vendredi 8 mai 2015

Victoire de Cameron, défaite des médias et des instituts de sondage.


C'était il y a à peine deux mois. La quasi-totalité des médias français, globalement de gauche, nous l'avait annoncé Benjamin Netanyahu serait sans doute battu. Tous les sondages le prédisaient. Et comme tous les sondages le prédisaient, tous en chœur, ils reprirent le truc: Bibi serait battu. Et Bibi fut réélu. Et BFM, pour ne citer qu'elle, titrait " Benjamin Netanyahu sort grand vainqueur de ses élections ". Sans être un spécialiste de la politique israélienne, j'avais beau me creuser les méninges, je ne voyais vraiment pas pourquoi il aurait du être battu. J'étais donc surpris que tous nos médias puissent y croire... mais bon... ne sont-ils pas mieux informé que nous ?...

C'était dans l'air du temps avant d'atteindre depuis 3 ou 4 jours son paroxysme, au Royaume-Uni, la réélection de David Cameron semblait fortement compromise. Tous les instituts de sondage l'annonçaient, jamais depuis 30 ans, une élection s'annonçait si incertaine entre le Labour ( la gauche anglaise ) et les conservateurs ( la droite). Les médias français, arrangeant à leur sauce les résultats des sondages anglais, embrayaient et la quasi-totalité de ceux-ci nous l'ont dit: Ce serait juste, très, très juste, David Cameron, dans le meilleur des cas, devrait former une nouvelle coalition. Raté, David Cameron et le Parti conservateur ont été triomphalement réélus obtenant même la majorité absolue au parlement avec 331 élus. Euh... Ils disaient quoi les instituts de sondage ? Ils disaient quoi nos médias ? La leçon israélienne n'avait pas servi, tous ont fait confiance aux sondages et tous se sont plantés. Dans les grandes largeurs.

Pour Cameron, là aussi, je fus surpris par cet espèce d'unanimisme médiatique qui prévoyait une réélection de justesse, voire une défaite. Pourtant, il n'y avait pas besoin d'être grand clerc pour voir, même de ce côté de la Manche, que Cameron avait toutes les chances de l'emporter: Tous les clignotants économiques sont au vert, le chômage moitié moins élevé que chez nous, un Etat se désengageant de tous les secteurs où cela est possible, des entrepreneurs, petits ou grands, en pleine confiance, une croissance de 2,5%, une promesse phare de faire un référendum pour une éventuelle sortie de l'UE, un redressement sans précédent des dépenses publiques, j'en passe et des meilleures. Bref, les Anglais n'étant pas plus cons que la moyenne, reconnaissant de facto qu'un pays qui se réforme vraiment et structurellement est un pays qui gagne, ils devaient logiquement reconduire l'équipe qui gagne et c'est ce qu'ils firent.

Je me pose donc plusieurs questions pour lesquelles, je n'ai pas encore de réponses. Comment les instituts de sondage ont-ils pu à se point se planter ? Sauf à imaginer qu'acquis à la cause travailliste, ils aient cru bon de trafiquer quelque peu leurs estimations. Et comment les médias, britanniques et français (ailleurs je ne sais pas), ont-ils pu à ce point se fourvoyer en suivant les prédictions sondagières au lieu de regarder la réalité ? Sauf à imaginer qu'eux aussi, tout acquis à la cause travailliste, se laissèrent tenter par une tentative de manipulation grossière de l'opinion.

La troisième question étant bien entendu celle de la crédibilité des instituts de sondages: Comment, après deux échecs aussi flagrants, leur faire encore confiance ?

Et enfin, pour finir, peut-on espérer que  les leçons israélienne et britannique servent à quelque chose ici ? Nos médias vont-ils maintenant essayer de faire, par eux-mêmes, de vraies investigations et chercher à comprendre ce que veulent les électeurs ? Politiciens et électeurs vont-ils se mettre enfin à penser et agir par eux-mêmes, selon leurs convictions, sans se laisser influencer/manipuler par des instituts de sondage payés au prix fort ? Rien n'est moins sûr. Hélas.

Folie passagère 2766.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

31 commentaires:

  1. Je ne vois que Fillon aujourd'hui qui aurait les cojonès,il a déja d'ailleurs commencé,je pense qu'on devrait le suivre,et laisser tomber Sarko qui ne se sortira pas de toutes ses emmerdes judiciaires qui pourriront sa campagne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Zen aztec: Fillon ? Mon cher Zen que j apprécies beaucoup, permets moi sur ce coup là de ne pas te suivre. :)

      Supprimer
    2. @ Zen Aztec
      Fillon ?????
      Malheureux !!! Auriez-vous déjà oublié :
      1. Toutes les peaux de bananes qu'il a balancées sous les pieds de Sarkozy pendant la compagne présidentielle de 2012 ? Pile 3 ans !...
      2. Toutes les salo*eries qu'il a dégoisées depuis sur icelui ?
      3. Lorsqu'il se fit couill*ner dans les grandes largeurs par le truand J-R Copé, la façon dont il a joué les matadors devant les télés en jurant ses grands dieux qu'il était "DÉTERMINÉ à aller jusqu'au bout" ? Et comment il s'est mis à plat ventre devant le premier rictus de son pourfendeur, le grand tricheur- menteur-voleur-trafiqueur précité ? Celui qui, malgré sa virulence et ses méfaits, est bien loin de ressembler à un puissant chef d'état ou à nos "très chers" terroristes isl*mistes. Devant eux, aurait-il fait dans son froc ?
      4. De la même façon, il est "déterminé" à se présenter pour la prochaine présidentielle, avec ou sans primaire... Devant-nous comprendre "même s'il est blackboulé" ? Et ne pas oublier que, s'il se lève une légère brise, il se défroquera sans aucun doute une fois encore ?
      NON, merci. Les tocards, ça suffit.

      Malgré le point n°1, j'avais choisi de lui faire confiance face au Jean-Foutre Le Traître.
      Il n'a tenu ni ses promesses, ni la très courte route. Qu'il aille se faire voir chez plumeau.
      Côté nullitude, on a assez donné pour plusieurs siècles. PITIÉ pour la France. Et pour les Français...

      Supprimer
    3. On verra,pour moi Sarko est mort,il devrait rester tranquille il a la justice et les médias contre lui et un paquet de français qui ne veulent plus entendre parler de lui....Fillon malgré les broutilles que lui reproche Franzi est relativement neuf,et a deja eu des discours à la Cameron...je pense qu'l sera notre HEROS et Sarko devra s'effacer

      Supprimer
  2. Et Angela Merkel n'a-t-elle pas aussi eu droit à ces pessimistes prévisions ?

    Mon cher Corto, à l'instar de Franzi, je te félicite et te remercie pour tes billets, même si je ne commente plus autant (je te lis toujours avec plaisir, mais je trouve l'actualité et l'avenir trop sinistre pour en témoigner). Bises mon ami. Et sus à la propagande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al: oui sauf que Merkel, vu qu elle avait personne en face, personne n a cru qu elle pouvait se faire battre. Et pi franchement, hein, Merkel battue , mdr, elle est trop bonne et trop carrée !

      Je suis profondément attristé que tu commentes plus autant qu'avant même si je comprends, tes commentaires me manquent, je suis désespéré... ( ça va, j en fais pas trop là ? )

      Supprimer
  3. "Comment, après deux échecs aussi flagrants, leur faire encore confiance ?" Il annoncent que Hollande va être battu. Donc il va être réélu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. n a -t-il pas été appelé pendant longtemps monsieur 3%... avant d etre élu avec 51 % des suffrages exprimés...

      Supprimer
  4. Même réaction que toi, Corto ! Et ce soir, dans l'émission C'dans l'air, je regarde, par hasard 5 mn avant de zapper : ils avaient l'air de revenir d'un enterrement.
    De gros intérêts européens préoccupent ces gens-là... et nous ? Nous votons... encore...
    Mais s' ils pouvaient supprimer cette démocratie, ils seraient soulagés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @crisfi: têtes d enterrement ? ben c'est un peu normal, se résoudre a admettre qu un GVt de droite responsable soit capable de réformer en profondeur, sans coups férir ni grosses manifs, voila qui a de quoi les étouffer

      Supprimer
  5. Mais non ! Ils l'expliquaient très bien sur BFM :
    Ce ne sont pas les sondeurs qui se sont trompés. Ce sont les électeurs qui ont changé d'avis ou n'avaient pas osé dire qu'ils votaient à droite.
    Enfin, Corto ! Un sondeur ne se trompe jamais.
    D'ailleurs, Juppé est bien le préféré des Français, Hollande est bien à 20%, Aubry arrive 3ème après Juppé et Valls, le FN est à 30%. Et Sarkozy est rejeté par l'ensemble des Français.
    Il n'y a pas à revenir là-dessus. Non mais !

    Sur le fond, je rigole doucement après les sorties de Le Roux comparant les réformes de Commémorator avec Cameron. Ils en viennent même à s'écharper à gauche sur les raisons de la victoire. Un régal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Il faut dire que la veille, sur BFM, ils avaient la certitude d'avoir trouvé la raison de l'apparent rejet des tories, grâce à un sondage Odoxa : "Les anglais seraient comme les français, ils préféraient l'égalité et la sécurité, au libéralisme et l'emploi !".
      Amike

      Supprimer
    2. @gilly: comme tu dis, j ai même entendu un journaleux que les électeurs conservateurs n'avaient sans doute pas osé dire, peut être par honte, aux sondeurs qu ils votaient conservateurs ! Non, mais .. Non seulement les sondeurs ont été mauvais mais les commenteurs ont été encore pire. inutile que je n en ai pas entendu un dire " nous nous sommes trompés, nous nous sommes fait abuser "

      Amike: Odoxa .. marrant comment cet institut de sondage dirigé par un soutien officiel de Hollande en 2012 n'étonne personne et ait pu se faire une place au soleil des sondeurs si vite.

      Supprimer
  6. Corto, ce n'est pas sérieux : vous donnez la réponse à vos questions conclusives juste en-dessous. Avec le dessin qui illustre parfaitement le tout. ;o)))

    RépondreSupprimer
  7. Je crois savoir pourquoi les sondages se sont tellement trompés puisqu'ils nous disaient qu'aucun scrutin n'avait été si incertain depuis des lustres ... la preuve de la justesse de leurs prévisions : les conservateurs ont obtenu la majorité absolue ! si ça c'est pas se tromper alors qu'est ce que c'est ? La vérité c'est que les anglais ont le spectacle d'une France dirigée par une gauche tellement performante pour réformer efficacement la France que la majorité d'entre eux s'est dit avec prudence qu'il fallait mieux éviter ce que la France ( pauvre France ! ) supporte avec résignation depuis trois ans !!! d'où le fiasco des instituts de sondage !!!!!!! Le rayonnement de la France existe toujours !!! Ils sont pas fous les Grands Bretons !!! Et nous on garde Hollande et ses sbires ....!!! En attendant d'avoir le choix ! Marguerite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marguerite: nettement moins cons en effet les rosbeefs, ils savent reconnaitre une équipe qui gagne ! :)

      Supprimer
  8. Les Anglais ont simplement pris notes des sondages qui laissaient entrevoir un gouvernement de coalision Travailliste-SNP où celui-ci, quémandeurs pronant l'indépendance de l'Écosse, aurait faire du chanter le reste du Royaume-Uni. Ca explique aussi le lessivage du LIB-DEM et le relativement faible résultat de l'UKIP et même du Labour. Je suis aussi d'avis que c'était la principale menace à combattre et je remercie les sondeurs qui nous en ont informé à temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @réal:! apparemment tu vis là bas car ici ce n'estpas du tout ces sons de cloches que nous avons entendu de la part de nos médias qui en gros annonçaient une éventuelle défaite de Cameron, sans doute une forte poussée de UKIP et une présence renforcée de SNP, c'est la traduction par eux des sondages :) On se marre quand on voit les résultats

      Supprimer
  9. Bonsoir.Sans chercher plus avant à commenter le fiasco des sondages (nuls ou manipulés, ou les deux...) tu poses à la fin de ton billet trois questions essentielles me semble- t- il:
    1).Les médias: doivent ils" faire de vraies investigations et chercher à savoir ce que veulent les électeurs" ? Investigations, oui, mais sur des sujets précis, pour en tirer, le cas échéant,des idées sur ce que "veulent " les électeurs OK. Ce qui permet d 'éclairer des débats.Quant à estimer ce que les électeurs "vont faire", cela relève des instituts de sondage (en espérant qu 'ils sont bons et non manipulés...) et non des médias, selon moi.
    2)les politiciens.S' ils ont des convictions, et les cojones pour les défendre, ils ne doivent pas se laisser infléchir par les sondages, mais normalement appliquer le programme sur lequel ils sont censés avoir été élus.Leur élection sur la totalité de l 'électorat valant quand même, quelque part, mieux que le sondage d 'un échantillon...
    3)les électeurs: s 'ils attendent les résultats des sondages pour voter comme leurs voisins (ou contre leurs voisins ), ils ne méritent pas de vivre en démocratie...
    Mes deux dernières remarques étant, j 'en conviens , assez idéalistes...Où sont passés les De Gaule ou les Mendès, qui allaient au bout de leurs idées, quitte à claquer la porte s 'ils étaient désavoués? L 'unique programme de nos actuels dirigeants est devenu l' espoir d 'une réélection...et quand je vois la publication , deux ans à l ' avance de sondages sur trente six cas de figure en 2017, je crie au foutage de gueule le plus complet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gridou bien sur que c'est du foutage de gueule mais et d une ça fait fonctionner les sondeurs et de deux ça permet aux politiques d agencer leurs discours en fonction, sans compter la manipulation de l opinion
      Sur ton 2) Cameron a tenu ses engagements, il a eu les résultats qu il prévoyait: il est réélu triomphalement. Tout semble logique, donc, sauf pour les sondeurs et les médias qui se contentent de les reprendre sans esprit critique

      Supprimer
    2. Les sondages devraient être comme les statistiques ethniques/religieuses (largement employés sous le manteau), pas divulgués dans la "presse d'information", ou alors l'inverse, laisser les gens juger des stats etheniques mais ça pourrait là aussi orienter

      . Quand à la démocratie, c'est juste une vaste fumisterie, il y a 50 % des gens qui l'on compris et vont à la peche, 25 % qui bien que votant se retrouve avec un ou deux élus et monsieur 3% dirige la france. Quand il parle on dirait un attardé, même le timbre de sa voix, quand je pense qu'il a acces à l'espace mercure...

      Supprimer
  10. marianne ARNAUD9 mai 2015 à 01:19:00

    Que ce soit en 1940 ou aujourd'hui, mon cher Corto, on peut dire que les British, décidément, nous étonneront toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: qu y a t il d étonnant, mis à part pour les médias, à ce qu un mec qui réussit et qui tient ses promesses soit réélu ? :)

      Supprimer
  11. Cameron suite , j'apprends * avec fierté* que Président à téléphoner à Cameron pour lui faire le leçon perso je pense que l'inverse serait la bienvenue .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après les journaleux, il l'a même recadré. Rien que ça !

      Supprimer
    2. @Claude Henri: grotesque la déclaration de président ! Dire à Cameron qu il y a des règles a respecter au niveau européen alors que lui ne les respecte pas ! Dire qu il y a la libre circulation et oublier que l'angleterre n'est pas Schengen ni euro, faut le faire, ce Président est vraiment une qiche

      Supprimer
    3. Le français, parait-il, adore donner des leçons à tout le monde.
      Le socialiste français connait la vérité absolue qui doit s'appliquer à tous.
      Donc un socialiste français ne peut que donner des leçons péremptoires (et particulièrement à ceux qui réussissent là où il a échoué).
      Ce serait d'ailleurs bien qu'en cas d'échec patent à une élection nos politiques fassent comme M. Miliband. C'est ce qu'avait fait Mongénéral. Les politiques anglais sont peut-être restés churchilliens alors que les français n'ont plus rien de gaulliens. Ils ne reconnaissent plus qu'une seule sonnerie :
      http://musique2rh.free.fr/sonneries/soupe.mp3

      Droopyx

      Supprimer
  12. Ils ne se sont pas trompés. Ah, quoi servent les sondage ? A influencer le vote, à faire de la propagande, à prendre ses désirs pour la réalité, à alimenter les chroniques et les articles des journalistes (de gauche).
    Depuis que j'ai compris ça tout s'éclaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @brindamour: je crians qu il n y ait pas beaucoup de Français et encore moins de médias à avoir trouvé la lumière :)

      Supprimer
  13. Le New York Times fait remarquer que, de façon générale, les bookmakers sont beaucoup plus fiables que les instituts de sondage. Pour cette élection ils donnaient Cameron gagnant à 6 contre 1.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen