lundi 26 juin 2017

La marche des fiertés

Fierté
Littéraire. Caractère de quelqu'un qui se croit supérieur aux autres ; morgue, arrogance, hauteur : Abaisser la fierté de quelqu'un.
Littéraire. Indépendance de caractère de quelqu'un qui a le sentiment de son honneur ; dignité, noblesse, amour-propre : Il souffrait dans sa fierté d'homme.
Sentiment d'orgueil, de satisfaction légitime de soi ; ce qui fait concevoir ce sentiment : Il tire une grande fierté d'avoir achevé son entreprise.
(Larousse) 


Samedi, en fin de journée, j'étais invité au théâtre. Une excellente pièce, très drôle, Le Clan des divorcées. Cela fait du bien de rire aux éclats. Il se trouve que le théâtre en question est situé à deux pas de la République, lieu terminus de la gay pride parisienne. En français dans le texte: La marche des fiertés. Impossible d'y échapper. Sur les cinq autres personnes m'accompagnant, l'une, comme moi, était homo, les autres hétéros. Et parmi ces hétéros un couple de normands peu au fait de ce genre de spectacle de rue. A la fin de la pièce, à la demande des normands, nous fîmes terrasse pour boire un coup et accessoirement regarder cette masse humaine bigarrée, déchaînée, parfois/souvent alcoolisée, en sueur et piétinant l'asphalte au son des musiques pulsées par des énormes haut-parleurs situés sur les divers chars, qui aux couleurs d'Air France, de Flag Police, CGT, etc...

Quelques photos (qui n'ont pas été prises par votre serviteur mais qui aurait pu l'être):

Résultat de recherche d'images pour "photo gay pride marche des fiertés paris" 


 

 

Résultat de recherche d'images pour "photos marche des fiertés 25 juin 2017"


Résultat de recherche d'images pour "photos gay pride"

Résultat de recherche d'images pour "photos gay pride"

Résultat de recherche d'images pour "photos gay pride"

Bon, etc, etc, etc, et je ne vous ai pas mis les trucs les plus craignos...

Un peu lassés de ce défilé aussi bruyant que provoc et exhib, nous quittâmes la terrasse et mon ami normand me demanda: " z'ont pas honte ? " et moi de répondre: " ben non puisque c'est la marche des fiertés, par contre, moi... "

Enfin bref...

Folie passagère 3669
Résultat de recherche d'images pour "photos marche des fiertés 25 juin 2017"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


45 commentaires:

  1. Un schako surgit, comme un soleil noir...-Au centre,
    Boquillon rouge et bleu, très naïf, sur son ventre
    Se dresse, et, -présentant ses derrières-:"De quoi?..." Arthur Rimbaud, "L'éclatante victoire de Sarrebrûck" Octobre 1870.
    Que signifie "derrières"

    RépondreSupprimer
  2. Pauvre Sainte Jeanne d'Arc et accessoirement pauvre France et pourtant je suis large d'esprit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean François M: c'est la France que décrivait Philippe Muray: l'homo festivus !

      Supprimer
  3. Géo

    Mdr.
    Ils et Elles sont venus défiler sans leurs cerveaux mais ne dirait-on pas le défilé de toutes les névroses de notre société bien plus qu'autre chose?
    La nef des fous?

    "Féministes révolutionnaires"
    Un genre de super-secte contre la féminité et pour la promotion des déportations massives de "migrants" chez nous,cela avec tous les risques pour ces personnes devant l intolérance et la barbarie de gens issus de sociétés tribales et sans concessions pour les moeurs qu'ils ou elles prétendent défendre,et pour les libertés individuelles des femmes et des homosexuel(le)s,en particulier.

    Et puis l image qu'ils se font de leur homosexualité n est pas très brillante quand même.
    Beaucoup de vulgarité,et pour la fierté,à mon sens,ils en manquent terriblement,ou plus exactement le respect de soi est absent et si l on ne se respecte pas soi-même comment espérer que les autres vont vous respecter?
    Il y a comme un nihilisme sous-jacent à ce genre de manifestation et un réel vide intérieur destructurant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo: la nef des fous, nihilisme sous-jacent... ça me va bien pour commenter cette marche. +1!

      Supprimer
  4. Voyons le bon coté des choses : les salafistes et autres mouvances radicales vont certainement fuir Paris devant cette nouvelle génération .

    RépondreSupprimer
  5. Annie

    certains ont vraiment l'imagination fertile.

    RépondreSupprimer
  6. J'avais des amis homos, mon cher Corto, parmi ceux-ci certains sont morts du sida. Mais chaque fois que l'occasion m'est donnée de voir ce genre d'images prises dans cette manifestation dite "Marche des fiertés", j'ai honte, j'ai honte pour eux qui étaient tout l'opposé de cette provocation vulgaire qu'ils n'ont jamais, ni comprise, ni cautionnée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mrianne: le sida m a épargné mais comme vos amis, je n ai jamais ni cautionné , ni compris cet exhibitionnisme contre productif

      Supprimer
    2. Faire parler les morts n'est pas non plus très décent. Olivier

      Supprimer
  7. ben c'est pas trés esthétique.... il n'y a pas la notion d'atteinte à la " pudeur" ?
    je ne comprends pas d'ailleurs, depuis longtemps, pourquoi gay pride est traduit par marche des fiertés.... anne... PS on peut etre gay et gai et de bon aloi, non ? pourquoi ces horreurs , la je pige vraiment pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne: on peut etre gay et de bon aloi ? je suis gay, je pense de bon aloi, et comme toi je ne comprends pas ce ridiculisme.

      Supprimer
  8. terminus de la gay pride parisienne. En français dans le texte

    Défilé pédé ça sonne moins bien...
    De fait on voit mal ce que la fierté vient faire là-dedans.

    RépondreSupprimer
  9. Ils se dévalorisent eux mêmes, je n'ai rien contre les tendances sexuelles des autres, mais franchement .....et ils s'étonnent qu'il y ai de l'homophobie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Boutfil: Il y a effet de foule, donc, ils sont " entre eux " mais vu de l extérieur du défilé, je n ai entendu que des commentaires sarcastiques, quand cela n'était pas insultant, alors oui, ils se dévalorisent sans s'en rendre compte... ou en s'en foutant

      Supprimer
    2. Boutfil: au final, c'est nous qu'on trinque dans l esprit des " normaux "

      Supprimer
  10. Je ne me reconnais pas dans cette mascarade de fin d'humanité.

    RépondreSupprimer
  11. Effectivement, je n'aimerais pas que des malades pareils prétendent me représenter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Umadrab: " prétendent me représenter "... j ai du louper un truc , non ?

      Supprimer
    2. ;), effectivement, en me relisant ça prend un sens différent

      Supprimer
  12. Pour préciser ma pensée : le délire, oui, mais on n'est pas obligé de vouloir en faire profiter la planète entière qui n'a rien demandé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Umadrab: bien d accord avec toi. Non seulement je n ai pas a Etre représenté, suis assez grand pour me représenter tout seul , mais quitte à l être, pas par eux

      Supprimer
  13. Quelle fierté y a-t-il à se balader avec des plumes dans le cul ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Théo: perso ? aucune, je trouve même que c'est profondément dévalorisant

      Supprimer
  14. Il n'y en a pas dans mon fond de province, et franchement, cela ne me manque pas (euphémisme, pour ne stigmatiser personne).

    RépondreSupprimer
  15. C'est quand même dommage que pour dénoncer cette marche, vous soyez obligé de publier beaucoup d'anciennes photos (et celles se trouvant être les plus scandaleuses).
    Si vous êtes si près l'année prochaine, pensez à prendre un appareil photo.
    DB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. DB: y a rien de dommage, d une année sur l autre les photos sont les mêmes sauf sur les médias mainstream qui ne publient que ce qui est publiable. Mon con !

      Supprimer
  16. Le seul homosexuel avec lequel je me suis fâché, était un militant LGTB, je ne sais plus sur quoi, mais ce n'est pas grave.
    Il s'est brouillé avec sa meilleure amie sur un sujet benin.
    Il est plus à plaindre qu'à blâmer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grandpas: perso, je suis fâché avec tous les militants LGBT :)

      Supprimer
  17. Il y a des années, la presse enthousiaste parlait de centaines de milliers de participants, puis, les années passant, de dizaines de milliers.
    Samedi soir, j'ai lu des milliers de participants, pourtant la presse semble toujours aussi béate.
    Le type de la troisième photo est vraiment étrange, je me demande si c'est un troll ou une version masculine de la cheerleader, j'adore son look, je veux un costume comme lui !
    Le type de la

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. PLC: c'est assez amusant de constater que dans la presse mainstream tu ne vois jamais les photos "craignos " de la gay pride, tu ne vois que des gens a peu près propres sur eux, joyeux mais jamais les "déglingés "
      C'est vrai aussi quil y a nettement moins de monde qu il y a une dizaine d années.
      Pour le costume, on peut se cotiser si tu y tiens

      Supprimer
  18. Tout comme Marianne Arnaud, j'ai des amis homosexuels, dont certains sont morts du sida et ils n'aiment pas ce genre de manifestations. Je préfère un Renaud Camus, homosexuel et créateur du terme "le Remplacement" et qui est dans nos idées. Comme vous, je connais des homos réacs et même royalistes. C'est vous dire, qu'ils sont très loin de cette mascarade.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lire par exemple le journal de Matthieu Galey.
      Madame Chocolat

      Supprimer
    2. Jean François M: J'ai toujours pensé que ce carnaval desservait l image des homos.

      madame chocolat: connais pas. v me renseigner

      Supprimer
    3. Le journal de Matthieu Galey est un livre essentiel.
      Chez Bouquins Laffont.
      On ne le quitte plus.

      Supprimer
  19. "Pour vivre heureux, vivons cachés". (j'ai oublié le nom de l'auteur...)
    Pas de supputations : ça vaut pour tous. Homos, hétéros et tutti quanti.

    Après des provocations pareilles, il ne faut pas s'étonner qu'il y ait des réactions hostiles.
    Le malheur, c'est que ces frappadingues font beaucoup de mal à tous les autres.
    Et, sont, pour le moins, contre-productifs.
    Pourrait-on mieux dire : contre "cons-tructifs" ? ;)

    RépondreSupprimer
  20. Quand tu dis que t'as pas mis les photos les plus craignos, Corto, eh ben là déjà, ça fout la gerbe, grave. Peu importe l'orientation sexuelle, je m'en branle, si je puis dire, chacun fait la vie qu'il veux !
    A la fin de ton article, la photo avec le gros porc (à gauche) et l'iroquois tout pourri (à droite), suivi de la photo "ouvrons nos frontières comme nos derrières", me donne quand même envie de leur dire que faut pas confondre tolérance et décadence et qu'après tout on est pas obligé d'aimer leur fête puante ! désolé mais ils me gonflent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parker: tout comme toi, ils me gonflent et comme le dit Franzi, cette gay pride avec ses excès provoquent des réactions hostiles. Bref, l exact contraire de ce que cela devrait etre

      Supprimer
    2. D'autant qu'avec la dernière photo, ils se suicident. Qu'ils aillent dire ça aux pauvres homosexuels des pays musulmans. On verra quand la charia remplacera notre droit, s'ils diront la même chose.

      Supprimer
  21. Ce genre d'exhibition n'aide pas le jeune homo qui craint de sortir du placard...
    A l'opposé, ça aide bien à "radicaliser" le jeune musulman qui veut tuer de l'occidental.
    Ces marcheurs imbéciles n'ont aucun amour-propre, ni aucune cervelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca aide surtout des associations à vivre aux frais des contribuables avec des combats imaginaires.

      Supprimer
  22. Jusqu'en 1981, l'homosexualité était considérée comme une maladie mentale en France.
    A voir certains photos et certains comportements, je me demande s'il ne faudrait pas rechanger la loi. Quand je vois la dernière photo, je me dis qu'il manque quelques cases à certains. Cette photo donne envie de gerber. Je vois d'ici mon mari accoutré ainsi. Je le ferai de suite enfermer.
    Pourquoi faire de la provoc ? Pour faire avancer le smilblick ? Mon ..U !
    Nous avions un charmant couple d'homos comme voisins. Quelle classe ils avaient (ont encore), quelle dignité ! Quand ils faisaient des fêtes chez eux (font) c'était derrière de hautes haies.
    La liberté des uns s'arrête là où elle empiète sur celle des autres. Qui a dit ça ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen