mercredi 29 juin 2016

Du Brexit, sachons tirer les leçons

Résultat de recherche d'images pour "brexit"

Et voilà, presque une semaine que le Brexit est tombé des urnes. Quelle panique ! Le monde a vacillé, un instant. L'Europe vacille, elle aussi, la confusion semble régner, semble seulement. Les bourses ont décroché, deux jours puis elles ont aussitôt rebondi, il y a des affaires à faire !

Demeurent, malgré les résultats, que ce soit en Angleterre ou ailleurs, les pros et les antis Brexit. Que faut-il penser de tout cela ?

Perso, comme disait Jacques, cette histoire m'en touche une sans faire bouger l'autre. On verra... Il y a quand même  quelques petits trucs qui me chiffonnent.

Les abus de langage par exemple, ou ce qui m’apparaît comme des abus de langage. On nous dit que l'Angleterre a joué le jeu démocratique, une question lui a été posée et elle a dit massivement " Non à l'Europe ". Vraiment ?  Avec une participation de 70%, le " non " l'a emporté avec moins de 52% des suffrages exprimés. Mais l'Ecosse et l'Irlande que l'on sait accrochés à l'Europe ont voté massivement pour rester dans l'Union avec respectivement 62% et 55,8% des suffrages exprimés. Une victoire du " non " donc, mais un Royaume fracturé, scindé en deux. Pas glorieux !  Et que dire sur un sujet aussi important d'une victoire acquise par moins de 52% des suffrages ? Qu'il aurait suffi de pas grand chose pour le Remain ne l'emporte. Peut-être juste un peu moins de mensonges et de démagogie de la part de l'Ukip de Nigel Farage et des conservateurs emmenés par Boris Johnson.  Peut-être juste un peu plus de combativité des travaillistes qui, pour le coup, ont été plus que mollassons et semblent, si on en juge par le nombre de démissions au sein du parti, le regretter aujourd'hui. Les " Anglais " auraient-ils  voté pour le " non " si les débats avaient été élargis à autre chose que les questions d'immigration et de la supposée dictature bruxelloise ? Fort possible si on en croit les nombreux témoignages recueillis depuis: " si j'avais su... ". Les " Anglais " auraient-ils voté pour le " non " si au lieu de la simpliste question posée, ils avaient eu à se positionner sur un véritable projet ? Fort possible, toujours si l'on en croit les témoignages recueillis. Et c'est là que je crois que Cameron a été en dessous de tout: N'avoir pas su, autrement que pour des raisons de politique purement politicienne, proposer une alternative aux eurosceptiques britanniques. On nous dit les Britanniques attachés à l'Union Jack, à leurs traditions, à la couronne et à leur reine, Cameron ( et les pros Brexit ) portera devant l'Histoire la responsabilité du possible éclatement du Royaume. Enfin, dès lors que les jeunes ont voté massivement pour le Remain, est-il normal que les " vieux anglais " d'aujourd'hui aient décidé de l'avenir des " vieux " de demain ? Ce référendum aura donc eu aussi le " mérite " de creuser un fossé générationnel inédit.

J'entends aussi de nombreux Français, mais pas que, oser dire que ce référendum " anglais " ne nous concerne pas, ne nous regarde pas et que nous n'avons pas à nous mêler de cette histoire ! Mais qui peut sereinement dire qu'il ne nous concerne pas et qu'il n'aura pas de conséquences sur nos vies et sur l'avenir de l'Europe ? Personne; il suffit, pour s'en convaincre, de nous lire, de vous lire, de lire nos journaux et de voir à quel point le débat politique en France, mais pas que, s'est saisi de cette question pour se convaincre du contraire. Il y aura des conséquences que l'on pressent lourdes sans savoir pourtant les cerner aujourd'hui. Et cette méconnaissance des conséquences du Brexit, méconnaissance qui se matérialise par l'absence totale de plan B de la part des dirigeants européens, est une preuve de plus que ce référendum a été de bout en bout mal mené. Le " non " a été pour tout le monde une surprise totale et c'est bien là, curieusement, un aspect positif des résultats: il aura au moins démontré l'absence totale d’anticipation de toute la classe politique européenne. Gouverner, c'est prévoir ? Ils ont tous failli.

Alors tout ceci étant dit, force reste à la loi des urnes même quand celle-ci me semble, et pour toutes les raisons évoquées plus haut, un brin  vérolée.

J'entends de nombreuses voix surfant sur le " succès " britannique s'élever d'un peu partout pour réclamer ci et là un même référendum " pour " ou " contre " une sortie de la France de l'Europe et ce au nom de la liberté des peuples à prendre en main et de choisir leur destin. Why not mais pas comme ça, pas à l'anglaise. Si référendum, il doit y avoir, si la question de notre appartenance à l'Union devait être remise en cause, pourquoi pas,  qu'on le fasse mais à la condition expresse que le " peuple " ait, avant d'aller voter, tous les tenants et les aboutissants d'une telle remise en cause.

Alain Juppé que je n'apprécie guère a pourtant dit quelque chose on ne peut plus sensé même si cela lui a valu d'être aussitôt brocardé; je cite: " On peut craindre un Frexit, c'est la raison pour laquelle je suis hostile à un référendum dans les six mois qui viennent. Un référendum est fait pour proposer une solution. ", un projet. C'est le rôle des vrais politiques, et de ceux qui prétendent devenir des hommes ( ou femmes ) d'Etat, que de construire et de nous proposer ce projet d'avenir. 

J'ose espérer que les démagogues et autres eurosceptiques à la petite semaine sauront entendre cela. L'époque n'est pas à l'aventure.

Folie passagère 3222.
Résultat de recherche d'images pour "frexit"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

86 commentaires:

  1. Et vous voilà, mon cher Corto, nous demandant de nous mettre à la traine de Juppé ? Sarko appréciera peut-être, mais moi pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ne me faites pas dire ce que je n ai pas dit, vous vous radicalisez, chère Marianne, tout Juppé qu il est, il dit encore, parfois des choses sensées.

      Supprimer
    2. c'est curieux comme les lecteurs ne comprennent que ce qu'ils ont envie de comprendre, moi non plus je n'aime pas Juppé mais il peut arriver qu'il disent des choses censées!

      Supprimer
    3. @Julie serrurier: c'est hélas souvent le cas, ils ne comprennent que ce qu ils veulent comprendre et le phénomène est amplifié quand le sujet du billet est brûlant. Je me suis même souvent aperçu qu une bonne partie ne lit qu en partie un billet et dès que quelque chose ne leur va pas, ils rentrent dans le lard sans même avoir lu la suite, suite dans laquelle, parfois, l'auteur démonte ce qui a été précédemment dit.
      Et oui, on peut ne pas apprécier quelqu un et approuver pourtant se propos quand ceux ci sont intelligents.
      Je note de plus en plus une espèce de radicalisation dans le débat politique, c'est dommage.

      Supprimer
    4. Incroyable, la même chose m'est venue à l'esprit!

      Très étonné du ton et de l'orientation de l'article... et plutôt déçu je dois dire.

      Alexei

      Supprimer
    5. @Alexei: quelle orientation ? Quel ton ? et pourquoi déçu ?

      Supprimer
    6. Cf commentaire de yoananda ci dessous. Je ne suis pas le seul à être étonné apparemment.

      Alexei

      Supprimer
  2. Vous êtes tombé dans presque tous les pièges de la propagande pro-UE.

    Il ne vous manquait que la pétition à 3 millions de signatures, y compris celle de Marion Maréchal Lepen (lol).

    Les jeunes qui ont voté ont certes voté pour rester (selon les sondage pas ultra fiables) ont surtout décidé de ne pas voter.
    Les mises en scènes des regrets ... lol
    Quid de ceux qui ont voté Bremain et qui sont bien content maintenant ?

    52% c'est ENORMISSIME alors qu'en réalité, l'adhésion à l'UE devrait être de 70/80%.

    La campagne de l'UKIP propagande ? lol
    Vous n'avez pas l'air très au courant de :
    1/ la contre propagande pro UE depuis 30 ans (pour être gentil)
    2/ l'immigration et la dictature bruxelloise sont bien au centre de la question (cf le sort des pays méditerranéens. Quand à l'immigration ... cf le maire musulman de Londres qui a du refroidir quelques ardeurs, et les villes ou les anglais se fait remplacer)

    Les pro-UE finiront par se rendre compte que ce n'est pas la fin du monde annoncée.

    Et tiens tant qu'on y est, on oublie la propagande Bremain du genre : si vous sortez c'est la fin de la civilisation occidentale ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. yoananda: la pétition a 3 millions, je l ai moi même dénoncé sur ce blog.
      Tombé dans les pièges ? Allons, allons, ou donc ?
      Je sens que ce débat, si tant est qu il puise y avoir débat, va être aussi mouvementé que celui sur le mariage zinzin.

      Et si tu me lis depuis un moment tu aurais du voir que je ne suis ni "européiste " ni eurosceptique , je n'ai même pas la prétention d écrire, ni peut etre même assez de connaissances pour savoir si il faut ou non quitter l Union. je connais ses travers, je connais ses réussites mais suis incapable sur le sujet et en l état actuel des choses de dire " oui " ou " non ".

      Supprimer
    3. @yoananda: à relire ton commentaire, je me demande m^me si tu as bien lu mon billet...

      Supprimer
    4. Je m'érige contre les insinuations comme quoi "le peuple aurait mal voté" (vous parlez de "urnes" un brin "vérolées").

      Non pas que ce ne soit pas vérolé (même si vous n'avez parlé que de la vérole brexit en omettant soigneusement la vérole bremain), mais parce que ça l'est SYSTEMATIQUEMENT.
      On peut faire exactement le même genre de remarques sur la nature du vote pour chaque élection sans exception.
      Alors pourquoi celle-ci tout d'un coup, cette fois, il faudrait en tenir compte ?
      Je ne connais pas votre blog depuis longtemps. Peut-être que vous dénoncez les votes les uns après les autres, mais, votre post ne le laisse pas deviner.

      On pourrait parler de l'élection de Hollande par exemple (ou même de Sarkozy avant) par exemple.
      Elu à (j'ai oublié le chiffre exact) 51% sans compter l'abstention, grâce au vote très polarisé des musulmans, et celui des fonctionnaires aussi, sur un programme dont les gens n'adhère souvent qu'à une poignée de points, et contre un seul autre candidat.
      Est-ce que ça signifie que les gens sont d'accord en majorité avec chaque point du programme de Hollande ou même avec sa personne ?
      Aucunement.
      Sans même parler des mensonges électoraux.
      Si on faisait de vrais sondages et stats derrières on verrait qu'il n'a strictement aucune légitimité.
      0 légitimité.

      On s'en contente. (Pas moi en tout cas, mais je suis minoritaire)
      La démocratie est une farce en plus d'être en faillite, bien avant ce vote pour le brexit.


      Mais la, pour le Brexit, bizarrement tout d'un coup on devrait se rendre compte que le jeu est un peu faussé ?

      allons donc ...

      Supprimer
    5. @Yoananda: au lendemain des élections Farage et Johnson reconnaissaient publiquement avoir menti en faisant des promesses intenables qui leur avaient permis néanmoins de faire gagner leur camp. Ça vois-tu, c'est une première dans les démocraties occidentales.
      Tous les politiciens britanniques reconnaissent aujourd'hui que pour ce referendum ce sont les questions d'immigration, mises presqu outrageusement en avant, qui ont fait l opinion et les votes. Sur un tel sujet, celui du oui ou du non a l Europe, je trouve que cela fait un peu court et c'est en cela, par ex, que je parle de vote un brin vérolé.

      Tu le dis toit même si on faisiat de sondages après vote, on verrait que 0 légitimité. Et bien moi je dis que ds le cas de ce Brexit, le resulta n a pas 0 légitimité mais qu il a été très mal amené, d'où mon vérolé.

      Supprimer
    6. Mais personne,Habsolument personne, ne veut parler d'immigration tant tellement le sujet est connoté et verrouillé
      Les merdias tentent de faire accroire qu'il y aurait un ouacisme envers les zimmigris est européens et c'est sûrement vrai
      Mais personne ne soulève le problème des zimmigris pakos ou n'haigres
      Ça DOIT rester un impensé,un informulé, ça doit rester enfoui ....
      Jusqu'au moment où ça ressort
      Et là, bonjour les dégâts !
      On pourra dire ''tu l'as voulu ,tu l'as eu !''

      Supprimer
  3. "est-il normal que les " vieux anglais " d'aujourd'hui aient décidé de l'avenir des " vieux " de demain ?"

    C'est une question que je me suis souvent posée; serait-il tellement absurde que, de même qu'il y a un âge minimum pour pouvoir voter, on institue aussi un âge maximum ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Elie Arie

      Mais vous même,Élie,du fait de votre âge,trouveriez vous normal que l on vous interdise de voter car considérant que vous n êtes plus apte à émettre une opinion sensée?
      Serait ce juste?

      Supprimer
    2. @Géo et Elie arié qui ne devait plus revenir ici: la question est difficile, je sais juste qu aux dernières élections en France, je votais par procuration pour une personne agée ( 89 ans ), car pour elle voter c'était important mais elle me précisait: tu votes ce que tu veux, moi j y comprends rien.

      Supprimer
    3. @ Corto
      Bon, bon, je m'en vais pour de bon.

      @ Geo
      C'est vrai que j'ai tendance à privilégier les votes qui ne menacent pas trop ma retraite...ce qui n'est pas forcément le mieux pour l'avenir du pays.

      Supprimer
    4. Géo

      Bonjour Corto,

      Mais je connais des personnes âgées très conscientes de ce qui se passe.En outre,quand on voit comment les gens peuvent aussi se laisser berner par les promesses tenables exclusivement à la venue des coquecigrues!...
      On se demande alors qui devrait être interdit de vote...en plus des gens âgés.
      La question de la valeur de la démocratie pourrait alors être discutée à ce compte.
      Le commentaire de Lepoilux plus bas cite les menaces dont les Britanniques firent l objet.Celà a pu jouer et je pense et j'espère que celà a vraiment joué.

      Quant au fait que les nationalistes aient reconnu en Angleterre que certaines promesses n étaient pas réalisables,
      C est une première,en effet,car tous leurs opposants pro-européens qui nous bassinent à longueur de temps avec une merveilleuse U.E. de conte pour enfants mentent tout le temps mais ne l avouent jamais!

      A mon sens,ce Brexit est un de ces gros grains de sable dont j'ai déjà parlé ,survenu parce que la part du "hasard " dans l Histoire intervient toujours alors que les plans les mieux élaborés mis en route,ici pour asservir des peuples, semblaient se dérouler sans trop de heurts et avec des moyens colossaux.
      (Je suis persuadé que l U.E. est condamnée,mais ceci est seulement mon avis personnel,de même que leurs plans malveillants à notre égard finiront par échouer).

      Supprimer
    5. et puis quoi encore ? j'ai bientôt 70 ans et j'ai le droit d'exprimer mes idées, aussi folles soit-elles pour certains, que des jeunes où des moins jeunes ,c'est notre liberté, je paie mes impôts, je participe encore à la vie de mon pays et je voudrai bien voir qu'on m'empêche de voter, si, de mon plein gré, je ne vote pas, c'est aussi mon choix , certains développent des idées vraiment !!

      Supprimer
    6. @Boutfil: oui, hein, franchement, y en a vraiment des qui poussent le bouchon un peu loin, non ?
      Bisous

      Supprimer
  4. Géo

    Au sujet du vote des "anciens" :

    Les jeunes générations n ont pas connu l avant U.E.
    Qui nous dit que l Angleterre ne s en sortirait pas mieux sans l Europe?
    C est déjà une entité à part de l Europe.
    Et si l on commence à décider que les gens âgés n ont plus droit au chapitre,pourquoi ne pas décider ensuite que les ouvriers et paysans,par exemple,n auraient plus droit de voter,sous prétexte fallacieux que considérés inaptes à faire de bons choix car pas assez instruits?
    Et puis pourquoi ne pas rétablir le suffrage autorisé selon le revenu du votant?
    Seuls les plus aisés,réputés les seuls capables de ne pas se tromper,voteraient,à condition de ne pas être trop âgés?

    Assez fallacieux de discréditer les votes de gens qui portent quand même une mémoire historique à eux seuls!

    Tout cela n est qu argument pour essayer de trouver une façon d annuler le Brexit.
    D ailleurs,ne savait on pas le nombre de gens âgés au Royaume Uni avant ce vote?
    On découvre subitement qu ils seraient gagas et incapables de raisonner pour pouvoir voter?
    Sont ils tous sous tutelle ou curatelle?
    Le président de Goldman Sachs a lui aussi critiqué les vote des plus âgés.
    A propos,toi et plusieurs de tes complices,
    Quel âge avez vous,président de G.S?
    Alors,du balai!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je plussoie,Géo...
      Comme vous dites,quel dommage que ces cochons de péquenauds,de mâles de plus de 50 ans et toute cette masse du populo ignare aient encore le droit de voter!
      Ce serait tellement plus démocratique si Messieurs Attali,BHL et leurs sbires étaient les seuls à voter...sans aucune limite d'âge pour eux,naturellement.

      Vendémiaire.

      Supprimer
    2. Géo

      Et G.Sachs devrait plutôt nous causer de l abysse de ces 247000 milliards de dollars auquel les plus grandes banques us sont exposées par ces montages géniaux de produits dérivés,sans compter la Deutche Bank et nos bonnes vieilles banques systémiques françaises et toutes les autres.
      Et les dettes des États!

      L UE et les USA ça va faire très mal quand ça va dévisser tout ça.
      Pendant ce temps,nos belles "élites" s'inquiètent du fait que les gens puissent avoir le droit de s exprimer en votant.

      Supprimer
  5. L'outrance et les menaces ont été la toile de fond de cette campagne; tout le monde s'y est mis: Cameron, logiquement puisqu'il est Anglais, mais aussi Junker, Merkel(un peu moins), Hollande (par bêtise), mais en plus Obama, qui n'y est pas allé avec le dos de la cuillère.
    Le résultat leur a donné la même gueule que les militants socialistes lors de l'élimination de Jospin.
    Il a fallu ranger le champagne et les petits fours!
    Aujourd'hui, on assiste à la vengeance des petits:Hollande qui veut le départ immédiat des Anglais et, pour résumer, le tonitruant Quatremer qui souhaite que la séparation soit douloureuse.
    Que de belles mentalités, en somme; mais quand on est piètre danseur, on ne va pas au bal.
    Et puis, il y a les Ecossais.
    Ah les braves couillons qui ont eu l'opportunité de se libérer de la tutelle anglaise et qui, aujourd'hui veulent rester sous la férule de l'Europe!
    Il est vrai qu'il n'y a de meilleur esclave que celui qui se croit libre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question : savez vous reboucher les bouteilles de champagne ?
      Réponse : va demander à Behachele

      Supprimer
  6. Je serais assez curieux de savoir comment les analystes politiques ont réussi à savoir ce que les jeunes ou les vieux ont voté.
    Il y avait une case à cocher, jeune , vieux.
    L'immigration massive de soit disant réfugiés à peut-être fait pencher la balance vers le out.
    Les anglais ont peut-être voté contre la bureaucratie bruxelloise qui ne vivent pas dans le même monde que la majorité des européens.
    Ils devraient descendre de leur château dans les nuages.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il apparait justement que si les jeunes étaient pour le maintient ils ne se sont pas donnés la peine d'aller le dire,leur participation a été quasi nulle(je n'arrive pas à retrouver les tableaux)grosse blagues les vieux contre les jeunes,et tellement facile

      Supprimer
    2. Les jeunes se sont abstenu à 75%,donc bien fait pour leur gueule

      Supprimer
  7. 52%, oui mais sans Jo Cox cela aurait ete 60% ;-)

    je me fout un peu de l'UE, elle a peu de legitimite mais on peut vivre avec, par contre l'euro, il faut s'en debarasser ou cela va mal finir, baisser les salaires, faire des "reformes" ne suffira jamais (et est presque impossible en France) a compenser les 20-30% de competitivite que coute l'euro a la France par rapport a l'Allemagne.La France se fait saigner.

    Je suis assez outre des comportements face aux anglais, surtout par ceux la meme qui leur chantaient des louanges il n'y a pas une semaine.Bande d'enflures sans memoire, les Anglais contrairement aux Francais sont un grand peuple.

    RépondreSupprimer
  8. "est-il normal que les " vieux anglais " d'aujourd'hui aient décidé de l'avenir des " vieux " de demain ?"
    Je n'ai aucune réponse concernant les Anglais.
    Par contre nanti du titre qui m'honore, de "vieux Français", je puis affirmer que depuis qu'il m'a été permis de voter, je ne l'ai point fait pour les disparus. le temps ne fait rien à l'affaire.
    => https://youtu.be/i3FTzRoHLgA
    Francis

    RépondreSupprimer
  9. Tiens,et puis encore cette autre pour faire plaisir à Jacques Attali et à ses amis...
    A l'avenir,on maintiendra le droit de vote mais à certaines conditions.
    On écartera du vote certaines catégories d'électeurs dès que la question engagera l'avenir des jeunes générations.
    On pensera également à écarter du scrutin les ennemis du genre humain et du progrès obligatoire,dont on sait qu'ils votent toujours mal,de toute façon.

    Orwell n'avait pas osé l'imaginer,dans ses pires cauchemars,Attali y pense sérieusement et le dit...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
  10. Si le résultat du référendum avait été pour le Remain, il est évident que personne ne parlerait de ses dangers. On est entrain d'assister à une vaste campagne d'intimidation des Européens en général et des Français en particulier. Les Brexit sont vieux, dangereux moches et cons. Mais il arrive que certains lisent et se font une opinion.

    A méditer :

    " Le constat est sur la table tous les jours. Il y a, au minimum, une déception formidable, partagée par la majorité des Européens. La construction Européenne telle qu'elle existe aujourd'hui est un échec français au sens où c'est l'echec d'un projet voulu par les Français, donc dur à reconnaître pour la France. Les Français ont été à l'origine de la construction européenne et à l'origine de son fourvoiement, avec Mitterand et Delors. Elle est un échec cuisant autant qu'inavouable pour les élites françaises qui ont misé sur un projet qui a surtout montré leur incompétence sur beaucoup de plans, pour aboutir enfin à un désastre : la France y a perdu son influence, elle ne pèse plus grand-chose et la promesse faite aux Français est bafouée tous les jours? Résultat : une crise politique chronique, un divorce sans issue entre les populations et des gouvernants prisonniers des engagements européens consentis par la France, qu'ils n'osent ni renier ni avouer pour ce qu'ils sont. Le triste quinquennat de François Hollande en est la pathétique illustration."

    Extrait de " Comprendre le malheur français ", entretien entre Marcel Gauchet, Eric Conan et François Azouvi.

    Pour les Anglais, je trouve qu'ils ont eu raison de s'extraire de ce piège infernal. D'ailleurs, ils ont toujours pris dans l'UE ce qui les arrangeait et laissé le reste. Je trouve scandaleux les interprétations méprisantes qui est faite de leur vote . Mais encore une fois je comprends très bien les motivations de ceux qui le font

    RépondreSupprimer
  11. "L'époque n'est pas à l'aventure." Pourtant les européïstes nous ont embarqué dans une aventure hasardeuse dont ils nous imposent les péripéties sans nous laisser la possibilité d'intervenir. Alors aventure pour aventure...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pharamond: si par aventure pour aventure, tu entends: on fait exploser le bousin et on voit ce qui surgira du grand nuage de fumée, c'est pas mon truc car je suis persuadé que le chaos, peut être provisoire qui s ensuivrait, serait monstrueux. par contre, si tu entends que nous devons construire un autre projet valable et validé qui permettra a l actuelle UE d'évoluer dans le bon sens ( quitte a réduire son nombre de membres ), voilà qui intéresse.

      Supprimer
    2. Tout ce qu'on voudra, mais plus ce truc qui nous conduira de toute manière au gouffre. Alors va pour une UE différente avec moins de monde et plus de souveraineté des nations (mais je n'y crois plus) ou même l'explosion du bousin pour voir ce qu'il en naîtra (ça va faire mal, mais de toute façon ça fera mal).

      Supprimer
  12. Une petite info pour commencer : la Reine est déjà allée en Écosse et en Irlande du nord depuis le vote ;) ... Et 2 èmement les gens ont voté contre l'UE pas contre l'Europe :D .. En gros marre des diktats de merckel hollande, et de l'hégémonie juncker obama ( et goldman sachs) ... Bon pour ce qui est des référendums rejetés ici ou là : c'est évident que le résultats serait le même : Espagne France Italie Danemark etc .. Personne n'a oublié comment est traitée la Grèce depuis des mois :( ... Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo


      @Annette Lanonymette

      Goldman Sachs!

      C est que...attention.
      Tous ces gens là nous font la morale,mais quand on leur demande comment ils vont gérer le péril des produits dérivés (plus de 550000milliards de dollars dans le monde,dont 247000milliards pour 5 grandes banques américaines,
      Tous ces gens nous disent qu il n y a rien à craindre car les risques ont été répartis un peu partout dans le monde!!!(pour être dilués,en quelque sorte).

      Faire confiance à ÇA et à toute cette clique affairiste qui prétend décider pour les peuples!
      Déjà pas foutus comme le soulignait Corto de prévoir un plan B en cas de Brexit.

      Supprimer
    2. @Annette: le résultat serait le même, je ne sais pas. Possiblement si d ici 6 ou 12 mois on s'aperçoit que l Angleterre hors UE ne s 'en sort pas plus mal qu'avant.
      Perso, je suis favorable à une union européenne mais pas à celle que nous subissons depuis des années.

      Supprimer
  13. Il ne faut pas torturer les chiffres, le référendum est valide. Nos derniers députés ont été élus avec 25% des votants en élections partielles, ils n'en ont pas moins le droit de voter des lois. Je récuse aussi les fausses promesses d'un camp ou de l'autre, chacun sait que le corollaire de la démocratie est la démagogie. Je reçois par exemple l'argument qu'une question complexe ne peut pas avoir de réponse binaire et qu'un référendum n'est pas le mieux adapté. La seule solution raisonnable était de ne pas l'organiser, on ne saurait dégoupiller une grenade et s'étonner qu'elle vous saute à la figure. La solution serait peut être de faire de nouvelles élections aux Communes pour voir si la majorité qui s'en dégage est favorable à la sortie. Le parlement actuel n'a plus la légitimité pour infirmer ce scrutin, mais un nouveau l'aurait.

    Il faut désormais songer à l'après, à la procédure de divorce. Il faudra être pragmatique, et je ne sens pas Mimolette dans ce rôle.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Nain: bien d accord avec l essentiel de ton commentaire mais on ne m enlèvera pas de l idée que ce referendum a été rudement mal mené, la meilleure preuve étant que personne, pas même Farage qui se confiait en ce sens vers 22h30 le jeudi soir, n'avait envisagé un instant que le résultat ne soit pas celui escompté.

      Supprimer
  14. Effrayant de voir les gentils pro-union européenne se déchainer contre les britanniques... ( sans jeu de mot le Point est en pointe en la matière)
    La Grande Bretagne va quitter l'Union Européenne mais elle reste constitutive de l'Europe et les échanges commerciaux ne vont pas s'arrêter nets, il va falloir les négocier autrement.
    C'est prévu dans le traité de Lisbonne comme il est prévu que c'est le membre sortant qui notifie sa décision au Conseil de l'Europe.
    A voir toutes ces agitations, ces exhortations, ces injonctions de faire au plus vite de la part notamment de la France et de son formidable Ministre des Affaires Etrangères, on pourrait croire que ce sont les membres restant qui ont la main, c'est faux.
    Certes, 52% ce n'est pas un oui écrasant mais c'est un oui, et ou bien la majorité absolue d'un vote a du sens ou bien elle n'en a pas mais cela ne peut se modifier au gré de l'humeur de chacun, de la question ou de la réponse ou du sens du vent.
    Les Ecossais notamment doivent régler leur position dans le Royaume-Uni avant d'évoquer une adhésion personnelle à l'U.E.
    Une autonomie écossaise pourrait donner des idées à d'autres régions en Europe chatouillées par le séparatisme.
    Cet ébranlement de la grande famille européenne si pleine d'amour, de bisous et de générosité peut être l'occasion de régler certains petits différents notamment en matière de mouvements migratoires mais pas seulement et en cela être bénéfique, non...?
    Certains anti-Brexit ont eu les nerfs qui lâchent tels BHL, Jacques Attal ou Jean Quatremer et la figure révélée de l'européisme s'en est trouvée un peu abimée... les britanniques se sont tout à coup retrouvés vieux, rabougris, rances, moisis, xénophobes, racistes et petits blancs, tout cela pour avoir dit non à une U.E. dont ils se sont toujours défiés.
    Une telle agressivité est révélatrice de l'infinie prétention de beaucoup d'europhiles et de leurs dévoués médias à être dans la seule vérité possible, celle qui ne souffre aucune remise en question, c'est très socialiste comme prétention et c'est assez insupportable...
    J'avais lu me semble-t-il que Alain Juppé était hostile à un référendum sur le sujet point, mais bon, ce n'est pas essentiel.







    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Libresechanges: quoi d’étonnant à cette agressivité. Le Brexit représente pour tous les gens que tu cites la pire entorse faite à un truc qu'ils défendent corps et âmes depuis des lustres. La crainte de l'effet domino les effraie, il ferait voler en éclat ce qu'ils ont mis, avec ou sans le consentement des peuples, des années à construire. Sans compter tous les avantages, prébendes, rémunérations et autres pouvoirs qu'ils ont à perdre. Rajoutes à cela la peur d'un grand saut dans l inconnu et tu auras nettement moinsde mal à comprendre la panique qui les saisit depuis jeudi dernier.

      Supprimer
    2. Géo

      Oh alors,si BHL perd ses nerfs,c est que le Brexit est très bon pour nous!
      Un signe qui ne peut tromper.
      BHL c est le canari inversé dans la mine.Si il s étouffe,alors on peut y descendre ça ne craint pas ou moins que de rester en surface.

      Supprimer
  15. Que vous le vouliez ou non, mon cher Corto, en votant pour le Brexit les Britanniques ont fait un choix. Ils ont fait le choix d'être les maîtres de leur destin. Ils ont privilégié leur Nation, leur souveraineté et leur identité, en prenant le risque de quelques inconvénients qui, vue la santé de leur économie, seront sans doute passagers.
    Le pire ne sera pas pour eux, mais bien pour cette UE qui craque de toutes parts.
    Aurons-nous le même courage ? Vous voudriez que non. Je souhaite que oui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Encore une fois vous me faites dire ce que je n ai ni dit ni écrit: Où avez vous lu que je ne voudrais pas que... Dites-moi.

      Supprimer
  16. Et j'ajoute, mon cher Corto, qu'il est urgent de ne plus écouter un seul de ces hommes politiques qu'il soit de droite ou de gauche - qui tous sont en campagne électorale et ont commencé leur enfumage, hélas, avec un certain succès - mais plutôt de lire cet article "magistral" d'Aristide.

    http://aristidebis.blogspot.fr/2016/06/brexit-et-apres.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: je note que pour quelqu un qui professe de ne pus écouter un seul de ces hommes politiques, vous semblez passer tout de même beaucoup de temps à le faire, je crois même que dans un précédent commentaire vous me recommandiez de + écouter Philippot.

      Quant à l article d'Aristide, heureusement qu'il est dans ma blogroll, j aurais pu ne pas le lire sans cela.

      Supprimer
  17. Voilà,il y a quelque chose d'insupportable pour moi à voir les réactions hystériques de ce Juncker(son médecin devrait lui changer ses gouttes) et les leçons de morale que ne se prive pas de donner à David Cameron,transformé en bouc émissaire du Brexit,notre gros Savamieux avec ses 15% de confiance dans l'opinion pour toute légitimité.

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vendemiaire: Cameron a tout de même assuré qu'avec toutes les concessions que l UE lui avait faites, il n y aurait pas de sortie de l'UE, il se trouve que et lui et les Juncker se sont plantés, il faut donc un bouc émissaire, Cameron étant, pour l instant le seul a partir, il est logique que nos Bruxellois qui restent à leurs postes le désignent comme responsable.

      Supprimer
    2. Le plan de Cameron a foiré, parce que ce que les médias ont présenté comme des concessions de l'UE, n'étaient pas de réelles concessions.

      Les politicards ont tenté d'entuber les britaniques en essayant de leur faire croire que Cameron avait obtenus ce qu'ils voulaient.

      Or ils n'ont pas été dupes. Ils ont bien vu la maigreur des concessions.


      Enfin, on en parle peu en france, mais une des raisons principale du Brexit est l'immigration incontrolée de l'UE.

      Mais ce n'est pas très Charlie, ni bisou bisou de parler de ca en france.
      Donc on nous le cache.

      Supprimer
    3. @Meladius: Pas d accord, il m a plutôt semblé que en Angleterre l'immigration a été largement évoqué par les pro-Brexit pour faire pencher les votes de leur cotés et en France, les medias ne se sont pas privés de dire que les pbs liés a l immigration avaient été " surjoués " par les pro brexit

      Supprimer
    4. Oui, nos médias ont bien dit que le CAMPS des partisans du brexit a joué sur les peurs, dont la peur de l'immigration.
      Sous entendant bien sur qu'il s'agit d'une peur infondée ...
      Mais c'etait noyé dans d'autres explications.


      Mais nos médias n'ont jamais admis, que c'etait bien une des raisons principale pour les GENS de voter le Brexit.

      Ils nous expliquent que les GENS qui ont voté le brexit sont des CONS, IDIOTS, PLOUCS, nationalistes, ...

      Jamais ils n'admettent qu'IL Y A BIEN un probleme d'immigration de masse et que ca a énormément joué dans la décision de pas mal d'electeurs.

      Supprimer
  18. Pour terminer la journée en beauté et pour la bonne bouche,voici la citation de Juppé,dont je fais une autre interprétation que toi,Corto...

    Reprise de l'Immonde et d'un internaute sur un autre site:"« Il y a des moments historiques où les hommes d’Etat ne sont pas faits pour suivre l’opinion. Ils sont là pour la guider : voilà ce que nous pensons et ce que nous proposons à nos peuples et à ce moment-là, il est possible d’organiser un référendum. Pas avant. ».

    Ben mon colon! alors là merci Bwana Juppé!
    A vos ordres Conducator techno! je voterai comme tu me diras de voter et au moment où tu le décideras: Moi y-en-a pas bien compris,Bwana,mais toi bien expliquer à moi,avant et moi,bien voter après!

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vendemiaire: mais encore une fois Juppé ( que j apprécie toujours pas ) ne dit pas une connerie. Nombreux sont les moments historiques où des hommes d'Etat ( parfois en devenir ) n'ont pas suivi ni l opinion du peuple, ni même parfois son manque d'opinion ou sa passivité. Par contre, pour la suite de sa phrase, effectivement il peut repasser.

      La qualite d un vrai homme d Etat comme on en fait plus est de savoir imprimer un mouvement au peuple, donner une direction au pays en expliquant ce qu il veut faire et comment il le fera. Après, il n a plus qu a tenir parole... sauf quand des évènements historiques, des circonstances particulière l’amènent à changer de politique et de chemin. mais dans ce cas retours à la case départ. Et dans tou les cas , validation de ses choix par le peuple.

      Supprimer
    2. Géo

      @Vendémiaire

      Juppé a parlé d hommes d État pour décider pour les peuples.
      Mais où sont ils,les VRAIS "hommes( ou femmes) d ÉTAT"?

      Supprimer
  19. Quand le mur de Berlin est tombé, mon cher Corto, il a dû y avoir les mêmes cris d'orfraie et la même panique chez les dirigeants d'Allemagne de l'Est que chez nos très antipathiques élites européistes. Et peu de temps après c'est l'URSS qui s'est effondrée.
    Là c'est pareil, aujourd'hui on a un Brexit qui signe irrémédiablement la fin plus ou moins proche de cette UE honnie par les peuples qui n'en peuvent plus.
    Certes les élites renâclent, eh bien, qu'elles renâclent !

    RépondreSupprimer
  20. Allez : un petit cadeau d'adieu :

    La Grande-Bretagne ne doit pas trop se faire d’illusions : on ne brexite pas impunément. Une fois sortie, elle sera traitée comme ce qu’elle sera, "un pays tiers, extérieur à l’Union" : lors de son second point de presse, lors du Conseil européen de Bruxelles qui s’est poursuivi ce mercredi 29 juin, mais sans l’Anglais David Cameron, François Hollande a lourdement insisté sur la fermeté qu'il faudrait opposer aux demandes britanniques. Avec un certain entrain, qui contrastait avec la tristesse affichée la veille, quand le Premier ministre britannique était encore dans les parages.

    S’il veut accéder au marché intérieur, comme c’est le cas aujourd'hui de la Norvège, le Royaume-Uni devra accepter les quatre libertés : circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes. Il ne peut pas garder les trois premières et écarter la quatrième. Il devra par ailleurs accepter toutes les règles et obligations du marché intérieur, à commencer par l’obligation de contribuer financièrement à son fonctionnement et à ses règles.


    Certes, le président français, qui doit prochainement accueillir David Cameron lors de la commémoration du centenaire de la bataille de la Somme, a insisté sur le fait la France garderait "des liens étroits avec la Grande-Bretagne. Un tunnel relie les deux pays, ainsi que de nombreux échanges universitaires, industriels et dans la défense", a-t-il rappelé. Mais aucun cadeau ne lui sera fait. Ainsi, le président français a clairement indiqué que la place de Londres allait devoir mettre fin aux juteuses activités financière sur l’euro. Il a rappelé que la situation actuelle - le fait de permettre à un pays hors zone euro de faire des opérations en euro - était déjà "exorbitante", et qu'elle avait été acceptée au terme de "toute une procédure". Mais, en cas de Brexit,
    "il n’y a aucune raison pour l’Europe, et encore moins pour la zone euro, de permettre à un pays tiers de continuer à faire des opérations en euro. Il n’est pas possible de garder des 'acquis' : pour des libéraux, cela n’a pas l’air facile à admettre. 'Tout ce qui est à nous est à nous, tout ce qui est à vous est négociable' ? Ben non, ça ne marche pas comme ça.



    Pour François Hollande, la fermeté européenne dans cette affaire du trading en euro peut avoir des vertus pédagogiques, puisqu'elle montrera concrètement ce qu’on risque de perdre en quittant l’Union. Il a invité les places financières continentales à se préparer à récupérer des marchés que devra abandonner la City.

    La suite ici :

    http://tempsreel.nouvelobs.com/brexit/20160629.OBS3624/a-bruxelles-hollande-bombe-le-torse-face-aux-britanniques.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      François Hollande et ses propos sont bien risibles et non crédibles tout de même.
      Quand on est incapable de juguler un déficit record et de diriger un Etat,peut on décemment se permettre de faire la morale aux autres sur des sanctions financières et assimilées?

      Voir comment la France est traitée par l u.e. et les USA.
      Ni plus ni moins qu un valet aux ordres.
      Et c est un larbin soumis sans pouvoir ni prestige qui bombe le torse face aux Britanniques,
      qui,de par leur Histoire,ont déjà prouvé que les menaces ne les intimident pas car ils sont capables de faire front.

      Supprimer
    2. Hollande ou la fermeté d'un mollusque ! pitoyable ...lui qui a été incapable de tenir ses promesses en France et en Europe.

      Lui qui n'aime pas la finance aimerait bien récupérer sans rien faire comme d'habitude "des marchés que devra abandonner la City".. Comme tout bon socialiste il use de l'art de récupérer sans rien faire et en faisant la leçon en plus aux autres !
      Il faut dire qu'il vide les caisses plus vite que son ombre le coquin pour son électorat ( enfin ce qu'il en reste .. 12% c'est la Gloire!)

      Qu'il ne bombe pas trop le torse .. Il risque de se bloquer le dos le Rambo des comptoirs.


      Supprimer
    3. Quoiqu'en ait dit notre gros nigaud de président, la City qui accumule des compétences et qui est une place dominante depuis le XVIIIème siècle, n'est pas transportable ailleurs, et surtout pas à Paris avec tous les problèmes fiscaux et juridiques liés à la place de Paris. Je vous parie qu'avant que nos élites aient mis un terme à leur crise de nerfs, elles s'apercevront que tous les financiers continuent à utiliser la place de Londres comme si de rien n'était.

      Supprimer
    4. @marianne: J aimerais être sûr que seules nos élites aient des crises de nerfs.

      Supprimer
  21. Pour plus d'information sur se qui se passe au royaume uni, une petite vidéo de Stefan Molyneux postée fin Mai au sujet du Brexit :

    https://youtu.be/7zc_q9p9iYg

    Les faits, rien que les faits. Tout le reste c'est de l'idéologie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      A anonyme

      Vidéo trés intéressante.

      Et bien voilà!

      Les jeunes ayant voté contre le brexit ne font pas partie des classes défavorisées.
      Les anciens se sont souvenus de leurs morts pour défendre la patrie et ne veulent pas d un nouvel empire étranger qui vienne faire sa loi(et celà,depuis l empire romain,c est la règle),et l on n a pas apprécié Obama et ses menaces(même Trump a du succès aux USA contre des Hillary Clinton et compagnie car la volonté populaire se réveille aussi là-bas).
      Godzilla n est pas dans les rues après le vote.
      Les fascistes veulent annuler le referendum,la loi du marché n est pas appréciée là-bas,meme l équivalent du parti communiste reconnait le trop-plein d immigration,la paupérisation des autochtones et leur exil vers le nord
      ...et la Bourse ne s est pas effondrée!

      La barrière des langues est bien pratique pour mentir aux Français et aux autres et faire prendre des vessies pour des lanternes en faisant passer les anciens pour des débiles.

      Supprimer
  22. Bonsoir,
    Les commentaires vont bon train ce soir chez Corto.
    Surprise par la teneur de l'article du jour par trop... pro-Union-Européenne, je ne me satisfais pas de cette dictature molle qu'elle est devenue.
    Il me semble qu'Eric Verhaeghe qui voit clair dans les manipulations que les élites bâtissent pour que leurs prébendes ne leur soient pas retirées : www.eric-verhaeghe.fr/brexit-gouvernement-profond-tente-de-reprendre-controle-de-situation/
    Sachons tous garder nos nerfs dans la tourmente actuelle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dame Ginette: ah non, pas vous ! ce billet n a rien de trop pro UE pour la simple raison que son auteur n'est pas specialement pro européen, en tout cas pas pro l'UE qu on nous fait.
      Ceci dit, oui, vous avez raison, certain(e)s devraient garder leurs nerfs...

      Supprimer
    2. Merci, Dame Ginette, pour ce lien fort instructif. Espérons qu'il ouvrira les yeux de notre Corto qui semble être tombé dans ce piège où on se permet de discuter, après un référendum, de qui a voté quoi, et de vouloir transformer des gagnants en perdants, sans s'apercevoir que, ce faisant, on sort du régime démocratique pour entrer dans autre chose qui fait froid dans le dos. Ce qui est confirmé par le lien de Lowcarber, juste un peu plus bas.

      Supprimer
    3. @Marianne: " où on se permet de discuter,etc... " Mais n'est-ce pas ce que l on fait après chaque élection, en discuter. Et s'il vous plait , mon intelligence n'est pas un obstacle à la confrontation d idées mais essayez au moins de ne pas me faire dire ce que je n ai pas dit, écrit ce que je n ai pas écrit et ne pas insister sur ce piège dans lequel je serais soi disant tombé, là , oui, vous insultez mon intelligence.

      Supprimer
    4. Loin de moi l'idée "d'insulter votre intelligence", mon cher Corto, mais convenez tout de même qu'il y a une différence entre procéder à l'analyse d'un scrutin après coup - ce qui est normal - et exiger qu'un scrutin soit annulé quand le résultat n'est pas celui escompté en haut-lieu, comme c'est devenu une habitude dans le cadre de l'UE.

      Supprimer
    5. @marianne: me voici ravi de voir, si je vs comprends bien, que vous ne me prêtez plus le souhait de voir annulé ce referendum. Annulation qu'à aucun moment je n ai souhaité. Dans ce billet, que dis-je finalement ? Que ce referendum a été d une part extrêmement mal amené par ceux qui souhaitaient le remain et fort bien mené, mensonges y compris, par ceux qui souhaitaient le Brexit. Toute autre interprétation ne serait qu interprétation malveillante.
      Quant à me supposer " européeiste " là aussi, ce ne serait que stupidité et méconnaissance totale de ce que je peux penser de l'actuelle UE.
      Pensez, svp, a tempérer vos propos, méfions nous du sectarisme que nous savons si bien pointer chez les gauchistes, sectarisme qui semble gagner beaucoup de terrain " à droite " ces temps-ci

      Supprimer
    6. A mon tour, mon cher Corto, de vous demander où et quand, j'aurais fait preuve du moindre "sectarisme" ?
      Et quant à "tempérer mes propos", vous n'êtes pas sérieux j'espère ?

      Supprimer
    7. @marianne: je suis toujours très sérieux mais plutôt que " tempéré " disons: soyez moins tranchée dans vos jugements et restez ouvertes aux opinions des autres, plus que jamais par les temps qui courent, surtout quand ces autres-là sont globalement du même " camp " que vous

      Supprimer
  23. limite d'âge pour voter ? Alors, un QI minimum et puis, et puis... le suffrage censitaire, tiens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui... Pourquoi pas, après tout!
      Il peut être logique qu'uniquement ceux qui participent aux finances de la Nation puissent participer à son destin.
      On pourrait bien rigoler.

      Supprimer
  24. et juste apres le Brexit, Junker veut se passer des parlements.Dingue
    http://www.cncd.be/La-Commission-europeenne-veut

    RépondreSupprimer
  25. Je viens de passer cette semaine à Londres et jamais je n'avais vu la ville comme ça. Les gens ne savent plus ce qui leur arrive.
    Le Brexit d'abord, puis la grosse claque au foot, la Livre sterling qui plonge, l'implosion de l'opposition travailliste, la démission du Premier Ministre, Boris Johnson qui semble maintenant se défiler, le Sun qui commence maintenant à "expliquer" à ses lecteurs que la sortie n'aura pas que des avantages (après avoir fait campagne pendant des années contre l'EU).... Les jeunes de Londres sont en ébullition.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: merci pour ce témoignage que certains devraient lire

      Supprimer
    2. Géo

      @Blaise de Montluc

      La Bourse de Londres s est reprise.
      Les banques étrangères avaient menacé de quitter le Royaume Uni si le Brexit avait lieu,mais la chute de la livre sterling a un effet dopant sur des sociétés anglaises notamment les exportatrices,c est une opportunité pour des investisseurs étrangers à investir en Angleterre.
      Les conséquences risquent d être mauvaises plutôt pour la zone euro,du fait des risques d implosion du systeme, anticipés par les investisseurs.

      La vidéo en anglais de Molyneux dont j ai repris des mots cités n est pas celle d anonyme je l ai vu après,mais ultérieure au Brexit et parle de reprise et d effacement des pertes boursières(+2 pour 100 le 29 juin)et aussi des jeunes qui ont voté contre le Brexit et qui ne sont pas des plus pauvres,ce sont peut être bien ceux là qui sont en ébullition.
      La vidéo évoque le rejet de l oligarchie financière par la population malgré les menaces de Obama qui ont incité à voter...pour le brexit.
      "Stephan Molyneux-Brexit youtube"


      Supprimer
    3. Géo

      J ai vu cette vidéo:

      "Brexit.aftermath Paul Joseph Watson and Stephan Molyneux"

      Supprimer
  26. L'une des leçons importantes du Brexit est que l'Européisme menace la démocratie.

    RépondreSupprimer
  27. "Sachons raison gardé" disait le pompier pyromane...
    Je ne suis pas d'accord avec la conclusion. Le problème n'est pas anglais ; les problèmes sont provoqués par les éléments extérieurs : européens, américains ou financiers.

    Je prendrais l'exemple de la dissolution de la Tchécoslovaquie :
    - pas de référendum à 70%
    - des enquêtes d'opinion qui montrait qu'une large majorité dans les 2 parties ne voulait pas de dissolution
    - des partis séparatistes qui dépassaient à peine le tiers aux élections

    La dissolution fut cependant prononcée, mais il n'y eut pas de menaces de sanctions, on ne complota pas pour des revendications territoriales, il n'y eut pas d'articles de propagande pour ou contre la séparation.
    On mis un couvercle en attendant que les affaires se tassent.

    La radicalité ne serait pas du coté du camp posant un ultimatum ?
    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: je n en démords pas, une partie du pb de ce brexit est bien anglais: tout montre qu ils n'ont pas pris en compte tous les tenants et les aboutissants de ce référendum, plus prosaïquement, je dirais qu ils ont voté à la légère. ( lire le commentaire de Balise plus haut ).
      Pour le reste, ns sommes d accord

      Supprimer
    2. Géo

      @Corto

      "...voté à la légère"

      Peut être qu Obama n aurait pas du les menacer?
      (On peut les comprendre,on peut aimer narguer ceux qui menacent même si l'on peut en subir des conséquences.
      Le plaisir de dire m....!)

      Supprimer
    3. @Corto

      Les anglais auraient voté à la légère.. comme les français avec Hollande?

      Pas sur du tout.. Moi je crois plus que médias, politiques voire financiers ne pensaient pas que le peuple pourrait voter autrement que ce à quoi ils pensaient eux. Cela aurait arrangé tout ce beau monde.. Et je trouve rassurant aussi que quelque part les hommes et les femmes ne soient pas des moutons… C'est un avertissement sans frais!

      Ce peuple a une tradition d’indépendance (et de courage) …. L’Europe ne représente pas vraiment cela bien au contraire. C’est devenu un super état socialisant technocratique au service d’idéologies douteuses et géré par des gens grassement payés mais loin du peuple, du terrain et des réalités.

      Merkel et l’immigration a lance un très mauvais signe alors que bien des pays (dont la France) n’en peuvent plus… En outre, l'on impose l’acceptation de cultures différentes bien loin des nôtres en mettant en péril l’avenir nos propres enfants .
      Hollande et sa façon de refuser les directives européennes dès 2012, sa politique sociale délirante et son projet économique creux a certainement affaibli l’Europe et son image. Europe dont l’un de ces fondateurs n’en faisait qu’à son aise sans vouloir à priori faire d’efforts. Hollande un prétentieux arrivant de nulle part ne l'oublions pas qui a créé la risée généralisée.
      N’oublions pas l’élection Autrichienne ou le peuple a aussi quelque part sonné une alarme. Même si le résultat final n’était pas celui annoncé, la aussi les populations sont excédées !

      L’Europe est malade.. Elle a oublié sa mission première tout en supprimant frontières et particularités de chaque pays… Un anglais n’est pas un Français et un Allemand n’est pas un Espagnol.
      Il faut des règles communes par exemple en terme de sécurité mais il faut que chaque pays retrouve son autonomie sur certains plans ( la gestion du médical par exemple car pour moi les besoins ne sont pas les mêmes). Tout cela doit être repensé sinon ce gros machin ne survivra pas mais il y a malheureusement pas de guide au dessus de la mélée avec le charisme nécessaire pour relancer la motrice !
      Les peuples ne sont plus représentés par leurs élites .. Je trouve que cette vidéo par exemple http://www.tvlibertes.com/zoom-limposture-de-la-democratie-vers-un-nouveau-regime-politique/ l’explique très bien ( même si je ne suis pas d’accord sur tout .. elle met le point sur nos fragilités) et que bon nombre de dirigeants européens feraient bien d’y réfléchir.. Sinon il y aura d’autres peuples à filer à l’Anglaise !

      Merci au Britanniques d’avoir voté ainsi.. je pense que sur le moyen terme cela sera utile à tous !
      Vu la réaction de la bourse … on n’a pas trop à s’inquiéter je pense. ( mais je ne mettrai pas ma main au feu) Le Brexit était quand même une possibilité annoncées depuis plusieurs mois .. Les scénarios ont du être largement étudiés du moins je l’espère et le monde continuera à tourner… avec ses peuples mais jamais sans!

      Supprimer
  28. Point de vue québécois une fois la poussière retombée : http://www.ledevoir.com/international/europe/474611/crise-terminale
    J'apprécie beaucoup Christian Rioux.
    Myrto303

    RépondreSupprimer
  29. Et cet autre, de l'anthropologue Serge Bouchard : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/chroniques/mylene-moisan/201607/02/01-4997365-lintelligence-collective.php
    Myrto303

    RépondreSupprimer

Les TROLLS seront systématiquement catapultés. Dépollution oblige ! Les commentaires d'anonymes quasi-systématiquement rejetés . La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.