vendredi 29 avril 2016

Et oui, même chez les gauchistes, y en a marre des muzz et de l'Islam


Il y a peu de temps, à la sortie d'une réunion politique, républicaine et citoyenne, et alors que les débats avaient tourné autour de l'immigration sans qu'aucun des intervenants n'ait pris le soin d'appeler un chat, un chat, je disais à un ami: Ils n'ont rien compris, le problème n'est pas tant l'immigration, le problème, c'est l'Islam, les muzz, radicalisés ou pas. Les Français, ceux qui ne sont pas muzz, en ont marre des muzz, de l'Islam et du clientélisme de nos politiques vis à vis de cette " communauté ", c'est aussi simple que cela !

L'ami en question, nul n'est parfait, juppéiste convaincu et donc adepte du Vivre-ensemble, se gratta la tête un instant et me dit le plus sérieusement possible: tu as fort probablement raison.

Et ce matin, ce sondage relayé par le Figaro avec les même questions que celles posées régulièrement par l'IFOP depuis 1989:

- En 1989, 33% des Français étaient favorables à la construction de mosquées, 20% en 2010, ils ne sont plus que 13% aujourd'hui (-20 vs 1989).

- En 1989, 31% des Français étaient opposés " au port du voile ou du foulard dans la rue pour les musulmanes qui le souhaitent ", 59% en 2010,  ils sont aujourd'hui 63% (x2 vs 1989).

- La présence d'une communauté musulmane, une menace ? Oui pour 47% des Français (+5). Seulement, a-t-on envie de dire... 

- L'influence et la visibilité de l'Islam est-elle trop importante ?: Oui à 63% ( + 8 vs 2010 ). 

- Les personnes d'origine musulmane bien intégrées dans la société ? Non pour 68% des Français. 

- Et pour quoi donc mal intégrées ?: De par leur propre refus à s'intégrer pour 67% des Français ( +6%), à cause de différences culturelles trop importantes pour 45% des Français ( ben oui, quoi, y a des Français qui ont encore de la .... dans les yeux ). A cause du racisme ou du manque d'ouvertures des Français ? Oui, pour seulement 14% des Français. 

Mais ce qu'il y a de plus caustique, voire d'amusant, dans ce sondage, c'est que les progressions constatées pour ce désamour sont essentiellement dues aux personnes de sensibilité socialiste. 

Ainsi, en 2010, 39% des électeurs PS pensaient que la place de l'Islam étaient trop importante, ils sont aujourd'hui 52% à le penser (+13 !). L'élection éventuelle d'un maire musulman choquait 18% des sympathisants socialistes en 2010, elle en irriterait 28% en 2016. 

Vous me direz, ouais, mais attention, les attentats, Daesh, les migrants, toussa, ... Ben même pas si j'en crois le gars de l'Ifop: " La dégradation de l'image de l'islam en France n'a pas été dopée par les attentats même si ces événements l'ont confortée. On observe bien un raidissement continu de la société française vis à vis de l'Islam. Ce raidissement était bien installé chez les électeurs de droite et du FN, une nouvelle étape s'ouvre car il atteint largement l'électorat socialiste ". Le phénomène de rejet des muzz et de l'Islam s’inscrit donc dans la durée et il progresse chaque année un peu plus. 

Et oui, y en a marre de l'Islam, de plus en plus, et ça ne date pas d'hier. Le problème, c'est qu'ils sont, selon les sources, entre 4 et 7 millions à être de culture musulmane en France. 2 500 mosquées répertoriées ! Le clash, le gros clash, le gros, gros clash est donc à redouter entre cette " communauté " et les Français car rien, à court ou moyen terme, laisse penser que ces courbes puissent s'inverser, bien au contraire. Aux politiques d'arrêter les conneries et de prendre leurs responsabilités ! Faute de quoi, ça va forcément swinguer violent à un moment ou un autre. Est-ce ce que nous voulons ?

Folie passagère 3159.
mosquée
D'accord, pas d'accord: atoilhonneur@yahoo.fr

61 commentaires:

  1. Encore un effort et l'interdiction de l'Islam fera partie du programme du futur candidat PS. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @pangloss: là, il ne s'agirait pas d un petit effort mais bien d une révolution copernicienne

      Supprimer
  2. Je me demande, mon cher Corto, si l'hostilité envers l'Islam n'a pas toujours été bien répartie chez tous les Français, sauf que certains osaient l'exprimer et les autres, pas. Alors qu'aujourd'hui, tous ceux qui ressentent cette hostilité osent l'exprimer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @marianne " n'a pas toujours été " ... je ne crois pas. Pendant longtemps, les musulmans ont été plutôt bien acceptés ou disons qu ils ne posaient pas problème. Les immigrés globalement oui mais pas spécifiquement les muzz. Et puis petit à petit, à partir de la fin des années 90, de la fin du service national, de la multiplication des quartiers sensibles, oui, le sentiment a alors été plus largement répandu même si tu.
      Aujourd'hui, ils sont des millions, ont une natalité supérieure à celle des de souche, tec... alors, comme la dit un jour Hortefeux: quand il y en a un... le malaise s'est installé et a germé progressivement mais surement ( la polémique sur le voile et les signes ostentatoires, merah, etc... ) et les langues aujourd'hui se délient aidés en cela par le comportement d une partie de la communauté muzz après les attentats

      Supprimer
    2. je viens de découvrir ce blog avec son ptit drapeau pas Français mais au couleurs du LGBT ce qui vous prémuni certainement des posts vous qualifiants d'intolérants certainement? "Et oui, même chez les gauchistes, y en a marre des muzz et de l'Islam" c'est quoi ce titre???" y a pas plus fourbe,faschistes, destructeurs, nombriliste.... que les gauchistes!!! après ça vient nous dire que ça en a marre des "muzz"?? et que nos enfants disparaissent chaque jour pour alimenter les réseaux pédophiles ça, ça leur passe à 4000. allez j'étais juste passé comme ça. bonne continuation à tous et surtout ne soyez pas révoltés contre le 3 ième passage en force de vos amis...

      Supprimer
  3. L'islam sunnite intégriste mène une offensive mondiale mondiale, y inclus contre l'islam chiite , et sur laquelle les gauchistes s'obstinent à fermer les yeux, ce n'est pas un problème propre à la France - sinon, la question serait réglée depuis longtemps.
    C'est le cas de toute religion intégriste, mais, voilà, l'intégrisme est aujourd'hui stable et marginal dans les autres religions (sauf peut-être l'hindouisme, mais ses fidèles sont cantonnés en Inde.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Elie Arié: sunnites, chiite, la grande majorité des Français, gauchistes ou pas, ne voient pas la différence, ils voient des muzz. Point.

      Je ne comprends pas bien ce que tu as voulu dire: " sinon, la question serait réglée depuis longtemps."

      Supprimer
    2. Ce serait trop long à développer...En gros, si le phénomène était purement français:

      - pas ou peu d'attentats ( pas de structure logistique à l'étranger pour les organiser, pour former les terroristes, pour remplacer ceux qui se sont fait exploser, etc.),

      - pas de montée en puissance du salafisme qui est un produit d'importation, via les imams de cette tendance venus d'un peu partout,

      -pas de difficulté à faire respecter les lois laïques, et à résister à un mouvement de grignotage quotidien dans les hôpitaux, les entreprises, les cantines, les piscines, la rue, etc.,et d'encadrement de certains quartiers, qui est un mouvement organisé et qui n'existait pas il y a 30 ans, époque où l'islam ne posait pas de problèmes en France, où on ne voyait aucune burqa et très peu de femmes en foulard ou de barbus en djellaba.

      Supprimer
    3. Il y 30 ans, dites vous!
      Je ne sais pas où vous vivez mais il y a déjà 30 ans où dans certaines cités l' islam donc ses adeptes étendait ses tentacules comme dans le 93 ou le 92, certes pas Neuilly mais Gennevilliers où je rendis visite à mon frère.
      Dans certaines écoles, il y avait des pièces où les mères pouvaient retirer leurs masques pour prendre leurs enfants dans les écoles.
      Des musulmans demandaient des pièces pour prier au sein d'administration.
      Il y a 30 ans un collègue musulman exigea que je mon jambon-beurre hors de sa vue.
      En ce temps là, j'ai pu le renvoyer dans orties, maintenant je serais ostracisé.
      Il n'y a pas d'islam radical, tous les musulmans lisent le même coran.

      Supprimer
  4. Arrêtes de rêver Pangloss, ils ("sots si à l'eau") vont prendre comme base fondamentale de leur prochaine campagne électorale le très classique "vivre ensemble". Cà plus l'habituelle discours culpabilisant pour ceux qui ne veulent plus d'islam. Donc islamophobes... Socialiphobes, nègrophobes, homophobes, intolérantophobes, etc... Je penche plutôt du coté des connarophobes. Hein , C'est mieux; çà permet d'englober toutes mes phobies... Bientôt mûr pour le procès multi-chefs-d'inculpation... Merci pour ces statistiques Corto. On voit bien qu'une partie de l'opinion publique change, il n'y a que les co.., pardon, les socialos qui s'en rendent pas compte. Glop !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @leo: bien sur qu ils nous rejoueront un coup de flute avec le vivre ensemble mais je crrois que ça ne fonctionnera pas

      Supprimer
  5. Corto:merci ,une fois de plus,d'avoir décortiqué tous les chiffres,je m'étais contenté des résumés. ..Complètement en phase avec ton billet,et sa fin: à force de faire du clientélisme, la majeure partie de nos politi/ciens/cards ont ouvert la boite de Pandore,et ne savent plus comment désamorcer une bombe qui ,de plus en plus, menace de leur péter à la figure...
    Et un merci aussi aux "intellectuels" qui ont collaboré, souvent contre le bloc des médias,à déciller bon nombre d'électeurs de gauche qui osent maintenant avouer leurs appréhensions face à l'islamisation de ce Pays en ne craignant plus d'être immédiatement catalogués de fascistes...
    Certains responsables semblent se rendre compte actuellement du désastre,ne serait ce qu'en prenant connaissance de ce qui se passe en Hongrie,en Autriche,voire en Allemagne...
    Mais ces imbéciles ont lancé un train qu'ils ne savent plus comment arrêter. ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @gridou: Pour ce qui est des intellectuels, je crois tout de même que les Finkie, Onfray, Zemmour, pour ne parler que des plus connus ont tout de même fait du bon boulot dernièrement

      Supprimer
    2. C'est exactement ce que je te disais...

      Supprimer
  6. Les lignes commencent à bouger et c'est tant mieux...
    Mais faites confiance à ceux qui nous gouvernent, et à ceux qui aspirent à le faire, pour analyser cette défiance en lui donnant le nom de racisme. Au lieu de prendre en compte cette légitime répulsion de l'islam et d'y répondre, ils durciront encore les lois anti-racistes et introduiront par ce biais le délit de blasphème...ce qui, à mon avis, ne fera que créer du vrai racisme...ou comment favoriser de façon magistrale ce qu'ils sont censés combattre.
    Quand certains disent que la peur nait de l'ignorance, en ce qui concerne l'islam, c'est tout le contraire. Il faudrait que cette connaissance progresse beaucoup pour que les éveillés soient enfin plus nombreux que les bisounours qui croit bêtement ce qu'on leur surine dans le poste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @nana: ce que tu dessines est fort possible mais ça ne suffira pas. On n eteint pas le racisme en le rendant illégal, bien au contraire. Le pb est bien plus grave que du simple racisme, nous sommes à l'aune, bien entamée tout de même, d'une guerre de civilisation et de religion

      Supprimer
  7. Une élue locale PS vient de sortir un livre "Silence coupable". Sapir en fait la critique : http://russeurope.hypotheses.org/4909
    Mais ce n'est pas gagné avec nos média. Ce matin, RTL fait les louanges du prochain maire de Londres : La seule info ? Il est musulman.
    M'étonnerait pas que le journaleux avait lu le sondage et devait ... réagir.
    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Amike: j ai vu cette info d un maire possiblement musulman à Londres: Du pain béni pour le FN, l'UPIK et tous ceux qui en ont ras le bol de l Islam

      Sur TF1 et France 2, rien sur ce sondage, sur Itélé et BFM, ils en ont parlé, un tout petit peu.

      Supprimer
  8. C'est de plus en plus flagrant et plus les médias nous bassinent matin midi et soir de l'islam et encore de l'islam que de plus en plus de Français, saturés, vont avoir une attitude de rejet alors que je maintiens qu'ils ne sont pas racistes. Ces sujets du vivre ensemble étaient abordés par le FN. Donc c'était mal. Quand Sarkosy a fait son discours de Grenoble (je crois), la gauche bien-pensante lui est tombée dessus. Et voilà que Valls voudrait parler d'identité alors qu'il y a peu c'était un gros mot. Les temps changent et il y aura tôt ou tard un effet boomerang.
    Pourtant,je me souviens qu'il n'y avait pas de problème autrefois avec les musulmans. Mais il est vrai qu'il y en avait nettement moins et j'avais l'impression qu'ils souhaitaient s'intégrer voire s'assimiler. Le problème c'est la jeune génération, née en France qui manque de repère. Merci à Jacques Chirac qui a supprimé le Service National et aussi à Giscard qui a mis en place le regroupement familial. Et ce ne sont pas des personnes de droite !
    L'avenir est inquiétant car on a laissé croire que nous étions responsables de tout concernant ces populations: colonialisme, esclavage, culture trop judeo-chrétienne...
    Conclusion, il faut absolument parler des vrais problèmes mais que ne ferait-on pas pour gagner des voix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me corrige: je voulais dire que les personnes qui ont permis le regroupement familial etc, "étaient (soi -disant) de droite".

      Supprimer
    2. @IDEL: Si par autrefois tu sous entends ce temps pas si éloigné d'avant, en gros, les années 2000 alors oui, il me semble qu il n y avait pas de pb et puis le travail de sape, d'antiracisme, d'égalitarisme, de clientélisme mené par la gauche, le tout accompagné de la crise économique a donné exactement le contraire de ce vivre ensemble qu'elle prônait. Nombreux sont ceux qui avaient vu venir le truc, dont Sarko sans doute maladroitement, mais dès qu ils l ouvraient, c'était la branlée médiatique.

      Supprimer
  9. Bonsoir Corto

    Vu en début d'après-midi du train en sortant de Montparnasse sur la gauche, une bonne centaine (sinon plus) de personnes visiblement en train de faire la prière. Très surpris car c'est la première fois que je constatais cette chose à cet endroit et à cette heure (14h20).
    J'ai bien peur que tu aies raison et que le couvercle de la marmite n'explose bientôt.

    Bonne soirée malgré la Socialie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @H: Effectivement, je n ai jamais vu ni entendu parler de ça sur Montparnasse.
      La marmite va exploser, je ne vois pas comment il pourrait en etre autrement sauf a, de manière sournoise ou répressive, étouffer la contestation

