lundi 21 décembre 2015

Le scandale corse, le silence de François Hollande

Afficher l'image d'origine Permalien de l'image intégrée

Lors de ces élections régionales, il s'est passé quelque chose de grave que les médias et le pouvoir socialiste ont quasiment ignoré: La prise de contrôle de la Corse par les indépendantistes. Indépendantistes que le politiquement correct et les progressistes imposent d'appeler aujourd'hui nationalistes ou régionalistes... N'ayant que peu de temps en ce moment pour écrire, par moi-même, ce que je pense de ce scandale, j'ai pris la liberté de copié-collé et d'adapter un communiqué du parti de François Asselineau, l'Union Populaire Républicaine, communiqué que j'approuve presque sans réserve ( ce qui ne veut pas dire que je sois un fan de l'UPR ):

Profitant d’une élection « quadrangulaire », les « nationalistes » corses, conduits par Gilles Simeoni, ont obtenu 35,34% des suffrages, ce qui les a classés en tête et leur donne accès à la présidence de la région Corse.

Ce résultat est certes important, mais, avec 67,03% de participation, il ne représente que 23,69% des électeurs inscrits. En d’autres termes, plus des trois quarts des électeurs corses inscrits (76,31%) ont refusé d’aller voter pour les nationalistes corses.

Malgré cette réalité politique qui confirme, une fois de plus, que les indépendantistes corses sont très minoritaires, les nationalistes corses ont fait comme si une majorité des habitants de l’île les soutenaient et ont entamé un véritable coup de force anti-constitutionnel contre la République française.

Ce 17 décembre 2015, le début de démembrement de la France a ainsi commencé, par un discours, séditieux et anti-constitutionnel, tenu par Jean-Guy Talamoni, proche de Gilles Simeoni. Ce discours a été tenu en langue corse, à l’Assemblée de Corse.

En voici les passages essentiels :

" L’heure est venue de la réconciliation de notre communauté avec elle-même. la Corse appartient à tous les Corses et le gouvernement national, le premier depuis le 18ème siècle, sera celui de tous. (...). Demain, nous obtiendrons l'amnistie des prisonniers et des recherchés et personne ne pourra s'opposer à cette volonté populaire ". Les nationalistes réclament la libération de 25 prisonniers, condamnés notamment pour des attentats.

" En votant pour les nationalistes, le peuple corse a dit que la Corse n'était pas un morceau d'un autre pays mais une nation, avec sa langue, sa culture, sa tradition politique, sa manière d'être au monde "

" Nous sommes arrivés ici avec tous ceux qui ont combattu les autorités françaises sur la terre de Corse " a déclaré M. Talamoni, évoquant notamment  " tous ceux qui depuis 1768 n’ont cessé de combattre pour que la Corse demeure une nation ".

" Nous sommes arrivés ici avec les soldats de Pascal Paoli tombés à U Borgu et à Pontenovu , nous sommes arrivés ici avec les militants du FLNC morts pour la Corse ".

Ce discours, tenu en langue corse dans une assemblée locale de la République française, viole effrontément :

- L'article 2 de la Constitution française qui pose que « La langue de la République est le français. »

- L’article 5 de la Constitution française qui pose que « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. […] Il est le garant de l’indépendance nationale, de l'intégrité du territoire et du respect des traités. »

Le discours ouvertement séditieux et anti-constitutionnel de Jean-Guy Talamoni aurait dû être immédiatement arrêté par le préfet, aidé des forces de l’ordre, sur instruction expresse du président de la République.

Il n’en a rien été.

François Hollande n’a bien entendu rien fait et s’est rendu, une nouvelle fois, coupable de haute trahison vis-à-vis de sa charge de garant de l’ordre constitutionnel.

Je rappelle enfin que, tout comme les « indépendantistes » catalans, basques, écossais ou flamands, ces « indépendantistes » corses sont des indépendantistes pour rire.

On chercherait en vain, dans le discours de Jean-Guy Talamoni comme dans celui d’Artur Mas en Catalogne, la moindre critique de l’Union européenne, de l’euro , du TAFTA, du TISA, ou de l’OTAN, non plus que de l’impérialisme américain bien sûr.

Ce que veulent ces « indépendantistes » de pacotille, agréés par Washington, ce n’est pas l’indépendance réelle et sincère de la Corse, mais la destruction de la France.

Ce qu’ils veulent, ce n’est pas la liberté et le bien-être des habitants de la Corse, mais leur maintien dans cette prison des peuples tyrannique qu’est la prétendue « construction européenne. »

Le même Jean-Guy Talamoni, qui a fait scandale aujourd’hui à Ajaccio, avait été on ne peut plus clair dans un entretien publié par Le Parisien Dimanche du 13 mai 2001. Il y avait fait cette déclaration sans ambiguïté : " Je ne suis pas Français, c’est tout ! Je suis nationaliste, indépendantiste, et je connaîtrai de mon vivant l’indépendance de la Corse dans le cadre de l’Europe. "

On comprend donc bien pourquoi les indépendantistes catalans ont été parmi les premiers à féliciter la victoire relative de la liste de Gilles Simeoni et de celle de Jean-Guy Talamoni.

On notera au passage que les médias nationaux, d’une très grande discrétion sur la question, se gardent bien d’opposer à ces indépendantistes euro-atlantistes aucune des questions et aucun des sarcasmes dont on nous accable.

Il ne se trouve jamais aucun garde-chiourme des intérêts atlantistes - autoproclamés  antifas  ou anticonspis - pour accuser les « indépendantistes » corses d’être complotistes (Rudy Reichstadt et Ornella Guyet sont muets comme des carpes).

Il ne se trouve jamais aucun journaliste pour demander d’un air sentencieux à Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni s’ils ne sont pas d’extrême-droite, s’ils ne vont pas « isoler » la Corse, si la sortie de la Corse de la France ne va pas mener à une apocalypse financière en Corse, etc…

La simple observation fait ainsi ressortir un très révélateur 2 poids - 2 mesures entre les indépendantistes corses, entourés de beaucoup d’égards journalistiques d’un côté, et les indépendantistes français que nous sommes – constamment calomniés, brocardés et traînés dans la boue – de l’autre côté.

Ce qui se met en place, sous couvert de modernisation, c’est la destruction réfléchie, programmée, préméditée, d’un pays de 1 500 ans d’âge : la France.

Il est déjà bien tard pour que le peuple français commence à se rassembler pour empêcher ce piège machiavélique de détruire son propre pays.



Asselineau en profite pour rappeler, selon moi à juste titre (relire mon billet du 3 juin 2014), que la politique de redécoupage des régions et la constitution des euro-régions vise rien moins qu’à démanteler la France, progressivement et à l’insu des Français. Il note aussi que ni le FN, ni Debout La France, pourtant promoteurs d'une " autre Europe " n'ont dit le moindre mot pour dénoncer la destruction programmée de la République française par le truchement de la politique régionale. Pire même, ils approuvent officiellement le rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne, l'une des revendications principales des indépendantistes bretons...


Folie passagère 3016.
Résultat de recherche d'images pour "la corse française"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

89 commentaires:

  1. Je suis moi-même de plus en plus tenté par l'indépendance régionale. Nous n'allons pas couler avec vous...
    Did (jard)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Jard: je ne sais pas de quelle région tu es mais, demandes là ton indépendance, fais sécession, prends les armes, parle le dialecte de ton coin, mais à une condition, renonce a tout le pognon que l'Etat Français, d’une manière ou d'une autre donne a "ta" région !

      Supprimer
    2. Géo

      @Corto

      Et c est ici que je vois mal comment les Regions,devenues indépendantes,pourraient échapper à la main-mises de puissances economiques expansionnistes qui finiraient par leur etre défavorables,l unité d une nation a fini par se réaliser car,unies par un pouvoir central,ces provinces se sentaient plus protégées de prédateurs qui pouvaient,autrement,les envahir et les saccager à leur gré.
      Si des cartels hostiles à notre culture commune essaient de la détruire,c est bien parce que cette unité autour d un pouvoir central les gene,que je sache?
      Attention donc,pour ceux qui seraient favorables à l independance de leur région,d avoir bien conscience qu ils servent des visées étrangeres loin d etre pacifiques et bien intentionnées envers nous

      Supprimer
  2. Je peux comprendre les indépendantistes...La Corse a une identité très marquée, sur tous les points de vue (géo et historique bien sûr, mais aussi ethnique, culturelle...) Je trouve qu'être indépendantiste n'est pas dénué de fondements la bas.
    Mais bien évidemment, ce n'est pas le rôle de nos zélites de leur donner raison au sens large (par leur silence). Le FN? La Nation est sa raison d'être, c'est lui faire un faux procès. Quant à Gnangnan, French Young Leader donc plus logique non?
    Matador

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Matador: indépendance, moi je veux bien, quiconque la réclame doit savoir à quoi il s engage, donc okay pour l indépendance mais sans l appui financier, culturel, historique et politique du pays d origine. Ns sommes d accord ?

      Supprimer
    2. @Corto74: Difficile d'être d'accord. Indépendance financière, cela se comprend. Le reste, indépendance culturelle, historique et politique me semble beaucoup plus vide de sens. La Corse comme d'autres régions posséde sa propre culture et son histoire. Une partie nous est commune, d'autre parties pas. Pour la part Française, notre histoire peut s'apprendre notre culture s'exporter. Chacun en garde ce qu'il souhaite au dela de nos frontières et ce qu'il peut a l'intérieur.

      Il me semble dangereux, arrogant et pour tout dire naïf de croire que la contribution financière est le principal facteur d'attachement à la Nation. Le roman national Français, matrice de notre unité dépasse largement et heureusement les questions comptables. L'unité nationale ne repose pas sur les subventions financières du pouvoir central. Si c'est le cas, rien ne s'opposera à la perte de la Corse comme d'autres térritoires perdus par le passé.

      Réjouissons nous que les indépendantistes soient encore minoritaires mais écoutons les attentivement et offrons leur ce que la République a de meilleur au risque sinon qu'ils ne deviennent majoritaires et résolus à quitter notre pays.

      Supprimer
  3. Géo

    Eh bien en tel cas le parti nationaliste corse devrait etre dissous et les éléments perturbateurs arrétés pour atteinte à la sureté de l Etat, complot visant à déstabiliser la république.
    Celà me parait évident,il ne doit etre toléré aucune faction imposant sa loi,aucun Etat dans l Etat,aucune place de sureté pour qui que ce soit qui défierait la cohésion nationale.
    Mais la vraie source ,au niveau français,du complot contre l unité nationale n est pas en Corse,à mon sens,mais c est le K fard supreme de l Elysée,le meme et cette clique qui permet des créations de villes franches(jungle de Calais/notre Dame des Landes)la dissolution de la langue française par le truchement de la blatte de l Educ Nat.
    Perso,il y a longtemps que je suis convaincu que toutes ces dérives apparemment laxistes sont une formidable offensive coordonnée contre la France,les peuples l Occident et l héritage spirituel qui fait obstacle à des entreprises glauques visant à creer un marché economique uniformisé sous la férule de cartels politico-financiers outre-atlantique,
    Les memes procédés employés par ces cartels pour disloquer les Etats independants du moyen-orient
    Le meme genre de sales morpions qui ont subventionné Hitler,ont radicalisé la Révolution sovietique dans le but d isoler et de détruire la Russie,qui paraissait déjà comme le challenger des Usa.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      En outre,la référence à Paoli montre bien des visées belliqueuses de la part d une minorité qui n a rien à faire de l opinion de la majorité des habitants de Corse,selon les chiffres donnés.
      Ce n est donc pas un peuple qui se souleve,mais une faction violente qui veut imposer sa loi.

      Au delà de la Corse,il y a une dislocation inquietante du pays dont tout le monde va patir,Corses compris.
      La destruction de l unité nationale ne pourra pas etre bénéfique aux régions car elle est orchestrée par des éléments qui ne se soucient pas de ces régions mais les utilisent comme ils utilisent les musulmans pour arriver à leurs buts.
      C est du moins ce qui parait bien ressortir quand on regarde ce qui se passe actuellement d un point de vue global.

      Supprimer
    2. @Géo: "La destruction de l unité nationale ne pourra pas etre bénéfique aux régions" c'est là où tu te trompes, a mon avis, la dislocation de l unité nationale, c'est le dessein de l 'Europe. diviser administrativement un pays, c'est le meilleur moyen de le récupérer à un niveau " supra-national "

      Ce qui se passe en Corse est scandaleux: une minorité, profitant d'un scrutin vérolé par l abstention, se saisit du pouvoir local, discoure en patois local, appelle a la sédition et vomit ceux qui les nourrissent depuis tant d années et malgré tout cela, ce qui nous sert de président se tait !

      Supprimer
  4. C'est bien dans le même ton qu'avec le FN , en socialie tout est possible . J'ai entendu henri Guaino ce matin qui s'est dit scandalisé par le discours en "dialecte" corse , moi je suis scandalisé par les muzz qui parlent en arabe le vendredi , dernièrement on m'a fait la réflexion que les certains curés faisaient la messe en latin mais je crois me souvenir que l'homélie est en français .
    Le rapport est très loin de ta com mais par certain coté il est bon de répéter que la langue officielle est le francais sur tout le territoire .
    Pour la Corsica j'ai eu trop d'amis de tout bord sur cette ile pour savoir qu'ils sont surtout Français avec tout que cela comporte .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: oui tout est possible en socialie même de voir une minorité prendre le pouvoir dans une région et se revendiquer non-française! et de cela, Hollande et sa clique ne dise quasiment rien ! ben merde !

      nb: La messe en latin ? je te rappelle que rien ne l interdit, que cela se pratique dans de nombreuses paroisses et pis, que cela revient à la mode :)

      Et pour en revenir aux Corses, comment ceux qui sont attachés à rester Français ont pu laisser faire cela ?

      Supprimer
    2. Géo

      @Claude Henri

      Le latin d église est censé avoir des vertus spirituelles que d autres langues,dont le français,ne possedent pas,dans le mode opératoire liturgique .

      Supprimer
  5. Corto:d'accord à 110% avec ton billet et avec celui que tu cites.
    Je me fous éperdument de la Corse en tant que telle.
    C'est assurément un très beau pays,un pays riche d'histoire,de culture,de traditions et que sais-je.
    Mais tes impôts et les miens ont largement contribué à sa richesse.Elle a mené depuis des siècles une vie dépendant entièrement de notre solidarité.
    Alors les discours d' indépendantistes me laissent froids.Pire,ils me rendent corsophobe.A mon grand regret.

    Alors, que ceux qui nous gouvernent ferment leur gueule devant une assemblée qui délibère dans une langue que moi, petit français de souche,ne comprend pas,me choque.Profondément.

    Et me renforce dans l'idée qu'un vaste complot se trame actuellement pour détruire les états de l'Europe,tels que nous les avons toi et moi connus et aimés, au profit d'un conglomérat d'eurosiasques entièrement vendus au culte d'un ultra mondialisme aveugle et triomphant.
    Et,bien évidemment,Valls,Cazeneuve et consorts ont oublié les fondements même de notre Constitution.Et se taisent.
    Gravissime.
    Bravo pour ton billet.Je suis sidéré qu'il soit actuellement le seul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 'entierement dependante de notre solidarite'
      On lui a laisse le choix?
      J Ai vraiment du mal a comprendre cette absence d ojectivite
      ..matador

      Supprimer
    2. @Gridou: le plus impressionnant dans cette histoire c'est d une part les corses qui majoritairement opposé à l indépendance ont laissé faire et le silence assourdissant du gouvernement qui aurait du , au moins, condamner fermement, et les résultats et le discours de Talamoni. Au lieu de quoi, on laisse faire et on laisse ces gens là s'emparer d une région. Abracadabrantesque aurait Chichi, scandaleux !

      @Matador: euh... t as fumé quoi ?

      Supprimer
    3. Je pense qu'il n'a rien fumé.

      Il n'est peut être pas jacobin comme la majorité ici.

      1. Dire que 27% des Corses avec l'abstention etc, c'est une argutie. Malheureusement, qui ne dit mot consent. Il y avait le choix puisqu'il y avait quadrangulaire et les seuls qui auraient pu être frustrés sont les libertaires, les autres liberaux pouvant donner voux à LR ou FN suivant leur sensibilité.

      2. Pourquoi toujours vouloir décider de l'avenir des gens à leur place? Bien sûr, la Francr n'est pas une fédération mais cela implique qu'elle s'est construite par la force et non par une volonté de tous ces peuples de vivre ensemble (à la différence de la Suisse).

      Alors, peut être est il temps de se poser la question, de refonder le pays sur des bases saines?

      Pourquoi ne pas envisager une fédération de régions où chaque particularité pourra trouver à s'exprimer, plutôt qu'un pays gouverné par un pouvoir central de plus en plus etouffant, au mépris des différences de chacun?

      De cette manière, et comme dans les cantons Suisses, chacun sera plus libre de rejoindre une terre en phase avec ses opinions, sociales ou economiques.

      A mon sens l'Europe (la civilisation europeenne) ne s'en sortira qu'en devenant une vraie fédération de régions.

      Alexei

      Supprimer
    4. Géo

      @Alexei

      Ce n est pas faux,il est vrai que les dépositaires du pouvoir central ont souvent l esprit borné et leur moralité deplorable en ces temps ne peut pas favoriser un amour des valeurs de la république.
      Mais il n y a pas de défilés massifs des populations,en Corse,en Bretagne ou ailleurs,pour demander l indépendance,ni de vote massif en ce sens.
      Perso,je ne crois pas que le respect des langues et des spiritualités celtiques ou autres soit incompatibles avec les valeurs d une république,ou d une monarchie,mais il y a des dirigeants trop souvent obtus et aussi de vieilles rancoeurs suite à des annexions dans des contextes de violence.
      Mais il faut une cohésion,un socle commun pour que l unité qui rend plus fort puisse perdurer,une direction en laquelle chacun reconnaisse une part de lui meme et qui sache défendre l interet commun.
      Pour celà,une langue commune,des institutions communes pour les fonctions régaliennes.

      Supprimer
    5. 4 langues officielles en Suisse.

      Institutions fédérales communes mais cantonales et communales bien distinctes.

      Initiative populaire pour asseoir la surveillance du peuple sur ses élites à ces trois niveaux.

      Jusqu'à présent ce système marche plutôt bien, je ne comprends pas que l'on cherche à tout prix à préserver cette France centralisée, à part par pure nostalgie.

      Alexei

      Supprimer
  6. Personne en effet ne semble s'être aperçu de l'affaiblissement de la France par la création de
    grandes régions qui achèvent de court-circuiter l'autorité de l'état. Le plan est prévu de longue date et se poursuit, tout le monde n'y voit que du feu. La grande gagnante, c'est l'UE
    qui traitera en direct avec les landers.
    Pour la Corse, je ne sais quoi trop penser, sinon que Fanfan la teinture est bien silencieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nina: il y a plus d un an, je m étonnais que personne ne se rende compte de cet affaiblissement voulu par Hollande et sa clique. Les super régions correspondent quasi parfaitement à ce que les technocrates européens voulaient: un pouvoir fort décentralisé idéal pour diminuer l influence d un Etat fort. Et ce qui conforte dans cette idée c'est justement le silence du pouvoir socialiste qui auraient du, normalement si attaché à l unité du pays, être vent debout contre ce résulta. Au lieu de quoi, ils se sont évertués à attaquer le FN. Pitoyable !

      Supprimer
  7. Homo-Orcus
    30 novembre 1789 – La Corse est rattachée à la France - Décret qui dispose: "L'Assemblée Nationale déclare que la Corse fait partie de l'empire français et que ses habitants seront régis par la même Constitution que les autres Français". Son appartenance est relativement discutable en regard de la libre détermination des peuples. Origine de ce rattachement : Une convention du 15 mai 1768 signée à Versailles est passée entre le Royaume de France et la République de Gênes : "Donne à la France, sous réserve de rendre l'île de Capraïa, la souveraineté sur la Corse en gage des avances financières que celle-ci a consenti à la République de Gênes." Ces avances n'ayant été jamais remboursées !
    ...
    10 septembre - Lacombe Sain-Michel, député à la Convention nationale, chargé d'une mission en Corse.
    Mémoire du 10 septembre 1793 adressé au ministre de la Guerre.
    "La Corse, quoique faisant partie de la France, ne lui ressemble en aucune manière. Qu'on se figure une contrée où l'esprit public est inconnu, dont les habitants sont partagés en une foule de petits partis, ennemis les uns des autres, dont les chefs ont tous le même but, celui de se procurer de l'argent quels que soient les moyens; dont la première attention est de s'entourer de créatures entièrement à leur disposition, et de leur donner exclusivement toutes les places. On n'est pas en Corse sans être d'une famille et par conséquent attaché à un parti. Celui qui n'en voudrait servir aucun serait détesté de tous, encore si on ne lui faisait pas un plus mauvais parti. Je suis convaincu qu'il n'est presque pas possible à un Corse d'être juste dans son pays ni comme administrateur, ni comme juge, ni comme militaire. Le voulût-il, il ne le peut pas."

    On trouve la même situation et la même tournure d'esprit en Bretagne sauf que les Bretons n'ont pas "une foule de petits partis" mais un seul petit parti, le PS !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: je connais, un peu, l histoire du rattachement de la Corse à la France, il en va a peu près de même des Dom Tom, par exemple. C'est l Histoire qui l'a voulu ainsi. Un pays se grandit de ses conquêtes et des annexions ou accords qui en découlent. Est-ce pour autant que l on doit accepter ce type de sédition larvées jusque lors, au plein jour en Corse aujourd'hui... Sans que le gouvernement ne pipe mot ? Oui, si cela correspond a certains desseins comme, par exemple, la constitution d euro-régions au détriment du pouvoir central. Une jolie brèche dans l unité géographique et politique du pays: Bravo Hollande!

      Supprimer
    2. En fait, ce bon député Lacombe a décrit, avec un peu plus de deux siècles d'avance, la France des années 80 à 2015.

      Supprimer
  8. Si le coup de force des Corses n'est finalement pas étonnant, mon cher Corto, avec eux on en a vu d'autres, du temps où ils assassinaient nos préfets, on reste médusé devant le silence de Hollande. Après avoir vu détruits notre industrie, notre Education nationale, maintenant notre système de santé, verra-t-on l'abandon de la Nation aux indépendantistes de tout poil, pour qui, n'en doutez pas, ce qui se passe en Corse fonctionnera comme un signal que l'heure de leur indépendance a sonné.
    On comprend mieux, dès lors, cette hâte soudaine à redessiner en une nuit, sur un coin de table, ces nouvelles régions qui ne correspondent à aucune demande des Français, mais bien à un projet de l'UE qui veut en finir avec les Nations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: absolument d accord. le silence de Hollande est incroyable sauf a considérer qu il puisse acquiescer à cette " indépendance ". Je ne suis pas contre l idée européenne mais pas au pris d une dislocation du pays au profit de grandes régions qui ne serviront qu un pouvoir externaliser à bruxelles.
      J ai rajouter la photo de gauche: Dans son nouveau bureau régional, Talamoni, n a pas le drapeau français, juste le Corse et l européen: tout est dit! et Asselienau, pour le coup, a raison

      Supprimer
  9. Quand on sait qu'en Corse les Corses ne constituent plus qu'à peine la moitié des habitants et qu'on imagine mal les continentaux apporter leur voix aux indépendantistes, les chiffres présentent une autre réalité.
    D'autre part, quand on se réclame de l'indépendance, on se fout un peu de tel ou tel article de la constitution.
    Et franchement, qu'est-ce que ça peut te faire que la Corse soit indépendante? Qu'est-ce que ça changera à ta vie? Moi, ce qui me choque, c'est que Mayotte soit devenue un département français sans qu'on me demande mon avis ou qu'on ait comme ministre de la Justice une indépendantiste guyanaise.
    Quand je lis certains commentaires, je crois revivre le temps où l'on entendait "L'Algérie, c'est la France".
    Enfin, on ne naît pas indépendantiste, on le devient. Il serait intéressant de se demander pourquoi les gouvernement successifs ont a ce point failli que des Français patriotes (ils l'ont amplement prouvé au cours des dernières guerres) en sont arrivés à vouloir se séparer de la France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils veulent être indépendants OK mais plus d'argent venant de notre pays! Voila le fond du problème mais la presse pestilentielle préfère s'intéresser au Fn .. C'est bien plus porteur que l'aventure Corse !

      Pour le reste Mayotte et tout le tralala nous sommes bien d'accord mais la aussi c'est bien trop loin pour que le mouton français s'y intéresse vraiment.

      Et puis pour notre sociale-dictature qui se met en place doucement, la Corse fera un "coin" de moins à contrôler si elle devient indépendante.

      Supprimer
    2. @Pangloss: Les chiffres disent une réalité: une minorité de Corses se sont prononcés pour l indépendance et ont donné pouvoir aux indépendantistes. Depuis quand, dans un Etat souverain ' pour ce qu il reste de souveraineté ) une minorité peut-elle exercer sa domination sur une majorité ? Si ce n'est en ayant l assentiment de Paris ?
      Ce que ça changera à ma vie ? Rien, strictement rien, mais si demain et pourquoi pas puisque une minorité corse montre l exemple , il en allait de même avec la Bretagne, le pays Basque , la Guyane, ou que sais-je ...

      Pour Mayotte, essaie de raisonner un peu plus loin et essaie de savoir pourquoi elle est devenue le 100 ou 101eme département Français... Si tu ne trouves pas, je te donne la réponse demain. Et poses toi aussi la question de savoir pourquoi jamais on ne donnera l indépendance à la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe...

      Supprimer
    3. @Pangloss: allez, je te donne un indice sous la forme d une question: quel est le deuxième ( ou premier, je ne sais plus ) plus grand pays au monde ?

      Supprimer
    4. Géo

      @Corto
      +1

      Le probleme,effectivement,n est pas tant la Corse elle meme que le fait de commencer à entrer dans un cercle vicieux où,forte de l exemple d une minorité en Corse,chaque minorité régionale pourrait décider un coup de force et proclamer l independance de la région qu elle prétendrait représenter ,grace à ce précédent.
      Le deuxieme souci est evident:,la disparition de l entité France laisserait un vide que les pro-atlantistes s empresseront de combler,et,je persiste(je me trompe peut etre, effectivement )que,dans un tel systeme,les régions ne s y retrouveront pas en tant qu entités qui doivent etre capables de maintenir une structure independante.
      Mais le vrai débat est donc de savoir si les participants,ici,veulent que la France,en tant qu entité nationale,survive,ou pas,tout en ayant en esprit que des forces qui n ont rien de democratique essaient de les leurrer dans le but d installer un ordre économique et politique qui fera fi des identités culturelles et spirituelles des Etats.
      L islamisation,le démantelement du socle chrétien de l Occident,participent à cette meme stratégie que l encouragement à l indépendance des régions par des procédés douteux.
      Donc,la vraie question:veut on,oui ou non,que l entité France survive,que cette entité patiemment condtruite au cours des siecles à un prix tres élevé,et dans le but de constituer une identité,une ame collective,disparaisse?
      Le voulez vous?

      Rien n empeche aux regions de conserver leur personnalité au sein de l entité France,
      Ce que je vois,moi,au delà de cette affaire,c est l offensive contre l identité des nations européennes ou la carte de l independance des régions est jouée hypocritement non pas pour elles mais pour servir des buts d hégémonie étrangere(E.u et usa)contraires aux identités nationales en Europe.

      Supprimer
    5. La réponse à ta question mon cher Corto, la France possède la deuxième surface maritime au monde grâce à ses possessions en outre-mer.

      Supprimer
    6. @Grandpas: absolument ! avec tout le potentiel qui va avec: fonds marins, ressources, plateau continental, etc... ( Lire a l occasion La Grande Séparation, d'Hervé Juvin )

      Supprimer
    7. @Pangloss: et la position de Mayotte est éminemment stratégique d'où l interêt de l avoir française

      Supprimer
  10. J ai pas beaucoup entendu l'opposition non plus,il y avait foot ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen Aztec: alors c'est que tu n as pas écouté Guaino, Sarkozy, Mariton, Fenech ou Karouchi :)

      Supprimer
  11. "Il note aussi que ni le FN, ni Debout La France, pourtant promoteurs d'une " autre Europe " n'ont dit le moindre mot pour dénoncer la destruction programmée de la République française par le truchement de la politique régionale. "

    C'est rien que des menteries, pour DLF en tout cas :

    http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Catalogne-%3A-le-double-jeu-de-l%E2%80%99Union-europ%C3%A9enne

    http://www.debout-la-france.fr/actualite/la-vigilance-simpose-en-corse

    RépondreSupprimer
  12. Asselineau est bien gentil, avec son demi pourcent aux élections et ses théories du complot, mais ce n'est pas une raison pour pipoter sur DLF...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dupont-Gnangnan, le souverainiste en carton qui refuse toute collaboration qui pourrait contribuer à une potentielle victoire de l'idée souverainiste en France. Avec de tels amis, point besoin d'avoir des ennemis. Un type qui fait au mieux 4% à chaque élection, sauf aux municipales dans sa ville, mais qui a la prétention d'incarner le souverainisme, je me marrerais si ce n'était pas tragique.

      Supprimer
  13. Une histoire drôle, pour ne pas trop dramatiser :

    « La veille de sa nuit de noces, un jeune marié corse écoute les dernières recommandations de son père :

    - Mon fils, quand tu vas entrer dans la chambre, tu prends ta femme dans tes bras, parce qu’un Corse c’est FORT ! Ensuite, tu la jettes sur le lit, parce qu’un Corse c’est FIER ! Puis tu te mets tout nu, parce que un Corse c’est BEAU !

    Le lendemain de la nuit de noces, son père lui demande comment ça s’est passé :

    - J’ai fait comme tu m’as dit, je l’ai prise dans mes bras pour l’amener dans la chambre, parce qu’un Corse c’est FORT ! Puis, je l’ai jetée sur le lit, parce qu’un Corse c’est FIER ! Ensuite, je me suis mis tout nu, parce que un Corse c’est BEAU !
    - Et puis ?
    - Et puis, je suis parti me masturber, parce que un Corse c’est INDEPENDANT et AUTONOME !!!! »

    cf ici (commentaires) :

    http://blog.causeur.fr/bonnetdane/manuel-valls-appelle-christian-estrosi-001009.html

    RépondreSupprimer
  14. Corto:pour ce qui est de Mayotte ,la réponse tient à la souveraineté des états sur les zones économiques de 200 miles au delà de leurs côtes.
    La France serait à ce titre la deuxième puissance du monde...
    En surface!
    Ceci etant la majeure partie de cette surface est peu poissoneuse ( océan Pacifique) , ou dispose de richesses minérales(nodules polymetalliques) ou pétrolières inexploitables(grandes profondeurs). Donc des richesses économiques sans mesure avec l'étendue...
    Par ailleurs,elle ne dispose pas des moyens militaires suffisants pour réellement établir sa souveraineté sur une surface aussi vaste.
    Alors qu'on arrête de nous les briser avec cette soi disant deuxième place!!

    Pour en revenir plus prosaïquement à la Corse:ce n'est pas par hasard que le nombre de "nouvelles"régions fait ressembler cauxelles ci aux unités statistiques européennes (Nuts).
    Tout concourt à ce que les eurocrates et grands fonctionnaires internationaux considèrent les États,tels qu'actuellement constitués, comme des obstacles à la mise en ordre d'un marché mondial au pouvoir illimité. ..
    Le démantèlement de l'État français avec l'émergence,ici ou là, de phénomènes régionalistes tel celui de la Corse ne peut donc que les réjouir.
    Et nos élites actuelles,formatées par l'ENA ou Sciences Po,les suivent aveuglément.
    L'absence de réaction du gouvernement actuel face au déni d'État que constitue l'attitude corse tient certes à l'absence de volonté (je reste poli sur ton blog...)de nos actuels dirigeants.
    Elle tient aussi à un modèle géopolitique que nos "elites",de gauche comme de droite,s' abstiennent de dévoiler au peuple:la mort des États souverains au profit d'une technocratie inféodée à la finance,aux fonds de pension et aux grands groupes internationaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bin faut savoir ce que vous voulez, vous ne pouvez pas dégoiser sur les énarques à longueur de post et regretter la disparition des Etats...

      Ce sont les mêmes qui ont dégoisé sur les entreprises publiques, et se retrouvent comme des c**s quand ces entreprises privatisées sont rachetées ou n'en font qu'à leur tête.

      Supprimer
    2. @Gridou: la surface certes, mais aussi les fonds marins ( plateau continetal ) les positions stratégiques... la position géographique de Mayotte en est un parfait exemple

      Supprimer
    3. @anonyme:je "degoise sur les enarques"....Oui.
      Parce que je constate que la majorité des hommes qui nous gouvernent depuis quarante ans,ou des conseillers de ces derniers, sont sortis de cette filière, censée fournir à la Nation des hauts fonctionnaires.
      Or on ne peut pas dire que le résultat soit à la hauteur des ambitions.Sur tous les fronts la France recule.
      Alors j'ai tendance à penser:
      -soit que leur formation laisse à désirer.
      - soit ces hauts fonctionnaires poursuivent plus des ambitions personnelles que la recherche du bien public.
      C'est tout.Cela vous choque?
      Quant au reste...Oui je regrette la disparition brutale et totale de la notion même d'État,à un moment où il faut faire face à une invasion hostile...Oui je denonce la vision des mêmes hauts fonctionnaires lorsqu'ils sévissent dans des organismes internationaux.
      Tant mieux pour vous si la situation actuelle vous satisfait...

      Supprimer
  15. Frankiz Evit Ar Vretoned !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Pedenn evit Breizh hag an Tiegezhiou

      Supprimer
    2. @Breizh et Géo: En français , dans le texte, ça donne quoi ?

      Supprimer
    3. Géo

      @Corto

      Breizh=liberté pour les Bretons

      Et moi:priere pour les Bretons et leur famille.

      Trouvable sur internet,elle a,aussi,été récitée par des Bretons pour la protection de la France,qui en a bien besoin.

      Supprimer
    4. Géo

      "Wikipédia: Breizh atao"

      Supprimer
    5. Notre cher breton devrait connaître pourquoi le drapeau breton comprend des lignes blanches et moires.
      Ce n'est pas anodin.

      Supprimer
  16. Géo

    Cas d indépendance forcenée?

    Autre histoire drôle(je l ai dejà écrite,mais je la remets ici)
    Dans une ferme,un cochon et quelques poulets discutent:
    "Vous savez que si nous sommes nourris,c est parce que nous allons tous finir mangés jusqu à l os et au delà!Nous devons réagir!"

    "Wouaaarff,s esclaffent les poulets hilares,
    Tu y crois encore,toi,à la théorie du complot?"

    (Cette fameuse théorie du complot qui n est peut etre qu un mot reducteur pour essayer de cacher les ambitions de cartels politico-financiers qui utilisent la planete comme terrain de jeu pour installer leur domination,nous avons des résultats catastrophiques en orient,en Afrique,en Amérique du sud(1823,doctrine de Monroe),en Europe(u.e. anti démocratique et qui nous coute tres cher!)autant de choses qui nous amenent à des situations instables tant sur les plans économique,ethniques que religieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est une histoire drôle qui fait penser à la ferme des animaux, de Orwell.

      Supprimer
    2. Géo

      @Anonyme

      Et où nous voyons que toute la structure contraignante à laquelle les animaux voulaient échapper,eh bien ils la recomposent et celà tourne mal.
      Orwell,pas optimiste sur la nature humaine!

      Supprimer
  17. Ces régions feront de la France un état fédéral,fini les départements issus de ma révolution.
    C'est le début de la balkanisation de partie du monde, pourtant les écossais l'ont refusee.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gridou: les écossais l ont refusé... ce coup-ci mais la semonce a été lourde ( sans compter quelques bizarreries électorales qui auraient peut etre pu faire basculer le vote, comme le fait que tous les fonctionnaires et militaires détachés et travaillant en Ecosse ont pu voter alors qu ils n étaient pas écossais

      Supprimer
    2. Gridou est certainement une personne formidable mais moi , c'est Grandpas.

      Supprimer
    3. Gradpas:Gridou n'y est pour rien!Mais il profite de l'occasion pour vous saluer.Tout à fait d'accord sur votre distinction entre départements et régions "artificielles". Amitiés!

      Supprimer
    4. Grandpas, Gridou, Gridou, Grandpas; la fatique, sans doute

      Supprimer
    5. Géo

      @Corto

      Ou...Gripasgrandou?
      Ce serait tres...rabelaisien!

      Supprimer
  18. Bien fait pour la République, on ne voit pas très
    bien ce qu'elle pourrait encore avoir d'attractif!
    Au lieu d'obliger les Corses à être français il n'y
    a qu'à leur demander leur avis par referendum...eh
    oui, c'est risqué...donc on s'en garde bien, c'est ça
    la démocratie!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Sur qu avec les politiciens actuels,la république est fort mal représentée!
      Mais,au delà,il y a l entité France,qui a une valeur incontestable ,idem pour la civilisation occidentale,qui a une valeur spirituelle dont la disparition(de la France comme de la civilisation occidentale)creuserait un grand vide du fait des idées de l importance de l etre humain et de ses droits individuels qui ont été répandues.
      Et celà commence déjà avec les cités grecques et la démocratie athénienne.

      Mais,sans polémiquer,si l independance était désirée par une large majorité de régions et qu elle leur soit attribuée,il faudrait que les nouveaux gouvernements fassent rentrer l impôt,trouvent des fonds sans lesquels on ne peut etre independants.
      Iraient ils demander ces subsides sur les marchés...en empruntant?
      Si oui,sous quelles conditions?
      Une Corse independante accepterait elle d accueillir les Russes(ou autres) en échange d aide economique,par exemple?
      En réaction,quelle autre grande puissance essaierait de mettre la main sur une autre région devenue "indépendante"pour faire contrepoids?
      Je veux dire que le morcellement de parties de la France en plusieurs Etats independants risque fort d amener le bazar du fait que des puissances etrangeres en profiteraient pour imposer leur influence sur ces "républiques"nouvelles et s affronter.

      Je doute que les indépendantistes de Corse ici en question soient interessés à rompre les liens financiers avec l Etat français.
      "Independantistes,mais pas trop!"

      Les gens ne sont pas fous,je crois que beaucoup sentiraient un danger pour leur avenir avec cette independance.
      Il faut prevoir les rentrées financieres,emprunter,se lier à des puissances etrangeres,à des interets de cartels puissants...à quel prix???

      Supprimer
    2. @Nouratin: Toujours dangereux un réferendum certes mais tout porte a croire que la majorité des corses ne veulent pas l indépendance et de toute façon pour qu il soit valable il faudrait qu il soit national ce referendum

      Supprimer
  19. Mais nom de D***, qu'on leur donne l’indépendance à ces braves gens. Qu'ils nous foutent la paix, qu'ils se démerdent avec leur force, leur fierté et leur pseudo beauté,MAIS sans notre pognon.
    en résumé qu'ils aillent se faire....
    GfB

    RépondreSupprimer
  20. Depuis des décennies tout le monde sais que ce ne sont que deux ou trois cents conards qui foutent toute une région en l'air avec leurs revendications à la mord moi le nœud. Cette bande de mafieux ont tout noyauté mais comme aucunes des poules mouillées qui a gouverné ce pays depuis quarante ans ne veut qu'on lui fasse sauter la tronche, personne n'a jamais rien fait contre ces ordures.
    GfB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GfB: mais la majorité des corses ( sans compter les continentaux qui habitent sur l île ) ne veulent pas de l indépendance, sont pas fous !

      Supprimer
  21. Il me semble que le retour aux réalités culturelles et identitaires est une tendance lourde en Europe et dans les pays arabes. Le vote corse semble s'inscrire dans ce phénomène et à long terme les valeurs républicaines issues de la révolution française ont du plomb dans l'aile . Il faut au moins toute la mauvaise foi ou l'acharnement socialiste pur lutter contre ces processus qui émergent un peu partout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nina: tendance lourde en effet certainement du à l intrusion de + en + grande de Bruxelles dans nos vies... ce qui paradoxalement peut servir Bruxelles qui a tout à gagner, ils ne s en cachent pas d ailleurs, de la disparition des Etats nationaux

      Supprimer
    2. Corto:complètement d'accord avec ton analyse.Bruxelles,l'ONU,le FMI et que sais je ne rêvent que de la disparition des États nationaux.Et sont servis en cela par une flopée de hauts fonctionnaires qui ont acquis un pouvoir que nombre de politiques n'auront jamais...
      Pour en revenir au sujet initial, le seul fait que personne,au gouvernement,n'ait fermement condamné la tenue,sur le territoire national, d'une assemblée territoriale dans une langue autre que le français continue à me révolter.De même que me révolte le fait que la dite assemblée ait le culot de commenter des peines de justice à l'encontre de malfaiteurs qui ne sont en rien des prisonniers politiques.
      Il est évident que le risque (si c'en est un,après tout!)
      que la Corse devienne indépendante est nul...
      Maisce qui vient de se passer,dans un silence quasi parfait, y compris d'un FN souverainiste est un symbole de la déliquescence totale de notre classe politique.

      Supprimer
  22. Géo

    A chaque fois que la France a été divisée et que l unité nationale fut rompue,il y a eu ingérences étrangeres où chacun venait essayer d instaurer son influence et tout le monde finissait par en patir.
    Idem pour d autres pays en proie aux divisions internes.
    Toujours des intérets de cartels économiques et financiers,ou idéologiques,représentés par d autres Etats,qui arrivent pour profiter de l aubaine et accroitre ou semer le chaos,aggraver les luttes intestines.
    Est ce que les populations ont vraiment besoin,ou envie,de celà?
    En revanche,qu elles désirent etre sainement gouvernées est une évidence,on est loin du compte en ce moment.

    RépondreSupprimer
  23. Qu'on leur donne l'indépendance. On fera des économies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @brindamour encore uen fois, je me répète, la majorité des Corses ainsi que les continentaux vivant sur l île n en veut pas. Une toute petite minorité fout le bronx et par des moyens mafieux et violents elle fait ce qu elle veut sur place

      Supprimer
  24. Je ne suis pas corse, je ne suis pas indépendantiste pour ma région, l'Auvergne, mais je comprends que des hommes soient exaspérés par le rouleau compresseur républicain et jacobin. La France de l'Ancien régime a été un grand pays, pourtant chaque région avait sa langue, sa culture, ses traditions, son système de poids et mesures, son parlement et ses lois. Le Roy était le père de SES peuples. Et pourtant, cela n'empêchait pas chaque région de se sentir pleinement française, de participer à la défense de la patrie en fournissant des régiments, en payant l'impôt (qui était d'ailleurs loin d'être écrasant comme on se plait à le dire).

    A partir de 1789, la gueuse s'est employée à nier et détruire tous les particularismes régionaux. Mon père, né en 1935, a gardé le souvenir des baffes et autres punitions infligées par l'instituteur lorsque ce dernier surprenait des gamins en train de parler auvergnat dans la cour de récréation. Partant de là, il est naturel que des hommes se lèvent pour dire "ça suffit !"

    La république a voulu faire croire à la décentralisation. La réalité, c'est que des pouvoirs sont sans cesse transférés de l'Etat aux régions, sans pour autant que leur soient données les moyens de les assurer. Elles doivent donc mendier à Paris, qui de fait conserve le vrai pouvoir, celui de l'argent qu'il décidera d'octroyer, ou pas.

    La république veut de la diversité, à la seule condition que celle-ci soit colorée, parce que pour la France, elle ne veut voir qu'une seule tête, n'entendre qu'une seule langue.

    Bien sûr, l'indépendance des régions est illusoire, et même dangereuse car elle les mettrait toutes à la merci de l'UE et de son maître américain. Mais entre l'indépendance et une large autonomie dans les domaines non régaliens il y a une marge. Et seule la monarchie peut permettre d'y arriver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En France il y a l'Etat centralisé, qui fonctionne correctement, et il y a les politiciens qui foutent la merde depuis 1870 (à l'exception de la période 1958-1974).

      Parmi leurs dernières manières de foutre la merde, il y a l'UE et il y a la décentralisation.
      Que celle-ci réponde aux fantasmes des royalistes ne change rien au fait que les activités passées aux régions sont moins bien gérées qu'elles ne l'étaient dans le cadre de l'Etat jacobin, et il ne pouvait pas en être autrement : les concours de recrutement exigeants sont au niveau national, pas au niveau régional ; les corps de contrôle sont au niveau national ; seul le niveau national permet de faire tourner les responsables, donc de limiter les magouilles.

      Enfin, quel est l'intérêt de parler auvergnat ? En français il y a un patrimoine littéraire, scientifique, etc. Les Bretons peuvent encore prétendre qu'il y a 2 ou 3 textes médiévaux pour justifier la gabegie de l'enseignement du breton, mais l'auvergnat, à quoi ça sert ?

      Supprimer
    2. Quel est l'intérêt de parler la langue de son peuple ? parce que, je suis désolé d'avoir à vous le rappeler, vu que vous êtes un digne représentant de ce que l'Ed-Nat peut donner, le peuple français n'existe pas en tant que tel. La France est une mosaïque de peuples qui se reconnaissent dans une entité plus large. Mettez un breton, un alsacien, un auvergnat, un savoyard, un basque, côte à côte et vous verrez qu'ils ont chacun un morphotype différent qui permet de les distinguer les uns des autres. Je vous laisse à vos fantasmes républicains éradicateurs.

      Supprimer
    3. @Koltchack: quand je lis ce genre de commentaire, celui de l anonyme auquel tu as répondu, ça me donnerait presqu envie d etre royaliste !

      Supprimer
    4. Certainement un bon petit fonctionnaire, bien jacobin comme il faut, le petit doigt sur la couture. Le républicon parfait qui voit dans la gueuse l'alpha et l'oméga de toute chose.

      Ce qu'il oublie de dire, c'est que l'état central qu'il adule, comme d'autres le veau d'or, lorsqu'il transfère des pouvoirs, il oublie de transférer le pognon, ce qui permet ensuite de dire "vous voyez, c'est mal fait". Il pourrait aussi bien réduire ses prétentions fiscales et laisser les régions faire sur ce point. Ce serait même une très bonne chose, les régions seraient obligées de surveiller leurs dépenses sous peine de voir les habitants partir chez les voisins où la tonte est moins dure. Mais il ne faut pas rêver, on n'a jamais vu un corbeau lâcher deux fois un fromage.

      Supprimer
    5. @Koltchack: Ce qui permet aussi de dire: Voyez, l Etat dégraisse et ce sont les régions (ou les départements ) qui ne participent pas à l effort national d 'économies.

      Supprimer
  25. on peut pas tout faire à la fois , mon bon ami
    lutter contre l'abbé thymonde, sauver le pays des deux blondes et de la pédale philippot , payer les allocs aux maliens et faire tuer les marsouins et la légion là bas , rassurer le mondeudeulakultureux , et.....
    et quoi au fait?
    heu....
    inverser la courge des chômistes?
    rembourser les dettes?
    élever le niveau des diplômes et des diplômés? ( on sait que lorsque le niveau des diplômes monte le FN recule, c'est ce qu'a dit olivier py ce matin sur vronze kul)
    garder la corse dans le sein de la nation?
    mais qu'est ce qu'il en a à caguer de la corse, le gros!
    rien, riengue , congue !
    archi riengue!
    il a mayotte et le mali et toul'reste !
    alors...la corse et les corsicos....
    n'oublions pas qu'il ( enfin, pas lui , mais le pouvoir zosialiste , je me comprend ) a négocié avec talamoni en 2000 , lorsque valter et consort étaient dans le cabetche de jospac...la marche vers l'indépendance ( mais pas financière , je vous rassure , y a rien à gratter en corse ) il ( là aussi , cf plus haut ) doit connaître

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Kobus: T as un problème avec les " pédales " fussent-elles de droite ?

      Supprimer
    2. En aucun cas !
      C'est simplement pour souligner la vacuité du truc
      Le gus de matignasse et celui de l'Élysée se sont acharné sur deux blondes et un homosessuel.... Des adversaires à leur mesure, comme d'hab ...

      Supprimer
  26. La Loire Atlantique faisait partie de la Bretagne jusqu'en 1941 où Pétain annule ce fait par décret.
    Pourquoi pas l'indépendance de la Corse, vu ce qu'elle nous coûte cela serait une économie avantageuse. Que les indépendantistes fassent un référendum et l'on verra bien le résultat qui sera certainement pas en leur faveur. Allez chiche......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Bretagne a été dissoute lors de la Révolution française, donc la Loire Atlantique n'en faisait pas partie. Dans les régions Clémentel de 1919, regroupement sur base volontaire des chambres de commerce, les départements bretons étaient regroupés sauf le Morbihan, qui était regroupé avec la Loire Atlantique.
      Les limites linguistiques ne sont (hélas, hélas...) pas celle que souhaiteraient les régionalistes bretons, qui sont de sacrés têtes de lard pompant l'air à tout le monde avec leurs caprices.

      Les régions, ça ne sert à rien sauf à caser des politiciens politocards et à satisfaire les idéologues verdâtres d'EELV.

      Supprimer
  27. Comme l'impression d'un foutage de gueule :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/12/22/97001-20151222FILWWW00167-taubira-le-projet-de-revision-constitutionnelle-ne-retient-pas-l-extension-de-la-decheance-de-nationalite.php
    "Christiane Taubira a annoncé aujourd'hui à la radio algérienne que le projet de révision constitutionnelle ne retenait pas l'extension de la déchéance de nationalité."

    RépondreSupprimer
  28. Salut Corto

    A mon sens, tout est bon dans ton article… jusqu'au paragraphe final, qui part en sucette : « Il note aussi que ni le FN, ni Debout La France, pourtant promoteurs d'une " autre Europe " n'ont dit le moindre mot pour dénoncer la destruction programmée de la République française par le truchement de la politique régionale. Pire même, ils approuvent officiellement le rattachement de la Loire Atlantique à la Bretagne, l'une des revendications principales des indépendantistes bretons... »

    Là, c’est vraiment'importe quoi !

    1) Tant le FN que DLF ont dénoncé en de très nombreuses occasions, et depuis des années, la politique de régionalisation et d’atomisation des Nations mise en œuvre par l'UE ! Il faut être d'une mauvaise foi de... socialiste pour oser dire le contraire, ce qui ne m'étonne (hélas !) pas de la part d'Asselineau, remarquable quand il s'agit d'expliquer les travers de l'Europe bureaucratique, mais d'un culot « Tapiesque » dès qu'il s'agit de parler en mal de ses « rivaux » souverainistes ! « Pas le moindre mot »… je rêve... Par contre, là oui, tu peux chercher longtemps une déclaration UMP ou LR (officielle ou officieuse) condamnant cette atomisation des Nations prônée et mise en oeuvre par Bruxelles... (hormis deux trois allusions de Guaino, et encore, du bout des lèvres). Au contraire, l’UMP a systématiquement cautionné depuis des années (comme le PS, l’UDI, EELV et le Modem) cette très mauvaise action, cette forfaiture contre notre Patrie.

    2) Concernant la Bretagne, en tant que Breton (pour partie) et absolument pas indépendantiste (au secours !)... la réunion de la « Bretagne » actuelle et de la Loire Atlantique (ou plus exactement des Pays de Loire) n'aurait pas été une concession néfaste à la régionalisation : cette nouvelle région aurait été au contraire l'une des seules à avoir un véritable sens, une réelle cohérence historique parmi les « machins » électoraux concoctés par nos guignols à la rose. Qui oserait sérieusement prétendre que Nantes par exemple n’est pas en Bretagne ? Sans blague ! Approuver ce rattachement n’était donc pas un « pire », mais une simple question de bon sens. Et si la « grande Bretagne » n’a justement pas été réunifiée, comme l’histoire (et la géographie) l’aurait donc totalement justifié, une réunification qui n’est encore une fois pas un souhait des seuls indépendantistes bretons (très loin s’en faut !), c’est parce qu’électoralement, cela risquait de la faire basculer à droite, et d’empêcher le triomphe de Le Drian (le seul, rappelle-toi, qui semblait à peu près certain avant les régionales… grâce à cette non-réunification bretonne !

    Amitiés et joyeuses fêtes de fin d’année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marc Leroy: Coucou toi. Tu auras noté que au début de mon billet, j ai écrit " presque sans réserve " . ce presque sans réserve concernait surtout cette histoire de FN et de DLF... mais comme je ne suis pas un aficionado des deux, j ai laissé passé ! :)
      Pour les LR, tu as effectivement raison ils sont peu a dénoncer cette " atomisation " et ce n'est pas parce qu on " est LR " qu on approuve tout ce qui s y dit ou ne dit pas:)

      Amitiés en retour sale fasciste ! :) bisous

      Supprimer
    2. @ Marc Leroy
      J'approuve totalement et sans la moindre réserve votre analyse relative à une hypothétique (pour la raison que vous avez donnée)ré-union de ces 2 parties de la Bretagne (historique, géographique et linguistique).
      Pauvre Anne de Bretagne !

      Supprimer
    3. Mais justement, on ne veut pas recréer les provinces historiques. Les départements sont très bien, et les identitaires bretons peuvent s'acheter un cerveau.

      Supprimer
    4. C'est qui ce "on" ? Le peuple ou ceux qui sous couvert de démocratie représentative font ce qu'ils veulent une fois élus, quitte à renier leurs promesses de campagne, à aller à l'encontre de ce que le peuple a décidé (ratification du traité de Lisbonne par le Congrès).

      Supprimer
    5. "On", c'est nous, ici, qui déplorons la menace contre la France par les régions alliées à l'UE.

      Donc, si "on" a deux neurones dans la tête, "on" ne veut pas recréer les provinces historiques, parce que cela va dans ce sens là, régionalisation et UE.

      Capice ?

      Supprimer
    6. Ce "on", ce sont les cons qui ont aussi voté massivement oui pour le traité de Maastricht, qui ont applaudi le passage à l'euro censé apporter la prospérité à tous les peuples européens. Ce "on" ce sont aussi les couillons qui ont cru en Chirac, Sarkozy et Hollande, et qui cocus ont râlés puis sont retournés à leur mangeoires. Donc ce "on" n'a visiblement pas deux neurones dans la tête. Ce qui n'empêche pas un de ces "on" de se poser en donneur de leçons, hautain et péremptoire. Quand"on" a un tel bilan derrière soit, le mieux c'est encore de fermer sa gueule.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen