mardi 1 décembre 2015

Les 3 petit cochons ou la génération " Bataclan "


Je ne peux pas dire que je sois un grand fan de Matzneff mais comment passer à côté de cette tribune qu'il a publiée dans Le Point; tribune où il brocarde les trois petits cochons et la génération " Bataclan "... J'aurais aimé écrire cette tribune...

" Trafalgar Square et la gare de Waterloo sont à Londres. La gare d'Austerlitz et la rue d'Arcole sont, elles, à Paris. Aux lieux, aux monuments, on donne des noms de victoires, non de défaites. De même, dans les écoles militaires les promotions de jeunes officiers prennent les noms de soldats victorieux : « Maréchal de Turenne », « Général Lassalle », « Lieutenant-Colonel Amilakvari ». Quand, par extraordinaire, il s'agit de vaincus, ce sont des vaincus qui se sont battus héroïquement jusqu'au bout, ont été vaincus avec tous les honneurs de la guerre : une des promotions de Saint-Cyr se nomme « Ceux de Diên Biên Phu ». 

Quel est le suicidaire crétin qui a donné le nom de « génération Bataclan » aux jeunes femmes et jeunes hommes qui ont l'âge des victimes du vendredi 13 novembre 2015 ? C'est l'État islamique qui doit donner ce nom à ses jeunes citoyens, non la France, pour qui ce vendredi 13 novembre 2015 demeurera la date d'une de ses plus spectaculaires et déprimantes défaites. 

Ce choix de « génération Bataclan » exprime un masochisme, un mépris de soi ahurissant. Et l'on est accablé par la médiocrité petite-bourgeoise, l'insignifiance des propos tenus par les survivants de cette « génération Bataclan » lorsqu'ils sont interrogés par les journalistes ou s'expriment sur les réseaux sociaux. Le zozo qui s'est mis une ceinture de cœurs autour de la taille, l'autre imbécile qui se balade avec une pancarte « Vous êtes tous super ! », le troisième qui déclare fièrement que son but dans la vie est de continuer à se distraire, à voir les copains, ces petits bourgeois qui tiennent pour un acte de courage de dîner au restaurant le vendredi soir. 

S'il s'agissait de gamins de douze ans, ce serait admissible. Hélas, ce n'est pas le cas. Ceux qui se comportent de manière si niaise, si médiocre sont des adultes, des barbus. J'ai dit « ahurissant », mais le mot juste est « consternant ». Comme a été consternante la cérémonie d'hommage aux victimes dans la cour des Invalides. J'adore Barbara et je connais par cœur certaines de ses chansons, mais ce jour-là, c'est le « Dies irae » qui, après La Marseillaise, devait retentir en ce haut lieu, non une gentille chansonnette, et nous aurions été autrement saisis aux tripes si, à la place du discours fadasse de M. Hollande, un acteur de la Comédie-Française nous avait lu le Sermon sur la mort de Bossuet.

Ils ne vivent pas, ils existent.

Cette niaiserie, cette médiocrité s'expliquent par le total vide spirituel de tant de nos compatriotes. Ils ne vivent pas, ils existent, ils ont une vue horizontale des êtres et des choses. Ce sont les trois petits cochons d'une chanson que M. Hollande aurait dû faire chanter aux Invalides, elle lui va comme un gant : « Qui a peur du grand méchant loup ? C'est pas nous, c'est pas nous ! Nous sommes les trois petits cochons qui dansons en rond. »

À part le pape de Rome et le patriarche de Moscou, qui, en Europe, fait appel aux forces de l'Esprit, invite les gens à la transcendance ? Personne. En tout cas, personne en France où les responsables politiques pleurnichent contre la montée de l'islamisme, mais leur unique réponse, pour endiguer cette montée, est d'interdire les crèches de Noël dans les mairies. Bientôt, j'en fais le pari, la passionnante fête de la Nativité, du mystère de l'incarnation, du Verbe qui se fait Chair, du Christ Dieu et homme, sera, comme en Union soviétique à l'époque de la persécution antichrétienne, remplacée par une fête du Bonhomme Hiver, Diadia Moroz, mouture léniniste du père Noël.

Jadis, du général de Gaulle à François Mitterrand, certains chefs d'État surent parler de transcendance aux petits cochons à béret basque et baguette de pain, les inviter à se dépasser, à lire Sénèque, Plutarque et Pascal. Aujourd'hui, l'État n'invite pas les Français à renouer avec les vivifiants trésors de leur patrimoine gréco-romain et chrétien, il en est incapable. L'État ne parle jamais de leur âme aux Français de la « génération Bataclan », et ceux-ci persistent à n'avoir d'autre souci que de gagner de l'argent, en foutre le moins possible, partir en vacances et s'amuser. Les trois petits cochons tiennent à leur vie pépère, le tragique leur fait horreur, ils ne veulent pas entendre parler de la mort, ni de l'éternité, ni du salut de leurs âmes, ni de l'ascèse, ni du jeûne, ni de Dieu ; ce qu'ils désirent, c'est continuer à boire des bocks de bière et surtout, surtout, que les vilains terroristes du méchant calife Abou Bakr al-Baghdadi les laissent tranquilles, na !

Pendant ce temps-là, dans nos banlieues où l'on s'ennuie, où au lieu d'inviter les jeunes Français d'origine maghrébine à – comme le firent naguère les jeunes Français d'origine arménienne, russe, espagnole, italienne, polonaise – lire Les Trois Mousquetaires, visiter le Louvre, voir Les Enfants du paradis, l'État n'enseigne que le football et d'abstraites « vertus républicaines » qui ne font bander personne, c'est le méchant calife qui leur parle de leur âme ; leur enseigne la transcendance ; leur explique que ce qui fait la grandeur de l'homme, comme l'enseignèrent jadis le Bouddha, Épicure, le Christ, ce n'est pas le Sum, mais le Sursum ; non pas le soi, mais le dépassement de soi ; non pas le confort, mais le sacrifice. C'est ce que ces adolescents rebelles, écorchés vifs, comme le sont depuis toujours les adolescents sensibles, ont soif d'entendre. Éduqués, instruits, ils pourraient devenir de lumineux Aliocha Karamazov, mais, grandissant parmi des adultes plats comme des limandes, ils basculent du côté du calife, de l'archange noir de la mort, du grand méchant loup. Il faut être très bête, ou d'une extraordinaire mauvaise foi, pour s'en étonner.


Tribune parue dans Le Point sous le titre: " Les trois petits cochons " par Gabriel Matzneff

D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

68 commentaires:

  1. Et dans le même temps, pour faire bonne mesure, mon cher Corto, le cardinal Philippe Barbarin, comme je m'y attendais, a fini par relever le père Benoît de ses fonctions.
    Ainsi qu'on peut le lire dans Le Point :

    "Dans sa longue tribune, le père Hervé Benoît écrivait notamment : « Regardez les photos de spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, jeunes, festifs, ouverts, cosmopolitains… comme dit le quotidien de référence. Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis hashishins, sont leurs frères siamois. Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture. » Des mots scandaleux auxquels le père Benoît devra réfléchir dans une abbaye."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ah, c'est pas votre copain Barbarin, mais que pouvait-il faire d autre sinon mettre au calme le père Benoit, et tant pis, si celui-ci a dit des vérités, vérités qu ils aurait pu, en tant que prêtre, exprimer de manière plus " élégante ". Matzneff n'a personne à représenter il peut donc dire, aussi justement que ci-dessus, ce qu il veut. Pour le père Benoit, il a l image de l Eglise à porter. Alors sa tribune, même si je l approuve en grande partie, n'aurait pas du être aussi cinglante

      Supprimer
    2. J'aurais bien aimé lire la totalité de l'homélie du Père Benoit, car si je ne peux vraiment approuver un tel extrémisme des mots, je tiens à souligner que la chanson interprétée au moment de l'attaque était "Kiss The Devil", si pour moi ce n'est pas à prendre au pied de la lettre, cela peut être interprété par une adhésion au Diable (ou mal).

      D'autre part le groupe se nomme "The Eagles Of Teh Death Metal" , un groupe de death pétal dont voici une définition
      Le death metal étant un genre de musique varié, les caractéristiques suivantes ne s'appliqueront pas forcément à tous les artistes ou albums. Parmi les caractéristiques communément reconnues du genre, on peut citer des paroles généralement violentes, choquantes ou sombres, ayant trait le plus souvent à la mort, de façon crue, décalée (gore, comme dans le cinéma d'horreur )

      Alors certes le Père Benoit n'aurait pas dû prononcer ce genre de phrases, mais on peut comprendre son indignation qu'un tel groupe puisse exister et chanter de telles chansons..

      Supprimer
    3. @lady Watterlo: suffit de demander, je te l ai retrouvée. Attention, c'est costaud ! Là:

      http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/tribune/les-aigles-deplumes-de-la-mort-aiment-le-diable

      Supprimer
    4. Géo-sterlitz(02/12)

      @Ladywatterloo

      Les basses frequences attirant les basses frequences,pas surpris de cette conjonction entre le type de "musique" et le drame survenu,mais c est un long débat.

      Supprimer
    5. Que M. Matzneff apôtre jadis de l'hédonisme le plus débridé puisse être aujourd'hui le contempteur égrotant d'une jeunesse blâmée pour son insouciance, est déjà assez cocasse.
      Mais que ce même M. Matzneff en son grand age, 79 ans, bave sur de pauvres jeunes gens assassinés, c'est tout simplement dégueulasse.
      Et si M. Matzneff ou l'un quelconque de ses thuriféraires sur ce site ne sent pas cela, ne sait pas cela, ne censure pas cela alors, alors je vous plains.

      Supprimer
  2. Magnifique. Merci de nous avoir fait partager ce texte de Gabriel Matzneff. (Je ne lis pas le Point)

    RépondreSupprimer
  3. quel formidable texte et que de vérités ! cette génération de 30-40 ans me désespère aussi autour de moi et le pire est qu'ils élèvent leurs gosses dans le même vide et dans la même bêtise, y compris certains des miens, alors que nous leur avons essayé de leur donnér une autre éducation, mais nous sommes aussi les parents de 68 et nous sommes largement coupables de ces générations perdues qui devront payer la facture tôt où tard et ils vont redescendre de haut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: j ai pas d enfant, forcement, mais suffisamment de neveux et nièces, ou d enfants d amis pour constater la même chose. L'absence de réflexion, de questionnement, de spiritualité ( ce qui ne veux pas dire forcément religion comme le prétend ce con de Roger Petit ) de prise de recul, le fait de se faire manipuler sans même s en rendre compte, l'émotionnite aigue et a géométrie variable, etc...

      Un petit espoir, la Manif pour tous semble quand même avoir fait émerger un vent nouveau, catho, certes, mais nettement moins en prise avec le matérialisme , ça me plait !

      Supprimer
    2. @ Boutfil
      Hélas, je constate à peu près la même chose chez les miens aussi.
      Constat devenu flagrant durant la mascarade de Charlie... Même ma petite-fille (12 ans) s'en est émue et a souhaiter partager sa déception avec moi.
      Pourtant, dans mon éducation, j'avais essayé de transmettre une conscience de l'esprit critique. En vain ?
      Se pourrait-il que les "petits" soient plus perspicaces que leurs parents ?

      Supprimer
  4. Il faut absolument former une armée au cri de ralliement de "Montjoie Neuf-Trois"
    Homo-Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: tu porteras l'oriflamme ?

      Supprimer
    2. et aussi le destrier et la rapière !

      Supprimer
    3. Géo

      N oubliez pas l artillerie,elle est essentielle pour appuyer les mouvements des troupes.

      Supprimer
  5. Bonsoir Corto,

    À Génération Y, comportement et raisonnement Y. Gabriel Matzneff est dur dans ses propos mais ces derniers sonnent juste. C'est bien pour cela que ça dérange.
    Manolito en remet une couche d'ailleurs: l'état d'urgence est la pour protéger les libertés (sic!) et il compte le reconduire après le 26 février. Je n'en dirai pas plus.

    Bonne soirée (même en Socialie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: Il faut dire que l'atat d urgence les arrange vachement: aucune contestation populaire possible, Mézavi tout de même que cet état de " grâce " ne devrait pas durer trop longtemps, il commence à échauffer les esprits, lentement mais surement.
      Tiens ce soir au JT de 20h sur TF1: pas un mot sur les elections régionales. Qui l'aura remarqué ?

      Supprimer
    2. @ H
      "À Génération Y, comportement et raisonnement Y."

      Vous avez probablement raison.
      Voir ma réponse à Boutfil.

      Supprimer
  6. "Jadis, du général de Gaulle à François Mitterrand, certains chefs d'État surent parler de transcendance aux petits cochons à béret basque et baguette de pain, les inviter à se dépasser, à lire Sénèque, Plutarque et Pascal."

    Ah bon, il a fait ça, Mitterrand ? J'ignorais.

    En tout cas, c'est une tribune qui surprend non seulement sous la plume de Matzneff, mais encore dans les colonnes du Point, journal des limandes(*) par excellence.

    (*) du moins celles des limandes qui sont libérales et droito-centristes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anionyme: suis loin d etre un spécialiste de Matzneff mais le peu que j en sais fait que cette tribune, sous sa plume, n'a rien de surprenant. Cela pourrait etre surprenant dans Le Point mais vu qu il y publie régulièrement des tribunes, là aussi rien d étonnant.

      Supprimer
    2. J'ai surtout entendu parler de lui comme pédophile et libertin, ce qui ne va pas très bien avec son texte.

      Et le Point ne fait pas non plus dans la transcendance, divine ou nationale. Ils ont quelques journalistes de bonne qualité, mais l'essentiel de leur ligne actuelle semble être la dilution dans le grand marché mondial : pas de raison de se battre pour ça.

      Supprimer
  7. Les inviter à lire les Trois Mousquetaires, très bonne idée, quoique personnellement je préfère Vingt Ans Après.
    Le problème c'est qu'il faudrait d'abord qu'ils sachent lire. J'avais lu un jour une tribune sur les nouvelles éditions du Club des Cinq. Affligeant !
    Je viens d'en retrouver une autre :
    http://www.marianne.net/Le-Club-des-Cinq-caviarde-car-trop-politiquement-incorrect_a211106.html
    Simplifions, élaguons, censurons. Et cela s'adresse à l'élite des jeunes, ceux qui lisent encore un peu !
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ha....on a gardé tous les club des cinq , après mes gosses, ils sont en train de passer aux enfants de ceux ci ( ou aux enfants d'iceux et non d'yseult )

      Supprimer
    2. @Droopyx: Le club des cinq, les signes de Pistes, Blyton, et toussa, mes premières lectures ! j avais vu qu ils voulaient caviarder les club des cinq, l ont-ils fait finalement ?

      Supprimer
    3. Ils l'ont fait !
      http://www.marianne.net/Le-Club-des-Cinq-caviarde-car-trop-politiquement-incorrect_a211106.html
      Droopyx

      Supprimer
    4. Géo

      @Droopyx

      C est sidérant!

      Si nous continuons à baisser le niveau culturel à un tel rythme en l adaptant à celui des plus mauvais éléments de la société,il n y aura bientôt plus qu à dessiner des figures du niveau Maternelle pour qu elles soient comprises par les adultes!
      Et,en outre,les censures faites par le politiquement correct ..
      Diminuer le nombre de mots employés pour mieux contrôler les esprits!
      Appauvrissement calculé du langage.


      Supprimer
  8. Allez, j'en fais un billet aussi, tiens !

    RépondreSupprimer
  9. Si l'attentat avait eu lieu à EuroDisney, on aurait parlé de génération Mickey Mouse.
    Et sans peur du ridicule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est la chanson des marines dans full metal jacket , à la fin du film , lorsqu'ils rentrent dans leur contonnement
      pour ceux qui aiment, mais j'ignore comment mettre la vidéo sur la ligne

      Supprimer
    2. @Panglos: c'est fort possible. Au parc Astérix: ils auraient beuglé #JesuisAsterix !

      Supprimer
    3. @Kobus: j'ai vu 4 ou 5 fois ce film mais je ne vois pas de laquelle tu parles. Tu as le titre ?

      Supprimer
    4. Salut Corto, c'est la chanson de fin, il s'agit de la chanson du club Mickey qui eppelle les lettres de Mickey Mouse.
      GfB

      Supprimer
  10. Géo

    Texte magnifique,je suis d accord à 100/100.
    J ajoute:
    Nous ne sommes envahis que parce que nous dégénérons,et non par la force de nos ennemis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Géo: par ce que nous dégénérons faute d avoir le danger venir, faut dire que vivre sous la férule du politiquement correct et du Vivre-Ensemble depuis des années a tendance à annihiler toutes velléités de se bouger le cul.
      Mais bo tout n'est pas foutu, ça bouge, un peu.

      Supprimer
  11. Très bon texte en effet...j'y retrouve ma propre colère si bien exprimée...
    Est-ce la "génération bataclan" qui fait remonter pépère au sommet ? Le vide plébiscite le vide...Désespérant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nan: j ose espérer que cette remontée n est que provisoire, un peu comme après Charlie et je fais confiance à notre président pour offrir la possibilité aux français de le faire replonger rapidement

      Supprimer
  12. Vous êtes magnifique, cher Corto ! Très beau plaidoyer, j'en ai eu le souffle coupé et le cœur qui battait. Dommage en effet, dommage que ces jeunes ne sachent plus rêver...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @barbara: ce texte, comme précise, n est pas de moi, j aurais juste aimé l écrire :)

      Ces " Bataclan " non seulement ne savent plus rêver mais pis, ils ne réfléchissent pas, ne se questionnent pas,se conduisent comme des moutons bien dociles, et "protestent " en criant " même pas peur " !

      Supprimer
  13. Texte très bien écrit mais il a fallut 130 personnes assassinées pourquoi pas avant.
    Le seule question que l'on doit se poser est simple:" Sommes nous prêts à mourir pour nos idées, ceux d'en face, oui!".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: il me semble que Matzneff avait écrit un truc sur Charlie, sans doute que là, avec tout ce cinéma, le vase a-t-il du déborder.

      Il ne s agit pas de mourir pour ses idées, c'est pas donné à tout le monde, il s agit de regarder lucidement les choses, ne pas se faire manipuler autant que possible, ne pas donner dans la compassionnite téléguidée, accepter d appeler un chat, un chat, etc...

      Supprimer
  14. Merci M G Matzneff d'avoir trouver les qualificatifs que je cherchais sans les trouver en regardant ces pauvres idiots se rouler des pelles ou presque sur la place de la Rep ou répondant par des propos confondant de niaiseries aux questions des journaleux. Je vous avoue que je ne suis pas rassuré en voyant cette armée de bisounours déambuler devant les lieux des massacres. Il manquait les haré Krishna, nous sommes tous frère ma soeur, etc.
    Les islamistes ont de beau jours devant eux.
    Peace and Love, tout est amour.
    Bande de c...s

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un dragon: tu ne crois pas si bien dire pour les bisous: un photographe a pris deux amoureux entrain de se palocher, commentaire sur twitter: on dirait du Doisneau !
      Les islamistes doivent effectivement se marrer en les voyant avec leur petites bougies et leur " même pas peur ". la compassion, la solidarité, je peux comprendre, la bisounourserie élevée à un tel niveau, ça fait presque peur

      Supprimer
  15. remarquez qu'on aurait pu els nommer "génération batacloche" ce qui aurait été connoté à la bois "cloche" comme clodo et "batteur de cloche" comme , au choix , sonneur de cloche ( donc cul béni ) soit batteur de cloche , comme branleur
    ou alors "génération rantanplan" et là, ça a beaucoup plus de sens, rantanplan, vous savez , le chien idiot de lucky luke....

    RépondreSupprimer
  16. En regardant toutes ces conneries je demande pardon aux ours (en peluche) qui ne le méritent pas.
    On devrait dire plutôt "BISOUCONS"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: les ours effectivement ne sot pas assez cons pour se préter a ces guignolades

      Supprimer
  17. C'est pourtant bien mérité "génération Bataclan"...comme des veaux
    à l'abattoir! Il n'y a qu'à voir la remonté de Hollandouille dans l'estime
    des Franchouilles pour comprendre à quel point nous sommes devenus
    de la chair à kamikazes.
    Maintenant, faire lire "Les Trois Mousquetaires" à Sid Ahmed Glam, à
    Mohamed Merah ou à Salah Abdeslam pour les transformer en
    Aliocha Karamazov, c'est peut être un peu ambitieux quand même, non?
    Je crains que le combat ne soit perdu d'avance, il eût été bien préférable
    de ne pas en créer les conditions.
    ... Finalement je préfère encore "Génération Mitterrand", ça me paraît plus
    juste, rendons à César ce qui est à Tonton.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Nouratim

      Si vraiment,vraiment,Hollande remonte malgré ce désastre,alors,si les cons volaient,nous aurions un max de chefs d escadrille en France !

      Supprimer
  18. il y a d'autres petits cochons qui ne s'en font pas en attendant:
    http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/30/diner-obama-hollande-cop-21-ambroisie-grand-restaurant-parisien_n_8683980.html
    http://restaurant.michelin.fr/restaurant/france/75004-paris-04/l-ambroisie/2a8d13e

    Quel beau pays tout de même ou l'élite passe son temps à décérébrer le peuple pour pouvoir profiter tranquillement des ors de la république ensuite .

    Je parlerai, pour certains ( car j'en connais aussi qui bossent durs pour s'en sortir), plutôt d'une génération de "sans-dents et sans cervelle". rien dans la tête, rien dans les poches et rien dans le pantalon.



    RépondreSupprimer
  19. Merci Corto, grâce à vous et à Matzneff, je mets des mots sur ce qui me hérisse le poil à chaque fois que j'entends cette expression de "génération Bataclan"...
    Mais je vois aussi autour de moi tous ces jeunes qui se bougent, s'engagent, s'occupent des autres, et aussi de cultiver leur esprit et leur âme...Vous parliez des jeunes que lon a vu dans les manifs Lmpt : mais une grande partie de ceux que l'on a decouvert à cette occasion dans la rue étaient déjà des jeunes engagés qui, avant cela, s'occupaient moins de manifester que de donner de leur temps dans les associations d'aide aux pauvres, aux exclus, aux handicapés, aux vieux, dans le scoutisme, dans les mouvements d'encadrement de jeunes .... ils sont nombreux ceux qui agissent vraiment, ils sont souvent portés par leur foi, ou au moins une sorte de spiritualité. .. ce qui ne les empêche pas d'ailleurs d'aller boire une bière en terrasse ou samuser au Bataclan (j'en connais parmi les victimes)....
    Bref tout ça pour dire que ces jeunes là me donnent de l'espérance et m'empêchent de me morfondre devant les bêtises consternantes si bien décrites dans cette tribune...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Béatrice: je sais bien qu il y a des jeunes qui réfléchissent et agissent. Mais ce ne sont pas ceux là que l on montre en exemple ou que l on monte en épingle ! Et oui, ces jeunes là donnent des raisons d espérer. heureusement.

      Supprimer
  20. tonton flingueur2 déc. 2015 à 00:26:00

    effectivement, bon texte, qui décrit parfaitement la situation, mais je vais pour une fois me faire l'avocat du diable, comment en vouloir a ces gamins ? depuis 30 piges minimum, ces gosses sont élévés ou plutot conditionnés dans le culte du " touche pas mon pote " du " droit a la différence mais on est quand meme tous pareils ..." du " la guerre c'est mal " de " toutes les cultures sont égales et les traditions exotiques sont tellement sympas " meme les plus archaiques ... souvenez vous qu'il y a 30 piges il était pratiquement interdit de meme évoquer les mariages forcés ou l'excision sans passer pour un abominable au nom de ce respect des cultures... 25 piges qu'on leur serine que l'Autre est n'est que richesse et épanouissement, avec interdiction de leur dire que pas de pot, quelquefois, l'autre, c'est a votre peau qu'il en veut... et que a contrario, toute notre culture et notre histoire n'est que massacres, guerres, pillages, vols, et que l'Autre nous a tout apporté, tout construit, tout appris, meme si ce ne sont dans la plupart des cas que propagande pure et simple, alors oui, je n'excuse pas, mais je peus comprendre que ces gamins ne soient absolument pas armés pour faire face a la haine pure et dure qui nous est déclarée, les générations précédentes vivaient dans la connaissance de la guerre, et s'y préparaient , presque une routine, je suis né 17 ans apres la seconde mais elle était encore très présente, mes 2 arrières grands pères, encore vivants, avaient fait la première, mes grands pères la seconde, un oncle l'indochine et mon père l'algérie, meme pour nous la guerre n'était jamais très loin... mais depuis, l'école, les médias, les parents, la société ont fait de ces gosses des bisounours, triste, mais irrécupérable je le crains... enfin, je ne sais pas si Matzneff connait la banlieue, moi,oui, et très bien, " les banlieues ou l'on s'ennuit ", on ne s'ennuit que si on le veut bien en banlieue...ma commune du 94 et les villes alentour proposent par les municipalités et pratiquement gratuitement, écoles de musique, clubs de sports divers et variés, piscines, colonies, bibliothèque avec internet pour 3 fois rien, et par le centre culturel ou j'ai bossé des places de ciné avec films récents pour 2 euros ! et devinez quoi ? pas grand monde pour VOULOIR en profiter... c'est tellement plus vendeur de passer son temps a se victimiser..., ça donne mauvaise conscience au bobo...qui vote bien après...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton: qu'est-ce que tu veux que je rajoute à ça ! +1

      Supprimer
    2. Géo

      @Tonton flingueur

      +1 moi itou

      Vrai que le texte a un défaut que je n avais pas relevé:il victimise des races d individus pas enclins à progresser ,dans leur majorité,en quoi que ce soit de constructif,c est son point faible.

      Mais peut on changer des bourricots en chevaux de course?
      Non,certes,mais à défaut conviendrait il de leur fermer les écuries devenues pires que celles d Augias à force d accueillir tous les bas-fonds du monde en plus des résidents déjà présents qui posent soucis.

      Supprimer
  21. Popularité de Hollande: + 20%.
    Pris de peur les petits cochons se pressent maintenant autour de leur papa...

    RépondreSupprimer
  22. Quand on lit la transcription des conversations de Karim Benzéma, le footballeur maître chanteur, ce sabir pitoyable,cette langue d'une vulgarité et d'une pauvreté affligeante, on se dit qu'il y a du chemin à faire avant qu'il lise les trois mousquetaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Brindamour: et nos médias qui se repaissent de cette histoire Benzema jusqu a l inviter au JT de 20h ; Non mas allo, quoi, !

      Supprimer
  23. Ce billet est en effet excellent mais je garde l'espoir de la surreprésentation par les journalistes de cette génération dite Bataclan.
    Cette impression de monde extérieur transformé en cour de maternelle remonte pour moi à quelques années.
    Je me souviens avoir rigolé il y a presque dix ans de lâchers de ballons ou de grandes clameurs pour obtenir la libération d'Ingrid Bétencourt ou d'un quelconque otage.
    La pensée magique faisait son chemin chez les peluches devenues génération Bataclan.
    Je me demande si la diminution du nombre d'enfants dans le monde civilisé n'est pas la grande responsable, on va vers une société d'enfants uniques, pas facile alors d'inverser la tendance, aussi je garde l'espoir de la surreprésentation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @PLC: la pensée magique ! nous sommes encore là dedans, en plein dedans.

      Supprimer
  24. Je suis d’ accord cher Corto sur le fond avec Mazneff avec la réserve exacte de Tonton Flingueur et la suivante :

    Je ne suis pas sûr que les « trois petits cochons » soit le bon livre ou dessin animé à critiquer. J’ ai utilisé le Walt Disney à maintes reprises auprès de mes deux enfants pour leur enseigner que la vie ça se prépare et particulièrement les fondations ( bonnes études et un bon boulot ). Les deux premier cochons s’ apparentent à la cigale de la fable tandis que le troisième agit en fonction de l’ objectif qu’ il s’ est fixé : un habitat sûr et confortable . Pour ce faire il bosse. C ‘est un adepte du conséquentialisme cher aux anglo-saxons.C' est pourquoi je pense que le troisième petit cochon face au loup ilslamiste se armerait et pas qu’ un peu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Michka: je n en doute pas un instant ! et bien d accord. Rien ne vaut la menace sur les biens pour pousser à la résistance
      bonne soirée

      Supprimer
  25. Je viens de lire les commentaires , je pense que les trentenaires et leurs enfants pourront dire plus tard "* nous avons vécu au début de la dictature socio-démocrate avant de découvrir la vérité , allez c'est l'heure de la prière .........Allllllllahhhh *"

    RépondreSupprimer
  26. Très beau débat, tiré d'un très beau billet que tu as eu raison de reprendre...
    Je fais le même constat amer, même si heureusement, nous avons tous ici et là des contre exemples...
    L'agnostique que je suis en arrive parfois à regretter la perte du religieux...Il faut dire aussi que l'effondrement du communisme a sonné le glas d'une religion , politico économique,mais qui avait au moins le mérite de susciter des débats d'idées autrement plus riches que les invectives en dessous de la ceinture et la petitesse des débats d'aujourd'hui.
    Je ne porte ni jugement et ne jette aucune pierre.
    Force est de constater que mondialisation et néolibéralisme reposent sur la création d'un lumpen prolétariat qui ne doit surtout pas penser,et donc être le moins cultivé possible...
    Parce que l'orsqu'on gagne un smic avec un emploi ultra précaire,on ne rêve pas,on n'a pas même l'espoir d'avoir quelque bien à léguer à ses enfants.On consomme.Et la culture se réduit à la téléréalité.
    Rajoute à ça que ce libéralisme repose entièrement sur le culte du soi et le mépris de l'autre,celui que l'on vient de supplanter, et tu n'as pas à t'étonner de ce qui se passe actuellement.

    RépondreSupprimer
  27. Merci, Corto, d'avoir trouvé (et partagé) ce texte qui dépeint si bien ce que, apparemment, nous sommes nombreux à ressentir.
    Consolez-vous : même si ce n'est pas vous qui l'avez écrit, vous auriez pu faire aussi bien. Vous nous l'avez maintes fois montré.
    Et pour tous ces (très) beaux billets, encore grand merci. :-)

    RépondreSupprimer
  28. Hier soir ma chère et tendre rangeait des jeux, des puzzles, des livres pour enfant. Elle faisait un peu de tri, entre ce qu'on donne, ce qu'on met dans la chambre de notre fils...
    A un moment, elle dit, "oh tiens, où est Charlie"
    J'ai répondu du tac au tac "au bataclan"

    Désolé - enfin non, ne soyons pas hypocrite, j'ai trouvé ça plutôt drôle. Caustique et grinçant, mais drôle.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Popeye: drôle oui, sas aucun doute et puis il y a tout de même vachement de ressemblance entre les Charlie-Charlots et les Bataclan, les quasi même en fait

      Supprimer
  29. Chère Ladywaterloo, Je ne te connais pas, mais tu m'as bien fait rire, vraiment.
    tu écrivais dans les tout premiers postes: "D'autre part le groupe se nomme "The Eagles Of Teh Death Metal" , un groupe de death métal dont voici une définition...Parmi les caractéristiques communément reconnues du genre, on peut citer des paroles généralement violentes, choquantes ou sombres, ayant trait le plus souvent à la mort, de façon crue, décalée (gore, comme dans le cinéma d'horreur ). Alors certes le Père Benoit n'aurait pas dû prononcer ce genre de phrases, mais on peut comprendre son indignation qu'un tel groupe puisse exister et chanter de telles chansons." J'en ri encore, merci. Ce groupe de musique s'est baptisé ainsi à la suite d'une soirée arrosée, en référence à une discussion amusante et bruyante, un clin d’œil en bref. Leur style musical se rapproche du rock léger, dit folk, avec de forts accents country, un style que l'on pourrait apparenter à Bob Dylan....on est bien loin des archanges démoniaques et des rites sataniques. Ne pas se fier aux apparences, non, il y a plus de deux musiciens dans le groupe U2, les Beattles étaient humains, et non des insectes, et Indochine est un groupe français et non asiatique. Mais cette erreur que tu as faite, bien que drôle et légère d'ailleurs, est révélateur du manque de recul de nombre d'observateurs et concitoyens quinquagénaires et plus. Je lis ici ou là que, sans soutenir le texte de matzneff (trop politiquement incorrect), le fond de l'article n'est pas nécessairement faux, une part de vrai résiderait même dans le cœur de sa prose. On résumerait cela à la citation suivante (que j'ai reprise d'un post précédent): " la société ont fait de ces gosses des bisounours, triste, mais irrécupérable je le crains...". Aïe! Là on met le doigt où ça fait mal. Aujourd'hui, les gens qui soutiennent cette pensée confirment une chose, que les deux générations précédentes (dont les rédacteurs de ces posts font partie, indubitablement), pourries gâtées par le plein emploi des trente glorieuses, ont à ce point fait preuve d'ignorance, de mépris et d’égoïsme, qu'ils ont laissé une France surendettée, minée par le chômage, et soumise aux attaques terroristes, incapable qu'elles étaient de faire face au process d'intégration des minorités. Malgré cet infâme héritage, votre jeunesse si mal lotie sort et sourit, débat et se bat malgré le statut quo instauré par les politiciens que VOUS avez installé et maintenu! La jeunesse aurait aimé recevoir un soutien, ou, du moins, entendre un mea culpa des générations précédentes, leurs parents, adultes irresponsables qui leur lèguent une société défaillante. Au lieu de cela, on accuse cette jeune génération de motiver elle-même ses détracteurs, d'entretenir ses inimités, pire, de creuser sa tombe (pierre tombale à creuser sur le fumier laisser par les précédents adultes). Alors, chers adultes de l'ancienne génération, partez, sortez du débat, laissez les jeunes . Vous leur avez ôté tout espoir en pourrissant leur avenir par votre immobilité crasse, votre médiocrité triste. Aujourd’hui, vous craignez pour eux et ne leur accordez aucun soutien, et pourtant ce sont vos enfants. Quelle malheur, quelle tristesse, quel égoïsme. En espérant que les vieilles momies des tours d’ivoire comme matzneff se taise à jamais, la jeunesse demande désormais à leur prédécesseurs de les aider ou de se retirer. Il sera plus aisé de tout rebâtir sans l’aide des destructeurs sociaux qui les plaignent aujourd’hui. Pour conclure, si l’on observe l’état de la société et du pays, la situation dans laquelle nous avons fait grandir nos gosses aujourd’hui, de les voir faire face devant cette si haute merde, moi je leur tire mon chapeau, les anciens ne l’auraient pas fait.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen