mardi 29 mars 2016

Ça y est, François, Palmyre est libérée !


Le 13 mai 2015, les barbares de l'auto-proclamé Etat Islamique s'attaquaient à Palmyre; en moins de 15 jours, l'affaire fut pliée, le joyau de l'Antiquité tombait aux mains de Daesh. 

Le monde entier s'en offusqua et prit peur que Palmyre ne soit détruite. " Deux grosses larmes de crocodiles ont coulé sur les joues de Laurent Fabius et de François Hollande " et ce fut à peu près tout. Souvenez-vous, que disait-il Président à ce moment-là ?: " Nous devons agir, parce qu'il y a un péril pour des monuments qui sont inscrits au patrimoine de l'humanité et en même temps nous devons agir pour lutter contre Daech. Il s'agit aussi de trouver une solution politique en Syrie et c'est ce que fait la France et ce qu'elle fait depuis longtemps; tous les jours le groupe Daech mais aussi le régime se livrent à des combats et se livrent aussi à des pressions sur les populations civiles ". Voilà ce qu'il disait, autrement dit pas grand chose ou plutôt la même chose que ce qu'il dit sur tel ou tel sujet: " Il faut agir ".

Mais nous qui regardions cette bête à peine humaine de Daesh étendre peu à peu son emprise sur les territoires syriens et irakiens avions remarqué - il eut fallu être aveugle pour ne pas le voir - qu'aucune puissance internationale n'avait fait quoique ce soit pour empêcher l'EI de devenir le monstre que l'on connaît aujourd'hui. Washington, Londres et Paris se foutaient royalement de Palmyre. " Il faut agir " , my ass  ! Que valait Palmyre en regard d'une défaite tant espérée de cet affreux Bachar ? Rien. Nos trois mini-leaders n'avaient qu'un truc en tête: se défaire de Bachar, faire tomber Bachar. On, pardon, Président avait même fait parvenir des armes aux rebelles anti-Assad: Il fallait s'en débarrasser, le bombarder et pourquoi, j'exagère à peine, l'atomiser façon puzzle. Le monstre, depuis 4 ans, à l'époque, c'était Bachar, pas al-Baghdadi ! On allait voir ce qu'on allait voir, on allait " agir "...

Mon séant, disais-je plus haut, on n'a pas agi du tout. Et Bachar, seul pendant très longtemps, soutenu néanmoins par l'autre affreux, Poutine, s'est démerdé comme il a pu pour combattre à la fois la rébellion et l'EI. Et c'est comme ça qu'il y a un an, nous en étions déjà à plus de 150 000 morts: forces armées des divers camps opposés, civils, femmes et enfants. Autant de morts qui, finalement, n'avaient le don de nous émouvoir que le temps du passage des images dans les JT. Autant de morts qui donnaient l'opportunité à nos guignols de proclamer, régulièrement: on va se payer Assad ! 

Assad qui ne doit son salut qu'à sa détermination et aux soutiens russe, iranien et plus discrètement chinois.

Et puis l'EI, qu'à priori personne n'avait vu venir, est devenu ce qu'il est devenu. Alors, Président, il s'est fâché, un peu, s'est joint à la coalition internationale et a envoyé le grand Charles et quelques avions pour frapper, en principe, les troupes de l'EI. Oui, on a vu. Il a agi; cette même coalition qui a procédé, en deux ans, à 12 000 frappes aériennes avec les résultats que l'on connaît... Mais rien à faire Daesh continuait de progresser et Palmyre tomba. Il y a un an.

Tandis que Président et ses collègues se pignolaient pour savoir à quelle sauce ils mangeraient Assad, celui-ci se paya le luxe d'aller à Moscou voir Poutine, au moins deux fois, pour consolider les relations qui semblent lier étroitement les deux hommes. Et Poutine décida, lui, qu'il était vraiment temps d'agir contre... Daesh. Alors, il employa les grands moyens: plus de 5 000 hommes (dont 2 à 300 redoutables spetsnaz),  plus de 300 aéronefs de tous types et une douzaine de navires seront déployés en Syrie. A la russe, ils ne font pas dans le détail et tapent sur tout ce qui porte ombrage au régime de Damas. De septembre 2015 au 14 mars 2016, date de l'annonce du retrait des troupes russes de Syrie, l'aviation russe effectuera pas moins de 9 000 vols, 873 cibles "terroristes" sont détruites pour les seule journées du 1er au 3 février 2016.

Et tout ça finit par payer, Bachar reprend peu à peu les contrôle du pays et l'emprise territoriale de Daesh (et des rebelles) se réduit d'environ 20 à 40% selon les estimations.

Malgré l'annonce de son retrait, l'aviation russe continue d'effectuer une vingtaine de sorties par jour.Entre le 20 et le 23 mars, elle frappe plus de 150 fois dans la région de Palmyre quand, au sol, l'armée de Bachar el Assad, aidée du Hezbollah libanais et de spetznaz, se lance dans la reconquête de la ville.

Le 27 mars, Palmyre est délivrée de Daesh. Poutine et Assad ont agi. L'alliance syrio-russe a fonctionné et ne s'est pas embarrassée de discours bidons. Bref, ils ont fait le taf quand Président n'a guère levé plus d'un cil pour préserver du péril ces monuments qui sont inscrits au patrimoine de l'Humanité. Une victoire toute aussi stratégique que symbolique, donc. Comble du désastre pour Président et ses amis, leur inertie aura renforcé celui qu'ils s'étaient juré de pulvériser: Assad.

On ne s'étonnera donc pas du silence de Président. Deux jours après la chute de Palmyre, aucun dirigeant occidental ne s'est publiquement exprimé pour saluer le sauvetage de cette perle architecturale du Moyen Orient. Il y a un an, tous, absolument tous, s'étaient inquiétés d'une éventuelle destruction de Palmyre. Pignoufs !

Folie passagère 3115.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

43 commentaires:

  1. Ils ont beau dire ce qu'ils veulent, Assad, il en a, pas comme les autres guignolos, chapeau l'artiste, 4 ans tout seul sans lâcher et en tirant la langue aux discutailleurs , ça mérite un certain respect tout de même, les morts, ben oui, c'est une guerre, on la fait pas en se tapant le cul sur une belle chaise à l'Elysée en écoutant BHL où en dormant au Quai d'Orsay

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: La Syrie a un chef ( qu on appréciera ou pas ) nous,on a du mou a tous les étages

      Supprimer
  2. Eh, bien ! moi je dis Bravo! C'était la bonne nouvelle de Pâques et, contrairement aux guignols qui nous gouvernent, je n'ai pas manqué de l'annoncer comme une nouvelle résurrection.
    Mais, nous les Occidentaux, nous n'avons que ce que nous méritons parce que nous bluffons, nous parlons, nous donnons des leçons à la terre entière alors que, à part se mettre ventre à terre devant ces terroristes et parce que nous avons les chocottes,nous n'utilisons pas ce qui nous reste de cerveau pour comprendre la géopolitique et la vision à long terme. Poutine, lui, a cette qualité. Il voit l'intérêt de son pays et la recherche de stabilité en jaugeant les politiques non en fonction des lauriers dressés par des médias aux ordres mais par le pouvoir de ceux-ci à maintenir la stabilité d'une région.
    On peut dire sans se tromper que notre président national n'a pas cette capacité de vision !
    C'est pourquoi nous allons payer le prix fort.
    Et c'est pas fini. Sarkosy lui-même veut la chute d'Assad comme il voulait la chute de Moubarack, Khadafi, Ben Ali, même Hussein. Ce n'étaient pas des enfants de choeur, loin s'en faut et il y avait quoi les condamner. Mais,il faut reconnaître qu'ils savaient contenir le péril islamique.
    Le monde n'est pas ou tout bien ou tout mal, il a les moins pires et entre deux maux on choisit le moindre.
    J'aimerais bien avoir ton avis là -dessus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Idel: ton " nous " me gêne un peu :) ! Ce qui est sur c'est que Hollande s'est complètement fourvoyé sur ce coup là, comme sur tant d autres. Du vent, du pipeau, rien d autre. N'es-tu pas surpris du peu de commentaires des journalistes sur la défaite de Hollande sur la question syrienne. Tous les médias TV nous ont parlé de la libération de Palmyre mais aucun ne s est apesanti que c était une défaite majeure pour Hollande.

      Sarkozy n est pas au pouvoir, il peut dire ce qu il veut, ça n engage que lui et éventuellement son parti, pas le pays.

      Supprimer
    2. @Idel: on choisit le moindre, normalement. perso, je préferais un Irak qui tenait debout avec Hussein, qu un Irak explosé sans. Pour Kadhafi, c'était une ordure mais il tenait ses frontières et nous protegeait ainsi. Après, l histoire se fait...

      Supprimer
  3. Bah, quand on glorifie les Jacobins dont les séides ont détruits tant de monuments et envoyés à la fonte des trésors d'argenterie sacrée, que l'on se dit digne descendants des Communards qui ont mis le feu à tant de monuments de Paris, il est logique de ne pas s'appesantir sur l'heureux dénouement à Palmyre.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Nain et comment pourrait-il effectivement s appesantir sur cet heureux dénouement ? Lui qui n y est strictement pour rien ! :)

      Supprimer
  4. Eh oui cher Corto, voilà la différence entre Bachar el Assad un dirigeant qui fait le job et un rond de cuir de sous-préfecture, notre benêt de Françounet et sa bande de bras cassés juste bon a se faire poisser en train d'aller trousser la gueuse.
    Allez, un petit jeu
    Rendez a chacun la phrase qu'il a dite:

    "Habituez vous a vivre avec le terrorisme"
    "On ira les buter jusque dans les chiottes"

    Une est de l’hystérique de Matignon l'inénarrable Manuel Vals, l'autre de Vladimir Poutine Président de Russie.

    Laquelle préférez vous?

    GfB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GfB: La seconde bien sur, les résultats sont là !
      Et encore une fois, je suis sidéré du silence des journaleux sur cet échec hollandais.

      Supprimer
  5. "Habituez vous a vivre avec le terrorisme"
    "On ira les buter jusque dans les chiottes" Comme dirait l'autre AU SECOURS POUTINE!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen: Poutine , je ne sais pas mais en tout cas: Stop Hollande !

      Supprimer
  6. Notre chef de guerre s'est fourvoyé dans tout ce qu'il voulait entreprendre et il est tellement imbu de sa personne qu'il ne réagit de ce qu'il fait mais pas ce qu'il a raté .
    Pourra-t-il être jugé sur son incapacité et ses mensonges ? Ce ne serait que justice .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: j ose espérer que les Français sauront le juger à la présidentielle si ce pignouf osait qd même se présenter. Le pb, c'est qu avec les Français, comme avec Hollande, c'est qu avec eux rien n est jamais moins sûr

      Supprimer
  7. Hollande cher de guerre, je suis certain que Rantanplan aurait été plus efficace.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: Pauvre Rantanplan, être comparé à Hollande... quelle misère

      Supprimer
  8. Le terme "pignoufs" me plait bien et il leur va comme un gant !
    Ils se sont trompés sur tout tout le temps et leur réponse au terrorisme islamique doit vraiment faire très peur à ceux qui veulent notre disparition, discours, droits de l'homme, bougies, minutes de silence, semaine de l'anti racisme et, pour faire bonne mesure, inauguration de mosquées, rupture du jeun et lèche-babouches à tous les étages...
    La question n'est pas "d'aimer" Poutine ou pas mais plutôt de savoir où est notre intérêt, qui fait le job et qui se limite au baratin, et là, y'a pas photo merci Poutine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: ah oui alors, merci Poutine , mais chut, faudrait pas en plus qu on passe pour des nauséabonds ! Nous avons les cakes de l Elysée, ils ont un nouveau tsar!

      Supprimer
  9. Et même après ce succès considérable qu'est la libération de Palmyre, mon cher Corto, un des journaleux de service sur BFM ou iTélé, reprochait à Thierry Mariani, par son voyage avec des députés à Damas, de soutenir Bachar, le tortionnaire de son peuple, celui qui gazait des femmes et des enfants... Ceux qui nous gouvernent n'ont pas la plus petite idée de ce qu'est une guerre, de comment il faut la mener pour la gagner. Nous avons encore beaucoup de souci à nous faire pour nous et nos enfants. Je crois que l'Europe est un terrain de guerre idéal pour l'EI puisque nous trouvons toujours des excuses à ceux qui nous massacrent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: la culture de l excuse, le sacre du vivre ensemble, les joies de la diversité, on voit où nous en sommes et nos ennemis voient aussi bien que nous. On est donc mal barrés. Marianni a parfaitement raison d aller là bas. Il discute avec Bachar, Hollande l ignore, Bachar gagne Palmyre et Hollande se ridiculise une nouvelle fois.

      Supprimer
  10. Article qui résume parfaitement ma pensée !
    Cela dit, puisqu'on est dans le domaine de la politique internationale moyen-orientale j'en profite pour vous dire qu'il y une raison, et une seule, pour laquelle je ne voterai plus jamais NS : pas le Fouquet's, pas l'absence de suppression des 35H, pas ses ennuis judiciaires, non, pour le chaos qu'il a mis en Libye avec (sous l'impulsion de ?) BHL. Il a fait exactement la même erreur que Bush fils en Irak. Et ça c'est impardonnable pour moi. Si on vire qqun du pouvoir (et encore, pourquoi donc se mêler de la Libye ???), on doit avoir un plan pour le remplacer, surtout si le risque en cas d'échec est d'avoir ses plus féroces ennemis arriver au pouvoir. C'est le seul point sur lequel j'ai trouvé NS aussi nul que Hollande, malheureusement ce point est crucial selon moi. Comment s'est-il fourvoyé là-dedans, lui qui savait par exemple que la Russie devait être un allié ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Umadrab: il me semble que tu n as pas bien suivi l affaire lybienne, si ?

      Supprimer
    2. il manque une étape.

      Supprimer
    3. Si, il a bien suivi l'affaire libyenne.

      Sarkozy a à tout prix tenu à aller y mettre son nez, et il aurait mieux fait de s'en abstenir.

      TD (je signais anonyme avant mais puisqu'un autre le fait...)

      Supprimer
    4. @TD: Dire que Sarkozy a tenu a tout prix à y mettre son nez n'est pas faux mais c'est avoir une vision bien trop réductrice de cette affaire . M'étant longuement étendu sur le sujet ds de précédents billets, je n y reviendraiss pas ici

      Supprimer
  11. Pour gagner la guerre, encore faut-il la faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: Poutine et Bachar la font quand Obama, Cameron et Hollande font des ronds dans l eau

      Supprimer
  12. Il est quand même dramatique de voir que les pays musulmans du Moyen-Orient -en y incluant la Turquie - n'ont le choix qu'entre des gouvernements islamistes démocratiquement élus ou des dictateurs corrompus anti-islamistes...Il serait intéressant d'essayer de comprendre pourquoi il n'y en a pas un seul (à part, peut-être, la petite Tunisie) qui ait un gouvernement anti-islamiste démocratiquement élu et pas trop corrompu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a aussi des dictateurs islamistes corrompus.
      Il parait que ce sont nos alliés.
      Droopyx

      Supprimer
    2. Peut-être que "la petite Tunisie" eût mérité mieux que cette parenthèse ! Pourquoi ne pas dire, comme Natacha Polony, que "la France la laisse crever sans lui jeter un regard" ?

      Supprimer
    3. Oui, c'est vrai aussi; mais que représente la Tunisie, en nombre d'habitants, par rapport à l'ensemble du Maghreb, la Turquie, l' Iran, l'Arabie Saoudite, les Emirats du Golfe, l'Egypte, le Koweit, la Syrie, l' Irak, etc. additionnés ?

      Supprimer
  13. injonction ou politesse?

    RépondreSupprimer
  14. c'est une demande de participation à la compréhension?

    RépondreSupprimer
  15. Notre bien aimé leader minimus s'était d'ailleurs beaucoup plus emu de Palmyre que des massacres des chrétiens et de l'éradication des monastères syriaques; il faut dire qu'une bonne partie de ceux-ci est imputable outre l'Etat Islamique à "nos alliés qui font du bon boulot".
    Notre politique a été miteuse et nos médias, relais des éléments de langages, ont été lamentables.
    Bachar n'est sans doute pas un saint mais son peuple vivait à peu près dans la paix jusqu'à ce que l'occident décide de soutenir des opposants islamistes financés par l'Arabie Saoudite au nom de la démocratie. En quoi ces guerres de religion entre les tenants des différents courrants de la paix et de l'amour nous concernaient-elles ?
    BHL s'était déjà planté avec la Lybie; il suffisait donc de faire l'inverse de ses recommandations pour être sûr d'être à peu prés dans les clous. Nous avons la chance d'avoir ce grand génie qui indique toujours la mauvaise direction, écoutons ses avis et ignorons les soigneusement.
    A propos de Poutine, on ne nous parle plus beaucoup des Mistral.
    C'est comme pour le CDG, grands flonflons quand on l'envoie, fanfares tonitruantes si Pédalo 1 monte à bord, et rien quand il revient...
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: La politique étrangère de la France ? depuis 4 ans ? ben va falloir m expliquer parce que personnellement je n ai pas l impression qu il y en ait une , une qui tienne la route, s'entend !

      Supprimer
  16. Pignoufs.
    Le mot de la fin résume tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: il me semblait aussi mais à en juger par le commentaire (que j ai un peu de mal à déchiffrer) il semblerait que non :)

      Supprimer
  17. Bachar est un salaud! il a fait gazer des femmes et des enfants... dixit la bienpensance!

    Comment doit on appeler un dirigeant qui envoie sa police et ses CRS asperger de gaz lacrymogène et autres joyeusetés du même acabit des femmes, des enfants, des personne âgées sous prétexte qu'ils sont contre le mariage gay???

    Quel nom doit on lui donner à ce minable?

    GfB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GfB: Un salaud aussi !
      Surtout qu en ce qui concerne Bachar, un rapport de l ONU affirmait si j ai bonne mémoire que les rebelles aussi aient recouru au gaz et bien plus que l'armée d Assad

      Supprimer
  18. farwestaussiestunfilmmaisbon30 mars 2016 à 09:35:00

    Pignouf, qui évoque d'un certain attendrissement en référence à un vocabulaire argotique passé qui ne peut maintenant plus parler que d'une familiarité passée dont on aurait la nostalgie convient-il vraiment ou a t-il été induit par ceux-là mêmes qui sont ici mis en cause et semblent pourtant directement excusés par ces mots affectueux? Est-ce qu'il faudrait aussi supprimer la suite de "qui veut la paix" pour ne pas risquer des confusions d'interprétation entre préparer et faire? Confusion volontaire pour cause de compétences?
    De quelle distinction il s'agit? Sans moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @farwest...: euh, pouvez-vous reformuler de manière un brin plus compréhensible ? Merci.

      Supprimer
  19. Un lien sur un bel article (encore un) de Gabrielle Cluzel

    http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/david-cameron-nous-sommes-un-pays-chretien-et-fier-de-letre,247934

    Ce ne sont pas nos tocards qui parleraient comme ça ...trois fois hélas!

    Londres va peut etre redevenir comme en 40 le foyer de la résistance????
    GfB

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @GfB: nos tocards, dès qu il s agit d évoquer l église catholique, c'est pour voir comment ils peuvent la salir. J exagère a peine
      Quant à Cameron, un coup il est bon comme ici, et un coup, il est nul comme sur la question syrienne.

      Supprimer
  20. Il serait bon aussi de rappeler a tous, l'ignominie internationale qui a consiste a abandonner a leur sort les Chretiens d'Orient.

    C'est occulte par les medias mais c'est a mes yeux la pire honte pour un Occident qui doit sa culture et son histoire a cette partie du monde.

    Qui en a parle en France a part Goasguen? Personne. Je plains ces frères en Christ qui ont ete tues, violes, chasses et meme crucifies dans certains cas, sans que cela n'emeuve plus que ca nos democraties occidentales plus promptes a reagir a la vue du corps d'un enfant mort sur une plage qu'a l'extermination d'un peuple lie a la naissance du Christianisme.

    On ne peut pas dire que le pape ait ete particulierement disert sur la question. Ne pouvait-il pas se servir de sa tribune pour crier au monde qu'un Peuple est en train de mourir parcequ'il croit en l'Evangile ?

    Pour revenir a la situation geo-politique, et j'ai deja eu l'occasion de le dire ici, bush, blair et sarko, ont detruit cette region.
    Ces dictateurs, que l'on les aime ou pas (qui sommes-nous pour juger de toute facon? D'ailleurs on les a estimes suffisamment frequentables pour les recevoir en grandes pompes a Paris, il me semble) representaient, a leur maniere, une forme de dictature eclairee. Ces regimes laics permettaient aux femmes d'etudier, de travailler. Les minorites religieuses etaient protégées et les soins etaient prodigues dans de bonnes conditions.

    D'ailleurs, avons-nous jamais entendu parler d'immigres syriens, irakiens ou lybiens avant que l'on decide de renverser leur regime respectif?

    Le Zebre

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen