mercredi 22 mars 2017

Le bilan définitif 2016 est enfin sorti !

Morts dans la rue:

PNG - 9.6 ko


Moyenne d'âge: 49 ans
Moyenne d'âge nationale: 80 ans

Pour 2017, nous en sommes à 84 personnes SDF mortes dans la rue, moyenne d'âge 48 ans. Parmi les personnes formellement identifiées, la plus jeune avait 1 mois et demi et se prénommait Christina, le plus âgé avait 72 ans et se prénommait Christian.

Folie passagère 3484.

Résultat de recherche d'images pour "Morts de la rue"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

30 commentaires:

  1. Je me permettrai seulement de leur allumer une petite bougie et de prier le Bon Dieu de leur accorder une vie de bonheur dans Son Paradis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lepoilux: croyant ou pas, c'est bien le moins que l on puisse faire

      Supprimer
  2. Dans le même genre que Pernaut , twitter va te taper sur les doigts

    TF1 : le CSA rappelle à l'ordre Jean-Pierre Pernaut pour des propos sur les migrants http://ln.is/www.leparisien.fr/cu/WLF4z … via @LeParisien_Tele

    Ce qui n'empêche que je trouve *dégueullasse* que des personnes agées meurent dans l'indifférence des politiques et des assoces .
    Le gvt trouve des millions pour certain culte etc etc mais rien pour celui qui a un gros accident de parcours .
    La paix sur eux .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Claude Henri: oh mais twitter peut me taper sur les doigts, même pas mal.
      Indifférence générale, en effet, et c'est chaque année comme cela.

      Supprimer
    2. Corto, "c'est chaque année comme cela", en effet, et tu n'es pas le dernier à le signaler (et la socialie n'y est pour rien puisque, de mémoire, tu le faisais déjà avant.)

      Merci pour ton opiniâtreté, qui t’honore. Et amitiés.

      Supprimer
    3. Al West: sur ce coup là, ns sommes d'accord, la socialie n'y est pour rien et tu verras que l an prochain ce sera 495 ou 517
      Amitiés

      Supprimer
  3. Ces SDF qui mettent tout le monde tellement mal à l'aise, mon cher Corto, qu'aucun politique n'aborde le sujet.
    J'en ai dans mon quartier. Je ne sais pas où ils dorment mais on voit qu'ils sont tous malades. Et un beau jour ils disparaissent et sont immédiatement remplacés par d'autres.
    En ce moment il y en a un devant mon Casino. Il y a encore quelques semaines je le rémunérais pour qu'il traine mon caddie sur les 200 mètres qui séparent le magasin de mon domicile. Aujourd'hui je n'ose plus rien lui demander en échange de ma modeste obole car il est en bien plus piteux état que moi ! Il lui est poussé de gros bubons sur le visage et dans le cou. Comme on dit par chez nous, c'est sûr qu'il n'a plus que la mort à avaler ! Il ne fait aucun doute qu'il ne va pas tarder à disparaître aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: aucun doute, il disparaîtra, crèvera la gueule ouverte comme on dit, dans l indifférence générale. Mais attention, certains de ces pauvres erres ne veulent pas qu on les aide, refusent toute assistance. Cela reste tout de même un scandale.

      Supprimer
  4. Des miséreux malchanceux qui n'ont pas profité de la solidarité à la mode de chez nous...
    Révoltant ! Quand on pense aux moyens mobilisés pour accueillir, loger, assister etc... réfugiés et immigrés illégaux, alors que nous ne sommes pas capables d'éviter la mort de 501 et plus, qui crèvent dans l'indifférence générale.
    Solidarité à géométrie variable ?
    Je ne sais si c'est le cas à Paris, (je n'y ai plus mis les pieds depuis LMPT DE 2013) mais dans une ville telle que Bordeaux où je me rends souvent, j'ai constaté que ceux ayant élu domicile sur les trottoirs, n'étaient pas représentatifs de la mixité sociale chère à nos gauchos humanistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mira Destra: a priori d après la liste que j ai consulté, effectivement, la diversité n'est pas très présente parmi tous ces morts.
      Quant à la solidarité a géométrie variable... certes, les migrants ont été bien " aidés " mais le pb de ce smorts de la rue est bien antérieur avant la vague migratoire

      Supprimer
    2. Oui Corto, je sais, je viens de mettre un lien vers un article du Monde, concernant un rapport de la cour des comptes sur la saturation des centres d'hébergements d'urgence, à cause notamment de la constante augmentation du nombre de réfugiés et de déboutés du droit d'asile qui demeurent sur notre sol.

      Supprimer
  5. moi qui travail avec les hlm quand je voit tous les logements remplis de clandestins pas migrants des clandos cela me révolte vous n avez pas idée !!!!

    RépondreSupprimer
  6. Vous avez raison Corto, il y en a qui ne veulent surtout pas qu'on vienne les emmerder mais ceux là ne sont généralement pas dans des endroits en vue et c'est leur choix. C'est bien malheureux mais bon.
    En revanche il y a tous ceux qui aimerait qu'une main se tende vers eux et pour ceux là, nos enfoirés de politiciens et autres chantres de la société pluriethnique et multiculturelle de mes deux, ferment bien leurs grandes gueules et surtout gardent bien leurs précieuses subventions.
    Une fois encore Beurk!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. GfB: as tu entendu, ne serait-ce qu un politicien en campagne parler de ces morts de la Rue ? Moi pas. Alors ça continuera? Chaque année. et ça fait 7 ou 8 ans que je fais peu ou prou le même billet à la même époque.

      Supprimer
  7. Existe-t-il au moins quelques chiffres officiels ? L'Insee, qui épluche les bulletins de décès pour ses bilans sur la mortalité, indique ne pas construire d'indicateur sur les SDF dans la mesure où la qualité même de sans-abri ne constitue pas une catégorie administrative : sur les papiers d'identité des défunts sont, en effet, bien souvent mentionnées une adresse ou une profession. Même son de cloche à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). "Chaque année, nous enregistrons environ 18 000 décès dans nos établissements, note Marc Dupont, chef du département des droits du malade à l'AP-HP. Parmi eux, nous ignorons combien sont SDF, c'est une catégorie difficile à cerner."



    A l'Institut médico-légal (IML) de Paris, où sont acheminés les cadavres des personnes décédées sur la voie publique, on souligne, par le biais du service de presse de la Préfecture de police, qu'"il n'y a pas de statistiques réelles sur les SDF qui trouvent la mort à Paris", tout en les estimant à "une petite trentaine par an peut-être. C'est très difficile à évaluer. Un corps qui arrive sans papiers est classé sous X, mais l'intéressé pouvait avoir un domicile. Les SDF sont parfois porteurs d'une adresse. Enfin, ceux qui décèdent à l'hôpital ne sont pas transportés à l'institut, sauf s'il y a doute sur les causes de la mort quand celle-ci est violente".

    L'article complet :

    http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2001/04/10/sans-fleurs-ni-couronnes-la-mort-des-sans-abri-victimes-de-la-rue_170773_3224.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais dire que le nombre de morts SDF dormant dans la rue (ce qui est le cas de 10 % des SDF : 90 % des SDF sont hébergés dans des hôtels, etc: ils ont un domicile, mais pas fixe) est impossible à connaître.

      Supprimer
  8. Je joins mes Beurks à ceux de GfB.
    Il est sidérant que l'État réussisse à trouver en temps record des places pour des migrants dont on ne connaît rien, alors que des compatriotes recherchent désespérément un refuge.
    Je peux personnellement témoigner que la fraction d'asociaux qui veulent vivre dans la rue est infime.
    Mais que la majorité de ceux que vous croisez sur un trottoir aspirent à avoir un refuge pour essayer de se relancer dans la vie.
    Il suffit souvent de peu de choses pour se retrouver sans toit: un licenciement, suivi d'un divorce qui tourne mal et hop!

    Et tu ne comprends pas,alors,que les rares places disponibles sont réservées à des étrangers ,toi qui a cotisé une partie de ta vie auprès de "caisses" qui désormais t'ignorent et te laissent te débrouiller seul...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. gridou: de très peu de choses en effet et cela peut pendre au nez de n importe qui

      Supprimer
  9. Annie

    I y a plusieurs années, mon fils était étudiant à Caen. Un samedi matin, je faisais mon marché dans ma ville à une centaine de kilomètres de Caen. Deux jeunes faisaient la manche à genoux , avec une pancarte. L'après-midi, je suis allée chercher mon fils et pendant qu'il se préparait, je suis allée faire un peu de lèche-vitrines et la, surprise : l'un des deux étaient dans l'une des rue très commerçante dans la meme position et avec la meme pancarte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Annie

      Il y a des mendiants professionnels et d'autres , abandonnés de tous, qui ne demandent rien et font vraiment pitié, logeant sous des porches. Au bout de ma rue un hotel est réquisitionné pour des migrants- 40 euros par personne.

      Bonne soirée

      Supprimer
  10. Les soces sont en progrès : Staline avait instauré le passeport pour pouvoir les liquider à la première occasion parce que bon, pour un bolchevik, un SDF ne sert à rien. En même temps, des rafles étaient organisées dans les hospices pour la même raison. Les enculés qui ont cautionné ça pendant des décennies viennent ensuite nous expliquer que Le Pen, c'est répugnant.

    RépondreSupprimer
  11. Pour la Cour des comptes, l’afflux de migrants met en difficulté les dispositifs d’hébergement d’urgence
    http://www.lemonde.fr/logement/article/2017/02/08/pour-la-cour-des-comptes-l-afflux-de-migrants-met-en-difficulte-les-dispositifs-d-hebergement-d-urgence_5076467_1653445.html

    "Plus de place pour les sans-abris mais en même temps les centres pour migrants continuent à ouvrir partout en France" A déclaré Jean-Pierre Pernaut (fin 2016) Cette déclaration lui a valu un rappel à l'ordre par le CSA.

    http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/22/les-soutiens-tres-a-droite-a-jean-pierre-pernaut-apres-son-rap_a_21920555/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      @Mira Destra

      Effectivement,monsieur Pernaut a très bien parlé en dénonçant un autre scandale,
      et le CSA se décrédibilise encore,déjà du fait que nulle loi en France n interdit de dire une vérité ni de discuter de tel sujet.
      (Et quand même il y en aurait une,cela ne prouverait que l illégitimité naturelle de telle loi).

      Mais cela fait certainement trop "Extrême Droite" que de dire les vérités?

      En fait,le CSA,cela sert à quoi actuellement?
      Bien payés à quoi faire, excepté exercer une censure malodorante aux frais des citoyens?





      Supprimer
    2. Mira Destra et Géo: à ce petit jeu, le CSA devrait s’intéresser de plus près aux dérapages de Laurent Ruquier...

      Supprimer
    3. @Geo "et quand même il y en aurait une, cela ne prouverait que l'illégitimité naturelle de la loi" ce serait sans doute (?) un fastidieux travail que de recenser les lois illégitimes et/ou inutiles
      "aux frais des citoyens" : combien de temps va durer la gabegie généralisée ? Des économies conséquentes pourraient être réalisées en procédant à la suppression des inutiles (quand elles ne sont pas nuisibles) institutions, autorités administratives (hautes ou basses), agences d'Etat, commissions, associations (CESE en tête)etc...

      @Corto : faut pas rêver! Je ne t'apprends pas que Ruquier l'intouchable du PAF ne risque absolument rien. Le CSA, censé être "indépendant"...

      Supprimer
    4. Géo

      Je parlais seulement d'une loi qui interdirait de dire une vérité.
      Mais même là on devrait pouvoir en trouver.
      Quant à la gabegie des fonds publics il y a déjà le Sénat à supprimer et au moins la moitié des députés,à mon sens.
      Sans compter toutes les "commissions" pour ceci ou pour cela,effectivement.
      Le CSA:je me demande depuis un bail si on ne pourrait pas le remplacer par une ou deux personnes,simples contrôleurs,et non pas ce "conseil stupide de l audiovisuel".
      Supérieur en quoi?
      Quel besoin de "conseiller"?

      @Corto

      Ruquier:ils le gardent pour sa servilité mais je me suis demandé,je le reconnais,si ils ne le gardaient pas aussi pour son air crétin et ses gloussements idiots,qui seraient censés faire monter l Audimat?
      Si il le fait exprès,c est très bien imité mais peut-on jouer si bien en étant si..euh,menfin,tu vois,c est un cercle sans fin,ma question!
      Salamé,bon,son père est un copain de Soros.
      (dont le nom est un palindrome,tout un programme!Ils ne sont pas discrets quand même...en bas).
      J avais trouvé que Salamé avait la partie inférieure de la face enflée(et ailleurs aussi,certainement),ce qui cadrait bien avec la pesanteur bovine du personnage.
      J ai fui,par crainte de la contagion,et puis j'aime les femmes attrayantes,pas les ruminantes.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les larmes du drapeau - FTP