vendredi 1 juin 2018

Loi anti Fake News, je la sens mal, ça pue. Comme un parfum de Pravda...

Résultat de recherche d'images pour "emmanuel macron"

La loi anti-fake news, je la sens mal surtout depuis qu'elle a été rebaptisée hier loi " contre la manipulation de l'information". Ça a comme un parfum de Pravda, comme un parfum de légalisation d'une censure d'Etat. Je n'aime pas, pis, je trouve que cela a quelque chose d'effrayant, un p'tite touche supplémentaire de Big Brother à la sauce Farenheit 451. J'ai beau avoir lu des dizaines d'articles sur le sujet, je ne suis pas sûr d'avoir tout saisi si ce n'est cette odeur sulfureuse d'une sorte de totalitarisme étatique qui se mettrait en place... Une impression, un sentiment, une inquiétude qu'aucun groniqueur, journaliste ou expert appointé n'a pu encore levé

On nous dit qu'échaudé par les fausses infos et les rumeurs qui avaient été colportées sur lui pendant la campagne, Jupiter s'était juré de construire un arsenal juridique visant à contrôler tout ce qui serait publié sur les plateformes internet, à la télévision, sur les radios et autres organismes de presse. Et qui dit contrôles, dit potentiellement répression, interdictions de publication, retraits de certaines informations déjà publiées, amendes et éventuelles peines de prison.

Comme il se doit, tout travail législatif et toute élaboration des textes de loi sont suffisamment compliquées, complexité augmentée par le vocabulaire juridique employé, pour que le lambda moyen ne puisse s'y retrouver, voire s'en désintéresse, laissant le soin... aux législateurs et autres commentateurs de nous expliquer les tenants et les aboutissants du machin en gestation. J'ai beau avoir lu des dizaines d'articles sur le sujet, je ne suis pas sûr d'avoir tout saisi si ce n'est cette odeur sulfureuse d'une sorte de totalitarisme étatique qui se mettrait en place... Une impression, un sentiment...

Un juge aura 48h pour se prononcer et ordonner le retrait de ce qui lui aura été présenté comme une fake news ou une tentative de manipulation de l'information.  Un juge rouge ? Un juge du syndicat de la magistrature ? Et quels moyens seront donnés à la Justice pour s'atteler à pareille charge supplémentaire ?

Le CSA dont le président est nommé par le Président pourra empêcher, suspendre ou mettre fin à la diffusion de services de télévision contrôlés « par un État étranger ou sous l'influence de cet État », et qui portent atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation (Citées nommément par Macron devant Poutine, on imagine que Sputnik ou Russia Today, mais pas qu'eux seulement, ont du souci à se faire.

Pendant les 3 mois précédents une élection, des obligations de transparence renforcées seront imposées aux plateformes numériques... et la Justice, par référé, pourra faire cesser la diffusion de ce qui aura été jugé comme une fausse information ou une manipulation de l'information... Les plateformes numériques (dont celles hébergeant les blogs) deviendront-elles ainsi, par procuration, des censeurs d'opinion, des garde-chiourmes de la pensée jupitérienne ?

Seuls les organes d'information " officiels " (journaux dont 90% sont subventionnés par l'Etat, télévisions,...) seront-ils les garants de la diffusion des "vraies" informations ? L'Humanité ou Libé pourront-ils continuer à grimer Sarko en Pétain ou en Adolf quand un blogueur ou un facebooker sera interdit de publication et/ou condamné pour avoir caricaturé Macron en Ceaucescu ? Et si tel était le cas comme cela semble se présenter, est-ce à dire que nous ne pourrons plus critiquer, démonter voire juger ces organes dans la mesure où elles détiendraient la vérité ?

Le problème de cette loi, c'est, qu'à l'initiative de Macron, elle est montée de toutes pièces par des "idéologues", des gens, comme notre Président, qui considèrent que globalement le monde est satisfaisant et que ceux qui s'attaquent au système ne peuvent être que des extrémistes délirants. Les peurs de ces derniers ne s'expliquent que par leur démence, et tout doit être fait pour les empêcher de sévir (1). Il y aurait donc la "vraie" information détenue et véhiculée par ces gens raisonnables et tout le reste ne serait qu'issu d'un camp manipulateur, extrémiste, populiste. Un arsenal juridique dévolu au camp du Bien contre le camp du Mal, comme toujours, les progressistes à la sauce Macron contre les réactionnaires, la gauche contre la droite, le Nouveau monde contre l'Ancien...

Tout cela reste flou pour le non juriste que je suis, techniquement ardu à comprendre mais j'ai une certitude, ça pue. Ça pue la censure institutionnalisée. Il y a du liberticide dans l'air et chaque citoyen ayant la démocratie chevillée au cœur devrait s'inquiéter de ce qui n'est pour l'instant qu'un projet de loi plutôt que de se soucier de Zidane ou du temps qu'il fera demain. Après, il sera trop tard.

Je me souviens qu'il y a un an ou deux un haut fonctionnaire me disait que nous, blogueurs "nauséabonds", aurions grand intérêt à nous regrouper au sein d'une association qui défendrait notre liberté d'expression, il semblerait qu'il n'avait sans doute pas tort, juste un peu d'avance...




Résultat de recherche d'images pour "loi anti fake news"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

32 commentaires:

  1. cela fait des années que les politiques en rêvaient, le gouvernement de jupiter 1er l'a fait, il faut dire que leur bête noire c'est internet, ce méchant internet empêcheur de tourner en rond. La moindre connerie qu'ils racontent, les moindres et les énormes bobards qu'ils font gober au petit peuple, se retrouvent décortiqués et leur reviennent en pleine gueule, tel un boomerang devenu fou. La populace ne croit plus en rien et surtout pas en sa presse étatisée, bien gavée d'argent public et de privilèges fiscaux, c'est bien dommage pour tous ces donneurs de leçons qui voudraient bien planquer leurs turpitudes, leur patrimoine, leurs lâchetés. Alors, comme en face de cet état intrusif, ne se trouvent que des veaux, pourquoi s'en priver? légiférons et installons discrètement une belle loi qui, sous couvert d'éduquer l a plèbe, se révèle bien le début d'une dictature, d'une police de la pensée, la première étape au délit de blasphême. Dans tout pays totalitaire, les grandes lois répressives sont toujours promulguées "pour le bien des peuples", on commence par la censure, le bûcher médiatique, puis suit l'auto censure, le mal silencieux et bientôt on brûlera les livres. Oui, mon cher Corto, cette loi pue gravement le SAvonarole, le Staline, le Pol Pot, ça pue le charnier des idées, la peur de se prendre une giclée d'acide en pleine rue, la peur de penser différemment, la trouille de se retrouver en prison dans un délire kafkaïen à la Tommy Robinson. la pétoche de la cour de récré face aux brutes. Il y a quelques années, un fameux rapport sur l'intégration préconisait sans rire qu'à l'avenir il faudrait taire l'origine ethnique des criminels dans les journaux, qu'une place de chaque village français devrait être rebaptisée du nom d'un migrant et bien d'autres propositions délirantes, j'avais aussitôt pensé aux faux villages en carton que Staline faisait voir aux passagers étrangers des trains pour planquer l'effroyable misère des russes, est ce cela qui nous attend? une vitrine idéale mensongère à coups de lois, de novlangue, de lâchetés? Carpe Diem

    RépondreSupprimer
  2. En effet, ça pue le totalitarisme mou. Signez la pétition : http://www.citizengo.org/fr/pc/161729-non-au-projet-loi-contre-les-dites-fake-news?m=5

    RépondreSupprimer
  3. Il y au un certain temps déjà, mon cher Corto, que je me dis que si nous étions en campagne électorale, votre blog serait fermé.
    Je pense que ce pouvoir ne reculera devant rien. Il ne restera plus dès lors, au citoyen que de s'abstenir, pour être sûr de ne pas faire un vote de manipulation.

    RépondreSupprimer
  4. Ce qui me rassure c'est la bande à Jupiter qui va se retrouver au trou avec tous les fake news qu'ils nous balancent pratiquement tous les jours .
    Cela fait déjà quelques mois qu'on parle de ce projet sur twitter , Facebook , de big brother à la française .
    Il doit me rester un poste à galène sur un étagère , je vais le remettre en état on ne sait jamais .

    RépondreSupprimer
  5. Géo

    Le macron n est que l agent sis en France,illégalement élu par fraudes et manipulations,d une pègre oligarchique mondialiste faussement appelée "élites", composée d un ramassis de dégénérés malfaisants et cupides qui veulent détruire les nations et réduire les peuples en esclavage par goût du pouvoir et du profit.

    Son nouvel oukase illégal en préparation n est que l expression d une offensive lancée au niveau mondial par cette pègre.Semblables mesures sont en cours en Occident frappé de décadence car c est seulement sur les organismes en décomposition que ces genres de parasites peuvent prospérer et pondre de telles mesures.
    Ils sentent que les peuples commencent à s éveiller et ils ont peur,comptant sur la crainte du gendarme et du juge pour soumettre ces gens.
    C est à dire sur de simples humains pour en soumettre d autres.
    Ça et la dégradation et l inversion des valeurs morales préfigurent à chaque fois,à chaque fois,aussi loin que l humanité existe,l effondrement d un monde et de son oligarchie dégénérée.
    Il suffit de voir dans quel état nous sommes pour comprendre que ce nouvel oukase reposera sur des fondations qui s effondrent sous nos yeux.
    Ces efforts pour empêcher la réalité d envahir notre espace sont dérisoires.Ils montrent l incapacité d une oligarchie criminelle et mafieuse à s adapter aux circonstances en innovant de nouveaux concepts en rapport avec le présent.
    Ils montrent que cette oligarchie n a plus de ressources intellectuelles à mobiliser pour se maintenir,c est un aveu de faiblesse grave.
    Elle est donc condamnée à disparaître,ce n est pas qu'il faille le souhaiter ou non mais il s agit d une loi universelle qui voue les déficients à disparaitre.
    Il peut bien tout censurer,le macron,ça va contrarier du monde mais ça ne sauvera pas le système qu'il est chargé de défendre.
    En d autres termes,c est foutu.Le macron marche dans le vide.Regardons le s enfoncer et tomber.Et tant pis ou bien fait si on tombe avec sa pègre oligarchique il ne fallait pas les croire ni les laisser faire.Que ça serve de leçon mais le problème c est que les peuples oublient vite les leçons et à chaque fois il leur faut le bâton pour les leur apprendre de nouveau.

    Malgré lui le macron est un enseignant.Il est vide et nul certes mais c est le genre de nullité qui à son corps défendant sert à enseigner les peuples qui sont trop feignants pour retenir les leçons et exemples de leurs ancêtres.

    RépondreSupprimer
  6. C'est même beaucoup mieux que ça:

    Un journaliste de RT France s'est vu privé d'accès à l'Elysée par un gendarme, sur consigne expresse de la présidence et malgré présentation de sa carte de presse. "Vous travaillez pour Russia Today, vous ne pouvez pas rentrer", lui a-t-on expliqué.
    "Le président a été clair à ce sujet", annonce le gendarme. "Tant que c'est Russia Today, ou que vous travaillez pour Russia Today, vous ne pouvez pas rentrer"
    Après avoir dans un premier temps évoqué de prétendues "fake news", sans jamais citer d'exemple précis, l'entourage d'Emmanuel Macron a ensuite sensiblement modifié son discours: récemment, Mounir Mahjoubi, secrétaire d'Etat au Numérique, avait finalement reconnu que RT ne relayait pas de fausses informations mais que son "état d'esprit" posait problème.


    et ça a le mérite de la "franchise"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'affirmation du gouvernement que RT ne diffuse pas de fausses informations mais n'a simplement pas le bon esprit est à relayer! Un lien?

      Supprimer
    2. Entre-autres:
      https://francais.rt.com/france/51147-president-a-ete-clair-journaliste-rt-france-nouveau-refoule-elysee-video
      https://fr.sputniknews.com/france/201805301036598029-reporter-rt-france-entree-elysee/
      même si c'est sur RT France et Sputnik... les autres médias étant relativement... discrets...
      Mais une recherche sur "RT france Elysée" fournit quelques résulatats, avec les mêmes vidéos publiées également sur youtube

      Supprimer
  7. Pour puer, ça pue... Dans aucun doute.
    Encore une fois, je ne peux que plussoyer la clairvoyance de votre billet. Hélas !...

    RépondreSupprimer
  8. Les Français ont largement prouvé, ces derniers jours encore, qu'on peut leur faire gober n'importe quoi...alors, ils vont gober qu'il faut absolument une loi de censure pour les mettre à l'abri des "fausses nouvelles" et dans leur immense bêtise ils sont bien capables de dire merci, en plus...ça pue de plus en plus, faudra-t-il que ça deviennent totalement irrespirable pour avoir un semblant de réaction ?
    Tant qu'on aura des chaines de sport et des coupes du monde de tout et n'importe pour occuper l'esprit et capter l'énergie des veaux que nous sommes, ils peuvent sans problème poursuivre leur travail de sape...
    Juste ce qu'il faut de pain et des jeux, voilà comment on peut sans tirer un coup de feu, mettre à genoux tout un peuple...

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est qu'une extension de la loi Fabius-Gayssot. Vous deviez vous y attendre, alors de quoi vous plaignez-vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien justement, il se plaint de "extension" annoncée de la loi Gayssot comme vous l'écrivez ou plus généralement de toutes les lois liberticides destinées à bâillonner les oppositions sur l'autel de la bien-pensance, rebaptisée "lutte contre les fake-news". Qu'est-qui vous échappe dans l'article? Il semble assez clair !

      Supprimer
    2. Répondre à une question par une autre question. Un grand classique de la chutzpah...

      Supprimer
  10. Ça ne changera pas grand chose vu que ce sont les médias qui font les élections, il suffit de voir la dernière. Mais c'est effectivement inquiétant.

    Le Nain

    RépondreSupprimer
  11. Je lis "l'état d'esprit pose problème" donc tout est dit, la simple interprétation subjective d'un type de pouvoir est suffisante pour censurer "le mauvais esprit". Nolus allons rencontrer le problème quand on écrit "pour" le futur, une simple opinion pour le futur qui pourrait ne pas plaire.
    Je prends l'exemple de Mamadou devenu par celui qui soigne les écrouelles, Pinpom Spiderman. Il me semble que la phase suivante sera "la disparition tragique" pour faire pleurer dans les chaumières et pour glorifier la cause justifiant le dernier hommage devant la plaque d’égout.
    Toujours impliqué dans les missions les plus périlleuses, Pinpom S, s'accrochant au dernier balcon du 13ème d'un immeuble du 13ème (un vendredi en plus, putain) pour sauver mamie sous herbes euphorisantes, n'a pu éviter la chute dans les nems et rouleaux de printemps. En Afique il serait tombé dans le mil pour autant qu'il existe des baobabs hauts de 13 étages.
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  12. Oh oui ça pue, et ce n'est que le début, ils vont se sentir de plus en plus forts et comme on rentre en période d'idiotie footballistique, ils peuvent faire ce qu'ils veulent, le petit peuple est devant son écran avec sa bière et sa pizza et ça ne réagira pas, sauf quelques-uns, dont les nauséabonds que nos sommes, vont pouvoir hurler dans le désert, ça ne servira à rien, l'avenir n'est pas rose va falloir s'organiser, bon, on la fait cette association ?

    RépondreSupprimer
  13. On est dans 1984 de Georges Orwell, le mensonge est une vérité et la vérité est un mensonge. Quand j'ai lu ce roman il y a une dizaine d'année, je trouvais les concepts d'inversion sémantique et surtout de novlangue tirés par les cheveux. Je me suis lourdement trompé.

    En son temps, Orwell a compris le totalitarisme, comme Einstein la relativité du temps, Marx la nature fétichiste du capitalisme et Archimède la poussée qui porte son nom. Pas parce qu'ils ont eu une révélation, un éclair de génie.
    Ils ont observé un phénomène réel, l'ont décrit et ont su le comprendre. Ainsi ils ont été en mesure de prédire leur apparition et leur évolution. C'est ça le vrai génie.

    RépondreSupprimer
  14. Article très pertinent ! Les Français ont trouvé ce qu'ils cherchent: du mépris et encore du mépris, joliment emballé dans de beaux discours sirupeux et rassurants. Leur liberté d'expression et de penser n'est ni leur priorité ni leur préoccupation. Ils vivent au rythme de la télé, des congés payés, des grands évènement sportifs, et des courses à l'hypermarché. Pas le temps ni le besoin de penser. Il est plus simple de penser comme les autres !
    N'avez-vous pas déjà remarqué que la majorité pense et parle comme la télé leur dit de penser et de parler ?
    C'est un monde uniforme et stérile qui s'est installé durablement. Un monde ultra dominé par une oligarchie invisible qui bénéficiera à terme de privilèges immenses inaccessibles aux classes dominées et domestiquées.
    Le monde des Alpha, Beta, omega..... du roman incontournable "Le Meilleurs des mondes" d'Aldous Huxley et la Novlangue de "1984", de G. Orwels, et biennous y sommes en plain dedans ! Des livres à relire, juste pour s'effrayer et surtout pour se réjouir de ne pas avoir 20 ans !

    RépondreSupprimer
  15. J'ai un doute. Si j'écris que Macron est le meilleur président qu'on ait jamais eu et qu'on aura jamais, est-ce une fake new? Qu'est-ce que je risque?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend de votre vocabulaire, par exemple il ne faut pas abréger "Größter Feldherr aller Zeiten" en GROFAZ (cas historique).

      Supprimer
  16. Cette loi est une mauvaise nouvelle pour la liberté d’expression telle que nous la pratiquons aujourd’hui encore. C’est à dire de pouvoir nous exprimer librement sur la FORME et sur le FOND.

    Des dispositifs contre la forme sont déjà nombreux et ont interdit des mots, des références, des dessins, des photos etc... » On ne peut plus dire çà ou çà » . Ou même il est proscrit de citer tel ou tel auteur, penseur ou homme politique. Par exemple, citer Maurras, nous place d’office dans le camp des adversaires sans se soucier du contenu de la citation.

    Cette loi s’attaque au fond ; il s’agit de contrôler le contenu de la pensée. C’est effectivement un nouvel palier dans le verrouillage de l’opinion publique.

    Pourtant, cette loi signifie aussi que le Régime ne parvient pas à maîtriser cette opinion publique comme il voudrait. Ce Régime se cabre. Bien sûr, des sites ou des blogs seront fermés mais à cela il faut répondre par l’ouverture d’autres. Il faudra aussi apprendre à fermer soi-même son site dès que l’on sent que la menace se précise et qu’on est dans le viseur du Pouvoir.

    Une autre moyen de combat : le SYLLOGISME. Les réactions de colère, d’indignation ou de lutte seront de plus en plus difficiles. Il faudra, à mon avis, s’abstraire de plus en plus de tout sentiment ou de toute satire politique et armer son discours par le raisonnement seul.

    RépondreSupprimer
  17. C'est même encore et toujours beaucoup mieux que ça:

    Mercredi matin, sur CNEWS, dans son émission L'heure des pros", Pascal Praud a notamment évoqué avec ses invités Mamoudou Gassama, l'homme qui a sauvé un enfant en escaladant la façade d'un immeuble. Autour de la table, les propos tenus par André Bercoff ont quelque peu surpris les autres invités ainsi que de nombreux téléspectateurs. Le CSA a ouvert une instruction après avoir reçu des plaintes de téléspectateurs.
    "J'estime qu'en tant que citoyen, j'ai le droit de poser des questions sans me faire traiter de complotiste. Il y a des gens qui sont en train d'enquêter. D'ici quelques jours ou quelques semaines, vous aurez des réponses. Je ne les connais pas. Avant d'écarter quelqu'un qui questionne, on se renseigne. Et moi je demande une enquête. En ce moment, j'ai des journalistes qui enquêtent (...) Des milliers de gens se posent des questions", a ajouté André Bercoff."Franchement, le CSA a d'autres choses à faire. Enfin, s'il a envie de le faire, c'est son problème et son boulot. Je trouve lamentable que le CSA ouvre une enquête là-dessus. Je vais vous dire ce que c'est ça : c'est la Corée du Nord. On n'a pas le droit de poser des questions".



    http://www.jeanmarcmorandini.com/article-381717-exclu-enfant-sauve-face-a-face-tres-tendu-entre-andre-bercoff-et-jean-marc-morandini-je-veux-la-verite-et-qu-on-reponde-a-mes-questions-video.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Géo

      À Bedeau

      "Pas droit poser questions"

      Et si on ne pose que des affirmations ayant pour but de valoriser mamaudoudou par exemple?
      Normalement c est bien vu par le "pouvoir", non?

      Par exemple du genre:
      " le mérite de Mamaudoudou n est pas reconnu à sa juste valeur.Son acte est d autant plus courageux qu'en plus de grimper il lui fallait décrocher en un clin d oeil le harnais de sécurité du gamin ou du nain accroché au balcon pour pouvoir le projeter sur le balcon.

      (Le gamin est doué,un petit génie qui plie les jambes au moment voulu pour ne pas heurter la rambarde malgré la vitesse de l action et regarde le sol pour pouvoir apprécier l endroit où il va déplier ses jambes quand mamaudou va le poser,comme si il on lui avait tout appris auparavant.Vu en agrandissements d arrêts sur images de mon tel)
      Et qu'on ne dise pas que c est le type en blanc qui a décroché le harnais du balcon ce serait une fausse info visant à dévaloriser le mérite de Mamaudoudou,vrai stakhanoviste du sauvetage aérien.

      Voilà.Cela devrait plaire à la version officielle visant à promouvoir le héros migratoire.

      Supprimer
  18. Au risque de me répéter par rapport aux commentateurs précédents: oui, c'est bien 1984 de George Orwell qui nous tend les bras. Il y est dit que lorsqu'on extirpe un mot du vocabulaire courant, ce n'est pas que le mot qui est éliminé mais aussi le concept qu'il véhicule.
    Qui est dupe au point de penser que ce genre de loi ne serait pas un outil à peine voilé pour éliminer les opinions dérangeantes et/ou qui vont à l'encontre du courant dominant dicté par ceux au pouvoir - qu'ils se targuent démocrates ou pas?

    Vous savez ce qu'il y a avec les régimes totalitaires, autoritaires et se définissant par divers -ismes? Au moins on sait à quoi s'en tenir. Ils ne font même pas semblant, on sait que les opposants seront inquiétés et les systèmes d'expressions (media, art etc...) mis en coupe réglée. C'est connu d'avance, cela fait partie du menu et vous aurez exactement de qui est au menu (voire pire si affinités)

    La démocratie c'est autre chose: telle une belle garce hypocrite, derrière sa jolie robe de pureté, elle recourra à des méthodes certes un peu plus soft mais similaires à celles de ses voisins autoritaristes dès que le pouvoir en place et sa pensée dominante sont menaçés (ou simplement contrariés.) Cela va commencer par le politiquement correct, vous n'oserez plus appeler un chat, un chat sans vous faire traiter de faf, de nauséabond et toutes ces choses. Ensuite, vos opinions déjà marginalisées seront traitées de Fake News et criminalisées car oui, c'est cela qui nous pend au nez à terme.

    C'est une loi organique: l'entité au pouvoir va assurer sa place en resserrant les boulons afin de garder la populace sous contrôle. C'est vrai pour le couple alpha d'une meute de loups, c'est vrai aussi pour un gouvernement.
    Et pour un gouvernement, internet quelle horreur! Des gens qui parlent librement, merdalors! Les fake news à droite, les sources fiables à gauche, en rang et je ne veux voir qu'une seule tête!

    RépondreSupprimer
  19. La Pensée Unique au sein du Politiquement Correct conduit à la Dictature. Je le crains depuis des années, je suis en train de le vérifier.
    Même autour de moi, je le constate :les gens commencent à avoir peur de parler, préfèrent la "certitude" d'une info officielle plutôt que le libre-arbitre et l'esprit critique des réseaux sociaux. Comme toute liberté (ou ce qu'il en reste), elle doit se pratiquer avec discernement. Notre président préfère la museler. Nous sommes en pleine régression ! Danger !

    RépondreSupprimer
  20. "Tout dans le Macron, rien contre le Macron, rien en dehors de Macron". Il veut qu'on l'aime ce ptit mec.

    Le fascisme en marche avec la justice, pardon les commissaires politiques aux ordres.

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour .
    "Pendant les 3 mois précédents une élection, des obligations de transparence renforcées seront imposées aux plateformes numériques ", est-ce qu'il en sera de même pour la justice ( je pense bien sûr à l'affaire Fillon ) ?
    Ortek

    RépondreSupprimer
  22. Ils sont quand même cons comme la lune nos futurs censeurs,qui espèrent faire tomber la vérité autorisée depuis la planète Jupiter: Ils s'étaient tellement félicités du véto du président de la République italienne à la nomination de Paolo Savona,un eurosceptique notoire,au ministère de l'économie,que Savona fera bien partie du nouveau gouvernement italien, mais comme ministre des Affaires européennes!
    Contrôle ou censure programmée des informations,ils ont dû en avaler leur chapeau,Micron le premier!
    Tant que nous pouvons encore tourner en dérision leurs mensonges par omission et leur tentatives maladroites de contrôle social,tout n'est peut être pas perdu...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le "cas Italien" est intéressant, ils se sont déballonnés devant un probable accroissement du mécontentement mais il est difficile d'évaluer la direction que ça prendra: est-ce que l'étouffement "en douceur" des contestations va réussir ou bien est-ce que les mensonges de plus en plus flagrants vont finir par énerver des gens qui jusque là n'y prétaient pas attention?
      Si des cas exemplaires sont sérieusement démontés, les Skripals, le faux assassinat de Babchenko, le MH17 (la Malaisie s'impatiente) ou si il est prouvé que le Mamadou était une mise en scène ça peut quand même débloquer la situation.

      Supprimer
    2. Géo

      À Réalist

      Je trouve que le gouverkiment fait bien les choses quand même.Il ne faut pas voir tout en mal.L idée de proposer à des mecs dans une bande et qui peuvent avoir un casier judiciaire long comme le bras d effacer ou cacher leur dette en participant à des petits scénarii visant à promouvoir leurs congénères auprès d autochtones sceptiques,si elle s avérait être confirmée,ne prouverait-elle pas la grande humanité du commis de Rothschild/Soros/Goldman Sachs?
      (Je commence à bien penser et à être dans les clous avec les oukases gouverkimentaux,puisque faisant éloge de la politique menée)
      Je ne poserais pas la question de savoir depuis quand un petit banquier d affaires et une clique de singes corrompus en hermine peuvent se permettre de pondre pour l un et appliquer pour les autres des oukases interdisant aux gens d exprimer leurs idées alors que ce n est même pas foutu de gérer correctement des finances et que ça vend le pays à ses employeurs avec la monnaie de singe que ces derniers fabriquent à cet effet,je ne poserai pas cette question ce serait mal de le faire car aspirant désormais à être un citoyen modèle.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient