samedi 30 mars 2013

Le duel Sarkozy-Gentil, un déni de justice ?


Je viens de lire un article-enquête de l'Express sur la mise en examen de Sarko. Bon, le moins que l'on puisse dire, à le lire, c'est que les éléments ayant permis au petit juge de mettre Sarko en examen pour abus de faiblesse sont plus que légers. Il y a du coupage de cheveux en quatre et bien plus de suppositions que de certitudes.

Hier soir, j'ai écouté Maitre Dupont-Moretti, pas vraiment un pote de Sarko. Lui aussi semblait trouver tout cela bien léger. Il approuvait la consternation générale et les propos soi-disant outranciers  de Guaino sur ce fameux " abus de faiblesse ". Moretti, avocat renommé, déclara même qu'il était encore heureux que l'on puisse critiquer une décision de justice. Il alla même jusqu'à donner quelques exemples vécus des curieuses pratiques du juge Gentil dans le dossier Bettencourt.

Mais revenons à l'article en question et au secret de l'instruction. Quel secret ? Compte-tenu des détails rapportés, on peut supposer que les enquêteurs, comme bien d'autres, ont eu accès à certaines pièces du dossier. En fin  d'article, l'Express nous retranscrit la passe d'armes finale entre le petit juge et Sarko et conclut ainsi: " Malgré sa violence, cette passe d'armes ne figure pas, noir sur blanc, dans la procédure. "

Ainsi, l'Express nous confirme avoir eu accès à la procédure. Comment cela est-il possible ?

Les politiques et journalistes de tout bord, selon la personne mise en cause par la justice, se plaignent, à juste titre, du non respect de la présomption d'innocence et du peu d'indépendance de la justice vis à vis du politique - qui peut d'ailleurs y croire ? - . Mais comment  pourrait-il en être autrement dès lors que, dès qu'une affaire sensible débarque, souvent à point nommé, dans les médias, l'on s'aperçoit que les PV d'entretiens ou les détails de la procédure sont connus des journalistes ?

Au final, peu importe d'où viennent les fuites, nombreux sont ceux qui en profitent, y compris les gardiens de la dite-justice; ce qui est sûr, c'est que la Justice aurait tout intérêt à faire en sorte que cela cesse. Il y va de sa sérénité et de sa crédibilité. En supposant que ces deux vertus aient une quelconque importance en matière de... justice.

Folie passagère 1641.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

19 commentaires:

  1. En supposant que ces deux vertus aient une quelconque importance en matière de... justice. comme tu l'écris si bien. Malheureusement, il semble que la justice soit une valeur à géométrie variable. Ou qu’émerge une justice hors-sol, comme pourrait le dire Obertone.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Al! T'as vu cette sortie de Jean-Paul hier soir?
      Magnifique! J'ai hâte de voir comment il va se justifier face à Samia.

      Très bien sentie la justice hors-sol!
      Tiens, Dupont Moretti a réussi à faire acquitter un mec qui avait scalpé la tête d'un rival. Il devait en prendre pour 20 ans.
      Il me fait un peu penser à l'avocat du diable ce mec.

      Supprimer
    2. @al west: la justice s'accommode bien de toutes ces fuites lorsque cela l'arrange pour faire pression. par contre que l'on fasse " pression " sur elle...
      As-tu vu comment a été monté en épingle, à la vitesse grand V,cette histoire de menace de mort sur Gentil ? ahurissant !

      Supprimer
    3. @Pierre: Moretti est avocat et n a donc qu'une unique mission faire sortir ses clients. C'est son job et il le fait plutot bien.

      Supprimer
    4. Ouais, sauf que là, l'avocate va envoyer Jean-Paul en taule pour propos raciste, elle l'aura eue, sa revanche [/pblv] (la salope, ouhhh la salope !) -et que pour Jean-Paul, c'est double voire triste peine puisqu'il risque de perdre Samia et le têtard.

      Supprimer
    5. @al west et Pierre: quitte a passer pour un âne... qui sont jean paul et Samia ?

      Supprimer
    6. Ils sont dans la série, les dignes représentants du cliché flic beurette et flic raciste.
      Tout les opposait et pourtant ils se sont mariés et ont eu un enfant dans la série.

      Supprimer
  2. "l'Express nous confirme avoir eu accès à la procédure. Comment cela est-il possible ?"
    Ca c'est une bonne question Corto!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pierre: oui, et à quand une enquête là-dessus ? mystère et boule de gomme

      Supprimer
  3. Ce ne serait pas la première fois, mon cher Corto, que les journalistes auraient été renseignés directement pas le bureau du juge.
    Cette mise en examen pour "abus de faiblesse" outre qu'elle est scandaleuse, ne tient pas la route.
    De plus en plus de personnes appartenant aux milieux judiciaires ne se gênent pas pour le dire.
    Restent les courtisans qui, eux, seront toujours du côté du manche.
    Mais il suffit de scruter leurs carrières qui, en général, se déroulent aussi bien quand la droite est au pouvoir que quand c'est la gauche - ils figurent sans doute parmi les membres du Siècle - pour comprendre qu' on a à faire à des opportunistes dont toutes les allées du pouvoir sont encombrées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: du côté du manche ... alors un gros manche qui tire bien à gauche...
      Lorsque j entend la patronne du syndicat de la magistrature mettre devant caméra en accusation Guaino qui avec ses déclarations aurait " entrainé les menaces de mort avec balle " livrées par courrier...

      Les juges ou magistrats devrait s en tenir au plus strict devoir de réserve. Point barre

      Supprimer
  4. Cette mise en examen a des allures de condamnation...Le juge Gentil a bien fait son travail, son maître doit être très content...
    Que ce soit au niveau des "affaires sensibles" ou des "quartiers sensibles", je n'ai plus confiance en cette justice rendue soit disant en mon nom.
    Quand une part importante de la population se méfie des politiques, de la presse, de la justice, ça sent mauvais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: quelqu un hier disait sur le plateau de taddéi qu'en ce moment tout n'était qu'invectives, delits d opinion, de condamnations et des juges et de la justices, des présumes innocents devenus présumés coupables... que nous étions dans un état de vacuité total en ce qui concerne le discours politique et que historiquement, c'est de ce type de contexte que partaient les révolutions...

      Supprimer
  5. Ce juge savait très bien ce qu'il faisait. Car même s'il n'a aucun élément viable pour le mettre en examen, le seul fait de le "mettre" en examen fait que les détracteurs de Sarkozy vont lui taper dessus en le considérant coupable... Un peu à l'image de Joly lundi soir dans "Mots Croisés"... qui ne s'est pas gêné de parler de culpabilité en parlant de cette affaire... Ce que Calvi a tout de même relevé...Et elle faisait quoi comme métier la Eva....????

    Sachant que Sarkozy était populaire, que Cahuzac démissionnait et que Hollande frôle dangereusement avec les pâquerettes dans les sondages, cette mise en examen est arrivée au moment idéal...
    Mais seuls les gauchistes aveuglés par leur idéologie doublée de leur haine sans limite de Sarkozy ne sont pas capable de reconnaitre la réalité...
    Et malheureusement, ils sont encore trop nombreux.... surtout à la télé...

    Décidément, ils ne lui auront vraiment rien épargné à Sarko....

    Titi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. titi: perso, je n ai jamais cru aux sornettes que l on débitait sans arrêt sur Sarko: Karachi, la campagne Balladur, Bettencourt et toussa. je n'attends qu une chose c'est que tout cela se déballonne.

      J ai vu la Joly l'autre jour chez Calvi: elle utilise elle-même les arguments qu'elle condamne.

      Supprimer
  6. Le sport national des juges c'est de se faire une tête , gauche -droite ils s'en foutent , le tout c'est qu'on en parle ,tant pis pour les dégats, eux s'un sortiront toujours , vraiment très rare qu'ils en subissent les conséquence , justice française = justice de merde et je sais de quoi je parle mais un peu long à expliquer , bon week-end à tous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @claude henri: de merde je ne suis pas sur , plus que douteuse parfois assurément !

      Supprimer
  7. On connaît déjà les fameux "off" entre les journalistes et les politiques (voir http://livre.fnac.com/a1370624/Daniel-Carton-Bien-entendu-c-est-off) et ça existe très certainement entre les juges et les journalistes sans doute sous une autre forme. Par quel procédé précisément? On sait juste que l'Express sait ce qu'il y avait pas dans la procédure. On sait aussi que le juge Gentil est contre Sarkozy en s'opposant à lui sur une réforme. Que le syndicat de la magistrature soutenait le candidat Hollande face à Sarkozy. Et enfin étant abonné j'ai constaté que le candidat Hollande n'était pas présenté à sa juste valeur pendant la campagne présidentielle dans les colonnes de l'Express. Ces infos solides ouvrent quelques pistes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @judex: on sait surtout que les magistrats ne pouvaient pas souffrir Sarko qui leur rendait bien. y a un coté revanchard chez le juge Gentil, Taubira and c° qui ne me plait pas. tout esprit revanchard est par définition peu objectif. La "vengeance des petits pois " comme titrait le dernier edito de Barbier.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique