lundi 29 décembre 2014

Don d'organes, don de sang, c'est pas pareil si t'es homo !

(Virgile Porcher, 25 ans, Nantes)

Cela aurait pu être dans Libération, dans les Nouvelles d'Alsace, dans le Figaro, ils ont tous publié quasiment le même article. J'ai vérifié. Contentons-nous de lire celui du Parisien:
" L'émotion reste vive, à Nantes (Loire-Atlantique) et bien au-delà, après la mort de Virgile, 25 ans, fauché par une camionnette lancée sur les passants dans le marché de Noël de la ville, lundi soir. 
Décrit comme un garçon gentil et attentionné par son entourage, ce passionné de musique et de danse, en avait fait son métier. Danseur et chorégraphe, il était notamment unanimement apprécié dans le milieu de la country. La révélation, faite par ses parents à François Hollande, lorsque le président de la République les a joints par téléphone pour leur faire part de sa sympathie, de la volonté de Virgile de faire don de ses organes, n'a fait que renforcer ce courant d'émotion et de sympathie. 
Dans une interview exclusive au «Parisien»-«Aujourd'hui en France, Estelle, sa sœur, dit avoir à l'occasion appris ce choix déclaré de son frère et accepté par sa famille. «Cette volonté d’aider, ça lui ressemble tellement. Il est mort, mais quelqu’un va vivre grâce à lui» se réjouit-elle. Sur l'antenne de RTL, Estelle précise : «Je crois qu'il y a six personnes qui vont vivre après le don d'organes de Virgile». «C’est cette image qu’il faut garder de lui, quelqu’un prêt à tout pour aider les autres. Virgile était un trésor», témoigne encore la sœur du jeune homme. 
Une sœur qui, comme toute sa famille, dit être submergée face à ce drame et à son impact. «Oui, tout ça nous dépasse un peu. Les gens nous arrêtent dans la rue, dans la voiture, pour nous dire qu’il nous soutiennent dans cette épreuve. La mairie nous a aussi fait savoir que les messages de condoléances affluaient de partout. Malgré tout, nous traversons un moment très difficile, entre la procédure judiciaire en cours, et les obsèques à organiser. Nous espérons pouvoir les célébrer dans la plus stricte intimité, comme l’aurait souhaité Virgile.»
Depuis, 6 personnes ont effectivement reçu des organes provenant de la générosité de Virgile. Ce geste a été salué par Président qui a vu là un exemple de «fraternité, d’humanité». 

Jusque là, tout va bien si j'ose dire et on ne peut que saluer la volonté exprimée de Virgile de faire don de ses organes pour que d'autres puissent vivre. Le seul truc que ne disent pas tous ces journaux c'est que Virgile était homosexuel. Ce qui en soi n'a aucune espèce d'importance à un détail près: En tant qu'homosexuel, il ne pouvait faire don de son sang. 

Si depuis 2007, l'orientation sexuelle des personnes n'est plus prise en compte pour les transplantations, elle l'est toujours pour le don de sang. Va comprendre ! 

Folie passagère 2589.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

38 commentaires:

  1. Tu m'apprends encore un truc complètement aberrant , une personne sous traitement ne puisse donner son sang je comprends ( moi ) mais jusqu'à preuve du contraire l'homosexualité n'est pas reconnu comme maladie par la médecine .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: l homosexualité n est plus considérée comme une maladie depuis longtemps en France mais, considérant les "pratiques à risque" des homos, la faculté est majoritairement opposée au don du sang pour les homos. Pour donner son sang, tu dois remplir un questionnaire dans lequel on te demande si tu as eu des relations sexuelles ( il me semble qu on te demande sur les 20 dernières années ) avec d autres hommes (ou femmes) ou si tu as eu des partenaires sexuels multiples avec différents partenaires, si tu réponds avec honnêteté, t es interdit de don du sang à vie. C'est aussi simple et aussi con que cela. par contre tu peux donner tes organes.
      C'est assez hypocrite si l on considère que la moitié des poches de sang contaminées (repérées et détruites) provient de personnes hétérosexuelles ( selon le député et docteur Olivier Véran)

      Supprimer
    2. Donc l'autre moitié des poches vient d'homos alors qu'ils représentent quel pourcentage des donneurs ? 1% ? 5% ? 10% ? (peu importe, la surreprésentation est évidente).

      Un don d'organe est bien plus rare et précieux ce qui justifie la prise de risque d'autoriser le dons d'organes de la part d'homos en prenant les précautions nécessaires.

      Bref inutile de faire une polémique bidon et un poil communautariste pour un sujet qui ne le méritait vraiment pas.

      Pour une fois la presse mainstream aura été plus décente que vous...

      Supprimer
    3. @corto Je viens de lire le questionnaire et je viens d'apprendre qu'au grand jamais je n'aurais du faire don de mon sang avant d'être sous traitement , ayant bourlingué à travers l'europe j'ai fait don de mon corps à la gente féminine un peu dans toutes les villes que j'ai traversé , l'honneur de la France étant en jeu et ce qui m'a couté un divorce .

      Supprimer
    4. @Buck Dany: ben visiblement 2014 ne t aura pas arrangé, je crains le pire pour 2015.

      @Claude Henri: et bien voila tu prouves donc par A + B que le système de dons du sang est totalement imparfait.

      Supprimer
    5. Oui je ne me suis pas arrangé, je trouve déplacé d'utiliser la mort tragique d'un jeune homme pour balancer à tout le monde "au fait il est homo !" (2 semaines après un article sur l'outing de philippot) et au passage faire passer une revendication communautaire homo sur le don du sang dont à peu près tout le monde se fout (si tu as vraiment envie de donner ton sang tu n'as qu'à mentir sur le questionnaire de toute façon toutes les poches sont testées).

      Supprimer
    6. @Buck Dany:
      1) Il était homo et ne s en cachait pas.
      2) En ce qui me concerne, il faut peu me lire pour voir ici un quelconque communautarisme gay, bien au contraire
      3) Je n utilise rien, je m étonne juste que l on puisse donner ses organes etant homo mais pas son sang
      4) Mentir ? Belle mentalité, pas le genre de la maison.
      5) Toutes les poches son testées ! Absolument, alors pourquoi empecher aux homos de donner leur sang ?

      Supprimer
  2. je vais pour une fois aller a l'encontre de ton analyse Corto, je m'expliques, j'ai été donneur régulier de sang depuis mes 18 ans, quelques années avant l'épidémie de sida donc, je n'avais jamais eu de problèmes avec les équipes de don du sang, depuis une bonne dizaine d'années j'ai continué a aller au collecte et on me refuse systématiquement au prétexte que j'ai une conduite a "risque" ben oui , célibataire, je dois avouer qu'il m'arrives d'avoir des rapports non protégés, je sais c'est mal... mais bon, le problème est que je n'ai des rapports non protégés qu'avec une femme que je connais depuis 25 ans ,bien que n'étant pas ma "régulière" ;-) nous ne nous voyons que pour des instants "chauds".... et je dois avouer que j'adores ça ;-))) je dois aussi dire pour etre honnete que jamais on ne m'as demandé mon orientation sexuelle, juste si je pouvais etre a risque, ce qui somme toute peut se comprendre, bref assez compliqué... finalement je ne peus pas donné de sang parceque je suis honnete quand on me demandes si je "bai....." quelquefois sans capote... ceci dit je suis aussi donneur d'organes, je me suis toujours demandé si en cas de maladie grave type cancer, ca pouvait etre aussi rédibitoire ,
    apres tout les organes peuvent etre métastasés? mais effectivement si on refuse juste pour homosexualité c'est assez curieux, je penses que les dons de sang doivent etre de toutes façons analysés pour eviter toute maladie contagieuse non? finalement j'avoues que j'ai du mal a comprendre... bref, paix a ce jeune homme, quel triste noel pour sa famille, comme pour la famille de la gamine de 22 piges tuée a bastille d'un coup de tournevis par un mec de 25 ans avec 37! oui 37 condamnations a son actif... la "justice" de la France est devenue folle...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton flingueur: je reviens vers toi après diner mais en attendant lis cela avec attention, en particulier la fin, c'est le questionnaire en vigueur dans les centres de don du sang:

      http://www.dondusang.net/content/medias/media1839_BujXUnLYlmLVXjT.pdf?finalFileName=Questionnaire_pr%E9-don_pour_la.pdf

      Supprimer
    2. @Tonton: depuis l affaire du sang contaminé ( Fabius et l autre "responsable mais pas coupable") les dons de sang sont scrupuleusement examinés etvérifiés... et la qualité du sang retenu est irréprochable. Au moins cette pénible affaire aura-t-elle servie a quelque chose. Dès lors qu est-ce que cela peut faire que le donneur soit homo ou hétéro, surtout quand on sait que l on manque de donneur ?

      Supprimer
  3. Pour une fois, je vais te contredire Corto, mais ces mesures ne sont pas CONTRE les homos, mais parce que ceux ci ont (de mémoire) 40 fois plus de risque de transmettre le sida (ou hépatite...) que les autres personnes.
    Mon petit frère est hémophile, et il a été contaminé à l'âge de 8 ans à cause du manque de précautions et du je m'en foutisme du gouvernement Fabius de l'époque. Résultats : quelques centaines de mort, et tous les hémophiles survivants sont maintenant séropositifs...
    Il me semble normal que l'on prenne donc des précautions qui ne sont pas CONTRE certaines personnes, mais POUR les transfusés.
    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marc: tous les dons du sang sont aujourd'hui contrôlés de la même façon et avec une rigueur décuplée depuis justement l affaire du sang contaminé. Seules sont exploitées ( et vendues, mais c'est un autre sujet) les poches de sang qui sont irréprochables. Donc hétéros ( et j en connais un paquet qui ne sont pas clean) ou homos, si tu donnes ton sang , celui-ci passe aux mêmes analyses. Dès lors pourquoi, le questionnaire le prouve, fait-on un distingo pour, je cite, pour ceux qui auraient "une une relation sexuelle entre hommes"

      Supprimer
  4. Cette discrimination est débile, mais il y a tant de gens qui ne peuvent donner leur sang.

    Il y a plus de 25 ans, j'avais été appelé par l'hopital Necker, mon analyse de sang posait problème, une nouvelle prise de sang plus tard leur avis était ferme, mon sang était inutilisable, pourquoi?
    J'avais des traces de palu. Cela m'a d'abord fait rire, moi, le palu? Mon homme s'est souvenu ensuite que jeune j'avais eu deux ou trois crises ressemblant à des crises de palu, un souvenir du Cameroun, sans doute, de la Nivaquine vomi ou craché toute petite, je ne sais pas.

    Mon mari lui, ne peut plus donner son sang depuis environ 20 ans, une hépatite, ni A, ni B, ni C, ni rien.. Mon homme va bien, moi aussi, on ne peut donner notre sang, tout simplement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lady watterloo: votre cas, a toi et ton mari est spécifique: vous avez des antécédents médicaux, ici le palu.
      Maintenant, tu prends le cas de 2 hommes parfaitement sains allant donner leur sang, l un est hétéro, l'autre homo: et bien l homo ne pourra pas, l hétéro si.

      Supprimer
    2. Bonsoir Corto,
      Je suis hétéro, je n'ai aucun antécédent médical, je n'ai pas de conduite à risque et pourtant...
      ...je fais partie du groupe de ceux dont on ne prend pas le sang, alors que je suis volontaire à chaque fois. Le plus paradoxal dans l'histoire, c'est que ce n'est même pas pour "protéger" les autres mais pour me protéger "moi".
      Et même avec une décharge de responsabilité, ils ne veulent pas de mon sang... et je ne fais pas chier la terre entière avec ça...
      La vie est vraiment bizarre des fois ! :-)

      Supprimer
  5. Je n'entre pas dans la polémique sur les dons de sang ou d'organes. Je voulais seulement dire mon écœurement face à la publicité faite à ce don d'organes.

    C'est tout juste si on parle de ce drame affreux en maudissant le taré qui a fait ça. On ne parle plus que de fraternité, de solidarité, d'altruisme.... Pensez donc ! Il a sauvé 6 vies ! La question pourrait être : qui a sauvé ces 6 vies ? Le conducteur ou le jeune tué ?
    Je sais, je suis cynique mais le manque de réserve sur ce sujet me dégoûte.
    Il aurait fallu rappeler à l'atrophié du bulbe qui nous sert de président que le don d'organe est anonyme et doit le rester en toute occasion, que cette information aurait dû rester entre lui et la famille.
    La mort de ce jeune est tragique et ce n'était pas le moment de faire la promo du don d'organes alors que le donneur est identifié.

    J'ai l'impression qu'on marche sur la tête, que les gens perdent le sens des réalités, s’enthousiasmant ou s'indignant au gré des annonces de l'AFP sans prendre de recul, sans réfléchir, guidés par l'émotion du moment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Pour l émotion du moment, pas besoin d attendre cette histoire pour savoir qu'elle prime sur tout, hélas. Après, et là tu as raison, personne n aurais du savoir, le don d organe étant anonyme. Maintenant, des gens, la famille en premier lieu ont fait fuité la chose, intentionnellement ou pas, et il faut donc faire avec cette question: est-il normal, alosr que l on manque de dons du sang et que tous les dons sont scrupuleusement analysés de la même façon, un homo n ait pas le droit de donner son sang mais puisse donner ses organes ?

      J ai la "chance" d'avoir un des groupes sanguins parmi les plus recherchés ( AB+) et je ne peux donner mon sang car homo... normal ? Par contre, si je vais au don du sang et que je répond a toutes les questions en me présentant comme hétéro, fidèle, marié depuis 20 ans, sans aucun antécédent médicaux etc, ils le prendront. Normal ?

      Supprimer
    2. " hétéro, fidèle, marié depuis 20 ans, sans aucun antécédent médicaux etc, ils le prendront. Normal ?"

      oui, le don de sang demultipliant les risques

      Supprimer
  6. J'ai lu la prose de ce député, puis le formulaire préparatoire jusqu'au bout.
    Il me semble bien que la phrase visée "Si vous avez eu des relations sexuelles entre hommes." cible une pratique sexuelle à risque et non une orientation. Simplement, elle est exprimée à la française, très prude--mment, et un point parmi d'autres.

    Les inconnus (pub les préservatifs) : https://www.youtube.com/watch?v=wo0rhGNee-8

    Analysons les pluriels : "DES relations ... hommeS". Il ne s'agit pas là d'une définition, mais une périphrase pour cibler une situation particulière : Cf http://www.sida-info-service.org/?Comportements-sexuels-a-risque.
    L'article de Libération à l'inverse nie les précautions statistiques prises par les autorités françaises pour préférer dénoncer un scandale.

    J'espère qu'une réponse franche sera apportée.

    Amike
    Je procrastine: Bonne récupération des fêtes de Noël !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: excuses moi, mais je ne vois pas à quelle question tu veux une réponse franche

      Pour Noël, ça va, j ai enfin récupéré :)

      Supprimer
  7. effectivement tu as raison , j'ai lu le questionnaire et la question posée est très claire, mais bon on ne m'as jamais posé cette question étant donné que je fais partie d'une autre catégorie a risque et que généralement l'entretien s'arrete avant pour moi..., bizarre donc puisque comme tu l'indiques et comme je le pensais les dons sont bien sur sécurisés, sinon moi j'ai résolu le problème a mon corps défendant, je ne prends meme plus la peine d'y aller... sinon comme le fait remarquer Gilly , perso je ne jeterais pas la pierre a la famille au sujet du don d'organes, ils ont sans doute pensé que cela pouvait servir d'exemple a tous les gens qui hésitent, on manque cruellement d'organes en France, non, ce qui me choque c'est que mou1er n'est pas put s'empecher d'essayer la récup habituelle, indigne, mais on est habitué avec ce mec, il n'aurait finalement jamais du quitter le niveau qui est le sien, un petit notable politicard de 3eme zone...le principe de PETER fait homme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tonton : La famille a eu raison de le faire savoir, toute "publicité" pour le don d organes étant la bienvenue.
      Quant a Président, dès qu il peut nous la jouer démago, il n hésites pas.

      Supprimer
  8. la prevalence de comportements a risque, sida, mst dans la communaute homo n'est pas une vue de l'esprit et il y a une tres grosse difference entre organes et sang,

    dons d'organes: 6 patients deja en grand danger prenne un risque.
    dons de sang: une centaine de patients, qui pour la plupart ne sont pas terminaux, prennent un risque, les poches melangees ( en fait plasma extrait & al)

    rien a voir

    RépondreSupprimer
  9. Evidemment l'affaire dite du "sang contaminé" a laissé des souvenirs cuisants à notre
    classe politique. Seulement, il y a un truc que j'ai du mal à comprendre : si le sang des
    homos et celui des camés est potentiellement dangereux, le sang du pékin lambda
    éthéro et fumeur de marlboro light seulement mais accessoirement farci de VIH jusqu'à
    la moëlle on en fait quoi?
    Oui, c'est sûrement une question stupide...
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nouratin: le sang du pekin que tu cite sera analysé de la même façon et avec la même rigueur que le mien si je m avisais d aller donner mon sang en mentant ( comme le suggère Dany plus haut ) sur le questionnaire.
      100% des poches de sang sont rigoureusement maintenant analysées y compris celles venant des hommes mariés que l'on croise dans les saunas gays , qui constituent 50% de la clientèle des dits saunas et qui pour certains d entre eux allant donner leur sang, parfois en famille, n hésiteront pas à mentir sur le questionnaire

      Supprimer
  10. Mon sang est analysé chaque fois qu'une intervention dans mon organisme est nécessaire (2 X this year). A aucun moment je n'ai été mis en garde sur la présence d'éléments du VIH. J'en conclu donc que je suis clean, ou bien alors les bibs ne font pas leurs bouleau. Alors comment faire comprendre à la bande de nazes qui refuse mes dons qu'ils n'ont rien à craindre. A propos, si on nous ressortait les déclarations des très gay friendly Dames BACHELOT et TOURAINE à ce sujet.
    Respects à la victime de l'abruti de Nantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: sauf erreur de ma part la Bachelotte et Touraine se sont toutes les 2 prononcées comme favorables au don du sang pour les homos, la première n a pas osé aller au bout, la deuxième préfère torpiller la médecine libérale.

      Supprimer
  11. Corto,
    Le problème du don du sang est la fenêtre de temps durant laquelle le sang donné peut transmettre une saloperie sans que cela ne puisse être détecté par les tests (VIH, hépatites...). Le risque est lié aux pratiques du donneur (y compris le comportement sexuel). Il est, par exemple, interdit de donner pendant un certain délai après une séance de dentiste ou une opération bénigne. Pour un hétéro, des rapports non protégés récents avec un partenaire occasionnel conduisent aussi au rejet. La question est bien celle de la prévalence épidémiologique et du risque d'une contamination récente y compris par un partenaire dans lequel on a confiance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @regard naïf: je connais assez bien le sujet et je suis toujours étonné que l on parle de prévalence pour les homos lors de don du sang mais pas pour le don d organes. Aus USA, en Uk, pas de problème, en France il y a cet idiot principe de précaution qui prévaut

      Supprimer
  12. bonsoir corto
    il y a quelques chose que je ne comprends pas dans cette histoire : il manque un element. les receveurs étaient ils sidéens ? il me semble que les greffes sont permises de sidéens à sidéens ( vu le manque d'organes,je crois avoir passer quelque chose la dessus récemment ) ou de sain à sidéen
    comme ca au débotté : il semble que le virus du sida est capable de rester caché dans les cellules souches de la moelle osseuse..http://sidasciences.inist.fr/?Les-cellules-souches-de-la-moelle
    j'ai un peu cherché sur NCBI http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc , ( mots clefs : graft from HIV patients ) mais je ne trouve que des articles parlant de greffes de sujets sains vers sujet sidéens ( avec suivi de leur santé etc.. vu que les médicaments anti rejet de greffe sont immunosuppresseurs qu'il y a risque d'aggravation du sida )
    je te donne cet article en francais, dans lequel on reparle de 7 greffés contaminés par la rage - le donneur avait une rage non diagnostiquée )http://www.jle.com/fr/revues/vir/e-docs/dons_dorganes_et_risques_infectieux_en_2009_des_risques_maitrises_aux_evenements_inattendus_280820/article.phtml?tab=texte
    et quelques autres cas... il semble que l'on puisse minimiser les risques d'infection par le HIV lors d'un don de moelle en irradiant celle ci http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=3832625
    bref, c'est pas " facile" tout cela...

    il manque quelque chose dans l'infos à mon avis...anne ( et oui,l'homosexutlalité n'est pas une maladie aller en afrique et se chopper le palu non plus etc... faut juste essayer de ne pas refiler un truc à la personne transfusée ou greffée... )
    c'est pas facile... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anne: Non tout cela n est pas facile ! mais partant de toutes tes observations, et du principe que le VIH pourrait ne pas etre détecté , peut-on imaginer des médecins accepter le don d organe d un DCD "potentiellement " infecté puisque homo ?

      Supprimer
  13. au fait, je ne polémique pas sur le fait d'etre sidéen ou pas , homo ou pas.. :-) juste que donner son sang ou un organe quelconque necessite quelques précautions. j'ignore au juste si on peut transmettre le sida quand on a des cellules infectées latentes qui trainent... ca pourrait d'ailleurs etre tout autre maladie : fievre Q.. toute maladie dont l'agent se cache dans le systéme immunitaire
    RIP Virgile... Anne

    RépondreSupprimer
  14. Je crois qu'il existe un delai entre la contamination et le moment ou le test Vih va la détecter.

    RépondreSupprimer
  15. corto... il y a eu un gamin de deux ans, dont les deux parents étaient morts d'ébola.. adorable bambin, testé négatif... les infirmiers s'occupaient de lui en dehors des tentes de soins ebola,sans tenue donc ( trop craquant, orphelin etc... ) jusqu'au jour où Mr Pooley, infirmier anglais a attrapé ébola;.le gamin s'était positivé entre temps. PAF...pas prévu, ca.
    les tests ne sont que des tests.. c'est juste un instantané de quelque chose, pas la réalité.
    nous entrons dans la philo en quelque sorte, avec ce don d'organe de quelqu'un qui pourrait etre potentiellement contaminé par le VIH car homo ..j'essaye de trouver un autre exemple...ca pourrait etre un " africain" qui est potentiellement exposé à la maladie du sommeil ( maladie mortelle ) ? va t on donner ses organes etc...regarde les 7 cas de rage aprés greffe... ou autre ( j'avais vu passer des cas qui m'ont fait tomber à la renverse, dont des HIV je crois ) qui aurait cru que ce soit possible ?
    bref, j'ai pas trop d'avis, mais je serais trés trés prudente..., l'homosexualité est un mode de vie, cotoyer des moustiques ( chik, dengue , palu et autre;.. ) aussi..de meme que caresser des chiens de prairie ou des tatous. ( peste )
    je ne me place pas sur un plan " moral" ou jugement, mais sur le fait que si l'on veut sauver quelqu'un en le greffant, c'est con de l'achever en quelques semaines ou mois,parce qu'on a laissé passer un virus ou microbe.
    surtout que le virus ou bacterie cachée dans le donneur, peut se mettre à flamber dans le receveur, du fait des médicaments immunosuppresseurs.
    avis modifiable en fonction des avancées de la science évidemment ou si une sommité mondiale du sida nous explique le baba. Rien n'est fixé dans ma tete

    à bacterie égale : je pense à la fievre Q des éleveurs : certains vont avoir une petite fievre, d'autres font passer en réa, et d'autres vont ne jamais s'en sortir malgré des années d'antibio et faire une forme chronique....ca dépend des " genes" de chacun... on ne sait jamais ce qu'il va se passer...peut etre que les 2 virus HIV qui trainaient dans le donneur, lequel supportait cela pas mal, vont donner une cata chez le receveur
    Anne

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour Corto, je lis votre blog régulièrement et je vous remercie pour son existence et la qualité de vos article.

    Je me suis souvent posé la question et j'ai obtenu une réponse qui me semble acceptable sur le plan logique :
    - la prévalence du SIDA est significativement (un facteur >100 en l'occurence : http://www.invs.sante.fr/var/ezflow_site/storage/images/media/images/incidence_tab1/259939-1-fre-FR/incidence_tab1.jpg) plus élevée dans la population homosexuelle
    - tout test peut déboucher sur un faux négatif

    Par conséquent, quelques faux négatifs étant inévitables, il est prudent de minimiser le risque de toutes les façons possibles.
    (tout est une question de probabilité dès que l'on parle de risque, et il y a une probabilité que l'on accepte et une autre que l'on accepte pas, ce n'est pas une haine ou une injustice mais un raisonnement fondé sur des statistiques).

    RépondreSupprimer
  17. Interdiction de bon sens :

    Taux d'incidence 200 fois plus eleve chez les homos (ceux la vont couter une vrai fortune aux contribuables/assurance maladie, fou le nombre de merdeux qui baisent sans capotes maintenant)

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/31/pourquoi-les-homosexuels-peuvent-donner-leurs-organes-et-non-leur-sang_4547994_3224.html

    RépondreSupprimer
  18. @ Anne, Anonyme, Lowcarber, et les autres...
    Sauf erreur de ma part, l'anomalie que pointe Corto ne porte pas sur le fait de chercher à limiter les risques, mais sur l'incohérence qu'il y a à accepter le don d'organes et pas celui du sang.
    1. Si risque il y a, il existe dans les deux cas ; ou alors, ni dans l'un ni dans l'autre. Alors pourquoi pareille différence de traitement ?
    2. Les comportements facteurs d'aggravation du risque peuvent exister aussi bien chez les hétéros que chez les homos (et inversement). Alors, pourquoi cette discrimination "a priori" ?

    Je voudrais mettre en évidence une autre incohérence ; énorme.
    Des campagnes alarmantes sont régulièrement faites sur le manque de donneurs et, par voie de conséquence, sur le manque de sang disponible pour les transfusions. Mais comment s'en étonner quand on voit comment sont traités les volontaires ? Et leurs dons ? Pour la vie...

    Qui peut me dire ce qui est pire entre la certitude de mourir tout de suite, ou le risque hypothétique de développer plus tard, voire beaucoup plus tard, une maladie potentiellement mortelle ? Entre un risque et LA certitude ?
    Pour moi, le choix a été vite fait ; je n'ai même pas eu à réfléchir une fraction de seconde.
    Lorsque, en pleine période du sang contaminé, mon fils (alors âgé de 16 ans), suite à un grave accident s'était presque complètement vidé de son sang et qu'on m'a demandé si j'autorisais la transfusion, que croyez-vous que j'aie répondu ? Bien informée des risques par les médecins, à votre avis, quel choix peut faire une mère lorsque l'alternative exclusive est la mort imminente ou un risque éventuel, même très grave ?
    Je ne pense pas qu'il soit utile de vous donner la réponse. Du moins, je l'espère...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen