mardi 10 novembre 2015

Tout craque... Le désastre ne peut plus être maquillé...


C'est assez curieux, je n'ai jamais été un grand fan de Philippe de Villiers. Puis j'ai lu, il y a quelques semaines, son Roman de Jeanne d'Arc et refermé aujourd'hui Le moment est venu de vous dire ce que j'ai vu. Pour ce dernier, il y a une précaution à prendre: Vous assurer que rien ou presque ne viendra interrompre votre lecture. Le genre de bouquin qui ne se lâche qu'une fois la dernière page lue.
" Je suis entré en politique par effraction. Et j'en suis sorti avec le dégoût. Aujourd'hui je la déteste. Elle m'a fait mal. A force de croiser le mensonge, on se sent soi-même contaminé, atteint par le regard des gens, on a l'âme blessée par tant de turpitude, dans ce monde où la trahison est comme le retour naturel de l'amitié.  
Je suis parti comme j'étais arrivé. Du jour ou lendemain. On dit tellement que jamais les politiciens ne quittent la scène et qu'ils s'accrochent à leurs mandats ! Je voulais témoigner du contraire: La politique n'est pas un état mais un service.
Le temps a passé. La mascarade a continué, au détriment du peuple. 
Ceux qui disaient la vérité sont tous partis. Sur la place publique, répandant leur faconde, ne demeurent que les faussaires et ludions médiatiques, à l'avant du décor. 
En coulisse, il m'a été donné d'observer leur manège. J'ai vu, de mes yeux vus, rougir les fers dont seraient forgés, au fil de leurs échecs, les tromperies à venir de tous ces liquidateurs qui ont partie liée. J'ai vu s'agiter la crapaudaille.
L'arrogance avec laquelle les cupides de ce petit monde glauque jouent des crédulités du peuple donne des hauts-le-cœur.
Il m'a semblé que le moment était venu de raconter les grands ébranlements auxquels j'ai assisté, désolé, impuissant. Nous avons changé d'époque: Si les faussaires font sortir encore et encore, de leurs mains agiles, de nouvelles illusions, le peuple a cessé de les croire.
Tout craque. L'horizon se charge, les nuages s’épaississent. Le désastre ne peut plus être maquillé, il est trop visible, trop spectaculaire: Il touche à la vie des plus simples. Partout monte, chez les Français, le sentiment de dépossession.
Nous sommes entrés dans le temps où l'imposture n'a plus ni ressource ni réserve. La classe politique va connaître le chaos. Elle a déclassé la France, elle l'a précipitée dans une impasse alors qu'elle avait mandat de la rétablir en sa grandeur. Et le peuple s'en est aperçu. Mais les politiques ne sont pas seuls responsables. Ils ont pu s'appuyer sur des alliés utiles dans le monde économique, médiatique, associatif, etc... parmi toutes ces élites en révolte... contre le peuple.
Il n'y a plus ni précautions à prendre, ni personne à ménager. Il faut que les Français sachent.
(...)
Il va falloir encore descendre et endurer, Soltjenitsyne nous a prévenu. Nous avons été moqués, piétinés, humiliés, caricaturés. Mais les peuples commencent à ouvrir les yeux. 
La souffrance permet toutes les rédemptions à ceux qui luttent contre elles. La Providence a déposé dans nos coeurs de Français une sémantique allégorique: Dans le mot " souffrance ", il y a encore le mot " France ". Le temps est revenu, de la résistance française. Gesta dei per Francos. " 


Philippe de Villiers, Le moment est venu de vous dire ce que j'ai vu, Albin Michel.

Folie passagère 2965.
Résultat de recherche d'images pour "le moment est venu de dire ce que j'ai vu"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

33 commentaires:

  1. Bonjour, c'est bien beau tout çà, mais qui est responsable de ce désastre annoncé? Eh bien je persiste et je signe, c'est nous tous in-di-vi-du-elle-ment à être rester dans un confort petit-bourgeois pendant des décennies et à avoir installer toutes ces crapules avec notre bénédiction....Juste le laxisme et le je m en foutisme ; bientôt le mot de Churchill 'du sang et des larmes' va s'appliquer à la lettre et quelque part, on l'aura un peu mérité...Enfin moi à 20a j'étais conseiller municipal d'une grosse ville du 92 et je passe ma vie à l'ouvrir quand je me trouve face à une justice, une aberration...On est combien?
    Matador

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. injustice lol pas justice
      matador

      Supprimer
    2. @Matador: Ah mais attention, nous sommes bien d accord et je l'écris régulièrement: Nous avons les élus que nous méritons. Après, on fait quoi ? De Villiers, Zemmour, Finkie, Onfray et quelques autres ont tous publiés des livres-constats et ce qui me rassure c'est qu ils ont tous eu un succès retentissant. Preuve s'il en est que quelque chose bouge en ce moment. Les langues se délient, le peuple en a marre - le succès du FN en est une expression - , les élections régionales s annoncent comme une superbe déculottée pour le PS... Y a de quoi espérer. Perso, je ne laisse plus rien passer au quotidien et je me suis "engagé" en politique quand tant d autres décident de ne plus voter. Le peuple est mécontent et il le fait savoir de plus en plus. reste a savoir si cela sera suffisant pour que les politiciens changent de comportement. pas gagné, mais on peut esperer

      Supprimer
    3. Corto, "les élections régionales s annoncent comme une superbe déculottée pour le PS... Y a de quoi espérer" écris-tu. J'aimerais être d'accord avec toi et mon apéro, l'heure venue, sera spécialement savoureux, osé-je espérer. Mais cet espoir est bien fade : quelles sont les propositions réalistes et justes, précisément ? Quelle bonne idée (laquelle, hein) ne sera pas systématiquement vérolée par le premier néfaste venu, soucieux de protéger les prébendes du confort paisible bien-pensant ?

      Supprimer
  2. Corto:je suis en train de lire ce livre. Tu as eu mille fois raison de citer ce texte! Il est hélas le parfait résumé de la classe politique actuelle.
    Je diverge, mais essaie de vérifier si Flor Machin a effectivement sucré les subventions à "Valeurs Actuelles".
    Parce que si c'est exact, elle incarne tout ce que de Villiers déclare vomir dans son livre...
    Et que j'espère que tous les gens qui croient encore à un certain nombre de valeurs morales, qu 'elles soient de gauche ou bien de droite, s' élèveront contre cette infâmie, si elle s' avére exacte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gridou: Non Fleur de nave n a pas encore sucré les subventions puisque pour cela il faudrait une loi. Mais elle y réflechit, le truc est en route. A suivre. ceci dit pour les subventions à la presse, perso, je suis pour leur suppressions totales et pour tout le monde.

      Supprimer
    2. Il faudrait surtout que Valeurs Actuelles en touche pour qu'on puisse envisager de les supprimer. Or, V.A est un des rares journaux qui vit de la vente de ses journaux et des recettes publicitaires. Combien de canards, à part Minute, et dans une moindre mesure, Rivarol et Présent qui compte tenu de leur faible tirage ne jouent pas dans la même cour, peuvent se vanter de se passer de la manne étatique ? je gage que c'est cela qui doit les faire bisquer.

      Supprimer
    3. @Koltchak: ah désolé, VA ne touche peut etre pas d aides directes, mais ils ont touché en 2013, je n ai pas trouvé pour 2014, 1 083 788 euros de compensation de tarif postal.

      Supprimer
    4. Effectivement, mais c'est une disposition qui vaut pour toute la presse nationale et régionale. Ce n'est pas à proprement parler une subvention au sens où celles qui sont accordées servent à compenser, autant que possible, la mévente des différents titres. Sans ces subsides les 3/4 de la presse mettrait la clef sous la porte.

      Supprimer
    5. Corto :tous renseignements pris, VA ne bénéficiera pas d'une subvention nouvelle destinée à des hebdos dont les ressources ne proviennent que de 25% de la pub.
      Au prétexte qu'il a été condamné pour incitation à la haine raciale depuis moins de 5 ans. Je rappelle en passant que même le Monde avait eu droit à cette peine en 99...
      Rien à voir avec une loi donc...
      Reste que je m'etonne que cette mesure suscite si peu d'echos... Et que tu n'y trouves rien à redire. VA demeure pratiquement le seul journal de droite capable de nous informer sur ce que bien d'autres journaux grassement subventionnes nos cachent.

      Supprimer
  3. Maintenant que tout le monde est d'accord sur l'état des lieux, on fait quoi?

    Le Page

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le Page: j ai quelques idées comme par exemple aller massivement voter, y compris voter blanc, plutôt que de se satisfaire d une abstention, abstention qui ravit les politiques tant que nous, électeurs, nous la jugeons acceptable. Ou alors a contrario: massivement ne plus aller voter. Quand l abstention atteindra des records devenus injustifiables, ils réagiront.

      Supprimer
  4. Jamais trop aimé de Villiers mais tu m'as mis l'eau à la bouche bien que nous savons tous que depuis quelques décennies il y a deux mondes en France , les politiques et ceux qui mangent dans la même gamelle et les besogneux , ceux qui les nourrissent .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: tu peux l acheter, tu ne seras pas déçu. maintenant, je suis d accord avec Matador, ce livre est un constat, il ne faut donc rien en attendre de plus. C'est aux politiques, ils sont payés et élus pour cela, de proposer des solutions. On s en satisfait ou non , si non, ... et bien ça fait 30 ans qu on continue de voter pour eux.

      Perso, moi aussi je n accroche pas trop avec le bonhomme. Mais son bouquin est un témoignage interessant.

      Supprimer
  5. Le livre de Philippe de Villiers est effectivement passionnant, mon cher Corto, et je comprends son succès. En revanche je suis assez choquée que certains veulent le faire revenir en politique histoire de scier la branche de Marine Le Pen, disant qu'il y a un espace, à droite, entre les Républicains et le FN. Je ne pense pas qu'il ait écrit ce livre pour revenir dans l'arène et surtout pas, me semble-t-il, pour entrer dans les petits calculs de "politicaillerie" qu'il dénonce justement dans son livre. S'il le faisait, il se trouverait ipso facto au même rang que ceux qu'il a pris tant de peine à critiquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Et le premier a avoir sauté sur l occasion est Aymeric Chauprade qui hier soir annonçait son souhait de le voir revenir en politique. Alors nous verrons, dans les semaines a venir ce que vaut de Villiers: ne plus aller patauger dans la crapaudaille ou s y replonger... Wait & see.

      Supprimer
  6. bonsoir corto, j'ai beaucoup aimé ce livre.. sincére.
    retrouver les murs porteurs.. je ne sais pas comment on va faire. Rentrer en dissidence, c'est deja dire la vérité..
    anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anne: retrouver les murs porteurs... il serait temps vu que tout s écroule, va falloir étayer rapido ou finir sous la masse.

      Supprimer
  7. Bonsoir Corto,

    J'éprouve un sentiment mitigé envers Philippe de Villiers. Je sais et je vois au quotidien ce que le département de la Vendée lui doit (je suis natif du coeur du bocage et je connais bien la saga du Puy du Fou) mais certains aspects de ses croisades passées me gênent un peu aux entournures. Pourtant, et c'est assez rare pour le souligner tellement la classe politique m'indispose, j'avais envie de lire ce livre. Ton billet me donne envie d'aller plus loin. J'ai côtoyé de trop près et trop haut l'oligarchie qui nous entraîne dans l'abîme aussi je ne suis pas surpris de lire ces lignes mais, avec l'équipe au pouvoir qui semble s'être donne le mot pour détruire ce pays, on touche le fond.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H:je n aime pas particulièrement de Villiers et puis comme écrit, j ai lu son livre sur Jeanne d'Arc puis celui-ci et je dois dire que je me surprends a trouver le bonhomme intéressant. Après, moi aussi, j ai cotoyé et cotoie encore un peu de ces " gens-là " et je suis surpris de constater que quelques uns commencent a sentir que le vent tourne et qu il est temps.de redresser la barre. Les laissera-t-on ? toute la question est là

      Supprimer
  8. le passage sur le financement des sondages est éloquent.

    Aujourd'hui, encore une news yahoo alimenté par un sondage publié par l'Express vantant les mérites de jUppé vu comme "un bon président" par "47% des Français.
    Question : qui paye ces pu...ns de sondage? Le micro-parti de financement e jUppé?

    Bande de crevures.

    Popeye

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @popeye: et le premier chapitre alors sur son intervention à l'Heure de Vérité interrogé par Ivan Levaï ? Il est pas mal non plus, dès ce moment, il dit tout de ce que peut etre vérolé la corpo des journaleux.

      Pour Jupé, t as noté aussi, le candidat idéal de toute une partie de la gauche molle , et odnc des journalistes, journalistes ayant compris la vacuité de Hollande et qui n ont qu une angoisse le retour de Sarko

      Supprimer
  9. Je n'ai pas voulu le commencer maintenant, j'ai déjà le dernier Finkielkraut à finir, qui ne manque pas d'intérêt. Mais en lisant un passage ou deux pour tromper mon impatience, j'ai eu du mal à le lâcher. Non seulement il écrit bien, mais j'y trouve les pièces qui me manquaient pour comprendre le grand puzzle. Et ça s'emboite nickel. Lumineux!
    Marrant de voir comme cette tête de turc des guignols de l'info (il y a belle lurette que je ne regarde plus ce programme pour beaufs branchés) est devenu populaire auprès des français.
    Alfred

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alfred: le bouquin de Finkie est excellent et sans doute un des plus accessibles au grand public qu il ait écrit

      Supprimer
  10. Bravo à toi qui cites de Villiers et à de Villiers pour avoir écrit ça. Et après? Le peuple? De puis le temps qu'on lui bourre le crâne pour qu'il ait honte de penser ce qu'il pense, je crois que c'est définitivement foutu.
    Bonne journée quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pangloss: définitivement foutu, peut etre pas. Les langues se délient, les intello de " droite " ont totalement éclipsé ceux de gauche, les chroniqueurs " réac " ont la côte ,le FN est au plus haut ( ce qui ne me satisfait pas, hollande est au plus bas, les enquêtes montrent qu il y a un renouveau chez les cathos, en particuliers,les jeunes, etc... a suivre, ça va être interessant dans les mois à venir. On verra si le " peuple " se laisse encore endormir

      Supprimer
  11. Le plaisir de lire l'ouvrage de De Villiers est assombri par un sentiment d'impuissance et la question taraudante : comment redresser la France que des destructeurs nuisibles ont mis dans l'état lamentable ou elle se trouve ? Quand on a passé des decennies à distribuer le pouvoir à l'UE elle même sous influence des EU, comment reconstruire les murs porteurs d'une maison qui n'est plus la nôtre et qui est de plus en plus habitée par des Français qui détestent leur pays parce-que c'est ce que l'on leur appris à faire. Je note dans les différents blogs que je lis des contradictions qui me mettent mal à l'aise sur les possibilités de sortir du piège de la fausse alternance
    Le retour de De Villiers en politique, je n'y crois pas , mais que certains manipulent pour y faire croire, voilà qui ne m'étonne pas. On va assister aux grandes manoeuvres dans les mois qui viennent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Nina: bien d accord avec toi quand tu évoques ce sentiment d impuissance

      Supprimer
  12. Merci Corto.
    Comme vous, je n'ai jamais apprécié le personnage.
    Pourtant, comme H, j'ai apprécié ce qu'il a fait pour sa région ; notamment le Puy du Fou.
    Je n'en avais pas l'intention, mais vous m'avez donné envie de lire ce livre. Que je vais aller acheter dès demain...
    Merci beaucoup.

    Ceci dit, moi aussi, je crains que les murs ne soient déjà trop effondrés pour pouvoir encore sauver quelque chose.
    Ou alors, il faudrait mettre un sacré coup de balai et se retrousser sérieusement les manches...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Franzi: se retrousser les manches oui, sauf que je suis un peu comme Nina: sentiment dimpuisssance

      Supprimer
    2. @ Corto
      Ne pas oublier : D'ABORD le grand coup de balai. ;-)
      À part ça, pour moi aussi, un grand sentiment d'impuissance. Hélas !

      Supprimer
  13. Je vais peut-être l'acheter. Vous l'avez bien vendu ;-)
    Sinon, pour la citation finale il faut écrire "Gesta" et non "Geta".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pharamond: bien vendu peut etre mais je n ai rien touché pour cela ! :)

      oups exact, je corrige

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen