lundi 22 septembre 2014

Et cette droite qui ne veut plus rien, elle veut quoi ?


Le retour maintenant officiel de Sarkozy déclenche de multiples réactions en tous genres. Celles venant de la "gauche" sont parfaitement prévisibles, je ne m'y attarde pas. Je préfère m’intéresser aujourd’hui à celles provenant d'une certaine "droite".

Et là, j'ai lu de tout et parfois du n'importe quoi...

Sarkozy est pourri, c'est un hâbleur, il bouffe  à tous les râteliers, il n'a pas changé, il revient pour échapper à la justice, c'est une erreur, prévisible, on sait comment ça va se terminer, il n'a rien fait, son bilan est nul, il n'a rien fait pour lutter contre l'immigration, c'est un traître, d'autres à droite brillent mieux, Sarko et Hollande c'est pareil, c'est un bateleur de foire, un menteur, une girouette, il nous a déjà fait le coup, il nous a vendu à l'Otan et à l'Europe, c'est à cause de lui que la France sombre dans le communautarisme, il n'a rien fait pour empêcher les musulmans de "proliférer", etc, etc, etc...


J'en ai même lu un, un réac vrai-de-vrai, un dur, qui en appelle à ses amis pour l'aider, je cite, à dresser l'inventaire des trahisons de Sarkozy car "Il ne s'agit pas de "convaincre" les aveugles et les sourds en leur "démontrant" des évidences, mais de donner des munitions aux gens normaux que ces sourds et aveugles harcèleront jusqu'en 2017." L'objectif étant de bâtir un argumentaire intitulé: "Pourquoi Sarkozy ne doit pas revenir en 2017"... Comme si la gauche et les media (pléonasme) ne se chargeaient pas de le faire à tout bout de champ. J'en lis même qui ne souhaitent qu'une chose, rejoignant peu ou prou dans l'idée les allumés de l’extrême-gauche: Que le système explose et vive le chaos ! Soyons fous, embrassons-nous Folleville... ou déchirons-nous !

Soit, admettons que tout ce que ces gens de  cette "droite" disent ou écrivent soit vrai; admettons qu'ils aient raison, que Sarko ou Hollande, c'est du pareil au même et que tous les politiciens sont des pourris qui nous amènent droit dans le mur. Admettons que tous les immigrés sont une véritable plaie pour le pays et l'Islam un danger mortel pour notre civilisation. Admettons que l'Otan est une saloperie et l'UE le cercueil de notre souveraineté nationale. Admettons qu'ils aient raison sur toute la ligne, même sur ce chaos parfois désiré. J'adhère même à leur point de vue sur certains sujets. Mais ce qui me surprend et me désespère c'est que globalement, ils ne proposent rien de réaliste, qui tienne la route ou qui soit applicable rapidement en respectant les règles du jeu démocratique. Hors du "tout est pourri, tout est nul, tout n'est qu'arnaque, tout n'est que jeu politicien", point ou peu de propositions concrètes. Sarkozy est un naze, okay, mais alors, pour qui voter ? Pour Bayrou, Jego, Aubry, Valls, le PS, les allumés du FDG ? On ne vote plus ? Ne me dites pas de voter pour le FN, en dehors de quelques idées plaisantes sur l'immigration, son programme est totalement irréaliste, ils n'ont même pas actuellement dix gars sous le coude pour former ne serait-ce que l'ébauche d'un gouvernement qui tienne plus de 15 jours.

Alors, messieurs les partisans du Grand Soir, vous les partisans du "tous pourris", vous les désabusés, vous que le système insupporte, vous dont je ne suis pas si éloigné que cela si ce n'est mon attachement à ce système qui à défaut d'être le meilleur nous permet de vivre relativement peinard, vous ne voulez rien de ce qui vous est proposé ou à portée de bulletin de vote, vous ne voulez pas de Sarko, pas de Hollande, pas du FDG, pas forcément du FN, pas de l'UE, pas de l'euro, pas de ceci, pas de cela; alors, dîtes-le nous, dites-le moi, vous proposez quoi ? Vous voulez quoi... qui tienne la route ?

Folie passagère 2468.
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@voila.fr

114 commentaires:

  1. Puique comme tu semble l'admettre, il n'y a aucune offre politique crédible et pour éviter le vote "pour le moins pire" ou "faute de mieux", il faut que le peuple puisse s'exprimer: autoriser le vote blanc et le comptabiliser comme suffrage exprimé. Et songer à un meilleur système. Pourquoi pas des votations comme en Suisse?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: sorry, je n admet rien de tel, je dis qu il y a des offres bien plus crédibles et plus pragmatiques que le chaos ou Le Grand Soir, nuance.
      Pour le vote blanc, il existe maintenant et a défaut d être compté comme suffrage exprimé, il apparait dans les résultats séparément des votes nuls, ce qui un progrès, non ?
      Pkoi pas des votations plus souvent comme en Suisse, je ne demande pas mieux sauf à voter pour tout et n importe quoi comme ils ont tendance à le faire parfois

      Supprimer
    2. Tu parles d'un progrès! Un vote blanc non comptabilisé comme suffrage exprimé, c'est comme un référendum de 2005.

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord avec Pangloss.

      "vous proposez quoi ? Vous voulez quoi... qui tienne la route ?" Mais il y a plein de choses, simplement vous ne les trouverez pas dans les médias, surement pas à l'ENA et certainement pas dans la fonction publique.

      Un exemple comme ça ? Nous citoyen. Ce serrait déjà un bon début.

      Supprimer
    4. En ce qui me concerne, je propose des solutions, des idées, des concepts, une vision, dans pratiquement tous mes billets...

      Supprimer
  2. Corto, tu es dur ;-)
    Evidemment, être un partisan du "tous pourris", "vivement le chaos", etc... est une posture romantique. La contemplation des ruines devrait en effet suffire à élever l'âme humaine. Ne demande pas à des poètes d'avoir un raisonnement politique ou encore moins politicien.
    Pour ma part, je suis monarchiste de la veine "absolue". Si l'on croit les mythes et légendes de l'Histoire de France, il n'y a qu'à laisser tomber le pays, le Bon Dieu nous enverra bien quelqu'un le jour J.

    C'est peut-être simpliste, mais ça permet de ne pas se faire de nœuds au cerveau. Parce que voter pour le moins mauvais, au bout de quelques décennies, ça ne fait plus rêver personne:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà, d'autant que Droite d'avant et moi-même partageons le même tropisme monarchiste.

      Concernant la droititude du bonhomme, je viens de commettre un court billet.

      Maintenant, je suis persuadé que rien de bon ne peut sortir des urnes. C'était vrai dans le passé, lorsque la France était aux mains des partis, et c'est vrai depuis que le général est mort. Pour ceux qui doutent,n je rappelle que la Vème république est quand même née d'un coup de force bien orchestré. Elle peut se targuer d'une certaine légitimité, qui ne lui est possible que parce que le coup a réussi. Si les institutions de l'époque avaient été défendue, le général et ses partisans seraient aujourd'hui considérés comme des factieux, comme ce fut le cas pour les partisans de l'Algérie française.

      En accord avec mes convictions, je ne vote pas, sinon pour les scrutins d'intérêt local, principe de subsidiarité oblige. Néanmoins, je crois fermement que seul un Franco ou un Pinochet gaulois nous sortira du chaos vers lequel nous avançons. 15 ou 20 ans de dictature (j'invite les cons à se pencher sur le sens véritable de ce terme), puis après, une fois les stades vidés des gauchistes qui y auront été regroupés, les banlieues pacifiés et nettoyées, on pourra décider quel régime choisir.

      Supprimer
    2. @Droitedavant: providentialiste , c'est ça ? si j ai bien compris ce que m a expliqué un jour Koltchack.

      @Droitedavant et Koltchack: Vous c'est différent, je ne vous classe pas dans cette droite qui ne veut rien mais qui ne propose pas plus, vous avez la monarchie pour idéal (pour faire simple) ce que je respecte. ceci étant dit, vote ou abstention, gueuse ou pas gueuse, le système dans lequel nous vivons n est pas le votre mais au moins êtes vous cohérent, vous avez une solution: la monarchie, ou l'espoir d'un homme providentiel façon Franco ou Pinochet. Soit. néanmoins, ce n'est pas ça qui a court et moyen terme nous sortira de la mouise. je doute que vos espérances puissent de quelques manière que ce soit résoudre le chômage et pourquoi pas nos problèmes de souveraineté.

      Supprimer
    3. @Koltchack: ton billet me fait curieusement penser à la personne dont je parle dans mon troisième paragraphe .

      Supprimer
    4. Je sais, je l'ai vu il y a peu, mais je sais aussi prendre des notes. Il y a un paquet de trucs que j'ai recyclé de vieux billets. Je n'ai jamais caché mon aversion pour Sarkozy, du coup, je ne pouvais que compiler ce qui m'horripile it.

      Sinon, j'ai la faiblesse de croire qu'une société ne peux fonctionner sainement, y compris sur le plan économique qu'à la condition de reposer sur une morale publique solide. Sans cette base, rien ne sert de se débattre, tout sera voué à l'échec.

      Supprimer
    5. "j'ai la faiblesse de croire qu'une société ne peux fonctionner sainement, y compris sur le plan économique qu'à la condition de reposer sur une morale publique solide. Sans cette base, rien ne sert de se débattre, tout sera voué à l'échec. "

      AMEN !!

      Supprimer
  3. C'est tout le problème, Corto. Que veux-tu qu'on réponde à ça ? Tout ce que tu écris est vrai. Il est probable que bon nombre d'entre nous irons voter Sarko quand même, ne serait-ce que pour faire dégager Hollande. Mais on ne peut tout de même pas nous demander de lui tresser des couronnes, surtout avec sa nouvelle posture centriste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Mat: je ne demande pas qu on lui dresse des lauriers, je laisse le soin de la critique à la gauche, ça l occupe. Mais en attendant que le "salut " vienne de je ne sais où, quelle alternative autre que Sarko pour bouter la socialie hors les murs ? Tu vois autre chose ? tu propose autre chose ?

      Supprimer
    2. Mais il y aura quand même Marine, non ?
      Tu ne la vois pas au 2ème tour ?
      Pour le moment, si c'était un scrutin à un seul tour, elle passerait.
      A deux tours, elle ne passera jamais.
      Et ça ne la dérange pas.

      On fait comme s'il n'y avait que Gromou et Sarko.
      Bin nan !

      Supprimer
  4. Que faire ? Soyons fou , prenons Sarko pour Président ,( en fin de compte c'est celui qui a le plus de succès à travers le monde auprès des autres dirigeants) instituons le vote OBLIGATOIRE et chaque année un référendum sur plusieurs sujets de société , les râleurs ,dont je fais parti , pourraient exprimer si oui ou non on va dans la bonne direction .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Claude Henri: Pourquoi soyons fous ?
      Pour le vote obligatoire tu prêches a un convaincu.
      trop de référendums tuerait le référendum. Un de temps en temps sur un sujet précis, oui. Je préférerai plutôt le retour au septennat, non renouvelable, avec un "exercice de vérification démocratique" au bout de 4 ans, des législatives par exemple. le tout inscrit bien evidemment dans la constitution.

      Supprimer
    2. @corto il suffit de supprimer un jour férié et de l'instituer " journée du vote" , 1 fois par an = 4 pour un mandat et après l'élection présidentielle .

      Supprimer
  5. Personnellement je ne demande pas grand chose.
    Que la France soit souveraine dans ses décisions intérieures et ne dépende pas d'autres nations pour sa politique extérieure.
    Que les politiques aient un casier vierge, justifient le moindre pot de crayon acheté et qu'ils travaillent au service du pays et des citoyens.
    Mais c'est trop demandé.
    Si effectivement je semble désabusé c'est parce que le mensonge s'est institutionnalisé au point de me dégoûter. Je n'ai pas l'intelligence ni la prétention de savoir quoi faire. Votations comme en suisse, tirage au sort... ?
    J'en suis à prier pour mon gosse pour qu'il n'y ait pas de guerres. Au risque de paraître illuminé, les ténèbres nous recouvrent et ça va de plus en plus vite.
    Je propose donc quelque chose qui puisse tenir la route : faire du bien autour de soi et insulter tous les enfoirés qui nous ont mis dans ce beau merdier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Vlad: bien d accord avec toi sur la souveraineté et encore plus avec le contrôle des dépenses des hommes politiques, et encore plus avec l interdiction a toute personne ayant été condamnée par la justice, quelque soit le délit, de se présenter à une élection. cela nous éviterait de voir des Cambadelis, des Juppé, des Andrieux , des Désirs et autres faisans nous donner des leçons.
      La première partie de ta proposition est séduisante et relativement facile a mettre en oeuvre, faire le bien autour de soi, pour la suite, moyen, dans la mesure où nous portons tous une part de responsabilités, en les ayant élus, dans les choix que " ces enfoirés " ont fait. Cela nous obligerait donc à nous insulter en premier.

      Supprimer
    2. Corto, "des Désirs" ; ça va pas, non ? Un seul ne te suffit pas, tu voudrais le multiplier ?

      Sans avoir lu tous les commentaires, je vois bien une chose que le président Sarkozy a commencé à faire (donc défait par son sinistre successeur), c'est de réduire la dépense publique, en ne renouvelant pas un poste sur deux dans la fonction publique. C'était déjà un début pour assainir les finances, pierre d'achoppement de toutes les politiques.

      Ducon a fait mine de vouloir s'attaquer au mille-feuille administratif, avec le succès que l'on peut prévoir : nul, si ce n'est négatif.

      Quant à la probité de nos élus... (Je note cependant que le président Sarkozy, jusqu'à présent sous les tirs croisés des juges et de ses ennemis politiques, a réussi à y échapper jusqu'à présent).

      Supprimer
  6. bonsoir corto !
    je regarde les 2 photos et je me dis que je vais m'en prendre une !
    (une beigne sur la photo du haut et une banane sur celle du bas !)

    Sur Sarko lui meme : il a environ 1/2 chance de "repasser" certes, mais il y a 0,0% de changer quoi que ce soit
    Si on prends un sujet comme l'immigration , nous autres "droitiers" avons eu chirac et son "le bruit et les odeurs" + le "passer ça au Karcher" de sarko , alors j'en suis au point (que je crois objectif) de ne plus croire.
    Je comprends bien que cela vous énerve , mais que voulez-vous il ne faut pas mentir.

    La phrase la plus importante dans votre billet est "rapidement en respectant les règles du jeu démocratique"
    C'est bien là le problème : la démocratie ce n'est pas le "tous pourris" c'est juste une règle du jeu de dépense de la civilisation ; la démocratie dissocie les devoirs (grosso modo la droite) des droits (la gauche); à ce petit jeu là c'est évidemment la décadence qui gagne et grignote tout.
    Aussi vais-je rejoindre "droitedavant" : il nous faut un roi.
    Je comprends bien que cela peut choquer de dire "je VEUX de la contrainte", mais encore une fois, la pauvreté que fabrique la démocratie sera bientôt pire que la contrainte.
    Pour conclure je dirai que je ne veux pas le chaos ou la guerre civile, mais je trouve justement que la démocratie nous y conduit.

    cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @jmespe: je comprends que certains puissent croire en la monarchie et au retour d un roi, sauf que ce n'est pas pour demain la veille. Alors en attendant qu un nouveau Louis nous soit offert, on fait quoi pour résorber ne serait-ce que le chômage, pour battre cette gauche vérolée qui na plus rien de morale si tant est qu elle le fut un jour ?
      Pour la démocratie, n'est-ce pas elle qui te permet de pouvoir encore croire au retour d un roi ?

      Je note que toi non plus, tu ne propose rien si ce n'est cet éventuel retour de la monarchie.

      Supprimer
    2. non , ce n'est certainement pas pour demain !

      "pour battre cette gauche vérolée" c'est ma conviction depuis plusieurs années maintenant : vous ne la battrez pas en démocratie. Entre les droits et les devoirs ; entre s'amuser ou travailler, le choix dans un isoloir est vite fait. (dans un isoloir, vous avez l'anonymat et la mutualisation de la décision qui sont tous 2 fortement irresponsabilisant)
      "je ne propose rien"... c'est bien là le problème: en démocratie je ne vois pas ce que l'on peut proposer.
      si un programme est efficace, il ne passera jamais les 30%.

      Supprimer
  7. Bin oui mais faudrait savoir !
    Il y a ceux qui disent "il faut voter pour l'espoir", ceux qui disent "il n'y a aucun espoir", ceux qui disent "de toute façon, ça se passera dans la rue, et très durement", ceux qui disent "faut que ça se passe dans la rue, et durement" et ceux qui ne voient pas l'espoir quand il se manifeste durement dans la rue.
    Alors moi, j'abandonne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @La mouette: l'abandon, le désintérêt pour "la chose publique" l'abstention, etc... il y a un paquet de politiciens qui ne demandent que ça. Pour moi, l'abandon n est pas une option.

      Supprimer
    2. Corto
      Ce que je veux dire par "j'abandonne", c'est que je renonce à comprendre le raisonnement des Français.
      Mais surtout les Français que l'on lit sur les blogs.
      Parce que les gens de la rue sont beaucoup plus simples.

      Cet après-midi, pendant une promenade le long de la rivière, nous avons rencontré un pêcheur.
      Un mot en entraînant un autre, il nous a dit que jusqu'à l'année dernière, il votait droite classique, donc UMP.
      Puis dans son bled, le maire a voulu faire construire une mosquée, en douce, personne n'en avait entendu parler parmi les administrés. Il l'a su quasiment par hasard...
      Tout ça parce qu'il y a quelques Turcs dans le coin.
      Du coup, les gens ont formé une liste FN pour les Municipales...
      Et ont frôlé l'élection. Alors qu'ils venaient de créer le FN local.
      Bin tu vois, ça m'a redonné de l'espoir, même si je ne crois qu'à moitié à Marine.
      Mais Marine ou pas, les gens commencent à bouger, c'est une mobilisation.
      On ne voit plus la vérité, nous autres, avec nos blogs et nos discussions "entre avertis".
      En fait, on ratiocine et les gens agissent.
      Du coup, échange de tel et tout.
      On a promis qu'on lui téléphonerait quand on repasserait dans le coin.
      Sympa non ?
      Et tu sais ce qu'il nous a dit, le monsieur ?
      "Regardez là-bas, c'est ma maison. Vous croyez que j'ai l'air d'un paumé inculte et édenté ?"

      Je n'abandonne pas la chose publique, non.
      Tant qu'il y aura des gens comme lui, je garderai espoir.
      Ce qu'il faut noter aussi, c'est que tu parles à quelqu'un 5 minutes, comme ça "ça mord ?" et paf, la question politique arrive dans la conversation.
      Et ce monsieur nous a dit qu'il trouve aussi que c'est extraordinaire, le réveil des Français en ce moment.
      Et on nous ramènerait ce vieux cheval magouilleur et poussif sur le retour ?

      Ah non, alors !

      Supprimer
    3. @lamouette: " les gens commencent à bouger ", je vois bien et c'est aussi ce qui permet d espérer. les gens du village en question ont parfaitement réagi, c'est bien. le projet de mosquée a-t-il été abandonné ?
      On ne voit plus la vérité ? pas vraiment d accord, bien au contraire. Un billet comme celui-ci mais surtout ses commentaires est parfaitement éclairant sur des tas de choses.

      Supprimer
    4. Corto
      Le monsieur en question a frôlé l'élection, mais ils ont été battus... de peu.
      Il est satisfait de ce résultat, puisque c'était la toute nouvelle participation d'un tout nouveau groupe FN sur son bourg.
      J'ai vu plein de gens qui passaient et lui faisaient signe ou lui faisaient la bise, pendant la petite demi-heure où nous avons discuté.

      Le projet de mosquée a été abandonné, car il y a eu des remous auxquels le maire ne s'attendait pas, vu l'omerta.
      Il a été remplacé par un projet de "centre culturel musulman", ce qui ne trompe personne, vu le clin d'oeil dont notre pêcheur a accompagné cette info.

      Mézavis (comme dirait un certain Corto ^^) que c'est pas fait...
      Le maire actuel, qui est passé de justesse a eu chaud aux fesses.
      Je pense qu'il en tiendra compte et qu'il fera traîner un peu les appels d'offres.
      A suivre.

      C'est un ancien sarkozyste ce monsieur. Et avant ça, chiraquien, UMP, RPR, bref, la droite classique...
      Bin tu l'aurais entendu...
      Le jour où le FN le décevra, je pense que ce brave homme en aura terminé avec la politique, faudra plus compter sur lui.
      C'est le risque évident, et l'énorme responsabilité que va porter Marine...

      Supprimer
    5. @la mouette: Mais La Marine ne peut que décevoir d'un part car comme le dit Kotchack très justement, elle bouffe maintenant à la gamelle et d'autre part parce que elle et son parti sont absolument incapables de monter le moindre gouvernement, si d'aventure, en 2017, elle venait a finir en tête au second tour (je n y crois pas un seul instant)

      Supprimer
    6. Corto
      Ce qui compte, c'est moins Marine et ses abandons politiques que la vague de mobilisation qui la porterait au pouvoir.
      Il me semble que cela signifierait un sacré réveil des Français de leur "dormition" qui n'a que trop duré.
      Et à partir de là, tout pourrait arriver.
      De toute façon, faut que quelque chose se passe, on ne peut plus durer comme ça.

      Supprimer
    7. En outre, même Hollande peut "monter" un gouvernement (que ne monte-t-il pas, celui-là^^).
      Alors pourquoi Marine en serait-elle incapable !

      Supprimer
  8. Les chiens aboient, la caravane passe, mon cher Corto. Cette droite a encore les moyens de nous prouver que quand elle veut elle sait être la plus bête du monde. Quant à Sarko, j'ai l'impression qu'il va vouloir faire arbitrer ses choix par les Français. Il me tarde de le voir à l'oeuvre car enfin nous avons l'impression que nous allons pouvoir quitter ce cloaque politique que droite et gauche nous imposent depuis plus de deux ans. Il semblerait même qu'un air frais qui décoiffe souffle à la télévision, c'est dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne: c'est un peu ce que j espère avec le retour de Sarko, curieusement, un peu d'air frais. mais chut, Marianne, on pourrait nous lire et railler nos propos.

      Supprimer
  9. Moi je fais complètement confiance à Sarkozy quand il nous annonce que le referendum doit être la base de la démocratie à la française.
    Complètement et totalement.

    Je suis amnésique.

    RépondreSupprimer
  10. J'ignore si je suis un agité du grand soir (pourquoi le soir d'ailleurs, l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt toussa), simplement je ne vois pas l'intérêt d'aller voter pour un gonze qui nous a menti sans arrêts pendant son mandat, parce que l'espérer encore fait franchement complexe de la femme-battue-qui-en-redemande-en-espérant-qu'il-change.

    A un moment, c'est de la c*onnerie absolue.

    vryko

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @vryko et La Mouette qui fait + 1: j entends bien et je peux même vous comprendre, Mais a part critiquer et, pour Vryko, se payer un brin la fiole de ceux qui pensent que Sarko peut etre une solution , vous proposez quoi ?

      Supprimer
    2. Je t'ai répondu plus haut, Corto.
      Moi je n'ai rien à proposer, ce sont les gens de la rue qui ont des idées parce qu'ils en ont bien marre.
      Je suis devenue critique envers le FN, mais je voterai quand même Marine (si elle peut se présenter, ce qui n'est pas certain, ils trouveront bien quelque chose... Ce système des deux tours est inique en plus. Il permet toutes les magouilles de front républicain, comme ils disent... C'est à dire l'arnaque pour empêcher un troisième larron de passer).
      J'ai plein d'incertitudes, de désaccords, de déceptions envers le FN (bizarre, plus il monte, plus je le trouve désamorcé, mais bon...), mais il est certain que je ne voterai ni pour un PS, ni pour un Front de gauche, ni pour un écolo, ni pour un UMP, ni pour le diable et ses cornes...
      Ces gens-là se foutent de nous et nous vendent au plus offrant depuis plus de 50 ans.
      Normalement, ça devrait suffire.

      Le Pen (Jean-Marie) a dit la vérité, lui, pendant tout ce temps.
      Sa fille désamorce son parti, mais c'est tout ce que nous avons.
      Bizarre que personne n'en parle dans cette discussion.
      On fait comme s'il n'y avait que le PS et l'UMP...

      De toute façon, c'est ça qu'on doit essayer, sinon on continue comme avant.
      En pire, parce que ces gens-là se diront, avec raison "on peut tout leur faire, aux Français ! Ils oublient et on recommence..."
      Je n'oublie rien moi, contrairement à ce que j'ai dit ironiquement sur un autre commentaire.

      Supprimer
    3. Ben c'est assez simple, la normalisation du FN c'est tout simplement la révérence faite par Marine au système. Elle veut jouer dans la cour des grands a contrario de son père qui défendait, vraiment et sans concessions, ses convictions, qui se trouvent être celle d'un nombre non négligeable de Français. D'ici 5 à 10 ans, le FN sera un parti gamellard comme les autres, tout aussi démagogue, tout aussi menteur.

      Entendons-nous bien, je ne défends pas le FN de papa, pas plus que je ne défends le FN de la fille. Je tiens ce parti pour républicain, au même titre que tous les autres. Je me contente juste d'analyser les faits et de déduire ce qu'ils signifient. A l'arrivée, il y aura beaucoup de déçus. Mais quelques millions de plus ou de moins, est-ce que cela compte vraiment pour tous ces gens qui sollicitent les voix du peuple ?

      Qu'attendre d'un parti supposément anti système mais qui s'acharne à jouer selon les règles ? Personne ne voit le paradoxe, ou l'arnaque selon que l'on soit adepte du jeu des partis ou spectateur amusé de ce théâtre Kabuki ?

      On prétend que le FN serait s'extrême droite. Si on parle du parti fondé par le menhir qui fédéra tous les petits partis traditionnels d'extrême droite des années 60, d'accord. Mais il était tout simplement inutile en ce qu'il tentait de fédérer des formations dont les buts étaient différents voire divergents. Il y a bien eu une tentative de normalisation mais elle a échoué et il y a eu plusieurs sécessions. Si on parle du FN de Marine, plus d'accord. Elle tente de marier la carpe avec le lapin. Pour ce faire, elle a liquidé la vieille garde, et propose une soupe ultra-étatiste couplée à un programme économique que n'aurait pas renié le PCF des grandes heures. Est-ce que tout cela est bien sérieux ?

      Supprimer
    4. @lamouettejoviale
      "mais je voterai quand même Marine" Vous êtes communistes ?

      Supprimer
    5. Corto, je me paye pas de ta fiole ni d'aucune personne votant Sarko en espérant de ce (autocensure),

      Je suis simplement écoeuré qu'un gars qui nous a bien mis dans la merde puisse être attendu comme un sauveur parce qu'il blablatte bien.

      Et pour le reste, actuellement, je ne propose rien, justement parce que parfois, il faut aussi attendre et voir.

      Et je suis d'accord avec Koltchak. sur le FN

      Vryko

      Supprimer
    6. Koltchak :

      "Qu'attendre d'un parti supposément anti système mais qui s'acharne à jouer selon les règles ? "
      Exactement !

      Skandal
      Pas vraiment, non, ...

      Supprimer
  11. Certains rêvent d'un écroulement du "système", c'est-à-dire finalement de la démocratie libérale, simplement parce qu'ils ne comprennent pas bien ce qu'ils appellent de leurs voeux et qu'ils pensent que rien ne peut être pire que la situation actuelle - en quoi je crois qu'ils se trompent fort. Mais d'autres rêvent de chaos en toute connaissance de cause - ils ont réellement soif de sang et de destruction. Ce sont les bolcheviks de l'extrême-droite.
    Pour ma part je ne rêve ni de l'un ni de l'autre, mais je comprends le désarroi de ceux qui ne savent où se tourner : j'en suis exactement là. J'ai beau tourner le problème en tout les sens, il n'existe à l'heure actuelle simplement aucune offre politique qui soit même modérément satisfaisante. Tous les prétendants à la présidence nous mènent à l'abime, d'une manière ou d'une autre. Je le déplore, mais je le constate. Je ce que je veux je le sais très bien : je serais parfaitement capable d'écrire un programme politique cohérent, mais aujourd'hui il n'existe personne pour porter un tel programme. Qu'y puis-je?
    Quant à ce que je ferais en 2017, je n'en sais rien. Vraiment rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aristide: je comprends parfaitement ceux qui ne savent plus ou se tourner même si je trouve que cela a un petit côté "autruche la tête dans le sable". Après, nous vivons dans un système, qu on le veuille ou non, avec une république, une démocratie moins chancelante que ses contempteurs nous la présentent, des partis politiques, alors a défaut de pouvoir tout changer du jour au lendemain , on fait avec, on essaie de changer les choses chacun à son niveau et on avance avec comme on peut. Tu as de quoi faire un programme dis-tu, des idées,, et bien vas-y lances toi, propose au moins tu seras plus utile que ceux qui ne proposent rien.

      Pour 2017, pour moi la chose est entendue, je choisirais celui qui aura le plus de chances d'éliminer la gauche et de nous préserver de Le Pen

      Supprimer
    2. Mais non Corto, je ne vais pas me lancer dans quoique ce soit, parce que je sais que je suis totalement dépourvu des qualités nécessaires pour réussir en politique. L'homme sage est celui qui connait ses limites, comme dirait l'inspecteur Harry. Quant à mes idées il suffit de lire mon blog pour les connaitre. Il n'y a pas de mystère.

      Supprimer
  12. Je ne trouve plus mon précédent commentaire, il ne me semblait pas m'être comporté en troll pourtant ou alors j'ai mal cherché... Peu importe. Vous demandez ce qu'on veut et qui tienne la route. Si on ne voit rien sinon que du putassier à en vomir doit-on tout de même choisir et après avoir fait cette pitoyable sélection sommes-nous encore obligés de lui trouver des qualités ? Je n'en suis pas sûr.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pharamond: si il s agit de c commentaire, c'est sur un précédent billet que tu l as laissé: "Sarko ou un autre, ce ne sont que des directeurs de la succursale France, le PDG est à Bruxelles. Corto, si jamais ce cher Nicolas passe en 2017 promettez-moi de continuer votre blog pour je puisse lire vos notes commentant ses prouesses. "

      Supprimer
    2. Bref, j'avais mal cherché. Toutes mes excuses pour mon injustifiable suspicion.

      Supprimer
    3. @Pharamond: tu devrais le savoir, je ne jette à la poubelle que les commentaires venant des gauchistes bas du front, des homophobes et des tarés (ils sont nombreux)

      Supprimer
  13. AVIS. Commentaire laissé par un twittos, Let Us Comment sur twitter en deux parties:

    "J'ai lu votre article, et j'ai à la fois l'impression que vous parlez de moi, et cette étrange sensation que vous n'avez toujours pas compris ce qui se joue en ce moment (c'est-à-dire dans les 3 mois) à droite, et plus précisément à l'UMP !

    Vous avez bien compris tout ce qui nous énerve dans cette classe politique. Elle n'est pas médiocre, elle est très médiocre, et Sarkozy étant lui-même médiocre, mais au-dessus du lot, je vous laisse imaginer le niveau des autres.
    A partir de là, oui, je râle beaucoup après la politique actuellement. Je propose des solutions mais aucune n'est réalisable avec CETTE classe politique. Les dogmes sont incommensurablement nombreux, on ne peut toucher à rien, et ceci s'explique.

    Cela va faire des dizaines d'années qu'on n'a d'autres choix que de passer de la gauche idéologue à la droite lâche. Et c'est ainsi, le cycle se répète, entretenant le chaos vers lequel on va désormais certainement, puisque pour être parfaitement pessimiste, je pense qu'on va vers une société de violence qui deviendra incontrôlable.

    Alors, il paraît que les gens comme moi ne proposent rien. Simplement, c'est un peu facile de réclamer l'adhésion et le vote à des personnes qui sont parties prenantes du jeu de dupe qui nous occupe depuis 40 ans. L'UMP est tout ce qu'il y a d'indigeste dans la "droite" moderne. On ne le dira jamais assez, c'est autant les lâchetés de la "droite" que l'idéologie de la gauche qui nous ont mené à la situation actuelle.
    Or, on nous ressert, Sarkozy en prime, le même plat après chaque passage de la gauche, pour donner la légitimité à des gens qui n'ont aucune assise idéologique, des convictions de chimpanzé, et qui vont là où le pouvoir les mène, à condition que la gauche reste tranquille. Car quand il s'agit de souffrir un peu des quolibets que celle-ci, championne des éléments de langage et de la novlangue, invente, on fait rentrer au bercail le moindre politique un peu trop courageux....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'UMP est le parti par excellence caractéristique de nos lâchetés. Ce parti est une nébuleuse complète, mêlant le centre et une "droite forte"
      Cela donne dans les grandes lignes une élite lâche, pro-UE, farouchement attachée au régime parlementaire et peu amène à essuyer des critiques socialistes ; face à une base de droite, plutôt eurosceptique, avide de plus de démocratie directe, anti-socialiste à souhait et, je l'espère du moins, avec encore un peu de courage.

      Ce qui s'est passé hier soir est caractéristique. Sarkozy a le bagou, les techniques de communication, mais c'est surtout un mollusque idéologique, n'ayant de conviction que ce qui lui permettra d'arriver au pouvoir sur son créneau Pur produit de l'UMP nébuleuse, il a pu passer de Buisson à NKM sans que personne ne lui reproche rien. Pire, des sarko béats ont fait leur show sur twitter toute la soirée. Sur une intervention psychologisante vide de toutes perspective concrète à droite. Pitié..

      Alors moi j'ai honte de cette droite. Il y a un no-man's land entre l'UMP et le FN, et ce créneau reste inoccupé par lâcheté. J'ai l'impression que les leçons des années passées furent de la confiture données aux cochons.
      Donc si on veut continuer un peu plus de s'enfoncer, ne changeons rien. Votons "utile" puisque sinon, on passera pour des râleurs jamais contents, et on fera le jeu de la gauche ou pire, du FN. Il paraît qu'il faut que j'aille voter là-bas. Je suis un grand garçon, je sais pourquoi je ne vote pas FN. Mais que l'UMP prenne gare, car certains y filent tout droit désormais.

      Ce sont les élections pour la présidence de l'UMP. L'équation est simple et claire :
      soit a minima un semblant de droite forte prend les rênes, et il reste encore un (petit) espoir de voir la vraie droite se transformer politiquement ; le risque dans ce cas est que les centristes ne soient pas contents (qu'ils s'en aillent alors et cela m'ira parfaitement, on pourra commencer à faire de la vraie politique) ;
      soit c'est la tendance centriste qui l'emporte. Notez bien que pour moi Sarkozy est sur ce créneau tant qu'il n'a pas démontré l'inverse. Dans ce cas, c'est clair, moi et beaucoup vont mettre les voiles et c'est normal. Un parti est sensé correspondre un minimum à une ligne politique. L'UMP, ce n'est absolument pas le cas.

      Et à la lecture de votre article, je me demande ce que vous, vous voulez ?
      Parce qu'on ne va pas vers une période tranquille. Ce qui se passe à l'UMP est un va-tout. Je ne vais plus voter "utile", je vote conviction désormais car la droite que je connais depuis que je suis né, qui flotte comme des débris de navire grâce au vote utile, n'a jamais été un obstacle à la gauche.
      Maintenant, c'est un point de non retour. La droite n'a plus le choix. Tellement plus le choix qu'une victoire centriste à l'UMP signe son arrêt de mort. Je pense même que l'UMP est morte dans les deux cas, mais bon, laissons-lui une chance dans le contexte le plus favorable.

      Tout ce que je veux, c'est que des politiques à droite se révèlent, fassent leur coming-out. Sans cela, on pourra bien me culpabiliser, je répondrai que je ne vois pas pourquoi je voterai pour quelqu'un qui est incapable de m'expliciter ses convictions.
      Je peux voter pour quelqu'un avec qui je ne suis pas d'accord sur tout. Mais voter des flans, non merci. Je sature, j'en ai une indigestion.

      Donc les gens de l'UMP qui vont me dire que de toute façon il n'y a pas d'autres alternatives, je leur réponds de justement élever leur niveau d'exigence. Si les électeurs arrêtent le vote utile, vont ailleurs , alors les politiques changeront. Soit en eux-mêmes , ou soit complètement

      Donc, et pardon d'avoir été long, je veux une vraie droite, c'est tout. C'est ma condition, et le socle désormais de MON vote utile : "Montre-moi tes convictions et je te montrerai mon bulletin".


      Supprimer
    2. Mais le précédent mandat de Sarkozy ne vous a-t-il pas montré qu'il est déjà grand temps de mettre les voiles ? Il vous faut encore un nouveau quinquennat pour qu'à son issue (attendez, je calcule : 2017 + 5 = 2022) vous vous disiez : zut ! j'ai fait erreur... Vous êtes patient mais vu la vitesse à laquelle le pays s'effondre je ne crois pas qu'on ait trop le loisirs de faire des essais du genre. Parce qu'excusez-moi mais du courage à l'UMP..

      Supprimer
    3. Un coup de "calgon, Corto ?
      Je le comprends tout à fait, car tout est bien exprimé et surement partagé par nombre d'entre nous.
      Comme le dit Zemmour, il faut que N. Sarkozy "renverse la table". Peut-on l'espérer ? Wait and see...
      Il faudra peut-être l'aider, ou alors, les événements (...) vont précipiter l'issue...Et nous devrons prendre tous, nos responsabilités.

      Supprimer
    4. Ps : Je n'avais pas encore lu plus haut, mais je confirme : il faut reverser la table et tous ceux qui
      cherchent à manger autour...

      Supprimer
    5. @Let Us Comment: en voila du commentaire ! tu réclames une vraie droite, nous sommes sur ce point d accord et voulons la même chose, sans tomber pour autant dans les bras d'un FN qui ne vaut pas grand chose pour ce qui est de gouverner ou nous sortir de la mouise.
      Que penses-tu du courant "La Droite Forte", premier courant de l UMP ?


      Par ailleurs, c'est bien de constater que l UMP n est pas assez droite mais quand celle-ci, lors de la campagne de 2012, par la voie de Sarkozy propose de se droitiser ( Buisson), tout le monde lui tombe dessus. Il parait même ( je ne suis pas d accord sur ce point ) que c'est ce qui aurait planté Sarko.


      @Pharamond: Quand Sarko propose en 2012 de réviser Schengen, de mettre au pas les corps intermédiaires, deux exemples, c'était timoré pour beaucoup d'entre nous, mais plutôt courageux de sa part et les réactions ne se sont pas fait attendre. Le discours de Grenoble, plutôt pas mal à mon sens, et paf, tout le monde lui tombe dessus, etc, etc, etc... Parce que bien souvent quand la droite UMP propose quelque chose qui " change", rePaf, les média acquis a la gauche déploie un tir de barrage incroyable, etc... Alors ok, je veux bien qu on ait plus le temps de faire des essais, mais on fait quoi ? là est bien le sens de mon billet. On se casse ? on met les voiles ? tu crois que c'est la solution ? que cela est possible à tous ?

      @Cris: coup de calgon, non, il m en faut plus mais je voulais avoir une idée de ce que tous ces gens de droite qui sont si prompts a critiquer leur propre camp ( certes un camp bien mollasse ) proposent . Et force est de constater que si tous les commentaires sont intéressants, bien peu proposent quelque chose. regarde le commentaire de l'estimé Pharamond juste au dessus ? La critique, le dépit, la raillerie, le sauve qui peut, plein de choses que je comprends volontiers, mais rien de constructif ! Etonnant, non ?
      Renverser la table, l expression est aisée et à la mode mais renverser sans rien proposer , bof !

      Supprimer
    6. @Pharamond
      Visiblement, certains, malgré l'échec total de Sarkozy durant 5 ans, malgré ses promesses non tenus, ses mensonges et ses non-réformes, veulent encore y croire...

      C'est comme si des gens avait encore confiance en Hollande...

      Il y a du boulot pour les psychologues la...

      Supprimer
    7. @corto : En l'état, l'UMP est un phagocyteur de droite forte. L'omniprésence de l'élite centriste et plan-plan rend ce parti sans aucun intérêt. Si les militants n'envoient pas un signe fort en décembre à ces élites, en élisant Mariton (le plus représentatif de la droite forte) alors l'UMP restera éternellement plan plan, et en réalité mourra de sa bonne mort dans l'année qui suit.

      J'ai adhéré cette année à l'UMP rien que pour ça. Pour espérer une ultime transformation de cet ovni politique qu'est l'UMP et voir enfin un parti de droite et "de gouvernement"(expression que je trouve nulle mais bon). Si ça échoue, la droite forte doit abandonner l'UMP. Si elle ne le fait pas, la droite forte sera la droite morte.

      Sur votre second point, il serait temps d'arrêter de prendre pour argent comptant les scénarios pré-écrit par l'AFP. Oui quand on a un Buisson, les médias et la gauche s'en donnent à coeur joie. Et l'UMP se défend comme on se protège l'assaillant avec un cure-dent. Mais c'est dans ses gênes : l'UMP est lâche. Donc la prochaine fois, quand on penche vers Buisson et que les médias et la gauche bobo exploitent cela pour faire rentrer la droite au bercail, il faut juste apprendre à leur dire merde.

      Dire merde à la gauche et aux médias, ça s'appelle être de droite. L'UMP n'est pas de droite.

      Supprimer
    8. @Let Us Comment: et bien voila un point sur lequel nous sommes parfaitement d accord: dire merde à la gauche et aux médias. je dois dire que je ne m en prive pas.

      Supprimer
  14. Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou par les c*ouillols qui veulent bien faire.

      Vryko

      Supprimer
  15. "Un Homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile"
    Thucydide (460 av.JC)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marc: Voilà deux citations que me conviennent parfaitement.

      Supprimer
    2. Comment peut-on oser citer Thucydide, alors que l'union européenne a refusé de faire mention de cet auteur pour ce qui est des racines qui ont fondé l'Europe ?

      Facho ! :-D

      Supprimer
    3. Et donc Marc ?

      Je ne suis pas porté sur la politique de nature, je n'ai pas le droit de vivre sur la terre de mes ancêtres ?

      Un gonze qui vient d'avoir ses papiers, fait de la politique pour s'imposer lui et ses coutumes chez moi, il est plus légitime ?

      Et au passage, je préfère des Cincinnatus que des politiciens.

      Vryko

      Supprimer
  16. Pathétique, dérisoire, et pendant ce temps nous sombrons lentement, à coups de médiocrité. Certains se réveilleront quand ils auront le nez dans la merde, que les musulmans seront devenus majoritaires, qu'il n'y aura plus eu de croissance depuis 20 ou 30 ans. Si on doit vraiment choisir le moins pire et que rien ne soit satisfaisant, alors sans conteste je choisi le FN. Malgré l'inexpérience, l'impréparation et tout ce que vous voulez. Au moins le message sera clair, on ne veut plus de l'UE technocratique qui décide de loin sans prendre l'avis de personne, on ne veut plus de l'immigration et plus de l'islam.

    Son programme économique est pourri et irréaliste (merci Nicolas Doze et les grandes gueules sur RMC) parait il, c'est vrai que depuis 20 ans les programmes économiques appliqués sont brillants, efficients, géniaux. Depuis 2008 la réponse à la crise par Sarkollande a été brillante... Les mecs ont tout ratés depuis 30 ans, mais se permettent de donner des leçons d'économie.

    Quand on voit le niveau d'incompétence actuellement à l'oeuvre au gouvernement (au delà de leurs choix politique, je parle d'incompétence du quotidien, de la gestion toute bête, de leur communication catastrophique, etc, etc), alors pourtant qu'il s'agit du PS c'est à dire d'un vieux parti de gouvernement et de notables, implanté partout et de longue date, bref quand je vois tout ça je me demande si vraiment le FN pourrait être plus incompétent et faire plus mal le boulot.

    J'en doute... Quitte à voter pour des incompétents je préfère encore que ce soit des incompétents qui croient encore en la France, veulent sincèrement mettre un terme à l'immigration et à la prolifération de l'islam.

    Dans cette logique du moins pire Sarkozy ne passe pas pour moi les qualifications et pour une raison simple, le gars a eu sa chance et il s'est foutu de notre gueule en pensant que ça pouvait passer. Ben non c'est pas passé. Dommage...

    Cette logique du moins pire peut être mortelle, car à cautionner des gens comme sarkozy ) on fini par s'enfermer définitivement dans la spirale infernale.

    "Certes Sarkozy est menteur, nous trahira, n'empêchera pas l'immigration, ne reviendra pas sur le mariage zinzin, mais bon c'est moins pire quand même que Hollande"

    Non c'est pas moins pire !

    C'est la même chose !

    Et puis je sais pas, il y a quand même quelque chose qui relève de l'honneur, de l'intégrité, du respect de la parole donnée. Ce genre de trucs ringards sans doute, mais quand même. Voter Sarkozy c'est finalement dire que tout ça, ça ne compte pas. Que pour devenir président dans ce pays et convaincre les électeurs il suffit de raconter n'importe quoi, de prendre tout le monde pour des cons et que ça marche quand même. Voilà le message envoyé à tous les futurs jeunes qui s'engagent en politique, soyez pourris vous réussirez ! Mentez comme un arracheur de dents, reniez publiquement votre parole, vous serez élu, comme Mittérand, comme Chirac, comme Sarkozy, comme Hollande.

    A ce niveau là c'est de la complicité, cautionner ça, c'est comme fermer les yeux quand une petite vieille se fait agresser ou qu'une fille se fait tripoter dans les transports publics. C'est lâche, c'est médiocre, et ça contribue, concrètement, activement à la corruption généralisée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo,de mon pt de vue rien à enlever
      "Quand on voit le niveau d'incompétence actuellement à l'oeuvre au gouvernement (au delà de leurs choix politique, je parle d'incompétence du quotidien, de la gestion toute bête, de leur communication catastrophique, etc, etc), alors pourtant qu'il s'agit du PS c'est à dire d'un vieux parti de gouvernement et de notables, implanté partout et de longue date, bref quand je vois tout ça je me demande si vraiment le FN pourrait être plus incompétent et faire plus mal le boulot. "
      Et j'jouterait qu'à droite le spectacle offert depuis qq temps c'est pas mieux

      Supprimer
    2. @Buck Dany et Zen Aztec: il y a beaucoup de vrai ds tout ce que vs dites, absolument, en particulier sur l incompétence. ceci dit, encore une fois vous etes dans le constat.
      Tiens par exemple, Buck écrit qu il y a un risque que les muzz deviennent majoritaires: 1) peut-il le prouver rationnellement, 2 ) si le truc est vrai, il propose quoi ? Qu'attend-il sur ce sujet précis d'un parti de droite et qu il ne me sorte pas , je vote FN, sur ce sujet le FN ne propose rien de concret et reste même plutot flou.

      Supprimer
    3. Le problème Corto c'est que vous prétendez réfléchir rationnellement et sereinement alors que vous n'êtes au final qu'un militant UMP et sarkozyste.

      1) Les muzz font en France beaucoup plus d'enfants que les non muzz je pourrais perdre du temps à chercher des études, mais en même temps si vous contestez ce fait ça ne sert à rien de parler avec vous. L'immense majorité des immigrés qui entrent en France sont musulmans. Pire encore il y a de plus en plus de cassoc fds qui se convertissent à l'islam, c'est un phénomène que l'on constate tout autour de soi. Pour moi qui dans le cadre de mon travail croise parfois des jeunes de milieux modestes je suis surpris, car je pense que c'est un phénomène récent, de l'intérêt que suscite l'islam chez ces gens là.

      Si vous ne pensez pas que la part des musulmans ne fait que grandir en France et que rien n'indique qu'elle va s'arrêter, vous avez effectivement raison de continuer à voter Sarkozy, en bonne autruche que vous êtes. Il n'est pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir et plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.

      2) "Le FN ne propose rien de concret" << c'est à ce genre de phrase que l'on reconnait le militant UMP. C'est leur seul argument contre le FN. La variante c'est "programme irréaliste comme le disent tous les experts et spécialistes" (à savoir Nicolas Doze et Eric Brunet).

      Le FN fait bien plusieurs propositions concrètes concernant l'immigration. Mais bon comme apparemment vous maitrisez mal l'outil internet et que vous n'avez pas réussi à trouver le site du FN et son programme, je suis gentil je vous met le lien :

      http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/autorite-de-letat/immigration/

      Comme je suis gentil je met aussi le lien du programme complet de 106 pages :

      http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/

      Au fait le projet de Sarko il est où ? Et celui de l'UMP ? Il s'est perdu au milieu des factures de bygmalion ?

      Supprimer
  17. Il me semble que la véritable question serait : "vous voulez QUI ?". En effet il n'y a "que"trois questions à régler en France, l'immigration de peuplement, la contrainte de l'euro et l'emprise des idées libertaires post-68.
    Sur ces trois points quelles sont les réponses de Sarko qui le distingue de l'hollandouille ? Aucune. Il ne fera rien dans ces trois domaines de plus que flamby;
    Seule la crise qui arrive, et on va la sentir passer, obligera ces gens à se redéfinir. La question pour la droite est donc de savoir ce qu'elle veut sur ces trois points et de désigner son champion et non d'adouber le premier cornichon agité au parler improbable et qui sera traître à sa parole comme il le fût. On ne se refait pas et Sarko surtout pas, il est assez son genre !
    En attendant merci pour vos billets.
    C. Monge

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @C. Monge: dès lors que l on accepte le système ds lequel on vit, on en accepte les règles et les contraintes, donc le suffrage universel et le poids des partis politiques et donc des leaders de ceux-ci. C'est ainsi que depuis 40 ans, on navigue de droite a gauche et inversement selon les périodes. La droite actuelle ne te satisfait pas, okay, Sarkozy qui semble, je dis qui semble, en être le leader ou du moins se positionner comme tel ne t inspire vraiment pas, okay, encore, je peux comprendre mais ds ce cas , retour case départ, tu proposes quoi ?
      Pour l instant, ma proposition , la mienne est simple, compte tenu de notre système que je ne vois pas évoluer a ct ou moyen terme, je choisis l option Sarkozy qui est la plus proche de mes attentes, je patientes donc pour voir quelles propositions il fera et lui accorde plutot un crédit d intention pr la simple et bonne raison qu a part lui , je ne vois pas a qui je peux en accorder (suis-je clair ?). Si d'aventure son programme ne me satisfaisait pas du tout , j'irai voir ailleurs, par ex au FN ( comme je l ai fait pour les européennes)

      Supprimer
    2. "En effet il n'y a "que"trois questions à régler en France, l'immigration de peuplement, la contrainte de l'euro et l'emprise des idées libertaires post-68. "

      Non, c'est faux, il n'y a qu'une question à régler en France : le poids et la taille de l'Etat.

      Le reste c'est uniquement pour trouver des boucs émissaires. Au choix, l'immigré, le musulman, l'Euro, l'allemand, le pédé etc...

      Le problème est et a toujours été l'Etat.

      Supprimer
    3. Je suis d'accord avec vous sur le fait que l’État soit un problème. En revanche je ne partage pas votre avis sur le fait qu'il soit l'unique difficulté. J'en vois donc quatre, les trois que j'ai cités plus celui-ci.
      C. Monge

      Supprimer
    4. @Monge,

      Vous en êtes resté à la problématique posée par Sarko en 2007. Elle constituait déjà à l'époque un prisme réducteur. Mais ce prisme réducteur avait l'avantage de concentrer à peu près tout ce que la droite pouvait penser du monde à cette période. Comme quoi il suffit de peu de choses...

      On est en 2014, énormément de choses ont changé. Ce qui était déjà un "modèle pour penser avec " assez restreint en 2007 est carrément obsolète en 2014.

      Il faut réellement vous ouvrir la pensée sur des choses beaucoup plus sophistiquées et plus actuelles.

      Tenez, Monsieur Monge, mauvais signe: Didier Goux, personnage admirable et ténébreux, à qui les voies ferrées doivent beaucoup (entre Paris et Vierzon au moins) et qui aurait été heureux de vivre dans la France du Plan Freycinet, est d’accord avec vous. Quand la France du ballast et des pots de géranium vous dit qu'elle est d'accord avec vous, il vaut mieux signer tout de suite votre concession au cimetière du coin. Ca sent le roussi.

      Supprimer
  18. Pour répondre plus précisément à la question que vous soulevez je pense qu'en fait nous ne SOMMES PAS en démocratie et c'est bien là le problème. La règle du gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple de notre constitution n'est PAS appliquée.

    Nous sommes (comme beaucoup de pays dits démocratiques) dans une république des partis. Nos "représentants" ne représentent plus le peuple mais les partis. Et pour qu'ils soient élus ils doivent de fait appartenir à un parti qui va leur imposer une ligne de conduite.

    Le système est d'autant plus verrouillé en France que ces élus sont des "professionnels" de la politique, ils ne vivent (et fort à leur aise) QUE de la politique et il leur est permis en plus d'être fonctionnaires. Ils sont donc juges et parties. Comment éviter alors qu'ils ne fassent que renforcer ce système ? Et bien que j'ai une grande admiration pour la "bête politique" qu'est Sarkozy (je l'ai déjà exprimé en réponse à un de vos précédents billets) je n'ai quand même pas la naïveté de croire qu'il va pouvoir changer les choses et remettre en cause un système qui fait vivre la myriade de fonctionnaires qui pour vivre ont mis en place un système étatique envahissant et collectiviste... SAUF... à mettre en place une dictature et sur ce point je rejoins Koltchak.

    En conclusion je dirais que je comprends très bien les personnes qui disent "laisser tout cela exploser", mais qu'elles n'oublient pas qu'on ne sait pas vraiment déterminer à l'avance les victimes d'une explosion. En témoigne l'histoire de la Révolution Française...

    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "nous ne SOMMES PAS en démocratie "

      Mais tout simplement parce que la démocratie n'a jamais été ce machin mou et consensuel jusqu'aux reptations les plus larvées.
      C'est un système politique aristocratique qui sait désigner qui peut être, je dirais même doit être, citoyen, et qui fait partie des pérégrins.
      C'est un système politique viril ou chaque citoyen est aussi un soldat prêt à décrocher les armes déposées au dessus de l'âtre pour défendre la patrie.
      C'est un système politique où les juges qui rendaient de mauvais jugements (libérant un coupable ou punissant un innocent) devaient rendre des comptes et parfois pouvaient le payer de leur vie.
      C'est un système politique où le margoulin au pouvoir pouvait se retrouver sur la route de l'exil, proscrit aqua et igni interdictus, dans le meilleur des cas.

      Et merde, voilà que moi aussi je me mets à faire dans l'anaphore.

      Supprimer
  19. Ah dernière remarque, j'aime bien cet article : http://www.valeursactuelles.com/ami-qui-vous-veut-mal, mais je crois qu'il faut y inclure aussi les millions de personnes qui n'ont PAS voté (d'où mes citations précédentes)

    Ce n'est pas en refusant de voter que l'on améliore les choses bien au contraire.

    Si l'on veut réformer notre société il n'y a pas 36 solutions : on doit TOUS s'impliquer et à minima en votant et au maximum en s'impliquant d'une façon plus ou moins importante selon ses moyens dans la vie de la cité. Ce blog d'ailleurs est un moyen intelligent qui permet de pouvoir discuter (et non disputer), ce qui est la reconstitution partielle et électronique de l'agora grecque

    Parenthèse catho : C'est d'ailleurs l'a rappelé le Pape François une mission noble dans laquelle devraient s'impliquer les chrétiens.

    Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas à l'engagement des catholiques dans les partis politiques. Soit ils se font avaler et perdent leur âme, soit lorsqu'ils décident de créer une structure partisane celle-ci est vouée à l'échec ou dévoyée par des types qui feront de l'entrisme. En revanche, je crois aux mouvements comme LMPT, le PF, etc. qui par leur capacité à mobiliser, à générer de nouveaux moyens d'expression comme les Veilleurs, etc. sont en mesure de peser sur l'offre politique. Le tout étant de ne pas s'essouffler, de durer et d'arriver à conserver l'esprit fondateur.

      http://www.vexilla-galliae.fr/points-de-vue/tribunes/364-nous-chretiens

      Supprimer
    2. koltchak, pour avoir tenu des bureaux de vote durant plusieurs années et certains de mes assesseurs étaient de bon catholiques et il y avait une affluence de votants après la messe.

      La religion n'empêche pas de s'engager en politique mais il est vrai que j'en ai rarement vu au PC ou au PS? ou alors en sous-marin.

      Supprimer
  20. En 2017 vous aurez le chaos et la guerre civile...!! Allah o Akbar !!

    RépondreSupprimer
  21. "Ton pire ennemi est celui qui est assis à tes côtés"; c'est ainsi et tous devraient le savoir

    "Crois, si tu veux, que des montagnes ont changés de place ; mais ne crois pas que des hommes puissent changer de caractère"; proverbe arabe, il peut s'appliquer à n'importe quel homme politique

    RépondreSupprimer
  22. Chapeau l'artiste,ça c'est du débat!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a plus qu'à espérer que Sarko fasse partie des abonnés de ce blog !

      Supprimer
    2. @Zen Aztec et marianne: merci ! interessant oui absolument. je peux parier que Sarko n est pas abonné a ce blog mais je connais au moins deux personnes de son entourage qui y sont... qui sait les messages passeront peut etre :) lol !

      Supprimer
  23. "ils ne proposent rien de réaliste, qui tienne la route ou qui soit applicable rapidement en respectant les règles du jeu démocratique"

    Tout est dit : la plupart de ces gens – dont je fais partie – dénoncent précisément ces règles du jeu, qui sont moisies et ne mettent au pouvoir que des gens aussi moisies qu'elles le sont elles-mêmes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fikmonskov: okay, le bouzin est moisi alors on dit, façon La méluche, puisqu il est pourri, passons à la VIeme République ? Fastoche. Les règles de la Veme et notre systèmes ont fait leurs preuves, pas besoin selon moi de changer de système. par contre, tiens, introduire trois nouvelles règles toute simples et qui ne coûtent rien ou pas grand chose à être mises en place: inéligibilité à vie de toute personne ayant été condamnée par la justice, interdiction de cumuler dans le temps plus de deux mandats électifs identiques , et pour la présidence revenir à un septennat non renouvelable avec une élection législative au bout de 4 ans.

      Supprimer
    2. Et démission de la fonction publique au début du deuxième mandat. Mise en disponibilité sans traitement dès le début de la campagne ou à l'acceptation du mandat (ce deuxième élément se fait pour les militaires qui tentent leur chance électorale)

      Popeye

      Supprimer
  24. « Comme si la gauche et les media (pléonasme) ne se chargeaient pas de le faire à tout bout de champ. »

    C'est l'argument le plus idiot que j'ai jamais lu. Les critiques de la gauche et des médias ne sont pas les mêmes que celles que devrait formuler la droite, elles ne s'appuient pas sur les mêmes faits. À ce jour, ce qu'il manque est une critique non-gauchiste et factuelle des sarkonneries, dont je tiens l'inventaire à la disposition de ceux que les faits intéressent.

    « ils ne proposent rien de réaliste, qui tienne la route ou qui soit applicable rapidement en respectant les règles du jeu démocratique »

    L'hôpital qui se fout de la charité, venant d'un réac qui n'a que son ricanement murayien à opposer à la marche du monde.

    Moi je propose un État fédéral réunissant tous les Européens biologiques vivant sur les deux rives de l'Atlantique Nord.

    Irréaliste ? Certainement moins que de croire qu'on va pouvoir se sauver en mettant un bout de papier dans une boîte en plastique tous les cinq ans. Et puis tout projet politique qui marche (i.e. pas de droite) débute par des idées, des projets.

    Et au fait, toi tu proposes quoi à part t'opposer à la gauche (à laquelle Sarkozy est clairement l'antidote, bien entendu) ?

    « On ne vote plus ? »

    Ben, non, on ne vote plus... pourquoi faudrait-il forcément voter après la démonstration que ça ne change strictement rien ?

    « ce système qui à défaut d'être le meilleur nous permet de vivre relativement peinard »

    Encore une minute, Monsieur le bourreau. C'est au final ce à quoi se résume la Réaction, l'éternelle perdante de l'Histoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Encore une minute, Monsieur le bourreau. C'est au final ce à quoi se résume la Réaction, l'éternelle perdante de l'Histoire."

      Exactement !

      Supprimer
    2. @criticus: j aurais eu plein de choses à répondre mais si il y a bien un truc que je supporte pas c'est l'agressivité et l'ironie du gars qui avec des airs supérieurs débarque comme ça... J'ai ici ouvert avec ce billet un débat, je pose quelques questions et globalement , à part u ou deux, les visiteurs jouent le jeu de façon fort intéressantes.
      Toi, tu débarques en commençant par me traiter d idiot. Donc tu repars d où tu viens, ça me va bien. Et surtout ne te sent pas obligé de revenir.

      Supprimer
    3. Vu que tu as reproduit ici le contenu d'une correspondance privée, ce qui est illégal, tes leçons de courtoisie tombent un peu à plat...

      « j aurais eu plein de choses à répondre mais »

      ... mais en réalité je n'ai rien à répondre par-dessus la jambe et ça me fatigue de réfléchir à une vraie réponse.

      Tu n'ouvres pas un débat, tu attaques une démarche (se réunir pour recenser le plus exhaustivement possible les trahisons de Sarkozy, ce que personne n'a jamais fait à droite) en ne te basant sur aucun fait tangible.

      Allez, reste bien « peinard » dans ton « système ». N'oublie pas de changer régulièrement ta perfusion, hein.

      Supprimer
    4. "Mais ce qui me surprend et me désespère c'est que globalement, ils ne proposent rien de réaliste, qui tienne la route ou qui soit applicable rapidement en respectant les règles du jeu démocratique. "

      Ben oui parce qu'après tout il n'y a rien de plus sacré qu'un bout de papier avec écrit "Constitution" dessus.
      Dites moi, si la loi vous obligeait à vous mettre une plume dans le cul avant d'aller voter, vous le feriez?
      Quand aux "règles du jeu démocratique", fallait l'oser celle là. Sans déconner, notre civilisation est en péril de mort, nos enfants et petits enfants menacés de vivre dans un continent ravagé par la guerre civile et il faudrait s'encombrer de "règles du jeu" que, non seulement, personne ne respecte mais qui en plus sont écrites par des gens qui veulent notre mort?

      "mon attachement à ce système qui à défaut d'être le meilleur nous permet de vivre relativement peinard"

      En fait, si je comprends bien, votre position c'est de dire: Ok il a menti et a trahi, et il va recommencer, mais bon en même temps si on continues pas à faire semblant d'y croire le système va s'effondrer et je pourrais plus payer mon pavillon de banlieue.

      C'est bien ça? Vous vous rendez compte de l'horreur de ce que vous dites?

      Donc en fait, tant qu'on peut vivre tranquille il ne faut pas s'inquiéter des catastrophes dans lesquelles nous entraînent nos dirigeants. Et vous vous permettez de critiquer les gauchistes individualistes?

      Enfin, et pour rappel, voici une petite liste non exhaustive des méfaits de Sarko:

      -L’immigration par regroupement familial a continué au rythme moyen de 210 000 entrées par an
      -Discours sur le caractère obligatoire du métissage en 2008
      -Traité de Lisbonne annulant le référendum de 2005
      -600 milliards d’euros de dette publique supplémentaire
      -Maintien de Frédéric Mitterrand au ministère de la Culture malgré la preuve de sa pédophilie
      -Mayotte département français
      -Abandon des mandats de dépôt pour les condamnations de moins de 2 ans ferme
      -"Je pense que les Français attendent une France d'après, une France où l'expression "Français de souche" aura disparu." (Livre Programme, juillet 2006)
      -“Débat” sur l’Identité nationale où le ministre Éric Besson déclare : “La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage.”

      On peut arrêter le syndrome de Stockholm? Ou alors on en reprends une louche?



      Supprimer
    5. @Criticus: j adore ce genre de petites phrases " ce qui est illégal "... j adore vraiment.
      Je n'attaque pas ta démarche, je la trouve un brin ridicule. D'une part parce que ce bilan" des trahisons de Sarko " il a été fait maintes et maintes fois par des gens de gauche (y compris média) et le moindre blogueur gauchiste s'est déjà essayé à l'exercice. Sarko étant loin de faire l unanimité à droite, nombreux sont ceux de "ce bord" ( FN y compris) a avoir déjà fait aussi l exercice. Bref, a mon sens , ton inventaire, forcément partial, ne sert strictement à rien tant c'est du déjà lu, déjà vu, du réchauffé, donc. mais si tu as du temps a perdre, libre à toi.

      Supprimer
    6. @atoilhonneur:

      Vous êtes la preuve vivante que ce n'est pas du temps perdu...

      Supprimer
    7. @feifnir: comme dis à Criticus, l inventaire des " conneries de Sarko", il est connu, vu, lu et relu, pondu autant par des gens de gauche que par des gens de droite. Les inventaires ( déjà connus, je répètes ) ne m intéressent pas en tant que tels puisque partiaux dans la mesure où ils recensent les méfaits et pas les bonnes choses éventuellement faites. Moi, seul les bilans m intéressent avec actif et passif. ça c'est pour l inventaire.

      Après je reviens sur ta phrase: " votre position c'est de dire: Ok il a menti et a trahi, et il va recommencer, mais bon en même temps... " et sur: " Donc en fait, tant qu'on peut vivre tranquille il ne faut pas s'inquiéter des catastrophes dans lesquelles nous entraînent nos dirigeants... " Ce n'est absolument pas ma position, et pour s en convaincre il suffit de me lire plus régulièrement qu une fois en passant. je dis juste que en regardant le paysage politique actuel, ne supportant pas cette gauche que j exècres, le seul qui me parait a peu près potable pour à court terme réveiller un peu la droite et permettre à court terme l éjection de la gauche, c'est Sarko. Compte tenu de cela, je lui accorde un crédit d intention faute de pouvoir l accorder à nul autre aujourd'hui. J'attends donc ses propositions. Point barre. Je dis aussi que quand je lis des gens de cette droite qui ne veut rien, je constate qu ils sont très doués pour critiquer mais qu ils ne proposent rien de concret pour remplacer tous ceux ( droite et gauche ) qu'ils haissent. Point barre là aussi.

      Tines que propose Criticus, il me donne un exemple: " Moi je propose un État fédéral réunissant tous les Européens biologiques vivant sur les deux rives de l'Atlantique Nord." ! j éclate de rire forcément. pense-t-il sérieusement qu' avec son état fédéral machin, il va sortir rapidement le pays de la mouise, dégager du chômage tous ceux qui en souffrent ou enrayer les menaces qui pèsent sur nos enfants ou la famille ? Son idée est peut etre bonne mais pour qui se chatouille la nouille pendant que les diverses menaces, bien réelles elles, sont là. Je ne dis pas que Sarko, c'est le top, je dis qu a court ou moyen terme, je ne vois personne d autre. C'est simple, non ?

      Supprimer
    8. Et l'éjection de la gauche, le réveil de la droite ça va nous apporter?

      Supprimer
    9. «  j adore ce genre de petites phrases " ce qui est illégal "... j adore vraiment »

      En fait cette « petite phrase » découle de la législation :

      « La correspondance privée correspond à un message personnel qui est exclusivement destiné à une ou plusieurs personnes déterminées. Elle est assujettie au secret des correspondances (loi du 10 Juillet 1991).

      En conséquence, toute atteinte au secret des correspondances (perception, détournement,...) est passible d'un an d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende (art. 226 du Code Pénal).

      Relèvent de la correspondance privée les e-mails personnels, et, a priori (cela peut ne pas être toujours le cas) les messages émis dans une liste de discussion (mailing list). »


      ***

      « Sarko étant loin de faire l unanimité à droite, nombreux sont ceux de "ce bord" ( FN y compris) a avoir déjà fait aussi l exercice. »

      Non, il n'y a jamais eu d'inventaire le plus exhaustif possible des trahisons de Sarkozy. Par exemple, dans les critiques qui ont fleuri ces derniers jours, aucune ne mentionnait le maintien au ministère de la Culture de Frédéric Mitterrand en 2009. Cet affront symbolique était suffisant à lui seul pour ne pas revoter pour Sarkozy.

      En fait, ce que tu reproches à cet inventaire, c'est que c'est un truc sérieux, et que comme dirait Jean Raspail, le réac confit dans la défaite et maître-à-geindre de ce qui tient lieu de « pensée » de droite en France :

      « Ceux qui se réclament de la gauche sont sérieux dans tout ce qu'ils font. »

      La devise de la réacosphère c'est :

      « Écrivons des billets par-dessus la jambe, soyons des bouffons, et tant pis si nous échouons toujours. »

      Supprimer
  25. « pense-t-il sérieusement qu' avec son état fédéral machin, il va sortir rapidement le pays de la mouise, dégager du chômage tous ceux qui en souffrent ou enrayer les menaces qui pèsent sur nos enfants ou la famille ? Son idée est peut etre bonne mais pour qui se chatouille la nouille pendant que les diverses menaces, bien réelles elles, sont là »

    Ça c'est le vieux truc de la droite moisie : ceux qui ont des idées discuteraient du sexe des anges tandis qu'il serait temps de passer à l'« action ». Outre qu'on ne sait jamais de quelle « action » il s'agit, c'est triplement malhonnête parce que :

    1. Les gens qui disent cela brillent précisément par leur inaction dans la vraie vie.
    2. Ce qu'ils proposent est la perpétuation du statu quo, donc le contraire de l'action.
    3. Toute action politique commence par une idée, de même que tout mouvement du corps humain commence par un ordre donné par le cerveau. Encore une fois, regardons la réalité : ceux qui gagnent en politique sont toujours ceux qui pensent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Criticus,

      "tout mouvement du corps humain commence par un ordre donné par le cerveau"

      Non, l’activité réflexe par exemple, qui commande votre cœur qui bat, même quand vous n'y pensez pas.

      Par ailleurs vous ne le savez pas, mais vous avez des neurones dans le bide. Donc, tout ne passe pas par le cerveau.

      "ceux qui gagnent en politique sont toujours ceux qui pensent"

      Bof. La politique étant un rapport de force, parfois il ne vaut mieux pas trop penser, justement.

      Vous trouvez qu'aligner des pseudos vérités à la con est une bonne façon de penser, sincèrement?

      Supprimer
    2. « l’activité réflexe par exemple »

      Des réflexes, oui, c'est tout ce dont est capable le réac.

      « La politique étant un rapport de force »

      Oui, qui commence dans les débats d'idées. C'est ce qui a permis à la gauche de remporter toutes les batailles dans lesquelles elle s'est engagée.

      Supprimer
    3. Je ne suis pas d'accord avec vous. Le réac a une fonction qui est double:

      - D'une part réagir dans l'instant: c'est une force d'action rapide. C'est l'aspect que vous privilégiez.

      - Mais d'autre part, le réac travaille au retour d'un ordre ancien, aboli dans le présent mais idéalisé en tant qu'âge d'or auquel on pense avec nostalgie.

      Le réac porte donc une nostalgie, ce qui inclut une proximité avec le sensible intérieur de l'homme, si vous me pardonnez cette expression un peu prétentieuse, qu'on pourrait néanmoins résumer par un mot, hélas savant: l'ipséité.

      Le réac a donc une proximité assez immédiate avec l'idée et le débat. Ce qui rend sa fréquentation pénible pour ses contemporains est qu'il est un partisan du "grand bond en arrière", ce à quoi les gens normalement constitués se refusent habituellement.

      C'est autre chose.

      Supprimer
    4. La preuve d'ailleurs c'est que les réacs dominent complètement les débats d'idées dans la société, gagnent de manière écrasante la guerre culturelle, nous ébahissent tous les jours avec leurs multiples créations originales et artistiques...

      Ah on me fait signe que non...

      Supprimer
  26. @ Corto,

    Eh bé dis donc, le moins qu'on puisse dire est que l’électroencéphalogramme n'est pas plat sur ton blog.

    Ca fuse dans tous les sens. Cela dit, il y a toujours la même thématique qui revient (immigration, islam, Europe, etc).

    Mais ce qui me frappe, ce n'est pas cela: la plupart des commentateurs qui sont intervenus montrent une grande méconnaissance de nos institutions et n'ont pas conscience du véritable tour de force que représente la vie d'une grande démocratie comme la France, qui n'est ni petite, ni faible, ni simple.

    En fait, ce qui me frappe c'est le simplisme intellectuel, d'une part, et d'autre part, le fait que les commentateurs souvent les plus déterminés dans ce qu'ils pensent sont absolument convaincus qu'il ne suffit que d'avoir des convictions pour que ça marche.

    Je fais la navette entre les blog politiques de droite et de gauche depuis plus de 10 piges maintenant et je peux te dire que c'est exactement la même chose en face.

    Dans le fond, si je te suis bien, ce que tu proposes, c'est la DRM= discipline, rigueur et méthode.

    T'as à peine terminé ton exposé que dans ton propre public, la moitié au moins t'a perdu en cours de route. L'Amiral Woland, sur son blog, a fait un papier critique, relayé par Skandal. Le problème est que son analyse a amputé la moitié de la tienne: il te reproche de tenir le discours du "tu proposekoua?". Mais le membre de phrase "qui tienne la route" est passé à la trappe.

    Or, les deux sont inséparables dans ton raisonnement. Des gens qui proposent, on en trouve. Des gens qui proposent des trucs qui tiennent la route, on en cherche. Il n'y en a pas tant que ça. C'est le problème.

    Le résultat des courses: en 80 com, environ, tu te retrouves avec un internautes qui te propose, sans ciller:" Moi je propose un État fédéral réunissant tous les Européens biologiques vivant sur les deux rives de l'Atlantique Nord." ce qui, à ce stade des discussions, représente à peu près le mieux de ce qu'on pouvait obtenir en matière d'idée farfelue et autocontradictrice, et le même pourra te dire, par exemple, que l'OTAN est une hérésie qui porte atteinte à la souveraineté de la France, thème classique à droite comme à gauche du reste.

    Oui, car il faut s'attendre aux types qui disent tout et le contraire.

    Bref, t'es confronté à la difficulté du réel. Va falloir que ça décante. Pour l'instant, le jus est trouble.

    Bon courage.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @tsok: Voila un commentaire qui me plait ! sauf que le réel ça fait a peu près 40 piges que j y suis confronté et autant d année pour l avoir affronté. Et c'est bien ça qui me fait dire que l on peut avoir toutes les belles idées du monde pour que la réaction triomphe, tant que l on ne garde pas les deux pieds a terre, ça ne fonctionnera pas. On peut m inventer toutes les belles théories ou me pondre de belles idées genre "l'état fédéral machin chose" , réac ou pas réac, si c'est déconnecté du réel ç 'est pipeau 100%. Les réacs façon Woland ont certes leur charme et ne sont pas pour me déplaire quand ils parlent de catapulte mais avant que l un deux appuie sur le bouton pour balancer de l autre coté de la méditerranée l'ennemi désigné, des millions d'autres ont d autres occupations bien plus légitimes, ancrées dans le réel: bouffer... pour faire simple. Et c'est là que tu t aperçois qu ils n'ont rien de concret a proposer.

      Supprimer
  27. En tant que que militant UMP et chef d'entreprise, j'attends du prochain gouvernement de mon bord qu'il ouvre les commandes publiques à ma société afin que je profite aussi de la manne public comme Lavrilleux, Copé, Peletier, Morano, Millot qui ont tous montés des boites de com ou de consulting. On ne veut pas autre chose que de siphonner le fric là où il est. Et pour réaliser ce projet, il n'y a que Nicolas pour nous soutenir.

    RépondreSupprimer
  28. En somme, la conclusion d'une grosse décennie de blogging réac/natio/contestataire, soit d'une dizaine d'années de luttes diverses à de nombreux niveaux, de dizaines de milliers de textes érudits et de débats enfiévrés, de centaines de livres courageux et de conférences désespérées ainsi que de dizaines de manifestations qui se terminent en GAV, c'est qu'il faut bon gré mal gré se réjouir du retour de Sarkozy.

    Parce que ce serait soit-disant la seule chose qui "tiendrait la route". Ce serait ça, le réel.

    Nous méritons définitivement ce qui nous arrive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hélas tendance à en arriver à la même conclusion.

      Supprimer
    2. J'aurais tendance à croire que la solution passe par la suppression des partis politiques, et le retour à une vision organique de la société.

      Supprimer
  29. Si la personnalité d'un candidat fait partie de mes critères, je vote avant tout pour son programme.
    JE SAIS CE QUE JE VEUX ! Tout simplement : que les réformes et points forts annoncés soient rapidement mis en œuvre et non pas rognés à la marge ou compensés (lâchement...) par de lourdes concessions qui en annulent les effets.

    Le référendum serait en effet une bonne solution pour éviter les blocages-réflexes dans lesquels nos partenaires sociaux excellent, avec ou sans dialogue social

    RépondreSupprimer
  30. Mouais... Elle est un peu fatigante, la rhétorique faux-cul des frontistes qui consiste à dire que Sarko et Hollande, c'est pareil. C'était le discours de Marine Le Pen entre les deux tours de l'élection présidentielle: par calcul, elle choisissait délibérément d'envoyer Hollande à l'Élysée. Personnellement, c'est un choix que je n'ai pas fait. Il m'arrive d'être cynique, mais pas à ce point.

    Je suis toujours surpris de voir combien Sarkozy est détesté à gauche ainsi que dans une partie de la droite. Sarkozy ne serait pas à droite. Mais qui l'est? Et qui décide de ce qu'est la droite? En dehors du petit cercle restreint de la réacosphère, il y a en réalité plein de gens qui se disent sincèrement de droite et qui seraient prêts à voter pour Sarkozy. Ça ne m'empêchera pas de dormir mais vous pouvez bien sûr désespérer, si vous voulez. On se sent tellement mieux lorsqu'on méprise les autres.

    Alors, que faire? Lénine s'était posé la même question en 1902. Il n'y a pas à tortiller. Soit on accepte nos institutions et on joue le jeu de la démocratie: on accepte alors de choisir le moins mauvais des candidats. Soit on fait un coup d'État.

    Oui, c'est ça. Un putain de coup d'État. Comme Lénine en 1917. Un coup d'État, bordel! Y'a des volontaires? Personne? Vraiment? Bah alors?

    Bon... Je crois que je vais continuer à cultiver mon jardin, élever mes mômes et, accessoirement, écrire des billets par-dessus la jambe, faire le bouffon, et tant pis si j'échoue toujours.

    RépondreSupprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Vivre en Européen