vendredi 6 mai 2011

Ne rien dire, c'est plus prudent.


Ne surtout pas dire qu'il y a trop de blacks gens de couleurs dans l'équipe de France de Football. Ne surtout pas dire qu'il y a trop d'enfants issus  de l'immigration dans les centres de formation de la FFF. Ne surtout pas se faire piéger par un magnéto entrain d'évoquer le fait que plus de 30% des petits jeunes qu'on forme vont se barrer ailleurs. Ne surtout pas se poser de question, des fois qu'une taupe traînerait, sur l'aspect technique que l'on veut insuffler à des pousseurs de ballons en maillots bleus. Bien entendu, ne pas condamner les taupes qui ont le courage de révéler la face sombre de l'homme nauséabond. Ne pas utiliser de graphique pour constater que plus de 40% des jeunes formés au frais de la princesse sont des bi-nationaux.

Ne jamais dire qu'il y a des gens qui sont bien lotis par la nature et d'autres qui le sont moins. Ne pas utiliser le mot q.... mais plutôt recherche d'équilibre ou recherche d'un juste milieu. Zut, ne pas utiliser le mot milieu, trop connoté, ça rime avec banlieue. Ne pas parler, non, jamais, de races, d'ethnies, de différences ou d'inégalités, c'est bien connu, nous sommes tous égaux. Ne rien dire, absolument rien, qui pourrait remettre en cause le mythe black-blanc-beur de 1998.

Ne surtout rien dire qui pourrait déplaire à Edwy sauf si cela peut faire les choux gras de Médiapart. Ne surtout pas remettre en question la volonté des biens-pensants d'instaurer à tous niveaux diversité et métissage. Ne rien dire qui ne soit pas autorisé par la police de la pensée unique, la menace est réelle: plaintes, procès et condamnations. Ne rien dire qui ne soit pas conforme au politiquement correct. Surtout, ne pas nager, ne pas penser à contre-courant, risque de noyade garanti, lynchage médiatique assuré.

Ne rien dire: pas de couilles, pas d'embrouilles.

Ne rien dire, c'est plus prudent. Ne rien dire, j'ai bien peur, bientôt,  de ne plus pouvoir rien dire. C'est inquiétant, non?

Folie passagère 652.
 
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

25 commentaires:

  1. c'est marrant mais ça me rappelerai assez l'ambiance qu'il y avait de l'autre côté du rideau de fer dans ma jeunesse...il ne fallait rien dire de peur des voisins qui avaient des oreilles..on y est.....ça s'appelait comment déjà ? ah oui, la démocratie populaire....tu prends ta carte au parti et tu fermes ta gueule où, au mieux t'es mort, mais faut pas le dire....

    RépondreSupprimer
  2. @boutfil: rigole mais cette histoire de quotas dans le foot est symptomatique du politiquement correct: la chasse au racisme même là où visiblement, il semble ne pas en avoir. Ca me file assez la gerbe ce genre de polémiques à 2 balles.

    RépondreSupprimer
  3. Cette chasse au racisme aura une finalité : le développer aussi grassement que le chiendent envahi une verte pelouse...

    Billet assez juste finalement... Et inquiétant, car dans cette histoire, je ne sais pas ce qui est le plus nauséabond... Le fond, ou les formes...

    (bon, billet juste)

    RépondreSupprimer
  4. Comme FalconHill, je crains les conséquences de cette chasse aux sorcières hystériques sur le vrai racisme. Enfin ...

    RépondreSupprimer
  5. Ne rien dire ? Mais comme vous y allez ! Même ça ne vous sera pas permis. La remarque de Boutfil m'a fait me souvenir d'un certain passage des Récits de la Kolyma. Je le mets ci-dessous, je l'ai juste un tout petit peu modifié.
    « La moindre remarque la plus innocente à l’égard de la diversité, fusillé. Se taire quand on criait « hourra » pour la diversité : cela suffisait aussi pour être fusillé. Le silence, c’est de la propagande : c’est bien connu. »

    RépondreSupprimer
  6. @falcon: merci! il y a eu le racisme, puis l'anti-racisme et maintenant le supposé-racisme et donc l'anti-supposé-racisme. Ca fout le vertige tout de même.

    @variae: falcon a raison, cette chasse au racisme, même supposé, crée un terreau fertile pour développer les antagonismes à la con. Cette polémique est ridicule.

    @aristide: je ne connais pas tes Récits mais ce qui est sûr c'est qu'il ne faut pas compter sur moi pour metaire, crénom ! Biz

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  8. marianne ARNAUD7 mai 2011 à 04:29:00

    "Le mythe black-blanc-beur" !
    Voilà ce qu'il finit par arriver, mon cher Corto, quand un pays tout entier décolle de la réalité pour se réfugier dans le mythe !
    L'atterrissage sera difficile, peut-être même des gens très bien resteront-ils sur le carreau ?
    Eh bien, tant pis ! Ce sera le salaire de la bêtise.

    RépondreSupprimer
  9. (tiens, ça faisait longtemps que je l'avais pas vu le spammeur journaldepersonne...)

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, c'est marrant cette histoire. J'avoue n'avoir pas tout compris de ce que l'on reproche aux uns et aux autres ni exactement où se trouve le scandale qui soi-disant ébranle toute l'organisation du foot français. Faut dire que moi et le foot ça fait deux...

    D'après ce que j'entends ici et là, je me dis que l'on ne parle pas directement de racisme ou de discrimination quelconque mais de fatalité et d'un truc vieux comme le monde qu'est la nature.

    Et là comme ailleurs, on veut la façonner pour que l'image qu'elle nous renvoie ne fasse pas tache dans le paysage, qu'elle colle parfaitement aux attentes de ceux qui croient encore que vouloir c'est pouvoir. Mais voilà, on ne fera jamais d'un âne un cheval de course.

    Mais voilà, le milieu du sport de haut niveau où les qualités requises ne permettent pas de sélection sur des critères subjectifs comme l'apparence, ceux qui sont susceptibles d'y réussir sont des gens d'exception aux qualités physiques hors du commun. Pas de bol pour ceux qui imaginent pouvoir aller contre-nature, ce sont ceux qui ont le physique le plus adapté à la situation. Et là, personne n'y peut rien, c'est cette redoutable notion de sélection naturelle qui décide.

    Il se trouve que si les plus robustes et les plus puissants ne viennent pas directement de chez nous, c'est parce que l'on ne construit pas des champions dans des boîtes à coton en les manipulant avec des gants en soie en deux coups de cuiller à pot(belge?).

    Les jeunes issus de l'immigration on souvent un fort passé générationnel et quand nous faisons la fine-bouche à nous reproduire avec parcimonie et selon des critères modernes, ailleurs on fait des gosses à tire-larigot histoire qu'il en reste quelques-uns au final, pas besoin de dire que ceux qui résistent sont loin d'être pourris et engendreront des nouvelles générations d'autant-plus solides. Et comme cela dure depuis des siècles où nous aimons maintenir pauvres les pays pauvres, là où la mortalité infantile crève les plafonds, les gamins issus de l'immigration sont aujourd'hui aussi solides que nous vieux qui ont fait plusieurs guerres et font de jolis centenaires que l'on montre comme des phénomènes de foire.

    À suivre...

    RépondreSupprimer
  11. ...

    Ce souci d'égalité qui devient presque obsessionnel dans nos sociétés est complètement bidon, ce n'est pas une question de racisme ou je ne sais quoi d'autre mais de vitrine, on veut être irréprochable, plus royaliste que le rois, plus fort que les ouragans et les tsunamis ou la foudre, voir le résultat est désespérément à faire pleurer ; de rire?

    Tout cela pour dire qu'à entendre tout ce cirque je me dis que ça doit s'astiquer dru les méninges de part et d'autre du chantre de l'égalité. Non, les êtres humains ne sont pas égaux, pas plus intellectuellement que physiquement, ils ne le seront jamais n'en déplaise aux esprits étriqués qui rêvent d'un monde dans lequel aucun poil ne serait plus haut que l'autre et c'est tant-mieux! Certains s'y sont essayés mais les bons aryens n'ont pas fait long feu...

    Je serais d'ailleurs curieux de savoir exactement d'où vient cette idée stupide de "caster" des sportifs suivant des critères d'apparence. Parce-que qu'est-ce qu'on demande à une équipe de France? C'est de se distinguer comme athlètes de haut niveau ou comme vitrine de la diversité?

    Très franchement je ne crois pas une seconde que des personnes semblant aimer le football comme ces gens dont je ne connais ni le rôle ni la fonction dont on parle partout en ce moment puissent une seconde avoir le souci de la (bi-)nationnalité(scrgneugneu!) des joueurs. Ça ce sont des considérations de politiciens, de pouvoirs et d'argent, pas de passionnés de sport.

    Alors ce serait pas mal que tous ces minables se comportent en être humains et arrêtent de prendre les désirs des autres pour leur réalité parce-que si tout le monde peut faire de la politique il en faut beaucoup plus pour ne serait-ce qu'arriver à la cheville d'un Zidane ou d'un Maradona (j'en connais au-moins deux).

    RépondreSupprimer
  12. C' est la maladie de notre société, le racisme à sens unique. Il faut subir les insultes : sales blancs, mécréants, infidèles etc, mais surtout ne rien dire sur le " autres " !!! Quelle société !!!!

    RépondreSupprimer
  13. @marianne: le salaire de la bêtise c'est un peu ça. Le mythe BBB était entretenu car il laissait ds nos mémoires la réussite et le succès d'une equipe qui porta bien haut les couleurs de la France. Et puis le truc s'est peu a peu fissuré jusqu'a l'éclatement d'Afrique du Sud. La nous assistons à la 2eme vague de la curée; apres les joueurs, il fallait taper sur les dirigeants. Ce qui eut été bien si cela avait été fait pour de vrais motifs et pas pour une histoire supposé de racisme.

    @falcon: lejournal de personne oui y avait longtemps, je vais le passer a la trappe.

    @didie: joli com ! en particulier la 2eme partie et ton passage de début sur l'égalité. Tous égaux, irréprochables, quels jolis rêves auxquels continuent de souscrire tous les illuminés de la diversité et de l'égalité a tous crins. Ben non , cela ne fonctionne pas comme cela parce qu'il y a quelque chose que seulement quelques uns auront et pas les autres: c'est le talent ou le don ! les autres feront comme tout le monde, vivre du mieux possible en fonction de ce qui nous aura été donné.

    RépondreSupprimer
  14. Relevé sur le site guyanais

    http://www.blada.com/

    ce lien très intéressant:

    http://24heuresactu.com/blog/2011/05/02/mediapart-minorites-et-quotas-larroseur-arrose/

    où l'on remet les pendules à l'heure.
    C'est pas mal de trouver ça sur un site généraliste de Guyane.
    Bon samedi.

    RépondreSupprimer
  15. @carine: merci pour le lien. C'est bien du Plenel ! le seul qui lave plus blanc que blanc

    RépondreSupprimer
  16. De rien, Corto !
    L'article sur le point de vue de Ménès- Dugarry vaut la lecture aussi :

    http://24heuresactu.com/blog/2011/05/05/thuram-dugary-pierre-menes-du-racisme-anti-blancs/

    Les langues se délient, c'est très bien.

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. Si le problème est réellement un apprentissage coûteux des joueurs ayant deux nationalités et qu'ils se carapatent après ailleurs alors les solutions pourraient être simples me semble-t-il.

    Déjà pourquoi avoir deux nationalités? Je trouve cela incongru. Donc ils n'ont qu'à choisir et nous la supprimer.

    Ensuite si leur apprentissage est trop cher alors qu'ils partent jouer ailleurs, pourquoi ne pas envisager un remboursement intégral des frais (par eux ou par le club qui les emploie). Après tout c'est ce qui se passe pour les différentes écoles de la fonction publique: on doit rembourser les mois passés à l'école si l'on arrête le parcours en cours de route et je crois pour certains si on n'assure pas les dix ans minimums de service dans la fonction publique par la suite (mais sous réserve de vérification).

    Après si c'est vraiment une histoire de quotas trop de blacks, trop de blancs, etc... c'est stupide. D'autant plus quand on veut aujourd'hui nous faire croire que notre société cherche à mettre en valeur ses talents...

    Eusèbe

    RépondreSupprimer
  19. @journaldepersonne: Balancer des coms qui n'en sont pas puisque balancé à l'identique a une dizaine de blogs au gré de tes promenades blogrollesques, ça ne m'interesse pas.

    @eusebe: je ne peux que plussoyer a ce que tu dis. En rajoutant tout de meme que blacks ou bigarrés, on s'en tape à la limite ( encore que ), ce que les gens veulent c'est du talent et pas de la médiocrité sportive et morale. A ceux de 98, on pouvait tt pardonner, ils avaient gagné, aujourd'hui c'est différent, non seulement ils sont nuls mais en plus ils se communautarisent. Comme dis Carine, les langues se délient...
    Et pour en revenir à ces supposés quotas, chut ne rien dire même si force est de constater que...

    RépondreSupprimer
  20. ne surtout pas briser le consensus mou qui consiste à laisser une xénophobie débridée avoir pignon sur rue en se revendiquant du politiquement incorrect alors que c'est la pensée dominante... Enfin, médiatiquement, pas dans la vraie vie, fort heureusement. Décidément, le fn a contaminé toutes les têtes dites pensantes. A gerber.

    RépondreSupprimer
  21. J'ai pensé au titre de ton billet, Corto : "Ne rien dire, c'est plus prudent." C'est aussi éviter de perdre son temps et son énergie, dans certains cas...

    RépondreSupprimer
  22. @lika: oui dans certains cas, tiens par exemple, le com de GDC est particulièrement intéressant :)

    @gdc: Je ne compredns pas bien ton com.
    Y aurait-il selon toi une xénophobie débridée en France ? Ne confonds tu pas xenophobie et racisme ? Le politiquement incorrect, pensée dominante ? où ? Quelles têtes pensantes ?

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps.

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIME

France, 2019.