jeudi 28 février 2013

Hollande, la chute. Inexorable !


" François Hollande a perdu en un mois cinq points de confiance dans le baromètre TNS Sofres pour Le Figaro magazine, atteignant le taux de 30 %, le plus bas jamais enregistré depuis 1981 par un chef de l'État au 10e mois de son mandat, dans ce sondage. Son Premier ministre Jean-Marc Ayrault perd aussi cinq points de confiance, mais avec 28 %. 

Le chef de l'État, crédité de 35 % de confiance il y a un mois, est à 30 %, ceux qui ne lui font pas confiance passant de 61 à 66 %. Ceux qui font en confiance à M. Ayrault passent de 33 à 28 %, et les défiants de 59 à 64 %. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls reste en tête du palmarès des "cotes d'avenir des personnalités politiques", mais en chutant lourdement de 7 points à 39 %. " ( sondage TNS Sofres réalisé du 21 au 25 février )

La chute, inexorablement, la chute !

A prendre les gens pour des cons, hollande descend chaque mois un peu plus dans les sondages; chaque mois des records d'impopularité sont battus par hollande et son équipe. L'imposture ne dure qu 'un temps. Les atermoiements, les renoncements, les reniements, les mensonges, l'incompétence, les faux-espoirs, le changement qui ne vient pas, les couacs à répétition, le mépris de l'Autre, la ploutocratie,... oui, tout se paye un jour ou l'autre.

Tout se paye cash !

Folie passagère 1596.
Le Point Numéro 2111
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Balayée la manif, au pilon vos signatures ! Bande de nazes !


Vous avez été près de 700 000 à signer une pétition pour que le CESE se prononce sur le mariage zinzin. Bande de nazes ! Qu'avez-vous cru ? Que le CESE vous ouvrirait les portes quand bien même vous aviez réuni toutes les conditions nécessaires ? Que ce Conseil vous entendrait ? Que ce supposé relai de la démocratie citoyenne prendrait en compte vos interrogations ? Ben, voyons, stupides que vous fûtes et moi avec ! Vous avez cru à la possibilité d'un dernier recours. Vous vous êtes fait avoir. Vous pensiez qu'en étant plus de 500 000 personnes à défiler dans Paris le 13 janvier et 700 000 à pétitionner cela permettrait de faire reculer les humanistes de salon dans leur tentative de légiférer sur un projet visant à exploser ce qui a de la valeur à vos yeux ? Bande de nazes anti-progressistes !

Balayée la manif, au pilon vos signatures ! Le CESE, après avoir pris ses ordres de Matignon, vous envoie paître pour ce que vous êtes: des gens qui ne comptent pas, des gens dont l'opinion ne saurait enrayer la marche du progrès, des gens dont le pouvoir en place se fout royalement. C'est ainsi. Le comprendrez-vous enfin: Vous ne comptez pas ! Vous n'êtes que quantité négligeable, rien, nada, nibe, zéro ! C'est clair ?

Tenez, il y en a même un, pourtant membre du Conseil en question, qui pensait que 700 000 signatures, cela valait peut-être le coup de s’intéresser au problème. Et bien même pas, Jean-François Bernardin a préféré démissionner de ce machin devenu inutile: "  On se ridiculise et on insulte les 700 000 pétitionnaires que l’on balaie d’un trait de plume, alors que l’on aurait pu au moins recevoir les représentants en séance plénière. Au-delà des opinions de chacun, il s’agit de la première pétition qui rassemble autant de monde dans notre pays », affirme-t-il à La Croix. Il dénonce un « choix purement politique » et la propension « au politiquement correct » des membres de cette institution, « tellement contents d’être là au point de refuser de prendre des décisions qui peuvent déplaire ».

Bah, lui aussi peut dénoncer, comme vous, ce déni de démocratie, Jean-Paul Delevoye, Ayrault et cie s'en tapent le coquillard !  Un démissionnaire, grand bien lui fasse, qu'il se taise maintenant. Et que le CESE continue à ne pas faire chier ni le gouvernement ni nos modernoeuds. On lui donne au CESE, chaque année près de 39 millions d'euros de budget pour faire illusion, on ne va pas lui demander, en plus, d'écouter le peuple. Faut pas déconner.

Tout cela vous dégoute au plus haut point, vous avez les nerfs, vous en avez marre de ne compter que pour du beurre ou pour les impôts que vous paierez rubis sur l'ongle si, par chance, vous le pouvez encore. Vous vous êtes sentis insulté, voire humilié, par cette décision scandaleuse du CESE de ne pas vous reconnaître ? Vous n'en pouvez plus de ronger votre frein faute d'être écouté ?

Et bien faites comme moi, prévoyez de venir en masse, en famille, avec vos amis, parents, cousins ou collègues le 24 mars à Paris. Venez donc montrer que vous n'êtes pas que simplement " consistant ", venez montrer à ces guignols que vous en avez marre d'être pris pour des nazes, venez leur dire qu'il va falloir apprendre à compter avec vous !

A l'origine, la manif du 24 mars se devait être une manifestation supplémentaire pour montrer l'opposition de toute une partie de la population au mariage zinzin, dorénavant, cette manif sera aussi celle de la défense de la démocratie.

Folie passagère 1595.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

On se ridiculise et on insulte les 700 000 pétitionnaires que l’on balaie d’un trait de plume, alors que l’on aurait pu au moins recevoir les représentants en séance plénière. Au-delà des opinions de chacun, il s’agit de la première pétition qui rassemble autant de monde dans notre pays », affirme à La Croix Jean-François Bernardin. Il dénonce un « choix purement politique » et la propension « au politiquement correct » des membres de cette institution, « tellement contents d’être là au point de refuser de prendre des décisions qui peuvent déplaire ». - See more at: http://www.nonaumariagehomo.fr/spip.php?article87#sthash.n7x8v094.dpuf
que les évolutions contemporaines de la famille et ses conséquences en matière de politiques publiques justifient une autosaisine de sa part - See more at: http://www.nonaumariagehomo.fr/spip.php?article86#sthash.moJCGXAh.dpuf
que les évolutions contemporaines de la famille et ses conséquences en matière de politiques publiques justifient une autosaisine de sa part - See more at: http://www.nonaumariagehomo.fr/spip.php?article86#sthash.moJCGXAh.dpuf
que les évolutions contemporaines de la famille et ses conséquences en matière de politiques publiques justifient une autosaisine de sa part - See more at: http://www.nonaumariagehomo.fr/spip.php?article86#sthash.moJCGXAh.dpuf

mercredi 27 février 2013

Amnistie ! Amnistie ! Tremblez patrons ! ( ou barrez-vous )


C'est beau la culture de l'excuse et du pardon...

Ils nous auront tout fait. Des députés et sénateurs communistes ont présenté un nouveau projet de loi visant à amnistier des faits commis à l’occasion de mouvements sociaux et d’activités syndicales et revendicatives.
 
Vous pouvez lire, c'est ici, mais permettez-moi, pour vous servir, d'extraire de ce projet de loi n°219 les meilleurs passages:

" Ces dernières années, les difficultés rencontrées par les Français se sont fortement accrues : chômage, précarité, accès au logement, à la santé, inquiétudes sur l’environnement... Beaucoup de nos concitoyens se sont légitimement engagés dans des mouvements sociaux. Ils se sont exprimés pour faire respecter leurs droits fondamentaux, protéger leurs conditions de travail, préserver l’emploi, les services publics, un système de protection sociale efficace et solidaire, leur environnement. Alors qu’ils défendaient l’intérêt général, nombre d’entre eux ont fait l’objet de sanctions pénales, disciplinaires et de licenciements... "

Blablabla, les patrons, les politiques ( de droite ), les juges et la police aux ordres sont pointés du doigt; enfin, ceux d'hier qui ne sont sans doute plus les mêmes aujourd'hui...

Ce projet de loi prévoit donc l'amnistie de toutes personnes physiques ( comprendre les gros bras syndicalistes ) et morales ( comprendre les organisations syndicales ) ayant commis,  avant le 6 mai 2012 ( ! ),  des infractions passibles de moins de dix ans d'emprisonnement lors de conflits du travail ou à l'occasion d'activités syndicales ou revendicatives de salariés, d'agents publics, de professions libérales ou d’exploitants agricoles, y compris au cours de manifestations sur la voie publique ou dans des lieux publics....

Bon, je vous épargne le reste de cette bouillie juridique, sachez juste qu'il s'agit, en gros, d'exempter, y compris de manière rétroactive, de toutes sanctions pénales, disciplinaires ou financières, les gros bras, généralement syndicalistes, qui foutent le bronx dans les manifs, qui saccagent les préfectures ou leurs lieux de travail, qui en brûlant des pneus polluent l'atmosphère, qui séquestrent les dirigeants d'entreprises, qui caillassent les voitures des cadres, qui taguent les locaux, qui portent préjudice à l'activité économique de l'entreprise ou du terrioire et toutes autres broutilles venant à perturber l'ordre social, au sein ou hors de l'entreprise.

Ils nous auront tout fait mais ils ont aussi pensé à tout:  L'amnistie entraîne la remise de toutes les peines principales, accessoires et complémentaires ainsi que de toutes les incapacités ou déchéances subséquentes. Elle ne peut donner lieu à restitution. Elle rétablit l'auteur de l'infraction dans le bénéfice du sursis qui a pu lui être accordé lors d'une condamnation antérieure ( art.10 ). L’amnistie entraîne la suppression des empreintes génétiques issues des traces biologiques recueillies dans les fichiers de police ainsi que l’ensemble des informations nominatives relatives aux délits mentionnés à l’article 1er recueillies à l’occasion des procédures d’enquête et des procédures judiciaires dans les fichiers de police judiciaire ( art.12 ).

Tremblez patrons et autres briseurs de grèves ( avocats, juges, forces de l'ordre...), tout désordre, casses, dégradations et autres manquement à l'ordre social sont en passe, si ce projet de loi est adopté, d'être légalisés ! Sans être grand clerc, considérons, cerise sur le gâteau, que la rétroactivité de cette loi pourra, de fait, faire office de jurisprudence pour les faits à venir... Pourquoi condamner demain ce qui aura été amnistié hier ?

Ils ont pensé à tout, vous dis-je, même à défendre la morale: " Sont exceptés du bénéfice de l’amnistie prévue par le présent article les faits constituants des manquements à la probité ou à l’honneur ". Ouf !

Nous y sommes, chaque jour un peu plus: Bienvenue en Socialie !

Comme dirait l'éminent Hashtable: Ce pays est foutu !

Folie passagère 1594.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr



Mort de Stéphane Hessel: La Socialie effondrée...


C'est dur d'être blogueur. Vous écrivez pour être lu, éventuellement pour engager, en commentaires, quelques débats, parce que vous aimez ça, que c'est une activité qui peut-être intellectuellement enrichissante... et toussa, quoi !

Et paf ! Stéphane Hessel, juste parmi les justes ( smiley ) a le mauvais goût de passer l'arme à gauche.

Alors, devant la détresse de la Socialie constatée sur twitter et parce que vous êtes humain et compatissant, vous vous dites qu'il ne faut pas en rajouter avec les mauvais chiffres du chômage, les prix qui flambent, le pouvoir d'achat qui régresse, le CESE qui se fout de la gueule de 700 000 Français, l'inconsistance et les reniements hollandais... Oui, devant tant de chagrin, vous vous dites vivement qu'on le mette six pieds sous terre, qu'on puisse dès lors reprendre les hostilités...

Décernons à Cécile Duflot, Michèle Delaunay, Faouzi Lamdaoui et Yann Galut les palmes du chagrin ( et de la récupération ):

Cécile Duflot: " Garder Stéphane Hessel tout près, l'écouter dire des poèmes de Rimbaud ou d'Apollinaire sur le CD  "Une voix pour la poésie". Merci Stéphane Hessel. Merci."

Michèle Delaunay:  " J'apprends avec un immense chagrin la mort du cher, combatif, plein de panache, porteur de gaieté et de culture, Stéphane Hessel. Il représente tout ce que mon Ministère veut porter : la combativité et le panache de l'âge."

Faouzi Lamdaoui: " Stéphane Hessel, grande autorité intellectuelle et morale de la Résistance, de la République entre désormais dans l'Histoire..."

Yann Galut, député PS, 47 ans: " Stephane Hessel un immense Monsieur...en souvenir de nombreux combats communs."
 
Toute la question maintenant est de savoir si nous aurons droit à un hommage national socialiste; au Panthéon, aux Invalides ?... Mais vite alors que l'on puisse revenir aux choses sérieuses...

Un registre de condoléances est à votre disposition en commentaires.

Folie passagère 1593.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

mardi 26 février 2013

Mon après-midi à l'Assemblée Nationale...


J'ai été au pesctacle aujourd'hui. Le vrai, celui d'une démocratie qui avance....

Nous sommes arrivés par la petite porte, l'entrée des artistes ou celle du petit peuple, choisissez. Il faut montrer patte blanche. C'est exactement comme pour prendre l'avion: vous êtes contrôlés. De haut en bas. Formalités accomplies et pièces d'identités photocopiées sur une machine des années 80, vous pénétrez dans l'antre de la République. Les couloirs sont beaux, les tableaux aux murs, aussi, surtout celui dédié aux droits de l'homme et à la Franc-Maçonnerie; ça sent la majesté.

Une fois les visiteurs débarrassés de tout ce qui est autorisé aux visités ( journaux, manteaux, sacs, téléphones portables, tablettes...), une fois les consignes bien enregistrées ( pas de photos, pas de bruits, aucun signes extérieurs de contentement ou de mécontentement, silence, aucun signe ou geste déplacés, aucun applaudissements,... ), vous pénétrez dans le sein des saints: l'hémicycle de l'Assemblée Nationale !

Bien plus petit en réalité qu'à la télévision mais tout aussi joli, parfaitement tapissé, un peu vieillot, nous sommes à l'Assemblée, nous allons vivre avec la copine Boutfil les questions d'actualité au gouvernement, les fameuses QAG du mardi.

14h45, Michèle Delaunay est la première à entrer, elle se re-pomponne. Vient le reste, tout d'un coup, l'arène se remplit: ministres et députés, ils sont quasiment tous là. C'est important les QAG, la télévision est là, ça tourne. Et le brouhaha commence. Rien à voir avec ce que vous regardez, un brin dépité, dans la lucarne, à la maison. C'est bruyant, très bruyant. 

Montebourg fait un tour de salle, Duflot s'installe, Fabius aussi. Ayrault se pose, courtisé. Valls, dynamique, se pointe. Filipetti-petti. Borloo aussi, là-bas; de même que Wauquiez, Copé, Tabarot, Chassaigne, Guedj ( le coq dans une basse-courre )...Oui, ils sont pour ainsi dire tous là. Sauf Taubira, la cayennaise, sauf Le Foll, coincé sous un tracteur, sans doute.

Le cirque est plein, quasiment; au jugé les 3/4 de nos députés sont présents: qui dort, qui lit le journal, qui pianote sur sa tablette ou son smartphone, qui fait son courrier ou joue au scrabble.... On s'invective, on s'échange des messages par escouades d'huissiers en queue de pie interposés, c'est le grand cirque. Ça jacte, ça caquète, ça pérore et personne n'écoute personne. Les questions ont été au préalable transmises aux ministres, les réponses sont prêtes; ne manquent plus que la façon, l'art et la manière de les poser et de répondre. Le ballet est bien réglé et peu importe les réponses puisque tout le monde se fout des questions. Et ça rigole, ça raille, ça se moque et ça insulte... c'est affligeant. Nous ne sommes pas à l'Assemblée, nous sommes au théâtre de Guignol avec Bartolone pour Gnafron. C'est dire si tout le monde tremble...

Une question: 2 minutes; une réponse: 2 minutes. Gnafron veille, pas une seconde de plus, la démocratie, oui, le temps de parole scrupuleusement minuté avant tout.

Brouhaha et capharnaüm.
La classe est dissipée, un euphémisme, et le maître manque d'autorité: c'est carnaval avec la cocarde et le prestige républicain pour déguisements et scène. Le petit peuple, au balcon,  mal assis sur des velours rouge passés est consterné: tout est risible ou triste, au choix. Il est 16h10, les QAG ont pris fin, chacun a joué et personne n'a perdu.

Et à l'huissier que l'on questionne, cette réponse désabusée: cela fait 17 ans que je les supporte...

J'ai passé mon après-midi à l'Assemblée Nationale. Le déplacement et le spectacle, déplorable, valent le coup. D'autant plus qu'il est gratuit, le pestacle.

Enfin, gratuit, vous l'aurez compris, c'est une façon de parler, vu comment nos impôts les engraissent...

Folie passagère 1592.
Télécharger WP_000009.jpg (546,4 Ko)
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Mariage Pour Tous, le Conseil Economique et Social, aujourd'hui sur la sellette !


Le 15 février dernier, une pétition rassemblant plus de 694 000 signatures a été déposée au Conseil Economique, Social et Environnemental. De l'aveu même du président du CESE, Jean-Paul Delevoye, le nombre impressionnant de signatures fait de cette pétition " un fait politique évident ".

Si tout le monde a bien compris qu'il n'est pas dans le rôle du CESE d'intervenir sur le processus législatif, il lui appartient de juger de la recevabilité de cette pétition et dans l'affirmative d'ouvrir un débat sur la question au sein de " ce  lieu rare et peut-être unique où la culture du dialogue permet de n’exclure personne ". Le CESE aura alors 1 an pour rendre son avis sur ce projet de loi.

Les rumeurs laissent entendre que celui-ci devrait aujourd'hui annoncer l'irrecevabilité de cette pétition, ignorant, si tel était le cas, la requête légitime de 700 000 Français.

Il n'est pas trop tard pour maintenir sur le CESE la pression afin qu'il juge recevable la pétition en envoyant via twitter un message à l'adresse suivante: @lecese ou par email à l'adresse suivante: contact@lecese.fr  ou par téléphone au numéro suivant: 01 44 43 60 00 .

Rappelons ce que disait hollande du CESE: " le CESE, comme l'on dit, a été le cadre dans lequel nous avons voulu engager le dialogue avec la société. J'ai d'ailleurs modifié son règlement intérieur - je ne sais s'il aura quelque effet mais je veux le souhaiter - parce que vous avez un rôle tout particulier dans notre République. Le Parlement répond souvent à l'urgence ; vous, vous êtes sur le temps long. Ce qu'un parlementaire comme un président de la République ne peut pas forcément espérer. Vous contribuez donc à la représentation des forces vives de la Nation et je suis attentif aux conclusions de vos rapports. "

En espérant que le CESE ne fera pas, avec un éventuel rejet de cette pétition, mentir à nouveau hollande.

Sur ce bonne journée, je m'en vais voir aujourd'hui comment nos députés bossent. J'ai peur de ne pas être surpris...

Folie passagère 1591.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

lundi 25 février 2013

Du vocabulaire comme arme de persuasion massive


Dans son bouquin La France Orange Mécanique, Laurent Obertone nous ressort une citation de Nietzsche: " Encore un siècle de journalisme et les mots pueront. " Ainsi, Obertone nous montre que sciemment les journalistes et les politocards, du moins ceux pour qui la bien-pensance et le politiquement correct sont les seuls Arts de Dire, c'est à dire la quasi totalité de ces deux espèces, usent d'un vocabulaire dont l'emploi permet de minimiser les faits, de diminuer l'impact d'une décision prise; en un mot de dédramatiser le fait ou la chose.

Ainsi, on dira d'une violence qu'elle est gratuite lorsqu'il n'y a pas de butin; d'un muzz qui égorge puis brûle sa fille parce qu'elle a couché sans son autorisation, les journaleux vous parleront de crime d'honneur !

Et bien en politique, c'est pareil. Lorsque l'on veut faire passer un projet de loi inutile ou une idée folle, on choisit son vocabulaire pour dédramatiser, pour faire passer la pilule, pour endormir éventuellement les oppositions. Pour culpabiliser les réfractaires ou, au contraire, pour désinhiber les timides. Du mariage homosexuel, on a fait un mariage pour tous, histoire de souligner sa qualité supposée progressiste, son humanité tout en limitant la possibilité d'offrir en pâture aux homophobes les gays, les trans et les bis. Ce n'est pas le mariage gay, c'est le mariage pour tous ! Yalla !

Un autre exemple m'a sauté aux yeux en lisant une interview* de Jean-Marie Le Guen, député PS de Paris, à qui l'on demande ce qu'il pense des salles de shoot. Lisez, c'est de la bonne:

" L'appellation salle de shoot est choquante car elle renvoie à une dévalorisation des personnes, elle suggère un lieu de débordement alors qu'il s'agit d'une structure médico-sociale fermée, avec protocole, où ne peuvent entrer que des personnes toxicomanes avérées. Elles sont prises en charge avec des éléments d'information sur les toxicomanies et leurs problèmes connexes: surinfection, risques occurrents, etc... ainsi qu'une possible mise en contact avec des structures de sevrage, bien qu'il ne s'agisse pas du but premier. Il est essentiel de comprendre que cette structure n'aura pas vocation à régler la question globale de la toxicomanie en France. Elle ne concernera que les personnes en situation de grande précarité sociale, SDF ou habitants de squats, fortement engagés dans la toxicomanie, souvent en situation d'infection de VIH, ou de VHC. La salle de consommation que nous allons expérimenter à Paris sera une réponse au problème posé par les  injecteurs de rue, cette frange minime de la population qui se drogue quasi quotidiennement aussi bien dans les halls d'immeuble que sur la voie publique, au vu et au su de tout le monde. C'est une réponse humble à cette détresse profonde. "

Le lieu de débordement devient structure médicalisée. Il ne faut pas dévaloriser des personnes qui malheureusement n'en sont plus. Les junkies deviennent des toxico toxicomanes avérés.  La salle de shoot de consommation, c'est que pour des personnes en grande précarité; ces mêmes junkies qui se défoncent dans la rue deviennent des injecteurs de la rue (sic), une réponse humble etc... comment après avoir lu ainsi la chose en refuser le projet. Et puis, cachons la misère plutôt qu'elle nous fasse honte... Oui, un " cachons ce sein que je ne saurai voir " revisité façon XXIème siècle.

Oui, après avoir lu Le Guen, il faudrait être un parfait salaud pour refuser cette salle de consommation; n'est-il pas ?

Et bien cela tombe bien, je n'accepte pas ce genre de projet, je suis donc un salaud. Plus encore, je refuse que sous couvert d'un langage bien poli au politiquement correct l'on masque la réalité et que l'on se serve de ce même langage pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Une racaille est une racaille, un junkie est un junkie; appelons les choses ou les gens par ce qu'ils sont, ça évitera bien des malentendus.

Méfions-nous des mots qu'emploient les bien-pensants ou les politocards, à défaut de puer, ils nous enferment dans un schéma de pensée unique mortifère pour la liberté de... penser.

( *interview au Figaro Magazine du 21 février 2013 )

Folie passagère 1590.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Cahuzac: Stabilité fiscale qu'il a dit...


Alors, nous avons eu ces derniers jours:

- La confirmation de ce que tout le monde savait depuis longtemps, sauf eux, les socialos de gouvernement: La France ne tiendra pas ses objectifs de croissance et de réduction du déficit,

- hollande, malgré sa promesse maintes fois répétée, nous le dit enfin: la courbe du chômage ne s'inversera pas en 2013. Peut-être en 2014, mais peut-être seulement...

- Peillon, ivre ?, annonce son intention de ramener à 6 semaines les congés scolaires d'été  et de zoner la France en 2 pour ces mêmes vacances. Ballon d'essai ou rideau de fumée pour faire diversion sur la réforme des rythmes scolaires dont plus grand monde ne souhaite la mise en place ? Il est aussitôt recadré, encore, par Matignon et l'Elysée.

Et enfin, ce matin, cette petite phrase de Cahuzac - le même dont on nous disait qu'il était un bon ministre du budget, rigoureux mais validant sans broncher des prévisions de croissance erronées - : 

 " La situation budgétaire de la France ne nous permet malheureusement pas de nous priver de 6 milliards d’euros de recettes; donc,à partir du moment où, en 2014, nous n’aurons pas, toutes choses égales par ailleurs, 6 milliards d’euros d’impôts que nous avons eu en 2013, il faudra évidemment, en 2014, obtenir cette recette. Ce qui veut dire que, à tout le moins, la stabilité fiscale impose de trouver 6 milliards d’euros de recettes supplémentaires. "

Bon, okay, c'est une très grande phrase qui se termine par une sorte d'oxymore nouveau genre:  la stabilité fiscale impose de trouver 6 milliards d’euros de recettes supplémentaires.

Ce qui en clair veut dire: Français, préparez l'oseille, en 2014, vous serez ponctionnés de 6 milliards d'euros supplémentaires au nom de... la stabilité fiscale !

Et bien moi, j'ai comme dans l'idée que 6 milliards d'impôts en plus ne satisferont pas aux exigences  de stabilité fiscale. On parie ?

Et sur ce bonne journée en Socialie !

Folie passagère 1589.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

dimanche 24 février 2013

C'était peut-être pas votre question, oui mais c'est ma réponse !


De blogs en blogs, cette chaîne circule. Répondre à 11 questions et en poser 11 autres à ceux qui voudront bien à leur tour y répondre. Vous suivez ? Bien, la copine Boutfil m'a donc passé à la question, j'y réponds.

1- Quand tu te regardes dans la glace au réveil tu vois quoi ?
Un mec qui chaque matin, en se rasant, a la satisfaction de ne pas faire partie des 51% de frappadingues qui ont voté pour hollande. 

2- Cites-moi le paragraphe 3 du dernier traité européen:
Depuis que hollande l'a renégocié, je ne sais plus où on en est. Quoi ? On me dit qu'il n'a rien renégocié du tout. Il nous aurait donc menti ?  

3- D'après toi, quelle est la moyenne de temps de sommeil d'un député présent à la chambre pendant l'après midi après le déjeuner ? 
Je pourrai répondre à cette question mardi soir. Peut-être même photos à l'appui.  

4- Quel est le dernier livre de Roslund &HellstrÔm ?
Connais pas ces lascars. D'où sortent-ils ? Quels sont leurs réseaux ?
 

5- Avec quoi fais-tu ton argenterie ?
Avant c'est la femme de ménage qui officiait. Mais ça c'était avant que hollande ne double les charges patronales sur les emplois à domicile. Depuis, je m'y suis mis: Coca-Cola puis crème spéciale et huile de coude. Faut qu'elle soit nickel pour la mettre au clou vu que l'hollande nous dépouille chaque jour un peu plus. 

6- Que faire en cas de fin du monde ?
Partir loin. 

7- Pour un barbu, faut-il dormir avec la barbe dessus ou dessous la couverture ?
Refusant catégoriquement de coucher avec un barbu, je ne sais pas trop. Maintenant si tu fais allusion aux barbus " barbus ", genre de ceux qui ne sont qu'amour et tolérance, s'il peuvent s'étouffer avec leur barbe en dormant, hein, qu'elle soit au dessus ou au dessous, ça m'est égal. 

8- Suffit-il de simuler la folie pour devenir fou ?
C'est bien possible. A l'inverse, certains, à force de se faire passer pour des hommes raisonnables, deviennent fous. 

9- Quelle est la profondeur de la Seine sous le pont de l'Alma?
Aucune idée. sans doute assez profonde pour y couler, les deux pieds dans le béton, des tas de gens dont la disparition serait un bienfait pour tous. 

10- qui est Clovis Trouille ?
Un peintre coquin qui aimait les femmes. 

11- Quel animal mythologique à un corps de cheval et une tête de vache ?
( le premier qui réponds findus paye une tournée générale......). 
Valérie Trierweiler ?


1) Regardes-tu l'émission Splash sur TF1?
2) Whisky ou Bourbon?
3) Lorsque tu vois hollande, tu pleures ou tu ris ?
4) Quelle affaire te scandalise le plus: Findus ou la France depuis le 6 mai ?
5) Choisis ton héros du moment: Maurice Taylor ou Arnaud Montebourg ?
6) Pour séduire, t'es plutôt twitter ou boxer ?
7) Vaut-il mieux sauver une vieille poule ou un œuf prêt à éclore ?
8) BHL ou Finkielkraut ?
9) Quel déguisement pour Carnaval ?
10) Prochaines élections municipales: vague bleue ou chiffons roses ?
11) Que feras-tu le 24 mars prochain ?

Folie passagère 1588.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Casse-toi pauv' type !

Café et croissants chauds en main, j'allume la téloche et j'écoute les informations, pendant une heure, grand fou que je suis. Sur Itélé, le journaleux commente la visite de Présiflan au salon de l'agriculture: " hollande a passé près de 10 heures au salon où il aura fait beaucoup d'annonces importantes mais la seule que l'on retiendra c'est celle qu'il aura faite à une petite fille ": 


Oui, tout est dit, de sa visite, on ne retiendra que ça. C'est dire le niveau ! Pauvre type.

On retiendra peut-être ça, aussi:



Folie passagère 1587.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

samedi 23 février 2013

La France Orange Mécanique: Enchaînez-vous !


Je suis sur le point de finir: " La France Orange Mécanique ". Vous connaissez ? Le livre qui décrit sans fard ni contours la violence qui, sans projecteurs médiatiques, sévit dans notre pays. 

Enquête sur un sujet tabou: L'ensauvagement d'une nation. Toutes les 24h: 13 000 vols, 2 000 agressions, 200 viols ! Est-il écrit en 4ème de couverture, accroche d'une réalité ignorée par les médias bien-pensants, jamais abordée par le politiquement correct. Le livre d'un jeune journaliste qui ne sera jamais invité à La Grande Librairie, encore moins chez Ruquier. Normal.

" Ces derniers jours, un charmant individu, que nous nommerons Vladimir, a ramassé trente ans pour le meurtre de sa compagne, dont 22 ans de sureté, soit un an le coup de marteau. Le dit Vladimir, quelques semaines plus tôt, était jugé dans le cadre de la désormais célèbre affaire des tournantes , où la justice a expliqué aux Françaises, sans trembler, qu on pouvait être un violeur en réunion et s en tirer avec du sursis. Sur 14 prévenus, Vladimir était l heureux élu, le seul à prendre de la prison ferme. Un an. Pendant ce temps-là, un clandestin était interpellé, pour la 97e fois, au volant d une voiture volée, après avoir mordu et fracturé le bras d un policier d un coup de tête. Pendant que Christiane Taubira veut rompre avec le tout carcéral , une centenaire a été poussée au sol et gravement blessée par plusieurs personnes , pour une montre. Pendant ce temps-là, on apprend que les barquettes de viande vendues dans un supermarché de Lille sont protégées par des antivols. Pendant ce temps-là, un policier de la BAC a été lynché dans une cité sensible de Montpellier. Pendant ce temps-là, un Toulousain a eu l idée pas très vivre-ensemble de klaxonner derrière un véhicule qui bloquait la chaussée d un quartier populaire . Vigilants, vingt riverains lui ont administré une correction citoyenne, à coups de chaises et de tessons de bouteilles. Alors, pourquoi ce livre ? Parce qu aujourd hui, un simple regard peut tuer. »

Alors que les ventes de ce bouquin surprennent, portées bien plus par le bouche à oreilles que par la promotion des critiques assermentés, il m'est venu l'idée suivante...

Je ferais parvenir cette France Orange Mécanique, gratuitement, par courrier, à la première personne qui me le demandera par email à l'adresse suivante: atoilhonneur@voila.fr . Confidentialité garantie. La personne intéressée devra cependant s'engager sur l'honneur ( ça doit encore pouvoir se trouver des gens qui s'engagent sur l'honneur... ) à ré-expédier le dit-bouquin à la personne de son choix pour peu que ce nouveau lecteur s'engage, lui aussi, à le faire suivre à une énième personne qui elle aussi s'engagera...etc...Vous avez compris le principe: un bouquin qui circulera de mains en mains.

La vingtième personne qui l'aura lu me le renverra. Elle devra pour cela me demander mon adresse par email, toujours à l'adresse suivante : atoilhonneur@voila.fr

Pourquoi 20 personnes ? Pour mettre une limite, dans l'espoir d'un retour pas trop lointain; avant que ce bouquin ne soit définitivement enterré par la bien-pensance de nos nouveaux commissaires politiques.

Chaque " passeur " aura le loisir d'annoter le bouquin de ses commentaires sur les pages de garde où bien là où il le pourra. Je reproduirai, ici, sur ce blog, les commentaires ainsi déposés.

Quel intérêt ? Juste pour voir si un bouquin peut ainsi voyager, juste pour voir si 20 personnes sont capables de s'enchaîner ainsi, juste pour voir combien de temps il faudra à ce bouquin pour revenir à son point de départ, juste pour créer un lien.

Ça devrait pouvoir le faire, non ?

Folie passagère 1586.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

vendredi 22 février 2013

La Socialie dans toute sa splendeur ( petit bilan d'étape ...)


Petit bilan d'étape... sur les renoncements, couacs, reniements, incohérences et autres cafouillages... en Socialie.

Hier, dans Politiquement Show, Jérôme Jaffré disait à propos de la gauche française qu'elle était en état de sidération et de désagrégation. Comment pourrait-il en être autrement:

- Clientélisme:  Suppression du jour de carence pour les fonctionnaires,

- Des " hypothèses de croissance réalistes " sans cesse revues à la baisse et au final un 0% et 3,6% de déficit,

- Emplois à domicile ? Fin du forfait et doublement des charges sociales pour le particulier- employeur,

- Nominations des amis, des copains, d'une " ex " à des postes prestigieux ou d'influence: Une république exemplaire ?

- Rompre avec " le tout carcéral ", la garde des Sceaux propose l'instauration de peines de probations, la fin des sanctions automatiques et des peines plancher, la suppression de la rétention de sûreté et la systématisation des libérations conditionnelles,

- Une réforme bancaire a minima: " Son seul adversaire "  en rigole encore,

- Rythmes scolaires, personne n'en veut, sauf son promoteur, Vincent Peillon,

- Re-fiscalisation des heures supplémentaires entraînant une perte de pouvoir d'achat pour des millions de Français,

- 33 milliards de hausse d'impôts,

-  Entre 1 000 et 1 500 chômeurs de plus chaque jour,

- Un pacte de compétitivité dont on ne parle plus, un pacte de croissance disparu, un traité européen validé dans sa totalité,

- Plus de 100 heures d'un faux débat à l'Assemblée Nationale alors que le pays s’enfonce chaque jour un peu plus dans la récession,

- Cafouillage sur la PMA et circulaire Taubira demandant la régularisation des enfants nés dans l'illégalité par GPA,

- 600 000 personnes dans la rue le 13 janvier: une manifestation tout juste " consistante ",

- Liberté de conscience pour les maires, un jour; liberté de conscience, jamais, le lendemain,

- Des lobbies qui font la loi et imposent leur volonté au chef de l'Etat, 

- Un ministre des Anciens Combattants, Kader Arif, qui annonce à tort la libération des otages en plein hémicycle,

- " En aucun cas, la France n'interviendra au Mali " qu'il disait,

- Budget européen: Confondre " bon compromis " avec " camouflet ",

- A propos du renoncement de Benoit XVI, " La France n'a pas de candidat à proposer ",

- Le nouveau leadership européen : Merkel-Cameron,

- Imposition à 75%, la proposition qui fit " gagner " hollande, dit-on, une nouvelle Arlésienne qui, à défaut  d'être instaurée, aura eu le mérite de faire fuir les investisseurs et favoriser l'exil fiscal...

Stop ou Encore ?

Folie passagère 1585.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

Marine Le Pen dans Des Paroles et des Actes: L'avis de Marianne

" Ce jeudi 21 février c'était au tour de Marine Le Pen d'être l'invitée de David Pujadas. Elle entre sur le plateau blonde et souriante dans un silence glacial.
 
Première séquence :

Nathalie Saint-Cricq aiguillonnée par Pujadas - on n'est pas de trop de deux quand on veut se payer Marine Le Pen – la compare à Arlette Laguiller, puis à Mélenchon, on la met devant des images enregistrées de son père, on lui reproche les mairies FN des années 90 et que sais-je encore.

A chaque fois Marine répond mais est coupée dans ses explications par un : « Passons à un autre sujet » péremptoire. Et c'est ainsi que le téléspectateur aura été privé, par les journalistes, des réponses qu'il était en droit d'attendre de la bouche de « l'invitée ».

Séquence remportée par Marine Le Pen.
Deuxième séquence :

Le grand journaliste économique de France 2, François Lenglet, arrive avec ses graphiques comparatifs des économies britannique et française pour prouver qu'un pays qui n'est pas dans la zone euro ne s'en sort pas mieux que nous.

Marine Le Pen aura beau jeu d'expliquer que les économies de chaque pays ont une originalité propre, et qu'elle n'est plus la seule à penser que la nôtre est victime d'un euro fort qui convient aux allemands mais nous pénalise. Lenglet n'aura pas beaucoup d'ardeur pour défendre la mondialisation dont à peu près tout le monde redoute les effets aujourd'hui.

Une séquence pour rien.  
Troisième séquence :

C'est maintenant le tour de Malek Boutih. Il évite de regarder son interlocutrice pour s'adresser à David Pujadas. Marine Le Pen, dit-il, est aussi dangereuse que les islamistes qui ont pris le pouvoir en Tunisie, en Egypte et en Libye. Rien moins. Et il s'explique : les extrémistes ont pris le pouvoir grâce à la démocratie, en séduisant les peuples désespérés, puis une fois au pouvoir, ont instauré de djihad et la charia. Marine Le Pen est dans la même perspective. Elle s'adresse au peuple désespéré et une fois qu'elle aura remporté le pouvoir... A aucun moment il ne se pose la question du pourquoi du désespoir du peuple. Marine Le Pen lui fait observer que pendant qu'il manifestait avec la petite main jaune contre un racisme qui n'existait pas, elle, elle combattait déjà la mondialisation contre laquelle il s'insurge aujourd'hui.

Séquence remportée par Marine Le Pen.
 
Quatrième séquence :

Bruno Le Maire, à qui on aura fait remarquer qu'il avait un déficit de notoriété face aux Français, et qui fait actuellement le tour des plateaux télé avec son livre, « Jours de pouvoir » - qualifié de « bon livre » par Marine Le Pen - se présente devant elle avec la ferme intention de la ridiculiser. Elle n'a jamais eu le pouvoir, elle est donc imprécise. Il lui enjoint d'être cohérente. Il lui fait la leçon en la fixant de son regard glacial. Bref, il se conduit comme une petite fripouille qui a décidé d'en découdre. Malheureusement même lui n'est pas de taille. Il assure que jamais il ne fera aucun accord électoral avec le Front National et dans le même temps il reproche à Marine Le Pen de n'avoir pas fait voter pour Sarkozy au second tour de la présidentielle, la rendant responsable de l'élection de Hollande, sans se rendre compte que c'est lui qui est incohérent.

Séquence remportée par Marine Le Pen.


Peut-être ai-je oublié une séquence, j'en demande pardon au journaliste concerné, mais elle n'a pas dû me paraître très marquante.
 
Dernière séquence :

Marine face aux lions. Le plus mauvais étant Nicolas Demorand, mais cela n'étonnera personne. Quand donc les « journalistes » comprendront qu'ils n'ont aucun intérêt à vouloir dézinguer les invités qui ne leur conviennent pas idéologiquement. Ils ne devraient pas se comporter comme des militants d'un parti politique. Les Français les regardent, les jugent et se détournent de leurs journaux qui ne vivent plus que grâce aux subventions de l'Etat.

Marine Le Pen, a clos cette séquence dans un grand rire en leur conseillant de s'engager en politique et de se présenter aux élections.

Je dois à la vérité de dire que seul le journaliste allemand, s'est comporté en journaliste, en donnant des arguments sur le « modèle allemand » qui selon lui n'existe pas, laissant à Marine Le Pen lui répondre, et sur le chômage à 5% en Allemagne qui est dû, selon elle, à la faible démographie allemande, et sur l'agriculture allemande qui a dépassé celle de la France grâce aux importations d'ouvriers agricoles d'Europe de l'Est, payés 4 ou 5 euros de l'heure et vivant dans des hangars.
 
Pour conclure, je dirais que cette émission a été passionnante de bout en bout.

Marine Le Pen a incontestablement prouvé, s'il en était encore besoin, que le Front National, avait en elle le leader charismatique qui manque tant à d'autres partis. "


Des Paroles et des Actes du 21 février 2013, l'avis de Marianne Arnaud.


 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr


Europe, ton soleil revient