jeudi 18 juin 2015

Quand la patrie est trahie par la République ( Jean Raspail )


Il me semble que la date du jour, le 18 juin, convient parfaitement à la lecture de ces quelques lignes de Jean Raspail...

" Quand la patrie est trahie par la République 

J’ai tourné autour de ce thème comme un maître-chien mis en présence d’un colis piégé. Difficile de l’aborder de front sans qu’il vous explose à la figure. Il y a péril de mort civile. C’est pourtant l’interrogation capitale. J’ai hésité. 

D’autant plus qu’en 1973, en publiant « Le Camp des saints », j’ai déjà à peu près tout dit là-dessus. Je n’ai pas grand-chose à ajouter, sinon que je crois que les carottes sont cuites. Car je suis persuadé que notre destin de Français est scellé, parce qu’« ils sont chez eux chez moi » (Mitterrand), au sein d’une « Europe dont les racines sont autant musulmanes que chrétiennes » (Chirac), parce que la situation est irréversible jusqu’au basculement définitif des années 2050 qui verra les « Français de souche » se compter seulement la moitié – la plus âgée – de la population du pays, le reste étant composé d’Africains, Maghrébins ou Noirs et d’Asiatiques de toutes provenances issus du réservoir inépuisable du tiers monde, avec forte dominante de l’islam, djihadistes et fondamentalistes compris, cette danse-là ne faisant que commencer. 

Toute l'Europe marche à la mort

La France n’est pas seule concernée. Toute l’Europe marche à la mort. Les avertissements ne manquent pas – rapport de l’ONU (qui s’en réjouit), travaux incontournables de Jean-Claude Chesnais et Jacques Dupâquier, notamment -, mais ils sont systématiquement occultés et l’Ined pousse à la désinformation.

Le silence quasi sépulcral des médias, des gouvernements et des institutions communautaires sur le krach démographique de l’Europe des Quinze est l’un des phénomènes les plus sidérants de notre époque.

Quand il y a une naissance dans ma famille ou chez mes amis, je ne puis regarder ce bébé de chez nous sans songer à ce qui se prépare pour lui dans l’incurie des « gouvernances » et qu’il lui faudra affronter dans son âge d’homme. Sans compter que les « Français de souche », matraqués par le tam-tam lancinant des droits de l’homme, de « l’accueil à l’autre », du « partage » cher à nos évêques, etc., encadrés par tout un arsenal répressif de lois dites « antiracistes », conditionnés dès la petite enfance au « métissage » culturel et comportemental, aux impératifs de la « France plurielle » et à toutes les dérives de l’antique charité chrétienne, n’auront plus d’autre ressource que de baisser les bras et de se fondre sans moufter dans le nouveau moule « citoyen » du Français de 2050.

La première hypothèse: Les isolats résistants

Ne désespérons tout de même pas. Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités, peut-être une quinzaine de millions de Français – et pas nécessairement tous de race blanche – qui parleront encore notre langue dans son intégrité à peu près sauvée et s’obstineront à rester imprégnés de notre culture et de notre histoire telles qu’elles nous ont été transmises de génération en génération.

Cela ne leur sera pas facile.

Face aux différentes « communautés » qu’on voit se former dès aujourd’hui sur les ruines de l’intégration (ou plutôt sur son inversion progressive : c’est nous qu’on intègre à « l’autre », à présent, et plus le contraire) et qui en 2050 seront définitivement et sans doute institutionnellement installées, il s’agira en quelque sorte – je cherche un terme approprié – d’une communauté de la pérennité française.

Celle-ci s’appuiera sur ses familles, sa natalité, son endogamie de survie, ses écoles, ses réseaux parallèles de solidarité, peut-être même ses zones géographiques, ses portions de territoire, ses quartiers, voire ses places de sûreté et, pourquoi pas, sa foi chrétienne, et catholique avec un peu de chance si ce ciment-là tient encore.

Cela ne plaira pas.

Le clash surviendra un moment ou l’autre. Quelque chose comme l’élimination des koulaks par des moyens légaux appropriés.

Et ensuite ?

Ensuite la France ne sera plus peuplée, toutes origines confondues, que par des bernard-l’ermite qui vivront dans des coquilles abandonnées par les représentants d’une espèce à jamais disparue qui s’appelait l’espèce française et n’annonçait en rien, par on ne sait quelle métamorphose génétique, celle qui dans la seconde moitié de ce siècle se sera affublée de ce nom.

Ce processus est déjà amorcé.

La seconde hypothèse: La " Reconquista "

Il existe une seconde hypothèse que je ne saurais formuler autrement qu’en privé et qui nécessiterait auparavant que je consultasse mon avocat, c’est que les derniers isolats résistent jusqu’à s’engager dans une sorte de « Reconquista » (lire « De la Reconquête Française » – de Marc Noé) sans doute différente de l’espagnole mais s’inspirant des mêmes motifs. Il y aurait un roman périlleux à écrire là-dessus.

Ce n’est pas moi qui m’en chargerai, j’ai déjà donné.

Son auteur n’est probablement pas encore né, mais ce livre verra le jour à point nommé, j’en suis sûr.

Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’«éternelle» qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé.

Je me pose la même question à propos de toutes ces associations omniprésentes de droits à ceci, de droits à cela, et toutes ces ligues, ces sociétés de pensée, ces officines subventionnées, ces réseaux de manipulateurs infiltrés dans tous les rouages de l’État (éducation, magistrature, partis politiques, syndicats, etc.), ces pétitionnaires innombrables, ces médias correctement consensuels et tous ces « intelligents » qui jour après jour et impunément inoculent leur substance anesthésiante dans l’organisme encore sain de la nation française.

Les renégats de la France

Même si je peux, à la limite, les créditer d’une part de sincérité, il m’arrive d’avoir de la peine à admettre que ce sont mes compatriotes. Je sens poindre le mot « renégat », mais il y a une autre explication : ils confondent la France avec la République. Les « valeurs républicaines » se déclinent à l’infini, on le sait jusqu’à la satiété, mais sans jamais de référence à la France. Or la France est d’abord une patrie charnelle. En revanche, la République, qui n’est qu’une forme de gouvernement, est synonyme pour eux d’idéologie, idéologie avec un grand « I », l’idéologie majeure.

Il me semble, en quelque sorte, qu’ils trahissent la première pour la seconde. Parmi le flot de références que j’accumule en épais dossiers à l’appui de ce bilan, en voici une qui sous des dehors bon enfant éclaire bien l’étendue des dégâts. Elle est extraite d’un discours de Laurent Fabius au congrès socialiste de Dijon, le 17 mai 2003 : « Quand la Marianne de nos mairies prendra le beau visage d’une jeune Française issue de l’immigration, ce jour-là la France aura franchi un pas en faisant vivre pleinement les valeurs de la République. »

Puisque nous en sommes aux citations, en voici deux, pour conclure :

« Aucun nombre de bombes atomiques ne pourra endiguer le raz de marée constitué par les millions d’êtres humains qui partiront un jour de la partie méridionale et pauvre du monde, pour faire irruption dans les espaces relativement ouverts du riche hémisphère septentrional, en quête de survie. » (Président Boumediene, mars 1974.)

Et celle-là, tirée du XXe chant de l’Apocalypse : « Le temps des mille ans s’achève. Voilà que sortent les nations qui sont aux quatre coins de la terre et qui égalent en nombre le sable de la mer. Elles partiront en expédition sur la surface de la terre, elles investiront le camp des saints et la ville bien-aimée. » "

Par Jean Raspail, pour le site Nouvelles de France, le 18 juin 2015.

Résultat de recherche d'images pour "jean raspail"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

52 commentaires:

  1. Mais la république a toujours trahi la Patrie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: je te reconnais bien là :) mais je dois le reconnaitre tu n as pas tout a fait tort

      ça m’intéresserait qun jour tu nous fasses un billet pour nous expliquer en quoi, si tant est que cela soit possible, le retour de la monarchie pourrait nous être bénéfique

      Supprimer
    2. Pas obligé de passer par la monarchie, la démocratie direct avec une refonte de tout le système ça devrait suffir

      Supprimer
  2. quel texte ! je l'ai aussi partagé

    RépondreSupprimer
  3. La patrie (travail, famille, patrie) sait aussi trahir la république en la livrant aux collabos et aux antisémites

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la patrie "terre des pères" .. Pères immigrés dont les enfants ont livré notre pays à l'islam favorisant les migrations de migrants nouveaux colonisateurs
      la république"ensemble des biens, des droits, des prérogatives de la puissance publique et des services propres à un État" livrée à bien des étrangers par lacheté démagogie et irresponsabilité

      Nous avons un sérieux problème !

      Supprimer
    2. Ce n'est pas la Patrie qui a livré la France aux collabos. Il ne faudrait pas oublier, mon coco, que sur 21 au total, 17 membres du gouvernement de Vichy venaient de la SFIO et autres formations de la gauche. Et puis la Patrie ne saurait trahir qui ou quoi que ce soit, elle est la terre qui nous a vu naître, la terre qui recèle les cendres de nos aïeux. Et puis s'il y avait bien une chose à trahir, c'est bien la gueuse, cette salope fondée sur le mensonge, la spoliation, les massacres.

      Supprimer
    3. Monsieur l'anonyme, vous oubliez également le "détail" - ouh la je frise la correctionnelle là! - de quelques divisions de Panzer qui ont culbuté les armées de la 3ème république entre le 10 mai et le 20 juin 1940.
      Ce sont tous les députés de la 3ème république - moins 80 - qui ont voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.
      C'est donc la république qui a été incapable de la défendre face à l'Allemagne nazie qui a livré la Patrie au régime de l'Etat Français
      N'inversez pas les causes et les conséquences SVP.


      Popeye

      Supprimer
    4. @Popeye et Koltchack: je crois que nous en tenons un bol là , non ?

      Supprimer
    5. La gueuse, il est vrai que les rous ont fait la grandeur de la France avec le sang des gueux.

      Supprimer
    6. Monsieur le taulier,

      je ne sais si cet anonyme est le même qui s'excite plus bas sur le supposé racisme de Raspail, mais s'il s'agit du même il faut reconnaître qu'il est assez Pavlovien.

      Décortiquons la séquence :
      Raspail => extrème-droite => pétainiste => royaliste => raciste => pas camp du bien => bouh pas beau.

      Après, la réalité et des menus détails comme l'enchainement cause conséquence, on s'en fout. Il paraît que c'est la botte souveraine de la réalité, mais comme ça parle de botte donc c'est fasciste voire nazi, et c'est souverain donc souverainiste donc Dupont-Aignan donc droite et beurk voire pire royaliste et encore plus beurk.

      Comment ça, c'est un progressiste du camp du bien qui a parlé de la botte souveraine de la réalité? mais mais mais, on m'aurait menti?!?

      Et là, je crois qu'on a perdu notre anonyme.

      Popeye

      Supprimer
  4. Jeanne d'Arc ! Reviens ! Vite !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dame Ginette: de là où elle est ce qu elle voit doit la sonsterner

      Supprimer
  5. L'Algérie, la Tunisie , le Maroc et tous les autres pays d'Afrique ont un jour ou l'autre demander leur indépendance en nous mettent une raclée , c'est ce qui me laisse penser que tout n'est pas perdu , nous avons vécu ou entendu parler de ces guerres qui n'étaient pas une guerre mais un sursaut de nationalisme et je pense que les derniers colonisés *desouche* sauront retrouver ce qu'il faut pour retrouver la fierté d'être français ou tout du moins européen .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: une guerre de dé-colonisation en quelque sorte, la Reconquista :)

      Supprimer
  6. On parle de Sarkozy sur le métissage, objectif républicain par tous les moyens. ? Personne à gauche ne l'a contredit . Ni au FN.

    Vryko

    RépondreSupprimer
  7. Ceci dit, merci d'avoir mis Raspail.

    Vryko

    RépondreSupprimer
  8. Tous ces gens nous les brisent avec leurs "valeurs républicaines", mot qui cache une idéologie suicidaire de la France (ce pays dont De Gaulle avait "une certaine idée"). La France est en République, elle a été une monarchie et un empire mais c'était toujours la France. Je me méfie de ces gens pour qui les valeurs de la République se trouvent surtout sur un document comptable et pour certains, sur un compte en Suisse et qui n'ont que mépris pour les valeurs supérieures qui font l'identité de la France.

    RépondreSupprimer
  9. il va falloir que l'on s'intègre chez nous si je comprends bien ou que l'on colonise de nouvelles terres pour nous retrouver !

    Blague à part je trouve les réflexions de cet homme pleines de bon sens et très inquiétantes...essentiellement parce que nos politiques au lieu de combattre le mal à la racine le laisse couver tel un cancer avec ses métastases et ses effets secondaires destructeurs... Un mal sournois mettant en danger la santé de nos sociétés !

    La tolérance et l'humanisme c'est aussi de savoir dire non quand la résultante finale est l'affaiblissement et la mise en danger de tous .. celui qui reçoit et dont les forces finiront par s'épuiser avec de vraies risques de tensions et de révoltes et le migrant déraciné qui ne s'intègrera pas surtout dans des contrées ou le chômage fait déjà des ravages !

    Partager la misère .. quelle belle ambition !

    avons nous simplement un avenir si l'on continue ainsi?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Corto: merci d 'avoir retransmis cet article de fond de Jean Raspail, on se sent petit face à la clarté de l ' exposé, même si l 'on ne partage pas toutes les composantes de la pensée ( je n ' adhère pas au titre et à cette opposition entre patrie et république...,tout en reconnaissant que nos actuels gouvernants ont complètement galvaudé les valeurs républicaines, dans lesquelles ils se drapent de discours en discours alors qu 'ils ne les pratiquent pas...) Ceci étant, cette idée de" reconquista " est de nature à espérer encore, heureusement qu 'il la fait apparaître au milieu de ce réquisitoire implacable et,hélas, bien réel...
      @ PhilZ: une nouvelle fois d 'accord avec toi, surtout quand tu écris que " la tolérance et l ' humanisme, c 'est aussi savoir dire non..." Bon nombre de politiques de tous bords devraient s 'en inspirer...

      Supprimer
  10. Lucide le vieux consul ils devront l'euthanasier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @balerofr: ils sont nombreux j imagine à souhaiter que le vieux consul disparaisse, si en plus il pouvait emporter avec lui toutes traces de ses prédictions, voilà qui les raviraient

      Supprimer
  11. Visionnaire Raspail, Bardèche avant lui avec "La terre promise".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fredi M: jamais entendu parler de Bardèche, vais me renseigner

      Supprimer
  12. "Ce que je ne parviens pas à comprendre et qui me plonge dans un abîme de perplexité navrée, c’est pourquoi et comment tant de Français avertis et tant d’hommes politiques français concourent sciemment, méthodiquement, je n’ose dire cyniquement, à l’immolation d’une certaine France (évitons le qualificatif d’«éternelle» qui révulse les belles consciences) sur l’autel de l’humanisme utopique exacerbé."

    J'ai une réponse à ta question, mais elle est difficile à entendre (ou à lire) et elle fâche.
    De plus, elle est dangereuse.
    Donc je me la garde.
    Mais en cherchant un peu, tu pourrais la trouver tout seul.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lamouette: mais encore,... un indice ? :)

      Supprimer
    2. Je ne veux pas t'envoyer au gnouff !

      Supprimer
    3. Un indice qui ne mange pas de pain, quand même :

      http://www.homocoques.com/b040312_amerique_assassinee.htm

      Après, faut lire le livre. Et creuser.

      Supprimer
  13. Les renégats donnent un concert ce matin, un peu en avance sur la fumeuse fête de la musique.
    Sarkozy a osé comparé l'invasion de clandestins à une fuite d'eau dans une maison.
    Ca m'a rappelé la désagréable surprise offerte à une vielle dame qui habitait au rez-de-chaussée de mon immeuble il y a une trentaine d'années.
    Elle s'était absentée quelques jours et en ouvrant la porte, ce n'est pas de l'eau qu'elle a trouvé mais les égouts d'une dizaine d'appartements remontés dans ses toilettes et bien répartis dans toutes les pièces, les canalisations étant bouchées au sous-sol. Elle est tombée dans les pommes (si je peux dire), les pompiers sont venus la chercher en se bouchant le nez et elle n'est jamais revenue.

    Je précise pour les bien-pensants qu'il ne s'agit que d'une association d'idées. Loin de moi l'idée de comparer le flux de clandestins à une fuite d'égouts, ce serait trop nauséabond, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: ton anecdote pourrait etre raccord avec la sortie de Sarkozy si et seulement si Sarkozy avait comparé les clandéstins à une fuite d eau... or, pour moi qui y était hier soir, ce n'est pas tout a fait ce qu il a dit...

      Supprimer
  14. Si on en croit Hollande, mon cher Corto, pendant 130 ans, la France a assassiné en Algérie, il est donc normal qu'on le paye aujourd'hui.

    https://www.youtube.com/embed/jpfAe39tDb8



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Bonjour

      @Marianne
      Si on considére des raisonnements dignes d un gougnafier,alors qui doit payer pour les centaines de milliers de Chretiens enlevés et mis en esclavage par les "barbaresques" durant des siécles?
      Ces propos que Marianne révéle sont ceux d un ennemi de la France et meme d un traitre,il faut bien l admettre,du fait des conséquences qu ils impliquent.

      Supprimer
    2. @marianne: qu est-ce quil ne faut pas faire pour séduire un électorat, encore bourré le président ou en campagne electorale en Algérie ? Des envies de baffes, mais à un point !

      Supprimer
  15. Je pense que nos descendants ou ce su'il en restera, termineront dans parcs à thèmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Grandpas

      Au moins nos descendants ne se cailleront pas en Hiver faute de pouvoir payer leur edf gdf,les parcs à thémes sont chauffés en tel cas.
      Prenez l exemple de Jurassic-Sénat et de Mézozoîc-assemblée,
      Ces parcs à thémes sont soignés,les betes vieillissantes dorlotées,les diplodocus à petits cerveaux pullulent,
      Gîte et couverts sont gratuits
      C est bon,le projet des parcs à thémes!
      L espoir renait enfin pour les Français!
      Enfin une bonne nouvelle!

      Supprimer
  16. Je suis blanc et j'ai des petits enfants noirs. Que dois-je faire? Continuer à les nourrir? Les abattre? Merci M.Raspail de me dire ce que je dois faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur l'anonyme, lisez attentivement cet extrait, et tout particulièrement la dernière partie de la phrase : "...Assurément, il subsistera ce qu’on appelle en ethnologie des isolats, de puissantes minorités, peut-être une quinzaine de millions de Français – et pas nécessairement tous de race blanche – ..."
      Ce n'est pas qu'une question de couleur de peau.
      Que faites-vous pour que vos petits-enfants, noirs de peau, aiment la France?

      Popeye

      Supprimer
    2. @ Popeye
      Parfait et très bien dit.
      Bravo et merci.

      @ Corto
      Merci d'avoir relayé ce texte.
      Que j'avais déjà lu et apprécié à sa juste valeur.

      Supprimer
    3. @ Franzi
      Je suis confus de vos félicitations, mais merci ça fait plaisir.

      Popeye

      Supprimer
    4. @Popeye et Franzi, sans doute le même anonyme que plus haut

      Supprimer
    5. voila le genre de réflexion idiote qui réduit tout à la couleur de peau et qui typiquement dans l'air de ceux qui nous gouvernent...des bas de plafond réducteurs provocateurs et immatures !
      je plains vos enfants blancs noirs rouges verts ou autres Anonyme !

      Supprimer
  17. Le Français à la fin de ce siècle ne sera plus vraiment blanc et sera probablement musulman...
    Le problème c'est qu'il ne suffit pas de vivre en France pour être qualifié de Français...donc la France existera encore comme territoire géographique mais surement pas comme nation avec ses traditions, ses "valeurs", son histoire...
    Tous ceux qui contribuent au désastre qui arrive, par fausse humanité, par électoralisme, ne sont que des traitres et le sursaut dont parle Jean Raspail me parait illusoire. Déjà on n'enseigne plus l'histoire qu'à travers la culpabilisation, on ne donne aux écoliers que ce qui est négatif. Et puis, la génération qui vient après nous biberonne à l'anti-racisme ( assimilant même l'islam à une race, races qui par ailleurs n'existent plus...) et à la "tolérance" depuis la maternelle, comment serait-elle armée pour résister à son propre assassinat ?
    Les immigrants viennent chercher en France des largesses, mais quand ils seront majoritaires sauront-ils créer les "richesses" dont ils viennent profiter ? Ce qu'ils n'ont pas su faire dans leurs pays d'origine, le feront-ils ici ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: je tinvite a visionner la vidéo mise en lien par marianne un peu plus haut... Tout ceux qui contribuent au désastre, je crois qu on en tient un bon là aussi

      Supprimer
    2. @ Nana
      La réponse est dans la question. :-)

      Supprimer
  18. Je me souviens de ce texte. C'était la préface à la réédition de "Le camp des Saints".
    Toute la bonne société était tombée à bras raccourcis sur l'auteur et son livre. Cet oiseau de mauvais augure. Cet affreux
    qui n'avait pas le caractère très limité et très bénéfique de l'immigration.
    Mais Raspail le visionnaire avait visionné juste. Et si les journalistes m'informent jour après jour de l'arrivée des milliers de "migrants", ils n'évoquent jamais le livre de Jean Raspail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @brindamour: ao bien sur que si les journaleux, du moins certains d entre eux, connaissent le livre de Raspail, mais en parler équivaudrait à dire qu il avait visionné juste au regard de ce qui se passe en ce moment.

      Supprimer
  19. Réflexion sur la tolérance.

    S'il faut en croire Voltaire, "la tolérance est l'apanage de l'humanité et nous sommes tous pétris de faiblesses et d'erreurs. Ainsi pardonnons-nous réciproquement nos sottises, c'est la première loi de la nature".

    Soit ! La pensée est noble mais contradictoire avec le rude combat mené par ce même Voltaire contre le fanatisme religieux.

    Dès lors devons-nous enfin un peu mieux considérer cette sentence de Paul Claudel ?
    "La tolérance ? Il y a des maisons pour çà"

    Cette forme de tolérance est devenue insoutenable pour notre pays, devenu la plus grande maison de tolérance ouverte à tous vents, trahis par de pseudo propriétaires, tout juste usufruitiers imposteurs à qui nous avons imprudemment confié un bail et les clefs de cette maison dont nous sommes pourtant légalement et depuis toujours dépositaires en nue-propriété et devrions être garants de son immuabilité.

    "Si l'on est d'une tolérance absolue, même envers les intolérants, et qu'on ne défende pas la société tolérante contre leurs assauts, les tolérants seront anéantis, et avec eux la tolérance"
    Karl Popper (extrait de la Société ouverte et ses ennemis)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ JJB
      Platon était déjà arrivé à la même conclusion.
      Mais en parlant de la démocratie, qui portait en elle le germe de sa destruction.
      C'est tout de même bien proche : tolérance ou démocratie, face à des fous furieux prêts à tout pour détruire, elle ne rien ; sauf à renoncer à ses principes.
      La boucle est bouclée. Et nous sommes foutus...

      Supprimer
  20. Bonjour Corto...
    Ce texte est quasi prophétique ; je pense qu'on peut le rapprocher d'un certain discours d'Enoch Powell (homme politique anglais)... discours qui est connu sous le nom de "rivers of blood" !
    cf. https://en.wikipedia.org/wiki/Enoch_Powell#.22Rivers_of_Blood.22_speech
    L'avenir... le notre du moins, n'est pas brillant mais ceux qui pensent y échapper auront (je pense) la surprise de le partager avec nous, cet avenir (les nouveaux arrivants ne se contenteront pas d'un paquet de gaufres).

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa