vendredi 28 juillet 2017

L'adieu au Général...

Le départ du Général de Villiers comme vous ne l'avez (peut-être) jamais vu... à la télé:
Du jamais vu sous la cinquième. Un désaveu pour Emmanuel Macron (qui de toute façon s'en fout) ?

Ci-dessous la lettre de 15 gradés envoyée à Jupiter. Là aussi, à ma connaissance, c'est la première fois qu'autant de gradés s'adressent de façon non anonyme et aussi sèchement à un président de la République:

" Monsieur le Président,


C’est au Chef des armées que les signataires de la présente lettre souhaitent s’adresser. C’est au Chef des armées qu’ils veulent dire combien ils ont été stupéfaits par son attitude à l’égard du Chef d’état-major des Armées de la France.

Nous sommes des Officiers de tous grades et des différentes armées ayant quitté le service actif. Nous n’avons aucun mandat ; nous ne prétendons pas parler au nom de l’Armée, cette « grande muette ». Nous estimons en revanche, de notre devoir de vous faire part de notre indignation et de vous dire ce que beaucoup de nos jeunes camarades, nos frères d’armes en activité, ressentent sans pouvoir l’exprimer.

L’Armée est peut-être muette, mais elle n’est ni sourde ni aveugle, ni amnésique. Elle n’a pas été sourde quand elle a entendu et cru en vos promesses de campagne. Elle n’a pas été aveugle lorsque votre tout premier geste a été de vous rendre au chevet de ses blessés. Elle a apprécié le symbole qu’a représenté votre choix d’un véhicule de commandement le jour de votre prise de fonction, elle a été sensible à l’image de l’autorité restaurée que vous avez voulu afficher. Tant vos paroles que les symboles que vous aviez choisis semblaient donc démontrer votre compréhension des forces armées et la priorité que vous leur accorderiez dans le contexte actuel.

Mais alors tout cela n’était-il que promesses, paroles et maniement des symboles ? On est en droit désormais de se poser la question en entendant les propos que vous avez tenus publiquement à l’Hôtel de Brienne à l’encontre du Chef d’état-major des armées, à la veille des cérémonies du 14 juillet. Cela restera longtemps dans les mémoires.

«Je considère pour ma part, qu’il n’est pas digne d’étaler certains débats sur la place publique… »

Mais alors est-il vraiment digne de réprimander, non seulement en public, mais devant ses subordonnés, un grand chef militaire, au sujet de propos destinés aux membres d’une commission parlementaire, au cours d’une audition censée être confidentielle ? Le CEMA ne faisait-il pas son devoir en rendant compte loyalement à la représentation nationale de l’état des armées ? Cette humiliation publique est une faute, Monsieur le Président.

«J’ai pris des engagements…»

Mais alors, après avoir prolongé le CEMA d’une année, ce qu’il a accepté en toute loyauté, précisément pour mettre en œuvre vos engagements de campagne, pourquoi lui faire grief de refuser d’endosser vos reniements ? Comment pouvez-vous penser qu’il accepterait de se soumettre et de perdre ainsi la confiance de ses subordonnées ? Ce reniement est une faute, Monsieur le Président.
«Je suis votre chef...»

Tous les militaires le savent et ils sont vexés que vous le leur rappeliez. Mais alors, serait-ce que vous en douteriez vous-même ? Dans ce cas, ce doute vous honorerait car il montrerait que vous avez senti la différence entre être le chef légal, et être le chef véritable : celui qui, connaissant le métier des armes, respecte ses hommes et en retour se fait aimer d’eux ; celui qui, parce qu’il a d’abord commencé par obéir, a appris à commander. Si votre jeunesse est une excellente chose, elle ne vous a pas apporté l’expérience du Service sous les armes. Personne ne vous le reproche, mais ceci implique un minimum d’humilité : commander n’est pas « manager ». Ce défaut d’humilité est une erreur, Monsieur le Président.

«Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir…»

Nous ne demandons qu’à le croire, mais pour l’instant vous ne les tenez pas, et nos ennemis eux, ne vont pas attendre une année supplémentaire pour frapper les nôtres. Quant à l’argument consistant à dire au pays que la coupe budgétaire annoncée n’aura aucune incidence sur la vie de nos soldats, il est fallacieux et vous le savez. Il a été utilisé par vos prédécesseurs depuis des décennies et il est la cause des nombreux retards, diminutions, voire annulation de programmes, responsables du délabrement actuel de nos matériels ; situation que nos hommes vivent durement au quotidien, en conditions de guerre. En réalité vous mettez nos armées dans une situation encore plus tendue, vous le savez et vous manipulez la vérité. Cette manipulation est une faute Monsieur le Président.

«Je n’ai, à cet égard, besoin de nulle pression et de nul commentaire»

Considéreriez-vous donc comme une «pression» ou un «commentaire» le compte-rendu que le Chef d’état-major a présenté en toute vérité et loyauté à la commission parlementaire ? Le CEMA ne doit-il adresser à la représentation nationale que des propos bien lissés et bien formatés en lieu et place de la réalité ? Quel caporalisme, quel manque de considération pour lui comme pour elle ! Quel mépris vis-à-vis des problèmes réels auxquels nos armées ont à faire face ! Ce mépris est une faute Monsieur le Président.

«J’aime le sens du devoir, j’aime le sens de la réserve…»

Précisément votre devoir était de faire preuve de réserve vis-à-vis de votre grand subordonné ; les termes vifs qu’il a utilisés ne vous étaient pas destinés, vous le saviez. Rien ne vous obligeait à rendre publique une fuite de confidentialité et à l’exploiter en violente diatribe à son égard. Où est la réserve quand quelques jours plus tard, comme si cela ne suffisait pas, vous déclarez dans la presse que « L’intérêt des armées doit primer sur les intérêts industriels », laissant ainsi entendre que le souci du CEMA concernant l’obsolescence des matériels lui seraient « susurrés » par le lobby militaro-industriel ? C’est bas, ce n’est pas digne, Monsieur le Président. Où est la réserve quand, dans le même journal, vous ajoutez en parlant du général De Villiers qu’il a toute votre confiance, «mais à condition de savoir quelle est la chaîne hiérarchique et comment elle fonctionne, dans la république comme dans l’armée» ? Où est la réserve dans de tels propos adressés à un homme qui sert les Armes de la France depuis quarante ans, quand vous ne les découvrez que depuis deux mois?

En conclusion, vous aurez compris, Monsieur le Président, que vos paroles publiques visant le Général De Villiers n’ont pas seulement atteint ce grand serviteur de la France et de nos armées mais aussi un grand nombre de militaires qui, comme nous, se sentent humiliés. La blessure est profonde. C’est pourquoi, loin des innombrables commentaires politiques, techniques ou simplement polémiques, nous pensons qu’il est de notre devoir de vous parler avec le cœur. Vous aviez bien commencé avec les symboles, et nous avons cru en votre parole ; mais aujourd’hui elle s’est transformée en mots inutilement destructeurs et vos récentes déclarations d’amour à Istres ne sont encore perçues que comme des mots, pour ne pas dire comme de la communication.

Alors, Monsieur le Président, réservez et retenez votre parole pour qu’elle redevienne La parole, la parole donnée, la parole qu’on tient : celle en laquelle nous pourrons croire à nouveau. Laissez les symboles et les discours et passez aux actes concrets pour vos militaires. Vous êtes leur chef constitutionnel, soyez-le dans leur vie réelle, écoutez-les, respectez-les."

Général de brigade aérienne (2S) Diamantidis

Ont également signé cette lettre :

Général de division aérienne (2S) Tsédri

Général de division aérienne (2S) Champagne

Général de brigade Gendarmerie (2S) De Cet

Général de brigade Terre (2S) Reydellet

Colonel Terre (ER) Wood

Colonel Terre (ER) Lerolle

Colonel Terre (ER) Noirot

Colonel Terre (ER) Aubignat

Colonel Air (ER) Piettre

Colonel Air (ER) Populaire

Médecin en chef (H) Reynaud

Lieutenant-Colonel Air (ER) Delalande

Chef de bataillon Terre (ER) Gouwy

Capitaine Terre (ER) Diamantidis

(ci-dessous, la photo réclamée par certain(e)s. Faites confiance à Macron, rien n'est laissé au hasard dans sa com' )


Folie passagère 3396
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

45 commentaires:

  1. Un politique qui donne sa parole et qui la tienne ? Jupiter a d'autres chats à fouetter !

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez vu le chef ? Il impressionne, non ? L'ennemi n'a qu'à bien se tenir, tout comme le nouveau CEMA, d'ailleurs.

    RépondreSupprimer
  3. Z'auraient eu besoin d'un bon rewriter, vos généraux…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean de Chabannes la Palice28 juil. 2017 à 21:08:00

      Vous par exemple...

      Supprimer
    2. Didier Goux: pour une fois que des troufions osent dire ce qu'ils pensent, ne soyons pas trop exigeant

      Supprimer
    3. Géo

      "Jean de Chabannes-La Palice"

      Beau pseudo!(si c en est un et non pas un héritage)

      Supprimer
  4. pour info :

    http://www.bvoltaire.fr/general-italien-explique-regler-linvasion-migratoire-quelques-jours/

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai qu'un mot : bravo !

    RépondreSupprimer
  6. Qui a de beaux œillets dans son jardin ou sur son balcon ?

    RépondreSupprimer
  7. Ben quoi ça fait bander un rafale,je suis agriculteur j'te dis pas dans quel état me met un beau tracteur

    RépondreSupprimer
  8. Avant son élection, un psychiatre italien avait défini médicalement EM comme un psychopathe. Tout est dit. En plus entaché d'une névrose hystérique avec son cortège de comportements histrioniques (exhibitions en permanence) et narcissiques. Plus le besoin d'épater en permanence Maman Brigitte.. On va bien rire...Ca commence..On va bien rire..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien rire... je ne sais pas , on verra, si c'est au dépend du pays, ça craint

      Supprimer
  9. Il est grand temps que les militaires ouvrent leur gueule, c'est eux qui vont au casse pipe pas ces enfoiré(e)s de députés et encore moins leurs enfants qui se font casser la gueule sur les théâtres d’opérations extérieures.

    Quant à la photo, c'est pour la petite bosse dans la combinaison que ça fait un tel ramdam? si ce n'est que ça, doit pas lui faire mal à mamie trogneux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GfB: les militaires ont cette qualité : ils sont loyaux et se contentent de faire ce pourquoi ils se sont engagés. Ceux là l'ouvrent car tous en retraite.

      Quant à la photo, l'important n'est pas tant la bosse que le fait que quelqu'un ait pensé à la mettre en évidence. Rien de fortuit, de la com' !

      Supprimer
  10. Le général de Villiers n'avait rien à perdre, mais ce n'est pas le cas des signataires...

    RépondreSupprimer
  11. Suis sérieusement surpris qu'il n'y ait que 15 signataires. Sui près à ajouter la mienne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un Dragon: j imagine qu ils se connaissaient et l ont rédigé ensemble, j en connais quelques uns qui auraient aussi signé

      Supprimer
  12. Dans le droit fil de votre chronique de la Macronie ordinaire:

    L'unique centre de déradicalisation de France, à Pontourny, dans le département de l'Indre-et-Loire, va fermer, a annoncé vendredi 28 juillet le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, en évoquant d'autres pistes d'étude. Le centre avait été controversé dès son ouverture à titre expérimental, en septembre 2016.
    D'une capacité de 25 personnes, le centre n'accueillait plus aucun pensionnaire depuis février. Il n'a, au total, accueilli que neuf pensionnaires et aucun d'entre eux n'a suivi le programme jusqu'à son terme. Un rapport sénatorial publié le 12 juillet critiquait sévèrement la politique de déradicalisation menée en France et demandait notamment la fermeture du centre de Pontourny.

    la seule "déradicalisation" 100% efficace 7,62x51, mais c'est pas politiquement correct il parait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GfB: j ai vu ça mais franchement, dès la création de ce centre qui, à part Cazeneuve, pouvait croire à la réussite de ce centre ? Bonjour, je m'appelle Mohamed et je veux etre déradicalisé, je peux entrer ?

      Supprimer
  13. Il y a un général Diamantidis et un capitaine du même nom... C'est finalement comme dans le show bizz, on se coopte de père en fils.
    Bon, la seule différence, c'est que chez les stars, ils se chargent à la cocaïne, à l'armée, ils en sont restés à l'alcool.
    Depuis mon SN, je n'ai jamais vu un telle concentration d'alcooliques que dans une caserne. Je ne comprends même pas qu'on leur laisse manipuler des armes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lenonce: de pere en fils c'est souvent le cas dans l armée, une vieille tradition . quant à l'alcool, a part chez les biffins de base de chez base, pas vu.

      Supprimer
    2. Grrrrrrr grrrrrrr grrrrrrr
      Biffin de base un jour biffin toujours qui sait se déplacer, se poster et utiliser ses armes ..... et lever le "graal" à l'occasion mais toujours avec modération, du moins j'essaye.
      Scrogneugneu.

      Supprimer
    3. Un de rien
      Que veux-tu, ils étaient jeunes plein de fougue, ils voulaient défendre la Patrie, et puis ils se sont rendus compte, que risquer sa peau pour l'engeance qui la peuple, cela ne valait pas le coup. ils se consolent en tapant dans la gourde.

      Supprimer
  14. Je verrais bien un coup d'état à la Pinochet, pas de blabla
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  15. c'est zarbi, l'onglet plante sans arrêt, c'est la CIA ?
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  16. Magnifique lettre. Bien sentie...
    Bravo et merci à eux.

    RépondreSupprimer
  17. Il va la traîner longtemps cette affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oangloss: sa première grosse erreur, sans aucun doute

      Supprimer
  18. Bien fait pour sa figure!
    En tout cas, tout le monde pourra constater qu'il donne une nouvelle
    jeunesse au rôle de comique troupier. C'est le Ouvrard du XXIème Siècle!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nouratin: "pour sa figure " , j 'adore !
      amitiés

      Supprimer
  19. moi j'ai toujours préféré Kelly McGillis

    RépondreSupprimer
  20. Géo

    Pourquoi le macron donne envie de rire,ici?
    Peut-être cette impression de voir un pingouin déambuler là où il n'a rien à faire,parce que pour le charisme,il pourra courir longtemps,longtemps,longtemps...
    Des grenadiers russes de la Garde,il y a deux siècles,avaient habitude de cercler leurs muscles et leur torse avec des chiffons épais pour donner l impression de carrure,à ce qui fut rapporté.
    Ici,on a peut-être rembourré ailleurs,ou alors il se prend pour un chanteur de rock et le futal est bien serré,tout simplement.
    Perso,si l'on n avait pas évoqué le sujet je n aurais,sincèrement,rien remarqué de spectaculaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo: apprends le Macron et tu verras que tout est calculé. Une fois que tu aura appris, tu ne louperas rien :)

      Supprimer
    2. Géo

      À Corto


      Il faudra qu'un jour on cesse de privilégier la forme,le paraitre(sous prétexte de communiquer),pour se concentrer sur le fond,les compétences réelles et,en cela,ces jeux de communication,destinés à la galerie" me paraissent terriblement puérils et plutôt...simiesques.
      C est sur ce genre de photo que l on a encore davantage conscience que l Homme,à son stade actuel,n est qu'un genre de singe peu évolué.
      C est la seule leçon que je retire du "parler macron",en toute sincérité et sans exagérer ni rire cette fois,(donc:blagues mises à part,)la perception aiguë de n avoir à faire qu'à un genre de primate peu évolué,primitivement rusé,mais frustre et encore trés enchainé à ses passions de cerveau reptilien.
      Un singe,devant une pyramide,quelque chose d un film de Stanley Kubrick en fait.
      Je crois que je ne suis pas réceptif au " parler macron",du fait de l image qu'il m envoie depuis le début de cette farce.

      Supprimer
    3. Géo

      Je précise bien que je n écris vraiment pas cela pour le rabaisser,qu'il se console si il me lisait un jour,il est loin d être le seul personnage à produire cet effet quasi simiesque,même en costumes de gens du monde et avec de supposées hautes fonctions.

      Supprimer
  21. Annie

    Se trouver face aux jeunes militaires fait visiblement beaucoup d'effet au "chef " de l'armée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Beaucoup d'effet", c'est beaucoup dire. Une demie-molle, moi j'appelle ça. Brijou, si elle s'intéresse encore à la galipette, pourrait en être jalouse.

      Merci Corto de publier cette lettre.

      Supprimer
  22. les tenues de vol c'est pas pratique

    RépondreSupprimer
  23. En effet, et il porte à gauche! Myrto303

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique