mercredi 27 mars 2019

Quand Bruxelles part en guerre contre l'Afrophobie, un racisme bien à part...

C'est tout frais, ça vient de sortir au Parlement européen, dernière résolution adoptée ce mardi 26 mars... Et après on va nous dire qu'à Bruxelles ils ne foutent rien, franchement, un tel travail laisse pantois... C'est un peu long mais ça vaut le détour. Vous y apprendrez par exemple que nous sommes depuis 2014 dans la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine, que le "Black Face " c'est pas bien ou bien encore qu'ils nous faut faire, encore et encore, devoir de repentance... Vous pouvez passer les "VU" et allez directement aux "considérant".

Résultat de recherche d'images pour "afrophobie"


– vu le traité sur l’Union européenne (traité UE), et en particulier les deuxième, quatrième, cinquième, sixième et septième alinéas de son préambule, ainsi que l’article 2, l’article 3, paragraphe 3, deuxième alinéa, et l’article 6 du traité UE,

– vu les articles 10 et 19 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (traité FUE),

– vu la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne,

– vu la directive 2000/43/CE du Conseil du 29 juin 2000 relative à la mise en œuvre du principe de l’égalité de traitement entre les personnes sans distinction de race ou d’origine ethnique(1) ,

– vu la directive 2000/78/CE du Conseil du 27 novembre 2000 portant création d’un cadre général en faveur de l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail(2) ,

– vu la décision-cadre 2008/913/JAI du Conseil du 28 novembre 2008 sur la lutte contre certaines formes et manifestations de racisme et de xénophobie au moyen du droit pénal(3) ,

– vu la directive 2012/29/UE du Parlement européen et du Conseil du 25 octobre 2012 établissant des normes minimales concernant les droits, le soutien et la protection des victimes de la criminalité et remplaçant la décision-cadre 2001/220/JAI du Conseil(4) ,

– vu la deuxième enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination (EU-MIDIS II) publiée en décembre 2017 par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA) et le rapport de la FRA sur la discrimination raciale et la violence raciste que rencontrent les personnes d’ascendance africaine dans l’Union européenne(5) ,

– vu sa résolution du 1er mars 2018 sur la situation des droits fondamentaux dans l’Union européenne en 2016(6) ,

– vu la création, en juin 2016, du groupe de haut niveau de l’Union européenne sur la lutte contre le racisme, la xénophobie et d’autres formes d’intolérance,

– vu le code de conduite visant à combattre les discours de haine illégaux en ligne convenu, le 31 mai 2016, entre la Commission et les grandes entreprises de technologies de l’information ainsi qu’avec d’autres plateformes et entreprises de médias sociaux,

– vu la recommandation générale nº 34 du Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale du 3 octobre 2011 sur la discrimination raciale à l’égard des personnes d’ascendance africaine,

– vu la résolution 68/237 de l’Assemblée générale des Nations unies du 23 décembre 2013 proclamant la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine pour la période 2015-2024,

– vu la résolution 69/16 de l’Assemblée générale des Nations unies du 18 novembre 2014 établissant le programme d’activités relatives à la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine,

– vu la déclaration de Durban et le programme d’action adoptés en 2001 par la Conférence mondiale des Nations unies contre le racisme, qui reconnaît le racisme, la discrimination et les injustices séculaires qu’ont subis les personnes d’ascendance africaine,

– vu les recommandations stratégiques générales de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance,

– vu la recommandation du Comité des ministres du Conseil de l’Europe du 19 septembre 2001 sur le Code européen d’éthique de la police(7) ,

– vu le carnet des droits de l’homme du commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe du 25 juillet 2017 intitulé «L’Europe doit combattre l’afrophobie, née du colonialisme et du commerce des esclaves»,

– vu le protocole nº 12 de la convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, portant sur la non-discrimination,

– vu la question à la Commission sur les droits fondamentaux des personnes d’ascendance africaine en Europe (O-000022/2019 – B8‑0016/2019),

– vu l’article 128, paragraphe 5, et l’article 123, paragraphe 2, de son règlement intérieur,

A. considérant que le terme «personne d’ascendance africaine» recouvre les termes «Afro-européen», «Noir européen», «Afro-caribéen» ou «Noir antillais» et fait référence aux personnes d’ascendance africaine qui sont nées ou vivent en Europe ou en ont la citoyenneté;

B. considérant que les termes «afrophobie» et «racisme anti-Noirs» font référence à une forme particulière de racisme, qui comprend tout acte de violence ou de discrimination qui s’inscrit dans la continuité de violences historiques ou qui fait intervenir des stéréotypes péjoratifs et qui mène à l’exclusion et à la déshumanisation des personnes d’ascendance africaine; que cette forme de racisme est le fruit des structures historiquement répressives du colonialisme et de la traite transatlantique des esclaves, comme l’a reconnu le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe;

C. considérant que, selon les estimations disponibles, 15 millions de personnes d’ascendance africaine vivent en Europe(8) , bien que la collecte de données relatives à l’égalité par les États membres de l’Union ne soit pas systématique, ne se fonde pas sur l’auto-identification et exclue souvent les descendants de migrants ou «migrants de troisième génération» et au-delà;

D. considérant que la FRANCE a rapporté que les minorités originaires d’Afrique subsaharienne en Europe sont particulièrement exposées au racisme et à la discrimination dans tous les aspects de la vie(9) ;

E. considérant que, selon la deuxième enquête de l’Union européenne sur les minorités et les discriminations conduite par la FRA(10) , les jeunes répondants d’ascendance africaine, âgés de 16 à 24 ans, ont connu au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête des taux de harcèlement motivé par la haine plus élevés (32 %) que les répondants plus âgés et que le cyberharcèlement touche beaucoup plus les jeunes, et diminue avec l’âge;

F. considérant que les injustices à l’égard des Africains et des personnes d’ascendance africaine qui ont jalonné l’histoire, comme la réduction en esclavage, le travail forcé, la ségrégation raciale, les massacres et les génocides qui se sont produits dans le contexte du colonialisme européen et de la traite transatlantique des esclaves, sont très peu reconnues et prises en compte par les institutions des États membres;

G. considérant que la persistance de stéréotypes discriminatoires dans certaines traditions européennes, comme la pratique consistant à se noircir le visage, perpétue des idées préconçues bien ancrées au sujet des personnes d’ascendance africaine, et peut ainsi exacerber les discriminations;

H. considérant que les importants travaux menés par les organismes nationaux de promotion de l’égalité et par le réseau européen d’organismes de promotion de l’égalité (Equinet) devraient être encouragés et soutenus;

I. considérant que, selon le rapport annuel sur les crimes haineux(11) du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE, les personnes d’ascendance africaine sont souvent la cible de violences racistes mais que, dans de nombreux pays, les victimes d’agression n’ont pas accès à une aide juridique ni à un soutien financier;

J. considérant que les États sont les premiers responsables du respect de l’état de droit et des droits fondamentaux des citoyens, et donc du suivi et de la prévention des violences, y compris des violences afrophobes, et de la poursuite de leurs auteurs;

K. considérant que, si les données relatives à la discrimination raciale dans le système éducatif sont limitées, les études disponibles portent à croire que les enfants d’ascendance africaine vivant dans les États membres ont de moins bons résultats scolaires que leurs camarades blancs et que le décrochage scolaire précoce est sensiblement plus élevé chez les enfants d’ascendance africaine(12) ;

L. considérant que les adultes et les enfants d’ascendance africaine sont de plus en plus vulnérables lorsqu’ils sont placés en garde à vue, de nombreux incidents violents et décès étant recensés; considérant le recours systématique au profilage racial, à l’interpellation et à la fouille discriminatoires et à la surveillance, dans le contexte d’abus de pouvoir perpétrés par les forces de l’ordre, de la prévention de la criminalité, des mesures de lutte contre le terrorisme et du contrôle de l’immigration;

M. considérant que, s’il existe des voies de recours contre la discrimination, il convient, pour lutter contre le racisme structurel rencontré par les personnes d’ascendance africaine, notamment en ce qui concerne l’emploi, l’enseignement, la santé, la justice pénale, la participation politique et les conséquences de la migration sur les politiques et les pratiques en matière d’asile, d’adopter des politiques fermes et adaptées;

N. considérant que les personnes d’ascendance africaine vivant en Europe sont victimes de discriminations sur le marché immobilier et se trouvent souvent cantonnées, par un effet de ségrégation spatiale, à des zones à faible revenu, dans des logements exigus et de mauvaise qualité;

O. considérant que, alors que les personnes d’ascendance africaine ont grandement contribué au développement des sociétés européennes au cours de l’histoire, nombre d’entre elles rencontrent des discriminations sur le marché du travail;

P. considérant que les personnes d’ascendance africaine sont surreprésentées dans les couches à plus faible revenu de la population européenne;

Q. considérant que les personnes d’ascendance africaine sont fortement sous-représentées dans les institutions politiques et législatives aux niveaux local, national et européen;

R. considérant que les politiciens d’ascendance africaine sont toujours la cible d’attaques abjectes dans la sphère publique, tant à l’échelle nationale qu’au niveau européen;

S. considérant que le racisme et les discriminations dont sont victimes les personnes d’ascendance africaine sont structurels et sont souvent associés à d’autres formes de discrimination et d’oppression fondées sur le sexe, la race, la couleur, les origines ethniques ou sociales, les caractéristiques génétiques, la langue, la religion ou les convictions, les opinions politiques ou toute autre opinion, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle;

T. considérant que les agressions afrophobes qui se sont récemment multipliées en Europe visaient directement les ressortissants de pays tiers, et en particulier les réfugiés et les migrants;

1. invite les États membres et les institutions européennes à reconnaître que les personnes d’ascendance africaine sont particulièrement exposées aux racisme, à la discrimination et à la xénophobie et, de manière générale, jouissent de façon inégale des droits de l’homme et des droits fondamentaux, ce qui est la définition même du racisme structurel, et qu’elles doivent bénéficier, à titre individuel et collectivement, d’une protection contre ces inégalités, y compris par des mesures positives visant à promouvoir la jouissance pleine et égale de leurs droits;

2. estime que la participation active et authentique des personnes d’ascendance africaine sur les plans social, économique, politique et culturel est essentielle à la lutte contre l’afrophobie et à l’intégration de ces personnes en Europe;

3. demande à la Commission d’élaborer un cadre de l’Union pour les stratégies nationales en faveur de l’inclusion sociale et de l’intégration des personnes d’ascendance africaine;

4. condamne fermement toute agression physique ou verbale à l’encontre de personnes d’ascendance africaine dans la sphère publique comme privée;

5. encourage les institutions européennes et les États membres à reconnaître officiellement l’histoire des personnes d’ascendance africaine en Europe, y compris les injustices passées et présentes et les crimes contre l’humanité, comme l’esclavage, la traite transatlantique des esclaves ou les actes perpétrés dans le cadre du colonialisme européen, de même que les grandes réussites et les contributions positives réalisées par ces personnes, en observant, aux niveaux européen et national, la Journée internationale de commémoration des victimes de l’esclavage et de la traite transatlantique des esclaves et en consacrant un mois de l’année à l’histoire noire;

6. encourage les États membres et les institutions européennes à observer officiellement la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine instaurée par les Nations unies et à prendre des mesures efficaces en vue de la mise en œuvre du programme d’activités y afférent, dans un esprit de reconnaissance, de justice et de développement;

7. rappelle que certains États membres ont pris des mesures de réparation fortes et efficaces au regard des injustices et des crimes contre l’humanité dont ont été victimes les personnes d’ascendance africaine, tout en tenant compte des effets durables de ces actes sur le présent;

8. invite les institutions de l’Union et le reste des États membres à suivre leur exemple en offrant, par exemple, des réparations sous la forme d’excuses publiques ou d’une restitution d’objets volés à leurs pays d’origine;

9. invite les États membres à déclassifier les archives coloniales;

10. demande aux institutions de l’Union et aux États membres de s’employer à lutter systématiquement contre les discriminations ethniques et les crimes de haine, aux côtés des autres acteurs clés, et d’élaborer des réponses juridiques et politiques efficaces et fondées sur des éléments probants à ces phénomènes; estime que si des données relatives aux discriminations ethniques et aux crimes de haine devaient être collectées, elles devraient l’être dans le seul but d’identifier les racines des discours et des actes xénophobes et discriminatoires pour lutter contre le phénomène dans le respect des cadres juridiques nationaux et de la législation de l’Union européenne en matière de protection des données;

11. demande aux États membres d’élaborer des stratégies nationales de lutte contre le racisme axées sur la réduction de l’écart entre les personnes d’ascendance africaine et le reste de la population dans les domaines de l’enseignement, du logement, de la santé, de l’emploi, des relations avec la police, des services sociaux, du système judiciaire et de la participation et de la représentation de ces personnes en politique, et d’encourager leur participation aux programmes de télévision et autres médias pour mettre un terme à leur sous-représentation ainsi qu’à l’absence de modèles pour les enfants d’ascendance africaine;

12. souligne l’importance des organisations de la société civile dans la lutte contre le racisme et les discriminations et appelle de ses vœux un accroissement du soutien financier apporté aux organisations sur le terrain aux niveaux européen, national et local;

13. invite la Commission à intégrer la question des personnes d’ascendance africaine parmi les priorités de ses programmes de financement actuels et de ceux de la prochaine période pluriannuelle;

14. demande à la Commission de mettre en place, dans les services concernés, une équipe exclusivement chargée des questions d’afrophobie;

15. insiste sur le fait que les États membres devraient pleinement mettre en œuvre et faire respecter la décision-cadre du Conseil sur la lutte contre certaines formes et manifestations de racisme et de xénophobie au moyen du droit pénal, notamment en considérant les motifs discriminatoires à l’origine d’infractions fondées sur la race ou l’origine nationale ou ethnique comme une circonstance aggravante, afin de faire en sorte que les crimes haineux à l’encontre des personnes d’ascendance africaine soient enregistrés et donnent lieu à une enquête, à des poursuites et à des sanctions;

16. demande aux États membres d’adopter une réaction efficace au regard des crimes haineux, notamment par la prise en compte, dans les enquêtes pénales, des motivations discriminatoires fondées sur la race ou l’origine ethnique ou nationale, et de faire en sorte que les crimes haineux à l’encontre des personnes d’ascendance africaine soient enregistrés et donnent lieu à une enquête, à des poursuites et à des sanctions;

17. demande aux États membres de mettre un terme au profilage racial ou ethnique sous toutes ses formes dans le cadre de l’application du droit pénal, des mesures de lutte contre le terrorisme et du contrôle de l’immigration, de reconnaître officiellement l’existence de discriminations illégales et de violences au sein de leurs forces de l’ordre et de combattre ces pratiques en dispensant à ces dernières des formations visant à lutter contre le racisme et les préjugés;

18. invite les États membres à dénoncer et à décourager le maintien de traditions racistes et afrophobes;

19. demande aux États membres de contrôler la diffusion de préjugés raciaux au sein de leurs systèmes judiciaires pénaux, de leurs systèmes éducatifs et de leurs services sociaux et de prendre des initiatives en vue de garantir l’équité des services sociaux, du système éducatif et de la justice et d’améliorer les relations entre les minorités, d’une part, et les services sociaux, les autorités éducatives et les autorités répressives, d’autre part, notamment dans le cas des communautés noires et des personnes d’ascendance africaine;

20. invite les États membres à veiller à ce que les adultes et les enfants d’ascendance africaine bénéficient d’un accès égal à une éducation et à des soins de qualité non discriminatoires et non ségrégatifs et, le cas échant, à proposer des mesures d’aide à l’apprentissage adaptées; encourage les États membres à intégrer l’histoire des personnes d’ascendance africaine dans leurs cursus scolaires et à présenter une perspective complète du colonialisme et de l’esclavage qui reconnaisse les répercussions néfastes que ces phénomènes ont eues par le passé et ont encore aujourd’hui sur les personnes d’ascendance africaine, et à faire en sorte que les enseignants reçoivent une formation adaptée à cet effet et possèdent toutes les ressources nécessaires pour aborder la question de la diversité au sein de leurs classes;

21. invite les institutions de l’Union et les États membres à promouvoir et à soutenir les initiatives favorables à l’emploi, à l’entrepreneuriat et à l’émancipation économique des personnes d’ascendance africaine aux fins de lutter contre les taux de chômage anormalement élevés et les discriminations sur le marché du travail dont elles sont victimes;

22. demande aux États membres de combattre les discriminations à l’égard des personnes d’ascendance africaine sur le marché immobilier et de prendre des mesures concrètes contre les inégalités dans l’accès au logement, garantissant ainsi une offre de logements adaptée;

23. invite la Commission et les États membres à garantir aux migrants, aux réfugiés et aux demandeurs d’asile, en tenant compte des législations et des pratiques existantes, des voies d’entrée sûres et légales dans l’Union;

24. demande à la Commission et au Service européen pour l’action extérieure de veiller, le plus efficacement possible, à ce qu’aucun fonds de l’Union ne soit mis à la disposition d’organisations ou de groupes associés directement ou indirectement à l’esclavage, à la torture et à l’extorsion de migrants noirs et africains, ou ne soutienne ou ne collabore avec ces organisations et ces groupes;

25. invite les institutions européennes à adopter, dans le cadre d’une stratégie pour la diversité et l’inclusion au sein de leur personnel, un plan stratégique pour l’intégration des minorités ethniques et raciales qui compléterait les efforts déjà déployés à cette fin;

26. invite les partis européens et les fondations politiques européennes, ainsi que les parlements à tous niveaux, à soutenir et à mettre en place des initiatives qui encouragent la participation politique des personnes d’ascendance africaine;

27. demande à la Commission de travailler en étroite collaboration avec des acteurs internationaux tels que l’OSCE, les Nations unies, l’Union africaine et le Conseil de l’Europe, ainsi qu’avec d’autres partenaires internationaux, afin de combattre l’afrophobie au niveau international;

28. charge son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, aux parlements et aux gouvernements des États membres et à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.
___________________________

Ben mazette, l'Afrophobie, un racisme à part...?  Z'avez compris abominables européens de souche dont la seule infortune est d'être nés blanc, faisons amende honorable sinon ça va chauffer...

(merci à E.Cusas qui a relevé ce truc là)


Résultat de recherche d'images pour "afrophobie"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

31 commentaires:

  1. Dès la considération B me vient une question à l'esprit -que j'ai mauvais comme une teigne, c'est bien connu. L'affreux phobique pourra-t-il être reconnu comme tel s'il est lui-même d'origine africaine ? J'entends l'Algérien envers le Marocain -qui, comme chacun sait, sont frères et copains comme cochon (oups, celle là elle m'a échappé)- ou le Sénégalais envers le Malien ?

    RépondreSupprimer
  2. Désolée Corto, mais lire ce pavé est au-dessus de mes forces. Tout ce que je retiens c'est que j'ai un magnet "y a bon Banania" sur la porte du frigo, et que je peux donc m'attendre à une descente de la Police de la Pensée Eurocratique. C'est çà?

    RépondreSupprimer
  3. Pour être dans le bon tain , je vais commander une lampe à bronzer et du tan-o-tan .
    J'ai lu en fin de journée cette litanie , ils sont devenus cons à Bruxelles et nous les payons pour ça .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais , non ; vous ne pourrez pas vous maquiller en noir ; c'est du Black Face et vous aurez les Afro sur le dos ! Même au théâtre , à la Sorbonne c 'est interdit , par des .... Noirs .

      Supprimer
  4. Quand Bruxelles se décidera-t-il à entrer en guerre contre un racisme encore plus répandu que le racisme anti-personnes d'origine africaine, c'est-à-dire le racisme anti-vieux de quelque ethnie qu'ils soient ?
    Excusez-moi, mon cher Corto, mais je me refuse à lire cette littérature indigeste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Tu comprends que tu as vieilli quand tu perds une dent et que la petite souris te laisse un devis au lieu d'une pièce."
      Homo Orcus

      Supprimer
  5. Dans le même genre de terrorisme intellectuel, cet article du Figaro sur le "blackface" à la Sorbonne:
    http://etudiant.lefigaro.fr/article/a-sorbonne-universite-une-piece-de-theatre-antique-annulee-a-cause-de-blackface_df1588a4-4fe4-11e9-b229-8691a4b9539f/?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bientôt , il vont faire interdire la chanson de Nino Ferrer , " Je voudrai être un noir " . !

      Supprimer
  6. Je propose d'expurger les documentaires animaliers racistes dont les commentaires parlent d' "un aigle", et exiger qu'ils fassent plutôt mention d' "un oiseau de couleuw".
    Il faut ce qu'il faut !
    Alfred

    RépondreSupprimer
  7. Bof bof, ça ne m'impressionne ni n'étonne plus que ça, la prose administrative m'indiffère. Plus inquiétante car plus proche et susceptible d'avoir des effets concrets est la mansuétude de notre justice vis-à-vis de nombreuses associations dont les revendications communautaristes sont clairement en contradiction avec notre Constitution (cf. article 1).

    RépondreSupprimer
  8. Ça mène évidemment aux quotas et à la discrimination qu'ils appellent "positive".
    On avance vers la liquidation d'abord sociale puis physique des "non-racisés", des Blancs quoi. Normal, ils sont coupables.
    C'est ce qu'il se passe en Afrique du Sud.

    RépondreSupprimer
  9. A partir de la 23ème "invite"...On peut aisément déduire que la maîtrise des flux migratoires en provenance d'Afrique, n'est pas la préoccupation majeure du parlement européen…

    RépondreSupprimer
  10. Et on a rie trouvé pour double V air connu

    RépondreSupprimer
  11. De vaines repentances en discriminations positives, de discriminations dites positives en réparations, nous avons atteint le fond : c'est Bokassa 1er couronné empereur de l'EURSS !...

    ...Et Ferdinand prophète :

    "Quand tout sera plus que décombres, le nègre surgira, ça sera son heure, ça sera sont tour, peut-être avec le tartare.
    ...
    C'est la forêt qui reprendra tout, la géante, la tropicale, et le Bois de Boulogne et vos petits os, calcinés, pour rien, on peut le dire, la première chose vraiment gratuite que vous aurez jamais faite, un cataclysme pour des prunes."

    Il y a des repentances et des réparations qui en rappellent d'autres... et des coups de pieds au cul qui se perdent.

    RépondreSupprimer
  12. Texte profondément raciste sous un vernis de bonnes intentions et effrayant par son style administratif. On est en plein délire totalitariste.

    "Vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de merde !" - Les Inconnus

    RépondreSupprimer
  13. Une "résolution" adoptée par le Parlement Européen de Bruxelles, ou par le Pa'lement Af'icain de Ouagagadoudou ?

    RépondreSupprimer
  14. Ca me rappelle un excellent sketch de Saïdou Abatcha sur l'ONU : https://www.youtube.com/watch?v=YeQhsIWBoTY

    Il suffit juste de remplacer ONU par Bruxelles !

    RépondreSupprimer
  15. "...Z'avez compris abominables européens de souche dont la seule infortune est d'être nés blanc, faisons amende honorable sinon ça va chauffer..."

    voire...

    Désolé m'sieur le taulier, mais l'amende qualifiée d'honorable ne suffira pas. La bonne vieille amende sonnante et trébuchante sera un bon début.

    Popeye

    RépondreSupprimer
  16. On comprend que les Anglais veulent se barrer de cette Europe de Merde Noir ! !
    Courage les Brexiteurs ! !

    RépondreSupprimer
  17. pendant ce temps là , on manifeste sur le toit de la CAF de Bobigny .... 17 gardes à vue ....
    Voir la Banderole : " de l 'argent pour les Français "
    https://photos.lci.fr/images/1024/576/generation-identitaire-caf-bobigny-1d7d97-0@1x.jpeg

    RépondreSupprimer
  18. Totalitarisme. Je suis en train de lire un bouquin du Cardinal Sarah, Guinéen, il ne se plaint guère de la colonisation, mais plutôt de la néo-colonisation.

    RépondreSupprimer
  19. Désolée d'avoir à raconter cette anecdote vécue : l 'agence bancaire près de chez moi ne sait visiblement pas quoi faire de l'un de mes chèques en paiement. Il devait donc être débité de mon compte.
    Je vais aux renseignements et la dame derrière le guichet m 'explique qu'elle me l 'a crédité.
    Même Raymond Devos n'y comprendrait rien.
    Je proteste et explique à la jeune femme que je ne suis pas la destinataire du chèque mais l'émetteur.
    Elle me regarde bouche bée.
    C'est alors qu'une cliente fonce sur moi en me disant : - c'est parce qu'elle est no**** que vous lui parlez ainsi -
    Réponse : - Non, parce qu'elle est manifestement incompétente.
    Pour éviter que la voie de fait suive, je suis partie sans jamais revenir, surtout étant donné l'air profondément satisfait,le sourire vainqueur de la protégée du guichet.

    Et évidemment je ne demandais que de la compétence, quelle que soit l'employee
    Mme Chocolat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était la responsable de l'agence ...
      Mme Chocolat

      Supprimer
  20. "C. considérant que, selon les estimations disponibles, 15 millions de personnes d’ascendance africaine vivent en Europe"
    Ah ben oui… je regarde la finale "Strasbourg/Guingamp" et je les vois bien les 15 !!!

    RépondreSupprimer
  21. Le Vatican et Bruxelles émettent sur la même fréquence, en parfaite harmonie !

    "Le souverain pontife appelle à mettre en œuvre «avec rapidité» les engagements du pacte de Marrakech notamment par «l'élargissement de canaux migratoires réguliers»

    http://www.lefigaro.fr/international/2019/03/30/01003-20190330ARTFIG00091-au-maroc-le-pape-francois-soutient-les-migrants-africains-en-marche-vers-l-europe.php

    RépondreSupprimer
  22. D'après cet article le texte a notamment été voté par le directeur de campagne de Bellamy :

    https://www.lesalonbeige.fr/des-euro-deputes-lr-votent-le-texte-culpabilisant-la-civilisation-europeenne/

    idem dans le relevé de vote donné dans un des premiers commentaires de ce tweet (je suis tombé dessus en cherchant le relevé officiel, pas trouvé sur le site de l'UE) :

    https://twitter.com/RNational_off/status/1111397557920395264

    Qu'en est-il au juste ? Et, si c'est vraiment le cas, c'est bientôt fini ce bordel ???

    Tatanka

    RépondreSupprimer
  23. Orwell aurait adoré! quand les anti racistes d'aujourd'hui deviendront les fachos de demain pour paraphraser W Churchill. Et que pensez vous du pape qui envoie à l'afrique le message d'accueil-chez-les-autres que l'on sait? Il faut dire qu'il est un peu en recherche de clientèle, et, comme tous nos politocards, il fait du clientélisme pour ramener à lui quelques brebis supplémentaires. Je n'en peux plus d'entendre tous ces chantres du vivre ensemble migratoire nous seriner à longueur de temps que "oui, il faut accueillir dans la joie et l'allégresse, oui, chez les autres bien sûr et sans JAMAIS DEMANDER SON AVIS AU PEUPLE, bien sûr!" En ce qui concerne le parlement européen, il faut bien savoir que l'Afrique représente une pompe à fric considérable et très alléchante pour la ploutocratie. La corruption s'en nourrit à grand renfort de "France-Afrique", des campagnes électorales sont financées, des carrières juteuses, du bon commerce pour enrichir les multinationales, de bons pots de vin. Et nous nous étonnons qu'ils baissent leur pantalon? Là où il y a du fric à se faire, il y a toujours un politocard quelque part. Et ce n'est pas fini, tant que les peuples n'y mettront pas un frein, mais pour l'instant tout le monde n'a pas compris le système. CARPE DIEM.

    RépondreSupprimer
  24. I will right away grab your rss feed as I can not find your e-mail subscription hyperlink or e-newsletter
    service. Do you have any? Please let me recognize so that I
    may just subscribe. Thanks. It's very trouble-free to
    find out any topic on web as compared to textbooks,
    as I found this post at this web site. I have been surfing online more than three hours today, yet I never
    found any interesting article like yours. It is pretty worth enough for me.
    In my opinion, if all website owners and bloggers made
    good content as you did, the web will be a lot more useful than ever before.
    http://samsung.com

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps.

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIME

France, 2019.