mardi 24 novembre 2015

La société en gésine sue ses derniers sangs... (Michel-Georges Micberth)


Laissez-moi vous faire découvrir celui dont j'ignorais tout il y a encore vingt quatre heures: Michel-Georges Micberth (1945-2013). C'est par le biais de cette tribune, parue en 1974 et découverte par hasard sur fessebook, que nous fîmes connaissance.

" ... L’intégrité des juges est l’image très exacte de la qualité politique d’un pays. A mauvaise politique, mauvais juges.

Le grand torrent d’excréments qui déferle depuis un demi-siècle sur nos mœurs occidentales, a tout empuanti, tout souillé, y compris l’administration judiciaire. Nous vivons le temps des coquins. Chaque roué*, imprégné de code, peut à sa guise bafouer le bon ordre, chahuter la morale, et réduire à sa convenance les us et lois qui déterminent une vie équitable pour tous, dans une société donnée. 

C’est le siècle des pignoufs. 

Près de deux cents ans après son événement, la république se cherche. Hirsutes sortis de l’ombre par les prérogatives populaires, les petits chefs incultes, sans légitimité, se gaussent, vitupèrent, ordonnent, règnent, modifient, appauvrissent et pourrissent post mortem sous l’ombre de quelque cyprès. L’Histoire se fait, puis se défait. Tristes pantins. 

La justice, elle, ondule, minaude, esquive, feinte, trompe, meurt et renaît aussitôt de ses cendres, imprégnée de sa pérennité ; pérennité d’ailleurs acquise par mille lâchetés et reniements, mille entreprises serviles au service de l’inutile et de l’inadmissible. Hormis la justice divine, bien contestable parce que traduite par l’homme, il reste cette monstrueuse administration de la justice humaine, cette manière ahurissante dont sont réglées les contestations ou punis les comportements antisociaux des individus. La justice pue le pipi de chat (juge d’instruction en argot), le lait caillé et la sueur du haut de la cuisse. Civile ou criminelle, elle montre toujours sa vilaine trogne grimaçante à la bouche édentée déformée par le sourire cynique de l’arbitraire. 

Nos prisons regorgent d’innocents, au sens pathologique du terme, alors que les coupables jouissent à l’extérieur d’une impunité quasi totale. Écœurée, assoiffée d’absolu, notre jeunesse se réfugie dans le seul idéal qui lui paraisse sain et convenable : le gauchisme. Cruelle et sordide illusion ! Parce que plus rien n’est juste, le patriotisme dépérit et devient désuet, moumou, caduque, le sentiment national dérisoire et débile (eh oui !). Partout s’infiltre le cancer progressiste qui broie et hache menu les plus petites de nos espérances. 

Si nous n’y veillons pas, un jour, dès potron-minet, nous nous éveillerons vidés de toute substance, châtrés couillons, dans une société au laïcisme suraigu, au matérialisme rigide. Nous aurons perdu tout ce qu’il nous faut d’amour pour que notre génie rayonnât aux cœurs des meilleurs hommes de la terre, et les contraignît à se dépasser, à aller plus avant dans la quête exaltante du meilleur vivre, du meilleur respirer, du meilleur aimer. Ce jour est peut-être proche, le lendemain du grand soir... 

Et si j’ai mêlé politique et justice dans une diatribe largue et longuette, c’est qu’il est impossible de parler de l’une sans faire référence à l’autre, et comme dirait l’humoriste... réciproquement. 

La société en gésine** sue ses derniers sangs. Et malgré nos admonestations, la gueuse enfantera un monstre à la grosse tête mafflue, la créature matérialiste et jouisseuse qui détruit l’effort, le courage et l’honneur. 

Entre le laudatif et l’excrémentiel, il y a place pour la franche agressivité. 

Au bout de mon doigt, vous les juges, sournois relaps qui préparez les ruines de demain, petits fonctionnaires sans idéaux, incapables de briser vos chaînes et de vous élever au-dessus du bourbier, jappant devant vos gamelles où refroidit la pâtée. 

Ouaf ! Ouaf ! chiens dressés, vos cous portent la trace du tan des colliers. Vous devriez posséder la majesté du lion, son rugissement superbe, mais vous n’émettez que les braiments de l’âne. La ligne de votre vie devrait se référer au vol droit de l’aigle, alors qu’elle ne trouve d’exemple que dans les rampements du répugnant reptile. Vous ne parlez pas, vous clabaudez. Vous ne jugez pas, vous déféquez... 

Seuls, parmi vous, quelques égarés, pour vous saugrenus, sur des îlots très inconfortables, travaillent pour le respect dû à l’histoire de votre fonction. Ces hommes admirables et solitaires servent la justice sous vos ricanements et vos crachats. Ceux-là pourtant méritent le respect de la France laborieuse et éternelle. A côté des grandiloquences, ils besognent inlassablement pour que nous autres, pauvres justiciables, puissions, tant bien que mal, guérir nos plaies et oublier nos rancœurs. "

Apostrophe à la Justice, tribune publiée par le journal Minute en février 1974.

De Micberth, l'écrivain Jacques d'Arribehaude écrira en 1989: " Ses textes ont l'admirable éclat d'une série de beignes appliquées à toute volée sur les faces de pitres, de loufiats et de tarés qui règnent sur ce pauvre monde et mettent à l'abrutir une opiniâtreté, une haine, une infamie dans la délation et le sournois verrouillage juridique, qui rendraient aimable le souvenir de l'Inquisition."

Étrange comme cette tribune trouve selon moi résonance aujourd'hui. Non ?

* roué: dénué de scrupules
** en gésine: Sur le point d'accoucher

Folie passagère 2987.
Résultat de recherche d'images pour "Micberth"
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

42 commentaires:

  1. Et bien dites-moi, il connaissait la justice Taubira et mur des cons ?
    Si il le disait déjà en 1974, la pourriture a eu le temps de prendre ses aises...
    Comme pour Raspail, il y avait du visionnaire en lui...
    Une fois de plus, un lanceur d'alerte n'a pas été écouté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: Oui, visionnaire et l on pourrait presque a chaque phrase y accoler un exemple pris dans l'actualité de ces derniers mois. Tiens juste un: elle est où la superbe du lion quand un juge envoie en prison, à Fresnes, pour 3 semaines, un gamin d'une vingtaine d année dont le seul tort fut de manifester contre le mariage zinzin et de détaler face à une charge de flics ( Bernard Buss)

      Supprimer
  2. Non.

    Il y a des gens qui critiquent les dérives actuelles de manière plus réaliste, plus modérée, et essayant de voir comment améliorer les choses.

    Pondre une série d'anathèmes entrecoupées d'injures, envoyant tout le monde se faire voir, c'est à la portée de n'importe quel torchon d'extrême-gauche, d'extrême-droite ou d'extrême-centre. Comme Minute, par exemple...

    RépondreSupprimer
  3. @anonyme: Non, trois fois non, ce n'est pas à la portée de n importe qui, en 1974, d'écrire ce genre de choses et , mais sans doute ne le sais-tu pas, le Minute de 1794 n a rien à voir avec le Minute d aujourd'hui. Et visiblement, comme moi il y a deux jours, tu ne sais pas qui était Micberth. C'est pourquoi, je ne te traiterais pas d andouille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beau lapsus que "le Minute de 1794", les francs-maç j'vous dis, les francs-maç...

      Supprimer
    2. @Dame Ginette: oh, hé, hein, bon ...d accord ? :)

      Supprimer
    3. Je ne connaissais pas ce texte. Merci pour cette agréable découverte. Je te fiche mon billet qu'il s'agit d'une réponse à la sinistre "harangue d'Oswald Baudot".

      Supprimer
    4. @Koltchak: De rien, il ne me reste plus qu a rechercher ce qu'est cette harangue de Baudot ! :)

      Supprimer
  4. Quel rôle attribuer aux francs-maç dans toute cette boue qui nous remplit, nous étreint, nous étouffe ? Leur motto c'est l'hédonisme, la liberté totale déréglée et offerte à tout individu pour se faire plaisir sur cette terre... A force on arrive au chaos, on y est presque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Dame Ginette: Les Franc-macs ont leur part de responsabilité, ils se reproduisent qu entre eux :) En plus de tout ce donc tu les accuse, ils ont la laïcité exacerbée, chevillée au corps, la volonté d arracher les enfants aux déterminismes familiaux ( Peillon ), de quoi les accuser d une bonne part du chaos vers lequel on se dirige

      Supprimer
    2. Géo

      Les francs maçons!
      Ajoutons les interets économiques de cartels financiers qu ils infiltrent,elle est belle leur conception de l Homme nouveau!

      Maurice de La Fuye,la révolution française.
      Ouvrage peu connu qui met en lumiere le rôle des francs-maçons dans la chute de la Monarchie française.
      Le texte de Mirberth est prophétique et trés bien écrit.Quel mordant!
      La justice a toujours été le reflet des mentalités,c est à dire pas brillante,mais là il avait pressenti que nous allions atteindre le summum de l incohérence et,surtout de l inversion des valeurs,signe de déchéance gravissime.

      La tronche en photo en haut de la page:elle devrait passer une annonce pour retrouver son ame perdue.

      Supprimer
    3. Géo

      Rectification:
      C ést "Louis 16",par M. De La Fuye.

      Supprimer
  5. Trop compliqué pour ma pauvre petite tête , ce que je retiens de mon expérience vécue c'est face à la justice il vaut mieux avoir un avocat célèbre qu'un looser .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: allons, allons, son texte n est pas si compliqué et en plus il n emploie que des termes fleuris.
      Pour les avocats, c'est un peu toujours la même rengaine : " selon que vous etes puissants ou misérables... "

      Supprimer
  6. Quel talent corrosif ! (De quoi est-il mort ? ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Crisfi: de maladie, je crois, des problèmes de reins et de poumons

      Supprimer
  7. Les Franc-macs ont leur part de responsabilité, ils ne se reproduisent qu'entre eux
    Si j'avais lu ils ne se reproduisent qu'entre eux je n'aurais pas pensé d'abord aux francs-maçons, mais à d'autres gens, très souvent francs-maçons d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jazzman: " d'autres gens" ? tu px préciser ?

      Supprimer
    2. Est-ce que le nom Bnai Brit pourrait t'aider à imaginer la réponse ?

      Supprimer
    3. Géo

      @Jazzman

      Euuuh?...Les K.fards?...ils se reproduisent entre eux,pas vrai?
      Et souvent francs-maçons(ils me l ont dit")
      C était ça,le schmilblic?

      Supprimer
    4. @jazzman c'est une organisation juive si je ne me trompe

      Supprimer
    5. Corto, j'aime bien quand tu joues au con, comme ça on est deux.
      Géo est hors concours, le type qui fait encore plus semblant de ne pas comprendre, mais qui tient à répondre, on se demande bien pourquoi (en fait non, bien sûr).

      Supprimer
    6. Géo

      En fait,j avais un soupçon.
      Mais..cette organisation connue pour etre philanthropique cache des buts plus spécifiques à sa nature de société secrete.
      Par elle,Freud put enseigner sa psychanalyse et,donc, une certaine inversion des valeurs employable pour la destruction d un ordre moral et social.
      Sachant que nombre de membres influents de cette société sont des milieux politiques et financiers ....

      Supprimer
  8. Il y a du Nostradamus dans ce Monsieur quant à la furie guyanaise, elle suinte la haine.
    Belle découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grandpas: je t invite a le découvrir ça vaut son peson de cacahuètes

      Supprimer
  9. La première justice (faut bien lui donner un nom) de la république a été le tribunal révolutionnaire.
    Homo-Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: et des dizaines de milliers de guillotinés...

      Supprimer
  10. Je n'apprécie que moyennement "société en gésine" car il suivra soit la mort que je crois, soit la "délivrance" et là, je n'y crois pas du tout !
    D'un autre côté pour qu'une société soit en gésine il faut qu'elle ait été baisée, je dis NON ! elle n'est que sodomisée, donc un société en gésine n'existe pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: Je t aurais bien emboité le pas avec cces histoires de sodomie et de baise mais peut etre y a t-il de chastes yeux qui traînent par ici :)

      Supprimer
    2. Homo-Orcus
      Une fatma conseille sa fille qui va se marier et la met en garde sur les désirs de son mari.
      S'il te demande de te retourner, surtout tu refuses, c'est haram !
      Une année passe, deux, trois, rien, puis un jour :- Tu pourrais te retourner ? - ah non ma mère me l'a défendu. - Mais alors comment veux-tu qu'on ait des enfants ?

      Supprimer
  11. J'ai omis sous anonyme : Homo-Orcus

    RépondreSupprimer
  12. « Ce magistrat ambitieux, à l'esprit étroit, qui depuis qu'il était juge d'instruction n'avait eu à suivre que des affaires insignifiantes, vulgaires, tenait donc enfin sa cause célèbre, à laquelle il rêvait depuis si longtemps, dans l'espoir de sortir de l'obscurité où il végétait. Witson était là sur son terrain. Nous savons qu'elle était son indignation à l'égard du pouvoir sans limite et sans contrôle que le code donne aux juges d'instruction, magistrats souvent trop jeunes, sans expérience, infatués de leur puissance, ne voyant tout d'abord que des criminels dans ceux qu'ils sont chargés de poursuivre, craignant l'acquittement d'un prévenu ne soit une mauvaise note pour eux, tandis qu'une condamnation, qui prouve leur habileté, peut les faire inscrire sur le tableau d'avancement ou les désigner pour la croix. » Ce texte est de… 1887
    http://www.ebooksgratuits.com/ebooks.php
    PONT-JEST, RENé DE : Le Cas du docteur Plemen - Mémoires d'un détective - Romans Policier & Mystère
    Homo-Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: et bien disons que Pont-Jest devait lui aussi etre un sacré visionnaire.

      Supprimer
  13. Dans la même veine on peut relire Julien Benda 'La trahison des clercs' ouvrage moins flamboyant mais tout aussi prophétique puisque sorti dans les années 50 si mes souvenirs sont exacts . Jipe

    RépondreSupprimer
  14. Hier j'étais fatigué , ce matin j'ai relu , après une bonne nuit de sommeil je réalise que Michel-Georges Micberth s’appelle en réalité Nostradamus .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: et bien tu vois quand tu veux ...:)

      Supprimer
  15. Il n'est qu'à regarder et surtout écouter C TAUBIRA l'infatuée dans sa réponse à M M LE PEN hier à l'assemblée. Sa réponse constitue a elle seule une récidive de l’assassinat de plus de 150 personnes et de la blessure de centaines d’autres depuis le début de l’année. Cette récidive a été applaudie sur les bancs de la gauche. Ce spectacle est insoutenable. Quand va -til cesser ?.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Un Dragon: je l ai vu hier la Taub répondre à MMLP qui s était elle très clairement exprimée et l autre guyanaise lui répondre " Quel magma, quel magma ". Cette femme est d une arrogance folle.
      Quand cela va-t-il cesser ? le plus tot serait le mieux mais même si cette Taub est virée au lendemain des régionales , elle ne s arrêtera pas en si bon chemin dans son entreprise de destruction

      Supprimer
    2. Géo

      @Corto

      Tu as bien du courage de regarder et d écouter les t.d.c. genre Taubira,cazeneuve,and co.
      Longtemps virées chez moi,du paysage.
      Ah,pas tout à fait:hier j ai pris la peine de voir Hollande et Obama suite à remarque d un proche,ça faisait des lustres...
      Hollande avachi dans un fauteuil jambes écartées,cravate trés longue jusqu au sexe et revenant toucher le bout de sa cravate d un geste inconscient,les yeux ronds et bizarres.(i télé)
      En le voyant on ne peut s empecher de penser au vieux trauma psychique qu il porte mais on a envie de lui dire d arreter ses conneries dans ses manieres faites pour qu on se foute de lui,manieres faites pour qu on le prenne pour un demeuré et qu on ne se méfie pas de lui alors que c est un pourri de premiere qui fait tous ses coups en douce mine de rien pendant qu on serait focalisé sur son manque de tenue evidente.
      Voilà ce que je pense de ce "président".
      Toute la maléficité du personnage qui suinte de partout et comme sa clique n a aucun talent,rien que des incapables et des escrocs,ils lui seront dévoués car sans lui ils ne seraient rien car pas foutus de faire quoique ce soit de leurs dix doigts.
      Et il veut faire idem avec des banlieues et musulmans:qu ils restent dans l obscurantisme pour qu ils aient besoin de lui et qu ils lui soient dévoués aux urnes ou ailleurs.
      A Washington,il est allé prendre ses ordres des cartels politico-financiers qui veulent régir le monde et en faire un vaste espace économique en abolissant les frontieres,meme si il faut continuer à deporter des populations entieres avec les guerres civiles et autres.
      Pouah!

      Supprimer
  16. C'est tout à fait étrange, mon cher Corto, que quelques heures à peine avant de lire cette diatribe, m'était revenue en mémoire le sort que la "justice" avait réservé à cette jeune femme que j'avais connue employée de maison d'un des confrères et ami de mon mari. C'était, autant que je puisse m'en souvenir, au début des années 70, elle avait 17 ans et "venait de la campagne" comme on disait alors.
    Dix ans après, elle était mariée, et était retournée à la campagne où elle vivait avec un mari ouvrier et leurs enfants. Elle s'est alors trouvée mêlée à un funeste imbroglio : trois jeunes couples qui s'ennuyaient avaient décidé de pratiquer l'échangisme, tel qu'is avaient dû en entendre parler à la télévision, afin de mettre un peu de piment dans leur vie.
    Mais il s'avéra qu'un des protagonistes était particulièrement violent et "plus personne ne voulait coucher avec lui", même pas sa propre femme. L'affaire tournait mal, et c'est là que Lucienne, décida de convoquer le récalcitrant pour lui rappeler, sans doute, les règles de bonne conduite sexuelle. Mais ayant peur que l'entrevue ne tourne mal, elle avait caché son jeune frère, armé d'un fusil de chasse, derrière un rideau, au cas où les choses tourneraient mal. Et c'est précisément ce qui se passa. L'homme devint violent. Elle cria : "Tire ! Tire !" L'homme s'écroula mortellement blessé. Son épouse qui était au courant de la "convocation" à qui on annonça que son mari gisait sur le carrelage, perdant son sang, leur dit : "Achevez-le !"
    A son procès aux assises, Lucienne bénéficia d'un avocat commis d'office, et fut condamnée à 15 ans de prison. Son mari qui n'avait pas accepté de se désolidariser de sa femme, fut condamné à la même peine qu'elle.
    Avant le verdict, et prévoyant un "procès de classe" qui se terminerait pas une condamnation, j'avais téléphoné à Me Vergès, pour savoir s'il pourrait plaider pour elle, en appel. J'avais eu une longue conversation avec une de ses collaboratrices qui m'avait expliqué que la justice considérait les "instigatrices" comme les "nouvelles sorcières", et elle m'avait dit : "C'est 15 ans !" Lorsque je lui demandai si Me Vergès accepterait d'assurer sa défense en appel alors qu'elle n'avait aucun moyen financier. Elle m'avait répondu que Me Vergès avait suffisamment de clients très fortunés pour lui permettre de pouvoir accepter gratuitement toutes les causes emblématiques dans la mesure où elles l'intéressaient.
    Mais Lucienne et son mari ne firent pas appel de leur jugement et passèrent dix ans en prison.

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Corto !
    Ce Micberth mérite d'être connu.
    Pour ce qui est de l'intervention télévisée de Taubira face à Maréchal-Le Pen, cette nullité taubiresque ne dit rien, ne propose rien !
    Elle essaie juste d'énoncer une tirade la mieux construite possible avec un vocabulaire un tant soit peu soutenu, histoire sûrement de faire oublier ses origines tropicales en montrant qu'une étrangère peut très bien s'exprimer en français mais le reste, le fond des problèmes, on s'en fout !!!
    J'enrage de voir ce genre d'insignifiance être à un tel poste !!!
    Je ne te remercie pas pour tes billets assez énervants ! ;-)
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  18. @Lebuchard: mer i à toi d etre passé :)

    Taubira je l ai croisé du temps où j habitais en Guyane et autant te dire qu elle faisait peur par ses discours indépendantistes et par la main mise qu elle avait avec son ex sur les syndicats indépendantistes. La facher c'était s exposer a certains ennuis comme par exemple une horde d indépendantistes déboulant dans ton magasin et te demandant de fermer pour la journée ou pour deux jours. Une vraie teigne alors la voir a ce poste oui y a de quoi rager !

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

L’église byzantine Saint-Louis de Paimbœuf, en Loire-Atlantique