dimanche 6 janvier 2019

Pour une dissolution immédiate de l'Assemblée Nationale


Alors que depuis quelques jours les gars qui nous servent de ministres nous annonçaient un mouvement des gilets jaunes en train de s'essouffler, force est de constater que ces derniers ont encore une fois pris de court les autorités et la police. Parce qu'hier, que ce soit à Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux ou dans de nombreuses villes, ce sont les gilets jaunes qui ont , dans un premier temps, mené la danse...

Trêve des confiseurs terminée, retour de vacances, ils étaient là par milliers, tellement nombreux que Castaner a eu du mal à les compter: 25 000 à 18h00, 50 000 à 19h00, dommage qu'on ne lui ai pas reposé la question à 20h00... Une chose est certaine, les vidéos vues sur les réseaux sociaux ne laissent aucun doute: les chiffres sont scandaleusement bidonnés. Mais de cela on a l'habitude...

Ce dont on a moins l'habitude, c'est de voir avec quelle violence la police riposte, avec quelle hargne les CRS frappent, avec quelle brutalité les gardes mobiles chargent. Du jamais vu, je pense, depuis l'épisode Malik Oussekine en 1986. Alors, vous me direz, les flics ripostent à hauteur de ce que les gilets jaunes leur font endurer; c'est vrai mais pas seulement comme le prouve la vidéo ci-dessus, une parmi tant d'autres, où des gilets jaunes à terre et somme toute pas bien méchants se font tabasser sans vergogne par des CRS. Et c'est bien cela qui me chiffonne: non pas d'en vouloir aux keufs, ils font le boulot pour lequel ils ne sont pas lourdement payés, mais cette certitude qui est la mienne qu'ils ont reçu l'ordre de ne pas se ménager pour casser du gilet jaune. Et cet ordre ne peut venir que du plus haut niveau... Après tout, me direz-vous là aussi, le kéké de Forcalquier, Griveaux, Nunez avaient prévenu: la radicalité allait changer de camp. Sus aux gilets jaunes et pas de quartier ! Ou comment attiser la colère et la haine...

Et bien forcément, quand on les tape, les plus hardis, les plus courageux, les plus radicaux des gilets jaunes, aidés en cela par des casseurs et des flics en civils, ripostent à leur tour et à leur façon et cela donne ce à quoi on a assisté hier: 

L’image contient peut-être : feu, ciel, nuage, crépuscule et plein air L’image contient peut-être : feu et plein air

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout, feu et plein air L’image contient peut-être : feu et nourriture

Résultat de recherche d'images pour "passerelle leopold sedar senghor gilets jaunes" Résultat de recherche d'images pour "passerelle leopold sedar senghor gilets jaunes"
(les 4 premières photos: C. Demassieux pour Riposte Laïque)

Une fois encore, la France défigurée aux yeux du monde: du feu, du sang, des larmes, des scènes d'émeute, des violences partout et ce sentiment qui laisse aussi amer qu'inquiet: rien ne semble pouvoir endiguer les choses, rien ne semble pouvoir faire entendre raison aux uns ou aux autres. La rupture est totale entre les gilets jaunes et le pouvoir. Une police totalement dépassée hier: seules 34 arrestations à Paris hier ! Et un Castaner, un Griveaux, un Nunez et un Delpuech pour courir les écrans télés et nous dire que force doit rester à la loi (poil au doigt). Et un Macron absent si ce n'est par  l'émission d'un pet sur les réseaux sociaux pour s'élever contre ces casseurs de République.

Griveaux dont les bureaux ont été attaqués et qui a du être exfiltré manu militari a osé déclarer: "Ce n'est pas moi qu'on a attaqué, c'est la République !". Mon con, heureusement que la République ce n'est pas toi, on serait mal barré. Mais quelque part, il n' a pas tort: que des gars, gilets ou pas gilets, s'en prenne ainsi à un symbole si petit soit-il de la République (les bureaux d'un ministre) montre à quel point le malaise est grand, à quel point la colère est grande, à quel point le divorce est acté entre le " pouvoir " et une bonne partie du peuple.

Alors comment sortir de l'impasse ? Comment retrouver le calme ? Comment apaiser les choses ? Comment contenter les gilets jaunes ? Visiblement, tout ce qui leur a déjà été accordé n'a pas suffi. L'espèce de débat national que veut entamer le Macron semble avoir avorté avant même d'avoir commencé. Dans les mairies les cahiers de doléances se noircissent à vue d’œil avec moultes propositions aussi intéressantes que nulles pour certaines sans que l'on sache très bien ce qu'il adviendra de ces cahiers et de leurs contenus. La violente répression policière ne suffit pas non plus. Alors ? Si rien de ce qui a été fait , accordé et ordonné ne suffit à calmer la fronde, c'est bien la preuve que la solution est ailleurs. Laquelle ?

La démission de Macron ? Il n'y a actuellement personne de suffisamment crédible et costaud pour prendre sa place. Une liste Gilets Jaunes aux Européennes ? Pour quoi faire si ce n'est diluer les voix et puis, une fois à Bruxelles, ils feront quoi  les éventuels gilets élus (loin de Paris, loin du cœur. remember Edouard Martin.) ? Le retour de l'ISF, l'un des impôts les plus stupides qui soit ?

Non, la solution radicale me semble être la dissolution immédiate de l'Assemblée Nationale. Procéder à de nouvelles législatives. Pas besoin de proportionnelle intégrale, la déliquescence des partis actuels devrait se traduire de fait par une proportionnalité des résultats. Le résultat de celles-ci donnant forcément une plus juste représentativité du peuple et mettrait fin à la domination écrasante de cette majorité LaRem composée de bric et de broc, d'amateurs, d'imposteurs, voire de débiles totalement incapables de composer avec des gilets jaunes. L'élection de cette nouvelle assemblée entraînerait la nomination d'un nouveau gouvernement que l'intelligence, certes complexe mais réelle, d'Emmanuel Macron voudra plus ouvert et plus représentatif de la population.  Un gouvernement qui devra nécessairement être bien plus expérimenté que la ribambelle de clampins que nous avons actuellement. La suffisance, l'arrogance, le mépris, l'amateurisme n'ont jamais fait de bons politiques, tout cela génère l'incompréhension et la colère de ceux (i.e.: le peuple) qui doivent subir les orientations prises par les autorités. Un gouvernement qui, là aussi, devra être bien plus représentatif de la population que celui que nous avons actuellement.

Parce qu'à bien écouter les gilets jaunes, de quoi souffrent-ils en dehors de tout ce qui a été déjà dit ici ou ailleurs ? Que veulent-ils de plus que ce qui leur a déjà été accordé ? Ils veulent être entendus, compris, pris en compte. Ils veulent exister. Ils ne veulent plus être ignorés. Ils veulent être représentés. Tout simplement.

Une chose est sûre, sans décision radicale du petit prince, le pays court à une catastrophe certaine, catastrophe qui fera passer mai 68 pour de la gnognotte.


D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

40 commentaires:

  1. Dans le contexte politique actuel, mon cher Corto, le président Macron n'a guère de solutions pour faire diminuer la pression dans le pays. La dissolution paraît effectivement la plus sage. N'oublions pas qu'elle a été employée à plusieurs reprises sous la Vème République : en 1962 et en 1968 par le général De Gaulle, en 1981 et 1988 par François Mitterrand, et enfin en 1997 par Jacques Chirac. A chaque fois c'était dans l'idée d'avoir une majorité plus confortable pour le président, mais cela nous a valu des cohabitations en 1988 et 1997. On raconte que Hollande y aurait songé en 2014 !
    Malheureusement tout porte à croire que Macron n'est pas du tout prêt à dissoudre l'Assemblée. Pour le moment tout porte à croire qu'il préfère continuer à monter les Français les uns contre les autres dans l'espoir qu'ils se lasseront des manifestations des Gilets Jaunes, et qu'il réussira ainsi à venir à bout du mouvement par la répression. C'est un pari extrêmement risqué qui n'est pas digne d'un chef d'État responsable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: le pb est donc de savoir si Macron est un gars responsable. J ai de sérieux doute, immaturité et responsabilité ne font généralement pas bon ménage

      Supprimer
  2. En observant objectivement la situation on ne peut qu’être d’accord avec ton billet. Pour ce qui est de la violence je la condamne de part et d’autre. C’est la meilleure preuve que nous sommes engagés dans un sacré cul de sac, que la discussion ne sert plus à grand chose et que la seule solution pour en sortir c’est de faire marche arrière et d’essayer de trouver le bon chemin. Je crains malheureusement le pire car le petit prince vit dans une bulle hermétique avec ses vassaux et depuis son adolescence il est dans la transgression permanente. Il restera droit dans ses bottes.
    Cette crise dépasse largement les gilets jaunes du début c’est le résultat d’un malaise très profond de la société française. Tu parles de mai 1968, je crois que nous sommes dans une situation largement pire car en 1968 l’ETAT avait encore les moyens de calmer la France revendicatrice et pourtant De Gaulle était très inquiet en décembre 1969 https://fresques.ina.fr/de-gaulle/fiche-media/Gaulle00149/voeux-pour-l-annee-1969.html?fbclid=IwAR1_P5kraf_2vZMTTKspkkC0WmiYtNlrK4Qd-kqqUdPrCwSHqM5Hx7Nu_Mg
    Aujourd’hui avec plus de 2300 milliards d’euros de dettes je ne vois pas comment on peut s’en sortir sauf à taxer encore plus ceux qui peuvent encore un peu payer. Quant à l’ISF une connerie sans nom, le rétablir ne serait qu’un cautère sur une jambe de bois. Réduire le train de vie de l’Etat, taper dans le dur des aides divers et variées est hors du schéma de pensée de ces énarques.
    Alors dissolution ? Oui, sans doute sera-t-il contraint de le faire mais quelle majorité va sortir des urnes alors que les LR sont moribonds ? Je suis personnellement très pessimiste et ne vois pas comment la clique politique peut gérer cette sortie de crise. Carpe diem.

    RépondreSupprimer
  3. Avec la fin des vacances scolaires, si les mômes et les étudiants s'en mêlent, ils vont être mal les petits marquis, c'est évident que de nouvelles élections serait le solution, mais il ne rendra pas le risque le macron,il sait qu'il se ferait bananer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Boutfil: le pire c'est que si législatives, je suis prêt à parier que LaRem restera majoritaire, certainement moins qu aujourd'hui mais majoritaire. Néanmoins, cette élection clarifierait les choses et re-légitimeraient la clique à Macron devant le peuple et les gilets jaunes

      Supprimer
  4. Donc,si je comprends bien,le gitan de Massy,ancien boxeur pro,catégorie lourd-léger,qui a confondu deux policiers casqués avec son sac de sable,sur la passerelle des Tuileries est activement recherché après son forfait et sera puni par la justice,ce qui est normal,mais ce commandant de gendarmerie,ce gradé promu à la légion d'honneur,qu'on a vu à Toulon se défouler comme un voyou sur des manifestants,au point d'être maîtrisé par ses hommes,n'est pas sanctionné,ne fait même pas l'objet d'un rappel à l'ordre,au contraire même,semble s'en tirer avec les félicitations de sa hiérarchie!

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rectification: le lourd-léger s'en prend à deux gendarmes mobiles, savater un gus à terre chapeau la colo, quand au commandant, il s'agit d'un policier, ne pas confondre.
      Ce sont peut être des vaches, mais pas de la même ferme.
      Al.1

      Supprimer
    2. Au temps pour moi!
      Policier ou gendarme,j'ai toujours eu du mal à faire la différence entre une vache et un poulet...

      Vendémiaire.

      Supprimer
    3. Eh ben,on continue d'en apprendre de belles sur cet abruti,commandant de police promu à la légion d'honneur,en passe de devenir aussi célèbre,grâce aux réseaux sociaux,que le boxeur de Massy...

      Je crains pour lui que Castaner et consorts ne veuillent faire un exemple avec Christophe Dettinger,pour cacher l'impéritie de la justice et de l'Etat avec les incendiaires de voitures ou les fichés S,auteurs de massacres après avoir été laissés dans la nature...

      Pour le coup,je risque vraiment de me mettre en rogne contre cet Etat là!

      Vendémiaire.

      Supprimer
  5. Très bonne analyse de la situation, comme d'hab. Quel sac de nœuds qui auraient pu être dénoués si SM Emmanuel (Sa Majesté, je précise...tout compte fait pas si éloigné de Sado-Maso...) avait consenti à un peu d'humilité et d'humanité envers ces derniers de cordée. Ce qu'il oublie un peu vite notre Manu, c'est que sans une base solide, tout Manu qu'il est, il ne pourra jamais conserver le sommet.
    Je suis perplexe devant les violences et je les suppose téléguidées depuis la Place Beauveau en ce qui concerne la Police et manipulées par les Extrêmes en ce qui concerne les Gilets Jaunes car certains ont des intérêts à discréditer cette formidable fierté que sont les Gilets Jaunes.
    Manu, Christophe, Benjamin, Bruno, plus les autres, ne sont plus crédibles... quoiqu'ils fassent. Ils mentent aux Français et malheureusement, il y en aura encore pour les croire mais ils sont en perte de vitesse.
    Je ne vois pour l'instant qu'une dissolution de l'Assemblée et renvoyer ces Marcheurs à leurs chères études.
    Les semaines et les mois qui viennent vont être cruciales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on voit un zèbre roulant des mécaniques se jeter sur un jeune homme noir tout menu pétrifié, plaqué contre un mur... je suis horrifiée.
      Madame Chocolat

      Supprimer
  6. Les merdias ne montrent pas l'intégralité des vidéos et cachent ainsi la vraie raison de la violence des gj, et les journaleux s'étonnent d'être détestés par le peuple qu'ils ne peuvent plus manipuler comme avant internet. Cela dit, je trouve les flics bien ingrats vis-à-vis des gj, car grâce à eux, ils empochent une belle augmentation de leurs gains, 300 € je crois, drôle manière de les remercier quand même !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exact , si la manif du 5 décembre a tourné au vinaigre près de l' assemblée Nationale , c 'est que les GJ se sont retrouvés dans un cul de sac ; Ils ont été bloqués sur le quai , alors qu'ils pensaient passer devant l' AN et se disperser aux Invalides .
      Devant Orsay , les organisateurs bloqués s'en sont émus ;
      C 'est alors que la passerelle a été prise d 'assaut .

      Supprimer
    2. Grisveaux le Fuyard ou le Fugitif ? ?
      Griveaux était en fuite cet après midi 5 Décembre ; Vers 16 H 30 on lui a cassé
      la porte de son ministère , rue de Grenelle ... Il n 'était pas d' accord !
      Il s 'est enfui par derrière ; depuis on l' appelle " le Fugitif " .
      Il est comme Macron , il fait tout par derrière ! ( même Benalla en a eu marre ! )
      A la télé , il était déconfis , et avait une mine d 'extra-terrestre !
      ( on peut en rire un peu , non ! )

      Supprimer
    3. Eh oui!
      Comment s'assurer de la fidélité des policiers en leur donnant du coeur à l'ouvrage?
      Vous les augmentez de 300 Euros!

      Vendémiaire.

      Supprimer
    4. Zita: d'accord avec ton com sauf pour les 300 euros. Ce n'est qu une prime et une nano goutte par rapport aux heures sup que l'Etat leur doit, 230 millions d'heures sup impayées dé=e mémoire

      Supprimer
  7. Tiens, je vous lis depuis plusieurs mois (années), et cet article me semble le plus censé que vous ayez jamais écrit. Comme quoi qu'on soit de gauche ou de droite (ou du milieu) il est clair qu'il y a un problème grave et que seule une décision forte (dissolution, par exemple - très bonne idée) pourra résoudre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Permettez-moi de souligner que Corto écrit très souvent des articles sensés même si la dérision, arme terriblement efficace propre aux Français, n'est jamais loin !

      Supprimer
  8. Géo

    C est le commencement de la fin des gros cartels mortifères qui ont créé l UE et qui imposent leurs volontés notamment en France.
    Leur gauleiter en France,qui exécute leurs ordres,voudrait sûrement bien amener les Français qui manifestent à la violence, pour trouver prétexte à une loi martiale répressive au maximum.
    C est d ailleurs sûrement pour cela que tout fut fait pour générer l apparition des "gilets jaunes", essayer de faire manifester puis étouffer ensuite les colères populaires qui mettent en danger l oligarchie malfaisante de l Occident qui sent son pouvoir vaciller.

    Sauf que le mouvement a échappé à ses concepteurs et que l on ne peut gouverner assis sur des baïonnettes.

    On ne peut arrêter une prise de conscience collective.Le destin de la France est de retrouver sa souveraineté entière et celui de l UE et de ses concepteurs de disparaître.
    Pour ce qui regarde le gauleiter sataniste,il ne voudra jamais partir mais serait prêt tôt ou tard à trahir son propre camp en dissolvant l Ass Nat. dans un sursaut de violence suicidaire envers son propre camp,à la surprise générale,car il est ainsi fait que,par essence,il ne pourra que générer que d autres hostilités en s aliénant par son caractère profond même ses proches.
    Proches qui,si ils ont conscience du danger et veulent sauver leurs fesses politiques,auraient tout intérêt à le faire dégager avant qu'il ne les dégage par dissolution et fureur d être si mal appuyé par eux.
    (Cela doit être un vrai marigot de crocodiles là dedans.Bonjour l ambiance!)
    Se retrouver avec M. Le Pen comme premier ministre et partir exsangue de cette cohabitation houleuse,du fait de son narcissisme outré contrarié,serait bien ce qui pourrait le plus lui arriver.
    On verra bien mais il peut s asseoir sur son projet de chef de l UE qu'il reste persuadé de devenir.Il a généré des choses trop graves et,même sous contrat l on n est pas censé obéir dans la voie du pire avec tant de zèle.

    On mésestime le rôle de sa femme légale dans sa conduire immonde,elle qui lui souffle très certainement de ne rien transiger et il ne faudra pas être surpris d en apprendre de belles sur elle comme sur lui au fur à mesure que les pans entiers de la pyramide fissuréevvont commencer à se détacher.
    Le coup est mortel.Les gilets jaunes ne sont à mon avis que le symptôme d un effondrement de tout un monde désuet vieillot que l on veut nous faire passer pour "progressiste".
    Croire que l on peut revenir à l avant gilets jaunes en maintenant ses positions par la répression et la concession de rogatons misérables par un grippeminaud immature c est se leurrer et finir par s escroquer soi-même après avoir escroqué et menti à tout le peuple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Geo
      Merci pour vos explications -sur l 'autre page aussi. Eh bien.
      Quant à "elle" ... se souvenir que le père de ses enfants à immédiatement quitté sa maison quand il s'est rendu compte de ce qui s'y passait.
      Amitiés
      Madame Chocolat

      Supprimer
  9. Ce que veulent les Gilets Jaunes ; être respectés.
    La faute initiale du locataire actuel est de ne pas l'avoir compris.
    Et cela lui revient comme un boomerang.
    Quant à la commission actuelle présidée par l'ancienne karaketa, je doute fort de ses compétences comme de sa maturité.
    C'est une vieille petite fille et si vous pouvez retrouver les entretiens à elle consacrés sur France Culture il.y a quelque temps, vous serez édifié.
    Très bonne analyse, merci, cher Corto.
    Madame Chocolat

    RépondreSupprimer
  10. Quand on casse le bien des autres, faut pas s'étonner de se prendre deux trois coups de matraque quand on se fait chopper, dans une ambiance surchauffée.
    Je ne sais pas dans quel monde vous vivez ? Virtuel ? Quand tu rentres de force dans un restaurant, c'est pour faire quoi ? Demander le plat du jour ?
    Après, que des flics aillent trop loin parfois, c'est certain mais le coup du pouvoir fasciste contre les gentils gilets jaunes faut arrêter.
    Ce qui m'inquiète le plus sont les listes pour interdire les gens de manifester. C'est pas parce que tu as fait une connerie que tu n'as pas le droit de manifester.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas seulement deux ou trois coups de matraque qu'a donnés à deux manifestants et une racaille cet officier de police de Toulon,d'autant qu'il semble être un récidiviste,y compris sur le nez et l'arcade sourcilière d'un collègue par le passé.
      La réaction du préfet,qui a demandé une enquête de l'IGPN est normale et me paraît le strict minimum.
      Ce gradé,promu à la légion d'honneur,devait être porté par un sentiment impunité pour agir ainsi à visage découvert...
      On ne peut pas laisser faire n'importe quoi dans un Etat de droit,sinon,moi aussi,comme le boxeur de Massy ou le commandant de police, je pourrais m'avancer les poings en avant pour me défouler en prétextant que c'est mon sang qui n'a fait qu'un tour...

      Vendémiaire.

      Supprimer
  11. Une cohabitation ouvrirait certainement les portes d'un deuxième quinquennat pour Macron, mais le système électoral actuel peut encore lui donner une majorité plus étroite, mais nullement impossible face à la médiocrité de l'opposition actuelle. Nous avons hélas pléthore d'hommes politiques, mais une grande pénurie d'hommes d'état.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Nain: bien d accord, à l'heure actuelle, une totale absence d'hommes d'Etat

      Supprimer
  12. Comment se sortir d'une situation inextricable et bloquée?
    Par un retour aux urnes et une dissolution de l'Assemblée nationale?
    Il n'y aurait probablement pas de majorité claire tant le paysage partisan paraît émietté et une cohabitation ne profiterait qu'à Macron, comme à Mitterrand et Chirac hier...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vendemaiire: ok mais alors comment sortir de cette impasse ? une solution concrète, rapide à mettre en place ? tu as en stock ? Parce que moi je n ai trouvé que celle là.

      Supprimer
  13. Le problème c'est que macrounette est tellement sûr de sa valeur et de sa supériorité qu'il est absolument incapable de se remettre en cause, et donc de prendre la seule décision sensée qui devrait s'imposer à un véritable homme d'Etat. Ce type est le fossoyeur de la France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gérard: fossoyeur peut etre pas mais disons qu il contribue largement à notre déclassement. Si seulement il avait quelques réels succès à mettre à son actif...

      Supprimer
  14. Il faudrait créer un comité de soutien à Christophe Dettinger, dit « Le Gitan de Massy », boxeur professionnel français champion de France des poids lourds-légers en 2007 et 2008.
    On pourrait lui remettre un mémoire de défense :
    Monsieur le Président n'y voyez que des coups de semonce pour protéger mes camarades gilets jaunes. Si j'avais voulu vraiment cogné, je lui aurais explosé la gueule à cet enculé de CRS !
    C'est pas mal comme moyen de défense ?
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Homo Orcus: un comité de soutien à cet abruti ? ah que nenni !

      Supprimer
  15. Vous n'avez aucune fidélité, vous oubliez vite vos engagements. Il faut appeler François Fillon, qu'il soit le recours national. Lui est un vrai gilet jaune. Il connaît le peuple. Il est le peuple. Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. olivier: et bien on dirait que la nouvelle année ne t'apporte pas plus d'intelligence et de répondant que la précédente

      Supprimer
  16. Hélas, j'ai bien peur qu'une dissolution n'ait qu'un effet dilatoire: on prend les mêmes cartes, on les bat et on redistribue et au final rien de changé, mais on gagne du temps.
    On aura une majorité qui rassemblera 15 à 20% des inscrits, qui sera contestée à chaque décision et le bazar recommencera.
    Les fondations de la maison France sont pourries et ce n'est pas en passant un coup de badigeon sur les cloisons qu'on la réparera.
    La maison France est depuis depuis 40 ans à l'abandon au profit de la construction de la maison Europe, les architectes sûrs de leurs talent et de la justesse de leur mission ont simplement oublié d'informer les locataires.
    Ceux-ci viennent de comprendre et dans leur action, ils sont magnifiques de courage et de pugnacité, mais au bout du bout qu'en sera-t-il? Un chant du cygne?

    Le Page

    RépondreSupprimer
  17. L'illusion qu'entretiennent les Gilets Jaunes et à leur dépend c'est l'idée qu'il existe un peuple, uni, dont la volonté et l'intérêt pourrait être représenté par une seule et même politique.
    On y croit depuis Rousseau, mais c'est une grosse connerie, un mythe, entretenu par les politiques eux mêmes trop contents de jouer le beau rôle, ils finiront par se faire bouffer par les monstres qu'ils ont engendrés.
    Un bon gouvernement, un bon président, devrait s'occuper de très peu de chose, une bonne constitution ne devrait pas être modifiée plus de 15 fois, un bon gouvernement devrait foutre la paix aux gens.
    Voilà la vérité, ce n'est pas dans la rue ni à l'Assemblée que l'on résout les problèmes, mais au travail, chez soi, dans son jardin ou en discutant avec ses semblables.

    RépondreSupprimer
  18. Conséquences de la démultiplication de l'information et des images: On fait d'une affaire minuscule une affaire d'Etat et de l'arrestation du "boxeur des Tuileries",l'équivalent d'une traque pour retrouver l'ennemi public numéro 1.
    On baigne dans le n'importe quoi !
    Pareil pour le gougnafier-commandant de police,dont on n'aurait rien su,si les images n'avaient pas mis le feu aux réseaux sociaux...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
  19. Cher Corto, tout d'abord tous mes voeux et un grand merci pour vos billets pleins de bon sens. Maintenant, quelle suite donner au mouvement des GJ? s'ils intègrent le système (qu'ils rejettent) ils seront broyés, s'ils restent à la porte, ils ne seront pas audibles et n'auront aucun pouvoir. Alors que faire? Moi je pense 6ème république et , d'abord, virons les clowns. Une nouvelle assemblée nationale de 300 députés, issus de la vie civile. Un contrôle stricte de leurs dépenses, on leur enlève leurs privilèges et ils cotiseront comme tout le monde. Un seul mandat pour éviter les baronnies qui entraînent corruption et déficits. Tous ceux qui ont des casseroles doivent être virés sans indemnités, ceux qui piquent dans la caisse c'est la case prison. Il faut également leur interdire de distribuer des subventions sans contrôle , notamment à l'étranger. Il faut remettre à plat toutes les subventions et supprimer celles qui n'entrent pas dans le cadre de l'état régalien. C'est comme cela qu'on aura peut être une représentation démocratique digne et honnête. Mais je rêve sans doute...carpe diem

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous rêvez juste, mais vous rêvez effectivement. Votre programme, c'est tout ce qu'ils rejettent. Au dernier référendum: voulez-vous assécher le marigot? les crocodiles ont répondu non à 100%.

      Le ¨Page.

      Supprimer
  20. La dissolution? Une manière de rétablir un semblant de représentativité à condition d'y faire entrer la proportionnelle. Et pourquoi pas dissoudre aussi le Sénat (on pourrait au passage abolir les privilèges de tous ceux qui y travaillent https://www.youtube.com/watch?v=euLcmlwhwY0) et le faire élire selon le mode de scrutin actuellement utilisé pour l'AN?
    Dissolution? La moins pire des solutions. Au moins un électro-choc pour le pouvoir qui ne serait pas certain de retrouver sa majorité à l'Assemblée.

    RépondreSupprimer

La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps.

TOUT COMMENTAIRE ANONYME SERA SUPPRIME

France, 2019.