jeudi 14 juin 2018

Macron, les minima sociaux et le pognon de dingue...



Nouvelle opération de com' de notre Jupiter qui a fait fuiter cette vidéo dans laquelle on entend le chef de l'Etat, en son palais national et sous les dorures, déclarer: "On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas. Les gens pauvres restent pauvres, ceux qui tombent pauvres restent pauvres. On doit avoir un truc qui permet aux gens de s’en sortir."  Une déclaration qui fit aussitôt polémique pas tant par le message qu'il a voulu faire passer, comme souvent maladroitement en voulant "faire peuple", que par la mise en scène - "faire peuple" quand se vautre sous les ors de la République, fallait oser - et l'utilisation du mot pognon. Juste une manière d'introduire son discours social du lendemain, lui donner plus de retentissement, discours qui risquait de passer inaperçu tant la polémique Aquarius et la crise diplomatique avec l'Italie avaient pris de l'ampleur; d'une pierre deux coups: faire diversion et tenter de gommer un tant soit peu son image de président des riches... tout en nous prenant une nouvelle fois pour des perdreaux de l'année... 

Une fois ce qui précède pris en compte, que penser de ces propos jupitériens si ce n'est être totalement d'accord avec ceux de l'ami Koltchack ci-dessous que je reprends à mon compte: 

" Je sais que je vais en faire hurler certains, mais si on met de côté le personnage et le certain mépris qui transpire de ses propos, force est de constater que le constat est parfaitement juste. 

Y-a-t-il eu, jusqu'à présent, la moindre tentative de contractualiser l'aide sociale ? Non. 

Y-a-t-il eu la moindre évaluation quant aux résultats des diverses et trop nombreuses aides, au point que personne n'est foutu d'en donner le nombre exact, qui existent ? Non. 

Y-a-t-il eu la moindre tentative pour limiter les pharaoniques frais de fonctionnement de la machine étatique en charge du social, et qui pompe 50 milliards d'euros au passage ? Non. 

Y-a-t-il des contrôles systématiques pour vérifier que chacun a bien droit à ce qu'il perçoit ? Non. 

Plus de 30% du PIB, c'est à dire de la richesse annuelle produite par le pays, sont engloutis dans le social, et ça dure depuis des années. Pour quel résultat concret ? Nada, wallou, que dalle, comme la politique de la ville, c'est du pognon qui s'évapore sans le moindre résultat palpable. 

Tous ceux qui hurlent à la spoliation fiscale, à raison d'ailleurs, devraient acquiescer plutôt que de se laisser polluer l'esprit par une mentalité de gagne-petit communiste aigri. 

Le social, toutes branches confondues, c'est 740 milliards d'euros qui sont engloutis. La France c'est à peine 1% de la population mondiale, en revanche à elle seule elle totalise 15% des dépenses sociales mondiales. Mais tous ceux qui gueulent ont raison, hein, le pognon coule à flot, le pays n'est pas endetté, il peut se permettre de foutre le fric en l'air sans chercher à savoir s'il y a des résultats. 

J'ai beau ne pas aimer ce type, je ne vais pas, parce que je suis un opposant, dire qu'il pleut lorsqu'il montre que le ciel est bleu. J'en ai plus que marre de ce pays de cons où on gueule à tout va, pour le plaisir de gueuler ou parce qu'on est pas foutu de se poser 30 secondes pour réfléchir, regarder les chiffres, regarder sa feuille d'impôts. On en crève de ce social fait n'importe comment, mais visiblement ça ne choque personne, et bien continuons à creuser notre tombe.

Ceci posé, si le Macron est en panne d'idées pour réduire cette masse de pognon dingue que l'on met dans les minima sociaux et les dépenses sociales, je suis tout à sa disposition...



D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

22 commentaires:

  1. Le problème c'est que les minima sociaux sont loin d'être seuls à coûter "un pognon de dingue", mon cher Corto. Or sur la vidéo il était expressément question des minima sociaux, ce qui est parfaitement indigne.
    Je constate avec une certaine tristesse qu'il a réussi, si j'en crois ce qu'écrit Koltchak, à séduire certains ceux pour qui cette vidéo avait été intentionnellement mise en ligne, c'est-à-dire les électeurs de droite qui ne l'avaient pas encore rejoints.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: cette vidéo n est qu un extrait.

      Macron aurait réussi à séduire ? Pas vraiment et certainement pas moi ni Koltchack. Néanmoins ce que Macron dit dans cette vidéo, ça fait des années qu on le dit, que je l'écris ou que d'autres comme Wauquiez le déclarent. Et ne nous prenez pas comme Macron pour des perdreaux de l'année, relisez la derniere phrase de Koltchack.
      Et pour revenir à Macron, entre ses déclarations et ses actes... Alors avant d'être séduits si tant est que cela puisse etre possible, il faudra qu on voit ce qu il proposera concrètement

      Supprimer
  2. Votre commentateur fait erreur. On ne devrait exclure la personne de macron QUE sur des propositions de solutions, pas des constats ou des diagnostiques !
    Si vous donnez votre aval sur des prémisses, vous serez liés sur des solutions bien différentes des vos souhaits.
    Voilà bien un "idiot utile", car macron connait évidemment le problème et les causes, mais il a flouté sa parole pour que des "naïfs" la précisent a sa place.
    Et en plus, il faudrait accepter de se faire reprocher de ne pas être dupe d'un type dont tout le reste du discours pousse une idéologie progressiste et élitiste ?
    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Amike: pas sur d'avoir compris tout ton commentaire mais voisma réponse à Marianne

      Supprimer
  3. On est dans un cercle infernal : aides sociales à 30 % du PIB => impots et taxes monstrueux => chomage de masse => aides sociales en hausses et rebelote....Sauf que les ploutocrates qui nous gouvernent et ceux qu'ils servent sont en dehors du cercle et le regardent tourner dans la plus grande indifférence

    RépondreSupprimer
  4. De plus il existe une étude de l'Insee, mon cher Corto, qui est en contradiction avec ce que dit Macron sur l'efficacité des minima sociaux, puisqu'elle révèle, qu'avec 14% de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté, la France se place parmi les pays affichant le taux de pauvreté LE MOINS ÉLEVÉ de l'Union européenne. Le Royaume-Uni et l'Allemagne dont on ne cesse de nous vante les excédents commerciaux, la croissance, l'emploi et que sais-je, à tire larigot se situant à 16,6% et 15% !

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/06/06/les-ecarts-de-richesse-se-creusent-entre-les-proprietaires-et-les-locataires_5310465_3234.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marianne: encore une fois, il n y a pas que les minima sociaux

      Supprimer
    2. Oui, je sais, mon cher Corto. Il y a aussi les 10 milliards du CICE. Les 80 milliards de la fraude fiscale. Les 5,4 milliards de la suppression de l'ISF compensés par 0,85 milliards de l'IFI. Les 6 milliards de la suppression de l'Exit tax. Sans parler de tout ce qu'on ignore encore.

      Supprimer
  5. Un acteur de série B , même lui n'y croit pas et nous avons encore 4 ans à se taper des navets .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. claude Henri: et oui encore 4 ans mais si tu veux mon avis plus on se rapprochera de la fin de son quinquennat et plus il sera sur un siège éjectable, je le vois bien avec une popularité inférieure à celle d'Hollande

      Supprimer
  6. C'est amusant, un pognon de dingue : je l'imagine davantage en Jacquard à Montmirail qu'en Luccini dans l'une de ses diatribes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Al West: quee veux tu, c'est son côté transgressif à Macron, côté qui ne semble qu amuser les médias et ses fans

      Supprimer
  7. C'est vrai que ce jean-foutre ne coûte pas un pognon de dingue : un demi million d'euros pour de la vaisselle. Les putes encartées LREM, elles coûtent combien ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Théo: 500 000 euros d'assiettes et personne ne moufte dans l opposition de droite ou de gauche, les indignations dont était victime Sarko en permanence sont bien loin...

      Supprimer
  8. Et hier soir sur le service public, nouveau portrait complaisant tout au service des Thénardiers qui squattent l'Elysée.
    Quand vont-ils donc nous lâcher la grappe avec leur conte de fées et leur merveilleuse success story?

    C'est surtout la forme que je retiens,dans ces cas là, et la naïveté de leurs communicants, les conseillant pour dire des gros mots ou adopter une tenue débraillée pour faire peuple.
    Macron et "son pognon de dingue",Juppé photographié posant négligemment les pieds sur son bureau à Matignon;Fabius,ses chaussons,ses croissants,sa barbe de trois jours,Giscard et son accordéon...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vendemiaire: ils sont persuadés qu en se donnant des airs populo, ils vont se faire appréciés un peu plus, un truc de com' qui finalement n a jamais fonctionné et dans ta liste tu as oublié Hollande, le maître étalon pour ce genre de truc

      Supprimer
  9. Ce pays est entierement pourri....de la tête, qui distribue l'argent des autres à tour de bras, jusqu'à la queue qui réclame des becquées toujours plus grosses et plus grasses !

    RépondreSupprimer
  10. Moi aussi, j'ai plein d'idées à lui filer au micronaute...
    D'abord commencer par le pognon super-hyper-méga-dingue qu'on file aux migrants et/ou muzzs, pour tous les prétextes affichés.
    Double effet kiss cool : un sacré paquet d'économies + un arrêt immédiat de l'incitation à l’envahissement mortifère de notre pays.
    Rien qu'avec ça, on y verra déjà beaucoup plus clair.

    En outre, très ferme suggestion : que macrouille & cons-sorts, cessent leurs gabegies avec NOTRE pognon. Pour l'exemple : il ne va pas squatter le palais pendant cent ans (enfin, j'espère...) ; donc, pas besoin d'augmenter (encore !) nos impôts pour financer son service à plus d'1 million d'€uros. Je sais : il a annonce 50 000 ; le lendemain, c'était déjà x10. Et ne pas oublier les dépassements systématiques + les verres à assortir et les couverts (qui eux aussi, ne doivent pas être assez modernœuds pour ce mercenaire pillard, voleur et j'en passe)...

    Après tout ça, il faudra faire le ménage : profiter des économies réalisées pour accorder des aides décentes à ceux qui en ont véritablement besoin. Ne pas oublier un contrôle adapté pour les tricheurs. J'entends par là : diminuer drastiquement le nombre de fonctionnaires et les remplacer par seulement quelques personnes, mais compétentes, travailleuses et efficaces. On peut croire qu'il s'agit d'un mouton à 5 pattes, mais c'est faux : j'en connais... Et mieux vaut la qualité que la quantité. Surtout pour NOTRE pognon...

    Une fois ces basiques mis en place, ET respectés, on pourra encore améliorer.
    Allez gamin, un peu de courage. Si tu ne sais pas quoi faire, demande-nous : on sait.
    Et si tu ne sais pas comment t'y prendre, regarde et demande donc quelques conseils à ton ami Trump. Il sait bien faire, LUI.
    Tant qu'on y est, tu peux aussi t'abstenir de critiquer, très indécemment, tes confrères dont la compétence, même faible, est toujours très supérieure à la tienne. Sauf en ce qui concerne Mutti M. qui parvient à s'abaisser à ton niveau, et encore ! Seulement pour ce qui concerne les envahisseurs.
    Mais le meilleur conseil que je puisse te donner, ce serait de dégager au plus vite afin de laisser la place à un minimum de compétence. A bon entendeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franzi : + 1 !

      Pour les assiettes, on en est à 500 000 mais l'Elysée annonce que ça ne lui coutera pas un sou. En effet la manufacture de porcelaine, dans ses statuts, doit livrer gratos l'Elysée sauf que cette manufacture bénéficie chaque année de subventions de l'Etat, subventions qui augmentent chaque année depuis 4 ans, pour 2018, c'est près de 800 000 euros d'augmentation. Donc oui, ça ne coute pas un euro à l'Elysée, juste aux contribuables !

      Supprimer
  11. C'est encore moins le fond du problème qui me fait bondir, mais plutôt la forme. La manière dont cette "petite phrase" est volontairement balancée sur les réseaux médiatiques. C'est du clientélisme de gros sabots, macron s'essaie à parler peuple, ses conseillers en com' ont dû lui dicter la phrase parmi toutes celles entendues au café du cheval blanc entre deux PMU, c'est du brut messieurs dames! on croirait entendre gros Paul qui "déplore" que le social coûte une "un max de pognon". Ca veut dire, mes braves gens, que ce petit monde politique, comme des entomologistes , regarde dédaigneusement la fourmilière de beaufs et cause comme elle avec un dédain incroyable. Je baptise cela "la cascade mépris", de la classe dominante vers celle d'en bas. Et le style off est pathétique sinon risible, car quand on veut que ça fuite, ça fuite. La cible de cette propagande? la France profonde, ceux qui bossent et qui n'ont droit à rien, les 8 millions de pauvres aussi sans doute, il faut dire que les européennes donnent quelques sueurs froides, et si la populace se mettait à nous pondre un Matéo Salvini grandeur nature? Je viens de lire un article sur le figaro "macron pense qu'il n'y a aucune crispation parmi les français", le président hors sol, tel une tomate qui n'a jamais vu la terre, s'agite dans son petit monde virtuel, tant que le balancier ne lui sera pas revenu en pleine gueule, on aura ce type de discours.Pendant que le pays s'enfonce ,la France regarde ailleurs... Carpe Diem

    RépondreSupprimer
  12. depuis quand des minimas sociaux seraient sensés faire sortir les sans-dents de la pauvreté ? Il a sucé du hakique ? Les minimas sociaux sont une bien faible alternative au suicide ou à la révolte, rien d'autre. S'il veut que la France crève sans chercher à lui couper la tête et à tirer son corps derrière une camionnette, il a tout intérêt à maintenir les minimas sociaux en l'état quoi que ça coûte à Bouygues ou a Arnaud !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient