lundi 18 janvier 2016

Enfant allophone arrivant... Késako?


Savez-vous ce que c'est qu'un  "enfant allophone arrivant" ? Non, allez, un petit effort... C'est le terme techno-progressiste-pas-stigmatisant pour désigner un enfant de migrant, un migrant mineur arrivé en France avec ou sans parents, généralement avec ! Fallait y penser !

Pas un gamin entré légalement en France avec son papa et sa maman, les visas et tout ce qu'il faut, nous parlons bien là de migrants...

Et bien sachez qu'en 2014 (alors que l'invasion migratoire n'était pas encore trop médiatisée ) et en 2015, l'Education Nationale de chez nous a accueilli dans ses établissements pas moins de 52 500 enfants allophones arrivants ! Rien que ça ! 25 500 ont été scolarisés dans des écoles élémentaires, 22 300 dans des collèges et 4 700 dans des lycées.

52 500 migrants mineurs répartis dans 9 000 établissements soit une moyenne de 5,8 élèves migrants par établissement. 1/3 en région parisienne, 2/3 sur le reste du territoire. Une répartition qui permet de passer le phénomène de manière quasiment inaperçue, ce que l'on pourrait qualifier d'immigration planquée à ciel ouvert. Ni vu, ni connu, je te fous 5 élèves migrants dans le collège de ton fils ou de ta fille et personne ne s'en aperçoit ! 52 500 enfants de migrants, soit à peine 0,56% des effectifs ! Ni vu, ni connu !

Admettons, pour l'exercice, que chaque couple de migrants ait en moyenne 3 enfants, cela signifierait qu'en 2014/2015, 17 500 couples de migrants, soit 35 000 adultes, étaient déjà suffisamment " installés " en France pour que leurs dossiers aient été étudiés individuellement permettant, entre autres choses, l'envoi des enfants à l'école !

35 000 parents plus 52 500 enfants, voilà qui à fin 2015 faisait 87 500 migrants hébergés par la collectivité. Et ça, sans compter tous ceux qui n'avaient pas été encore " traités " par les diverses administrations... Sans compter tous les migrants ( en famille, ou pas ) installés à Calais, Grande Synthe et dans les rues de Paris, de Marseille ou d'ailleurs !

Maintenant, souvenez-vous, il y a quelques mois, pour faire face au flux migratoire délirant, le gouvernement déclarait vouloir accueillir 20 000 migrants, puis 40 000. Des chiffres ronds, tout rond alors qu'aujourd'hui personne n'est capable de chiffrer avec précision le nombre d'allophones, mineurs ou pas, vivant dans la jungle de Calais.

Tout ça pour dire que si l'EN est capable de nous dire qu'elle a accueilli 52 500 élèves dans ses établissements, un certain flou, pour ne pas dire un flou savamment et sciemment entretenu, règne autour du nombre de migrants vivant actuellement en France.

100 000 ? 200 000 ? 500 000 ? Qui aujourd'hui est capable de le dire, d'oser le dire. Et personne pour s'étonner pour ce manque de transparence.

En Allemagne, Angela a certainement fait la conne en déclarant accepter toute la misère du monde, toujours est-il que là-bas, il y a, à peu près, transparence sur le nombre de migrants accueillis. Tenez, tout le monde reconnait, même l'ONU, que 1 million de migrants ont débarqués en 2015 en Europe et dans le même temps, on nous dit que l'Allemagne a accueilli 1 million de migrants. Elle aurait donc tout pris ? et rien, ou pas grand chose pour nous ! Ben crotte ! Y a comme qui dirait un truc qui colle pas vraiment... Remarquez comment y voir clair, les uns parlent de migrants, les autres de réfugiés, d'autres encore d'allophones arrivants...

Tout de même rigolo, le Parti d'En Rire toujours, de constater que personne, encore moins les médias, ne cherche à savoir combien de réfugiés-allophones-arrivants-migrants sont venus squatter chez nous.

Vous pouvez le dire, vous ? Pas moi !

( Ci-dessous, la géolocalisation des centres d'accueil pour migrants en Allemagne)

Folie passagère 3043.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr


23 commentaires:

  1. Il n'empêche que vous l'avez dit et que vous n'en savez rien. Que le terme soit flou et ne fasse pas la différence entre les mineurs étrangers isolés et ceux qui ont leur parents en France aurait été une bonne question car là, il y a un amalgame qui autoriserait n'importe qui à faire des suppositions sans avoir à se poser de questions sur les chiffres réels concernant les mineurs isolés. Et je doute qu'induire ce flou puisse être bienveillant quant à la prise en compte de la souffrance que cet éloignement engendre pour ces jeunes puisqu'il s'agit bien pour eux de survie et non de tourisme. On peut donc se réjouir que ceux là aient pu avoir une chance de s'intégrer, qui pour eux particulièrement, n'est jamais acquise du fait de leur statut, sans extrapoler sur des supposés chiffres sur lesquels on ne s'est pas renseignés avant d'écrire. Ces chiffres, je ne les connais pas non plus et alors dans ce cas, je me tais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Je: ainsi donc, tu sais aligner plus de deux mots à la suite. C'est bien.

      Supprimer
  2. Rien de nouveau sous le soleil! Certes, on ne connaît pas les chiffres de cette année, ni de l'année dernière ni etc. Cela fait des décennies qu'on nous cache les chiffres, amalgamant les étudiants aux expatriés, les clandestins aux demandeurs d'asile, les bénéficiaire du regroupement familial aux titulaires du droit du sol. On a même entendu qu'il n'y a pas plus d'étrangers en France qu'il y a dix, vingt ou trente ans. Mais on voit le résultat: d'où sortent-ils donc?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: On sait d où ils viennent, le problème est de savoir, une fois qu ils sont chez nous, quand est-ce qu ils vont repartir....
      Quant à mon chiffre de 52 500, il s agit bien d'enfants migrants-réfugiés

      Supprimer
    2. @Pangloss Une fois qu'ils ont une CNI, ils ne sont plus étrangers ... Magie.

      Supprimer
  3. Les clandestins ne viennent pas que de Syrie...

    Par ailleurs, êtes-vous sûr qu'ils sont tous clandestins ? Ne s'agit-il pas de l'ensemble des enfants ne parlant pas bien le français ?

    RépondreSupprimer
  4. Voilà ! Et on vous demande de vous taire, mon cher Corto ! Sous-entendu, quelle importance le chiffre, puisque de toutes les façons on ne le connaîtra jamais, d'autant qu'on n'a pas besoin de le connaître pour reconnaître que ce sont des chances pour nous. Et que des chances, plus on en a et mieux c'est !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: il est sympa ce " je ", non ? d'habitude il me laisse des commentaires ( que je jette ) par brouettées entières, commentaires incompréhensibles et ne comportant qu un mot ou deux, saluez donc l effort

      Supprimer
  5. 3,2 millions de visas délivrés en 2015.Source le SIEL.
    Alors les clandestins?
    Marie-France

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marie France: sauf ton respect, le SIEL, si ns parlons du même, celui de Couteaux, ne dit pas toujours que des choses intelligentes. En l occurrence, il se vautre avec ses 3,5 millions

      Supprimer
    2. Apparemment,il aurait demandé les chiffes au gouvernement...
      Marie-France

      Supprimer
  6. Allophone...Comment ce mot est-il construit? D' Allogène ok.. mais 'phone', signifiant 'bruit' étymologiquement? Ou alors il y a un truc qui m'échappe...
    Matador

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Matador: alors je t explique,... allo pour allogéne, ns sommes d accord, " qui est né ailleurs, un étranger. "phone " c'est bruit mais cela veut aussi dire, je la fais simple, qui parle une langue. Un anglophone est quelqu un qui parle anglais. Et voila comment on en arrive à allophone: un étranger qui parle une langue étrangère. Autrement dit ces " allophones " ne sont pas muets. Clair ?

      Supprimer
    2. Allophone = ne jaspine pas le francaoui.

      Supprimer
    3. Si j'avais fait qqes recherches, je n'aurais pas posé cette question stupide...:(
      Matador

      Supprimer
    4. Géo

      Ou majoritairement Allahphones?

      Supprimer
  7. Ils sont allophones, mais un fils d'immigré US par exemple doit aussi faire partie du total.

    Voici une note de mars 2012, sous l'ère Sarkozy, sur les allophones dans le système scolaire. Y'en avait 40 000 :

    http://cache.media.education.gouv.fr/file/2012/53/2/DEPP-NI-2012-01-eleves-nouveaux-arrivants-non-francophones_209532.pdf

    C'est vrai que la note ne nous dit pas quels sont les pays d'origine, alors qu'ils doivent avoir des éléments (j'imagine qu'il y a des interprètes ou des enseignants pratiquant la langue étrangère en question).

    RépondreSupprimer
  8. Géo

    Bonsoir

    Ne seraient ils pas plutôt des enfants Allahgene?
    Tu as bien raison,Corto,de soulever le problème,car,dans une vraie démocratie,il serait offert à tout citoyen Le droit de connaitre les chiffres réels de l immigration.
    En outre,on prendrait en considération l avenir des nationaux du pays,en évitant d accueillir des foules de gens inassimilables et dont les enfants scolarisés peuvent vite devenir un frein à l évolution des autochtones.
    Des tests d accueil sévères de tout arrivant devraient être mis en place(moralité,connaissance de la langue du pays d accueil,de son Histoire,ses institutions,domaines de compétence des parents,délais de mise à l épreuve si ils sont acceptés,etc...)pour dissuader les "velléitaires" et divers perturbateurs.
    Un organisme dit"humanitaire" peut prétendre à s occuper de tous les enfants,selon ses statuts,mais ce n est pas le rôle d un gouvernement responsable et digne de ce nom de s en préoccuper,car il doit penser d abord aux enfants du pays et à l avenir de son peuple dans un monde où les États ne se font pas de cadeaux,on peut le déplorer mais c est une réalité.
    Tout le reste n est que magouille où les enfants accueillis ne le sont la plupart du temps non pas parce que ce sont des enfants mais comme cheval de Troie(idem les Droits de l Homme)pour des buts inavouables et contraires a l intérêt national.

    RépondreSupprimer
  9. L'enfant me paraît un peu jeune pour être un allophone, il ne parle pas encore, mais il est sans aucun doute un allogène, qui est le contraire d'un autochtone. Sa mère est vraisemblablement une allophone et une allogène, qu'il convient de placer dans un xenodochium dans le sens grec ancien du nom.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
  10. Les enfants I-phones qui fallait comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Ces enfants seraient ils donc de si brillants halogènes pour l avenir de la France?

      Supprimer
  11. Avec "xenodochium" Le Nain vient de prendre quelques tailles... Chapeau! pas facile à placer dans la conversation, mais je ne sais pas si on peut l'employer dans le cas présent étant donné que ces "braves gens" ont vocation (comme dirait Bouffi 1er) à rester et non n'être que de passage...Hélas trois fois hélas!!!!
    Quant aux vrais chiffres nous ne les connaitrons jamais, nos salopards de gouvernants se débrouilleront pour les étouffer.
    GfB

    RépondreSupprimer
  12. Corto: tu debusques un lièvre elephantesque!
    Soit il y a une omerta gigantesque du gouvernement qui cache des chiffres de nature à effrayer nos concitoyens...
    Soit nos différents services sont incapables de dresser une physionomie precise du phénomène. ..Hormis ceux qui, en "bout de chaine",telle l'education nationale, sont en mesure de dresser des bilans precis en termes "d'usagers".
    Je crains fort que nous soyons dans la double situation suivante: ce qui nous sert de gouvernement NE VEUT RIEN DIRE, parce qu' 'il ne sait lui même PAS GRAND CHOSE...
    Et c'est dramatique;parce qu'il n'y a de fait plus aucun contrôle possible, ni sur le plan du terrorisme, ni en matière de planification d'accueils dignes de ce nom, de santé etc...
    Quoiqu'il en soit, tu as raison de souligner qu'il n'y a aucune cohérence entre tous les chiffres qui circulent ça et là.
    Au XXI siècle, nous assistons au naufrage d'une administration qui n'est plus efficace qu' 'en matière fiscale ou examen tatillon de notre respect de normes bruxelloise...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient