jeudi 27 août 2015

L'Ukraine est sauvée; de quoi faire enrager Alexis Tsipras...

(Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk et sa ministre des finances Natali Jaresko)
Vous avez entendu parler de la crise grecque, même que l'on vous en a tellement parlé que cela vous a saoulé. Une ultra-gauche qui se fait élire en janvier en promettant de raser gratis, un Tsipras qui traite par dessus la jambe un référendum populaire qu'il avait pourtant décidé, sans aucune obligation, d'organiser, des négociations qui n'en finissent plus avec la troïka afin d'éviter une cessation de paiement et une éventuelle sortie de la zone euro... et le même Tsipras qui, au bout du bout, baisse la culotte, balaie toutes ses promesses électorales et accède à toutes les demandes de ses créanciers pour finalement démissionner.

Tous les médias vous ont saoulé avec ça. Grexit, no Grexit... Du soir au matin et du matin au soir, il y en avait que pour la Grèce. C'est dire si la situation était grave. Enfin, après des mois de psychodrame médiatisé, tout est rentré dans l'ordre... Jusqu'au prochain épisode.

Et bien voyez-vous, il y a un autre pays qui était dans une merde noire. Au bord de la cessation de paiement, quasi plus un sou en poche et des milliards d'euros à rembourser à ses créanciers de tous bords et de toutes origines. Un pays presque aussi proche de nous que la Grèce. Un pays qui certes n'est pas dans l'Union même si tout est fait pour qu'il y rentre dès que possible. Et bien ce pays, c'est l'Ukraine. Au bord du gouffre, de la faillite, en pleine récession avec une dette publique qui a doublée en un an, avec une industrie en plein marasme, bref, un pays sinistré.

Et bien, ce pays, sept ou huit fois plus peuplé que la Grèce, en douce, sans que vous en entendiez parler plus que cela, sans que les médias nous bassinent avec, vient de résoudre son problème de cessation de paiement. Oh, il y a bien eu des négociations qui ont duré quelques mois, des négos feutrées dont on ne nous a pas dit grand chose, mais finalement, sans que personne ne démissionne, sans qu'une gauche populiste arrive au pouvoir, sans référendum, sans vote, sans que l'Ukrainien de base ne se soit aperçu de quoique ce soit, le pays respire. Un accord a été signé. Cherchez pas à savoir ce que contient cet accord, peu importe et puis de toute façon, vous aurez du mal à en trouver une copie, Un accord a été signé, un accord tellement cool qu'il fait dire à la potiche qui sert de premier ministre à Kiev que " jamais un pays au bord de la cessation de paiement n'a obtenu de telles conditions ". C'est dire si tout le monde a été gentil avec l'Ukraine: Un effacement de 20% de sa dette soit 3,2 milliards d'euros, un allongement de 4 ans de son délai de remboursement, une hausse des taux d’intérêts d'à peine 0,50%, un FMI qui confirme son engagement de lui verser sur 4 ans 17 milliards d'euros et la confirmation d'une aide internationale de 40 milliards, là aussi sur 4 ans. Difficile de faire mieux, non ? A faire enrager Tsipras.

Et tout cela sans que Ni Claire Chazal, ni Pujadas, encore moins BFM et Itélé, ne nous en parlent. Que même que si vous tapez sur Google tel que je viens de le faire ( ça pourra peut-être changer par la suite ): "Ukraine ", vous ne trouverez que 3 petits articles ( Le Monde, Le Figaro et RFI) pour évoquer cet accord " comme aucun pays n'a jamais obtenu ". C'est-y-pas extraordinaire ?

De là à penser qu'entre la Grèce et l'Ukraine, il y a deux poids, deux mesures, voilà qui ne fait aucun doute. Je me demande bien pourquoi...

Folie passagère 2882.
Résultat de recherche d'images pour "tsipras"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

27 commentaires:

  1. C pas ton copain Yann Galut à côté de Natali?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen aztec: il lui ressemble, sansdoute aussi peu sympathique sauf que celui ci est 1er ministre alors que Galut, il peut aller se brosser

      Supprimer
  2. Merci du renseignement, en effet cette information ne semble pas être de
    nature à nous intéresser...en tout cas la politico-médiatosphère voit
    manifestement les choses comme ça...comme tu dis, ne cherchons pas
    trop à comprendre, ça pourrait nous faire de la peine.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: un accord qui effectivement n est pas sensé nous intéresser, manquerait plus que nous demandions combien, sur ces 40 milliards, la France a promis de verser...

      Supprimer
  3. Merci de cette info et de tes commentaires.
    Quels que soient les jugements que l'on peut porter sur Tsipras, cette affaire traduit bien la vacuité de la notion de dette d'Etat.
    Et la compromission totale du FMI.
    L'échiquier géopolitique se fout totalement et de la morale budgétaire, et du bonheur des peuples... Il n'est en ce domaine aucune morale, ni politique au sens habituel...
    C'est ainsi, et l'UE, dans sa déliquescence actuelle, ne pèse rien dans la partie de bras de fer entre USA et Russie... Où l'Ukraine représente un pion autrement important que la Grèce.
    II est quand même formidable que de tels accords puissent être passés à un tel niveau sans que l'on sache entre qui et qui...
    Et qu' il faille aller sur ton blog pour en découvrir l'existence! Merci et bonne soirée.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gridou: sauf erreur de ma part, les USA sont le premier bailleur du FMI, ceci expliquant peut etre cela. Et nous, petits peuples n avons pas à savoir ce qui se passe à ce niveau. Je me rappelle très bien que lors des événements de Maïdan, les premiers " étrangers " a venir soutenir, voire "motiver", les révoltés, aujourd'hui au pouvoir à Kiev, étaient les ricains en la personne de John Mc Cain . Tu comprends donc que ces accords nous dépassent, voire, ne nous concernent pas. C'est une histoire entre grands de ce monde: USA et Russie, et accessoirement l 'UE

      Supprimer
    2. D'accord à cent pour cent... Ce qui me révolte,( mais c'est assez "boboisant..".) est que le FMI n'hésite pas à faire avaler des purges terribles aux peuples de petits pays, et s' écrase quand les intérêts des USA sont en jeu... Les quels USA sont certes les premiers contributaires au fond, mais aussi le premier pays endetté
      au monde... Un jeu qui nois dépasse!
      Bref, OK sur ta dernière phrase," histoire entre USA et Russie..". Mais je crains que l' UE soit maintenant disqualifiée...
      Et ne comte guère sur elle pour nous aider quand nous serons sur la sellette...

      Supprimer
  4. L'Ukraine avait pourtant le choix , l'Amérique ou Poutine , ce sont les investisseurs privés américains qui sauvent la mise , vive l'UE et soit dit en passant : je m'en fiche parce que je voudrais savoir qui nous aidera lorsque nous serons en cessation de paiement .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. P'têt ben l'Ukraine, non ?

      Supprimer
    2. @Claude Henri: qui viendra nous aider ? facile: l UE et les USA, trop contents pour ces derniers de nous asservir un peu plus.

      Supprimer
  5. Bonsoir Corto,

    Merci pour l'info. Je ne suis pas surpris outre-mesure de la faillite de l'Ukraine (c'était assez prévisible) mais effectivement, avec la décision prise, on se rend bien compte qu'il peut y avoir deux poids, deux mesures pour une situation identique.
    Nous sommes les spectateurs impuissants d'un jeu dangereux qui risque de mal se finir (les ricains ont déployé en Europe des F22 Raptor). Je ne crois pas qu'il faille compter sur la bande d'inex qui se trouve aux affaires. Quant à espérer des infos "objectives" et surtout des explications intelligentes de la part de nos journaleux, on peut toujours attendre.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: Jeu dangereux, non, je ne crois pas qu il y ait pour quiconque interêt à faire monter la mayonnaise. les Raptor, c'est pour montrer les muscles et passer l envie à quiconque d aller a l encontre de la volonté américaine.
      marrant tout de même que rien n est filtré de cet accord, plus drôle encore qu aucun " journaliste " digne de ce nom ne s y soit intéressé.

      Supprimer
  6. On veut la tête de Poutine, c'est clair...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michelle: et tous les moyens sont bons, y compris faire courir les plus folles rumeurs sur son compte ou sur un éventuel coup d Etat à Moscou ( cf l Express)

      Supprimer
  7. Géo

    Bonsoir



    Interessant à lire:
    "Les ressources naturelles dans l est de l Ukraine,Donbass ou le dessous des cartes.
    Les maitres du monde"

    Elle n est pas là,la reponse?

    Mais qui va payer pour ces conflits d interets orchestrés par les USA avec la soumission de Bruxelles?
    Le contribuable européen?Encore?
    En outre,voir la position stratégique du pays!
    "Perdre l Ukraine,c est perdre la tete"(Lénine)

    Ces milliards risquent fort de ne jamais etre recouvrés.
    Aprés"demain on rase gratis"
    Serait ce le cartoon"Repassez demain pour qu on vous rembourse"?

    A noter les nouveaux flots de milliards qui se déversent pour subventionner un Etat faillitaire intégré dans l orbe de Bruxelles
    La production massive de papier-monnaie par les banques centrales est un exercice perilleux dont les vacillements se font déjà sentir avec les récentes chutes boursieres.

    Des Etats endettés subventionnent d autres Etats endettés au royaume des acéphales.

    Perso,il ne faut pas etre specialement calé en Economie et Finances pour voir que,tôt ou tard,le mécanisme va se déglinguer avec tous ces milliards fabriqués en urgence pour subventionner les uns,rafistoler les autres...
    (Faudra penser aux 500000 clandestins à regulariser et accueillir,côté France,aussi).

    Et si tout celà dérape?
    Faillite totale d une banque ou d un Etat,réaction en chaine sur le systéme financier mondial,puis economique...
    Qu est ce qu on fait,avec Grece et Ukraine en prime pour l Europe?

    Simple avis:tout ce jeu de c...est complétement délirant et suicidaire mais ils en redemandent.

    Pseudo-élites politiques totalement déconnectées du réel et soumises à des interets capitalistes irresponsables et trés dangereux pour tout le monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Géo: bien sur que les ressources naturelles dont dispose l Ukraine sont la réponse, mais seulement une partie de la réponse. prends une carte, places-y, autour de la Russie, tous les pays qui sont membres de l Otan, et tu auras compris que la cible, c'est avant tout le Russie de Poutine, avec la complicité de l UE. Ce ne sont pas 100 milliards d euros, même fabriqués en urgence, ou même deux cent qui pénaliseront qui que ce soit, ils permettront cependant de faire de l Ukraine un satellite des USA.

      Supprimer
    2. Géo

      Bonsoir Corto

      Que les USA veuillent la tete de Poutine est indéniable.

      Toujours la meme stratégie du "cordon sanitaire" autour de l URSS qui a suivi la révolution de 1918!!!

      Pour les milliards,Corto,je veux bien te croire,mais j ai beaucoup de mal à concevoir que le recours systématique à l émission de liquidités à laquelle on procede maintenant pour maintenir un systeme financier en equilibre instable,n aura pas des conséquences économiquement mortiferes sur l économie mondiale et donc sur la stabilité en Europe,risquant de détruire les plans savamment orchestrés d Etat prédateur du fait de graves conséquences socio-economiques pour les populations.

      On a besoin de 100 milliards,et hop on les fait sortir du chapeau du magicien!
      C est beau le progres.

      Supprimer
    3. Géo

      Erratum:la revolution de 1917!

      Supprimer
  8. Vous voulez dire, mon cher Corto, qu'on continue encore à nous cacher des trucs ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Quoi ??? on nous cacherait quelque chose avec l Ukraine, que nenni, les USA ne font qu'étendre leur zone d influence. pas de quoi paniquer. rien que du très habituel.Et tant pis pour l UE qui n a pas su ( a part l Allemagne en loucedé) saisir l'opportunité d une ouverture sur la Russie

      Supprimer
  9. Géo

    Complement à mon post sur l Ukraine:
    Parenthese sur les réfugiés:
    France,500000 refugiés( estimés)à accueillir.source:liberation le monde.fr malmoe,l accueil des réfugiés(Allemagne800000,Belgique:10000)

    RépondreSupprimer
  10. Et bien moi je vous adresse mes sincères compliments.
    Dans la plus parfaite morosité d'une fin de mois d'août, vous avez réussi à débusquer un lièvre très louche, voire explosif ! La question est donc : qu'est-ce que l'Ukraine est prête à offrir contre une telle générosité et à qui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Barbara: l 'Ukraine de Porochenko a tout à offrir, y compris ses ressources et son indépendance si cela peut la préserver de son tuteur historique qu'est la Russie. Dommage pour elle :)

      Supprimer
  11. Encore un scoop ! Un de plus...
    Pour sûr, vous feriez un bon journaliste. Un vrai. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: Pour reprendre une phrase désormais célèbre: " qu'Aibert Londres pardonne " aux journalistes de faire aussi mal leur boulot.

      Supprimer
  12. Le Monsieur sur la photo (c'est un Premier Ministre ???) a l'air de penser "tout sauf le méchant Poutine !" La dame aussi d'ailleurs.
    Enfin...l'Ukraine est le grenier de l'Europe ! Si les russes nous coupent le gaz au moins nous ne manquerons pas de farine !

    RépondreSupprimer
  13. Quand tu veux neutraliser ton ennemi, entoure le .
    Principe du jeux de Go.
    Les USA pratique de même enfin essaye avec la Chine en l'entourant de nations qui lui sont peu favorables, Japon,Corée, Vietnam et éventuellement l' Inde, ils s'étaient rapprochés de la Mongolie mais les chinois ont grommele.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen