vendredi 31 mai 2013

Pédophilie réenchantée...


Mon attention a été retenue par un curieux article d'un journaliste quasiment inconnu du grand public paru le 22 mai dans le Nouvel Observateur. Caviglioli nous raconte l'histoire d'une prof d'anglais, Mme Amadéo, 30 ans, qui après être tombée amoureuse d'une de ses élèves, Yasmine (12 ans), va vivre avec elle, une passion que l'on devine charnelle. Jusque là, rien d'extraordinaire, un drame aussi banal qu'odieux, celui d'une personne détentrice d'une autorité morale qui va céder à la tentation pédophile. Ce qui est très étrange dans cet article, c'est la façon avec laquelle Caviglioli nous raconte le truc... 

Cette histoire n'est pas arrivée par hasard. Le contexte et l'environnement, le Lille-Sud craignos, y serait pour beaucoup. L'arrivée dans le collège de cette nouvelle prof aux " méthodes pédagogiques innovantes " ne pouvait qu'apporter quelques rayons de soleil dans la vie des jeunes filles en fleur présentées comme défavorisées. Pour un peu, il faudrait lui rendre grâce pour cette lumière. Rendez-vous compte, " Mme Amadéo prend ses fonctions avec enthousiasme, peut-être, qui sait, parce que l'entrée du collège est située rue André-Gide, un parrainage topologique qui n'incite guère à l'orthodoxie sexuelle. " Mme Amadéo benéficierait-elle de circonstances atténuantes: l'influence de Gide?... 

Mme Amadéo apprend l'anglais à ses élèves grâce au rythme et à la musique. Elle se mettait même à danser parfois, en classe. " Au début, c'est une danse pédagogique. Elle s'adresse à l'ensemble de ses classes. " Mais quel était le message caché derrière les sept voiles de cette danse initiatique qui parlait sans doute d'autre chose que de verbes irréguliers, de postpositions et d'accent tonique... Bientôt, Mme Amadéo ne va plus danser que pour l'élève qu'elle a élue entre toutes. C'est une danse nuptiale. Elle est destinée à la jeune Yasmine qui ne le sait pas encore : elle a 12 ans. Mais elle regarde de tous ses yeux cette chorégraphie qui se fait de jour en jour plus sensuelle. " 

Et paf ! Forcément, Yasmine se doit de succomber aux charmes de tant de grâce et de lumière qui viennent égayer son triste quotidien. C'est sûr, Yasmine " n'a pas l'habitude de telles attentions. C'est une vraie gamine de Lille-Sud. Elle n'habite pas loin du Broutet et du camp des Roms. Son horizon, ce sont les vieilles bagnoles cabossées, les cabanons de fortune qui tombent en ruine, les poubelles éventrées. Elle appartient à une famille modeste aux traditions patriarcales. Elle doute d'elle-même. Les SMS de Mme Amadéo lui apportent ce qu'elle n'a jamais connu, une confiance en elle, et la métamorphosent peu à peu. Bientôt ils passent de l'amitié à l'affection." C'est beau, non. Pour un peu, nous aussi cèderions à l'émotion. 

La fin de l'histoire est prévisible. La prof sera arrêtée. Et Caviglioli, nous apparaissant comme saisi, voire émotionné par ces destins brisés, de conclure en nous rassurant sur le sort de madame Amadéo: " La justice sera peut-être clémente, dit un magistrat. Cette histoire est différente de la pédophilie masculine, associée à la violence de la pénétration et qui accable les jeunes garçons abusés. "  

Ainsi donc, il y aurait une pédophilie hard et une pédophilie soft... Oui sans doute puisque Caviglioli nous le dit... Le compassionnel étrange de Caviglioli a soulevé pas mal de colère et de mécontentement au point qu'il a du faire une mise à jour de son article le 28 mai: " Chercher à éclairer ce qui s’est passé entre cette collégienne et cette enseignante, tenter d’expliquer la nature d’une relation, même si la loi la réprime, n’est pas faire l’éloge de la pédophilie. Ceux qui savent encore lire ne me font pas ce reproche. Dans ce quartier de Lille-Sud dont les habitants se plaignent d’être abandonnés, et dans un collège où il est difficile d’accorder à chaque enfant l’attention qu’il mérite, une jeune élève s’est sentie pour la première fois exister sous le regard d’une enseignante qui ne ressemblait pas aux autres. La suite est l’affaire de la justice. Mais je ne suis ni législateur, ni magistrat." 

Mouais possible, ni législateur, ni magistrat, juste attendri par cette histoire...




(source photo: ici)

Folie passagère 1732.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

37 commentaires:

  1. Vous n'avez rien compris: Cette femme n'est pas un curé mais une prof donc elle n'est pas dans le camp du mal! Vous ne lisez pas assez les évangiles socialistes! Vous n'avez aucune excuse car la bonne parole coule de partout: radio France, télés, ... et bien sûr de ce torchon de Nouvel Obs.
    M.S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @MS: hélas, si, j ai parfaitement compris que ce que peut dire ou écrire un journaleux de gauche est bien plus acceptable que ce que pourrait écrire un journaleux de droite.

      Supprimer
  2. Chers amis de droite.
    Je ne veux pas vous écraser avec ma lucidité mais...il n'est pas difficile de se rendre compte que la gauche est entrée dans une dérive idéologique terrifiante et que cela devrait s'aggraver sans arrêt. Heureusement, les tocards de l'UMP étant des pas grand-chose, la monstruosité du PS, d'EE et du FdG peut se déployer presque librement. Vous êtes le dernier rempart mais comme vous n'êtes que des Français, avec l'efficacité correspondante, cela ne pèsera probablement pas lourd.
    C'est quoi la France? Le terrain d'échauffement de l'armée allemande.
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jard: T as fumé la moquette ? ceci dit entièremlent d'accord avec: "il n'est pas difficile de se rendre compte que la gauche est entrée dans une dérive idéologique terrifiante et que cela devrait s'aggraver sans arrêt. Heureusement, les tocards de l'UMP étant des pas grand-chose, la monstruosité du PS, d'EE et du FdG peut se déployer presque librement"

      Supprimer
  3. Attendri! Et puis quoi encore? Une absolution avant le jugement et un appel au législateur pour que lui aussi fasse passer dans les textes cet attendrissement.
    Une anecdote: je me suis trouvé il y a longtemps dans une réunion de l'association des parents d'élèves d'un lycée. Une dame est intervenue pour s'inquiéter d'une rumeur qui courait à propos de l'aumônier qui passait quelquefois dans l'établissement. Un aumônier vraiment très beau gosse (on aurait dit le petit frère de Pierce Brosnan). On chuchotait que ce brave curé beaucoup trop beau ne pouvait être qu'homosexuel (sans aucune preuve) et la dame craignait pour les garçons. "Et s'il n'est pas homo, vous ne craignez pas pour les filles?", ai-je demandé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: ben quoi, il est cool mon Caviglioli, non, il est dans l air du temps , non ?
      Pour le curé , il y a le même dans mon coin. Une grenouille de bénitier de mes connaissances m a même dit qu il était trop beau pour faire un bon curé

      Supprimer
  4. Ce journaliste fait sans doute partie de la nouvelle génération sortie des écoles de journalisme, après avoir été déjà lobotomisé par l'EN. Pour ne pas passer pour un ringard ou un intolérant, on se paie le luxe de ne plus rien défendre d'essentiel car surtout, il ne faut pas juger. Les "indignations" ne sont permises que dans le cadre stricte dessiné par le progressisme. Tout est relatif, tout se vaut, rien ne choque plus, et une affaire qui devrait écoeurer le quidam ne produit plus de réaction...enfin sauf s'il s'agit de curé...
    Quant au fait de minimiser le traumatisme par l'absence de pénétration, il faudrait lui rappeler que la violence psychologique et la manipulation laissent aussi des traces...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: ah que non, c'est un vieux journaleux, il est né en 1936, je crois. Il ne faut pas juger, c'est la faute à la société, à l environnement et toussa qui fait que Yasmine a succombé au charme de la prof moderne qui danse pour mieux enseigner ! Foutage de gueule. On ne respecte plus rien et tout, même l abject, est défendable. Bienvenue ds le nouveau monde !

      Supprimer
    2. @ Corto,
      Comme quoi, l'âge ne mène pas forcément vers la sagesse !
      Dans son cas, c'est peut être vouloir "faire jeune" à tout prix, être encore dans coup, quoi !

      Supprimer
  5. On a l'impression, mon cher Corto, que depuis le vote de la loi Taubira, tous les media de ce pays sont pris d'un furia homosexuelle.
    Radios, télés, pubs, films, magazines, nous renvoient tous à ce summum indépassable de l'érotisme.
    Alors si ce pauvre Caviglioli, qui est un vieux monsieur, y souscrit à son tour, et se donne une nouvelle jeunesse en respirant le soufre qui se dégage de sa plume, ne lui jetons pas trop vite la pierre pour des faits, au train où vont les choses, qui peut-être demain ne seront que des banalités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: demain banalisés... Alors comment faire pour banaliser et dépénaliser en partie le truc, c'est assez simple... voir le lien plus bas

      Supprimer
  6. Quelle horreur! La porte des enfers est ouverte, et les pièges à éviter pour les gamins sont toujours plus nombreux.
    Notre société dite civilisée ne protège pas les gamins, au contraire, elle les méprise et les piétine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: l horreur dis tu. Périodiquement on voit ce genre de texte qui vise à " dédramatiser " la pédophilie. Le début des années 70 avec entre autres Cohn bendit sont là pour nous le rappeler. A chaque fois, n en déplaise au Camp du Bien, ces tentatives viennent de la gauche

      Supprimer
  7. "un drame aussi banal qu'odieux" et odieusement banalisé, relativisé par un Caglioli oublieux des seules considérations à retenir pour condamner la professeure : l'âge de l'élève, et le passage à l'acte de cet odieuse madame Amédéo : une malade parmi tant d'autres dans les structures éducatives ou religieuses.

    Comment déceler à l'embauche un éducateur malade (avec ou sans zizi)?

    Je sais qu'en matière d'actes pédophiles, la justice prend en compte les nuances entre exhibitions, attouchements et passage à l'acte sexuel, mais j'ignore si les textes prévoient des circonstance atténuantes selon qu'il y a eu pénétration ou non lors du passage à l'acte sexuel.
    Quoi qu'il en soit ce magistrat (parmi les puissants) ose nous déclarer que LUI il en tiendra compte. Pour adoucir la sanction et sans doute, limiter la peine à une mutation de la "lumineuse" dame Amedeo, ce minable, veut-il ignorer que les pratiques sexuelles des lesbiennes, ne se limitent pas à des attouchements ?

    Madame Taubira devrait plancher sur cette inégalité flagrante, cette injuste stigmatisation des porteurs de sexes pénétrants.

    Bravo au Nouvel Obs qui accepte de promouvoir les dévoiements de ce sale c.. de journaliste.


    Mireille en colère

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mireille: Le nouvel Obs n'est plus à ça près. Alors permettre à un vieux journaliste sur le retour de ré enchanter la pédophilie... hein, pourquoi se priver.

      Supprimer
  8. Notre société n'a aucun repère stable et constructif à offrir à nos enfants. Les parents doivent redoubler de vigilance et leur montrer le droit chemin. Si les parents laissent la République faire leur éducation, il y a une chance sur 2 pour qu'ils courent un certain danger.
    Les droits de l'homme, mon cul oui! Le jour où les enfants seront protégés ils pourront la ramener!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: Peillon s'attache à défendre l idée que c'est à la république d'éduquer les enfants afin, je cite de mémoire, de les extraire de l emprise familiale et de les préserver de tous les déterminismes...

      Supprimer
  9. Il y a donc le bon pédophile et le mauvais pédophile. ça me rappelle un sketch des Inconnus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @mat: Les inconnus étaient drôles, eux

      Supprimer
  10. AVIS ! Pas si loin de chez nous que cela...

    http://lejournaldusiecle.com/2013/05/09/lage-du-consentement-devrait-etre-abaisse-a-13-ans-en-grande-bretagne-selon-une-avocate/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ici à ce que notre gouvernement les prenne comme exemple, il n'y a qu'un pas. Ils ont fait pareil avec le mariage pour tous, ils le feront avec l'âge légal de la sexualité.
      Depuis un an, avec notre Hollande, il n'est question que de sexe et de taxes. Dans la tête des gens, à la fin, le sexe et la liberté seront les 2 choses les plus importantes à retenir.

      Supprimer
    2. J'ai suivi le lien et je suis allé voir. Les motifs de la dame, notamment sur la "persécution des vieillards" valent leur pesant de tartines d'hypocrisie et ses propositions, si elles sont acceptées, vont faire le bonheur des pédophiles. On peut s'attendre à entendre ce genre de phrase: "Comment, Monsieur le juge? Dix ans à peine! Je vous assure qu'il (ou elle) faisait beaucoup plus vieux. Je croyais qu'il (ou elle) avait bien treize ans".

      Supprimer
    3. @Pangloss: et la dame en question n'est pas la première débile venue... c'est encore pire.

      Supprimer
    4. @Pierre: mais tu verras qu effectivement cela viendra. Certains en France défendent l idée d abaisser le droit de vote à 16 ans, pourquoi par la suite ne pas abaisser l age du consentement. Mineur pour être victime d'actes pédophiles et plus mineurs pour aller voter, ça ferait désordre

      Supprimer
  11. C'est pas l'histoire du film qu'a été primé à Cannes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cannes: Pas vraiment, non.

      Supprimer
    2. Cela y ressemble foutrement -si j'ose dire !- (pardon) pourtant.

      Supprimer
    3. @Al West et Cannes: le film qui a été primé parle, si je ne m abuse, d une relation homosexuelle entre deux jeunes filles pas encore adultes et non de pédophilie ou de détournement de mineurs

      Supprimer
    4. Non dans le film primé à Cannes il s'agit d'une histoire d'amour entre une ado de 15 ans et une artiste adulte (même si relativement jeune). On va dire que l'histoire aurait pu s'inspirer de cet texte...

      Il parait que c'est une magnifique histoire d'amour tellement bien filmé qu'on pourrait croire que ce sont des hétéros... Je ne comprend décidément rien au cinéma artistique... Et sur le sujet aussi les Inconnus nous avaient aussi fait une jolie parodie dans le genre...

      Supprimer
  12. J'ai autour de moi de nombreuses jeunes filles dites en fleurs...elle n'ont plus rien à voir avec ce que nous avons vécu, nous, vieilles dames , mais non plus avec ce qu'on été nos filles il y a 30 voir 40 ans, elles sont délurées, elles ont des conversation qu'on aurait jamais osées même avec 10 ans de plus ! elles ont des petits copains de 14 ou 15 ans, beaucoup plus en retard qu'elles...j'en veux pour exemple mes petits fils et leurs petites copines !! comme dit mon fils" moi qui révait d'une fille, Dieu Merci, je n'ai que des gars ! " alors à 12/ 13 ans, elles n'ont plus grand chose déjà d'innocence, donc rien d'étonnanr dans cette histoire et dans son résultat, pas plus que la demande de l'abaissement de l'âge légal, on vit un époque ou la morale n'a plus rien à voir et ou les adultes ne savent plus protéger les enfants, tout va trop vite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: mais sur tout ce que tu décris, chacun s accordera pour dire que tu as raison. mais là, il s agit de tout autre chose. Le journaliste en question met quasiment en avant le contexte environnemental et sociétal pour justifier un acte pédophile. C'est n importe quoi.

      Supprimer
  13. Robert Marchenoir31 mai 2013 à 16:52:00

    "Une jeune élève s’est sentie pour la première fois exister sous le regard d’une enseignante qui ne ressemblait pas aux autres."

    Ben oui, c'est exactement comme cela que les adultes se livrent au détournement de mineurs : en leur faisant miroiter une reconnaissance à laquelle ils aspirent. C'est précisément en cela que consiste la manipulation, c'est pour cela que c'est odieux.

    C'est exactement ainsi que procèdent les gangs musulmans qui, en Grande-Bretagne, draguent les adolescentes blanches paumées dans la rue, avant de les violer en groupe et de les livrer à la prostitution.

    Note : à douze ans, ce n'est vraisemblablement plus de la pédophilie, mais du détournement de mineurs. La pédophilie, c'est avec des enfants non pubères.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Robert marchenoir: concernant votre " note " , vs n'avez pas tout a fait tort mais ça n enlève rien à l'abject de l acte et à cet article odieux

      Supprimer
  14. Merci Corto d'être encore capable de vous offusquer pour ce type de nouvelle qui bientôt ne surprendra plus personne.

    Comprenez bien cependant, que dans le monde idéal vers lequel on souhaite nous emmener : Hommes et femmes, jeunes et vieux, toute la gamme de la diversité du blanc au noir, etc..., toutes ces différences doivent être gommées pour que seul subsiste l'individu sans sexe, sans âge, sans couleur et j'ajouterai même sans cerveau.

    Cela rejoint finalement la théorie des genres dont j'ai lu dans les dernières heures 2 infos contradictoires :

    - D'un côté V. Pillon a réitéré hier "son opposition à l'inclusion de la théorie du genre dans l'enseignement" faite sur France 2 la semaine dernière en affirmant :

    "Personne n'y a jamais pensé (...). Je suis contre la théorie du genre, je suis pour l'égalité filles/garçons. Si l'idée c'est qu'il n'y a pas de différences physiologiques, biologiques entre les uns et les autres, je trouve ça absurde".

    - D'un autre côté, j'apprends par un Flash Info qui vient de tomber dans ma messagerie que :

    "Lundi 3 juin, les magistrats sont convoqués à Paris par Mam Taupira pour assister à un stage de formation sur « les discriminations commises à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre ».

    L’insistance et le ton employé par le ministère pour obliger les magistrats à assister à cette formation a provoqué la colère du principal syndicat de magistrat, l’USM."

    Que faut-il comprendre dans tout cela ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cyrielle: deux trucs curieux effectivement. Peillon s'est fait retoquer par le sénat qui interdit la diffusion de la théorie du genre en petites classes et l autre greluche fait une réunion d information

      tiens, j ai trouvé ça:

      http://fr.scribd.com/doc/144878367/Lettre-Garde-Des-Sceaux-30-05-13

      Supprimer
  15. Ce qui me fait le plus rigoler dans cette affaire, c'est ce que l'article ne dit pas.
    Regardez cette phrase:
    "La justice sera peut-être clémente, dit un magistrat. Cette histoire est différente de la pédophilie masculine, associée à la violence de la pénétration et qui accable les jeunes garçons abusés."
    Si je comprends bien, la pédophilie des dames se fait avec les filles, et la pédophilie des hommes avec les garçons, dixit le magistrat?

    RépondreSupprimer
  16. Quelle horreur! La porte des enfers est ouverte, et les pièges à éviter pour les gamins sont toujours plus nombreux. Rien qu a voir le temoin de Pierre et Marie sur la secte de pedophiles illuminati ( doctrine des nicolaites bible )
    http://www.youtube.com/watch?v=i_5GkRdK-Ss

    Notre société dite civilisée ne protège pas les gamins, au contraire, elle les méprisent et les piétinent elle les enculent elle les violent et elle les tuent sur l'autel de la Republique Francaise lol ;o(

    N evoquons pas des policiers pedophiles des gendarmes pedophiles et des magistrats pedophiles la bite à l air qui se jettent sur nos enfants de la france qui organisent des partouzes pedophiles sur nos enfants que sa soit de par son passé actuellement et maintenant mais c est la stricte vérité !
    http://www.youtube.com/watch?v=2cQ7Nmzkbqo

    les médias s étouffants dans leurs scandales pedophiles de la Republique Francaise dirigé par la secte de pedophiles illuminati tout se tient lol
    http://www.youtube.com/watch?v=lEgunp8TJrY
    http://www.youtube.com/watch?v=KUT0PYDfNRw

    Tu as pourtant ceci, c'est que tu hais les oeuvres des Nicolaïtes, oeuvres que je hais aussi.
    DIEU HAIT LES NICOLAITES DANS LA BIBLE :o)

    Apocalypse 2:15
    De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaites. DOCTRINE DES PEDOPHILES ILLUMINATI
    Apocalypse 2:14
    Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam DOCTRINE DES MENTEURS

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique