dimanche 5 avril 2015

Je suis " rentrée " en politique ...


Hier soir, Pâques obligent, il m'était difficile d'aller courir le gueux, alors, j'ai écouté Barbara Pompili. Elle n 'avait pas grand chose d'important à dire; à vrai dire c'était même assez soporifique. Jusqu'au moment où notre Barbie d'EELV prononça une phrase clé, le genre de phrase qui grandit l'âme de ce genre de personnage, elle dit: " depuis que je suis rentrée en politique " !

" Rentrée en politique " ! Comme si on pouvait y entrer ou en sortir. En Politique. Comme si, par hasard, une porte s’entrebâillait et qu'elle avait choisi de s'engouffrer dans cette ouverture. Elle eut pu dire: " Je suis entrée en politique " comme on entre dans les ordres mais elle était bousculée par ses interrogateurs, elle y est donc " rentrée ". Peu importe. On entre donc en politique comme l'on entre dans un moulin ? Il faut croire. Alors ce matin, j'ai été fouillé sa bio à Barbie. A quel moment avait-elle franchi le seuil de la politique ? Quand s'était-elle essuyée les pieds sur le paillasson avant " d'entrer " ? Quelles sont donc les circonstances qui avaient fait que ? C'est quoi donc qui avait fait qu'un bout de femme comme elle était entrée " en " plutôt que de se faire une belle carrière de femme au foyer ou de femme qui s'émancipe en bossant dans la vraie vie, celle qui fait qu'il faut se lever tôt le matin, se faire pimbêche ou belle, courir déposer le môme à la crèche puis courir de même pour ne pas être en retard au taf ? Quel bouleversement, quelles circonstances extraordinaires avaient pu faire en sorte qu'un matin, au réveil, tout juste formée, au propre comme au figuré, Dame Pompili était entrée en politique?

Et bien, j'ai eu beau chercher, nul conflit, nulle révolution, nul accident de l'Histoire qui eut pu faire sortir du lot la belle, elle n'avait rien, elle n'a rien de providentielle; ni de Gaulle, ni Jeanne: Elle est "rentrée en politique " comme d'autres deviennent femmes au foyer, mères de famille ou entrent dans une carrière professionnelle. Elle n'a jamais rien fait d'autre que de la politique. Elle fit des études, certes, se distingua à Science Po par le simple fait d'y être. De la même façon que certains deviennent peintre en bâtiment ou médecin à l'issu d'un parcours éducatif et estudiantin, elle, Barbie, est devenue femme politique. A 24 ans, l'âge où je commençais tout juste à devenir grand et à gagner mon propre pognon, elle devenait " chargée de relation avec la presse " de Noël Mamère. Combien cela peut-il gagner un " chargé de relation avec la presse " ? Suffisamment pour faire bouillir la marmite ? Assez pour se payer maison, voiture et nounou ? Il faut croire que oui surtout si l'on a un mari qui lui aussi est " rentré " en politique. Plus tard elle devient attachée parlementaire puis députée, ne lui reste plus qu'à devenir sous-secrétaire d'Etat ou ministre. A à peine 40 ans.  Le constat est sans appel, la politique permet de gagner sa vie à défaut de connaître la vie. N'est-ce pas merveilleux ?

On entre en politique. On devient politique. Profession de la maman ?: politicienne. Politique est un métier, une profession, un job, un gagne-pain, une carrière. Une raison de vivre ? Comme plombier, comme flic, comme professeur des écoles, comme dentiste, comme... ouvrier ? C'est ainsi. A-t-on besoin de savoir lire un compte d'exploitation, de savoir gérer une entreprise, de compter ses sous à la fin du mois, de peser le pour ou le contre entre deux paquets de nouilles et un paquet de gâteau pour être "en politique " ? Non. Rien ne sert de connaître la vie pour être " politique", il suffit d'y entrer. Si possible, question d’accélération, en passant par sciences po ou l'Ena, Et le tour est joué.

Tu n'as rien vu de la vraie vie, tu ne sais même pas ce que c'est que de trimer, de ramer, de compter, de gérer, d' éduquer, de faire les courses avec une calculette ou de courir à droite ou à gauche pour amener les gosses à la garderie, à la crèche ou au poney le mercredi, peu importe, tu " rentres " en politique et tu vas, de ce fait, peu ou prou, selon que tu es sur un courant porteur ou pas, influer sur la vie des gens. Fi d'un destin national, au diable l'appel de la Nation, queue-de-chie des circonstances exceptionnelles, aucune importance, tu " rentres " en politique et de ce fait, tu bouleverseras la vie des gens, des autres, de ceux qui n'y sont pas rentrés, de ceux qui vivent dans le réel, dans le métro ou dans les trains de banlieues, de ceux qui pestent pour n'avoir pas prévu le jeton du caddy ou pour avoir " oublié " de payer, à temps, la facture d'eau ou le troisième tiers.

Et nous voilà, lambda moyens, vous, nous et moi, livrés aux mains , aux lubies, aux envies, aux idées, aux caprices et aux idéologies de gens formatés, dès sciences po mais sans aucune expérience de la vie, de la vraie vie, à nous dire ce qui est bon pour nous, bon pour le pays, bon pour nos sous, bon pour nos vies, bon pour nos enfants, bon pour nos familles, bon pour notre avenir, bon pour demain. Complices ou idiots, nous leur faisons confiance, de moins en moins il est vrai si l'on se fie aux études d'opinions, et remettons entre leurs mains et leurs cerveaux étranges, pour ne pas dire dérangés, notre avenir. Les Pompili et consorts, tous ceux qui ont fait de la politique un métier, auraient tort de se priver et d'ignorer les gamelles dorées que nous leur donnons. ils sont bien moins couillons que nous.

Folie passagère 2724.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

45 commentaires:

  1. Là tu es dur,ce genre de diatribe pour Esther Benbassa ok...mais pas pour Barbara mon petit rayon de soleil qui me fait aimer les EELV

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen aztec: ben mazette, t es pas regardant à moins que cela soit moi qui ne soit pas objectif question gonzesse ! :)

      Supprimer
    2. D'accord avec M. Aztec : elle doit être bonne, la Pompi ! (Je n'ai pas dit séduisante, j'ai dit : bonne…)

      Supprimer
    3. @Didier Goux: m'enfin, à votre âge, vous n avez pas honte ?

      Supprimer
  2. Si elle n'était pas politicienne, ce ne serait qu'un boudin quelconque. Ah! Le prestige du pouvoir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: autrefois, y avait le prestige de l uniforme, aujourd'hui celui des palais dorés de la République, le reste n est que réalité ! :)

      Supprimer
  3. @zen aztec:moi aussi,jusqu'ici j'étais sous le charme,mais la prochaine fois que je la verrai,il sera tempéré par cet excellent billet de Corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jean marc: " sous le charme " ? mais c'est pas dieu possible, libérez vos cerveaux les mecs, ce n'est pas une nana, c'est un animal politique, enfin, le pense-t-elle ...

      Supprimer
  4. Bonjour Corto,

    Tu résumes bien là le drame de ce pays. Il en crève. Cette personne, comme beaucoup d'autres de son genre, illustre parfaitement ce qu'en disait Coluche: "Elle a des idées sur tout, elle a surtout des idées". C'est là sa seule (petite) valeur ajoutée. Au mieux un tambour qui résonne, voilà tout ce qu'elle représente.
    Quant au formatage Sciences-Pipo, c'est le nœud du problème. Ma fille aînée avait réussi le concours brillamment mais elle a intelligemment choisi une autre voie. Entrer dans une case formatée et répondre suivant un programme défini à des stimulus, très peu pour elle (et pour moi). Le chemin qu'elle s'est choisi est plus escarpé mais nettement plus enrichissant (au moins au plan intellectuel et moral).

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: tout jeune, pas cassé, j ai voulu faire sciences-po, j ai même passé l examen et séché à la première épreuve: " la forêt en France ", je m en souviens encore. Avec le recul, je ne regrette absolument pas. Au moins ais-je profité du temps qui passa :)
      Quant à la valeur ajoutée de Pompili et de ses frères d armes de EELV, j aimerais savoir où peut bien se loger cette valeur ajoutée...

      Supprimer
  5. Ce billet qui détaille bien le parcours d'une femme politique par la voie du travail auprès d'un homme politique plus expérimenté ouvre un large horizon de réflexion sur les moyens d'accéder à la politique. Aujourd'hui les politiques ont oublié de se demander ce qu'ils peuvent apporter en s'engageant. Les plus grands partis (dont le FN qui vient de s'y mettre) ont placé des satellites parmi les étudiants pour les capter plus facilement. Ils pourront ensuite rejoindre des officines de jeunesse affilié ouvertement au grand parti et commencer leur carrière avec un emploi à l'intérieur ou un mandat au point que certains abandonnent des carrières professionnelles pour ça.

    Une personnalité dans son domaine, David Douillet par exemple, peut s'engager après une petite carrière. Il a l'avantage de cette expérience et a pu bénéficier de sa notoriété pour se faire élire. Au niveau local il s'agit de 90% des cas. Sans la célébrité.

    En suède les jeunes élèves apprennent la politique à l'école et se font élire très tôt, j'ignore les effets mais l'avantage est de donner des clefs aux jeunes pour prendre leur part du gâteau.

    Et au final je m'intéresse aux capacités l'homme politique. Quelque soit sa provenance il doit gouverner avec une vision, maîtriser les finances et gérer les spécialités lorsque des décisions sont nécessaires. Et souvent c'est décevant sur les trois points... En ce qui concerne la députée, j'ignore si elle maîtrise les finances mais ses engagements au service d'EELV qui a un point de vue obscurantiste sur les spécialités (agro-chimie...) et une politique de décroissance noircissent les deux autres points.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Judex: " les politiques ont oublié de se demander ce qu'ils peuvent apporter en s'engageant. ". c'est tout a fait ça, ceux d aujourd'hui entrent dans la carrière sans même avoir une vision précise de ce qu ils veulent pour le pays, la carrière avant tout, comme les 3/4 des lambda moyens.

      Supprimer
  6. Sur la photo du haut, elle a de belles cuisses ( polkes, comme on dit en yiddish) bien charnues
    Mais qui ne doivent rien à l'excès d'hydrates de carbone ( aux nouilles, matin midi et soir)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kobus; chacun ses goûts, comme dirait l autre

      Supprimer
    2. Il est bon et nourrissant le fromage ripoublicain !

      Supprimer
  7. Vous oubliez la promotion canapé ! Il suffit de choisir le bon lit.
    Je n'oserai pas le jeu de mot facile .
    Là, c'est sûr, on est très loin de Jeanne d' Arc.

    RépondreSupprimer
  8. Cette mistonne a l’air de bien grimper aux branches en s’accrochant aux nœuds.
    A mon avis, elle ne va pas tarder à rentrer dans le camp des socialauds car l’enfumage eelv c’est bientôt fini, et c’est tant mieux.
    Un Ken se tient en embuscade, avec de l’embonpoint, l’œil libidineux, la cravate de travers. le cheveux rare et teint,
    Il va y avoir de la rumba dans l’air et une certaine Julie va avoir du soucis à se faire, car cette Barbie a l’air très gourmande et prête à tout pour arriver au sommet.
    Le roquet de service, hier soir, une fois n’est pas coutume, ne l’a pas pas trop épargnée, j‘ai trouvé cela bizarre.
    Elle est rentrée en politique, et bien vivement qu’elle en sorte et qu’elle retourne au néant dont elle n’aurait jamais du sortir même en grimpant aux branches et en s’accrochant aux nœuds !

    En attendant, un petit coup de Picpoul que cette prétentieuse ne boira pas et joyeuses Pâques!
    Salutations et amitiés du bassin de Thau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lou Sétori: Barbara en compète avec Julie, ah mais voila qui pimenterait les choses, au point où nous en sommes, après le scooter, le vélo électrique et les croissants bio ...
      Que le roquet ne l égratigne pas, c'est tout à fait normal, et d une c'est une femme et de deux, elle pèse son poids politique soit environ 7 députés, ce qui n est pas rien en ce moment pour rétablir un semblant de majorité. On calme les frondeurs d un coté, on bichonne les écolos qui rêvent de maroquins et le tour est joué.

      Supprimer
  9. Décidément je préfère Jean-Vincent Placé, mon cher Corto. Il était sur BFM TV tout à l'heure. Il se voit comme un conservateur, maurassien qui admire Jeanne d'Arc et qui est scandalisé par l'attitude de la RATP concernant les chrétiens d'Orient. Vous auriez dû voir la tête à Apolline ! Eh oui, moi aussi je sais parler le français des grandes écoles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: J ai entendu ça, Placé nous révélant son côté maurassien ! il est franchement prêt à tout pour un portefeuille qu il a pourtant déjà bien garni. Mais qui croit-il enfumé avec ça ? président ?

      Supprimer
    2. je l'ai regardé aussi, quand il a dit qu'il aimait Mauras, j'ai cru que l'autre foldingue-exitée allait avaler le micro ! il est prêt à n'importe quoi celui-là, j'ai bien aimé aussi l'appréciation sur lui qu'en a donne Dany le rouge, ils sont mignons entre eux !

      Supprimer
    3. @Boutfil: on les aurait pas qu il faudrait les inventer: ils sont si drôles

      Supprimer
  10. elle s'effeuille l'écolo sur le première photo?

    Nous mourrons de gens qui entrent en politique sans être entrés dans la vie active !.. celle d'un patron par exemple confronté aux réalités du monde .. certainement plus apte à entrer ensuite en politique !... Montebourg est lui "habité" par l'entreprise .. il s'y met après la politique .. pas mal aussi !

    Merci pour ce billet croustillant Corto !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: Montebourg ? qui c'est celui-là ? le gars qui critique vertement la politique qu il a soutenu pendant deux ans ? C'est ça ?

      merci ? tout le plaisir est pour moi :)

      Supprimer
  11. Tu cours toujours le gueux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas un dimanche de Pâques j'espère. CCLM

      Supprimer
    2. @CCLM: ah ben non tout de même, pas le jour de Pâques

      Supprimer
  12. Outre tout ce que tu soulignes, la dame ne sait pas le français. "Rentrer" signifie "entrer à nouveau". Elle laisse donc entendre qu'elle "entre" en politique pour la xième fois, ce qui ne semble pas être la cas.
    Une personnalité politique qui ne sait pas le français serait bien inspirée de caresser d'autres ambitions.

    Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lo: hélas, s'il fallait au personnel politique bien causer la France pour qu il puisse se présenter à nos suffrages, nous n aurions plus grand monde pour qui voter.

      ça va vous deux ?
      bisous

      Supprimer
    2. Elle parle aussi mal qu'Hollande !

      Supprimer
  13. tonton flingueur6 avr. 2015 à 01:30:00

    ce qui est particulièrement horripilant chez les nanas "politiques eco conscientisées " dont fait partie miss barbara, très jolie part ailleurs... oui je sais Corto, pas ton truc ;-) mais perso, miam miam ! c'est cette certitude absolue d'avoir raison sur tout.. le meme ton sans appel chez les duflot, cosse, benbassa (mention spéciale pour elle, trois nationalitées quand meme ! ) rien que pour ça un vote pour elles est rédhibitoire pour moi, elles me font penser a des croyantes, pour moi quelqu'un qui ne doute jamais de ses certitudes me terrifie... on sait ce que finit souvent par donner ceux qui veulent faire le bien des autres ...sinon, c'est dommage, a l'école on ne m'a pas dit qu'il y avait un cursus pour faire "politicien" comme métier, si j'avais su... si je comptes bien quand cette jeune femme est "rentrée" en politique a 24 ans je bossais depuis 7 ans déja ! mais bon je me fais une raison, je n'aurais pas fait une brillante carrière, je n'ai jamais pu lécher les culs ( sauf pour le plaisir ! ) et surtout je n'ai jamais su bien mentir, dommage finalement ;-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton: hier soir, j ai écouté Cosse sur LCP dans l émission de Moati, c'était grand ! des certitudes et aucun doutes. Du coup, j ai été voir d où elle venait... Act Up !

      Supprimer
  14. Super,j' ai bien aimé le décalage entre les tracas quotidiens du plus grand nombre et le parcours sans aspérités aucunes de cet enfant qui n' a jamais mis les mains dans le cambouis...Le drame est que, de quel côté que l'on se tourne, tous les ténors de la politique actuelle ou presque ont à peu près le même type de parcours... Je viens de lire qu' aucun des ministres en exercice n' avait travaillé ne serait-ce que quelques mois dans une entreprise . Quant au sujet sur la forêt française, désolé, c' était quand même un beau sujet, d' ailleurs je suis sûr que Barbara Pompili saurait apporter des "éléments de langage" ( c'est le terme consacré pour la préparation des discours officiels, je crois...) intéressants du point de vue des écolos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gridou: C'est hélas bien notre problème: le manque d expérience de nos politiciens et ce depuis que c'est devenu un métier.

      Supprimer
  15. Si précocement en politique; elle n'a pas eu le temps de peaufiner les détails, entrée, rentrée, ne serait-ce pas une liaison malencontreuse.
    Beau dimanche quand même, je préfère entendre et surtout voir la Barbie en question plutôt que la très hargneuse Duflot ou l'Emmanuelle qui a réussi le challenge de faire oublier tout le côté sensuel du prénom (pour les vieux)
    Quant aux nouvelles et tardives postures de JVP, même si je me défends d'y voir le moindre opportunisme carriériste, c'est Pâques tout de même, je ne vais pas bouder ma joie; toute parole compatissante pour nos martyrs est bienvenue. Si elle vient de l'un des favoris des médias, c'est tellement mieux que l'omission habituelle. CCLM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @CCLM: Franchement quelle importance peuvent avoir ces gens là qui ne représentent quasiment personne. JVP, comme les autres de la galaxie ecolos. Je suis même surpris que les médias leur consacrent autant de temps d antenne. Y a de choses comme ça que j ai du mal a comprendre.

      Supprimer
  16. Pompili ? Une vraie Barbie effectivement avec les formes en plus et la cervelle en moins.

    Totalement hors sujet (quoique) :
    J'ai entendu l'archevêque Vingt-Trois dire qu'il ne voyait pas de problème à la construction de 4000 mosquées et qu'il fallait arrêter avec l'affaire de la RATP qu'il appelle une "bévue".
    La lâcheté de l’Église de France face à l'islamisation, au communautarisme musulman et à déchristianisation de notre pays favorisés par la gauche n'en finit plus de m'étonner, voire de m'indigner.
    Seul Monseigneur Di Falco ose publiquement s'opposer au politiquement correct. Mais pendant combien de temps encore ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: 23 est, c'est même son rôle, un politique, il ne peut donc pas dire exactement ce qu il pense. par contre, il y a des tas d évêques en France qui eux ne mâchent pas leurs mots mais , comme par hasard, ils ne sont jamais dans le poste. Je pense par ex à Aillet, Potier, Dubost, ou Roland et quelques autres.

      Supprimer
    2. Il y a quand même une différence entre ne pas dire ce qu'on pense et s'aplatir ainsi. Un des évêques vient de recevoir la légion d'honneur (sans majuscules), est-ce en récompense de leur soumission ?

      Supprimer
  17. Pompeuse, pompillettrée et pompillusionniste !

    Baulo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baulo: Popillusionniste ! ça me va, comme tous les écolos, enfin, ceux d EELV surtout

      Supprimer
  18. Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

    En tant que dégueulé, heu, en tant que délégué de la... de la ligue Vert-Social'eau, je vous parlerai de...
    l'eau verrugineuse.

    L'eau verrugineuse, comme son nom l'indique, contient du Vert... Et le dire, c'est bien, mais le faire taire, c'est mieux !

    Et pourquoi y a-t-il du Vert chez les socialos ? Euh, dans l'eau verrugineuse, hum ? Parce que le Vert a repassé, heu, pas le Vert,...le socialo, disais-je, c'est parce que le socialo a passé et repassé sur le Vert, et le Vert a dissout.

    Et le Vert a dix sous, c'est pas cher hein ?
    (environ 2% malgré tout)
    Et couper un Vert en deux çà fait deux demi-Verts et c'est encore beaucoup.
    Alors vive le Vert solitaire qui est bigrement plus salutaire.

    (PS : mes excuses posthumes à Bourvil pour avoir osé "Placé" ce texte dans la dithyrambe destinée à Barbara stressante)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vert à l'extérieur, rouge à l'intérieur !

      Supprimer
  19. En exergue de No One Is Innocent :
    "Un politicien moderne est quelqu'un qui a fait des études et qui, ne pouvant rien faire pour la société, a décidé de vivre à son crochet".
    On croirait cette phrase écrite pour cette miss. Hélas elle s'applique à beaucoup d'autres (trop!).
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  20. Échec à sciences po?dis-tu.Rassure-toi,tu as été beaucoup plus utile chez Auchan que dans un cabinet ministériel .

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen