mercredi 30 septembre 2015

Combien vaut Nadine Morano ?


Je ne vous refais pas l'histoire... Nadine Morano est en passe d'être virée de la liste Les Républicains pour les prochaines élections régionales... " La France est un pays de race blanche ..." blablabla... Polémique et toussa...

Bien, nous sommes nombreux à ne pas comprendre / admettre la décision de Nicolas Sarkozy de convoquer la commission d'investiture aux élections régionales, commission qui devrait se prononcer pour l'éviction de Morano de la compète, histoire, à priori, de la sanctionner pour ses propos "déplacés"; propos auxquels j'adhère totalement.

D'autres se réjouissent de ce pataquès: UMPS, faux-cul, magouilles, Sarkozy vendu aux progressistes, etc... Sans compte la gauche et le FN qui se repaissent de ce bazar...

Il s'agit donc d'essayer de comprendre le pourquoi du comment plutôt que de... enfin, bref, vous m'avez compris, plutôt que de ch... sur Sarko, Les Républicains, etc... Okay ? essayons, donc ...

Depuis que Sarko a repris en main le principal parti d'opposition, il n'a qu'un seul credo - sincère ou surfait ou opportuniste -: la droite doit être unie pour battre les socialos et, à bien l'écouter, le voilà plus citer " la droite et le centre réuni " que Les Républicains. Depuis des mois, c'est sa position, sa stratégie: rassemblement et unité de la droite et des centres, et pour l instant, force est de reconnaître que cela a plutôt bien fonctionné, les résultats aux élections départementales le prouvent.

Pour les régionales à venir, la stratégie est la même. Ainsi, quasi partout, l'union est réalisée, droite et centre font liste commune pour gagner, gagner contre la gauche et le FN.

Ainsi dans la région Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine avec pour chef de file de cette union, le LR Philippe Richert et Morano, chef de file pour la Meurthe et Moselle.

Suite aux propos de Morano, les centristes du coin, Marc Sebeyran, Christine Guillemy, Philippe Mangin et Patrick Weiten, ventres mous socio-progressistes, ont manifesté bruyamment leur indignation: Ou bien Morano s'excusait et pas de lézard, l'union perdurait, ou elle ne s'excusait pas et ils se sentiraient obligés de faire cavalier seul, faisant de facto voler en éclat l'union mise sur pied pour l'emporter en décembre prochain, l'union tant prônée par Sarkozy. Devant le danger, pour leur (ré-)élection, les candidats LR du coin se rangèrent du côté des centristes: Morano, des excuses ou Morano dégage ! Les Etats-majors parisiens suivent le mouvement et assurent que seule l'union de la droite et du centre permettra de l'emporter. dès lors, la Nadine...

Face à cette menace d'éclatement et le risque d'arriver divisé devant les électeurs (et la gauche sait combien il est préjudiciable d'aller en ordre dispersé aux urnes), comment s'étonner de la mise au pilori de Nadine Morano ?

En tant que patron du bouzin, quelle position pouvait prendre Nicolas Sarkozy ?

- Faire le dos rond et attendre que cela se passe ? Pas le genre du bonhomme.
- Défendre Morano au risque de voir l'union locale de " la droite et du centre " éclater et d'éventuellement perdre l'élection régionale.
- Être en accord avec la stratégie qu'il défend contre vents et marées depuis qu'il a pris la présidence des Républicains à savoir le rassemblement de la droite et du centre... et donc la presque certitude qu'en allant aux urnes unis, la droite et le centre devraient logiquement l'emporter en région Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine

Je vous laisse deviner...

Alors, quoiqu'on puisse penser des propos de Nadine Morano, posons-nous la question de savoir ce qu'elle vaut...

J'ai comme dans l'idée qu'elle vaut le prix de l'unité et d'une quasi certitude de victoire de la droite et des centres dans la région ! Si Paris valait bien une messe, la région A.C.A.L, ne vaut-elle pas qu'on sacrifie Morano ?

Autrement dit, en maintenant Morano comme tête de liste dans son département, Sarkozy et les ténors du parti ont sans doute pensé que le risque était trop grand de perdre cette région.

D'où cette question à laquelle je n'ai pas de réponse: Que vaut une vérité (c'est comme cela que je juge les propos de Nadine Morano) face au risque d'une défaite électorale ?

A vous de voir...

Folie passagère 2919.
Résultat de recherche d'images pour "alsace champagne ardenne lorraine"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

67 commentaires:

  1. Si je comprends votre raisonnement, je ne peux y adhérer.
    C'est au premier chef, une question d'honneur. Ce qui ne peut être négociable.
    En second lieu, la Droite a toujours été trahie par le Centre qui, accord ou pas, fait toujours pencher la balance dans le sens où il pense, à tort ou à raison, avoir le plus de choses à gagner.
    Cf, parmi tant d'autres, Bayrou.
    Je continue à penser que Sarkozy vient de commettre là la plus grosse boulette de sa vie politique.

    Comment tolérer d'être encore et toujours soumis à la pensée unique gauchiarde ?
    Même en cas d'alternance... NON, non, et NON.

    "Occupez-vous de mes amis, je me charge de mes ennemis".
    Maxime qu'il vaudrait mieux ne pas trop oublier. Sauf à en périr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: attention, je n ai pas dit que j adhérais a ce raisonnement, je cherche à comprendre. Je ne crois pas un instant que Sarko soit soumis à la pensée unique gauchiarde, je pense plutôt , j en suis même certain, qu'il est pragmatique et qu il a du se dire que le risque était trop grand de voir le rassemblement exploser a la veille des élections en gardant Morano. je px bien sur me tromper.

      Alors l'honneur, je veux bien, j adhère, mais est-ce bien sa place en politique ?

      Supprimer
    2. Géo

      Ne pourrait on pas changer la question?

      La fermeté affirmée dans les convictions qu on peut avoir ne vaut elle pas le risque de perdre les prochaines élections?

      Oui!Tant pis si elles étaient perdues,pourvu que le pays entier sache qui pense quoi et qui a le courage de ses convictions.

      Ensuite,il appartiendra à l electeur de choisir en connaissance de cause ce qu il veut pour le pays:
      Des gens qui,au risque de perdre des élections,restent droits dans leurs bottes

      Ou choisir les menteurs,les adeptes des compromissions,des reniements pour gagner une province ou deux.

      Il appartiendrait ainsi au peuple de juger qui serait le plus apte à représenter la France et
      en la parole de qui il pourra avoir confiance.

      Supprimer
    3. @ Corto
      Effectivement, c'est probablement le raisonnement qu'il a suivi.
      S'il était légitime de se poser la question, je reste convaincue qu'il a fait le mauvais choix et qu'il va perdre beaucoup plus que ce qu'il croyait gagner. 2017 dans le viseur.

      Je viens de lire, sur le billet précédent, un commentaire (Tonton Flingueur, je crois) exprimant exactement mes conclusions.
      Soutenir Morano sur un sujet approuvé par une très grosse majorité de Français ne pouvait QUE lui apporter des voix supplémentaires.
      Contrairement à ce qui va probablement se passer.

      Ne pas oublier que ce ne sont pas les aboyeurs boboïdes tels que NKM et consorts qui vont voter, mais les Français. Et, malgré les efforts de présiFlan et ses complices, tous ne sont pas encore lobotomisés. Ils seraient plutôt en phase de révolte.

      Je ne comprends vraiment plus la stratégie de Sarkozy. Et mes espoirs de voir la France se redresser un jour finissent de s'écrouler. Sinistre sinistra.

      Supprimer
    4. L'honneur, c'est ce qui a fait la grandeur de de Gaulle et de la France Libre, c'est ce qui a fait que mon père a commencé à résister dès octobre 1940, c'est ce qui a fait qu'il est devenu par la suite un de ces rares commandos ...

      Supprimer
    5. @Géo: d accord pour la défense des convictions, absolument, mais,... là on parle de politique, de gagner une région importante, de milliards d euros etc... que valent à ce niveau les convictions ?
      Cite moi un homme politique qui n ait pas mis un jour ou l autre ses convictions de côté pour gagner ...
      La stratégie de Sarko me semble pourtant simple: pr l instant, une seule priorité, que " la droite et le centre " rassemblées gagnent les élections, en clair, le rassemblement contre la gauche et le FN. Donc même s il approuvait les propos de Morano, il ne pourrait pas les defendre si cela devait lui mettre a dos une partie de ce "rassemblement "

      Supprimer
    6. @ Géo
      Exactement.

      @ Corto
      La question résiduelle est désormais : "QUI pourra encore lui faire confiance" ?
      Question résiduelle, mais néanmoins cruciale.
      Celle qui fera la différence le moment venu.

      Il a vraiment donné à ses ennemis des bâtons pour se faire battre.
      Et trahi la confiance de ceux qui croyaient encore en lui.

      Supprimer
    7. Géo

      @Corto

      Je comprends tes arguments mais je crois bien que Sarkozy a fait le mauvais choix.
      Et meme si il gagnait,pourrait il se dégager des liens qui l uniraient à ceux auxquels il aurait fait des concessions importantes pour sa victoire.

      Ne serait il pas temps de changer la façon de pratiquer la politique?

      Il y a une énorme colére qui monte

      Mettre ses convictions de côté pour gagner,ok!
      Mais,ici,c est en permanence que les convictions sont mises de côté pour gagner,par les uns ou les autres.
      Resultat:des records d abstention et le FN qui engrange les fruits du mécontentements .

      Et là,on se bat sur des propos somme toute assez anodins car correspondant à une réalité
      Que sera ce quand il s agira de parler de programme de politique internationale ou économique si on est reduits à se déchirer sur quelques propos sur un plateau.

      Des milliards en jeu,des régions.
      Oui,certes
      Mais dans quel état le pays tout entier va t il se retrouver si mené par les concessions pour gagner ici ou là?

      (Simple avis,mais est ce si dur de rester droit dans les convictions et pour celà prendre des risques?
      Maintenant,si,malgré la franchise,les Français décident de voter pour les sirenes adverses,tant pis pour eux,mais ils auront choisi,cette fois,en connaissance de cause,le destin de leur pays,et devront en assumer les consequences)

      Supprimer
    8. Géo

      Et il y a autre chose...

      Richelieu,Mazarin,Talleyrand,Louis11etc...pouvaient délaisser(en apparence)leurs convictions pour gagner la partie,
      Mais...
      Il s agissait de vrais hommes d Etat d une redoutable stature,ils pouvaient se permettre de transiger...pour mieux revenir à la charge.

      Actuellement,nous n avons pas à mon avis semblables colosses qui puissent se permettre de renier leurs convictions car les politiques en lice n ont pas l aura puissante de ces hommes d Etat,qui leur permettrait de digerer le poids de reniement sans que leur image en patisse,
      (Mais je ne sais si j exprime assez clairement les choses)

      Supprimer
  2. J'entends, je comprends mais ne suis pas d'accord.
    Sarkozy va beaucoup perdre, à commencer avec Estrozy et Bertrand...
    Le vainqueur, à la fin de l' année, sera le FN et en 2017, je ne parierais pas sur la réussite de NS !
    Il y a de l'eau à passer sous les ponts...( Et pas mal de coups bas...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @crisfi: je ne dis pas que je suis d accord avec Sarko, je ne suis d ailleurs pas tjs d accord avec, je pose juste la question: devait-il soutenir Morano au risque de faire éclater l union qui s est mis en place pour gagner cette région ?

      Supprimer
    2. @ Corto
      Je pense que oui.
      La politique du "pas plus loin que le bout du nez" n'est jamais payante.

      De toute façon, avec les ventres mous (comme vous les appelez, à juste titre), on est toujours perdant : soit ils passent à l'ennemi à la moindre occasion (comme ici), soit ils mangent les marrons que vous avez tiré du feu (comme souvent).
      Et il faudrait se mettre à plat ventre devant une engeance pareille ?
      Pour moi, c'est clairement et fermement "non".

      Supprimer
    3. FN gagnant ?
      Morano/Sarko remake affaire Le Pen

      Le billet de Corto pourrait s’appliquer au cas Jean-Marie/Marine, devant la pression de..??.. et pour le pouvoir elle s'est couchée.
      JMLP soutient N Morano, pas la fille et son grand copain qui se sont rangés au politiquement correct. Alors !
      Si les adhérents d’un parti suivent c’est valable pour un autre, celui qui en a le + reste gagnant ; La majorité des électeurs non encartés, ne veulent plus ni des uns ni des autres, ce qui donnera une forte abstention.

      Bonne stratégie ou mauvaise ! Quand le jeu est truqué ……..

      Supprimer
  3. Je crains qu'il n'y ait d'autres contentieux en cours contre cette grande gueule de Morano pour motiver la décision de NS.
    Cette tempête dans un verre d'eau pour une faillie goutte d'eau m'étonne un peu.
    A son âge, elle devrait tout de même maîtriser un peu mieux les codes de langage admis, Si elle avait simplement dit que qu'elle ne souhaitait pas que la France devienne une République Islamique car la notion des Droits de l'Homme de certain Royaume Islamique ne lui convenait pas, ça revenait au même mais restait audible, même chez Ruquier.
    Comme quoi, Fillon n'a pas tort de refuser de se commettre dans ce type d'émission dont le but essentiel semble être de pousser tout non socialiste à la faute.
    Ce serait amusant qu'elle fasse une liste sans étiquette, et qu'elle gagne ces élections. CCLM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @CCLM: Voilà un point avec lequel je suis entièrement d accord: Les politiques ne devraient pas aller ds ce genre d émissions de la même façon qu ils ne devraient pas twiiter

      Supprimer
  4. Je comprends tout à fait le raisonnement que vous prêtez à Sarkozy, mon cher Corto. Mais l'union à tout prix, pour quoi faire ? Garder des places qui sans cela seraient perdues, et faire une politique dans laquelle le peuple de droite ne se reconnaît pas ? On a déjà donné !
    Que vous le vouliez ou non, les obstacles s'accumulent sur la route de Sarkozy vers le pouvoir : PRIMAIRES contraires aux institutions de la Vème République, UNION avec des gens qui n'hésiteront pas à le trahir, à qui il concède des places sans lesquelles ils auraient disparu depuis longtemps du paysage politique, et maintenant, rejet de ceux qui lui sont le plus fidèles à la moindre polémique organisée par les "charognards" du PAF.
    Sarkozy fait ses choix. Les électeurs feront le leur. En décembre nous y verrons déjà un peu plus clair.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Marianne
      Je plussoie, bien évidemment.

      Supprimer
    2. Et je plussoie avec vous deux...

      Supprimer
  5. Pensez-vous vraiment que les centristes (les centristes, bon sang !!!) sont du genre à faire des vagues et à se mettre en danger ?

    Sinon, oui, la cohérence et l'honneur sont des vertus cardinales en politique, la vraie politique, celle des hommes d'Etat. Demandez à de Gaulle.

    Mais Sarkozy n'est pas de Gaulle, c'est un politicard qui agite le drapeau pour se faire élire, puis qui travaille pour sa vraie clientèle, celle des 1% qui n'auront jamais assez d'argent, même la gueule à ras bord, et veulent humilier le reste du pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: oui , je le pense parce que j ai écouté ce matin un gars à la radio qui expliquait très bien quel était le comportement de ces centristes " provinciaux" à milles lieux des magouilles parisiennes. Autrement dit et si j en crois le gars en question, les centristes de province, et en particulier ceux de cette région, dont le dénommé Richert, entendent se faire... entendre des etats majors parisiens

      Supprimer
  6. Hier matin, j'en étais encore à penser qu'une sanction par Sarkozy serait une faute lourde qu'il pourrait payer cher.

    Mais ça, c'était avant de voir la Nadine se répandre dans tous les médias, affirmant haut et fort qu'elle ne regrettait rien, qu'elle était gaulliste jusqu'au bout des doigts, et que le dictionnaire, et que c'est Morano qu'on assassine, blablabla...

    Sauf que, si elle avait une once de dignité, quand le communiqué de Sarkozy est tombé, elle aurait dû les envoyer promener, eux et leur censure, et dire : "Ce n'est pas vous qui me virez, c'est moi qui pars. Je défends mes convictions et elles valent plus qu'une élection".

    Oui mais voilà, un siège de députée européenne, ça ne suffit pas pour l'avenir.... Y rajouter un siège pour 6 ans aux Régionales, c'est mieux.
    Alors, la Nadine, qui sent qu'elle aurait dû, dès dimanche, mettre de l'eau dans son vin et n'a pas choisi la bonne stratégie, commence à s'aplatir parce que la bonne soupe, quand même, faut pas cracher trop fort dedans.

    Alors, plus tête de liste, d'accord, mais une petite place, juste de quoi pantoufler un peu plus. Et tant pis si mes partenaires m'ont mise plus bas que terre. Un siège vaut bien un changement de veste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gilly: assez d accord avec toi. J aime bien les voix discordantes :)

      Supprimer
  7. tactique à court terme
    avec le même raisonnement, on ne fera pas de réforme, tout au plus des déclarations sans lendemain, car il y a toujours une élection demain, dans 6 mois, dans 1 an, qu'il faut gagner et dans l'unité car la droite dispose de moins en moins de socle électoral

    RépondreSupprimer
  8. Ah, zut, il me semblait que Sarko voulait jouer sa campagne sur "la fin de la politique politicienne"...

    Ca, sans compter l'hypocrisie évidente qui consiste à manifester fièrement pour la liberté d'expression avant de dire "dégage, t'as pas le droit de dire ça". Et après, de s'étonner que les gens soient en déphasage total avec leurs "représentants".

    Bref, en politique, soit on défend des principes/valeurs, soit on défend des places. Et là dessus, il ne vaut pas mieux que les autres.

    RépondreSupprimer
  9. J'attens avec impatience le moment où vous realiserez que Sarkozy n'est qu'un pantin de gauche.

    Alexei

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alexei

      Je crois que vous attendrez longtemps.

      Supprimer
  10. On répète depuis bien longtemps que nous avons la droite la plus bête du monde... C'est certainement vrai, mais bête ne voulait jusqu'à présent pas dire lâche. Or avec ce qui se passe, il s’avère que plus personne parmi "les instances dirigeantes" de cette droite n'a le courage d'appeler un chat un chat. Tous ces beaux messieurs et belles dame tremblent pour leur place et sont prêts à ramper devant n'importe qui pour ne pas la perdre. C'est écœurant de veulerie et de bassesse.
    Franzi parlait d'honneur... ce mot n'est pas très connu ni usité des politiques mais il signifie encore quelque choses pour de nombreux français et ça il ne faudrait pas l'oublier trop vite.
    Bravo Madame Morano (même si vous n’êtes pas ma tasse de thé) il vous reste encore un peu de bon sens. GfB


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @GfB

      J en parlais à quelques personnes.

      En tant qu électeurs,il ne nous apparaissait pas possible de cautionner cette réaction du propre parti de N. Morano.

      Tout en comprenant l argument expliqué par Corto,il y a effectivement un minimum de respect de soi,en tant qu électeur,à ne pas trahir notre propre conviction en votant pour ceux qui la défendent si mal.

      Chacun fait,maintenant,comme il l entend.

      Supprimer
  11. Pour ne pas ressembler au FN Sarko a fait " la boulette " de son retour en lice et risque de perdre les présidentielles , il eut été plus sage de laisser courir ce qui n'est qu'un prétexte de la gauche pour se faire entendre . Je suis de droite et que de droite , les ventres mous du centre nous savons tous que ce ne sont que des moulins à vent qui ne vont que du coté du vent .
    Entendu ce matin que le PS allait tout faire pour retirer le mot RACE de notre langage , beaucoup de boulot en perspective : en 1er SOS RACISME , toutes les races de bovins , ovins etc ......................quand la connerie s'enracine il faut défricher rapidement et ne pas faire comme Les Républicains mettre de l'engrais .
    Hormis les parachutés politiques, à l'Est , De Gaulle est dans tous les esprits et faire une citation de lui et la critiquer est une injure , Nadine Morano n'a plus besoin d'être tête de liste , elle a conquis l'Alsace et la Lorraine .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Supprimer des mots pour tenter de supprimer les problemes.
      Encore des ruses d acéphales.
      Ca ne marchera pas,ça non plus!

      Les races sont une preuve de diversité.
      On ne supprime pas ce qui est engravé dans l essence meme de la création.



      Supprimer
    2. @ Claude-Henri
      "Pour ne pas ressembler au FN Sarko a fait " la boulette " de son retour en lice et risque de perdre les présidentielles"

      Oui. Et c'est vraiment ballot de sa part.
      Je me demande où est passé son "génie politique".
      Gâcher toutes ses minces chances sur une broutille pareille...
      Colossale erreur. Et, je le crains, irrécupérable. Même s'il avait le courage de faire amende honorable. Ce qui, à mes yeux, le grandirait ; sans faire oublier l'énormité de la bourde.

      Sur les diverses pétitions en ligne, les commentaires font presque tous part de la déception et de la colère de ses électeurs potentiels. A commencer par moi... :-(

      Quel gâchis ! Mais quel gâchis ! A-t-il perdu sa faculté d'analyse ? A-t-il déjà oublié 2012 ? Et la formidable capacité de trahison des "ventres mous" ?
      Sur ce coup, vraiment, je ne parviens pas à le comprendre. Et m'interroge beaucoup !...

      Supprimer
    3. @claude Henri: je pense aussi que Morano a marqué un point, mais à une condition, c'est qu elle n en fasse trop non plus, qu elle ne se pose pas en victime " de Paris ".

      Supprimer
    4. faudra plus dire "race" mais "le mot en R"
      comme disent les amerloques pour n'haîgre , ils disent "the N word"

      Supprimer
    5. Géo

      On dira ce qu on a envie de dire,que ça plaise ou pas à ces gens inaptes à gouverner .

      Supprimer
  12. Calcul à courte vue donc une énorme erreur. La véritable échéance, c'est la présidentielle et pas les régionales ni la primaire à droite. En sanctionnant Morano, Sarko croit, pour la primaire, rogner sur les voix de Juppé. Morano pouvait tenir la frontière qui sépare LR du FN et gagner des électeurs sur sa droite. Il vient de les perdre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: y a une autre stratégie, celle qui me semble etre défendue par Sarko: reconquérir, élections a près élections les territoires car nul ne peut nier que ce qui a fait la force du PS depuis des années c'est le maillage serré qu il a su organisé , à coups de subventions, d'électoralisme et de clientélisme. La région en question fait partie de cette stratégie. je ne dis pas que c'est bien ou mal, faux-cul ou pas, je pense juste que c'est la stratgéie de Sarko: le terrain d abord, le national après

      Supprimer
  13. Corto:je comprends ton raisonnement. Mais, à la limite, qu'importe de perdre une région suite à des magouilles de centristes qui se font plus gros qu'ils ne sont?
    Au regard de la perte des voix, anonymes, muettes, mais innombrables, de ceux qui se reconnaissaient enfin dans les propos de Morano? Et ne se reconnaissent plus, mais plus du tout, dans les finasseries de ces politicards dont Sarko fait maintenant partie, au même titre que tous ces chevaux de retour...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Gridou
      Tout le problème est là...

      Voir Sarkozy se comporter avec les "ventres mous" comme Culbuto avec les écolos-cons, franchement, ça me fait super-mal aux tripes.
      D'autant plus que leur poids et leur fiabilité sont à peu près équivalents ; tout comme leur capacité de nuisance...
      Ce ne sont que des mouches du coche, à droite comme à gauche.
      Pauvre de nous. A croire que Sarkozy est subitement devenu fou.
      Dommage, car il était notre seule chance de (peut-être) remonter (un peu) du fond du gouffre. C'est râpé.
      Nous allons donc continuer notre descente aux enfers. :'o(((

      Supprimer
    2. @gridou: les centristes sont dans certaines régions, commeles radicaux de gauche dans d autres, sont très puissants, c'est ce qui semble etre le cas en ACAL

      Supprimer
  14. Géo

    Il faut tout de meme avoir conscience que toute cette polémique arrive suite à une émission,il faut bien le dire,à deux balles voire meme qui ne vaut pas un clou!!!

    Qui suffit à déstabiliser la classe politique.

    Ce qui suit ressemble plus à une bataille de gueux.

    C est dire la faiblesse dans laquelle le pays se trouve et l instabilité permanente dans l exercice du pouvoir .
    Du fait que ce n est plus qu un jeu d équilibriste,personne ne sera en mesure d imposer les décisions salutaires qui s imposent pour redresser le pays.
    En tous cas,où est la personne capable de réunir une large majorité de la population derriere elle de telle sorte que les décisions prises le soient sans les habituels contestations,déchirements et renoncements?


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Géo: Nous sommes d accord, cette polémique issu d une émission racoleuse n aurait pas du prendre autant d importance et sans doute n en aurait-elle pas pris autant si les médias et la gauche n avaent pas sauté sur l occasion. ce qu'à leur place , j aurais fait, ça a marché: semer le trouble a droite et occulter l ITW de Sarko dans Les Echos

      Supprimer
  15. Les bobos de droite sont comme les bobos de gauche, sans dignité et sans honneur. Sarko, NKM, Pecresse, Juppé, Valls, Macron, etc, même combat pour la soupe et mépris pour ceux qui la préparent.
    Dans un pays qui n'aurait pas perdu le sens commun la plupart seraient considérés comme des traitres, des porteurs de valise. Il suffit d'ailleurs de regarder leurs parcours familiaux et personnels pour comprendre que leurs trajectoires sont identiques et leurs "pensées" similaires.
    Je comprends que l'on s'oppose au FN, pour des raisons politiques mais non morales, par exemple leur programme économique et non pas leurs péchés supposés, et je comprends encore mieux que l'on s'oppose à la gauche tant pour des raisons politiques que morales (et peut-être surtout morales), mais je ne m'abaisserais jamais à voter pour ceux qui bradent mon pays, et tous ceux-la le vendent à l'encan.
    Si nous devons finir au moins que ce soit dans le respect de valeurs françaises, honneur et fidélité.
    C. Monge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ C. Monge.
      Parfaitement bien dit.
      J'adhère et plussoie.

      Supprimer
    2. Je plussoie aussi. C'est d'autant plus pitoyable que tout est actuellement fait pour que la technocratie européenne aneantisse ce qui reste de démocratie...
      Alors voir nos prétendus dirigeants se conduire de cette façon, qu'ils soient de droite ou de gauche, démontre qu' 'ils se
      fichent intégralement de ce que devient "le peuple"...

      Supprimer
  16. Moi aussi, Corto, je comprends votre raisonnement mais n'y adhère pas du tout.
    Nous sommes (la France) dans un état de catastrophe avancée et nous (le peuple) cherchons un dirigeant qui nous sorte du pétrin.
    Ce n'est pas un comptable de voix ou un fin- stratège- pour- emporter- la- queue- du- Mickey que nous voulons, mais un homme (ou femme) qui proclame ses idées, clairement, s'engage à les mettre en application et attend de voir qui va se rallier à elles.
    Sarko ici n'en est pas l'illustration.
    Tant pis pour lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Isabelle C.
      Tout comme vous.

      Et tant pis pour lui, oui.
      Mais, bien pire, tant pis pour nous (la France ET le peuple). Car il n'y a personne d'autre : tant en compétence qu'en moralité.
      Cette fois, nous sommes vraiment foutus de chez foutu.

      Supprimer
    2. @isabelle: ce n'est pas mon raisonnement, c'est celui que je prête à Sarko.
      Ceci dit, a part Sarko, tu vois qui ? parce que la question est là : qui pour virer Hollande et la gauche ? Je dis bien " la gauche ", un gars comme Juppé ne pouvant etre considéré comme " de droite "

      Supprimer
  17. Quel était le but de Nadine Morano députée européenne et candidate aux régionales en allant se fourvoyer chez Ruquier pour y faire une sortie claironnante sur la France de race blanche…?
    Cela aurait pu se comprendre au cours d'un débat sur ce que signifie l'identité d'un pays mais ce n'était pas le cas, Madame Morano voulait donc faire un "coup" et elle a réussi au delà de ses espérances.
    Le problème n'est pas de savoir si elle a raison ou non et de fait, quand on voit ou plutôt qu'on devine le nombre de français qui sont d'origine africaine et donc non blancs, cette déclaration n'a pas de sens alors qu'elle en avait il y a encore cinquante ou soixante ans.
    Ce qu'il importe de défendre n'est pas une couleur de peau ni une "pureté de race" mais un certain nombre de valeurs communes, Nadine Morano aurait pu compléter ainsi son propos, elle a eu tort de ne pas le faire.
    Sans doute est-elle inquiète de voir le nombre des musulmans augmenter en France quand parallèlement le terrorisme islamiste augmente lui aussi, elle n'est pas la seule et c'est pourquoi nombre de français la soutiennent.
    Mais Madame Morano n'est pas une française lambda, elle représente son parti en période pré-électorale ce qui demande un minimum de discipline, de solidarité, et invite à réfléchir avant de parler.
    Le responsable du parti LR ne pouvait pas laisser la polémique enfler autour ce cette absurde mention de race blanche qui mettait au banc tous ceux qui n'étaient pas blancs.
    Il a tranché et à mon avis, il a bien fait.
    Si Madame Morano a du bon sens, elle en restera là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @libreséchanges

      C est le probleme!
      Les politiques ont pris l habitude de se montrer dans des émissions banales,les nouveaux jeux du cirque dans lesquels un comité de médiocres est là pour les degommer si ils ne satisfont pas à des criteres de pensées stéréotypées.
      Vu l influence de ces émissions à deux balles,ne pourrait on pas dire que la fonction politique s est prostituée en venant mendier des voix par le truchement de ces spectacles dont beaucoup se repaissent en raison des mises à mort symboliques où le petit animateur de pacotille érigé en juge contribue à la corruption d une fonction qui,dans le passé,revetait un sens sacré,aujourd hui absent en raison aussi de la médiocrité et du clientélisme des politiques dans leur majorité.

      Supprimer
    2. Absolument pas.

      Il s'agit de savoir si oui ou non, il faut mettre une limite à l'augmentation de la population issue de l'immigration et pourquoi.

      La réponse de Morano est claire : "il faut qu'ils restent une petite minorité, sinon ce ne serait plus la France", qui est une citation de de Gaulle.

      Voulez-vous que l'histoire de France ne parle plus de nos ancêtre les gaulois (et des rois, etc) mais de l'Islam ? Qu'on enseigne massivement l'arabe en lycée ? Que des jours fériés musulmans se substituent au calendrier traditionnel ? Etc...?
      Eh bien, c'est de ça qu'on parle.

      Supprimer
    3. "Se fourvoyer chez Ruquier"? On se fourvoie toujours quand on va chez Ruquier.

      Supprimer
    4. Libres echanges: assez d accord avec toi sauf sur le point de départ: Je ne pense pas, pour avoir vu l émission, que Morano ait voulu faire un coup, elle est trop " cash " pour ça. ça lui est venu comme ça.

      Supprimer
    5. Elle a annoncé sa candidature aux primaires non…? Donc, il lui faut trouver un créneau qui la différencie des autres.
      Il me semble très peu probable qu'elle ait ressorti ces propos attribués au Gl de Gaulle comme ça, par hasard.

      Supprimer
    6. Géo

      @Corto

      Je pense que tu as raison pour N Morano,il n y avait pas de calcul de sa part,surtout en allant à ce genre d émission merdique où les autoproclamés juges censés avoir la bonne pensée grouillent.
      Mais je comprends mal pourquoi tant de gens connus courent à cette émission!Pour s y faire lyncher plus qu entendre.

      Maintenant,la France est un pays de race blanche,et celte puis chretien,il est normal de le rappeler afin que les choses soient claires(=pas question de changer de civilisation ni de la rabaisser ou l atrophier de ses valeurs dont le soubassement reste bien vivant,que ça plaise ou non à francs-maçons et scribouillards de la pensée unique chloroformée et tous les autres.

      En fait,le choix du lieu pour exprimer celà était mauvais et les "juges"présents sont toujours antipathiques.

      Supprimer
  18. Nouvel exemple de la ligne du Point :

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/charles-consigny/consigny-contre-eric-zemmour-01-10-2015-1969673_1449.php
    "Éric Zemmour a défendu le droit pour les Français de ne pas vouloir accueillir de réfugiés : c'est comme si, durant la Seconde Guerre, un pamphlétaire américain avait défendu le droit pour son pays de ne pas accueillir d'Européens fuyant le nazisme."

    En réalité, non, ce n'est pas pareil, puisque ces gens viennent de...Turquie, qui n'est pas en guerre. Et puisqu'il existe des pays musulmans qui n'accueillent personne. Et aussi, parce qu'il y a là-bas une guerre, pas un génocide.

    La seule chose qui intéresse ce canard, c'est ceci :

    "la machine publique est inopérante et excessivement coûteuse"

    qui est faux. Comme le montre un audit comparatif réalisé sous Sarkozy par le Conseil d'analyse stratégique (signé par le directeur, nommé par Sarkozy et viré par la gauche), les dépenses de fonction publique en France sont plutôt plus faibles que dans la plupart des pays européens équivalent, dont Royaume-Uni, ainsi que Canada (et même US à cause de leur énorme armée).

    C'est la ligne LR, qui aboutit à la double couillonade :
    - ils ne s'intéressent aux problèmes d'intégration que pour être élus ;
    - une fois aux manettes, ils ne s'occuperont que de saccager ce qui marche à peu près en France, par une idéologie étrangement complémentaire de celle de la gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu cet article du Point, mais permettez-moi de vous dire que si monsieur Consigny a bien écrit la phrase que vous citez, il a commis une énorme erreur, car les Américains ont toujours choisi leurs immigrés, même pendant la Seconde guerre mondiale. Je n'en veux pour preuve que l'affaire du paquebot allemand Saint Louis, avec 900 réfugiés juifs-allemands à bord, en 1939, qui a été interdit de débarquer aux Etats-Unis par le président Roosevelt, et qui a été renvoyé en Europe.

      Supprimer
  19. D'accord avec votre explication...on est dans le compromis pour ne pas dire la compromission...si les convictions s'arrêtent où commence l'intérêt électoral, on n'est pas rendu...
    Tout ça pour ne pas déplaire au centre qui te plante un couteau dans le dos à la première occasion, pas rancunier le Sarko !
    En conclusion, tout ceci n'aurait aucune raison d' être si on avait de véritables hommes d'état, défendant bec et ongles la France et son intérêt, à la place de politicards qui ne savent que nager en eaux troubles. Et si une chape de plomb, imposée par la gauche, ne pesait pas sur la moindre parole...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nan: la politqiue c'est avant tout l art du compromis,et ce n'est certainement pas de Gaulle qui me contredirait... alors...
      Pour moi, le principal ennemi de la France, aujourd'hui, c'est bien cette espèce de chappe de plomb qu a imposé la gauche petit a petit, depuis Mitterrand et son superbe coup de " SOS racisme et touche pas à mon pote ", à coups de politiquement correct, d'antiracisme, et de Vivre-Ensemble.

      Supprimer
  20. Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre. Remplacez guerre par défaite dans la phrase de Churchill et vous aurez une idée de ce qui nous attend en 2017 !
    Jipé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Jipé
      Tout comme vous, je redoute cette clairvoyance.
      Le temps et les épreuves passent. Mais la donne ne change pas, et aucun progrès n'est fait.
      Je crains que les électeurs ne soient pas prêts d'oublier, et moins encore de pardonner, pareil choix.
      A croire que le naze, nous servant actuellement de président, a des relents aussi pestilentiels que contagieux.

      Supprimer
    2. Jipé: Un peu simpliste, non ? 2017 c'est si loin qu il peut s en passerdes choses d ici là

      Supprimer
  21. Il suffisait, comme dit plus haut de "faire le dos rond et attendre que cela se passe". La gauche fait cela à longueur de temps.
    Ils sont entrés dans le jeu de la gauche en voulant choisir, et ils ont choisi...de perdre beaucoup d'électeurs...

    RépondreSupprimer
  22. Il y a une autre pétition sur le sujet.
    Adressée directement à Nicolas Sarkozy (et aux grouillots de la direction) par un adhérent des Républicains :

    http://www.mesopinions.com/petition/politique/maintien-nadine-morano-tete-liste-aux/16179

    Bien que je n'aime pas cette femme, je suis contente de voir que nombreux sont ceux qui, à la fois, ont apprécié ses propos et son courage et reprochent à Sarkozy de ne pas respecter sa parole.
    C'est la première fois que je le vois faire preuve de la lâcheté habituelle des poly-tocards.
    A-t-il seulement conscience de l'immensité de la déception des Français ? Et de leur colère qui gronde et enfle ; et qui risque de lui revenir en boomerang ? A-t-il changé à ce point ? Et dans une si mauvaise direction ?
    Aime-t-il encore la France ? Et les Français?
    Est-ce sa conception pour arrêter la pratique de la "politique politicienne" ? N'ose-t-il plus appeler "un chat" "un chat" ? Nous l'avions pourtant vu maintes fois beaucoup plus direct, ferme et réaliste. Mais c'était "avant"... :-(((
    J'ose espérer qu'il se rend compte qu'il a mis le doigt dans un engrenage infernal et dévastateur. Et que, sauf à faire une marche arrière ultra-rapide (ce dont je le pense tout à fait incapable, par excès de fierté mal placée), 2017, c'est râpé pour lui. Et donc pour nous...

    On peut, et doit parfois, faire des compromis. Des compromissions, jamais.
    A bon entendeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Franzi

      Merci pour le lien.
      Nos politiques sont bien médiocres!

      Supprimer
  23. AVIS ! Un peu débordé depuis deux jours, je ne suis pas sûr d avoir répondu à tous ceux qui ont laissé des commentaires. Toutes mes confuses
    ça devrait etre plus calme dès demain
    besos

    RépondreSupprimer
  24. Avec tous les projets de Daesh + Al Qaeda que nous cachent les medias mainstream : invasion massive ,
    attentats meurtriers en France entre autres réjouissances , l ' épisode Morano / Sarko est une goutte de pipi .
    Si ces barbares concrétisent , ce que je crois , les régions n ' auront plus aucune importance :la présidentielle
    est acquise au plus " couillu-e " , voyez vous qui je veux dire ?
    Si je me trompe , l ' Ödacieux Hollandouille a un boulevard devant lui ...

    Corto , je n ' arrive toujours pas à comprendre votre penchant pour le hobereau Magyar , menteur invétérépdoté
    d ' une effarante courte vue : ) Mais " à chacun son sale goüt " comme le disait Germaine , ma chère grd-maman !

    Jérôme

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient