mardi 6 octobre 2015

Lynchage en réunion au siège d'Air France

Résultat de recherche d'images pour "lynchage air france"

Nous savons qui a fait ça: syndicalistes CGT, FO ou de je ne sais quelle autre paroisse syndicale. Je sais ce que j'ai vu puisque je regardais la télé à ce moment et que j'ai pu voir en direct ce qui n'est rien d'autre qu'un lynchage.

Je sais que j'ai vu une meute de salariés d'Air France en colère faire irruption violemment, aux cris de " on est chez nous " (tiens donc, seraient-ils du FN ?) dans une salle de réunion où se tenait le CCE puis s'en prendre physiquement à deux dirigeants du groupe, dirigeants qui en haillons ou torse nu ont du se carapater vite fait pour éviter de passer à la casserole de mecs complètement abrutis. Des mecs dont un certain nombre portaient des gilets fluo, plusieurs avec les sigles CGT ou FO ou SUD-je-ne-sais-quoi imprimés dessus. J'ai entendu l'un d'eux, un barbu avec une casquette rouge, crier à l'un des dirigeants poursuivis un truc du genre: " on vous aura ". J'ai vu le DRH tomber par terre. J'ai appris plus tard qu'il y avait eu 7 blessés dont un grave.

Rien ne justifie la violence, qui plus est dans un pays dit civilisé. Absolument rien. Et qu'on ne vienne pas me dire comme le DRH l'a sans doute fait pour calmer les esprits que l'on ne sait pas qui a fait cela ni qui sont les coupables. Des flics étaient présents, des caméras de télévision aussi, des caméras de vidéo-surveillance ( le site en est truffé ) fonctionnaient et de nombreux témoins ont assisté à la scène. Il y a donc absolument tout ce qu'il faut pour chopper ces " syndicalistes " voyous. Et qu'ils soient le plus sévèrement punis, au minimum de la prison s'impose: violences, violences aggravées, violences aggravées en réunion. Les faits sont là.

Quant à ceux, et ils sont nombreux, Besancenot, Yann Brossat, quelques journalistes lus sur twitter, militants et dirigeants syndicalistes, gauchistes déboussolés qui osent dire qu'il faut comprendre cette violence parce que les " manifestants " subiraient " une violence sociale " et bien qu'ils continuent à délirer en ce sens et bientôt, il ne restera rien de ce syndicalisme français débile, stupidement revendicatif, corporatiste et recourant trop souvent à des méthodes d'un autre temps.

Le syndicalisme se meurt lentement mais surement, il ne représente plus que 7 à 8% de la population active et s'il meurt c'est qu'ils l'auront bien cherché. Les salariés n'auront plus qu'à pleurer sur leur propre sort.

Sur le plan international,  les images de ce lynchage ont fait le tour du monde, les événements d'hier ont été hautement préjudiciable à l'image du pays - on avait bien assez de Président et de sa clique pour cela - mais ils auront eu le mérite de montrer à tous à quoi ressemblent les syndicalistes Français: à rien !

Plainte devrait être déposée. Il serait normal que l'Etat, en tant qu'actionnaire ou en tant que garant de l'ordre public, porte lui aussi plainte. Sauf à considérer qu'il pourrait souhaiter ne pas " envenimer " les choses...

Folie passagère 2924.
Résultat de recherche d'images pour "lynchage air france"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

29 commentaires:

  1. C'est effectivement un lynchage, mais c'est dans la droite ligne de tout ce qui est maintenant toléré par le pouvoir socialiste. On encourage le recours à la violence en récompensant les actions violentes de protestation. On se souvient des "bonnets rouges" (ils ont eu gain de cause), des "gens du voyage" qui ont bloqué l'autoroute (ils ont eu ce qu'ils voulaient), des producteurs de porc qui ont bloqué les routes et les touristes (ils n'ont pas obtenu que des clopinettes)...

    Il semble maintenant qu'en notre beau pays de France la violence soit devenue le moyen normal pour se faire entendre et obtenir satisfaction.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1
      Les médecins étaient en grève hier, dans le calme. Quelques lignes dans les médias, ils n'obtiendront rien...

      Supprimer
    2. @Blaise: Les syndicalistes ne sont pas aussi cons qu ils en ont l'air, ils ont vu ce dont tu parles alors pourquoi, dès lors que les sanctions ne valent rien se priveraient-ils ?

      Supprimer
    3. @Gilly: tout a fait d accord, les médecins n obtiendront rien, ils sont trop cools. Le mien manifeste son désaccord avec une affiche sur la porte de son cabinet " Ici, nous n acceptons par le 1/3 payant généralisé "

      Supprimer
  2. Hey, mais à quoi donc s'attendre d'autre quand des projets de lois "d'amnistie sociale" sont déposé a peine le gros en place ? http://www.lefigaro.fr/social/2013/02/28/09010-20130228ARTFIG00600-ce-qu-il-faut-retenir-de-la-loi-d-amnistie-sociale.php
    Bon ça été retoqué, mais il s'est quand meme trouver des sénateurs pour le déposer ce projet ... Quelques part, certains doivent s'en souvenir ...

    --
    Pwet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pwet: absolument, eux s en souviennent, moi aussi j en avais fait un billet ou deux, mais le grand public a oublié :)

      Supprimer
  3. Aucune condamnation à de la prison ferme. On parie?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: Prison avec sursis en 1ere instance et amende pécuniaire en appel, on parie ?

      Supprimer
    2. @ Pangloss et Corto
      Même pas sûr...
      Je pense que Mâm' Taub'rat va leur adresser ses plus chaleureuses félicitations.
      Tout va bien dans ce monde sots-cialauds saupoudré d'un (très gros) zeste de "religion d'amour"...
      Pouahhh ! Que devient mon pauvre pays !. :'o((

      Supprimer
  4. Géo

    Bonjour

    Nous sommes dans un pays trés mal gouverné,voire pire.
    Le regne des factions,le clientélisme,tout ne peut amener que la violence exacerbée dans un contexte où l éthique n existe plus.

    Sans parler de l impardonnable tolérance envers les extremismes,religieux,par exemple,ce qui donne un trés gros risque de violence d un niveau rarement atteint dans un pays prétendu en paix.

    Notre Dame des Landes,autre exemple de tolérance envers des factions qui imposent leur loi.

    Donc,cette affaire de lynchage à Air France ne doit pas surprendre,faisant partie d un processus de décomposition sociale suite à démission morale des dirigeants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo: je crois surtout que nos clampins ont tellement la trouille d intervenir ds ce genre de conflit qu ils laissent faire, tant pis si ça dégénère, il sera grand temps après de faire les gros yeux et de donner des coups de mentons. exactement ce qui s est passé avec les gens du voyage qui ont bloqué un autoroute ou avec les bonnets rouges, etc...

      Supprimer
  5. Cela ne me choque pas plus que cela, la societe devient violente, les salaries sont considere comme du betail sans avenir ( ici la valeur de l'entreprise etant dans les lignes), j'ai un MBA, je ne suis pas salarie mais j'ai bien ete forme/formate a faire de l'actionaire l'unique priorite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber "comme du bétail " , faudrait voir à ne pas exagérer non plus

      Supprimer
  6. Pour comprendre le fonctionnement des syndicats français, il faut se pencher sur leur histoire. En Angleterre comme en Allemagne, les partis de gauche ont été créés par les syndicats qui avaient compris la nécessité d'avoir des représentants sur le plan politique. En France, c'est le contraire qui s'est passé et les partis ont vite considéré leurs créations comme de pratiques auxilliaires à utiliser pour éviter de se retrouver épinglés. De fait, dans un passé pas si lointain, on a vu les nervis de la CGT, matraques en main, empêcher la tenue de réunions débats où figuraient en vedettes Arthur Koestler ou Viktor Kravtchenko. Il n'y a donc pas de fait nouveau dans ce qui s'est passé hier, juste la confirmation que nous avons affaire à des abrutis doctrinaires qui se foutent de la survie de l'entreprise, pour qui seule compte la pureté doctrinale, c'est à dire, les patrons sont des salauds et ils doivent casquer. Même si la boite doit couler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Koltchack: rien de vraiment nouveau mais le résultat est là, en France les syndicats c'est 8% de la pop active, en Allemagne, de mémoire , 30%

      Supprimer
    2. mais la boîte a déjà coulé
      air vronze ne tient que grace à un monopole déguisé et nos impôts
      30%plus cher que les autres compagnies sur les longs courriers....
      tout est dit
      comme on ne veut pas de bouzin avant les régionales , on écrasera le coup, sans moufter
      un peu plus tard , on finalisera un plan zosial qui mettra en retraite ou en préretraite un nombre considérable d'actifs qui seront forcés ( car la préretraite force les gens ) à ne pas chercher une activité de substitution
      voyez ce qui se passe ou s'est passé dans toutes les autres branches

      Supprimer
  7. La vérité, mon cher Corto, c'est que ce sont les pilotes et co-pilotes d'Air France représentant 7,9% du personnel et payés en moyenne entre 17406 euros et 11238 euros par mois, qui veulent la mort de leur entreprise, non pas pour ne pas faire 100 heures de vol supplémentaires par an comme on nous l'explique, puisqu'ils les font déjà et qu'elles leur sont payées en heures supplémentaires auxquelles ils ne veulent pas renoncer. Et peu leur importe qu'ils coûtent 20 à 35% de plus à leur compagnie en comparaison des compagnies européennes concurrentes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Mais qu attendent donc les autres salariés, PNC ou au sol pour envoyer paître les pilotes: Une petite guerre ouverte entre tous ces gens plutôt privilégiés, voilà qui aurait de la gueule au point où en est la compagnie

      Supprimer
  8. C'est de la faute de la direction qui n'écoute pas les salariés !
    http://lci.tf1.fr/videos/2015/incidents-chez-air-france-dans-la-salle-du-comite-une-employee-8666224.html
    Normalement le CCE doit servir à ça. Si les salariés estiment qu'il est normal de l'interrompre...
    Encore un journaliste "spécialiste" qui n'y connait rien au droit du Travail et qui sert de la soupe idéologique. Cela légitimera les prochains "dérapages".
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  9. Le cout des pilots c'est peanuts sur le cout d'un vol, 300euros de l'heure chaque, econonomiser 150euros par heure de vol ne va pas changer grand chose.AF est une entreprises archaique mais de tout facon les salaries savent bien qu'ils n'ont aucune chance dans le systeme de competition deloyal europeen (Qatar/paradis fiscaux, course moins offrant, transfert de la valeur a KLM).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lowcarber système de compétition déloyal international, surtout.

      Supprimer
    2. Je lis que si le bénéfice net par passager s'établissait en 2013, à 8.55 dollars en Amérique du Nord, il n'était que de 0,6 dollar en Europe.

      Supprimer
  10. La vieille coutume du goudron et des plumes nous vient de l'Ouest américain, ça m'étonnerait qu'ils soient trop choqués. Salutaire retour à la réalité pour les pros de la suppression d'emploi sur tableau Excell : le coup de pied au cul.

    RépondreSupprimer
  11. Réponses
    1. @grandpas: ben faudra attendre d avoir touché le fond. Chaque jour on croit y etre et pi non !

      Supprimer
    2. Corto:+ 1! Quand on pense que la gestion de la sécu et d'innombrables organismes passe entre les mains de ces irresponsables qui ne représentent qu' eux mêmes, on a froid dans le dos...

      Supprimer
  12. J'en connais quelques uns qui vont avoir du mal à trouver du boulot à l'étranger .

    RépondreSupprimer
  13. Belle image en effet...je croyais sottement que les pilotes faisaient de longues études, qu'ils étaient instruits et avaient reçu un minimum d'éducation...c'est l'ensauvagement de la société dont parlait Obertone, apparemment il n'y a pas que les banlieues qui soient concernées, du haut en bas, c'est pareil. Les politiques se contentent de la violence verbale et judiciaire pour qui n'épouse pas leurs idées, mais demain, subirons-nous des pugilats à l' AS ou des coups de poing sur les plateaux télé ?
    L'image que donne notre pays n'est vraiment pas chouette et quand j'entends Hollande le déplorer, je ne sais pas si il faut rire ou pleurer tant lui-même s'emploie à la salir...
    Quant aux syndicats, ils sont le plus souvent les fossoyeurs des entreprises où ils sévissent. Leur peu de représentativité engendre peut être ce "jusqu'au boutisme" qui ne peut que desservir les salariés qu'ils sont censés défendre.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa