lundi 29 février 2016

Et si Manuel Valls se préparait à démissionner ...


Et bien dites donc, voilà qu'El Caudillo, l'hystérique de Matignon, le Pépé colérique catalan, annonce un report de la présentation au conseil des Sinistres du projet de loi El Connerie ! Voilà qui n'est pas dans ses habitudes. Lui le grand réformateur qui, il y a encore peu de jours, affirmait qu'il réformerait jusqu'au bout, reculer et se déballonner devant... Devant quoi au fait ?

Et bien, devant:

- une pétition internet contre ce projet de loi qui recueille plus de 800 000 clics en quelques jours et qui sans doute passera le million d'ici peu,
- une Caroline de Haas, initiatrice de cette pétition, en plein orgasme,
- une gauche qui en ras le bol de ses coups de menton et de sa politique semi-libérale,
- une même gauche qui n'a pas encore digéré la nomination au poste de premier sinistre, de monsieur 5% aux primaires socialistes de 2011,
- une partie des historiques de ce qu'il reste du parti socialiste qui, emmenée par Aubry, rue dans les brancards,
- un premier secrétaire du parti, l'insupportable Cambadelis, qui ne le soutient que du bout des lèvres,
- un ministre de l'économie qui n'en perd pas une pour ouvrir sa goule,
- une ministre du travail, la dite El Khomri, qui visiblement n'est pas à même de porter ce projet,
- la quasi totalité des syndicats qui, même s'ils ne représentent qu'à peine 8% des salariés, se rassemblent contre ce projet. Une première depuis bien longtemps
- la CFDT, alliée du gouvernement qui s'en désolidarise,
- un Président qui, visiblement, ne veut pas se lancer dans la défense de ce projet,
- les jeunes socialistes qui ont des poussées d'acné,
- la menace de grandes manifestations étudiantes ( la grande peur de tous les gouvernements, remember CPE )...
- Un Mélenchon et le FDG vent debout contre ce projet,
- un Medef qui rigole sans doute sous cape de cette reculade,
- une droite et un centre qui ne lui apportent qu'un soutien conditionnel ( la non réécriture du texte)
- une nouvelle équipe gouvernementale issue du dernier remaniement qu'il n'a plus à sa main...

Autant de raisons - et sans doute en ais-je oublié quelques unes - qui peuvent effectivement provoquer cette Valls hésitation et ce report de présentation du texte. 

A la réflexion, m'en vient une autre de raison: Valls en ayant marre de subir l'immobilisme et l'incompétence de Président saisirait l'occasion - cette fronde contre le projet - pour tirer sa révérence; faire en sorte que ce projet n'aboutisse pas, démissionner et ainsi ne pas voir à (trop) subir le bilan catastrophique de ce quinquennat hollandais. De fait, il pourrait se poser comme le réformateur qu'on a empêché de réformer et se la jouer tranquille pour 2022 et qui sait, peut-être et pourquoi pas, pour 2017 !

Valls démissionnant ? Incessamment sous peu ? J'y crois de plus en plus ! En tout cas, je ne le vois absolument pas aller comme premier ministre jusqu'au bout du mandat de Président

Folie passagère 3075.
Résultat de recherche d'images pour "manuel valls"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

27 commentaires:

  1. de toute façon, entre lui et Macron, le premier qui partira aura toutes ses chances pour l'avenir, ils se regardent en chiens de faience pour savoir qui fera le pas en tête, mais alors, autre question, qui va accepter d'être premier ministre à sa place ? qui sera la tête de gagnant de cette rigolade pour une année et qui se brûlera les ailes pour ce poste ? encore un changement de gouvernement ! on seas alors en pleine 4 eme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jean Marc Ayraut sera prêt à se dévouer !
      Ou Ségolène qui en rêve.
      Ou Juppé qui est le plus socialiste...

      Droopyx

      Supprimer
    2. @Boutfil: qui pour remplacer Valls ? je ne sais pas. Macron est suffisamment intelligent pour refuser, va pas se griller. Sapin, peut être? Ce qui est certain, à mon sens, c'est que Valls aurait bien tort de sombrer totalement avec Hollande. Et oui, il y aura changement de GVT, on parie ?

      Supprimer
    3. @Droopyx: non, Ayrault n'osera pas. Par contre la Royale.. c'est vrai qu elle en rêve et que pourrais donc bien lui refuser Président. Nous verrons. Mais ma chemise que Valls n ira pas au bout

      Supprimer
  2. Aussi mauvais que président, même si c'est d'une autre façon, l'excité de Matignon doit démissionner si il ne veut pas totalement griller la suite de sa carrière...
    Les Français ayant une mémoire de poisson rouge, il pourra se représenter devant eux comme un homme neuf, totalement déconnecté du bilan calamiteux de son patron, et le tour sera joué...
    Ceci dit, la démission de Valls créerait un sacré boxon, je m'en délecte d'avance et, si ça pouvait accélérer la chute finale de cette bande de guignols, champagne !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: mauvais Valls ? bah, pas tant que cela si c'est Hollande qui sert d'échelle de valeur. Pour le reste, nous sommes d accord; joie et champagne ! :)

      Supprimer
    2. Géo

      @Corto

      "Joie et champagne!:)

      Ok!

      " YouTube y'a d'la joie"

      Pour chasser les effluves des deux goules perchées au sommet de ton billet.
      Ce gouvernement est un syndic de faillite,mais tant que nous ne récupererons pas,nous parmi d autres pays,notre souveraineté nationale et que nous n aurons pas repris le contrôle de notre système bancaire et celui de nos frontières,sur tous les plans,je reste persuadé que les choses ne pourront qu'empirer.
      Qu on le veuille ou pas,c est la seule issue pour commencer à sortir du gouffre.

      Supprimer
    3. Entièrement d'accord; pour autant, il faudrait aussi que Bonhomme Culbuto... culbute.

      Supprimer
  3. Bonsoir Corto,

    Si cela est, ce sera la preuve que ce pays est vraiment dans de sales draps. Le peu de crédit international qu'il possède encore disparaîtra. Le fait qu'il reste ou non m'indiffère totalement mais sa démission sonnera le glas final. Ça signifierait que la tranche la plus conservatrice et la plus rétrograde de ce pays arriverait aux affiares. On a vu où les mesures les plus imbéciles qu'il soit, celles qui ont le soutien de cette caste, ont conduit le pays après qu'elles aient été prises par Normal 1er. À force de vouloir faire payer les riches, il y en aura bientôt plus, même des moins riches. Le Socialisme est comme la lèpre, il pourrit tout ce qu'il infecte. De voir au quotidien tous ces bouffons se gargariser de mots vide de sens dans leur bouche alors qu'ils p... tous dans la soie est une souffrance. Nous sommes nombreux à voir au quotidien la désagrégation du pays dans tous les domaines. La France de 2016 n'est plus qu'un village Potemkine où même les façades sont lépreuses.

    Bonne soiree malgré la Socialie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: si je plussoies a tout ton commentaire et me désespère de voir ce pays sombrer, je ne comprends pas cette phrase: " Ça signifierait que la tranche la plus conservatrice et la plus rétrograde de ce pays arriverait aux affaires " A qui fais tu allusion ?

      Supprimer
    2. Bonjour Corto,

      Pour répondre à ta question, c'est tout ce qui est à gauche de Manolito. Conservatrice car cette faction ne veut rien changer à ce qui a conduit ce pays dans l'impasse actuelle, rétrograde car elle fonctionne avec un logiciel type Zola dans la tête. En URSS, plus le pays s'enfonçait dans une crise larvée, plus les coco purs et durs plaidaient pour durcir le système malgré leurs échecs. On sait comment ça s'est terminé. On en prend le chemin.

      Bonne journée

      Supprimer
    3. @H: Ok, à vrai dire je m en doutais un peu comme le mot " conservateur " est généralement plutot attribué aux gens de droite... Et c'est vrai, et amusant, de voir qu il est de plus en plus employé pour qualifier une bonne partie de la gauche

      Supprimer
  4. Si le projet de loi devait être retiré, mon cher Corto, je ne vois pas comment Valls pourrait rester Premier ministre ? Mais autant je suis triste de ce qui arrive à mon pays depuis 2012, autant je ne peux pas dire que je ne me réjouis pas des déboires de Hollande, Valls et Cie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: on fait avec ce que l on peut et donc plutot que de pleurer sur le pays, rigolons de cette déconfiture hollandaise.

      Supprimer
  5. Non je ne crois pas à cette démission. Pour aller avec qui ? Martine AUBRY : elle n'en veut pas. CAMBADELIS : il se la joue perso. Tout seul : ça va pas être facile. Emmener avec lui une partie du gouvernement : je ne le crois pas, les places sont trop bonnes et ne vont plus être maintenue que pendant encore quelques mois, jusqu'aux Présidentielles de 2017. Quoi que, vu le caractère du personnage, tout est possible. Enfin, s'il le fait, le nouveau premier ministre aura devant lui 12 mois pour peaufiner l'enfumage et préparer HOLLANDE à un second tour...

    RépondreSupprimer
  6. Vouloir partir, oui ! Mais il faut le bon moment ou l'occasion. Or Hollande ne lui fera pas ce cadeau. Et instrumentaliser cette loi lui retomberait dessus.
    A moins qu'il ne présente une belle mouche bien grasse à l'araignée, il restera collée à la toile...
    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: le bon moment serait celui où ce projet de loi, devenu texte, soit rejeté par l assemblée.
      Valls est trop ambitieux pour se laisser emmener jusqu au bout de ce catastrophique quinquennat et apparaître aux yeux des français comme co-responsable du sinistre. Il partira bien avant, j en suis persuadé

      Supprimer
  7. Corto,

    Effectivement si Valls avait une vrai ambition, il devrait se désolidariser le plus tôt possible et tenter le coup, peut être trop tard pour 2017 mais certainement jouable pour 2022 (ou avant si Juppé, élu en 2017, ne tient pas les 5 ans).
    Il peut très bien faire comme Chirac sans le passé, genre "je ne dispose pas des moyens, etc."
    ça je changerais malheureusement rien à la situation catastrophique du pays, mais au moins on pourrait rire un peu.

    JM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JM : rire un peu certainement, mais aussi voir Valls se laver les mains du bilan.

      Supprimer
  8. Il est de son intérêt de démissionner s'il veut continuer une carrière politique bien obérée par son passage à Matignon.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
  9. Votre scénario est tout à fait crédible. Si Valls cherche un bon prétexte pour partir, il l'a maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: Valls ne peut plus faire grand chose, il a toute la gauche contre lui.

      Supprimer
  10. Géo

    Nous verrons si le plus gros rat va quitter le navire où si il estimera avoir le temps de manger encore un peu de fromage avant de sauter,selon la hauteur de la ligne de flottaison.
    Mais sautera t il à temps pour,paradoxalement,ne pas trop se mouiller dans ce naufrage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Géo: suffit de patienter mais il démissionnera. quand? je ne sais pas mais si c'est le cas, faudra pas qu il attendent trop longtemps

      Supprimer
  11. Bonjour,
    C'est même à se demander si ce projet de loi n'a pas été spécialement écrit (par qui ?) pour provoquer une levée de boucliers qui serait du meilleur effet pour :
    - la suite de la carrière de Valls comme vous le dites fort bien en conclusion de cet article.
    - le louvoiement habituel de FH (avec ce projet je montre à l'UE que 'ai l'air de vouloir réformer, et je soigne ma gauche en temporisant)
    Cordialement, Nathalie MP.

    RépondreSupprimer
  12. Quelles que soient les raisons, ça me fera plaisir. J'aurai peut-être tort, ce sera peut-être une manœuvre pour rebondir, il en tirera profit etc mais je m'en fous: mon premier mouvement sera "bon débarras!".

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa