mardi 12 mars 2019

Florence Parly, ministre des Armées, est une enfoirée !

(crédit photo: Nicolas Liponne)


Florence Parly, ministre des Armées (changement sémantique d'importance, avant Macron on disait Ministre de la Défense...), est une enfoirée ! Oui, oui, je n'hésite pas à le dire, c'est une enfoirée et encore, je suis poli.


Qu'a-telle fait cette vérole ? Elle a tout simplement refusé le statut de " Mort pour le service de la Nation " à l'adjudant-chef François Woignier, décédé en service lors d'un exercice de préparation à une opération extérieure. Selon elle et contrairement à l'avis du chef de régiment auquel appartenait F. Woignier, "les décès lors d'exercices militaires ne sont pas couverts par ce statut". Un statut qui permettrait à sa veuve de toucher une pension de réversion pleine et à son fils d'avoir accès à la mention " pupille de la Nation", mention qui lui permettrait d'avoir une prise en charge intégrale de sa scolarité et de ses éventuelles études universitaires.

Si il est vrai que statutairement un militaire se tuant lors d'un exercice n'a pas accès automatiquement au statut de "Mort pour le service de la Nation ", depuis sa création en 2012, tous  les militaires décédés en service, au cours d'un exercice ou lors d'une opex par exemple, ont bénéficié de ce statut, telle était la volonté bien compréhensible du ministre de l'époque, Jean-Yves Le Drian. Car en effet, l'accès à ce statut, avantageux pour les veuves et enfants de militaires, est discrétionnaire: seul le ministre des Armées peut donner ou pas son aval quelque soit les avis formulés par la hiérarchie.

Alors qu'a fait à notre ministre l'adjudant-chef Woignier pour que celle-ci lui refuse ce statut ? Ben rien, on ne sait pas. Ah si, il est mort parce qu'un camion militaire l'a écrasé lors d'un exercice préparatoire à une opération extérieure. Il est vrai que si il n'y avait pas eu d'opex programmée, peut-être l'Adj. Chef Woignier n'aurait-il pas eu à faire cette exercice... Mais il l'a fait. Il s'est entraîné comme tout bon militaire se doit de l'être; être affûté, opérationnel en permanence. Et c'est parce que nos militaires s’entraînent en permanence qu'on a si peu de morts en service à déplorer.

Alors pourquoi ? Par souci de faire des économies de bouts de chandelles ? Depuis 2012, 20 militaires décédés en opération ou lors d'un exercice ont pu bénéficier de ce statut. Voila qui ne devrait pas ruiner la France plus qu'elle ne l'est déjà.

Alors pourquoi ce refus ? On ne sait toujours pas sauf que c'est par décision irrévocable (en principe) de la ministre (qui ne prend elle aucun risque pour la Nation) que l'Adjudant-chef François Woignier ne bénéficiera pas de ce statut, ni donc son fils et son épouse...

Etre militaire, c'est donner, si besoin, sa vie pour la défense du pays et/ou de ses intérêts, la Nation se doit donc d'être reconnaissante à ceux qui la donnent au combat ou en exercice. Quel qu’en soit le coût, minime en l’occurrence.

Florence Parly, qui n'a aucune expérience de la chose militaire, est donc bien une enfoirée... Mais, qu'en pense Macron ? Est-il d'accord avec la décision de sa ministre ? Parce que si oui, voilà qui en dirait long, encore une fois, sur le bonhomme...

Résultat de recherche d'images pour "macron militaire"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

21 commentaires:

  1. Qui d'autre que toi aurait pu sortir cela des oubliettes. Merci Corto.
    ColoAlbert

    RépondreSupprimer
  2. Cette Ministre des Armées par ses différentes turpitudes financières et maintenant cette décision inique, mon cher Corto, ne dépare en rien ce gouvernement Macron dont les Français ont une véritable overdose.
    J'en profite pour signaler, à toutes fins utiles puisque je n'en ai pas entendu parler ailleurs que sur le site France Police - Policiers en colère, que six associations de policiers appellent à une manifestation sur la place du Trocadéro, à partir de 20 heures, ce mardi 12 mars, pour protester contre le nombre croissant de suicides de policiers.

    https://france-police.org/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, on les entend surtout plaider pour leur paroisse; moins pour protester contre leur rôle de fers de lance de la féroce répression politique et policière d'un pouvoir, qu'ils ont servi sans états d'âme, contre les manifestants giletistes...

      Vendémiaire.

      Supprimer
    2. Comme par exemple ce jour-là ?

      "Notre syndicat France Police – Policiers en colère rappelle que cette enquête doit porter sur les ordres donnés à nos collègues par l’autorité administrative (ministre de l’Intérieur et préfets).
      Ce sont ces ordres administratifs qui sont la cause exclusive d’un usage excessif de la force, si usage excessif il y a eu.
      Au 4 février dernier, 12.122 tirs de LBD, 4.942 tirs de grenades de désencerclement et 1.428 tirs de grenades lacrymogènes instantanées avaient été comptabilisés par le ministère de l’Intérieur lui-même.
      Répétons-le, en maintien de l’ordre, l’usage de ces armes de force intermédiaire contre la foule est ordonné par le gouvernement. Le procès intenté à la France par l’ONU doit être celui de ce gouvernement et non celui de policiers qui appliquent loyalement les ordres reçus.
      Nos collègues subissent de plein fouet les conséquences des politiques conduites dans notre pays depuis 30 ans. Depuis le 1er janvier, dix-sept policiers nationaux se sont suicidés. Cette hécatombe en dit long sur l’état de notre société, les policiers en étant les baromètres."

      Supprimer
  3. Si un jour Parly a besoin de l'armée pour lui sauver ses miches (chose pas si improbable que ça) et que les militaires restent l'arme au pied , elle saura pourquoi...

    RépondreSupprimer
  4. Le vrai chef des Armées est Macron , elle n'est que son employée , petite ministre . Chaque membre du gvt essaie d'être le plus abject possible et ils s'y arrivent .

    RépondreSupprimer
  5. Qu'attendre de ce gouvernement ?
    Sinon une aide consulaire pour les djihadistes "français" condamnés en Irak ou en Syrie ?

    RépondreSupprimer
  6. Tout le monde ne les oublie pas.
    http://lesoubliesdelanation.fr/

    Certains sont même moins oubliés que d'autres.
    https://amicale-13-rdp.fr/2018/06/10/hommage-a-ladjudant-chef-stephane-grenier-une-rue-a-greniermerville-franceville/

    Ce refus est tout simplement scandaleux. Mais ce mot a t-il encore un sens chez ces gens ?

    RépondreSupprimer
  7. Je suis désolé (je vais probablement me faire copieusement insulter !), mais je ne trouve pas cette décision choquante. Sauf si l'on donne à l'expression "mort pour le service de la nation" un sens vraiment très étendu : à ce compte-là, le facteur qui se tue en tombant de vélo lors de sa tournée serait lui aussi "mort pour le service de la nation"…

    D'autre part, le titre "ministre des Armées" est non seulement recevable, mais il a même fait ses preuves au cours de l'histoire de France : Pierre Messmer était ministre des Armées du général de Gaulle, par exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est vraiment désolant c'est que le statut "Mort pour le service de la Nation", soit laissé à la discrétion d'un ministre et non réglementé, c'est-à-dire encadré par la loi !
      Dans ces conditions, il est inutile de faire semblant d'être désolé, et personne n'aura envie d'injurier quelqu'un dont ce qu'il écrit n'a que la valeur que celui-ci lui donne.

      Supprimer
    2. @Didier Goux: Sauf votre respect, cher Didier Goux, un facteur ne signe pas pour éventuellement perdre la vie au combat, ce me semble.
      Macron n'est pas Messmer ni de Gaulle et d'avis de militaire ce choix d'avoir un ministre des Armées et non de la Défense n'est pas innocent, la défense, c'est lui, les armées qu'un outil.

      Supprimer
  8. Dans la mesure où vous exprimez en termes raisonnables une opinion bien étayée, je ne vois pas pourquoi on devrait vous répondre par des insultes...

    RépondreSupprimer
  9. Un accident regrettable mais un accident du travail. Je préfèrerais qu'on s'en tienne à la formule "mort pour la France" et aux dédommagements prévus pour ceux qui sont morts au combat ou en opérations. Ce qui n'empêche pas que la veuve et l'orphelin soient aidés et que la perte qu'ils ont subie soit compensée.

    RépondreSupprimer
  10. Je partage l'avis de D.Goux et Pangloss, malgré le fait que F. Parly soit Ministre en Macronie...et que sa personne ne m'inspire aucune sympathie.
    Le père de ce soldat aurait dû suivre les déplacements de notre Président, pour l' interpeler en direct, devant les caméras. Je suis sûre que sa requête aurait été...mieux entendue avec en prime (ou risque !) d'être serré dans les bras d'Emmanuel le marathonien.

    RépondreSupprimer
  11. Il me semble que lorsque l'on s'engage dans l'Armée, on se met automatiquement au service de la Nation, en mettant sa vie à ce service, non?
    Quant à l’incompétente actuelle qui succède à de nombreux autres incompétents en matière militaire, elle ne dépare pas du lot de crétins qui nous gouvernent.

    RépondreSupprimer
  12. vous ne ferez pas croire que macron n'est pas d'accord avec parly (vous avez raison le mot est bien choisi enfoirée n'est pas trop fort)

    RépondreSupprimer
  13. cher Corto , un rien vexé que vous ne publiez pas ma modeste intervention vous contredisant " ce qui est votre plus légitime droit" .
    Je ne commenterais plus sous vos billets .Néanmoins mon ego est insuffisamment blessé pour que je cesse de lire votre si intéressant
    blog.A vous croiser sous d'autres cieux blogueurs, Asinus vieil âne identitaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @asinus: de quelle intervention parles tu, je n ai rien censuré???

      Supprimer
  14. une intervention ou je vous expliquez que pour regrettable qu'il soit cet accident du travail ne saurais être mis au meme rang qu'un décès en opération .Que l'armée veille sur la progéniture des siens en conférant le statut de pupille pour un décès pendant le temps de service est une chose , mais mort au service de la nation doit garder sa notion "dans opération ou au combat comme l'on disait de mon temps " le distinguo est d'importance
    non pas dans la douleur des proches mais dans ce qu'il recouvre d'exceptionnel dans l'acceptation de cette possibilité .La mort au combat n'est pas accidentelle c'est une possibilité librement acceptée .Pour le reste je partage votre mépris de cette classe politique qui ne connait rien du concept SERVIR.
    prompt a me vexer j'ai probablement mit sur le dos d’Anastasie une mauvaise manip de ma part

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur les plaques qui parsèment la campagne française, il est écrit "mort en service commandé"

      Supprimer
  15. Bon article. j'apprécie énormément votre site internet et vous lire.
    Merci pour ces moments de partage.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps.

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIME

France, 2019.