vendredi 6 avril 2018

De Renaud Camus à Nicolas Dupont-Aignan

Parce que hier nous évoquions le cas Dupont-Aignan convoqué devant la 17ème chambre pour crime de lèse politiquement correct (et parce que les travaux dans la maisonnée prennent un peu de temps et m'empêchent de pondre moi-même un billet sur le sale temps social qui règne actuellement en France) laissez-moi vous provide (histoire de parler franglais comme Jupiter) le mot sucré-salé que Renaud Camus (théoricien du Grand Remplacement et gourmandise des petits juges de la même 17ème chambre) a commis à l'intention du futur condamné susnommé.



" Lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan

Monsieur le Député,

Ne vous inquiétez pas, je ne tiens pas à aggraver votre cas, je ne vous écris pas pour vous apporter mon soutien. Ce serait d’ailleurs inutile : vous imaginez bien que vous l’avez déjà. Et comme vous me traitez régulièrement de “dingue”, vous êtes un peu couvert de ce côté-là, même quand vous dites la même chose que moi.

Si je me permets de m’adresser à vous aujourd’hui, c’est parce que votre procès me semble marquer une date importante dans l’officialisation de la fiction. On voit bien à cette occasion qu’il va devenir interdit non seulement de s’opposer comme on peut à l’immigration de masse mais même de paraître la remarquer, de la nommer. Déjà nous vivons dans un monde imaginaire : non pas tant qu’il invente une réalité qui n’est pas (encore que…), mais aussi, et surtout, parce que la réalité qui est s’y trouve totalement oblitérée.

Répétez après moi, disent les juges, les journalistes, les sociologues, les libraires : ce qui arrive n’arrive pas, ce que vos yeux voient n’existe pas, ce que votre cœur souffre est une illusion, un sentiment ; non votre patrie ne vous est pas arrachée, non ce qui fut votre pays n’est pas livré à des étrangers qui le haïssent, non il n’y a pas de Grand Remplacement.

Pourtant, l’immigration, achetée jadis en tant que lézard décoratif, est devenue entre-temps crocodile. Il occupe la moitié du salon, l’œil mi-clos. De temps en temps, quand l’humeur taquine lui en prend, il dévore un bras ou une jambe, pour passer le temps. Toutefois la convention est de faire comme s’il n’était pas là, et de poursuivre la conversation par-dessus lui autour d’une tasse de thé, en parlant des horaires des trains, tandis qu’il se pourlèche les babines en sang.

« Invasion migratoire », avez-vous dit, Monsieur le Député. C’était trahir la convention. Vous auriez pu dire submersion, aussi bien, changement de peuple et de civilisation ou même, horresco referens, Grand Remplacement. Vous n’en avez rien fait, j’en témoigne. Il reste que votre procès pourrait bien, par l’imprudence d’un procureur ou de juges trop zélés, percer accidentellement le décor, réveiller les figurants hébétés, révéler le caractère de théâtre ou de téléréalité de cette France imaginaire où nous vivons, cette France en fait livrée, trahie, remplacée, cette France du fallacieux vivre ensemble, où, entre ensemble et vivre, il faut choisir.

Vous n’avez fait que dire la vérité, vous le savez. Les juges le savent aussi, et la plupart des Français pareillement, même s’il en est encore quelques-uns pour ne pas savoir qu’ils le savent, ou ne pas vouloir le savoir. Au pays du faux la vérité est une allumette. Elle peut faire tout s’embraser d’une seconde à l’autre, tout s’effondrer du mensonge. On vous parlait de canapé-cuir, de table basse ou d’un pouf, comme “Au théâtre ce soir”, et vous avez demandé poliment :

« Ne serait-ce pas plutôt un crocodile ? »

C’en est un, je le confirme. Il n’a aucune intention de payer nos retraites. Mais qu’il soit désigné pour ce qu’il est, et par un homme comme vous, si pondéré, si sage, si ami d’habitude des conventions républicaines, fasse le ciel que les Français s’en inquiètent enfin, et s’en alarment, et s’en révoltent, qui sait ; qu’ils s’unissent pour percer la chape de mensonge sous laquelle leur pays subit ce que leurs ancêtres ont voulu le plus fort éviter, au prix de terribles sacrifices : l’asservissement, la conquête, la soumission, le remplacement. C’est cela ou le triomphe des juges, des journalistes, des sociologues de cour, de tous les inventeurs du monde à l’envers, où ce qui arrive n’arrive pas.

Soyez assuré, Monsieur le Député, à la part amicale que je prends, pour les connaître un peu, à vos épreuves,

Renaud Camus (le dingue) "

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

38 commentaires:

  1. Tant que c'est ce genre de texte continue tes peintures

    RépondreSupprimer
  2. En soutenant aussi malignement NDA, Renaud Camus aggrave son cas. Vite un signalement à la police de la pensée.
    Je rentre d'un séjour dans mes provinces préférées. Ce que j'y ai vu quant aux populations désormais peu ressemblantes à celles que j'y croisait il y a encore 20 ans me font dire que je deviens daltonien tout simplement et rien d'autre bien évidemment.
    Soutien à NDA et RC....
    S'attendre à ce que ces soutiens deviennent un délit un jour ou l'autre. Sait-on jamais.

    Hors sujet : l'ami Jean Vincent Pincé par la patrouille en état d'ivresse et propos "discourtois" envers la gente féminine, vigiles et force de l'ordre n'a jamais été réserviste dans un régiment de fiers dragons contrairement à ce que l'on peut lire dans certains articles de presse mal informée voire mal intentionnée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un Dragon: je constate la même chose, chaque fois un peu plus quand je vais dans mon Aveyron reculé
      Sait-on jamais... tu verras que sous peu, avec la nouvelle loi qu il prépare sur la " cyberhaine"

      Supprimer
    2. l'Aveyron ?
      Mais nous sommes quasi voisins, par ma mère !
      Par mon père, c'est les Cévennes

      Supprimer
    3. Hélas, trois fois hélas, ce jean foutre a bel et bien été nommé colonel dans la réserve citoyenne et ce crétin a choisi le 13 ème RDP, régiment faisant partit des forces speciales. je suppose que les vrais membres de ce régiment doivent être morts de honte d'avoir une raclure comme ça dans leurs rangs....

      Supprimer
    4. Ah! L'Aveyron... Mes ancêtres sont (tous) de Vimenet...

      Supprimer
    5. Désolé de vous contre dire mais si Jean Vincent Placé est probablement officier dans la réserve citoyenne avec le grade de Ltn colonel ou colonel, il n'est en aucun cas inscrit sur les registres du 13eme REP. Il en a certainement rêvé mais ça ne s'est pas concrétisé.
      Nunc Leo Nunc Aquila.

      Supprimer
    6. 13ème RDP évidemment ..... les enfants d'Eugénie.
      "Au delà du possible" que certains petits malins transform(ai)ent en "au delà du paisible".

      Supprimer
  3. Et si Renaud Camus est "dingue", mon cher Corto, que devrait-on dire d'Alexandre Del Valle qui vient de faire paraître un livre intitulé: "La Stratégie de l'intimidation du terrorisme djihadiste à l'islamiquement correct" où il explique qu'il y a un plan d'islamisation mondiale qui se sert des assassinats ciblés et des actes terroristes comme méthode d'intimidation du peuple à qui on enjoint, après chaque attentat de ne pas faire d'amalgame avec l'islam.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marrianne: voilà un livre que tous les nauséabonds comme moi mais néanmoins observateurs auraient sans doute pu écrire

      Supprimer
    2. Géo

      Au sujet des terroristes il y a une question qui me taraude,après avoir lu que des Belloubet ou Castaner demandent le retour en France des djihadistes partis tuer pour l État islamique.
      Pourquoi cette volonté?
      Ces deux là sont-ils de complets abrutis?Même si être retors n est pas synonyme d intelligence et qu'il suffit de regarder leurs photos pour voir que les fées penchées sur leur berceau furent plutôt pingres en matière d intelligence et de finesse,ils ne sont quand même pas complètement abrutis.
      Alors il reste l hypothèse que les "gouvernants"(comment appeler "gouvernement" des employés d une entreprise privée qui a remplacé l État et à laquelle on n est plus tenu d obéir?On n a pas demandé à entrer chez Rothschild-Soros-En Marche-Move On,pas moi en tout cas.
      De même juges et procureurs politisés ne sont plus crédibles quand passés à la solde d une entreprise privée)
      Donc il reste l hypothèse que ces "gouvernants" aient peur que certains des djihadistes balancent des infos sur la complicité des politiques de la compagnie Hollande dans ces départs pour le djihad et qu'ils aient vu des choses très compromettantes sur le terrain,(arrivées de conseillers militaires français et US chez Daesch et fournitures d armes par exemple,d où l empressement des diplomates à avoir déjà fait rentrer un certain contingent en toute discrétion.)
      Outre que sitôt rentrés certains deviennent des agents dormants au service d une réplique française du groupe Gladio.
      Hypothèse à privilégier.Il y a risque de nouveau gros attentat pour détourner les colères sociales dans les quelques mois qui viennent.
      Il y a une saprée lessive à faire en France tant tout est gangréné par de fausses élites.

      Supprimer
  4. Confirmation du précédent billet et de ses commentaires ; mais pour ma part Camus me fout mal à l'aise...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dieter: Camus écrit bien, c'est déjà ça mais effectivement y a beaucoup à laisser

      Supprimer
    2. Que voudriez vous laisser dans ce qu'ecrit Camus ?
      Le sexe ?
      Mais le sexe est omniprésent dans les préoccupations contemporaines !
      Toulmonde,y compris l'etat,se preoccupe de nos organes et de la façon dont on s'en sert et surtout avec qui
      Mais je suis d'accord sur le fond, ça servira seulement à faire plonger NDA
      L'image de l'éléphant dans le salon est tres bonne,ou celle de l'iguane

      Supprimer
    3. Vous auriez peut-être dû préciser que ce sont ses peintures modernistes qui vous mettent mal à l'aise, sinon on pourrait être amené à penser que c'était son homosexualité assumée, ce qui, ici, avouez-le, la " foutrait assez mal " - en vous priant de m'excuser pour ma vulgarité…

      Supprimer
    4. Kobus: de Camus, je laisserais bien la plupart des tweets et autres messages qu il laisse sur les réseaux sociaux mais en aucun cas le sexe :)
      Remarque que je connais mal , je n'ai lu que trois livres de lui.

      Supprimer
  5. Géo

    Sûr qu'il faut continuer à hypnotiser les gens par tous les moyens possibles légaux ou pas,
    sinon et bien si le peuple français se réveille les actuels dirigeants et tous leurs larbins associatifs,médiatiques et pseudo-judiciaires vont se retrouver en nette minorité et là ce sera à leur tour de comparaître devant la 17 ème chambre mais être aussi jugés pour hautes trahisons,complots contre la sûreté de l État,fomentation de génocide et de guerre civile,collaboration active dans la réalisation d attentats,détournements de fonds à l avantage de gens hostiles au pays... etc...

    Et de plus leurs protégés pas si dupes que ça de leurs visées réelles trés intéressées à leur égard risquent fort de ne leur savoir aucun gré de leur attitude servile envers eux.

    Cette mafia au pouvoir se retrouvera coincée entre deux crocodiles dans son salon.
    Gageons que les plus fortunés,prévoyants et mieux placés politiquement quitteraient la maison en urgence pour aller crécher ailleurs.
    Les plus obscurs et sans-grades seraient livrés en pâture aux crocos si il demeure un peu de bon sens dans ce qui reste de ce pays.
    Et puis,effectivement,croire que des masses d étrangers importés sans discernement,inassimilables et dont le retour d un certain nombre ne serait pas même souhaité par leurs pays d origine en raison de leur pédigrée,
    croire que ces gens vont payer les retraites de l autochtone c est croire au Père Noël!
    La vraie raison ne serait- elle pas la volonté de détruire un peuple pour y substituer un mélange de gens déracinés corvéables à merci au service de quelques cartels malfaisants,cartels dont les maîtres se considèrent Seigneurs et tout le reste de l humanité leurs esclaves?

    Tous,"hommes nomades",pour reprendre une expression de Attali.

    Messieurs Camus et Dupont-Aignan font vraiment trop de bruit dans la pièce voisine,la machine à hypnotiser a des ratés par la faute de semblables trublions.
    Alors on sévit.

    RépondreSupprimer
  6. Pendant ce temps, Manu nous dit qu' il y a trop de mâles quadras blancs dans la recherche scientifique et l' innovation dans l' AI...keep cool and take a drink.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Stéphane: Manu file un mauvais coton... grave. il a mangé son pain blanc

      Supprimer

  7. Prendre la défense de quelqu'un qui vous a traité de dingue, voila qui relève de l'esprit chevaleresque.
    La métaphore de la table basse est tout simplement géniale.

    RépondreSupprimer

  8. Quant à Dupont-Aignan n'allons pas trop vite en besogne : le non-lieu est quasi certain.
    Ce qui est détestable c'est de devoir rendre des comptes pour ce genre de propos.
    Il faudra bien qu'un jour la tendance s'inverse, que ceux qui sollicitent avec légèreté les tribunaux pour des opinions tout ce qu'il y a de plus légitimes se retrouvent condamnés pour poursuites abusives.
    Ça les calmerait.

    RépondreSupprimer
  9. Merci de nous faire découvrir ce billet.
    Fort bien vu. Hélas !

    RépondreSupprimer
  10. ça me semble bien dit - encore qu'il paraisse croire lui aussi à un quelconque "Grand Remplacement" qui, bien évidemment, n'est qu'une chimère ...
    Il faut toujours avoir confiance dans la justice de son pays, et surtout le dire, n'est-il pas vrai ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gérard: absolument, toujours lui faire confiance... hum !

      Supprimer
  11. On vient de me signaler une réflexion qui me semblerait digne de figurer sur "Coté face", mon cher Corto :

    "La Révolution m'aurait entraîné si elle n'eût pas débuté par des crimes. Je vis la première tête portée au bout d'une pique et je reculai. Jamais le meurtre ne sera à mes yeux un objet d'admiration et un argument de liberté.
    Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné, qu'un terroriste.

    François-René vicomte de Chateaubriand - Mémoires d'outre-tombe - IV-13

    RépondreSupprimer
  12. "Repris à son compte une théorie complotiste et raciste née dans les tréfonds de l'extrême droite française, la théorie du grand remplacement de Renaud Camus" (Procureur).
    (c'était le précédent billet).
    Au fond,les procureurs ne sont plus des auxiliaires de justice mais outrepassent leur tâche: d'historiens,ils se muent en moralisateurs et en apôtres de la vertu,chargés d'édicter le bien plutôt que le vrai.
    NDA vient de payer pour l'apprendre,Camus et quelques autres avaient essuyé les plâtres avant lui.

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vendemiaire: les procureurs... des auxiliaires du camp du bien

      Supprimer
  13. Bonjour cher Corto, de retour - je ne sais pas si mon idée est publiée, mais j'essaie. Vous verrez bien.
    Et si ... le type du supermarché avait fait comme les autres types à St Etienne du Rouvray : obliger la dame otage à filmer ce qu'il a fait endurer au vaillant colonel ?

    amicalement - beau printemps quand même
    Madame Chocolat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. madame Chocolat: quelle ide curieuse puisque le Colonel a remplacé la dame otage, sortie du magasin illico elle n a donc pas pu filmer, enfin, je crois

      Supprimer
    2. La dame otage a pu sortir à quel moment ? vous dites " illico " bon très bien, tant mieux pour elle.

      Bonne suite de dimanche
      Madame Chocolat

      Supprimer
  14. Géo

    "Youtube le samedi politique avec Nicolas Dupont-Aignan." la justice veut nous faire taire!"
    Tout l entretien est là,avec une vraie journaliste,sur TV liberté,qui le laisse s exprimer contrairement aux larbins des gros médias qui ne cessent d interrompre les gens que leurs maîtres n aiment pas,afin de les empêcher de s exprimer.

    RépondreSupprimer
  15. Joseph Goebbels, qui présentait les médias comme "un piano sous les doigts du gouvernement", avait-il tort, affirmant :
    « Je veux qu’on ne tourne actuellement pour les français que des films légers, superficiels, divertissants, mais stupides... Le peuple français s’en contentera sûrement ! »
    Et fait des émules :
    « C'est l'un des droits absolu de l'État de présider à la constitution de l'opinion publique. »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Francis Hop: nombres des citations de Goebbels sont pertinentes, dommage qu il fut ce qu'il fut

      Supprimer
  16. Je ne vois VRAIMENT pas ce qu'il y aurait à retrancher aux propos hélas trop justes de Renaud Camus!
    Quand depuis 40 ans maintenant on importe des peuples extra-européeens et musulmans de surcroît pour la plupart venus du maghreb et d'Afrique su-saharienne, et que ces peuples ont fait des enfants(beaucoup) qui eux_mêmes sont en train d'en faire d'autres,c'est quoi au juste?
    "au pays du faux la Vérité est une allumette":rien de plus juste.
    Assez de nov-langue,on parle de daesh pour ne pas prononcer le mot islamique pour "état islamique",on parle "quartiers populaires"pour des quartiers à immigrés majoritaires,ras le bol!
    jean-luc

    RépondreSupprimer
  17. En lisant le journal intégral de Mathieu Galey (Bouquins, Robert Laffont), je suis tombé sur ce passage (page 512), délicieusement vachard, qui à mes yeux résume bien qui est ce Renaud Camus: "17 janvier 1978. Hier, à Bob Wilson, le vieil Aragon, en compagnie de Renaud Camus. Ils sont au premier rang de corbeille. Toute la salle les voit. Camus n'en peut plus de satisfaction. Dix minutes plus tard, Aragon s'endort, la tête en avant, comme en syncope. Spectacle à la fois pénible et touchant. Mais Camus, craignant soudain de paraître ridicule aux yeux du Tout-Paris, lui file des coups de coude furibonds qui n'ont d'ailleurs qu'un résultat très éphémère. Il finit par renoncer à le réveiller, mais je surprends les regards qu'il jette de en temps sur l'épave, presque chargés de haine et pire encore: un coup d'oeil et un sourire complices, échangés avec une de ses amies, assise en face, l'air de dire: "la vieille, il faut se la faire!" Aragon, méprisé par un Camus...
    Tout est dit. Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Journal de Mathieu Galey est un bonheur de lecture mais (enfin, aussi "parce que", en un sens) en grande partie un tissu de persiflages venimeux et vipérins sur les copines, comme seuls les membres de la Confrérie savent les trousser, en l'occurrence il ne résume rien du tout de Camus. La scène de comédie décrite ici semble assez objectivement justifiée, n'importe qui aurait eu la même réaction que Camus à sa place. En outre, il faut bien avouer qu'Aragon à l'époque dont il s'agit avait sombré de façon embarrassante dans le ridicule le plus complet. Roger Peyreffite s'en fait l'écho ça et là dans ses oeuvres.
      Camus, personnalité peu consensuelle assurément, est un esprit d'une finesse et d'une intelligence redoutable, et tous ses diagnostics sur les temps que nous traversons sont impitoyablement justes. Sa mise à l'Index médiatique n'a pas lieu par hasard. Il est en outre d'une grande élégance comme le prouve avec panache cette belle lettre de soutien à Dupont-Gnangnan qui l'avait traité de cinglé pour se racheter une bien inutile virginité.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient