dimanche 19 juillet 2015

Éleveurs en colère, la grande distribution n'est pas coupable de tout !


La défense des producteurs-éleveurs de viande, voilà le nouveau combat dans lequel Président s'est engouffré à juste titre tant il a tout à y gagner mais énormément à perdre s'il foire. Ils seraient près de 20 000 en situation précaire, difficile, au bord de la rupture, de la cessation d'activité, voire, pour certains, du suicide. Ils vendent à la grande distribution à perte, soit en dessous de leur coûts de production. L'ennemi serait donc la grande distribution, c'est du moins ce que les éleveurs disent, et Président, hier en goguette sur le Tour, leur a repris l'antienne: " Les agriculteurs ne peuvent pas vivre que des aides, il doit y avoir des prix pour les rémunérer. Je lance encore un appel à cette grande distribution pour qu'elle offre aux consommateurs la qualité et aux agriculteurs un prix. Les grandes surface se sont engagées à augmenter sensiblement les prix pour qu'il y ait un soutien apporté aux producteurs. Nous veillerons à ce que cet accord soit respecté ". Président s'est même engagé à ce que dès demain un nouveau logo-label (encore un !) soit mis en place afin d'indiquer aux consommateurs la viande 100% française et les inciter ainsi à se montrer éco-citoyens-responsables en achetant français. Bien. Les éleveurs rigolent !

Alors loin de moi, grand bouffeur de viande devant l'éternel, l'idée de tomber sur les éleveurs mais qu'il me soit permis de me poser quelques questions et d'avoir une autre vision de la chose...

La première c'est d'essayer de comprendre pourquoi un jeune éleveur, tel que celui qu'on nous a montré hier au JT, a l'idée saugrenue de se lancer dans l'élevage alors que le secteur est sinistré. Il avait monté son élevage il y a deux ans, nous a-t-on dit, en empruntant 600 000 euros à une banque, emprunt dont il ne peut déjà pas rembourser les premières échéances. Qui est fautif ou irresponsable ? La banque ou le jeune éleveur ? Trop nombreux sont les éleveurs-producteurs qui empruntent pour payer leurs dettes au lieu d'investir; trop nombreuses sont les banques qui prêtent à des gens dont elles savent le peu de chance qu'elles ont d'être remboursées en temps et en heure. Pourquoi Président, là aussi, ne nous parle-t-il pas de moratoire, d'allègement ou de reprofilage de la dette des producteurs de viande ?

La deuxième question est de comprendre pourquoi il est formellement interdit, sous peine d'amendes monstrueuses, aux petits commerçants ou à la grande distribution de vendre à perte (hors période de soldes) alors que les éleveurs peuvent le faire sans pénalité aucune ?  Pourquoi ne pas interdire à la GD d'acheter des produits dont on pourrait prouver qu'ils sont achetés à un prix inférieur aux coûts de production ?

Dans ce conflit, on nous présente la grande distribution comme LE charognard qui se ferait des marges indécentes sur le dos des éleveurs. Soit. A voir cependant quand on sait que la marge nette-nette des grands distributeurs est de l'ordre de 2%... Mais pourquoi ne nous parle-t-on pas des marges prises par tous les intermédiaires: coopératives, abattoirs, transporteurs et transformateurs ? J'ai du mal à croire que tous ces braves gens travaillent eux aussi à perte ! On nous désigne les acheteurs de la GD comme de vraies ordures mais pourquoi ne nous parle-t-on pas de ceux qui font le même métier chez les industriels, les transporteurs ou les transformateurs des filières bovines, porcines ou ovines ? N'oublions pas que le petit éleveur de porcs du fin fond de la Bretagne ne vend pas directement à Auchan ou Carrefour, il vend sa production à une coopérative ou à un transformateur local, celui-ci revendant à la GD avec des marges de l'ordre de 6 à 10% !

Vient en suite le problème de ce que l'on appelle les marges arrières, les remises de fin d'années ( Voir ICI l'article explicatif que j'avais rédigé pour Slate.fr). Quand Loué ou Le Gaulois ou Tartempion vendent à la GD, ils négocient, en échange de volumes d'achats annuels, eux aussi négociés, des remises, rabais et autres ristournes qu'il reverseront aux centrales d'achats. Versements qu'ils se font fort de récupérer en rationalisant leurs façons de produire et de vendre (investissements, marketing, etc... ) ou en agissant de la même façon que la GD avec leurs fournisseurs... dont les éleveurs-producteurs. Pourquoi, alors que l'on nous en parle depuis des dizaines d'années, aucun gouvernement n'a-t-il eu l'audace de supprimer purement et simplement ce système de remises de fin d'années se contentant à chaque fois de pondre des lois (Lois Galland, Royer, RNE, LME, ..) que l'on pouvait, à peine adoptées, contourner sans aucune difficulté; foi d'ancien acheteur ayant pratiqué le truc pendant vingt ans !

Et se rajoute à tout cela le problème de la concurrence, essentiellement européenne; problème qui devrait requérir toute l'attention de Président: Que faire pour que le coût de la main d'oeuvre soit harmonisé au plan européen ? Un abattoir allemand peut payer ses ouvriers 4 euros de l'heure quand en France, le smic horaire brut est de 9,61 euros !

Nous le voyons le problème est bien plus complexe qu'un simple mise en accusation de la grande distribution comme le font trop régulièrement les médias, les agriculteurs, les producteurs et éleveurs ou encore hier, Président. C'est toute la filière qu'il faut réformer. De A à Z ! Mais pas seulement, il faut aussi réformer le code du travail, les pratiques commerciales et la fiscalité. Réformer, faute de quoi c'est tout un pan de notre agriculture qui disparaîtra de la même façon qu'il en fut avec notre sidérurgie. Reste à savoir si nos dirigeants auront le courage et la volonté de le faire. J'en doute.

Il ne suffit pas de caresser le cul des vaches pour se faire aimer des éleveurs et L'Audacieux aurait tout intérêt à s'attaquer urgemment et intelligemment au problème, faute de quoi, là aussi, je peux prédire qu'un sacré bordel, sans commune mesure avec les déversement de fumier devant les préfectures, va s'installer prochainement. On ne joue pas avec les agriculteurs !

Folie passagère 2849.
Résultat de recherche d'images pour "éleveurs en colère"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

45 commentaires:

  1. C'est clair , net et précis . Félicitations , crois-tu que les politiques comprennent ta démonstration ? J'en doute .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: moi aussi j en doute fortement. Le Foll et Hollande se satisfaisaient d avoir versé 24 millions d aide d urgence aux éleveurs, et la semaine prochaine, combien ? Et celle d après ?

      Supprimer
  2. quand on sait qu'un abattoir achète à 2, 50 le kg et revend à ...6 euros, auquels effectivement, il faut rajouter les intermédiaires, grossistes, transporteurs ect, on voit bien que c'est une patate chaude, d'autant que la viande provenant de UE arrive en France à pleins camions à des prix encore au dessous, je me souviens de négo que nous avions lorsque nous achetions la viande pour les épiceries sociales, la différence entre la viande Française et celle de l'UE etait importante et en plus, ils ont un ministricule qui ne panne rien à rien les pauvres , le Foll porte bien son nom.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boutfil: at c'est bien là le pb, c'est que tout le monde se prend sa marge au passage mais on ne désigne que la grande distribution comme coupable (sauf TF1 ce soir qui a fait un reportage tout a fait objectif, pour une fois, sur le sujet).
      Quant à Le Foll, il fait peine à voir, il a l air complètement dépassé par les évènements.

      Supprimer
    2. "il ne panne rien à rien"
      vous aussi vous utilisez cette expression?
      pas très courante

      Supprimer
    3. j'ai toujours entendu cette expression chez nous, mais je suis une vieille parigote nourrie avec l'argot de mes ancêtres

      Supprimer
  3. On peut aussi rajouter la "perte" des marchés russes dans l'effondrement des cours.
    A noter aussi dans les couts de production les nombreuses normes et interdictions françaises et européennes.
    Quant à réformer un tant soit peu le système, ce n'est pas un président si audacieux qui le fera.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Droopyx: Je suis rage de ne pas avoir pensé au marché russe. Poutine interdit les importations de porc et de je ne sais quoi et l 'UE interdit à nos agriculteurs d exporter fruits et légumes, c'est le jeu du perdant-perdant.

      Supprimer
  4. Très bon article, il y ne manque que les surtaxassions gouvernementale de toutes les activités en France, les plus hautes du monde y compris les charges sociales, (MSA pour les agriculteurs)...

    Déjà un gros handicap en rapport des autres pays producteurs et valable pour toute la filière...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alain Giraud: si en plus il fallait parler des taxes et des normes françaises ou européennes... on s en sort plus :)

      Supprimer
    2. Je vous rappelle juste qu'il y a un an, on nous faisait bouffer du canasson roumain à la place de boeuf... donc je veux bien qu'il y ait trop de normes ou de contrôles qui alourdissent le prix final, mais ça apparait nécessaire et peut être même insuffisant puisque sur le coup, on a su trop tard qu'un trader hollande basé à Chypre transformait le cheval en boeuf.

      Supprimer
  5. "La deuxième question est de comprendre pourquoi il est formellement interdit, sous peine d'amendes monstrueuses, aux petits commerçants ou à la grande distribution de vendre à perte (hors période de soldes) alors que les éleveurs peuvent le faire sans pénalité aucune ? "

    ça, c'est une très bonne question !!!


    Je rajouterai: "comment se fait-il que certaines viandes arrivent de l'étranger (Europe mais aussi de beaucoup plus loin comme Nouvelle-Zélande par exemple) et soient vendues moins cher que la viande française alors qu'elles génèrent des coûts supplémentaires de transports et donc de stockage en chaine de froid ?
    Ah ! on me dit dans l'oreillette que les normes UE pour l'élevage sont un tantinet plus exigeantes en UE qu'ailleurs; ah! on me dit aussi que la France met un point d'honneur a être plus royaliste que le roi et à exiger encore plus des éleveurs français; ah! et il semblerait que certains pays d'UE soient moins pointilleuses et, hors UE, je ne vous en parle même pas; ah on me dit aussi que l'UE a mis comme dogme la concurrence "libre et non faussée" donc pas de droits de douanes (même si la concurrence ne joue pas le jeu) ; etc. etc.
    Ah ! on me dit encore que même si la France perd ses éleveurs, on pourra toujours se fournir à l'étranger; que l'auto-suffisance alimentaire, c'est has-been; que l'UE va nous arranger ça en 3 coups de cuillère à pot comme au temps le l'URSS: tel pays fera de la viande, tel autre, du blé, tel autre de l'huile, celui-là du tourisme etc... Comment ? l'URSS a connu la famine ? des millions de morts ? mais tout ça c'était à cause d'une oligarchie incapable et malhonnête, rien à voir avec l'UE, voyons ! (yaka voir l'accord avec la Grèce, les mêmes s'en mettront plein les poches et les mêmes vont souffrir encore plus, mais c'est pour leur bien épicétou !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voila vous avez tout compris,Corto sur ce coup est dans les choux.Je connais un peu le pb en tant que producteur de fruits dans le SO,même pb que les producteurs de viande.Il n'y a plus d'intermédiaires,la GD a tous les matins au téléphone x abattoirs ou coop de fruits,son boulot c'est de les broyer les uns après les autres,c'est facile :untel me fait la granny 70/75 à 0,80€ tu fais quoi?ok je te la lâche à 0,75€ et ainsi de suite,ils ont 30 40 mecs tous les matins qui ont de la came à vendre à tout prix(ça se conserve pas si lomgtemps qu'on croit) et de toute façon c'est le producteur qui trinque parce que le plus souvent il est payé sur ventes,le pb c'est bien la GD,mais elle a payé les politiques pour s'installer et a bien l'intention de récupérer son avance sur investissement.
      TRUCHOT TA GUEULE

      Supprimer
    2. @Claribelle: tout ce que tu évoques est vrai et je note que nulle part tu fais allusion à la grande distrib ! :) Tiens prenons l exemple du gigot d agneau. En production française, frais, au rayon boucherie de Carrefour ou de Leclerc, c'est environ 29 euros le kg. Au rayon surgelés, le gigot de deux kgs, venant de Nouvelle Zélande c'est... 19 euros les... deux kilos !j ai testé les deux, un plus pour le frais, mais très correct pour le surgelé. Etrange, non ?
      Quant à nos producteurs que j admire sur bien des points, ils ont oublié, à mon avis, de se moderniser, de se regrouper, de travailler les circuits courts, etc...

      Zen Aztec: a aucun moment je ne nie les défauts de la GD, je suis bien placé pour les connaître, mais je refuse qu on lui mette tout sur le dos. On la trouve bien utile pour nous fournir des écrans plats à petits prix, des fraises début avril, des sapins à Noël pas trop chers et de la viande 365 jours par an ou presque.
      Dans la chaîne d approvisionnement, tout le monde prend sa marge, de la coop à la grande distrib en passant par les agents, les transporteurs, les industriels, etc... La seule aberration , à mon sens, c'est que les seuls qui soient " autorisés " a vendre à perte sont les producteurs. Si tu peux, regarde en replay le JT de TF1 ce soir qui traite du sujet, pur une fois de manière a peu près objective et dis moi ce que tu en pense.

      Après merci de ne pas oublier le consommateur, le client de la grande distrib qui dans sa très très large majorité ne regarde qu une chose: le prix de ce qu il achète. et c'est bien normal vu les difficultés de pouvoir d achat qu il rencontre. Pour moi, et je n exonère personne de ses responsabilités, GD et autres, mais notre monde agricole n' a pas su se moderniser à temps ou évoluer, je ne sais. Mais, patriotisme économique ou pas, pourquoi irais-je acheter des fraises françaises quand celles que j ai acheté deux fois moins cher chez Carrefour en début de saison, de mémoire des espagnoles, m'ont apporté tout le plaisir gustatif que j attendais...

      Supprimer
    3. Tout a fait d'accord avec vous.Je conseillerai meme a la grande distribution de supprimer les rayons viandes et on verra qui sera penalise durement,surement le consommateur et peut etre d"autres...

      Supprimer
  6. Manger de la viande (trop)
    1. c'est mauvais pour la santé donc les comptes de la sécu.
    2. Ca bouffe une énergie énorme.
    3. La production de viande pollue.
    4. on surproduit, une grosse partie de la prod. part à la poubelle.
    5. Le respect animal, souvent, passe à la trappe.
    Alors la responsabilisation, c'est aussi et surtout chez le consommateur qu'il faut la chercher, pour construire un autre modèle de production et de consommation...
    matador

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @matador: qu il faille responsabiliser les gens ou construire un autre modèle, je ne demande pas mieux si ce nouveau modèle apporte satisfaction à tous. En attendant, j entends manger autant de viande que je veux, si possible de bonne qualité mais pas à n importe quel prix !

      A l'occasion, si tu connais un spécialiste qui pourrait, chiffres et preuves à l appui, m'expliquer pourquoi le filet de boeuf est , en moyenne, dans mon coin, au prix exorbitant de plus de 39 euros le kg ou pourquoi l abricot français est à 4,90 quand l espagnol, tout aussi bon est a 3,50, je suis preneur sachant que sur l'abricot, la marge du distributeur est la même...

      Supprimer
    2. "c'est mauvais pour la santé"

      Ce n'est pas du tout prouvé. C'est affirmé par des gens qui n'ont aucune crédibilité.

      Supprimer
  7. Belle réponse, cher Corto. Cependant, pourquoi (ironie à part) écris-tu l'Audacieux avec une maj, quand tu parles de hollande ? 0dacieux, à la limite, avec un beau 0, zéro, Zérodacieux, j'accepte. Mais l'Audacieux, non, non et non !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Al West: question de forme, cher ami, certains pourraient ne pas comprendre ou me reprocher de galvauder notre belle langue mais ceci dit, tu as raison, ce type est un zéro.

      Supprimer
  8. bonjour corto
    oui il y a beaucoup de responsables :

    à commencer par le consommateur qui préfère acheter un iphone et faire ses courses chez lidl ensuite
    Celui là est bien content que la GD étrangle les producteurs.
    Et bien sûr la république qui depuis l'après guerre "gère": uniformise, normalise pousse à la surproduction .
    (je recommande le docu "adieu paysans" dispo sur youtube.)
    Et enfin à l'europe qui implique une ultra-concurrence (bientôt avec les usa , merci le tafta)

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour,
      pour d'autres raisons, je pense en effet que c'est le consommateur le responsable..de çà et de tout le reste d'ailleurs..le consommateur, le citoyen..
      matador

      Supprimer
    2. bonsoir, oui, c'est bien pour ça que j'ai commencé par lui !!
      Ceci dit, si le consommateur est le premier et le plus important maillon du consumérisme,
      le "système" prends bien soin de ne jamais le lui dire, et même de l'encourager
      (il faut consommer pour faire de la croâssance et faire diminuer le chomage ... etc)
      et autres conneries du genre !

      Supprimer
    3. a jmesp
      le con-sommateur, sur le fond il s'en tape de tout çà...Du moment qu'il a sa bidoche dans son assiette pas trop chère...après lui la fin du monde...et c'st pareil pour le reste, sa petite maison , sa petite voiture, son petit jardin, son camping-car.. complètement déresponsabilisé mais le truc c'est qu il va falloir bientôt passer a la caisse. Et là on va moins rigoler, çà commence d ailleurs.
      Matador

      Supprimer
    4. @Jemspe: Consommer pour plus de croissance... je veux bien mais as-tu entendu Président hier " Il faut augmenter le prix de la viande "... tu penses que les 6 millions de chômeurs et les 9 millions de précaires ont reçu le message ?

      Supprimer
  9. Bonsoir

    Assez d'accord avec ton analyse. C'est la multitude des intermédiaires qui limite les prix perçus par les agriculteurs. Les GMS ne font que proposer une base de prix acceptable pour le consommateur qui préfère acheter un iphone pour chaque membre de la famille qu'un bon morceau de bidoche.

    Je voudrais apporter deux petites précisions.

    Sur la vente à perte : L'agriculteur français se positionne bon gré mal gré dans un marché mondial ultra concurrentiel. Son coût de production est surement un des plus élevé. Sa production est souvent hautement périssable. A partir de là, s'il n'occupe pas un segment de marché rémunérateur, il a de grandes chances de vendre à perte.

    Sur l'inconscience des jeunes agriculteur, tu oublies qu'une entreprise agricole est souvent un patrimoine familial qu'il faut transmettre. Dans de nombreux cas, elle ne permet pas de faire vivre décemment deux générations de famille. Le jeune est donc "obligé" de créer pour récupérer ensuite. Si tu cherches un coupable sur ce point, va plutôt voir du coté du crédit agricole ou des installations aidées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Qoyot: C'est bien pour ça que je pose la question, qui est responsable ? Le banquier qui prête à un agriculteur qui travaille dans un secteur sinistré ou l'emprunteur qui emprunte pour travailler dans un secteur sinistré ?. Tu emprunterais toi pour développer une entreprise vouée quasiment au sinistre ?
      Je connais bien le problème de succession dans le milieu agricole et pour rien au monde je souhaterais reprendre une exploitation, qui plus est s il me faut emprunter pour relever le défi. Hormis peut etre ds les céréales, et encore, pas toutes :)

      Supprimer
    2. L"agriculture, c'est de l'industrie lourde, donc des capitaux et investissements conséquents pour le commun des mortels. Les banques se gavent en prêtant aux paysans. J'ai personnellement emprunté un demi million pour entreprendre dans ce secteur. J'investis 200.000€ chaque année pour pouvoir rester dans la course, et accessoirement, je gagne très bien ma vie. Pourvu qu'ça dure.

      Depuis la volonté d'autonomie alimentaire l'agriculture FR ne cesse de se repenser. Chaque nouvelle génération est meilleure que la précédente malgré les nouvelles contraintes, euh pardon, exigences environnementales, administratives, sociétales, fiscales, commerciales et allez, rajoutons médiatiques. (La France quoi)

      Quand tu as compris que les prix ( à marché égal) n'évoluent pas mais que les charges augmentent sans arrêt, tu trouves les solutions pour garder tes marges. Ceux qui n'y arrivent pas restent sur le carreau, mais tu ne peux pas reprocher à un jeune de vouloir essayer, Ou bien, tu acceptes de bouffer non français pour de bon et de voir un nouveau centre commercial fleurir à la place d'une parcelle agricole..



      Supprimer
    3. J'ai un cousin ingénieur grande école, qui, après 1 an passé derrière des ordinateurs chez l'équivalent d'EDF en Suisse, s'est dit que cette vie était un enfer et qu'il serait mieux dans la nature. Il a donc démissionné, fait une année de woofing en Italie, puis vient de s'engager comme ouvrier agricole pour apprendre le métier. Mais son ambition est de reprendre un jour une ferme ou de monter son affaire.
      Je le connais peu, je ne sais pas si il a étudié le marché, si il a des économies puisqu'à priori il commencera de 0 étant donné que ses parents sont profs donc sans terre, ni exploitation à reprendre. Mais je le trouve courageux d'avoir renoncé à une vie d'ingénieur en Suisse pour tenter de mener une vie plus conforme à ses aspirations. Il se cassera peut être les dents mais je ne peux pas le blamer à vouloir tenter une aventure périlleuse.
      Alors, c'est peut être un doux rêveur, un bobo inconscient, et il y laissera peut être sa chemise, mais il faut des gens comme ça... des types qui prennent des risques, et se lancent dans des projets fous... aussi bien dans l'agriculture que dans les starts ups !



      Supprimer
  10. Un coup de chapeau de plus pour la clarté , et de ton billet, et de ton article sur les marges arrières.
    Et je te rejoins entièrement sur le fait que la GD n ' est pas la seule en cause...
    Une remarque en passant, l' élevage ne peut pas s 'interdire de vendre à perte, parce que sa production ne peut être stockée ( dans l 'attente de cours plus favorables) sans frais exorbitants (fourrage ou congelation...)

    Ce désarroi, bien réel, pose en fait le problème de l 'impasse actuelle de l ' agriculture française et européenne.Impossible à résumer en quelques lignes.
    Juste quelques pistes de réflexion ( qui ne sont pas des jugements de valeur)
    1) la part de l ' alimentation pèse de moins en moins lourd dans des budgets eux mêmes en régression (crise...) D 'où lutte sans merci et secteur hyper concurrentiel, au niveau national comme international.
    2) une course effrénée à la rentabilité , qui passe par des investissements fantastiques au sein des exploitations: ces dernières ne peuvent, depuis deux générations,se financer qu ' à crédit, malgré la croissance des modes d 'exploitation collective ( Cuma, Gaec etc)
    Ce crédit rend les exploitants entièrement dépendants des banques.Ils n 'ont plus le droit ni à une année de mauvaise récolte , ni à un effondrement passager des cours, les crédits doivent être remboursés à l ' heure dite. Marche ou crève.
    3) l ' agriculture moderne utilise sur la totalité des espaces ruraux des produits capables de dégrader profondément et durablement l ' environnement .Nous avons récemment pris conscience des problèmes dits agri environnementaux , et l ' Europe impose à juste titre des normes que bon nombre de nos concurrents n 'envisagent même pas...Il en résulte d 'énormes distorsions de concurrence, cf négociations europe / USA ...
    4)Au sein même de l ' Europe, les distorsions de coût du travail jouent à plein dans le domaine des fruits et légumes.
    5) l ' agriculture se situe actuellement à la croisée d 'un modèle purement capitaliste ( chaque exploitation est théoriquement concurrente de sa voisine, mais les outils de production initiaux , sol, climat, accès à l 'eau... sont par nature de qualité inégale! ) , collectif ( le prix des denrées de base doit rester accessible, d 'où les fondements de la PAC...) et environnemental ( ne pas polluer, mais , aussi, éviter que des pans entier du territoire ne partent en friches)
    Cet aspect d 'aménagement du territoire revêt une composante sociale: emploi, désertification etc..Il a un coût, difficile à cerner, mais bien réel, et, de fait, la manière dont nous traiterons ce problème des petits éleveurs est quelque part le reflet du type de société que nous entendons essayer de construire.
    Je n 'irai pas plus loin.

    Mais l ' approche actuelle , qui veut que l ' on réponde systématiquement aux crises agricoles soit en jetant l ' anathème sur une catégorie socio professionnelle, soit par des aides catégorielles exceptionnelles pour "calmer le jeu" et sans analyse plus profonde est le fait de politiques à ultra courte vue...Ce qui ne m 'étonne pas outre mesure de présiflan et de son ministre de l ' agriculture/ porte parole...Quant à la création d 'un nouveau label...de l ' enfumage pur et simple...

    Alors j ' applaudis à ton dernier §

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gridou: je vois dans le système agricole actuel, en particulier l'élevage et la production laitière, les mêmes symptômes que pour la sidérurgie. On cautérise, on répare, on subventionne et au bout du compte le système s'effondre faute d avoir voulu se réformer en profondeur ou faute d avoir su s adapter à une concurrence devenue internationale.

      Supprimer
    2. @corto:en 2mots (je parle trop!)Beaucoup plus complexe que la siderurgie: l'Europe brouille les cartes avec une PAC qui a fait du soutien des prix, puis est devenue chantre de la libre concurrence.
      D'accord avec bon nombre, la FDSEA est obsolète et irresponsable.
      D'accord avec Phylz, ras le bol des méthodes extrémistes de certains, et surtout d'un pouvoir inexistant face à de tels débordements.
      Je me tais sur le sujet, promis!

      Supprimer
  11. AVIS ! : Stéphane Le Foll dans ses œuvres... :

    https://pbs.twimg.com/media/CKG0tQSUsAI4v9m.jpg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Superbe !
      C'est la tenue choisie pour recevoir la FDSEA ?
      Droopyx

      Supprimer
  12. On pourrait pas faire taire cruchot ?
    ça devient pénible.

    RépondreSupprimer
  13. bonjour, étant agriculteur j'applaudis la justesse de vos propos. Il y a tant à dire mais ni le temps et le talent, ça va vite devenir confus. Peut être pourriez vous trouver les résultats financiers de quelques grosses coopératives, transformateurs et autres, vous verrez c'est la crise... (ironie). le traitement médiatique est malheureusement mauvais, les seuls intervenants étant des SYNDICALISTES du milieu agricole, souvent possésseur du casquette de paysan comme on dit, mais aussi une casquette au sein d'une institution agricole ( chambre d'agriculture), casquette de l'administrateur de la coop du coin, etc, etc, suffit de regarder le profil de M Xavier Beulin président du syndicat ( dit) majoriatire FNSEA, le chef d'une mafia organisée, rien de vraiment nouveau.
    L'appel du 18 juillet du général Flamby devait être un message codé à l'intention du syndicat complice de cette situation. Etudiez les organigrammes des entreprises de l'agro alimentaires, qui se ressemblent s'assemblent ;)...
    Un agriculteur non syndiqué, pas du tout solidaire des actions de dégradations multiples qui entâchent l'image de l'agriculture. Merci de ne pas assimiler agriculteurs et syndicalistes, les média qui nous désinforment par leur ignorance de l'agriculture oubli trop souvent de le préciser, à la télé toujours les mêmes syndicalistes ( moutons) que leur chef ( berger) envoi au casse pipe, certains moutons n'ont toujours pas vu où le chef les mènent....
    bonne journée
    DD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @DD: Ce matin je ne sais plus sur quelle radio, un producteur de porc parlait de la même façon que toi et curieusement n'incriminait pas plus que cela la grande distribution mais demandaient aux journalistes d aller enquêter du côté des coopératives et des transformateurs... Tout aussi curieusement, sur France 2 au jt de 13h a peu près le même son de cloche... Un autre producteur sur les Grandes Gueules disait que le pb venait avant tout de la profession et de son organisation qui voulait qu un jeune producteur, avant même que de produire,s e trouvait pris par les orgasisations professionnelles, les coop, les normes, bref, pour ce dernier, la grande distrib n y était pas pour grand chose mais qu il fallait bien plutot desserer le carcan dans lequel la profession elle-même s'était enfermé

      Supprimer
  14. Désolé mais pour avoir soigné un agriculteur faisant de la viande (bon c'était il y a 8 ans) celui-ci me disait que la subvention annuelle que recevait son fils lui même éleveur de 62000 euros environ servait à l'achat d'un gros tracteur dont il n'avait pas vraiment besoin... Le père n'était bien sur pas trop d'accord avec l'achat de son fils ...

    bon on ne peut généraliser et on peut comprendre qu'ils puissent avoir des difficultés et que les investissements soient parfois lourds..
    le seul problème dans ma Bretagne c'est qu'ils ont tout cassé pour les portiques ( cout pour la nation important) et qu'il n'y a pas longtemps ils ont dévasté le parking de 2 supermarchés voisins. A chaque fois c'est ainsi qu'ils s'imposent.. imaginez les médicaux dont on se moque tout autant qui agissent ainsi.. la socialie ne réagirait pas pareil .. les électeurs paysans sont tellement plus importants....Ces agriculteurs savent que la démagogie et la lacheté des politiques les aideront

    On peut être en colère on peut manifester mais assez aussi de ces "casseurs" car au final toute la société paye pour leurs bétises.. il ne faut pas exagérer ! moi ils commencent à me gonfler et je ne suis pas le seul à penser cela dans mon coin !

    Au passage moi j'achète ma viande dans une ferme coopérative ... très bons produits et bien moins chers que dans les grandes surfaces ( 3 fois moins pour certains produits en plus bien meilleurs et ils font leur marge en plus) .. Il y a toujours la queue car en plus l'on est bien accueilli ..

    Celui qui veut s'en sortir le peut... il faut aussi se battre et être un peu plus malin et s'organiser...

    marre de cette France qui pleure manifeste et profite du système ...mais qui ne veut pas vraiment se bouger



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Philz: il semblerait, à en croire DD plus haut en commentaire que ce bordel ne soit pas le fait des agriculteurs et producteurs mais bien des producteirs-syndicalistes, ce qui n est pas tout à fairt pareil !

      Supprimer
    2. cela arrange tout le monde de dire cela ...mais à ce niveau ne soyons pas trop naïfs...

      Ils se plaignent de la grande distribution car ils s'attaquent chez nous spécifiquement à eux... Qu'ils créent leurs circuits .. avec la mode bio beau et des bobos .. pas de soucis avec un bon discours il y a des opportunités.. et tout le monde peut s'y retrouver . l'exemple que j'ai choisi fonctionne depuis des années et cette ferme grossit en attirant de plus en plus de petits producteurs .. Qu'ils passent à côté des circuits traditionnels et cela marchera avec qualité et convivialité ...Si certains y arrivent pourquoi pas d'autres

      Supprimer
  15. Si j'ai bien compris la réponse des autorités françaises, ils nous demandent d'être patriote et de consommer français. Mais on a vu avec l'affaire spanghero que du cheval pouvait devenir du boeuf. Tout le monde sait aussi que les charcuteries corses sont aussi corses que moi qui n'ai jamais mis les pieds sur cette île. Bref, je n'ai aucune confiance dans les labels ...

    On a aussi une tendance à manger moins de viande, je crois avoir entendu qu'il y avait une baisse de l'ordre de 4% entre 2013 et 2014. Personnellement, il n'y a plus systématiquement de la viande à mes repas. Alors suis je intoxiqué par la petite musique médiatique ambiante (genre Aymeric Caron) ? Mais il faut bien admettre qu'entre les crises sanitaires, ou les reportages sur le minerais de viande, on devient suspicieux quand on mange une merguez au barbecue organisé par les voisins. On en mange une pour faire plaisir mais pas deux :)

    RépondreSupprimer
  16. a lire
    http://www.contrepoints.org/2015/07/24/215302-crise-des-eleveurs-pourquoi-il-faut-liberer-lagriculture-francaise
    et
    http://www.atlantico.fr/decryptage/hollande-et-valls-decouvrent-que-ecologistes-et-altermondialistes-ont-ruine-agriculture-francaise-jean-marc-sylvestre-2253776.html

    bien des choses de bon sens sont dites !
    actuellemnt ce que fait le gouvernement ne résoudra rien!... ils sont totalement incompétents

    RépondreSupprimer
  17. Hi there to every one, as I am really eager of reading this blog's post to be updated
    regularly. It carries pleasant information.

    My blog post: Marvel Mighty Heroes Hack []

    RépondreSupprimer
  18. Excellent goods from you, man. I have understand your stuff
    previous to and you are just extremely magnificent.
    I really like what you have acquired here, certainly like what you're stating and the way in which you say
    it. You make it entertaining and you still care for to keep it sensible.
    I can not wait to read far more from you. This is really a great
    site.

    Stop by my blog post Drone Shadow Strike Hack ()

    RépondreSupprimer
  19. Hey! Someone in my Facebook group shared this site with us so I
    came to take a look. I'm definitely loving the information. I'm
    bookmarking and will be tweeting this to my followers!
    Fantastic blog and fantastic design.

    Take a look at my homepage ... star wars: battlefront cheats

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen