mercredi 29 mai 2013

Le retour des grandes oreilles !

Si ce gouvernement n'existait pas, il faudrait l'inventer tant chaque jour les socialistes étalent leurs hypocrisies passées.




On se souvient du scandale que suscita, tant à droite qu'à gauche, la révélation du fait que Mitterrand avait institutionnalisé les écoutes téléphoniques. On se souvient avec quelle ardeur la gauche dénonça l'affaire des fadettes quand le précédent gouvernement, cherchant à savoir qui refilait des tuyaux aux journalistes, éplucha les factures téléphoniques de certaines personnes. On se souvient comment toute la bien-pensance trouva scandaleux que l'équipe de Woerth utilise à des fins de contrôle fiscal un fichier de plus de 5000 noms volé à l'UBS.


Bref, toute intrusion pratiquée par les gouvernements dans la vie privée par des moyens pas très catholiques se devait d'être conspuée. Personnellement, je ne me suis jamais fait d'illusion: Un gouvernement, qu'il soit de droite ou de gauche, sait utiliser tous les moyens, légaux ou pas, qu'il peut avoir à sa disposition lorsque cela, pour diverses raisons, peut lui être utile: Contrôles fiscaux, décaniller un opposant, remettre dans le droit chemin un récalcitrant, etc...

Mais aujourd'hui, nos socialistes jouent la transparence. Sous prétexte qu'il faut faire la chasse aux fraudeurs fiscaux, ce qui nous sert de nouveau ministre du budget propose la rédaction d'une loi visant à légaliser les écoutes téléphoniques et l'infiltration. Rien que ça !  Dès lors, toute personne soupçonnée, à raison ou à dessein, de fraude fiscale pourra être mis sur écoute. Bien sûr, on nous assurera que l'arbitraire n'aura pas sa place dans cette démarche. Dont acte, mais qui pour croire cela ? Personne ! Même Eva Joly se permet d'en douter: " Le problème c'est que les enquêtes fiscales sont maîtrisées politiquement ".

Autre innovation, utiliser à des fins d'enquêtes fiscales ou autres des fichiers informatiques obtenus illégalement ( vol, détournement, corruption,...) était jusqu'ici... illégal. Et bien maintenant, c'est fini, en la matière, nos socialistes décident de rendre légal ce qui était illégal. En langage socialiste, on dit: " L'administration pourra également utiliser des éléments transmis de façon licite mais dont la source ne l'est pas ". 

Alors certes, il serait stupide, n'est-ce pas, de parler d'une amorce de dictature et toussa, toute choses que l'on a jamais entendu, n'est-ce pas (bis), par le passé, mais je trouve tout de même que nos socialistes de gouvernement ne se débrouillent pas si mal: C'est le retour des grandes oreilles ! Mais celles-ci sont aujourd'hui socialistes.

Circulez donc, il n'y a rien à voir.

Folie passagère 1738.

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

19 commentaires:

  1. Il faudrait que tout le monde finisse par comprendre que quoi que les socialistes décident, ils sont dans leur bon droit, mon cher Corto, puisque, d'une, ils sont au pouvoir, et que de deux, ils sont du côté du Bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: et que dès lors qu ils sont du coté du bien, tout leur est permis. Que n aurait on pas dit si Sarko s'était proposé de légaliser les écoutes téléphoniques !

      Supprimer
    2. J'entends encore les cris d'orfraie de Ségolène Royal (je l'ai vue en photo hier, elle a pris sévère, quand même !) quand son appartement avait été visité -)

      Supprimer
  2. Bah oui ! "Vous avez juridiquement tort puisque vous êtes politiquement minoritaires" (air connu)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marc: plus que jamais d'actualité , hélas.

      Supprimer
  3. Que deviendra ce genre de dispositif mis entre de mauvaises mains ( je veux dire encore pires que ce qu'on a en ce moment...)?
    Certes, ne parlons pas de dictature, mais en mettant bout à bout tous les grignotages de libertés et les intrusions de l'état dans nos vies privées sans parler de l'injonction de plus en plus pressante à penser droit, je crois qu'on est sur la bonne voie...et encore une fois l'histoire de la grenouille s'impose à moi...
    Un état spoliateur et qui de plus s'autorise tout, au nom du bien évidemment, me rend plus que méfiante, encore un petit effort et ne sera permis que ce qui aura été explicitement autorisé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Et presque sans surprise, tout passe et ne heurte aucun de nos médias. Nous sommes vraiment sur une mauvaise pente.

      Supprimer
    2. @ Nana

      Autrement dit, tout ce qui n'est pas explicitement permis est interdit. :-(
      Conclusion : selon moi, il y a déjà plusieurs mois que nous ne sommes plus en démocratie.

      Même si nous n'en sommes pas encore à la lapidation et/ou l'égorgement en place publique, nous en prenons, pas si lentement que cela, le chemin. Voir les diverses arrestations et gardes à vue pour le simple port d'un T.Shirt non estampillé "autorisé par Flamby" pendant que des voyous-casseurs sont encouragés à persévérer en raison du laxisme dont ils bénéficient ("simple bousculade" !!!...). Voir aussi les manipulations merdiatiques, par les journaleux inféodés à MoiJe ; ainsi la restriction de plus en plus marquée quant à la liberté d'expression. Sans parler des insultes... Ni de l’inversion des rôles !

      Alors, je ne vois pas comment qualifier cela autrement que par l’expression "Totalitarisme Dictatorial" (et inversement).

      @ Corto

      Je sais que vous n'aimez pas qu'on parle de dictature même molle.
      Je sais que ça fait mal quand ces termes s'appliquent à notre pays ; celui qui était la référence pour la démocratie et la liberté, celui qui était le pays des Droits de l'Homme et du Citoyen et... du respect des Droits DE l'Enfant.
      Mais ce pays n'existe plus en tant que tel : il a été consciencieusement détruit et saccagé. Sans le moindre état d'âme ni scrupule. Quant au respect, ne parlons d'un mot inexistant dans le dico hollandien (et probablement également absent de celui des gauchiasses).

      J'avoue ne pas bien comprendre cette réticence, alors que vous ne craignez pas d’appeler "un chat un chat". ;-)

      Supprimer
    3. @Franzi: Ce n'est pas une réticence mais je commettrais un abus de langage si je devais parler de dictature à propos de la France. Pour avoir été au venezuela ou à Djibouti ou en Somalie il y a des années, j ai une vague idée de ce que c'est qu une vraie dictature. Nous avons la chance de pouvoir encore nous exprimer a peu près librement , d'accéder au net qd nous le voulons, de penser comme nous le voulons, de nous habiller comme bon nous semble...
      ceci dit, avec nos gauchiasses, je reconnais volontiers que certaiens manières de faire ne sont pas très démocratiques. Alors dénis repétés de démocratie, je veux bien, dictature, pas encore.

      Supprimer
    4. @Corto: Ah ben non, on ne peut plus s'habiller comme on veut ... vu qu'on se fait arrêter pour "port de t shirt illicile"... :-)

      A chaque fois que je pense à ça, je peux pas m'empecher de penser à la "Cité de la Peur" ... se faire inculper pour "mangeage de choucroute prohibée"...

      Plaisanterie mise à part, les choses glissent chaque jour un peu plus vers des limites dangereuses... Et si personne ne réagit ça risque de déraper sec... Ca commence par des petites mesurettes et puis après on sait pas ou ça s'arrête...

      Supprimer
  4. " je veux dire encore pires que ce qu'on a en ce moment"

    impossible!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nofate: si, si, tu vas voir, attends un peu la réforme des retraites ou des allocs, et tu verras comment ce qui était scandaleux et inique hier devient normal aujourd'hui

      Supprimer
    2. @ Nofate

      "Impossible n'est pas Français" disait Napoléon.

      Et moi d'ajouter "Aucune connerie n'est impossible en Hollandie".
      Hélas !

      Supprimer
    3. @franzi

      comme tu dis !!!
      c'est pire que tout....

      Supprimer
  5. C'était tout à fait prévisible , un gvt de gauche de quelque pays que ce soit qui a un rejet de 70% de sa population gouvernera par l'information , la dénonciation et finira par la terreur , de beaux jours s'annoncent devant nous ................

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: 70% d'opinions défavorables pour un gars élu ds les conditions que l on sait, est-ce bien étonnant ?

      Supprimer
  6. Le plus "cynique" étant que la fraude fiscale supposée est un bel argument des plus flous pour mettre sur écoute tous et n'importe qui :/

    RépondreSupprimer
  7. Ils ont raison! Ils sont innocents de ce qui pour d'autres serait un crime! Parce qu'ils sont socialistes. Epicétou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: epicétou ! c'est bien là le problème: epicétou. ce qui heir etait une horreur, un scandale est aujourd'hui normal avec ces noeuds-noeuds.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique