lundi 11 janvier 2016

Agnès Saal, ses amis, la France d'en haut et... nous !

Afficher l'image d'origine

Vous vous souvenez tous de l'affaire Agnès Saal, la nana qui, en à peine un an, avait dépensé pas moins de 40 000 euros de frais de taxi (dont près de 7 000 euros par son fils à qui elle avait remis son code d'abonnement à la cie de taxis) du temps où elle était patronne de l'INA et 38 000 du temps où elle était patronne du Centre Georges Pompidou alors qu'elle disposait d'une voiture de fonction avec chauffeur ! Pour ces faits, elle a été démise de ses fonctions, encore heureux, recasée dans un placard doré du ministère de la Culture, puis, scandale oblige, suspendue de la fonction publique pour deux ans dont 6 mois " fermes ". Ainsi, pendant 6 mois, elle ne touchera pas une thune puis, après, elle sera recasée avec tous les droits et rémunération dus à son rang de haute fonctionnaire ! 

Pour quoi je vous en parle ? A cause de l'ITW qu'elle a donné au Monde et parce que 98 personnes ont écrit à Président pour exprimer leur mécontentement quant à la peine infligée à la dame ! Et ce qu'il y a d’intéressant dans cette ITW et cette lettre, c'est qu'on y trouve la plus belle preuve, éclatante, de la déconnexion totale de ces " élites " par rapport aux gens " normaux ", vous et moi, déconnexion d'une part et, d'autre part, la manifestation de l'entre-soi dans lequel vivent ces gens-là. Hors-sol. 

Que dit la dame auX taxiS pour s'excuser, se dédouaner et s'expliquer ? " Qu'elle a trébuché " et que si elle se décide à parler: " c’est parce que j’aimerais, si c’est possible, remettre un peu de sens et d’humanité dans cette histoire " ! Suite au scandale et à son éviction, elle dit que " Tout l’univers d’engagement passionné au service de la politique culturelle que j’avais patiemment édifié s’est effondré du jour au lendemain. C’est une forme de traumatisme personnel et professionnel qui est sidérante, devant laquelle je suis restée incrédule (i.e.: elle ne comprend pas ce qui lui arrive), sans comprendre comment ma vie s’était trouvée mise en miettes ". Pauvre biche qui vit une histoire sans humanité, un scandale ( qu'elle a elle même provoqué ) qui la dépasse, la traumatise et que sa connerie ( qu'elle reconnait ), elle la regrette " à l'infini ", mais bon..., elle est tout de même, dit-elle, " un dérivatif, un symbole, l’incarnation d’une trahison des élites, alors que je suis à l’opposé de cette image de haut fonctionnaire cupide qui dilapide les fonds publics ". Z'avez compris ? Elle regrette mais elle s'estime bouc chèvre émissaire... Misère ! Se rend-elle compte un instant de ce qu'elle dit. J'aurai fait dans le privé le quart du dixième de ce qu'elle a fait que j'aurais été viré pour faute lourde ! Pauvre biquette !


Venons en maintenant aux 98 personnes qui lui viennent en aide et qui protestent auprès de Président pour la sévérité de la sanction qui accable Agnès. A l'origine de la lettre, un inspecteur général de l’administration ( coucou, Maxime... ), Monsieur Bonhomme. Que reprochent-ils à Président ? " une sanction en réalité sans aucune proportion aux faits reprochés". Selon eux, Agnès Saal serait ( ne vous marrez pas ) " une victime expiatoire des dérèglements de l'administration " ! Oui, oui, une victime expiatoire ! Sa faute se limiterait à avoir donné (imprudemment) son code d'abonnement à son fils ( 7 000 euros sur 78 000) sans en contrôler l'usage. Mieux encore, les dépenses de taxis de madame ne seraient rien comparativement aux économies qu'elle aurait  réalisées en tant que patronne du bousin ! En clair, la faute et ses abus vaudraient peau de balle par rapport aux efforts de rationalisation qu'elle aurait imposés à ses entreprises !! On croit rêver ! Et les mecs écrivent cette lettre avec tout le sérieux que leur donne leur statut de " hauts " fonctionnaires " ! En gros, les dépenses de taxis de madame ne seraient qu'une goutte d'eau par rapport aux efforts qu'elle aurait, grâce à ses talents de gestionnaire, imposés à ses administrés !

Et les mecs, ils écrivent ça le plus sérieusement du monde, sans rire... On est là, il me semble, dans un autre monde, celui du c'est pas cher, c'est l'Etat qui paie, celui du t'inquiète pas chérie, c'est pas ton pognon ! Le plus étrange dans cette histoire, c'est que d'habitude pour ce genre de " courrier " les signataires signent et, ce faisant, donnent leur identité. Curieusement, sur ce coup, on ne connait que le nom de l'initiateur et aucun journaliste n'a cherché (ou voulu) à dévoiler le nom des 97 autres charlots !

Même pas mal, que ce soit pour l'une, biquette, ou pour les 98 confrères-hauts-fonctionnaires, on a compris la chanson, touchez pas aux copains-copines, on est de la haute, et le reste, on le conchie ! Okay ?

Folie passagère 3036.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

43 commentaires:

  1. a ce niveau ce n'est meme plus de l'indécence, de l'obscénité, de l'immoralité, il faudrait inventer des mots nouveaux pour quantifier exactement le niveau de pourriture, de putréfaction avancée , de dégradation psychologique qui caractérisent toute cette petite caste néo-aristocratique qui prétend nous "gouverner " alors qu'elle ne fait que se servir et plonger avec ravissement ses petits doigts boudinés dans le magot publique sans aucun scrupules, la morale c'est bon pour donner des leçons et les scrupules pour les gueux... effectivement il y a fort a parier que cette " dame " soit tout ce qu'il y de plus sincère quand elle ne voit pas ou est le problème, et c'est bien ça le plus grave... ces gens sont tellement habitués, et depuis longtemps a considerer comme allant de soi le fait de jeter l'argent des autres par les fenetres aux grés de leurs petits arrangements entres amis, qu'il finissent meme par etre étonnés qu'on puissent se permettre de leur demander des comptes... mon dieu, mais ou va t 'on si les manants rechignent a entretenir les trains de vies de nos puissants ! sinon quoi d'étonnant que l'immonde, le journal de révérence, pardon, référence... publie un tel plaidoyer, car c'en est un, ce torchon que je ne lirais meme pas d'un derrière distrait c'est depuis longtemps tellement décrédibilisé qu'il en devient presque risible... quand aux 98 ordures coupables de cette missive a notre grand timonier, il est plus que probable que l'on doit en compter un grand nombre de signataires habituels de toutes les pétitions possibles et imaginables dès lors qu'elles concernent les migrants, les sdf, l'islamophobie, bref, tout les " combats " nobles dont ils font leurs brioches quotidiennes, et ce sont les meme connards qui vont venir nous parler avec effroi de la montée du "populisme " ... il flotte dans l'air comme un parfum de tetes au bouts de piques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour
      il n'y a pas que l' "élite" qui profite du système, sauf qu'elle , elle a les moyens de se faire entendre, de s'organiser, de faire pression.
      Sous d'autres formes, les petits édiles locaux (du maire au député etc...), pour un grand nombre, essaient de tirer 'bénéfices', de leurs positions...Création de postes 'bidons', augmentation d'indemnités, petits (et gros ) avantages à droite , à gauche.
      Le gaspillage, à ce niveau, est énorme.
      Saal, c'est juste l'arbre qui cache la forêt..
      Matador

      Supprimer
    2. PS : Quand une société est décadente, elle l'est dans toutes ses structures...
      Mtador

      Supprimer
    3. @Tonton: "il y a fort a parier que cette " dame " soit tout ce qu'il y de plus sincère quand elle ne voit pas ou est le problème, et c'est bien ça le plus grave " C'est tout a fait ça , elle ne se rend même pas compte de la faute commise, le fait de répondre a une ITW confirme. Le pékin moyen ferait profil bas, pas ces gens là !

      @Matador: tu as raison, c'est un arbre qui cache la forêt mais pour une fois qu on en voit un dans toute sa splendeur , on ne le loupe pas !

      Supprimer
    4. Les syndicalistes de Good Year ont employé les mêmes mots..la même surprise sur la sanction qui leur a été octroyée suite à la séquestration de leurs deux patrons!."Ils n'ont rien fait de mal!". On croit rêver dans ce bas monde!

      Supprimer
  2. Géo

    Nous nous enfonçons encore davantage dans l ignoble et le sordide avec ce genre d aberrations.Quand les misérables crapules en cause se permettent de défendre l injustifiable,il ne reste plus,dans un pays évolué,que la sanction pénale la plus sévere en réponse.
    Et la lacheté à ne pas vouloir dévoiler leurs noms prouve qu ils sont conscients de leur malhonneteté,avec leurs potes journaleux.
    Mais où sommes nous?corruption,indécence,infamie...
    Les 98 k.fards sont des escrocs potentiels de la pire espece, si ils ne sont pas encore passés à l acte,ce dont on peut douter,pour avoir un tel cynisme envers le citoyen.
    Quant à Saal!Pouah!
    Ce que tous ces gens peuvent etre méprisables et laids.
    Heureusement,Il y a eu une pétition présentée contre Saal(mesopinions.com)pour l éjecter de la fontion publique.

    Eh puis se présenter comme une lumiere de la Culture...
    Culture du hashish,peut etre?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Géo: méprisables ? dis tu, mais non voyons, ils sont hauts fonctionnaires, complètement déconnectés des réalités, elle ose même dire que si elle a dépensé autant c'est parce qu il n y avait pas de cadrage ! Ces gens bouffent la laine sur le dos des contribuables.
      J ai cru comprendre que la sanction était administrative et qu elle doit dans un deuxième temps etre jugé par la justice, on verra ce que ça donne

      Supprimer
  3. Il existe bien en France une Nomenklatura qui vit (bien) sur le dos de la bête, qui se battra férocement pour la conservation de ses acquis, qui vit entre soi et qui se fout bien du petit peuple de base qui paye pour elle. La différence avec 1789 est que le petit peuple peut encore bouffer, donc rien ne bougera.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Nain: absolument tant que le peuple d en bas a de quoi manger, il ne se passera rien et ils continueront à nous bouffer la laine sur le dos

      Supprimer
  4. Elle ferait mieux de se taire, c'est sûr.

    Par ailleurs, elle doit toujours être jugée pour ces faits de détournement de fonds publics, comme l'indique le début de l'interview au Monde. Donc la sanction ne se limitera sans doute pas à cette suspension.

    Enfin, le deux poids deux mesures continue. Celui qui consiste à tout passer au privé et à accabler le public, bien sûr.

    Car c'est dans le privé que les rémunérations ont explosé, ou que des rigolos plantant leur entreprise se votent des retraites plaquées or ou des stocks-options. Le patron de Renault gagne près de 10 millions par an, son prédécesseur d'il y a 25 ans en touchait 300 000...idem à Citroën (je me souviens à peu près des chiffres de cette époque, qui avaient fait polémique, c'est donc d'eux que je parle mais ce ne sont pas les pires...).
    Les gens qui ont planté les banques, et qui sont à l'origine de la crise actuelle, sont toujours solidement accrochés à leur pompe à fric créée par la "dérégulation".
    Mais il y aura toujours des gens pour préférer s'intéresser au détournement petit bras de la tache en pyjama rose...

    Ils filtrent le moucheron, et avalent le chameau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " accabler le public " dit l'anonyme....oh ! mais le public devrait être irréprochable ! c'est notre argent, celui qu'on nous payons sur nos petites retraites où nos petits salaires, il n'y a pas d'excuses à ce genre de choses et c'est pas parce que quelques patrons voyous du CAC se goinfrent que les fonctionnaires doivent en faire autant, d'autant que l'utilité de certains cafards comme cette bonne femme reste à démontrer ! en quoi elle mérite chauffeur et salaire mirobolant reste aussi à démontrer , pour elle comme pour d'autres , la fonction publique DEVRAIT être au service du peuple et non pas à son propre service et intérêt avec mépris et prétention pour ne pas dire morgue et arrogance , vous me faites rire jaune vous,

      Supprimer
  5. Bonsoir Corto,

    Tous les militaires, pour ne parler que d'eux, victimes impuissantes de Louvois, apprécieront. Comme tous ces serviteurs silencieux de l'État à qui des crânes d'oeuf comme les signataires de ce torchon explique doctement qu'on mange très facilement pour 25 euros à Paris et qu'on trouve d'excellentes chambres d'hôtel dans la même ville pour 80 euros/la nuit. De plus en plus nombreux sont ceux qui renoncent de ce fait au déplacement prescrit. Pour info, j'ai connaissance d'un officier général (3 étoiles quand même) condamné à de la prison avec sursis pour des faits équivalents il y a une plus de quinze ans.

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: Reste encore à Saal de passer devant un juge, on verra si la peine est à la hauteur de son "traumatisme "...

      Supprimer
  6. Un collègue syndicaliste me parla d'une guichetière qui détourna environ 500 frs, elle fut révoquée sans tambour ni trompette.
    Elle n'aurait pas du agir ainsi mais elle était seule avec 3 enfants, tous les syndicats et assistante sociale l'ont défendue mais la direction ne fit aucun sentiment malgré vingt ans de carrière sans tâches.
    A l'époque, un fonctionnaire révoqué perdait ses droits à la retraite.
    Il est vrai que cette collègue ne s'appelait pas Madame Saal.
    Selin que vous soyez puissant ou misérable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: aujourd'hui, il en faut vraiment beaucoup, beaucoup pour qu un fonctionnaire soit révoqué, et ça tous les fonctionnaires le savent d ou peut être ce sentiment d impunité

      Supprimer
    2. Pour une fois, nous sommes en désaccord, trois de mes collègues ont été révoqués pour faute grave, la loi ayant changée sur le droit à la retraite, les conseils de discipline prennent plus facilement cette décision mais ici j'évoque le petit pas les gros.

      " les lois sont comme les toiles d'araignée, les gros insectes passent à travers, les petits restent prisonniers."

      Supprimer
    3. Je ne suis pas tout à fait d'accord, en tant que membre régulier (hélas) d'un conseil de discipline; Et cette décision de révocation est toujours mise en oeuvre. Un fonctionnaire ayant profité indûment d'une somme bien inférieure à celle de la dame (moins de 1000 €) fut bien révoqué, sans tambour ni trompette, récemment.

      Je suis d'ailleurs profondément écoeurée de cette affaire, et conseillerais aux prochains de faire appel en fonction de cette nouvelle jurisprudence...

      Supprimer
    4. C'était exactement un des points soulevés par l'excellent article de Veraeghe sur Atlantico :
      http://www.atlantico.fr/decryptage/exclusion-fonction-publique-avec-sursis-francois-hollande-imagine-vraiment-que-peine-inventee-pour-agnes-saal-purge-abces-2523448.html
      Droopyx

      Supprimer
    5. hélas, grandpas, ton collègue syndicaliste aura omis de te parler ce qui suit.
      Dans une situation où la nommée Trautmann poursuivait des buts de révocation d'un fonctionnaire en poste à la BNF et qui avait mis le nez "où il ne fallait pas" : c'est avec la complicité des syndicats -hé oui- que le 19 novembre 1998 le ministère de la Culture a réussi à tenir un conseil de discipline, convoqué sur la base d'un faux en écriture et tenu sans que l'agent ait eu accès à son dossier. Voilà déjà qui commence à faire un peu beaucoup.
      Puis conformément au scenario mis au point avec les syndicats leurs représentants ne votèrent pas la sanction mais ne votèrent pas non plus... l'absence de sanction ; aussi, la petite troupe s'étant séparée sur le score nul 3-3, le dossier fut donc transmis pour arbitrage à la ministre pour arbitrage. Laquelle bien entendu décida la révocation de l'agent.
      On concèdera à la nommé Saal, qui pour une raison personnelle menait ici la danse (et qui de plus en tant que directrice-adjointe du Cabinet était statutairement en charge des personnels-BNF) d'avoir été assez habile pour que son nom n'apparaisse qu'à un seul endroit du dossier. En ce qui concerne en revanche celui qui présida la mémorable séance il n'y a pas de problème puisque son nom figure en tête du procès-verbal. C'éait un nommé Bonhomme : Alain, Bonhomme. Le même qui aujourd'hui adresse aux gros bonnets de la Culture des courriers leur faisant comprendre leur intérêt bien compris cad. signer la pétition que Pellerin au début de l'été, puis Hollande aujourd'hui, se sont faite adresser à eux-mêmes en faveur de la nommée Saal !!!
      Alors elle est pas belle, la vie, au pays des syndicats et de monsieur Bonhomme ?!!!

      Supprimer
    6. Pour mes collègues, c'était en 2012, depuis 1998, la loi a changé, il me semble que c'est Juppé qui fit passer ce changement mais là je n'en suis pas certain.

      Supprimer
    7. grandpas tu auras été mal informé, en France les conseils de discipline sont plus que jamais des institutions paritaires (même si de fait la voix de l'administration est prépondérante du fait du dispositif de l'arbitrage, en cas d'égalité des voix) : ce qui en langage clair signifie qu'à chaque fois qu'une sanction est prise contre un fonctionnaire cela signifie que des "représentants du personnel" se seront trouvés là, pour jouer le rôle de leur vie. Les pleurnicheries obscènes auxquelles se livrent ensuite en toute impudence les syndicats, n'appellent pas même de réponse.

      Supprimer
  7. Grâce à votre lien je viens, avec accablement, de lire la lettre des amis de la dame. Mais cela ne m'étonne pas trop.
    Ayant eu l'occasion de travailler dans ce milieu, je retrouve là toute la morgue et l'arrogance des petits barons (et marquises) de la Culture Officielle.
    On ferait fortune si on pouvait les acheter au prix qu'ils valent et les revendre à celui qu'ils pensent valoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: elle est pas piquée des hannetons la lettre en question , comme tu dis la morgue et l arrogance

      Supprimer
  8. la caste des intouchables qui avait de hautes responsabilités ! responsable mais pas coupable..

    Des gens sans foi ni lois...
    Il serait intéressant de voir combien de Saaletés de ce genre il y a en France qui abusent de l'argent public.... et quel coût global pour la sot ciété alors que le pays est sur endetté

    Et qu'en plus des gens viennent à son secours ..

    Quelle belle leçon d'intégrité tout de même






    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: ces gens dont on ne connait pas le nom, curieusement, font partie du même monde, on se serre les coudes :)

      Supprimer
  9. Les bras m'en tombent, mon cher Corto ! Ne me dites pas que c'est Maxime qui, ces jours-ci, n'a pas de mots assez durs pour la "nomenklatura", pour "les misérables", pour la "petite caste outrageusement privilégiée", qui a initié cette lettre de protestation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marianne: Rassurez-vous, Maxime n'est pas dans le coup !

      Supprimer
  10. Sur les faits,tout à fait d' accord avec la triple condamnation,et du détournement,et des pleurs des collègues en prevarication, et de la diffusion sans commentaires des dites pleurs dans les médias...
    Quant aux comparaisons avec le privé, allons y plus mollo...Certes,on voit couramment du "petit personnel" purement et simplement licencié pour une faute coûtant à l'entreprise mille fois moins que ce que Saal à coûté à l'État...
    Mais ne voit on pas des patrons de grandes entreprises les quitter avec des indemnités faramineuses alors qu' 'ils n'ont rien apporté à leur boîte ,quant ils ne l'ont pas plantée!
    Ces mêmes qui ,suite à un echec,se recuperent en quelques mois un poste identique ,encore mieux payé, dans une boîte concurrente?
    Nous vivons en fait dans un monde où le matérialisme et le culte du fric roi ont détruit tout à la fois la déontologie chez nos hauts fonctionnaires et chez nos dirigeants, et toute idée de décence quant au train de vie de certains dirigeants de la haute finance ou des multinationales...
    Morale et politique n'ont jamais fait bon ménage.
    Nous sommes arrivés à un point ou morale et vie publique ont divorcé, à tous les niveaux...
    Et vu l'ampleur des périls qui nous guettent, cela constitue un sacré handicap!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gridou: On peut parler des " mauvais " patrons, mais ceux ci font après tout ce qu ils veulent de leur pognon ou de celui de leurs actionnaires, c'est privé. Là, ce qui est encore plus scandaleux, c'est que des gens comme Saal et consorts vivent et se goinfrent avec l argent du contribuable, le tien, donc. Ces gens là se devraient d etre irréprochables, je sais, je rêve

      Supprimer
    2. Corto:je partage ton indignation,les fonctionnaires devraient être effectivement encore plus honnêtes du fait qu'ils touchent de l'argent public.
      Et je partage aussi la thèse soutenue par Veraegue selon laquelle les pouvoirs publics (Hollande,en la demeure,)eussent dû attendre la sanction pénale avant de prendre la sanction administrative.
      En fait,ce que je soulignais dans mon intervention est que la notion même de responsabilité se dilue actuellement, dans le public comme dans le privé. Et qu' 'il arrive que,franchi un certain niveau de responsabilité (ou grade) les sanctions soient, dans le public comme dans le privé, beaucoup plus douces dans les hauts grades qu'elles ne le sont dans les grades inférieurs...
      Une remarque (amicale) à claude henri17, j'ai connu bien des cadres de la fonction publique qui assuraient leurs missions 50h/semaines et plus sans heures sup',adoraient leur boulot et ne piquaient pas dans la caisse !
      La déontologie existe encore Dieu merci, dans le public et le privé, à droite comme à gauche...mais la dérive du monde actuelle la rend hélas de plus en plus rare.Et l'exemple des nos actuels gouvernants ne conduit pas,hélas, à la respecter!

      Supprimer
  11. Si elle n'avait pas été balancée,se serait-elle dénoncée?
    Marie-France

    RépondreSupprimer
  12. Une expression intéressante: "victime expiatoire". Cela signifie qu'elle paie pour les autres et que son comportement n'est pas isolé. Les autres? Des noms! Des noms!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: les autres, y en a tout plein, trop d ailleurs pour qu ils soient sanctionnés :)

      Supprimer
  13. Je comprends Agnès Saal d'être à ce point outragé , en Tunisie l'élite gouvernementale ne rend JAMAIS de compte sur ses dépenses aussi se plier à un code déontologique démocratique est un peu dur à appliquer pour soi-même .
    Je ne suis d'accord de critiquer les patrons qui ont des gros salaires (très peu partent avec des retraites en or sauf où l'état a un pied dedans) , bosser 15h-20h par jours et souvent 7/7 et après on en reparle .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: ce qui aggrave le cas de Saal c'est que ce n'est pas son pognon, c'est bien de l abus de bien social et quasi détournement de fond public alors que les patrons, c'est dans la grande majorité des cas du pognon privé,

      Supprimer
    2. Que savez vous des horaires de travail de Saal ?

      La distinction argent public / argent privée est fallacieuse, mais très apprécié des idiots utiles du néolibéralisme. C'est bien sur vous que retombe le coût de toutes les décisions permettant à une minorité de s'enrichir au delà du raisonnable, qui n'était pas possible pendant les trente glorieuse, que ce soit en France (etc) ou aux Etats-Unis.

      Vous êtes en train de vous faire tondre par la bande de cyniques néolibéraux actuellement au pouvoir en Occident, et c'est à la débile à pyjama rose que vous vous en prenez pour trois franc six sous : vous êtes à côté de vos pompes. Vous êtes du côté du mal, en détruisant tout ce qui permet l'existence d'une classe moyenne, y compris la vôtre.

      Supprimer
    3. Géo

      @anonyme

      Il se trouve que le présent billet concerne Saal et la clique qui la soutient.
      Mais,effectivement,les banksters ne sont pas plus louables et toujours en place(même si le citoyen va encore en payer le prix) malgré leur culpabilité dans la crise actuelle,Draghi de Goldman Sacht est un exemple édifiant parmi d autres.
      Il est sur que le rapport des sommes en cause entre l affaire Saal et les dégâts occasionnés par banksters et associés qui continuent leurs oeuvres malsaines,ce rapport,est disproportionné.
      Idem des stock options et autres de certains grands patrons qui,en outre,ne font pas toujours leurs preuves loin s en faut.
      Mais doit on pour autant accepter le cynisme et la malhonnêteté sous prétexte que les sommes en jeu sont bien moindres?
      Non,à mon sens,Car l esprit reste le même,qui consiste à se servir dans les caisses sans retenue.

      Supprimer
    4. Géo

      "Distinction argent public argent privé fallacieuse"

      Effectivement,j ai souvenir de DSK,ministre des Finances,qui,à l instar de son compère Juppé,avait imposé des taxes sociales, RETROACTIVEMENT,sur des produits d épargne classiques détenus par nombre de Français.
      Mais quand je ne sais plus quel directeur est parti avec une masse de stock options non imposables,le même DSK,avec une mine faussement déconfite devant les caméras,disait:"oui,c est dégueulasse,mais,que voulez vous,on n y peut rien!"(je cite les propos)
      Deux poids,deux mesures,selon la taille du citoyen.
      Il y a collusion entre public et privé(j ai d autres exemples)
      D où la nécessité de faire le ménage à tous niveaux pour éviter les contagions mais comment sortir de ce merdier dans lequel nous allons encore patauger avant une super-catastrophe?

      Supprimer
    5. @Anonyme

      L'argent public n'existe pas, c'est l'argent du contribuable ( ie il a été pris dans la poche de quelqu'un qui en aurait fait certainement meilleur usage )

      Le pénal ne tien t'il pas le civil en l’état normalement ???

      remboursement, révocation, prison stou
      --
      Pwet

      Supprimer
    6. Il ne s'agit pas d'innocenter Saal, mais les gens qui s'excitent sur elle et sur ses sanctions refusent de le faire pour les "créateurs de richesse" qui sont en train de nous emmener dans le mur. C'est d'ailleurs explicitement ce que dit le message auquel je réagis.

      Je suis accablé de voir ces gens vouloir démanteler l'Etat, qui est garant de notre sécurité et de notre liberté y compris d'un point de vue économique, même s'il y a beaucoup à améliorer (surtout en ce moment).

      Ces gens contribuent à nous emmener dans le mur, donc qu'ils nous lâchent un peu avec leurs patrons qui bosseraient H24 J7.
      Je connais des petits patrons du privé, et je sais que ce n'est pas le cas ou du moins pas pour tous. Et de toute façon, ceux qui posent problème sont ceux des multinationales, qu'elles viennent d'une privatisation ou pas.

      Supprimer
  14. Devant l'indignation quasi générale (voir les commentaires sous les articles de journaux même de gauche) Présiflan aura voulu montrer sa grande force de caractère pour établir une république irréprochable. Le tout en ménageant les zénarques et hauts fonctionnaires .
    On va bien lui trouver un petit CDD pour ses 6 mois (ça tombe bien, il y a un chasseur de têtes au bureau de l'association des énarques).
    Si elle est relaxée au pénal, elle pourra attaquer l’état.
    Si elle est condamnée au pénal, on ne pourra pas lui infliger une sanction administrative plus lourde et plus méritée.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  15. Ben non. Pas Ok. Mais alors, pas OK du tout !...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen