mercredi 16 septembre 2015

Les Républicains votent: 11 questions sur l'immigration


Nicolas Sarkozy a souhaité interroger les adhérents sur la politique d’immigration, mettant ainsi en pratique ce que proposaient les nouveaux statuts du parti Les Républicains dont la consultation régulière par vote électronique des adhérents.

Un document " Quelle politique d'immigration " est fourni aux adhérents.

Jusqu'à vendredi les adhérents ont donc à répondre par oui ou par non à 11 questions que je soumets à votre propre vote: 

1- Êtes vous d’accord pour la suspension immédiate de Schengen, ce qui signifie le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières nationales pour les étrangers non européens? 

2- Approuvez-vous la suppression de Schengen I et la refondation d’un Schengen II, ne faisant adhérer que les pays européens adoptant une politique migratoire commune ? 

3- Estimez-vous nécessaire de créer des centres de rétention, à l’extérieur de l’Europe, pour empêcher les drames en Méditerranée et n’examiner que les demandes d’accueil provisoire des réfugiés de guerre ? 

4- Pensez-vous que, dans le cadre de Schengen II, les États européens, devront mieux lutter contre la fraude à l’asile, en définissant une liste commune des pays d’origine sûrs ? 

5- Faut-il diminuer l’attractivité sociale de l’Europe, en harmonisant les prestations sociales versées aux étrangers dans les pays membres de Schengen II ? 

6- Êtes-vous favorable à ce que le Parlement vote, chaque année, des plafonds limitatifs permettant de maîtriser l’immigration vers la France et de diminuer le regroupement familial ? 

7- Faut il supprimer, pour les étrangers en situation illégale, l’aide médicale d’Etat et la remplacer par le traitement de la seule urgence médicale ? 

8- Êtes-vous d’accord pour que les allocations familiales et les aides au logement ne soient plus ouvertes aux étrangers dès leur arrivée, mais seulement après au moins cinq ans de séjour légal ? 

9- Faut-il faciliter les expulsions des clandestins dans leurs pays d’origine, en ne versant plus d’aide publique au développement aux pays qui refusent de coopérer ? 

10- Faut-il renforcer les critères de naturalisation, pour mieux respecter le principe d’assimilation à la communauté nationale ? 

11- Faut-il adapter le droit du sol, en prévoyant que les étrangers nés en France pourront devenir Français à 18 ans, sauf si l’Etat s’y oppose en cas de condamnation pour des actes de terrorisme ou de délinquance ou lorsque les parents étaient en situation irrégulière ?

De mémoire, il y a environ 250 000 adhérents à jour de leur cotisation; en admettant que seuls 40% des adhérents votent, voilà qui ferait une consultation de poids...Le résultat de cette consultation seront communiqués le 22 septembre.

C'est assez marrant, écoutant l'hystérique de Matignon et le sinistre de l'Intérieur cet après-midi à l'Assemblée, je me suis dit qu'ils avaient du forcément lire ces questions puisque sur de nombreux points, ils ont répondu " Oui ". Ben crotte alors, je ne les savais pas adhérents des Républicains !...

Alors à vous de répondre, si vous le souhaitez, en commentaire, et pendant que vous bossez, moi je me tire demain dès potron minet en Aveyron avec quelques amis blogueurs. Retour mardi.

Bonne soirée à tous, même en Socialie !

Folie passagère 2907.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

30 commentaires:

  1. Réponse OUI à toutes les questions..!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: alors il ne te reste plus qu a prendre ta carte et qu'à voter :)

      Supprimer
  2. C'est évidemment OUI à toutes les questions, mon cher Corto, sauf à la dernière car je suis pour la suppression pure et simple de la loi du sol qui ne se justifie plus du tout.
    Bon séjour en Aveyron avec les amis blogueurs, en souhaitant que vous ayez beau temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: Pour cette dernière j'hésite: les enfants sont-ils responsables des conneries de leurs parents ?

      en principe, il devrait faire a peu près beau !

      Supprimer
    2. C'est quoi cette histoire de "conneries de leurs parents", mon cher Corto ? Serait-ce une connerie de n'être pas français ? Les enfants nés de parents étrangers ont la nationalité de leurs parents, point barre. *S'ils veulent obtenir la nationalité française, ils font une demande de naturalisation à leur majorité. C'est aussi simple que cela, et je ne crois pas que cela soit discriminatoire. La France a tout de même le droit de choisir à qui elle donne sa citoyenneté.

      Supprimer
  3. I sur II

    1 - Oui à la suspension en cas de besoin

    2 - Non.

    Je ne comprends pas ce qu'on peut entendre par "politique commune d'immigration" entre la France et l'Allemagne :
    - La France renouvelle ses générations (à grand frais : 1,5% de PIB en plus pour l'école, car il y a proportionnellement plus d'enfants à élever en France qu'en Allemagne) ; par contre, comme elle a mal géré ses attributions de citoyenneté (droit du sol, double nationalité...) elle a de gros problèmes d'intégration
    - L'Allemagne ne renouvelle pas ses générations (1,4 enfants par femme) ce qui lui donne un avantage économique. Elle a jusqu'ici plutôt bien géré sa citoyenneté (droit du sang, pas de double nationalité jusqu'à récemment).

    Donc, qu'est-ce que signifie une politique commune entre pays aussi différents ? Cela signifie que c'est Junker qui décidera, et c'est à mon avis hors de question.

    Si Sarkozy veut un oui là-dessus, il faut qu'il dise ce qu'il entend par politique commune. La bonne solution est de restreindre la libre circulation aux pays sérieux, c'est à dire pas la Grèce par exemple, pas forcément l'Italie à cause du bordel dans le Sud (ou au minimum que la France puisse facilement revenir en arrière : dans Figaro Vox, un article explique comment la Commission a eu plus de pouvoir pour empêcher un retour en arrière à partir de 2005. Tout ce qui donne du pouvoir à la Commission est à mon avis un piège à cons).

    Veulent-ils mettre dans ce Schengen II les pays de l'Est et leurs millions de Roms ????

    3 - Oui, mais ces centres existent déjà. Cameron l'a rappelé :

    http://www.telegraph.co.uk/news/uknews/immigration/11863018/David-Cameron-visits-Syrian-refugee-camp-in-Lebanon.html

    car lui a su dire Non aux démagos sans avoir besoin de sonder ses mandants (même sur le site du Guardian, de centre gauche, les Anglais qui commentent sous les articles sont à font contre. Ils n'ont pas eu droit au même lavage de cerveau que les Français sur la perte de souveraineté et l'UE, donc ils sont restés moins bêtes, comme nous l'étions avant 1992).

    4 - Je ne sais pas ce que cela implique. Pour prendre un exemple, toujours en Angleterre, les Anglais souhaitaient expulser un prédicateur islamiste vers un pays d'Afrique du Nord, et la CEDH les a fait chier des années en prétendant qu'il y serait torturé. Les Anglais l'ont finalement expulsé après engagement de ce pays, il n'a pas été torturé, mais les Anglais en ont ras le bol du supranationalisme sur ce sujet. Ne risque-t-on pas d'avoir le même problème ici ? C'est un risque de perte de souveraineté.

    5 - Les aides qui me concernent sont celles qui sont versées par la France. Il faut les baisser. Le fait que la question soit abordée dans le cadre du mythique Schengen II me rend très méfiant.

    6 - Oui. Eventuellement quotas par pays, profession... forte restriction du regroupement familial qui peut aussi se faire en Afrique du Nord...

    7 - Je ne suis pas sûr. On mentionnait aussi le cas des maladies contagieuses par exemple. Mais il faut éviter le tourisme médical.

    8 - Oui.

    9 - Par tous les moyens nécessaires, mais cela relève pour le coup du fonctionnement normal de l'Etat. On ne va pas en débattre sur la place publique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme: il n y a des roms, certes mais jamais il n y a eu des " millions de roms " Sinon, pour lereste, remarques pertinentes.
      Politique commune, ça veut par exemple dire que les aides et prestations accordées aux demandeurs d asile devraient être les mêmes dans les différents pays.

      Supprimer
  4. II sur II

    10 - Bien sûr.

    11 - Oui, mais l'intervention de l'Etat devrait aller dans l'autre sens : si quelqu'un est né de personnes en situation irrégulière, pas de naturalisation sauf intervention.

    Conclusion : les mesures sont bien connues, tout n'est pas possible politiquement mais la situation actuelle laisse un sentiment de mauvaise gestion pour les 40 dernières années, ce qui fait quand même beaucoup.
    Le dispositif Schengen II revient il à transférer plus de pouvoirs à la Commission ? L'incapacité de cette institution et son idéologie, manifestes au cours de la crise des migrants (et toutes les autres d'ailleurs) devrait quand même montrer que c'est une très mauvaise idée. Ce sont les Etats qui doivent décider, et la commission doit uniquement servir de secrétariat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne analyse. Ceux qui ne veulent que des réponses binaires sont pénibles.

      Supprimer
    2. @anonyme: Plus de pouvoir à la Commission ... n'est-ce pas la logique des choses ? ... ce qui ne veut pas dire que je sois d accord avec.
      Pour le droit du sol, voir ma réponse à Marianne plus haut.

      Supprimer
  5. J'ai répondu oui partout mais il manque des questions notamment sur :

    - l'immigration et l’Éducation Nationale
    - les mesures pour contrer la CDHE, Strasbourg, Bruxelles et la justice française qui s'opposent aux expulsions des déboutés

    Bon séjour en Aveyron, cher Corto.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: Bien vu pour l éducation nationale
      Quant aux déboutés du droit d asile... cela est du ressort de chaque pays, pour l instant, d'accorder ce droit et donc d expulser les déboutés. reste à être intransigeant et à expulser séance tenante les déboutés... Pas gagné !

      Supprimer
  6. réponse oui également à toutes les questions .
    pourquoi ne pas poser toutes ces questions aux français?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: Pour quoi ? devine .. mézavi que ce serait un oui massif ce qui reviendrait à un désaveu sanglant pour les socialos.
      Maintenant, comme je l ai écrit si ne serait-ce que 40% des adhérents votent pour un oui à la quasi totalité des questions, ça fait du monde, un sondage grandeur nature qui ne passera pas inaperçu

      Supprimer
  7. Haha 😎 excellent !!
    Pendant qu'on y est on pourrait rétablir le contrôle entre pays européens , sans obligations de visas, mais genre chacun a ses papiers sur soi .. ;) Annette Lanonymette

    RépondreSupprimer
  8. J'étais naïvement pro-Europe. Or elle est devenue encore pire que l'état français et nous réussissons en bon professionnels à en rajouter une couche à leurs normes, interdits, impératifs etc.
    Le jour où on a refusé toute référence à nos racines communes pour nous bombarder de valeurs dites communes nous avons fait le grand saut dans le vide.
    Et comme la nature a horreur du vide, on tente de le remplir à coup d'injonctions dont la caractéristique commune est toujours internationaliste et ne respecte jamais l'opinion des Nations (i.e. les peuples qui les composent);
    D'après certains médias l'Allemagne a même rétabli des contrôles douaniers avec la France. Ils ne veulent pas de nos réfugiés calaisiens ?
    On nous annonce des grands plans d'accueils à coup de millions (minorés) et dans le même temps, nous limiterions le nombre des réfugiés chrétiens car suspectés d'être pro-Hassad... nous utiliserions des traducteurs musulmans pour les entretiens de demande de visas et nous refuserions à une chorale chrétienne de venir chanter à Strasbourg. C'est comme si Himmler avait été chargé de la sélection des FFL à Londres (et 1 point Godwin, 1)
    Je suis français et j'ai honte de ce que devient mon pays.

    Droopyx

    P.S. évidemment contre le droit du sol et contre le regroupement familial (merci Giscard). A chaque fois qu'un membre de notre famille (3 générations au Mexique) ou un ami étranger vient en France, il nous dit qu'il ne reconnait rien (les polis) ou que cela lui rappelle l'Afrique ou le Maghreb (les plus réalistes qui essayent de rester polis).
    La base de la Nation, c'est de choisir qui la compose et sur quelles bases. Plus les États continueront à vouloir se déconnecter des Nations qu'ils sont censés représenter et plus la crise sera grave et violente.
    Dommage l'Europe aurait pu être un grand truc. Nous n'avons pas construit l'Europe des Nations mais réalisé l'europe des administrations. Nous avons additionné les médiocrités de chaque pays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @droopyx

      "La base de la Nation, c'est de choisir qui la compose et sur quelles bases. Plus les États continueront à vouloir se déconnecter des Nations qu'ils sont censés représenter et plus la crise sera grave et violente".

      complètement d'accord ..

      "Dommage l'Europe aurait pu être un grand truc"
      Egalement d'accord..

      Nous aurons peut être un grand Turc à la place!

      Supprimer
  9. Désolé, mais à mon humble avis, il est déjà bien trop tard pour poser ce genre de questions : Le processus d'invasion de l'Europe est en cours. Les flots actuels d'immigrants vont se joindre à ceux qui sont déjà en place depuis de nombreuses année, ceux qui ne se sont pas intégrés et qui "crachent" sur leur pays d'accueil.
    Tout le pourtour sud de la Méditerranée est en voie d'islamisation y compris le Maroc( cf la progression énorme des islamistes au dernières élections) sauf peut-être l'Egypte qui a changé de dictateur.
    En outre, "Big Other" est à la manœuvre pour désinformer le bon Peuple...!
    Pas de volonté politique, pas d'armée pour faire face à l'urgence...Nous sommes dans de sales draps.

    Camille 75

    RépondreSupprimer
  10. Joséphine K. Cohle17 sept. 2015 à 02:16:00

    Corto, je ne suis jamais allée en Aveyron et je t'envie beaucoup, car il me semble qu'on y trouve autant belle pierre que bombance. Puis j'aime bien aussi quand tu dis "dès potron minet".
    Mais pour en revenir au sujet :
    je crois que l'impact des flux migratoires pour redéfinir un réaménagement de Schengen, avec instauration d'une politique de fermeté, de consensus, au gré des volontés et récalcitrances des Etats Membres, bref, je crois que tout ceci ne produira, au mieux, que des accords internes à l'UE qui ne résisteront jamais aux autres accords que certains pays de cette même UE ont convenus avec le Moyen-Orient, avec les pétromonarchies, avec le Maghreb, etc.
    Sans parler de la supervision de l'Otan et de l'ONU.

    Ne crois pas que je dénigre quoi que ce soit, bien au contraire.
    Je pense tout simplement que ces 11 questions appellent à un bon sens et à un pragmatisme qu'une issue majoritaire et locale achemine vers un "Oui", mais sans être à même d'affronter une géopolitique qui en surpasse la mise en oeuvre.

    Je termine par une blague en vidéo, remise dans le contexte des migrants :
    https://www.youtube.com/watch?v=PuRo_Nguhi0

    RépondreSupprimer
  11. Pour les allocations familiales par exemple (point 8) est-ce que les choses ne sont pas plus compliquées que ça ?

    On nous dit : un certain niveau d'immigration est nécessaire et utile. On souhaite par exemple faire venir et travailler en France des gens de bon niveau, des US, d'Amérique du Sud ou de Russie. Il y a par exemple des universitaires russes dans les universités et grandes écoles françaises.

    Mais dans ce cas, ces gens de bon niveau pourraient vouloir aller travailler ailleurs en Europe. Et si on leur fait des conditions trop défavorables, comme par exemple ne plus avoir droit aux allocations familiales ou au regroupement familial, ils risquent effectivement d'aller voir ailleurs.

    Donc ce n'est pas forcément une bonne idée de supprimer ces allocations pendant 5 ans. Ce qu'il faut, c'est pouvoir empêcher les cas bien connus d'abus, où des gens qui ne sont pas très utiles ou qui parfois détestent la France reçoivent ces allocations.

    Mais dans ce cas, il faut les empêcher d'entrer selon leur profil, et les expulser réellement en cas d'abus.

    De même, en école d'ingénieur un de mes camarades venant de Tunisie nous avait expliqué qu'il devait perdre une matinée entière pour renouveler son autorisation en préfecture, ce qui manifestement ne l'enchantait pas (faire la queue à l'extérieur en plein automne, personnel plus ou moins agréable...). Donc il faudrait pouvoir filtrer entre les étudiants étrangers fantômes de SHS, et les gens sérieux qui sont effectivement utiles à la France et qu'il ne faut pas détourner de venir.

    RépondreSupprimer
  12. Question 11 : Sarkozy propose de rétablir ce qu'il a lui-même supprimer à savoir la très mal nommée double peine ? Quelle escroquerie ce parti et ces élus. Quelle perte de temps.

    C'est la survie de la France et de l'Europe qui se joue et certains perdent du temps avec des clowns et escrocs notoires, qui une fois de plus trahiront leurs électeurs une fois élus.

    MLP n'a peut être pas le niveau mais elle a au moins le mérite de n'avoir jamais été au pouvoir, donc on peut encore espérer qu'elle tiendra ses engagements en matière de politique d'immigration.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MLP la mettre au pouvoir sans expérience... le même scénario qu'avec Hollande ...on en voit les conséquences..
      les français fantasment sur certains politiques de façon déconnectée des réalités et ensuite cela sera aux futures générations d'assumer ! on a déjà lourdement donné.. madame Le Pen même si il y a des choses qui semblent proches de la pensée d'une partie des français ( et sur certains points je suis plutôt d'accord) se trainera avec bien des oppositions que ce soit au niveau français, européens ou mondiaux entrainant des blocages. La France aura bien du mal à s'en sortir je le crains...
      Avec 80 % des journalistes à gauche tout son discours sera broyé, cassé, manipulé et l'on verra fleurir encore et toujours des affaires médiatico-politiciennes orchestrées contre elle et les gens de son parti

      le vrai pouvoir en France passe par les médias... Ce sont eux qui bloquent la société et qu'il faut changer
      lire
      http://www.contrepoints.org/2013/02/24/116006-de-lindependance-des-journalistes

      Ou il faudra une révolution complète et tout casser . Sommes-nous prêts?

      Supprimer
  13. Je suis tout de même un peu déçu par le caractère fermé du questionnaire.
    Les Républicains veulent à tout prix rester en conformité avec les diktats de
    la Bien-Pensance...alors ça va dans le bon sens, bien sûr, mais c'est mou,
    vachement mou!
    Festoyez bien en Aveyron, je serai de tout cœur avec vous.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  14. Salut Corto, avez-vous vu cet article…?
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/09/17/01016-20150917ARTFIG00203--le-figaro-empeche-de-suivre-l-evacuation-du-camp-de-migrants-quai-d-austerlitz.php
    Madame Hidalgo a une perception de la liberté d'expression en général et de la liberté de la presse en particulier qui laisse sans voix et d'autant plus après toutes ces belles déclarations de "jesuischarlie" etc… :-)

    RépondreSupprimer
  15. Quelque chose me gêne dans ce questionnaire :

    Sarko n'a donc pas de convictions personnelles et doit déterminer sa politique en fonction des desiderata de ses adhérents ?
    Est-ce un moyen, lorsque la campagne sera (officiellement) lancée, de se dédouaner des accusations qui vont pleuvoir en se retranchant derrière un piteux : "c'est pas moi, c'est eux qui veulent" ?

    Avait-il vraiment besoin de ce sondage pour savoir quel est le point de vue de l'opinion ?

    Il me semble qu'un parti digne de ce nom pose d'abord ses idées et attend l'adhésion. Pas l'inverse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. demandez aux adhérents comme demander à son peuple est une démarche démocratique..
      imposer des lois et des idées comme le fait le pouvoir actuel ne l'est pas.

      on peut argumenter sur le sens des questions et sur certains oublis ou lacunes sur une partie sans doute de récupération mais c'est aussi pour moi normal. Cet homme est au service de la nation de ses adhérents..
      le "c'est pas moi c'est eux qui le veulent" ... le premier devoir d'un politique n'est-il pas la ?

      Supprimer
  16. Je vais voter pour lui.
    Il ne se présente pas ?
    Ah bon ! comme c'est dommage !

    http://news360x.fr/nous-sommes-en-train-de-brader-2-000-ans-dhistoire-la-france-est-bonne-pour-la-sauvagerie/

    Monique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Monique pour ce lien..J'ai tendance aussi à penser que c'est quelqu'un de bien qui redonne de l'espoir et du courage derrière un discours posé et réfléchi. Un rappel des fondamentaux de ce que devraient être nos politiques qui pour beaucoup ont oublié le sens de leurs missions!


      Cet homme est à suivre en tout cas

      Supprimer
  17. Mon cher Corto,
    Certes je n'interviens pas souvent, mais je n'aime pas du tout que vous vous absentiez.... Vous me manquez trop!!.

    RépondreSupprimer
  18. http://www.theguardian.com/world/2015/sep/21/refugee-crisis-anti-quota-eu-leaders-meet-amid-deadlock

    "For the east Europeans, the vexed question is one of decision taking – whether Brussels and Berlin sets their quota or whether they decide themselves to take in refugees. They feel they are being bullied and blackmailed by the Germans who have threatened to withhold EU funding for the recalcitrants.

    For the supporters of quotas, especially in the European commission, the numbers are also less important. For Brussels, the key factor is that the start of mandatory sharing would mark the first tentative steps towards common EU policies on refugees, and set a precedent to be built on."

    Voulez-vous que ce soit la Commission qui décide de la politique d'immigration de la France ? Comme l'indique le passage ci-dessus, c'est bien l'un des buts des promoteurs des quotas.

    Et ça fait diablement penser à Sarkozy et sa "politique d'immigration commune".

    On ne peut pas faire confiance à ce type...

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Les Brigandes et l'Antifa