mardi 6 décembre 2011

Insultes et argumentation, c'est pas pareil


Bon, c'est aussi intéressant qu'affligeant: plus l'échéance électorale approche, plus les élastiques se tendent chez nos gauchistes. De billets de blogs en éditos vis à vis de la politique du gouvernement ou de ceux qui se revendiquent de droite, on en vient peu à peu au grand n'importe quoi: au pire, aux insultes, au mieux à la condescendance: Les excités de l'Ump, les lascars de droite, les affidés, les pourris, les salauds de riches, le nain, les vendus, les sbires de Sarko, triste sire, les incompétents, j'en passe et non des moindres; oups, j'allais oublier, le must: facho, etc...

( je ne mets que 2 liens par pure flemme, faut préciser maintenant, il paraît; et mettre ici, plus de 50 liens éventuels, blogs, tweets et articles de presse compris, c'est chronophage )

Ce n'est pas ma conception des choses et du débat politique. J'ai, attention ça va vous en boucher un coin, trop de respect pour l'homme en général et pour mes adversaires politiques en particulier pour utiliser l'insulte en guise d'argumentaire. L'insulte, je ne la manie que très, très rarement, avec parcimonie, tel un avaricieux. La dernière fois, je crois, c'était pour dire que La Marine était sans doute folle. Mais "folle" ce n'est pas une insulte dans ce cas.

Alors, de deux choses l'une; ou je joue le jeu et vas-y que je t'en colle une ou deux dans chaque billet, je fais le malin, ça fait dresser les cheveux, ça asticote et avec un peu de chance, on me gratifiera d'un "beau billet" en commentaire. Ou bien je continue à faire mes billets, à dire ce que je pense, parfois avec ironie, parfois avec cynisme, parfois encore de façon sarcastique mais jamais en confondant insulte et argumentation... 

There is no alternative, c'est la deuxième solution qui l'emporte. Au moins aurais-je l'impression de faire les choses à peu près proprement. Nos politiciens, de droite ou de gauche, sont souvent si minables dans leurs propos que je n'ai vraiment pas envie de leur ressembler, laissons-leur le soin de se ridiculiser. Ne succombons pas à la facilité. Ne les imitons pas dans nos blogs; essayons.

Ah si, il y a bien une troisième solution. Arrêter de faire des billets politiques et éviter ainsi de céder à la tentation de l'invective facile, un brin " dégueu ", un brin petit. Ce n'est pas l'envie qui manque parfois, mais ce n'est pas le genre de la maison. Je la sens mal, de plus en plus mal cette campagne électorale, ça va puer à tous les étages mais ce qui est sûr c'est que quelqu'en soit l'issue, il n'y aura pas de quoi être fier.


(addendum & soupirs: c' est ici... quand je vous disais...)

Folie passagère 949.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

23 commentaires:

  1. Eh bien, je ne vois pratiquement rien de tout ce dont vous parlez, mon cher Corto !
    Si par hasard je tombe sur un blog où il y a des injures, je passe immédiatement à un autre.
    Finalement cette campagne est très particulière parce que nous sommes dans une crise qui est loin d'être terminée et les suppôts des candidats n'ont pas l'air de s'en rendre compte.
    Ils échangent des noms d'oiseaux par-dessus la tête du peuple, qui lui, se rend très bien compte de ce qui se passe, et qui va leur réserver à tous quelques surprises, c'est en tous cas ce que je crois.

    RépondreSupprimer
  2. @mariane: peut-être n'allez vous pas assez sur des blogs tenus par des gens de gauche. Si vous saviez... c'est assez souvent hallucinant ce qu on peut y lire. Je devrais m'abstenir, ne pas me faire de mal . Possible mais je ne peux me contenter de ne lire que des gens avec qui je serai entièrement d'accord.
    Je note aussi que ces dérives sont de plus en plus fréquentes. au fur et a mesure que l'élection approche ? sans doute.

    Le peuple, comme vous dites, je ne suis pas sûr qu il se rende bien compte de ce qui se passe

    RépondreSupprimer
  3. Il s'agit de définir ce qu'est une insulte (et pas une injure, Marianne...). Ton précédent billet était bien plus insultant pour Stef et pour Yann que mon "excité" que tu cites ici (ou que le "sbire" de Seb). En outre, "excité" n'est pas une insulte, juste un constat...

    Alors expliquer que ce sont les autres qui dérivent est bien trop facile, mon cher Corto !

    RépondreSupprimer
  4. Ca risque juste long jusqu'en Mai 2012...

    RépondreSupprimer
  5. @nicolas : mais c'est bien sûr !
    Tiens je te propose un sujet de billet: "Moi, Nicolas, il m'arrive parfois de ne pas avoir raison "

    RépondreSupprimer
  6. @nicolas: je parierai bien qu'avec mon com ci dessus, tu devrais trouver matière à m'envoyer au cabanon

    RépondreSupprimer
  7. Tu dois avoir des lunettes, même virtuelles qui ne laissent passer les "insultes" que d'un seul camp!!
    Et à la place de l'Angela qui est devenue la grande amie de N.S.(du moins, c'est ce qu'il dit!) tu penserais quoi de ce discours:
    http://www.dailymotion.com/video/x31bcw_le-sarko-negationnisme_news?start=0#from=embed

    RépondreSupprimer
  8. Je ne te ferai pas l'injure de dire que tu manies l'insulte dans certains de tes billets, mais traiter toute la "gauche" de "gauchistes", cela peut être ressenti comme une injure par certains...En ce qui me concerne, qualifier le PS de gauchiste me fait doucement rigoler, mais je n'accepte pas d'être traité comme tel, car je me définis avant tout comme un militant progressiste...
    Ceci étant dit, comme tu as pu le constater, je suis un lecteur accro de ton blog, et j'avoue que parfois, j'ai du mal à ne pas ressentir certains propos comme des invectives gratuites...La passion a ses raisons que l'esprit peut parfois difficilement contrôler...

    RépondreSupprimer
  9. Ave,

    Cher Corto, tu as lancé un os et tous ce que compte la blogo-sphère de gentils progressistes se situant dans la partie;peut on encore gauche, est venue goûté à ce bel os!

    Nous le savons tous, les progressistes n'insultent, ils nous éduquent et cela pour notre bien.

    Quant aux politiciens du même camp que les progressistes idem, c'est pour le bien de leurs opposants.

    Allez en paix chers progressistes vous les gentils, les gens de droite sont le côté obscure de la force.

    RépondreSupprimer
  10. oh moi, je ne me fatigue plus ! parce que c'est usant à la longue, on est des mauvais ? bon, on est des réacs ? bon, on est des nazis, des fachos ? bon, attendons..moi je fait parti du petit peuple dont parles Marianne, alors, j'attends...il va y avoir des grincements de dents avant longtemps, parce que comme disais ma mémée " quand y'a plus de foin, les ânes se battent" et je sens que le foin va manquer.....

    RépondreSupprimer
  11. @nigloo: cette video que je connais pour en avoir fait un billet il y a peu n'a rien de négationniste si l'on considère que Sarko parle de la France dans son histoire récente.
    Et attention à l'emploi des mots, le négationnisme renvoie à des choses bien tristes. Faurisson , ou tiens Le pen, ont été ou sont des négationnistes. Dire cela de Sarko , serait effectivement une insulte.

    @kalondour: "qualifier le PS de gauchiste me fait doucement rigoler," moi aussi, c'est intentionnel et provocateur je le concède. mais quand je lis, et je peux te dire que j'en lis, des blogs de gens adhérents ou sympathisants PS qui se réclament de la gauche et en font leur "passeport" pour détenir la vérité...
    Après, il y a le progressisme et là, je me méfie tt de suite tant ces fameux progressistes ( pas tous) voudraient nous faire prendre des vessies pour des lanternes. J'entends par là qu('ils confondent bien souvent progrès avec marche forcée vers l'absurde. Relis eventuellement Muray.
    En tout cas merci pour ta fidélité effectivement.

    @grandpas: il y a avait hier chez Taddéï, une philosophe progressiste qui soutenait que le multiculturalisme n'existait pas ou plus, nous en étions à l'étape d'après, l'assimilation !

    RépondreSupprimer
  12. @boutfil: ben t'es en forme ce matin ! Et que n'ais je dit d'autre dans certains billets, nous sommes rendus à un point de rupture et je me demande si nos amis se revendiquant de "gauche" s'en rendent bien compte lorsqu'ils se nourrissent de polémiques .

    @kalondour: a la reflexion, je me demande si certains blogueurs 'de gauche " ne confondent pas "gauche " et anti-sarkozysme.

    RépondreSupprimer
  13. Maintenant que vous avez mis des liens, mon cher Corto, finalement cette guéguerre entre blogueurs mes fait assez marrer.
    Pour avoir eu un ou deux échanges, par ailleurs avec Nicolas, je peux vous dire que malgré les 60% contre 40 en faveur de Hollande selon les derniers sondages, les blogueurs de la gauchoshpère flippent comme des malades à l'idée que leur candidat ne soit pas élu.
    Et ils ont raison, même s'ils sont bien les seuls.
    Plus tout va mal aller sur le plan économique et moins les socialistes, je veux dire tous ceux qui ont des postes à la Chambre, au Sénat, dans les Régions, les Conseils généraux, les Municipalités, et j'en oublie sûrement, accepteront de perdre leurs postes si confortables d'opposants - dont ils ont maintenant une longue expérience - pour se retrouver en première ligne, là où il n'y a que des coups à prendre.
    Déjà Ségolène, en son temps, avait souffert de ce syndrome, mais cette fois j'ai bien peur qu'il ne soit multiplié par dix !
    Enfin, cette campagne aura tout de même permis à Hollande qui n'a même jamais été ministre, de pouvoir jouer pendant quelques mois au "prochain président".

    RépondreSupprimer
  14. @Corto : en effet, j'ai souvent l'impression que certains blogueurs et journalistes "de gauche" se cantonnent dans le TSS (Tout Sauf Sarkozy), ce qui pour le "progressiste" que je suis (je persiste et je signe !)est une erreur fondamentale. Qu'on se rappelle "Plutôt Hitler que le Front Populaire" des années 30.
    L'enjeu des élections à venir consiste bien dans le type de société que l'on veut mettre en place pour la satisfaction des besoins fondamentaux de la population, et c'est là dessus que les avis diffèrent et que le débat devrait porter. Il m'est indifférent de savoir que ce sera tel homme ou telle femme qui portera mes aspirations, à condition qu'il ou elle s'efface derrière le projet...Celà ne me semble pas être le cas actuellement...

    RépondreSupprimer
  15. @marianne: la peur de gagner en somme ! Mais je suis assez d accord avec cela. Je me souviens de Le pen qui au soir du 1er tour s'était fait filmé alors qu'il avouait qu'il serait bien ds la mouise s'il gagnait au second.
    le parallèle est-il douteux ? possible. Sauf que là, s'il gagne le Hollandais (et ses amis) il faudra assumer, ça va etre chaud. Le coup de l'heritage ne tiendra pas longtemps.
    Je crains qu'ils ne s'en rendent déjà compte

    RépondreSupprimer
  16. @kalondour: je ne peux qu'approuver a ton dernier com. L'enjeu consiste bien, par dela nous sortir de la mouise, de trouver un nouveau modèle de société. L'actuel a vécu.

    Là ou tu fais preuve peut etre de naïvete pour demain, c'est qd tu écris: à condition qu'il ou elle s'efface derrière le projet.. Quel projet ? en as tu vu un de viable, a droite ou a gauche pour l instant ?

    RépondreSupprimer
  17. Et le projet d'interdire la prostitution, alors ?
    C'est pas un beau projet, ça, mon cher Corto, qui devrait faire l'union nationale, non ?

    RépondreSupprimer
  18. interdire le plus vieux métier du monde ? ça va être coton!! s'en prendre " aux petites mains" c'est pas juste....c'est DSK qui va monter..au créneau, ça va le changer de monture

    RépondreSupprimer
  19. @marianne & boutfil: allons , allons,mesdames, il ne s agit pas d'interdire a dit hier un des 2 députés à l origine du truc mais d'abolir, un oeu comme la peine de mort, l'esclavage et toussa .

    RépondreSupprimer
  20. Cher Corto, il n'y a pas non plus grand chose à atttendre de gens qui appellent à voter pour les personnes responsablse de la situation de notre pays...

    C'est facile, la bande à Hollande c'est la même que la bande à Tonton...

    C'est pareil à l'UMP ceci dit...

    RépondreSupprimer
  21. @skandal: les responsables de la situation de notre pays sont clairement identifiables: ceux qui sont au pouvoir ( y compris députés et sénateurs ) depuis 30 ou 40 ans. Et puis peut-etre bien nous aussi qui reconduisons les mêmes depuis autant de temps.
    Après, il va falloir faire un choix. Et comme j ai l habitude de le dire: Faute de mieux...je choisis Sarko et cie

    RépondreSupprimer
  22. @ Corto : En ce qui me concerne, j'ai fait mon choix, il y a un projet qui porte mes aspirations, c'est celui du Front de Gauche...Je m'engage donc pour défendre ce programme et je m'en fous de celui qui a été désigné pour le représenter à la présidentielle...Maintenant, est-il viable où pas, c'est bien là tout l'enjeu du débat...Nous ne serons sans doute pas d'accord sur les solutions proposées car nous avons chacun nos convictions, mais les convictions des uns et des autres mériteraient d'être portées en toute transparence devant les citoyens. Une vraie démocratie s'honorerait de favoriser cette confrontation.
    Nous sommes tous obligés de constater que tel n'est pas le cas, et que la pensée unique régente aussi bien la "gauche" que la "droite"...
    Et "j'ai mal à ma gauche" quand je constate que le candidat qui se dit représenter le "peuple de gauche", refuse obstinément un débat public rassemblant toutes les forces de gauche, pour aller devant ce "peuple de gauche" pour créer la dynamique qui fera qu'en cas de victoire, c'est un projet qui sera élu, et non pas un homme qui commence déjà à dire qu'il fera certaines choses comme l'équipe au pouvoir sortante.
    Je te rassure, je suis loin d'être naïf, car j'ai un certain nombre d'heures de vol à mon compteur...J'espère aussi que ce commentaire aidera à faire comprendre tout ce que porte en lui, le qualificatif de "progressiste"...

    RépondreSupprimer
  23. @kalondour: Cela n a rien d étonnant qh'Hollande refuse le débat avec la gauche de la gauche. Celle-ci ne rentre pas dans les clous de ce qu'a préconisé Terra Nova. Hollande et le PS préfèrent lorgner sur le centre gauche, voir les centristes ( on l'a vu ds ses déclarations d'hier )plutot que sur le F de gauche qui qu on le veuille ou non ne pèse pas grand chose.
    Après le modèle que propose La Méluche est plutot un repoussoir pour tous les "nantis". Ses propositions économiques, en dehors du fait qu'elles ne me paraissent pas sérieuses, font peur.
    Enfin, je crois que le Front de Gauche a suffisamment d'audience pour se faire entendre correctement en toute transparence. Melenchon est tout de même un bon client pour les medias.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen