samedi 28 avril 2018

Le petit Alfie est mort "dans la dignité". Dans la dignité ? Vraiment ?



Alfie est né en mai 2016 en Angleterre. Très vite, on décèle chez lui une une pathologie neurodégénérative rare et pour laquelle il n’existe pas de traitement. Et tout aussi vite, médecins et parents vont s'affronter, les premiers estimant que "c'était dans l'intérêt de l'enfant de ne pas poursuivre les soins"(sic !), les parents estimant que tant qu'il y a de la vie et de l'amour, il y a de l'espoir. 

Mais en Angleterre, les médecins seront plus forts que les parents. De procédures en procédures, un juge leur donnera gain de cause: que l'on débranche donc l'enfant ! 

L'histoire du petit Alfie en a ému plus d'un, même le Pape François tentera d'intervenir. En vain. La nationalité italienne sera attribué à Alfie. Deux hôpitaux italiens proposeront d'accueillir l'enfant et de l'accompagner médicalement aussi longtemps que cela sera nécessaire, tous frais payés. Mais non, rien n'y fera, on ne laissera pas Alfie partir pour Gênes ou Rome. Les médecins anglais ont-ils voulu ne pas perdre la face en donnant le droit à Alfie d'aller continuer de survivre en Italie ? No lo se !

Toujours est-il que contre l'avis des parents, des juges et des médecins ont décidé de donner la mort à un petit garçon d'à peine deux ans (quand d'autres, en Italie, proposaient de prolonger son passage sur terre..): abréger ses souffrances ? Quelles souffrances ? Nul n'a dit, pas même les médecins, qu'il souffrait. Il végétait tout simplement.

Alors, hier, le petit Alfie est mort "dans la dignité" comme ils disent. Et ses parents - nous tous aussi d'ailleurs devrions - n'ont plus que leurs yeux pour pleurer l'enfant qu'une décision de justice leur a enlevé... "dans son intérêt" !

"Dans la dignité ", quelle putain d'expression ! qu'y a-t-il de digne à ce qu'un juge décide de la mort d'un enfant ? Quelle dignité y a-t-il à ce que le pouvoir des médecins supplante celui de parents aimant ? Quelle dignité y a-t-il à ce que des médecins donnent la mort ?

Voilà où nous en sommes, notre monde part en couille. En Belgique, un enfant mineur peut  d'ores et déjà être autorisé à mourir "dans la dignité". En Suisse, on pratique le suicide assisté à tours de bras. Et en France, nous avons Vincent Lambert lui aussi dans le couloir de la mort tandis que dans une discrétion tout ce qu'il y a de plus suspecte des technocrates et des législateurs nous préparent de nouvelles lois bio-éthiques dont certaines devraient autoriser la sédation profonde, première étape vers la fin de vie programmée, autorisés, banalisée. Ce qui autrefois était espoir dans la médecine devient lutte contre de supposés acharnements thérapeutiques.

Les malades coûtent cher, les vieux coûtent cher, un enfant de deux ans qui aurait pu vivre sous assistance respiratoire pendant de longues années en attendant, qui sait, que la médecine le sauve, coûte encore plus cher. Y avait bien une solution autrefois, on appelait cela l'eugénisme ou comment, par obsession de la décadence, on pouvait sélectionner de beaux futurs hommes, puis ça a été l'euthanasie, aujourd'hui, on a la justice, Jacques Attali et consorts, le suicide assisté et... la "mort dans la dignité"... Demain, nous aurons en plus l'intelligence artificielle et le transhumanisme ou la recherche à nouveau de l'homme augmenté, de l'homme parfait... qui, à terme, ne coûtera pas grand chose en frais médicaux.L'eugénisme est de retour et il se porte très, très bien.

A la poubelle, les vieux, les malades et les enfants atteints de pathologie dégénérative.

Plus belle la vie, c'est ça le PROGRES qu'ils nous disent, les progressistes...

Résultat de recherche d'images pour "alfie evans"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

40 commentaires:

  1. Les progressistes ont aboli la peine de mort pour les déchets de la société, et en même temps (pour parler macronien), ils l'imposent pour des enfants innocents... vive le progressisme !
    Stan

    RépondreSupprimer
  2. Les juges ne se déjugent pas - mais " Lui qui les juge " a écrit Me Jacques Isorni
    Profonde tristesse
    et prières.Les belles paroles de ses parents pour leur " petit ange " - sont " dignes, elles, ce mot si galvaudé, hélas.
    Merci pour cet article, cher Corto, merci beaucoup
    Madame Chocolat

    RépondreSupprimer
  3. On est dans l'ignoble, la première fois où l'appareil respiratoire a été retiré les parents ont passé la nuit à lui faire du bouche à bouche. Les médecins peuvent établir un diagnostic mais le problème vient ensuite de la volonté qu'on leur impose. La justice, la société et l'idéologie progressiste vont vers une adoption progressive de l'euthanasie régulatrice. Au début on tirait la sonnette d'alarme, on nous répondait que ce serait inhumain mais c'était l'erreur de croire que ces personnes savaient ce que c'est l'humain vu la dérive...

    RépondreSupprimer
  4. oups, j'ai oublié mon pseudo...

    RépondreSupprimer
  5. Ils l'ont tué, le juges et les médecins ont le pas sur l'amour des parents, ils n'ont pas voulu lui donner une simple petite chance, c'est des nazillons, comme ceux qui utilisent encore les animaux dans les laboratoires alors que tant d'autres solutions sont possibles , faire souffrit par plaisir, par méchanceté, par bêtise, par sadisme , par idéologie, notre société est prête à tout, elle en crèvera , que cet enfant repose en paix si c'est possible

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Boutfil: oh lui, je ne me fais pas de bile, il reposera en paix, puisse par contre que le juge et les médecins aient du mal a se regarder dans la glace, mais j en doute

      Supprimer
    2. Oh Boutfil, des nazillons! Pas ça, c'est une infamie qui ne te ressemble pas. Tu parles de chance, mais ce petit n'en avait pas à la naissance. Quand à la chance que ça s'arrange, ou que la science trouve quelquechose, on peut toujours pisser en l'air et faire croire qu'il pleut! Je ne souhaite pas de mal au juge et au médecin, qui ont eu beaucoup plus de courage que nous en avons à déblatérer sur un blog... Allez bisous quand même!

      Supprimer
    3. ce que je leur reproche c'est d'agir contre la famille et non pas avec la famille, qu'il n'ai eu aucune chance, je veux bien l'admettre, mais pourquoi passer par la justice ? pourquoi demander à des gens qui n'ont à priori aucune compétence pour juger de l'état de cet enfant, ce qui me dérange, c'est ça, et la façon dont Vincent Lambert est gardé comme un prisonnier dans son hôpital, au lieu de la laisser aller dans un autre endroit, les familles pourraient alors se faire à ces fins de vie dans la dignité, si dignité il y a , ils auraient l'impression qu'on les a entendu, compris, plutôt que d'asséner les choses, ils pourraient faire leur deuil sans violence et en pensant qu'ils ont tout fait, eux et non pas la justice, je n'y connais rien c'est sûr, mais franchement, c'est pas de manières d'agir cette violence
      je te retire le terme nazillons, quoique que pour les animaux, je le maintien, les labos font du fric, mais bon, je te présente des excuses pour ce terme qui t'a choqué et te fais de bisous en retour

      Supprimer
  6. Bonsoir Corto,

    Les Juges appliquent les lois et textes votés. C'est là leur fonction. S'il est "écrit qu'un meurtre doit être puni de la peine de mort, ils condamnent l'accusé à la peine de mort. Si un meurtre ne devient passible que de 25 ans de prison (et je ne prend là qu'un exemple, le meurtrier est condamné à 25 ans de prison). Le cas que tu évoques est emblématique des dérives de notre société où le recours au juge est le dernier refuge des incompétents qui président ou prétendent présider à nos destinées. Je ne crois pas du tout que ces recours soient le signe d'une société en bonne santé. Le mot pour désigner l'attitude qui se résume à déclarer "cette mort dans la dignité" appelé par nos dirigeants cet état existe, c'est l'eugénisme tout simplement. Pour moi, un individu qui se veut digne n'a pas besoin de l'accord de la société. Il choisit l'heure et le mode qui convient à ses principes. Se dissimuler derrière un pseudo-accord sociétal est assimilable à une forme de lâcheté. On n'est comptable de sa mort, suivant ses convictions, que devant soi voire son entourage proche ou que devant le créateur. Le reste n'est que billevesée. Il n'y a pas besoin de textes. J'ose espérer que les médecins qui sont formés ont encore une conscience et que le serment d'Hippocrate n'est pas devenu le serment d'Hypocrite. Je note simplement que ce triste fait divers est arrivé dans un grand pays berceau de la Démocratie qui a fait le chois funeste après la guerre d'une médecine étatique. Quand je vois les dérives ou les impairs actuels de notre système, je suis inquiet pour l'avenir.
    Il ne manque pas de moutons de Panurge pour émettre des cris d’orfraie (et le mot quoique juste est faible) quand un quidam évoque avec un minimum de complaisance les heures les plus sombres de notre histoire et un régime honni. Au risque de choquer et bien que je sois fondamentalement opposé à de telles dérives, notre société soi-disante évoluée présente au fil du temps qui passe de moins en moins de différence avec ce genre de délires. "L'enfer est pavé de bonnes intentions" dit le proverbe. Nous nous en préparons un magnifique et pose la question cruciale de savoir si une société moderne ne doit exister qu'en acceptant des individus productifs ou pas. Homo economicus ou Homo humanismus?

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. Tout est une question d’argen, Michael Sumacher pourquoi lui reste t il sous assistance, pourquoi n’ a t il pas De mourir dans la dignité.
    Une question d’argent quelle assurance va payer la veuve et les frais médicaux, celle de la station de ski,du fabricant du matériel où la sienne dans le cas où il enfreint une interdiction.
    Donc attend, question d’argent.

    RépondreSupprimer
  8. Géo

    Il y a une éthique,une éthique à respecter.Le fait qu'un juge ou un médecin ne fassent qu'appliquer des "lois" quand celles-ci sont iniques n est aucunement une excuse pour eux.Cela rappelle trop un György Shwartz alias Soros qui déclarait ne pas regretter un instant avoir aidé à spolier alors adolescent ses coreligionnaires juifs car "si ça n avait pas été lui un autre l aurait fait!".

    Quand l éthique n est plus respectée,les coupables doivent subir la loi du talion.Quel que soit leur statut.Une famille vient d être gravement lésée par une décision qui nie son existence et ses sentiments.

    Quant au transhumanisme et compagnie,c est l humain diminué,dégénéré En Marche dés lors que ce transhumanisme dépasse le simple niveau de la réparation d un organe détérioré il n y a rien à attendre de valable au delà.

    Un certain personnage en France a déclaré que nous nous acheminons vers l élimination physique des plus de 62 ou 65 ans et que c est inévitable et préférable que la vie humaine cesse d un coup à ces âges.Ayant dépassé cet âge et ayant montré son incompétence économique,idéologique,astrologique,humaine,il doit s appliquer cette sanction.
    Idem pour les médecins incapables de soigner cet enfant puisqu'ils ont prouvé que leur existence est aussi inutile que celle de cet enfant de leur point de vue.
    Le juge aussi doit être euthanasié puisqu'incapable de condamner l incompétence des médecins il est donc lui aussi un parasite,
    et les politiques ayant voté des lois scélérates permettant de supprimer un enfant "inutile"doivent aussi être euthanasiés puisque ces gens aussi sont inutiles et coûtent de l argent au contribuable.
    Je ne fais qu'appliquer leur système de pensée en suggérant leur suppression physique.

    RépondreSupprimer
  9. D'après ce que j'ai lu par ailleurs, le juge aurait noté dans son jugement "que le père avait perdu son discernement car il s’était « entiché » (besotted) de son petit garçon, et qu’il se laissait aller à de « ridicules sottises émotives »"...
    Ce juge est-il humain ?

    RépondreSupprimer
  10. Progressiste, mon arrière-train.
    Voici revenir le bel humanisme judéo-crétin qui consiste à dire que toute vie, quelle qu'elle soit et dans n'importe quel état, se doit d'être sacrée. Bien sûr Mère Nature voit les choses autrement, et a toujours séparé le faible du fort.
    Alors bon ma foi, les légumes humains comme Schumacher, les gens atteints de maladies neurodégénératives ou les grands prématurés qu'on insiste à ressusciter tout en sachant qu'ils développeront avant 30 ans des affections qui feront d'eux des légumes...je trouve que l'acharnement à maintenir tout ce beau monde en vie se targue d'un sentimentalisme on ne plus malsain.

    Si je me trouve un jour dans ce genre de situation ainsi que les gens que j'aime: on débranche, s'il vous plaît. Contrairement à ce qui est écrit ici, ce que je trouve répugnant c'est la volonté de maintenir en vie un être qui n'a comme avenir que celui d'être une plante qui se bave sur les genoux.

    Bien sûr il s'en trouvera pour dire que mon approche eugéniste se rapproche des heures les plus sombres de notre histoire, que je ne suis pas humaine. Peu me chaut, vraiment.
    La vie réduite à quelques signaux électriques sur un moniteur alors que leur propriétaire n'est déjà plus qu'un tas de chair - non merci.
    Mes parents étaient de cet avis, je suis de cet avis, et je laisse les calotins de tous bords s'effaroucher du contraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juliette: ais-je l'air d'un calotin ?

      Supprimer
    2. Non, vous n'avez pas l'air d'un calotin. Mea culpa, j'ai sans doute péché par assimilation, alors que j'essaie d'éviter ce genre de chose en général. Disons que ce sujet me touche pour des raisons que je n'expliquerai pas ici et que j'ai eu un p'tit coup d'adrénaline.
      Il se trouve que bien souvent ce genre de position est associée à des valeurs religieuses quant au respect de la vie et la définition même de celle-ci, et que je m'inscrit souvent en défaut par rapport à ces valeurs. Ce qui est paradoxal vu que je reconnais l'importance de l'influence judéo-chrétienne dans notre civilisation européenne. Mais c'est là un autre débat.
      Comme quoi on ne peut pas toujours être d'accord. Tant mieux, ce serait d'un ennui mortel.

      Supprimer
    3. juliette: a-t-on besoin de valeurs religieuses pour placer "la vie " au dessus de tout ?

      Supprimer
  11. Les individus sont maintenant devenus la propriété des états. Il y a eu un véritable acharnement idéologique en ce sens puisque toute sortie du territoire pour une prise en charge, payée, à l'étranger a été refusée.
    Je ne suis pas certain qu'en France la situation aurait été différente.
    Une monstrueuse dérive totalitaire se profile de plus en plus, « pour notre bien ».

    RépondreSupprimer
  12. La loi sur la légalisation de l'euthanasie, mon cher Corto, ne représente, ni plus, ni moins, que la solution finale remise au goût du jour, par les progressistes du XXIème siècle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: z'avez vu la gueule des progressistes ? On est mal !

      Supprimer
  13. A propos d'euthanasie, c'est le blog de Didier Goux qui vien d'être euthanasié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. realist: oui, j ai vu, je vais aller à la peche aux renseignements

      Supprimer
    2. realist: renseignement pris, Didier Goux a décidé, au moins provisoirement, de fermer son blog et ne sait pas encore s'il le rouvrira. Bon dimanche

      Supprimer
  14. Désolé, mais je ne suis pas du tout d'accord avec vous!
    "qui aurait pu vivre sous assistance respiratoire pendant de longues années". Mais sérieusement,c'est lui proposer une vie digne!? Je suis médecin, et il faut bien mal connaitre ce qu'est une "vie" sous assistance pour écrire cela. Il n'y a pas que la ventilation, il y a l'alimentation par sonde, les rétractions tendineuses, l'amyotrophie. C'est cette vie abominable que, tranquillement derrière vos claviers, vous vouliez infliger à cet enfant, qui était "non viable" par Nature. Si un bon Dieu existe, il est à ses côtés, et c'est tant mieux. Heureusement qu'il y a, ici des juges, mais cela peut être des médecins, qui prennent des décisions qu'un parent est incapable de prendre. Ce sont les mêmes déconnantes qui maintiennent le pauvre Vincent Lambert non-vivant/non-mourant dans un lit....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. lenonce: ah que coucou, tiens pour une fois ns ne sommes pas d'accord !

      Supprimer
    2. Et la vous m'avez scotché,c'est vrai que c'est trop facile de faire du sentimentalisme quand on ne connait rien à se qui se passe derrière le rideau...

      Supprimer
    3. Zen aztec: on ne connait rien à ce qui se passe derrière le rideau ? L'histoire du petit Alfie est parfaitement connue. Ceci dit, pro ou contre leuthanasie, qu'on m'explique pourquoi il a été refusé au père et à l'enfant d'aller en Italie poursuivre des soins palliatifs alors que tout était pris en charge ?

      Supprimer
    4. Il a été refusé à Alfie toute issue autre que celle décidée par l'état.
      Quant à Vincent Lambert, il est vivant et il veut vivre, s'il avait voulu mourir, il serait mort, c'est ainsi que ma femme le voit selon l'expérience qu'elle a vécue.
      L'abomination arrogante des juges et des médecins (qui devraient se demander ce qu'éthique veut dire) qui décident pour vous se profile.
      Tout sentimentalisme m'est étranger, c'est le libre choix que je défends.

      Supprimer
    5. L'énumération des désagréments de la vie sous assistance peut être étendue à la vie sans assistance. La sénescence rend donc la vie inutile d'être vécue à partir d'un certain seuil et justifie donc l'euthanasie. Ce sont ceux-qui-savent-ce-qui-est-bon-pour-vous qui le disent, et qui se feront une joie et un devoir, en tant qu'experts, de préciser ce seuil.
      La seule consolation est que cela puisse un jour retomber sur ces ordures.

      Supprimer
  15. Géo

    "Mobile france-info pourquoi la polémique autour du petit Alfie..."

    Il avait continué à respirer alors qu'on lui avait retiré le respirateur artificiel,son père ayant demandé,suite à cette amélioration,que la décision d euthanasier soit annulée.
    Le cas du petit Ashya King:jugé perdu par les médecins au Royaume-Uni ses parents parviennent néanmoins à le transporter à Prague où un traitement aux protons le guérit de son cancer,enfant considéré comme guéri actuellement.

    Il ne faut pas se donner beaucoup de mal pour trouver nombre d exemples de ce type.

    Facile de cacher son incompétence sous des accusations de sensiblerie exagérée.
    Je soutiens que rien n est jamais perdu en telles circonstances et que persévérer ne peut que finir par bénéficier au plus grand nombre n en déplaise aux capitulards et défaitistes invétérés partant battus.La médecine se porterait mieux si elle n était aux mains du cartel pharmaceutique dont l objectif principal n est pas de guérir mais de faire des bénéfices.On le voit actuellement avec les vaccins obligatoires chargés d adjuvants toxiques.
    Il est à noter que dés qu'un chercheur trouve un remède peu onéreux pour une maladie grave il est boycotté par le cartel pharmaceutique.

    RépondreSupprimer
  16. Il y a quelques années, les médecins fonctionnaires anglais ont refusé une greffe de foie à un alcoolique au motif qu'il n'avait pas signé une décharge où il s'engageait à se sevrer. Ils l'ont laissé crever.

    Faut jamais oublier que pour les socialistes, les êtres humains n'existent que pour être des variables d'ajustement de leurs lubies de tarés. Quand je pense que ce gros enc**** d'Attali est toujours en vie, lui proposait d'exterminer tous les vieux, ça donne envie de vomir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Théo: ah ce Attali, toujours bons pour professer sans jamais s'appliquer à lui même ce qu il préconise

      Supprimer
  17. Les hommes se foutent sur la gueule depuis la nuit des temps, ça a commencé à coup de pierre on en est au bombes atomiques. Là, la vie n'a rien de sacrée! Il suffit qu'un môme naisse, hélas, avec un truc qui cloche et à partir de ce moment, tout doit être fait pour le maintenir en vie...eh ben non! la nature ne fonctionne pas comme ça. La sélection naturelle n'est pas là par hasard. Nous sommes à une époque où la grande majorité des "tares" peut être détectée avant la naissance...Alors qu'on arrête de mettre au monde des mômes qui n'ont aucunes chances d'avoir une vie normale et vont coûter un pognon fou à la communauté.

    RépondreSupprimer
  18. Un exemple de ce que peut faire le National Health Service vécu par une amie enseignante et très sportive. Elle se casse un orteil - ce qui n'est pas conseillé, c'est petit mais on ne peut plus marcher.
    Elle va à l'hôpital, dans le York soirée. Pendant une semaine, elle a attendu l'intervention, c'est à dire qu'on la mettait à jeun la veille au soir, que le matin, elle attendait qu'on vienne la chercher ... mais on ne venait pas, si bien que le soir elle pouvait enfin manger, repété 8 jours.
    Elle était épuisée quand l'opération a eu lieu... ratée. .. elle ne pouvait plus marcher et a du se résoudre à entrer dans une clinique privée où on lui a recassé tout ça. .. Et enfin elle a pu refaire de la randonnée !
    Madame Chocolat

    RépondreSupprimer
  19. Un nouvel élément serait à ajouter au tableau déjà consternant :
    http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/2018/05/alfie-evans-mort-naturelle-medicaments-avant-mourir.html

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Fiers d'être Européens