mardi 9 février 2016

Etat d'urgence ou dérive sécuritaire...

Hier soir donc, les députés ont adopté à une large majorité l'article 1 du texte visant à intégrer l'état d'urgence dans la constitution. Nous passerons sur cette habitude bien française qui veut que l'on modifie régulièrement la dite-constitution...

Une large majorité, disais-je car c'en est une, pensez donc: sur 577 députés, 103 ont voté "pour", 26 "contre " et 7 se sont abstenus.  C'est donc bien à une large majorité que l'article a été adopté. Mais, où étaient donc les 441 députés absents ? Aux fraises ? Au dodo ? Chez Michou ? Dans leurs circonscriptions ? Peu importe, ils n'étaient pas là pour voter la première partie d'un texte que l'on nous présente depuis des semaines comme suffisamment fondamental pour qu'il soit inscrit dans notre loi... fondamentale: la Constitution. 

Vous noterez au passage que les députés gauchistes en ont profité pour faire adopter, en loucedé et contre l'avis du gouvernement, un amendement à cet article, amendement qui prévoit que pendant l'état d'urgence, l'assemblée nationale ne peut être dissoute... Comme c'est pratique...

Alors vous me direz, ce n'est pas bien grave qu'il fussent si peu nombreux, l'important étant que lors du vote final incluant l'article sur la déchéance de nationalité qui aura lieu on ne sait quand, la totalité de nos représentants soient présents. Vous aurez raison mais bon, n'y a-t-il pas foutage de gueule à nous présenter ce texte comme hyper important pour notre sécurité à tous et s'apercevoir qu'à peine un quart des députés se sont déplacés ? je vous laisse juge...

Mais revenons à cet état d'urgence en passe de constitutionnalisation et en vigueur dans notre pays depuis bientôt 3 mois et dont on nous laisse penser que l'on n'est pas prêt d'en sortir... Voyez-vous, perso, le truc m'inquiète: un état d'exception - parce qu'il s'agit bien de cela avec l'état d'urgence - peut-il devenir la règle ? Certes, pour la période post-attentat, il se justifiait mais depuis...

Depuis, et bien depuis, la police et l'autorité administrative ont pu en toute liberté pratiquer 3 320 perquisitions, la moitie pendant les 15 premiers jours, 560 armes ont été saisies (soit 0,16 arme par perquise) et 407 assignations à résidence prononcées (y compris des écolos pas bien dangereux) dont 314 sont encore en cours. A partir de ces 3 320 perquises, seules 571 procédures judiciaires ont été ouvertes dont uniquement 5 pour des faits possiblement liés au terrorisme ! 5 ! ( sources: La Croix et ministère de l'Intérieur). 5 enquêtes pour 8 250 individus radicalisés en France, voici un bilan bien maigre, il me semble. Les gentils diront que c'est déjà ça, les nauséabonds diront tout ça pour ça... A vous de voir.

Étrangement, aucune statistique n'est disponible sur le nombre de demandes d'autorisation de manifestations déposées et refusées pour cause d'état d'urgence... Parce que voilà bien ce qui me dérange avec cet état d'urgence: Il est le meilleur moyen de museler toute opposition. Le pouvoir actuel a désormais la possibilité de décider en toute liberté d'interdire tout projet de manifestation qui ne lui conviendrait pas au seul motif de l'état d'urgence. Mieux, et le sinistre de l’intérieur vient de le confirmer devant le Sénat, un préfet, aux ordres direct du gouvernement, pourra même décider que tel endroit, telle place, telle zone géographique pourront être interdits à la circulation, à la promenade, au rassemblement de plusieurs personnes, etc... ces zones seront dénommées zone de protection et de sécurité, zones dans lequel le préfet aura la possibilité d'interdire l'entrée à quiconque " pouvant menacer l'ordre public " ! Circulez, y a rien à voir ! Même l'armée pourra se saisir de crimes et de délits sans intervention préalable d'un juge. Cerise sur le gâteau, toute personne ne voulant pas se plier aux règles édictées sera passible de deux mois de prison ferme et jusqu'à 3 000 euros d'amende.

Avouez que tout cela ne présage rien de bon pour nos libertés individuelles et collectives, non ? Avouez qu'à 15 mois d'une élection présidentielle périlleuse pour le pouvoir en place, le fait de pouvoir interdire toute manifestation d'une quelconque opposition est bien pratique. Si à toutes ces mesures " état d'urgence ", vous ajoutez toutes les autres, la Loi Renseignement, la surveillance accrue d'internet, la reprise en main par les gauchistes de tout l'audiovisuel public, etc... on est en droit de se demander si la seule préoccupation d'un risque terroriste imminent préside uniquement à cette institutionnalisation de l'état d'urgence...

L'hystérique de Matignon, créateur d'ambiances anxiogènes s'il en est, l'a confirmé: il faudra prolonger cet état d'urgence tant qu'il y aura péril imminent. Peu de temps avant, il déclarait que nous étions en guerre et que celle-ci durerait longtemps. Autant dire que, dans la tête du bonhomme, cet état d'urgence devrait être prolongé sine die. Il devrait d'ailleurs être encore prolongé pour 3 mois à compter du 26 février !

Et voilà comment avec un péril que l'on nous dit imminent on instaure l'état d'urgence permanent. Tout cela ne me plait pas du tout. Je note même que, à ma connaissance, parmi toutes les démocraties comparables à la notre et soumises elles aussi au risque terroriste imminent, aucune ne s'est dotée dernièrement d'un tel arsenal répressif législatif.

Dernièrement, un (très) haut fonctionnaire du ministère de l'intérieur, invité à l'un de nos déjeuners de blogueurs, nous conseillait de créer une association de défense des blogueurs, vous pourriez en avoir besoin qu'il disait. L'idée fait son chemin mais je crains que cela ne soit pas suffisant...

Folie passagère 3058.
Afficher l'image d'origine
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

27 commentaires:

  1. La seule question qui vaille que nous nous posions, mon cher Corto, c'est : est-ce que nous sommes encore en démocratie ? Demandez-donc à votre très-haut ce qu'il en pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: ce qu il nous a dit ne laissait aucun doute sur ce qu il pense et ce n'était pas très joli

      Supprimer
    2. Comme le film Brazil de Terry Gilliam était visionnaire...

      Supprimer
  2. Et il y a toujours des Kalach à Marseille.
    Marie-France

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Marie France: à Marseille, à Toulouse, à Lyon... un peu partout. A toulouse, tu peux en avoir une pour 2000 euros

      Supprimer
  3. C'est ce que j'ai dit dans ton blog qui traitait " Ils ont embarqué le Général ! " Pas à pas nous allons vers une dictature qui cache son nom sous couvert de risque terroriste , les 14 mois qui viennent risque d'être décisif pour notre liberté d'expression .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: bien pratique ce risque terroriste, bien réel cependant, à quelques mois des élections. Notre liberté d expression, elle se réduit comme peau de chagrin, petit a petit.

      Supprimer
  4. Géo

    Bonsoir

    Cet état d urgence permanent est institué à mon sens pour réprimer tout mouvement populaire qui s élèvera contre les mesures d austérité prévues dans les projets de l u.e. concernant la France,mais aussi,évidemment,contre toute opposition constructive envers un régime qui a perdu toute légitimité et veut garder le pouvoir.
    La démocratie française est confisquée au profit d une dictature rampante de magouilleurs hostiles à la liberté et à la propriété individuelles,dictature qui s étend au delà des frontières du pays.
    Hollande et sa horde sont des commis d un système plus vaste de répression des populations.
    Ça ne va pas bien se passer,on peut entendre les réflexions des gens sur les marchés et dans les lieux populaires,la colère monte,bloquer les blogueurs,discréditer internet avec des clowns ridicules et indigestes et leur théorie du complot ne suffira pas.
    Trop de problèmes dans ce pays pour les résoudre par la manière forte,qui est signe de faiblesse d un pouvoir en perdition.

    (même en Asie,on sait que la France dégringole aussi sur le plan des libertés)

    Un parallèle à faire avec l Histoire actuelle.
    La faillite de la Kreditenstal(Rothchild)1931.
    A ruiné quantité de gens et a préparé le terrain aux dictatures,sur fond d antisémitisme.
    Discrédit des classes politiques.
    L incendie du Reichtag,téleguidé par les nazis,une excuse pour confisquer la démocratie.
    Obscurantisme,montée des superstitions et de l irrationnel...
    De nos jours:
    Le système financier vacille,l économie est sinistrée un maximum,les prélèvements obligatoires sont à un niveau record.
    Les actes terroristes du fait du laxisme complice des dirigeants,l obsurantisme religieux d un autre age qui a refait surface,les conflits raciaux volontairement encouragés par les gouvernants,tout un contexte idéal pour l instauration de régimes confiscatoires des libertés et des biens des gens.
    A epoque,des riches financiers anglo saxons finançaient les nazis.
    Actuellement,c est bce et fmi qui financent des États d Europe avec leur monnaie de singe.
    Les dictatures et les petits K.fards associés ,la brutalité policiere contre les libertés,naissent sur un support économique et financier délabré.
    C est toujours la même histoire,des canailles répriment les libertés fondamentales en tirant prétexte de faits qu elles ont orchestrés ou laissé se produire.
    Rien de légitime dans ces mesures répressives.
    Que penser de politiques qui laissent dériver les choses,y compris dans l opposition classique(connivence)et qui sont au complet seulement quand une paire de seins généreux se pointe a l Assemblée?
    On pourra me dire que voir les tronches de Touraine ou Benbassa et compagnie dans les assemblées peut causer la lassitude et l uniformité dans la monotonie des formes,
    Ce n est pas une excuse.

    Perso,j aimerais écrire de bonnes nouvelles,aussi sur le front économique ou financier à défaut de critiquer en mal,trouver des choses valables chez les gouvernants malgré tout,
    Eh bien je n en trouve pas car c est vraiment mauvais il leur faut tout revoir c est lamentable.
    Alors essayer de pallier à ça par la répression,quelle médiocrité.
    Ça n a jamais réussi très longtemps,mais ils s obstinent!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Géo: et bien, a ma grande surprise, j ai écouté aujourd'hui Bembassa que je ne peux pas piffer et pour une fois, j étais d accord avec.

      Supprimer
    2. Géo

      @Corto

      Eh bien,soit elle est touchée par la grâce,soit l avenir se presente tellement mal qu à un tel niveau certains commenceraient à tenir des discours de vérité?
      Je crois que les dirigeants,au delà de leur goût pour les prébendes,sont paumés et sentent bien qu ils sont adossés à une montagne proche de l avalanche .
      (Finances et économie)


      Supprimer
  5. La manière dont on est gouverné actuellement fait appel à beaucoup de la stratégie de la manipulation des masses, faire peur et faire passer des lois liberticides. Aujourd'hui encore, Valls en a rajouté une couche en affirmant que les risques d'attentats étaient plus important que le 13 novembre 2015... Style, on vous enferme en prison, mais c'est pour mieux vous garder mes enfants.
    Dire que je suis inquiète est ridicule, je suis vraiment très très inquiète, sous le pretexte de notre sécurité, on rogne de plus en plus nos libertés et le pouvoir a des armes de plus en plus totales pour nous réduire au silence, sites et blogs pouvant être supprimés sans passage par la case justice..
    J'ignore si cet enfermement va encore progresser, mais lorsqu'on lit que 74% (j'adore 74, pas 75, ça fait trop manipulé) des français veulent une prolongation de l'état d'urgence, je me dis, que si c'est vrai, les français sont de vrais moutons, ils ont peur, car on a crié au loup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ladywatterloo: 74% des Français...je rigole, encore faudrait-il qu on eur explique ce qu il se passe a ces soi-disant 74%. On est entrain de se faire enfumer grandiose avec cette histoire d état d'urgence. L effet de surprise est terminé, cela fait trois mois que les terroristes potentiels ont compris que la surveillance etait renforcé alors autant dire, comme pour la déchéance, ils n en ont rien à cirer de cet état d urgence. par contre c'est tout benef pour le GVT = silence dans les rangs et fermez là !

      Supprimer
  6. Bonsoir Corto,

    La manœuvre était cousue de fil blanc et pourtant elle a fonctionné. Je serai Manolito Consternator, je serai content. La classe politique m'écœure complètement. On modifie la Constitution et ils sont à peine 1/5 présents et après, ils souhaiteraient qu'on vote. Je ne serai plus jamais complice de cette engeance. Profitons, pendant qu'on en a encore le droit, de l'espace de liberté que nous offre le net. Ce ne devrait pas durer encore longtemps.

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: El Caudillo et Président doivent, malgré quelques frayeurs, se régaler. Ils ont semé la zizanie dans leur propre camp et quasi-rassemblé la droite. Chapeau bas !

      Supprimer
  7. C'est leur faiblesse qui les pousse à ça...un état fort n'a pas besoin de ce genre d'artifice, la loi normale,qu'il fait respecter, suffit...
    Leur criante incompétence, et l'absence de résultats qui va avec, nourrit chaque jour cette faiblesse. Ceci les rend extrêmement dangereux. Ils sont acculés sur tous les fronts et leur seule possibilité d'avoir l'air fort, c'est de museler le pays...
    Quant à "la représentation nationale", elle est en dessous de tout. On nous vend un truc de la plus haute importance et on le vote en petit comité...démocratie bien malade...
    Et les Français qui en redemandent...ces pauvres enfants effrayés se réfugient dans les jupes de l'état d'urgence...vont pas être déçus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Si j en crois quelques spécialistes , que ce soit pour l état d urgence ou pour la déchéance il y avait nul besoin de modifier la constitution. Mais on y va quand même ! enfumage toujours, pednant ce temps là on ne parle pas du reste et au passage on glisse lentement vers le muselage de toute opposition.
      Les Français sont des veaux sauf à considérer qu ils aient d autres chats à fouetter que de s occuper de ces guignolades parisiennes

      Supprimer
  8. sur ce qui arrive à ce pays, lire ce billet: http://www.les-crises.fr/le-totalitarisme-inverse-par-sheldon-wolin/

    RépondreSupprimer
  9. D'ici que ces fangeux au nom de la sécurité reporte les la Présidentielle et les Législatives.
    Ne haussez pas les épaules, ils sont capables de tout.
    Je vais peut-être demander l'asile politique à la Corée du Nord.

    RépondreSupprimer
  10. Valls tient le même discours que Saint-Just
    "L'état d'urgence sera maintenu jusqu'à la victoire sur le terrorisme !"
    C'est à dire jamais pour la victoire et tout le temps pour la tyrannie, c'est clair !
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  11. Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux a écrit Benjamin Franklin. C'est toujours d'actualité. Nous sommes devenu un peuple de trouillards. Il faut dire aussi que nos gouvernants nous ont retiré le droit de nous défendre, qu'ils ne le font plus, et qu'il y a de quoi s'inquiéter.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Le Nain
      "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux a écrit Benjamin Franklin. C'est toujours d'actualité"

      Oh que oui !!!
      Et nous en voyons bien le sinistre résultat.

      Je fais partie de ceux qui craignent de plus en plus que, grâce à cette diabolique farce, ces usurpateurs despotiques n'hésitent pas à supprimer les futures élections. Et notamment la Présidentielle.
      Pauvre feue la France ! Et pauvres Français!...
      Même si 51% des votants, et TOUS les abstentionnistes, ont bien mérité, eux, ce qui NOUS arrive...

      Supprimer
  12. Donc situation possible: l'économie tombe pire qu'en 2008, le buy-in (Chyprisation) de nos comptes renfloue les banques, c'est déjà voté. Et on ne peut même pas manifester contre.

    Autre cas: Marine avance bien, Valls (qui a déjà dit qu'il fairait tout contre le FN, y compris arrêter le processus démocratique) déclare le FN dangereux et hop, à la trappe.

    Et ça n'inquiète pas plus que ça?

    Jean-Maurice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Rendu à un certain niveau d oppression,il appartient au citoyen de rétablir la justice et ses droits fondamentaux dés lors que le processus démocratique est foulé au sol par des individus malveillants.

      Supprimer
  13. Géo

    "YouTube le calvaire des Calaisiens victimes des clandestins"

    Ce n est pas la dérive sécuritaire pour tout le monde.
    Deux poids deux mesures=gouvernement hors la loi.

    RépondreSupprimer
  14. Le Gvt ne peut pas être qualifié d'arbitraire puisqu'il fait cela pour défendre la démocratie et l'état de droit.
    Les socialistes adorent se référer à 1789 mais dans leur inconscient c'est 1792 qu'ils veulent rétablir.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      Sujet intéressant.
      Il est universellement reconnu que des droits fondamentaux doivent être assurés à l humanité pour la paix civile,et qu un gouvernement responsable et soucieux du bien être de ses citoyens se doit de les faire respecter.
      Dés lors que ceux ci sont bafoués,le gouvernement en place peut pondre toutes les lois et modifications constitutionnelles possibles,elles n ont plus aucune valeur,ni les jugements qui sanctionneraient les contrevenants .
      En outre,les forces armées chargées de faire appliquer ces manquements à ces droits fondamentaux ne sont plus que des forces d oppression au service de gens qui s opposent à une évolution positive de l humanité.
      Toutes les révolutions partent de ce sentiment d injustice exacerbée qui grandit au sein d un peuple
      Il arrive un point de non-retour où les citoyens n ont plus peur de la répression et ils font front.
      Un gouvernant réprime davantage,cela exacerbe les haines à son encontre,il finit par être vaincu,une nouvelle période d équilibre et d évolution bénéfique s ensuit,les mêmes oppresseurs s obstinent derechef contre ces droits fondamentaux...

      Supprimer
  15. "on est en droit de se demander si la seule préoccupation d'un risque terroriste imminent préside uniquement à cette institutionnalisation de l'état d'urgence"

    Le simple fait de se poser la question, c'est déjà y répondre. Largement...
    Hélas !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa