mercredi 15 février 2012

Non, je ne veux pas d'une France socialiste

 Ce soir Sarkozy annoncera sa candidature à sa propre réélection. Si nous ne pouvions douter de celle-ci, il n'empêche, comme l'écrit Falconhill, ce sera un grand moment de la vie politique française. Des millions de gens seront devant leurs téléviseurs et des milliers de gauchos envahiront Twitter de messages moqueurs. Le moment est aussi attendu qu'il sera commenté jusqu'à plus soif.

Pour Sarkozy, ce sera la première étape d'une longue marche qui nous mènera, le 6 mai, à 20h, à nous retrouver tout aussi nombreux, voire beaucoup plus, devant ces mêmes téléviseurs, pour assister à son succès ou à son échec.

Peut-il gagner me demande Falconhill ?

Je n'en sais fichtre rien, il est bien trop tôt pour savoir mais je ne peux que le souhaiter. Non  pas parce que je suis en adoration béate devant l'homme, non parce que je serai un sarkozyste pur et dur, encore moins par aveuglement. Je le souhaite pour une seule et unique raison: Je ne veux pas que la gauche prenne le pouvoir en France.

Pourquoi ? En vrac, liste non exhaustive:

Parce que je n'ai absolument aucune confiance en Hollande et consorts. Parce que je ne veux pas voir à l'Elysée les Aubry, les Moscovici, Cambadélices, Lang, Sapin... Je ne veux pas du projet de société qu'ils nous réservent. Je ne veux pas de leur progressisme bon teint, démago et boboïde. Je ne veux pas de ces ravis du multiculturalisme. Je ne veux pas de cette démagogie qui ne prône rien d'autre que le nivellement par le bas. Je ne veux pas d'un égalitarisme utopique, le faire-croire que nous serions tous égaux est une aberration. Je ne veux pas d'un programme basé sur des hypothèses de croissance irréalistes. Je ne veux pas, sur 5 ans, de l'incohérence dont Hollande, semble coutumier. Je ne crois absolument pas aux capacités d'Hollande à se confronter aux grands acteurs internationaux de la vie politique et économique. Je ne veux pas d'une euthanasie  devenue séduisante parce que légalisée. Je ne veux pas que l'on accorde le droit de vote aux étrangers hors UE. Je ne veux plus voir les communautarismes altérer notre identité nationale. Dois-je en rajouter ?...

Non, je ne veux pas d'une France socialiste.  

Je ne souhaite, dans les circonstances actuelles, que la continuité du programme de réformes entrepris par Sarko. Réformes dont on sent pour certaines qu'elles commencent à porter leurs fruits et pour d'autres qu'elles ont juste besoin d'un peu plus de temps pour donner les résultats escomptés.

Alors, oui, ce soir, je regarderai Sarko se déclarer et me prendrai à espérer que les Français ne se laisseront pas endormir par les discours acerbes et/ou revanchards d'une gauche aussi irréaliste qu'idéaliste.

Et puis franchement, si Sarko perdait, qu'est-ce qu'on se ferait braire avec une pravdasphère endormie, une gauchosphère si bien nourrie au sein des promesses hollandaises utopistes qu'elle en serait devenue repue.

Folie passagère 1050.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

52 commentaires:

  1. C'est fait, mon cher Corto, Nicolas Sarkozy s'est présenté à la candidature de la présidentielle;
    Il a été sobre et sans doute convainquant pour ceux qui ne croient pas qu'il puisse y avoir une autre solution meilleure pour la France.
    Falconhill devrait être soulagé : il n'a pas l'intention du tout de faire une politique à droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. @marianne: Oui, je l ai trouvé plutot bon. Je ne sais pas s'il est meilleur pour nous sortir de la mouise par contre je suis sur que Hollande ne l est pas. Politique de droite: sur les valeurs, si. Sur l'économie, y a plus de droite ou de gauche qui vaillent.

      Supprimer
  2. (merde, j'avais pas mis le commentaire au bon endroit)

    C'est malin de m'offrir une ligne pour citer la question que je pose, et ne pas y répondre... (si c'est pour m'offrir des réponses de certains de tes commentateurs zélées, merci bien).

    Dans ton billet, y a quelque chose de très intéressant que tu dis. Ce que "tu ne veux pas". Moins une adhésion de ta part pour quelqu'un qu'une répulsion des autres. Je la comprends d'autant mieux ta réaction que ce fut la mienne en 2007 (je n'aime pas Sarkozy, et n'aimais pas Sarkozy, mais j'aimais encore moins Royal).
    Et je la comprends d'autant mieux qu'aujourd'hui l'élection risque de se jouer plus contre Sarkozy que pour Hollande. Ce dernier inspire moins le désir (sauf auprès de ses supporters) que le président actuel suscite la répulsion.

    Et j'ai l'impression que l'élection se jouera sur ça. La répulsion. Le vote contre quelqu'un, contre un camp.

    En ce qui me concerne, l'argument de rappeler qu'une Guigou, qu'un Montebourg, qu'un Lang, qu'un Mélenchon ou qu'une Dufflot et ses copains verts, peuvent être ceux qui gouvernent la France, c'est un argument parlant...

    Enfin, on verra bien ce que nous réservera la campagne... (mais vue l'autosatisfaction d'une certaine gauche qui pense que l'élection est jouée, je me dis que le match n'est pas encore fini...)

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @falcon: mais je l ai toujours dit: je soutiens >Sarko faute de mieux et parce que ds le cheptel des politiciens présidentiables, je n en vois pas d'autres pour réussir. De l'aversion pour la gauche ? Oui et non. De l'aversion oui certainement pour cette gauche donneuse de leçons et totalement bornée qui refuse de voir plus loin que le bout de son nez. Bref, celle que je décris ici.
      par ailleurs, si enormément de gens haïssent Sarko, je pense que cette sarkophobie est largement surestimée par le microcosme mediatico-journalistique ainsi que par l'active gauchosphère.
      C'est évident que l'élection se jouera plus sur le vote contre que sur le vote pour.

      Et comme toi, tte la clique et spécialement les vieux dinosaures mitterrandiens, non merci, on a vu et déjà donné.

      Rien n 'est joué les gens de gauche censés le savent bien, les autres... la désillusion pourrait etre dure a digérer.

      Bne soirée a toi aussi !

      Supprimer
  3. Je répondrais juste que j'ai dû quitter la France pour trouver du travail à cause de 5 années de droite Sarkosiste qui l'on mise à genoux.
    J'ai mal à ma France. Et je ne comprends pas comment vous pouvez ne pas voir le mal que Sarkozy à fait à la France pendant 5 ans.
    Regardez par vous même. Le niveau de vie, l'indice relatif de bonheur, le taux d'emploi, la quantité des exportations ont tous baissés dramatiquement en 5 ans. Crise ou pas crise, il ont commencés à baisser avant.
    Un seul chiffre n'as pas baissé, il à même augmenté, l'émigration des personnes ayant fait 5+ années d'études... Révélateur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ AustLiadon,

      J'espère pour toi que tu n'as pas quitté la France pour trouver du travail en Espagne. Parce qu'ici, outre-Pyrénées, après 8 ans de socialisme, 23% de la population active est au chômage (50% des moins de 25 ans).

      Soyons sérieux et arrêtons de raconter des bobards: les derniers chiffres publiés par Eurostat nous montrent que la France résiste mieux à la crise que la plupart de ses partenaires européens. Ça ne veut pas dire que ça va bien, mais il faut être capable de dépasser le stade de la sarkophobie.

      Supprimer
    2. Tu noteras que je n'ai pas indiqué que je souhaitais spécialement une France de gauche pour 10 ans.
      J'ai simplement dis que je ne voulais plus d'une France sarkozyste.

      Oui la France s'en sort pas trop mal dans cette crise mais ce n'est pas mon point. Ce n'est pas la crise qui à fait que je ne trouves pas de travail en France. Je suis dans le seul domaine qui à une croissance à 2 chiffres depuis le début de la crise.
      Ce qui fait que je ne trouves pas de travail en France c'est la suppression de toutes les aides donc bénéficiaient les petites entreprises pour les aider à embaucher. Et ca à commencé avant la crise.

      Je suis au Québec et on à beau être à moins de 1000km de l'épicentre de la crise, l'économie se porte très bien.

      Je le redis et j'insiste. Mon point ici n'est pas de dire "votez à gauche". Je cherches à montrer que sarko à fait beaucoup de mal à la France avec sa politique. Il à fait ce qu'il avais promis, et comme prévu ça fait beaucoup de bien aux déjà riches et appauvri les autres.

      Supprimer
  4. Je partage totalement le point de vue de AustLiadon et déplore comme lui le mal que le petit caporal a fait à la France. Baisse du pouvoir d'achat ; le chômage qui n'a jamais été aussi haut ; le laisser-faire à propos des délocalisations, l'exemple le plus récent étant celui de Renaul alors que l'état est actionnaire. Et actuellement, cerise sur le gâteau, la tentative du chef de l'Etat de faire du charme à l'extrême droite.. etc.. etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @austliadon : Bienvenue ici ! Je ne vois pas bien le rapport entre la France, Sarkozy et ton départ à l'étranger . T'es parti parce malgré ton Bac + X tu ne trouvais pas de boulot en France. C'est la faute a sarko ?

      @Fanfanchatblanc: C'est bien connu que le petit caporal ( appellation pas très heureuse ) n'aime pas les gens et qu il a donc tout fait pour qu'il soient moins bien payés, qu'il y en ait un maximum au chomage, qu'il y ait un maximum de pauvres et de précaires etc... Faut arrêter de lui mettre tout sur le dos a ce gars là. Sarkozy, le bouc émissaire de la misère !

      Supprimer
  5. Corto : Dans ton énumération, tu ne parles pas de la position prise par ton candidat à propos du mariage ou de l'adoption concernant les homosexuels : c'est en partie ce qui a fait jeter l'éponge à Boutin.
    Que penses-tu par ailleurs de la déclaration de Vanneste ?
    Philippe.

    RépondreSupprimer
  6. Je rejoins Philippe : tu as oublié dans ton énumération "Je ne veux pas du mariage homosexuel ni de l'homoparentalité" ^^
    Il manque aussi une énumération positive,en faveur du candidat ump, du genre : "je veux une TVA sociale", "je veux moins de services publics", etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philippe et thierry: dites donc, vous êtes mimis tous les 2, je ne fais as état ds ce billet de ce que je veux mais uniquement de ce que je ne veux pas.

      Pour la déclaration de Vanneste, tu n as qu a lire le billet précédent. J'y rajouterai que je suis écoeuré de voir comment certains prennent sa défense ( de gauche ou de droite )

      L'énumération positive " je veux " viendra en son temps

      Supprimer
  7. Gauchiste sans doute et histoire de débattre sur le paragraphe important, je vais reprendre et noter * ce qui vient de vous, @ ce qui vient de moi
    * Parce que je n'ai absolument aucune confiance en Hollande et consorts.
    @ Parce que je n'ai absolument aucune confiance en Sarkozy et consorts.


    Parce que je ne veux pas voir à l'Elysée
    * les Aubry, les Moscovici, Cambadélices, Lang(@1), Sapin(@2)
    @ Morano,Gueant, Lefevbre, Woerth, Baroin, Pecresse

    @1 : Mitterand il me va bien en ministre de la culture, Lang m'insupporte
    @2 : pourquoi Sapin?
    @3 : Juppé et Villepin sont de vrais républicains (au sens rassembleurs, même dans ce qu'ils ont fait de pire, ils avaient la France en ligne de mire), pourquoi les exclure du futur?

    .. Je ne veux pas du projet de société qu'ils nous réservent.
    @partagé, je ne veux pas du projet de société de Sarkozy

    * Je ne veux pas de leur progressisme bon teint, démago et boboïde.
    @ Je ne veux pas de cette régression populiste, montant les uns contre les autres et cherchant (des mauvais) boucs émissaires plutôt que des solutions

    Je ne veux pas de ces ravis du multiculturalisme.
    @Pareil, tant que le multiculturalisme considère que le breton (mon coin, pas ma langue) est un plouc [ :) je t'entend penser d'ici, espèce de parisien de banlieue:) ]

    *Je ne veux pas de cette démagogie qui ne prône rien d'autre que le nivellement par le bas.
    @idem, mais je n'ai rien vu chez Hollande qui prône ça

    *Je ne veux pas d'un égalitarisme utopique, le faire-croire que nous serions tous égaux est une aberration.
    @idem, je n'ai rien vu chez Hollande qui prône ça - L'idée c'est que l'éducation doit tendre à l'égalité, pour ceux qui n'y arrivent pas, aide accrue à l'insertion

    Je ne veux pas d'un programme basé sur des hypothèses de croissance irréalistes.
    @C'est ce que nous venons de vivre depuis 5 ans, je veux également autre chose

    *Je ne veux pas, sur 5 ans, de l'incohérence dont Hollande, semble coutumier.
    @Je ne veux pas, sur 5 ans, de l'incohérence dont Sarkozy a été coutumier (le referendum en a été l'exemple : pas bon pour l'europe, bon pour les chomeurs?)

    * Je ne crois absolument pas aux capacités d'Hollande à se confronter aux grands acteurs internationaux de la vie politique et économique.
    @ C'est de la croyance, j'admets que nous ne soyons pas d'accord. Mais ca veut dire (en dehors de cette élection) qu'un président doit être issu d'une élite en contact régulier avec l'étranger. Bush et Obama sont sans doute 2 contre exemples de cette idée

    * Je ne veux pas d'une euthanasie devenue séduisante parce que légalisée.
    @ Une vraie valeur de combat, je ne partage pas, mais je respecte beaucoup plus que ce qui précède

    * Je ne veux pas que l'on accorde le droit de vote aux étrangers hors UE.
    @ idem ci dessus

    * Je ne veux plus voir les communautarismes altérer notre identité nationale.
    @ Moi non plus, mais je ne considère pas que le droit de vote local amène au communautarisme

    * Dois-je en rajouter ?...
    @ OUI ! J'adore :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Principe deréalité: Bienvenue ici. L'exercice est amusant et tu peux tout a fait comme je l'ai fait dire ce dont tu ne veux pas. Chacun est encore a peu près libre de penser ce qu il veut

      Supprimer
  8. Vous ne voulez pas d'une France de gauche. Fort bien. Le problème c'est qu'il n'y a plus de droite. Juste un choix à faire entre la peste et le choléra et ça depuis des lustres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça...

      Il n'y a même plus de libéraux, que des socialistes...

      Supprimer
  9. Les blogueurs d'opposition se préparent...
    Le groupe RightBlogs?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @bembelly: Je ne sais pas, ce qui est sur c'est que cette campagne va etre chaude, très chaude

      Supprimer
  10. Eh bien, moi, je commence à trouver fort drôle la perspective d'une victoire du Batave. L'imaginer, d'ici quelques mois, en train de venir déclarer, l'oreille basse, à la télévision que, bon, Mme Merkel n'ayant pas voulu renégocier les traités signés par la France, le chômage n'ayant visiblement pas peur du socialisme au pouvoir, les marchés financiers se souvenant que le dit Batave les a bêtement désignés comme ennemi numéro un, eh bien que, compte tenu de tout ça, il va falloir finalement se résoudre à l'austérité.

    Voir Hollande vendre l'austérité à tous ceux qui, en ce moment, le prennent pour le sauveur, oui, j'avoue que la perspective n'est pas pour me déplaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tout ça on s'en fout, puisque le Batave, comme vous dites est pour le mariage homosexuel et, cerise sur le gâteau, pour "l'euthanasie active" !
      Oh la la ! Il faut que j'arrête parce que je ne vais pas tarder à me faire virer d'ici aussi.

      Supprimer
    2. Corto, lui, il est contre l'égalitarisme à tout crin mais il pense que l'égalité de droits entre les couples homosexuels et hétérosexuels va de soi... Parce que bon, faire des chiards, comme on dit, c'est surfait... Bref, on voit midi à sa porte, en somme...

      Supprimer
    3. @didier goux: là nous sommes parfaitement d'accord; la victoire (éventuelle) de Hollande aurait au moins cela de réjouissant: le voir se justifier, auprès de ses admirateurs transis d'amour, de la rigueur qu'il sera obligé d'imposer ne manquera pas de sel ! un peu comme en 1983
      Et le voir tenter avec ses petits bras tenter de renégocier les traités européens avec la merkel... Cela pourrait etre jouissif si la chose n'était pas si sérieuse.

      Supprimer
  11. "Je ne veux plus voir les communautarismes altérer notre identité nationale."

    10 ans de droite au pouvoir sans discontinuer. Que n'ont-ils réglé la question ? Heureusement que Guéant est là pour nous à quel point nous pouvons être fier de notre glorieuse civilisation. Quand on te soigne mal, tu t'en prends à ton médecin, pas à son concurrent, non ? Quant aux réformes sarkozystes dont on sent qu'elles vont porter leurs fruits... Là, franchement, on explose de rire ! Sarkozy n'a pas une seule réussite à mettre à son crédit. Il s'est trompé sur tout et se trompe sur tout. Y compris sur la réforme des retraites qu'il ne cesse de rabâcher. On le verra très vite, les chiffres commencent à parler. Ministre des Finances, c'est lui qui vendu une partie du stock d'or de la B.D.F. Quelle clairvoyance, mazette !

    Et puis votre haine de principes envers certains - sans prendre deux secondes pour l'étayer. Elle ne vaut pas mieux que la sarkophobie. Tiens, pis y a les deux vieux du muppet show qui chouinent qu'il y a plus de droite dans ce pays... Que ne vont-ils vivre au Texas s'inscrire dans un "tea party" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dorham: les élastiques se tendent, dirait-on ! Mal dormi ?

      Supprimer
    2. Ben oui, la droite française est, hélas, morte le 6 février 1934.

      Il n'y a que les crétins, ou les naïfs, pour imaginer que l'UMP puisse ressembler en quoi que ce soit à un vrai parti de droite traditionnel. Je peine à voir la moindre défense de notre culture, de nos traditions, de notre sol, dans les discours et actes de l'UMP. Avouez que pour un parti qui vote à 97% comme le PS au parlement européen, on peut difficilement parler de vrai parti de droite. Quant à la morale publique, là encore je peine à voir la différence sauf à considérer qu'une feuille de papier à cigarette puisse être assimilée au mur d'une forteresse.

      Ceci dit, mon cher Dorham, de même que toutes les cultures ne se valent pas, il en va de même pour les droites. Si les Tea Parties sont par bien des aspects plutôt sympathiques, il n'en reste pas moins vrai, pour autant qu'on puisse parler valablement du concept de droite pour les USA, que leurs principes ne valent que pour leur pays et ne saurait être transposés, fort heureusement, chez nous.

      Dans le fond, ces partis ne sont que les côtés pile et face de la même désagréable pièce estampillée RF.

      Supprimer
    3. @kolchak: "Si les Tea Parties sont par bien des aspects plutôt sympathiques"??? allons bon, manquait plus que cela !

      Supprimer
    4. Je sais, dans une démocratie lorsque le peuple se mobilise efficacement c'est mal vu. C'est le principe même de la démocratie moderne.

      Oui Corto, si j'étais américain je militerais dans les Tea Parties ou je voterais pour Ron Paul, ce sont les deux options les plus proches de l'Amérique des Pères Fondateurs. Pour mémoire, je me permets de vous rappeler, puisqu'on colle cette étiquettes au Tea Parties, que le populisme ce n'est pas le mal. Il est fondé sur des idées simples telles que l’indépendance des individus (en opposition à l’assistanat chronique), l’attachement aux traditions, le goût de l’effort et du travail bien fait, le sens des limites, la recherche non pas de l’intérêt général mais du Bien Commun. Le populisme est également attaché à la propriété individuelle fruit du travail humain en ce qu’elle est la garante de l’indépendance de l’individu.

      Ouvrez votre esprit mon cher Corto, ne vous contentez pas des recensions du Monde, de Libé, du Figaro sur les partiers. Il y a une foule de sites US fort intéressants ou vous pourriez découvrir beaucoup de choses et repérer les mensonges qui sont diffusés chez nous.

      Supprimer
  12. Bonjour Corto,

    Nicolas Sarkozy ayant annoncé sa candidature pour un 2ème et dernier mandat, la campagne pour les présidentielles est maintenant véritablement lancée.

    En écoutant la radio ce matin, j'ai eu le sentiment une fois de plus, mais le contraire eut été étonnant compte tenu du parti pris des médias, que son annonce n'avait pas enthousiasmé les foules. Quant il est sobre et posé, on le trouve insuffisant, lorsqu'il fait preuve de plus de hargne et de conviction, on le trouve fanfaron. Quoiqu'il fasse ce n'est jamais suffisant.

    Il est vrai qu'avec la grogne et le pessimisme légendaire qui caractérisent l'esprit français (c'est d'ailleurs le seul domaine dans lequel nous sommes constamment les "champions du monde") on peut difficilement s'attendre à autre chose.

    Quand nos concitoyens espéreront moins en l'état providence et compteront plus sur leur capacité à organiser leur bien-être, même avec peu de moyens financiers, ils gagneront plusieurs degrés sur l'échelle du bonheur. Si, si, ça marche, je peux vous l'assurer.

    Pour ma part, je garde toute mon estime à notre Président car même s'il est de bon ton de dire qu'il n'a rien fait, les actes prouvent qu'il n'en est rien.

    Avec 2 crises majeures qui ont couvert la totalité de son mandat, à fin Janvier, 240 textes de loi avaient été adoptés durant cette législature qui finira en juin, dont près de 90% sont applicables, les décrets ayant été publiés.

    Pour ma part, sans honte et sans état d'âme, je revoterai Nicolas Sarkozy, et quoique l'on essaie de nous faire croire, nous serons encore nombreux.

    Pourquoi cette confiance réitérée ?

    - parce qu'avec 5 années d'apprentissage, il est fin prêt pour aborder une nouvelle mandature au cours de laquelle il pourra exprimer tout son potentiel. La fierté du personnage me laisse à penser qu'il fera tout son possible pour terminer son 2ème quinquennat avec le meilleur bilan possible. (A condition bien sûr que le contexe mondial, les agences de notations, l'opposition et les syndicats, les aléas de tous ordres toujours à craindre, lui en laissent la possibilité).

    - parce que j'aime son enthousiasme, son énergie, son abnégation, sa puissance de travail, son engagement, sa vivacité d'esprit, son autorité, la position de leader qu'il occupe aux niveaux européen et mondial en partage avec Angela Merkel. Cette position en pointe sera certainement encore plus essentielle dans les prochaines années.

    - parce qu'il a su s'adapter à la fonction en travaillant aussi sur son image : Il semble plus consensuel, plus posé, plus à l'écoute, même si je préférais ses côtés direct, franc, rentre-dedans, moins stéréotypés donc plus naturels.

    - parce que l'emploi du référendum pour recueillir l'opinion du peuple, me paraît être une bonne chose sachant que les clivages avec l'opposition et les syndicats (qui ne l'oublions pas représentent moins de 10 % des travailleurs) rendent toute entente impossible dans notre pays quel que soit le sujet débattu.

    - parce que..... (le reste sera peut-être pour une prochaine fois).

    Pour ce qui est de François Hollande (là je reviens au thème du billet) à part l'amélioration de son image qui est flagrante, je ne vois pas ce qu'il pourrait apporter de plus à la fonction.

    Il lui faudra déjà plusieurs années pour défaire ce que Nicolas a fait (il l'a promis) et il ne me semble pas avoir la carrure suffisante pour le poste. Sur la durée, un mouton ne deviendra jamais un loup.......et je crains qu'il ne se fasse manger par ses congénères.


    Bonne fin de journée à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @cyrielle: je reviendrai sur ton com plus tard, là j ai sieste, fatigué que je suis ...
      Juste a propos des médias. Sur France 2 au JT de 13h: Sarko a déclaré sa candidature hier > reportage à 13h de la télé de service public soi disant aux ordres de Sarko: les années bling-bling et le Fouquet's !

      Supprimer
    2. @cyrielle: "Quoiqu'il fasse ce n'est jamais suffisant." ou trop, ou pas assez. Tu résumes parfaitement bien la petitesse a bien des égards de l opposition.
      Sa déclaration de candidature en ai un bon exemple. Medias et gauche la réclamait à corps et à cris et maintenant qu il se déclare, j'entends dire qu'il se "précipite", qu'il serait pris de panique,etc...

      Fatigué, te dis-je ! :)

      Pour le reste nous sommes parfaitement en phase.

      Supprimer
    3. @Cyrielle : juste un petit mot pour te dire que j'ai trouvé ton commentaire très juste, et je suis tout à fait en phase avec tes idées. Et d'ailleurs, merci à Corto pour ses magnifiques billets, il tape toujours très juste. (bon, j'arrête mes compliments, je sens les mauvais regards lancés sur moi :))

      Supprimer
    4. Tout à fait d'accord avec vous 2, à midi les images au JT, le petit peuple ne lui crachait pas dessus, c'était même plutôt le contraire...
      le peuple n'est pas les médias parisiens..les socialistes et la sphére bobo parisienne devrait se méfier, la France n'est pas Paris....

      Supprimer
    5. Merci Mary et ... Corto bien sûr qui me permet d'apporter ma pierre à son édifice.

      Il est bon parfois de faire le point, et la richesse de ce blog m'en donne l'occasion.

      A bientôt !

      Supprimer
  13. Ca faisait un p'tit moment! En tout cas, cette campagne vous inspires énormément. Moi elle me fait bosser:)Je rencontre tous les partis, "les fans" que je trouves des deux cotés vraiment insupportable! je pense regrettable que l'image, les personnages, soit LE critère principale, vient souvent ensuite l'intérêt immédiat de chaque votant...Nos dirigeant sont donc forcément piégé par un certain populisme ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jen charles: content de te revoir par ici !

      Supprimer
  14. Trouver quoi que ce soit d'enthousiasmant à la candidature de sarko, voilà qui m'en bouche un coin…
    Ce qui ne veut pas dire que je préfère celle de flamby, hein !
    De toute façon, il y a toutes les chances pour que je vote pas, tant cette mascarade est cousue de fil vert et rouge.
    Il y a longtemps que nous ne sommes plus en démocratie, alors pourquoi participer à ce sommet du mensonge et du marché de dupes.
    Dans quelques mois, nous serons mangés par le qatar épicétou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @carine: mangés par les qataris ...mais ça va pas la tête.

      Nous ne sommes plus en démocratie: je lis cela de temps en temps mais j ai du mal a adhérer. Tu peux devellopper ? :)

      Supprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  16. Les élastiques se tendent ? Je suppose que tu trouves cela spirituel ? Bien senti peut-être ? Corto, mes élastiques vont assez bien. Et tout ce qui est dans mes sous-vêtements va tout aussi bien.

    Il y a un moment pour tout. Un moment pour discuter et éventuellement penser que certaines personnes sont capables de réfléchir honnêtement sur certains sujets. Et d'autres, où il est temps de montrer un peu aux gens la profondeur de leur bêtise. Pour ma part, je ne suis pas socialiste, pas militant, et ne songe pas à le devenir dans cette vie tout du moins, mais constater que vous n'êtes pas capables de procéder aux raisonnements les plus simples ne laisse de m'étonner.

    RépondreSupprimer
  17. @dorham: comment ? depuis le temps ? Comment n as tu pas pu te rendre compte que bêtise et moi ne faisions qu 'un ?

    Qui es tu donc ? Qu'as tu de plus que les uns ou les autres pour te donner les capacités à montrer aux gens la "profondeur de leur bêtise ".

    Te voila te transformer en donneur de leçons , en détenteur de la Vérité Vraie. Fais gaffe, pour un peu, tu vas virer à gauche.

    RépondreSupprimer
  18. "le voir se justifier, auprès de ses admirateurs transis d'amour, de la rigueur qu'il sera obligé d'imposer ne manquera pas de sel ! "
    Oui, ça sera rigolo.
    Le problème est qu'on ne pourra pas rigoler de loin, on sera en plein dedans…

    En rêvant beaucoup (mais ça n'est pas encore interdit, la halde et le cran n'ayant pas de vision directe sur l'écran de nos nuits), imagine un premier tour donnant MLP-sarko ! (à supposer bien sûr qu'elle puisse se présenter)
    Ca serait pas rigolo de voir flamby bouffer son chapeau, ses bretelles, ses chaussettes et porte-chaussettes pour appeler à voter sarkozy ?

    Pour ce qui est de la démocratie, ai-je vraiment besoin de développer ?
    Tout ceux qui osent ouvrir leur bouche pour dire ce qu'ils pensent se retrouvent devant les tribunaux, poursuivis par des associations qui n'ont pas 200 adhérents. Tout est pénalisé. Vanneste conteste la déportation des homos. Il a tort, il a raison, j'en sais rien. Mais c'est quand même nouveau qu'il risque d'être poursuivi pour ça.
    La liberté de pensée et de parler n'existent plus dans notre ci-devant si beau pays.

    Si, t'as le droit de dire ce qui est dans l'air du temps. Tu veux que je précise quoi, aussi ?

    RépondreSupprimer
  19. Là Carine, vous touchez presque juste. Seulement voilà, la république a tué la liberté de penser en créant la liberté d'expression. C'est nettement moins élitiste. Tout un chacun s'exprime, du nourrisson qui geint dans ses couches au poivrot qui éructe ses extravagances en passant par le journaliste sportif (n'oublions pas les sportifs, ils méritent également). La liberté d'expression, en fait il s'agit plus de droit à la parole a supplanté la libre pensée, celle qui créait la singularité des idées comme des oeuvres, par trop aristocratique. Habile manière de ne pas créer de possibilité d'un vrai débat de fond.
    Maintenant nous assistons à la deuxième phase du processus, la confiscation de la parole en laissant les rênes de la parole publique aux associations et collectifs de tous poils qui se chargent fort bien de la police de la pensée. Ils n'attendaient d'ailleurs que cela.
    A quand la suite ?
    Quand je pense que ce sont les mêmes qui parlent des lettres de cachets, fort peu utilisées au demeurant, de l'abjection du délit de blasphème, etc. Ils sont bien pires et le seraient encore plus s'ils avaient un véritable pouvoir entre les mains.
    Après on peut bien parler démocratie, hein !

    RépondreSupprimer
  20. "Qui es tu donc ? Qu'as tu de plus que les uns ou les autres pour te donner les capacités à montrer aux gens la "profondeur de leur bêtise "."

    Rien, si ce n'est la volonté de raisonner et d'essayer d'être de bonne foi. C'est essentiel. Peu de gens sont capables de dire très simplement : "j'ai commis une erreur, j'ai pensé à l'envers." Très très peu de gens, je parle d'expérience. On préfère rester recroquevillé sur son petit matelas de certitudes hautement idéologiques... J'ai beaucoup, voire énormément de défauts mais je n'ai pas celui-là. Je pense que tu n'es pas un méchant garçon, Corto, mais je pense que tu es relativement influençable. C'est dommageable et ça nuit au jugement.

    RépondreSupprimer
  21. Et maintenant, il faudrait que Koltchak nous explique comment il est possible d'entraver la libre pensée et dans quel cas peut-on concevoir une pensée aliénée ? Ce qui est intéressant avec ce type d'assertions absurdes, voire proprement insensées, c'est qu'elle traduit ce réflexe qu'a l'homme de toujours chercher des moyens de se placer sous un joug imaginaire. L'homme s'aime enchainé, et s'il ne distingue aucune chaine autour de lui, il travaille à s'en créer de toutes pièces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Car bien entendu vous estimez que le niveau du débat public n'a pas diminué, à la fois en intensité comme en qualité, en regard de ce qui existait avant guerre, par exemple, voire même à l'époque de l'affrontement Sartre/Aron. Une EdNat dont les programmes s'appauvrissent, des médias qui diffusent essentiellement des programmes "temps de cerveau libre" ne contribuent pas à abrutir le public. Non, bien entendu.
      On ne l'entrave pas, on crée juste les conditions pour la limiter et bien entendu la rendre peu compréhensible du plus grand nombre. Si on ajoute le flicage de la pensée...

      Supprimer
    2. Je n'estime rien, Koltchak. Le principe même de la pensée, c'est qu'il s'agit là de la seule liberté inaltérable. (inaliénable dirait certains). Quand bien même on vous foutrait en taule, on ne pourrait vous empêcher de penser. Je ne faisais que - sournoisement, je le reconnais - relever une faute sémantique.

      Supprimer
  22. Carine,

    Hélas, votre championne est en train de piteusement rater sa campagne. C'est ballot, hein ? Vous semez vos sottises d'un bout l'autre de la blogosphère, c'est étonnant - vu l'état de répression morale dans lequel on évolue - que les gendarmes de la pensée ne soient pas en ce moment même à votre porte prêt à vous remettre vos billets de déportation...

    Vous souffrez d'un délire de persécution...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vos souhaits ne sont pas encore réalisés Dorham.
      Personnellement, j'en suis ravie.
      On dit encore à peu près ce que l'on veut sur le net, c'est exact.
      N'ayez crainte, certains s'occupent de limiter cette liberté.
      Vos remarques sont l'expression de cette police de la pensée. Quelqu'un n'est pas d'accord avec vous ou dit quelque chose qui vous défrise ? C'est le délire d'une demi-folle, ne cherchez pas plus loin.
      En URSS, on internait les opposants en hôpital psychiatrique puis au goulag quand ça ne suffisait pas à leur redresser les idées. Beaucoup sont passés par le goulag direct, bien sûr.

      Effectivement, j'écris où je veux, ne vous déplaise.
      Pensez par vous-même au lieu de cracher sur ceux qui vous dérangent.
      De plus, je pense que mes sottises valent largement les vôtres.

      Supprimer
    2. Juste un dernier mot, Dorham:
      Si vous ne voyez pas les restrictions de parole et de pensée que nous vivons, je ne sais pas de quel délire vous souffrez, mais vous n'êtes pas très clair dans votre façon de percevoir les choses.

      Cela dit, je n'en ai rien à battre…

      Supprimer
    3. Je délirerai ? Et c'est vous me dites cela ? Mais enfin, Carine, vous ne voyez que ce que vous voulez bien voir. Vous arrangez tout à votre sauce, comme tous les racistes aux petits pieds de votre espèce...

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen