront un scandale parce que Ramadan se tape une érection en Une ! 

Vous verrez que bientôt, il n'y aura plus que les Juifs pour se moquer des Juifs, les noirs pour délirer sur les noirs, les Arabes pour rire de la beurette d'en face. Je n'en peux plus de cette société au langage aseptisé et balisé par le politiquement correct, l’antiracisme à deux balles et le féminisme bobo-gaucho. Laissez-nous nous marrer de tout et de rien avant qu'on ne puisse plus rire du tout.

Faudra-t-il débaptiser le Pata Negra ?

Tiens, pour la peine, la prochaine fois que je vais à la boulange, je lui demanderai une tête de nègre à mon pâtissier et gare à lui s'il me fait une remarque !

Résultat de recherche d'images pour "griezmann noir"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 15 décembre 2017

Attention à ne pas saloper votre écran en lisant Géraldine Vegane Féministe

Pas beaucoup de temps, mais je n'ai pu résister à l'envie de vous faire partager un exemple patent de débilité spéciste-vegan-féministe-inclusive-gauchiste...

Mac Donald a sorti un nouveau hamburger " vegan" dénommé, le "  Grand Veggie " comme en atteste l'affiche suivante:


Bien, on aime ou on aime pas MacDo, à chacun de voir.

Géraldine, visiblement, elle n'aime pas MacDo et son Grand Veggie, elle nous explique pourquoi (prendre sa respiration avant de lire et s'assurer de n'avoir rien en bouche si vous ne voulez pas saloper votre écran d'ordinateur)...

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit

Le pire étant de savoir que les tarés dans le genre de Géraldine (ou d'Aymeric Caron, gourou médiatique de la secte) sont de plus en plus nombreux.

Voilà, c'est tout pour ce soir ! Désolé, bonne soirée même en Macronie !

Résultat de recherche d'images pour "spéciste"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

jeudi 14 décembre 2017

LAREM: Déconnexion et indécence parlementaires



Ne cherchez pas son nom, vous ne le trouverez pas et c'est bien dommage, sans doute est-elle quelque part sur la photo ci-dessus. Une nouvelle député de LAREM à Macron, ancienne chef d'entreprise, a déclaré au journal L'Opinion: " Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes, j'ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager. Pour certains, la question de tenir jusqu'au bout va se poser ". En devenant député, cette dame aurait, selon ses dires, vu ses revenus fondre comme neige au soleil, ils sont passés de 8 000 euros nets à 5 000 euros nets par mois.

Comme on a envie de la plaindre, pauvre bichon sans le sou qui doit se contenter de manger plus souvent des pâtes (des pâtes, oui, mais des Barilla Tradition...) et ressortir ses fringues de marques de l'année passée. Ça craint vraiment...

Un autre député LREM déclare quant à lui: "  Il ne va pas falloir que ça dure trop longtemps, car je suis quatre fois moins payé ici que dans mon ancien job ".


Un autre encore, professeur de l'enseignement supérieur,: " On a tous lâché des situations professionnelles très confortables, et on ne s'y retrouve pas aujourd'hui. (...) j'ai subi une perte de 25 % de mes revenus "

Par delà l'anecdote qui nous prouve à nouveau la déconnexion complète de ces gens-là, voire l'indécence de leurs propos quand on sait ce qu'ils gagnent en tant que députés et à quel niveau se situe le salaire médian en France, on constatera leur amateurisme (ne s'étaient-ils pas renseignés sur les conditions financières avant de se mettre en marche ?) sauf à considérer qu'ils espéraient, en devenant parlementaires, profiter du prestige de la fonction, des ors de la République et s'en mettre plein les fouilles, en tout cas bien plus que ce qu'ils gagnaient auparavant... Allez savoir...


NB:  pour cause d'agenda surbooké, pas de billet avant dimanche ou lundi, bon week-end à toutezétous même en Macronie !



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

mercredi 13 décembre 2017

Jean-Jacques Urvoas / Thierry Solère: C'est quoi le deal ?

Résultat de recherche d'images pour "urvoas solere"

Souvenez-vous, entre les deux tours de la présidentielle, avec fracas, Thierry Solère lâche François Fillon... Depuis, Solère n'a eu de cesse de foutre le bordel chez Les Républicains. Il y eut d'abord " Les constructifs " puis rejoignant la Macronie, Solère se met En Marche...

Jusque là, on pourrait se dire, rien de nouveau, encore une histoire de girouette qui prend le vent qui passe. On est juste étonné que l’enquête pour fraude fiscale dont il est objet depuis des mois ne fasse pas plus de bruit que cela; Solère était tout de même l'homme clé des Primaires de la droite et du centre et une personnalité importante des Républicains...

Oui, sauf qu'on apprend ces jours-ci que Solère, toujours sous le coup de la dite enquête, a reçu, entre les deux tours, du ministre de la Justice de l'époque, Jean-Jacques Urvoas, des informations sur le déroulé et le contenu de l'instruction dont il est l'objet; des informations suffisamment confidentielles pour que Urvoas les envoient via une messagerie cryptée, celle-là même qu'ont souvent utilisée les terroristes musulmans... 

Solère sera assez couillon pour ne pas l'effacer et cet échange sera donc saisi par la police lors d'une perquisition en juin dernier, perquisition qui, curieusement, ne fera pas plus de vagues que cela dans les médias. 

N'avons-nous pas là un cas flagrant de violation du secret de l'instruction ? N'avons-nous pas là la preuve, toute aussi flagrante, si tant est que cela soit nécessaire, que la Justice de notre pays n'est pas indépendante, contrairement à ce qu'on nous rabâche sans cesse ?

L'information est sortie hier, elle devrait faire scandale... Normalement !

Souvenez-vous, quand on a découvert, via des écoutes téléphoniques jugées illégales, que Sarkozy et son avocat Thierry Herzog avaient tenté d'obtenir d'un haut magistrat des informations sur l'une des affaires qui le visait, moyennant une éventuelle mutation prestigieuse à Monaco qui n'aura jamais lieu, ce fût le déchaînement médiatique et judiciaire: Sarko et son avocat furent perquisitionnés brutalement et l'Ex fut mis en examen pour corruption active !

Alors les questions qui se posent aujourd'hui sont les suivantes: Comment expliquer les lenteurs de la Justice, elle qui sait être si rapide quand elle le veut, dans l'enquête visant Thierry Solère ? En échange de quoi Urvoas a-t-il fourgué ces informations à Solère, rien ne se fait jamais gratuitement à ce niveau-là ? Quelles suites seront données à ces révélations ?

Je vous laisse imaginer

Pour mémoire, on en rigolerait presque, Urvoas, en son temps, proposa de réformer le Conseil Supérieur de la Magistrature en appelant à une plus grande autonomie du parquet par rapport au pouvoir exécutif et plaide pour une réforme constitutionnelle permettant d'ériger le CSM en garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire. Il sera aussi le rapporteur du projet de loi sur la transparence de la vie politique...


Résultat de recherche d'images pour "solère"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

lundi 11 décembre 2017

Tout est possible pour Laurent Wauquiez... à six conditions

Résultat de recherche d'images pour "laurent wauquiez"

Ils avaient dit que cette élection serait un bide. Ils avaient dit qu'il ne fallait pas s'attendre à une grande mobilisation des adhérents. Ils avaient dit que ce parti était mort. Ils ont dit pis que pendre du favori (jusqu'à répandre l'idée qu'il s'était grisonné les cheveux pour paraître plus vieux). Ses deux compétiteurs n'ont pas hésité à l'insulter et à dire que seul lui avait les fichiers des adhérents; mensonge. Les vieux ténors ont émis toutes les menaces possibles et ont été intarissables lorsqu'il s'agissait de descendre celui qui logiquement devait l'emporter. Coups de couteaux dans le dos et peaux de bananes, tout aura été fait pour l'empêcher de gagner et le présenter comme un " fasciste " (sic! entendu ce matin sur RMC) capable du pire comme de s'allier avec le Front National, l'homme d'une droite extrême (re-sic), identitaire et adepte du repli sur soi. 

Avec la complicité des médias (mention spéciale à BFM / RMC), rien n'aura facilité son élection.

Et pourtant, avec un score supérieur de 10 points à celui de Nicolas Sarkozy en 2014, Laurent Wauquiez emporte la présidence des Républicains avec près de 75% des suffrages exprimés. 100 000 adhérents auront voté, contre les 50 000 espérés par Ruth Elkrief et quelques autres. Alors certes, la participation aura été plus faible qu'en 2014 où il y eut 155 000 votants mais compte tenu des circonstances (absence d'un vrai charisme à la Sarko, hommage à Johnny retransmis par pas moins de 6 chaînes, dégâts de l'élection présidentielle perdue, défection des traîtres "constructifs", création de AGIR et siphonnage macronien,...) mais nul observateur honnête ne pourra contester la brillante et éclatante victoire de Laurent Wauquiez.

Le juppéiste Maël de Calan, parfait représentant de cette droite qui n'en fut jamais une faute d'avoir su écouter ses adhérents ou sympathisants, obtient 9,25% des suffrages. Florence Portelli, pas si éloignée que cela politiquement de Laurent Wauquiez mais sans doute pas assez connue, s'en sort honorablement avec 16% des suffrages.

Alors depuis ce matin, j'en entends qui disent que Wauquiez n'a pas les éléments pour faire re-gagner la droite, qu'il n' a pas de majorité et pas de projet si ce n'est celui de ramener à lui les électeurs partis au FN.

Il n'aurait pas de majorité suffisante ? La belle affaire ! Qui peut se targuer deux ans avant la prochaine élection d'avoir suffisamment de voix pour l'emporter ? Personne. Pas de projet ? Seuls les sourds pendant cette campagne interne peuvent affirmer cela. Et quand bien même, il est le nouveau chef d'un parti qui devra mettre sur pied un programme pour préparer l'avenir politique et la reconquête du pouvoir. Il a un an et demi pour cela avant les européennes, deux ans avant les municipales et quatre ans avant la prochaine présidentielle: 75% des électeurs du scrutin d'hier lui ont fait confiance pour cela.

Laurent Wauquiez l'a emporté car, avec bien plus d'acuité que ses concurrents, il a su capter les attentes des militants avec un discours plutôt clair sur l'Europe (non, Mrs Bourdin et Truchot, jamais Wauquiez n'a dit qu'il ne voulait plus d'Europe), sur l'identité nationale, sur la menace islamiste, etc...  préoccupations de cette partie de la droite plutôt souverainiste, identitaire (au sens non galvaudé du terme), attachée par dessus tout à certaines valeurs: la famille, l'autorité, la patrie, la laïcité...

J'ai entendu qu'il n'avait pas abordé les questions économiques. C'est vrai, bien peu, mais était-ce l'enjeu de cette élection ? Non. Il a tout le temps pour cela et surtout celui qui lui permettra de voir ou Macron réussit ou se plante.

J'ai entendu qu'il ne pourrait pas faire gagner Les Républicains lors des prochains scrutins sans les voix du centre, du centre droit et de ceux qui ont voté Macron pour ne pas avoir à voter Le Pen. A-t-on besoin de ces voix là ? Encore une fois, il n'y a rien qui relie  les " juppéistes " à ceux qui approuvent Wauquiez.  Les centristes et la droite molle sont heureux avec Macron, grand bien leur fasse. A Wauquiez et au nouveau " Les Républicains " de convaincre ceux qui ont rejoint Jupiter, à eux de convaincre ceux qui sont partis au FN qu'une autre voie que le repli sur soi est possible.

Tout est possible pour Wauquiez à six conditions:

- l'élaboration d'un programme " de droite" couillu,
- ne pas compter sur les centristes,
- virer de l'organigramme tous les vieux dinosaures,
- qu'il se bâtisse une véritable stature d'homme d'Etat,
- qu'il mise sur la jeunesse, rajeunir la base militante,
- qu'il donne envie d'avoir envie d'aller avec lui.

C'est pas gagné mais c'est possible. Il a le temps.

Quant à ceux qui disent que le clivage gauche/centre/droite n'est plus, faudra de sacrés biscuits pour me convaincre.

Ce week-end, la République en Marche du Macron a subi 5 défaites: 3 municipales, 1 législative et... l'élection de Laurent Wauquiez.

Résultat de recherche d'images pour "siège des republicains"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

dimanche 10 décembre 2017

Cette France que j'aime, elle était dans la rue hier. Merci Johnny !





Ah que Johnny !


Comme toujours en France, il y en a pour trouver moyen à polémiquer: c'était trop !, Marine n'était pas invitée, Mélenchon scandalisé, Michèle Delaunay au bord de l'apoplexie regrettant " une cérémonie religieuse délibérément spectaculaire ", etc... On s'en fout ! Qui d'autre que Johnny pour réaliser ce genre d'exploit, mobiliser le ban, l'arrière ban de la République laïcarde et une bonne partie des Français dans  ou devant une église, in situ ou via les télévisions ? Qui ? Personne !

Ce que nous avons vu ou vécu hier avait quelque chose d'unique, du jamais vu. C'était émouvant, impressionnant ou grandiose. Qui d'honnête pour oser dire le contraire ? Personne.

Combien de Français, hier soir, avaient la gueule de Johnny comme d'autres ont la gueule de bois les lendemains de teufs ? Des centaines de milliers de Français, sans doute. On en a pris plein la gueule tant les images étaient puissantes.

Qu'il me soit permis néanmoins de polémiquer un brin à mon tour; sans doute mon côté détailleur, scruteur d'images et auditeur pointilleux des commentaires que nous dispensent à foison journalistes et autres chroniqueurs  appointés. Deux choses ont attiré mon attention.

La première, c'est que curieusement, alors qu'organisateurs et police sont capables à chaque fin de manifs, de nous annoncer à la dizaine de millier près le nombre de manifestants, hier, rien, pas un chiffre précis n'a été communiqué. J'ai eu beau écouter nos journaleux, j'ai entendu " des milliers de Français " , " des dizaines de milliers de Français ", pas un, pas un communiqué pour nous dire: " Il y avait 1 million de personne " ou " 500 000 français dans les rues de Paris "... Pourquoi cette absence de chiffres ?

La deuxième et il fallait vraiment avoir les yeux plein de larmes ou de merde pour ne pas le voir: Où étaient hier la diversité et nos chances pour la France ? Où étaient nos rappeurs de banlieue hier ? Où était Maître Gimms, Booba ou La Fouine ? Où étaient nos frères en Mahomet ? Pas sur les Champs en tout cas, pas devant la Madeleine. C'était aussi ça, Johnny, une certaine France si vous voyez ce que je veux dire, pas la France de ce Vivre-Ensemble qu'on nous vante à merveille. La foule d'hier, c'était quelque part la France d'avant, la France blanche pas la métissée et diverse d'aujourd'hui. Que l'on re-visionne les images, qu'on les scrute attentivement. Qui pourra dire que je me trompe ? Personne. Qui parmi les journaleux ou autre autorité pour avoir commenté ou relevé ce qui pourtant crevait les yeux ? Personne.

Johnny, c'était aussi cela: Une France traditionnelle, chrétienne et majoritairement blanche ! C'est peut être aussi pour cela que j'ai aimé regarder cet hommage. C'est sans doute aussi cela qui m'a impressionné: cette France que j'aime n'a pas encore disparue, elle était dans la rue hier. Merci Johnny !



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

vendredi 8 décembre 2017

Saint Obama, Trump le criminel et Jérusalem, capitale d'Israël...

Quand c'est Saint Obama qui cause, personne ne moufte et tout le monde applaudit, Ruth Elkrief y compris.

Résultat de recherche d'images pour "obama mur deslamentations"


Sous un tonnerre d'applaudissement, Obama déclara le 4 juin 2008 devant le congrès de l'Aipac: " Jérusalem devra rester la capitale d'Israël et devra demeurer indivisible ". Dans le même discours, il rajoutera qu'il considérait l'Iran comme " la plus grande menace pour Israël et pour la paix et la stabilité dans la région. Mon but sera d'éliminer cette menace " puis : " Il n'y a pas de place à la table des négociations pour les organisations terroristes ".

La suite, on la connait... Rien ne fut fait pendant ses 8 années de mandat.



Quand Donald Trump déclare, conformément à une promesse de campagne et à une loi américaine de 1995 sans cesse repoussée dans son application, qu'il transférera l'ambassade des USA de Tel Aviv à Jérusalem (d'ici 3 ou 4 ans) et ce faisant reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat d'Israël (seul pays au monde à ne pas avoir pu choisir librement sa propre capitale), tout le monde crie au fou et tous les grands de ce monde de l'accuser de mettre le feu et de vouloir semer le chaos au Moyen-Orient (comme si ce n'était pas le cas depuis si longtemps). On entendra même Sunnites et Chiites, d'accord pour une fois, s'opposer véhément à cette "folie" et Ruth Elkrief traiter Trump de criminel hier soir sur BFM. Quant à nos grands médias, tous sont unanimes: Condamnation !

Allez comprendre !

Résultat de recherche d'images pour "trump mur des lamentations"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

Fiers d'être Européens