      Supprimer
  10. Je n'ai jamais bien compris cette religion. Je la trouve avilissante et dégradante pour l'homme.
    Prier en regardant le fessier de celui qui précède, dans une position qui intéresserait un proctologue, choisir la lune comme emblème, un astre mort, froid, où rien ne vit, qu'on n'aperçoit le plus souvent la nuit, mépriser les femmes, ne pas manger du porc sous prétexte qu'un chamelier pédophile l'a interdit, tout ça me laisse dubitatif...
    Dans tous les pays où j'ai traîné mes galoches, il y avait parfois des mosquées. Et ce que j'ai remarqué, le point commun de ces pratiquants en sortant de leur dévotions, c'est de faire la gueule!! Pas un sourire, pas de joie, on se demande pourquoi ils y retournent...
    Regardez les chrétiens, les juifs, les bouddhistes, le sourire au lèvres quand ils ont terminé leurs prières et nous, en pensant à la suite, l'apéro et le gigot du dimanche!!
    Non et non! la France est une terre chrétienne et restera ainsi!
    Merde aux calculs politiciens !
    Par ailleurs, dites moi pourquoi dans les années 80/90 des boats people sont arrivés en France chargés de migrants qui, sitôt arrivés se sont intégrés, mis au boulot et ne nous ont jamais emmerdés avec leur religion et leur accoutrement. Et leur gamins sont souvent en tête du classement à l'école.
    Mais pas les muzz, qui eux représentent 60% des détenus en France, et qui depuis 25 ans sont les responsables des attentats chez nous...
    Bon, désolé, je me suis énervé, mais avouez qu'il y a de quoi!
    Cordialement à tous et toutes
    JDx

    RépondreSupprimer
  11. Pourquoi dire "muzz" ? Je me suis toujours méfie des petits pseudonymes sympas. Ce sont des musulmans ou des mahométans et pour la plupart d'entre eux nous ne sommes que des mécréants (a moins qu'ils nous appellent les "mecri").

    La guerre civile se profile, dans moins de 5 ans, si personne n'a le courage de prendre le problème a corps. L'incompatibilité est totale et insurmontable.

    Le Zèbre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouaip, l'islam n'est pas une religion. Ou alors de façon très anecdotique. En fait, c'est une façon de vivre, un code "moral", un code civil, une politique de gouvernance, et un slogan de conquête... Le reste, c'est de la couillonade. Et cela fonctionne bien, en particulier dans les pays où "nos frères musulmans" sont extra-majoritaires : royaumes du golf, Iran, Indonésie, etc... Dans ces pays, il n'y a pas de bordel, tout fonctionne bien. En URSS du temps de Staline aussi, pas de bordel, çà fonctionnait bien. Il n'y a que dans les pays démocratiques ou pseudo-démocratiques (comme le notre) que ça fonctionne pas. Pourquoi ? Parce que l'islam, c'est comme le socialisme (marxisme, léninisme, strotkysme, gauchisme, communisme, verdurisme, etc...), ce n'est pas soluble dans la démocratie. Donc, le choix de société est simple : démocratie (la vraie, pas celle d'aujourd'hui) ou totalitarisme. Ce dernier est bien placé pour l'emporter... Ainsi vont les Français, de façon grégaire...

      Allez, une petite devinette : "quelle est la différence entre un écolo et une pastèque ?" J'attends vos réponses... Glop !

      Supprimer
    2. "Ouaip, l'islam n'est pas une religion"

      Prem's !

      http://www.marianne.net/elie-pense/islam-n-est-pas-religion-100240674.html

      Supprimer
    3. Aucune, vert à l' extérieur,rouge à l' intérieur.

      Supprimer
    4. @Le zebre: qui a dit que muzz était un diminutif sympa, en tout cas, certainement pas moi :)
      Comme toi, je pense que si rien n est fait ( j ai bien quelques solutions mais elles ne seraient pas politiquement correct ) ça va péter grave.

      @Léo: ce n'est pas soluble dans la démocratie, nous sommes d'accord, sauf que notre système démocratique, l'idéologie gauchiste et le clientélisme électoral, pour faire simple, ont permis à l Islam d en être là où il en est en France ( idem en UK, en Belgique,...)

      Supprimer
    5. Ouaip grandpas, gagné ! Un peu vert foncé à l'extérieur, très très rouge à l'intérieur. Bon, c'était fastoch !

      Supprimer
  12. Il est urgent d'avoir une loi de séparation de la mosquée et de l'état.
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Homo Orcus: il me semble que cette loi existe déjà depuis 1905, le pb, c'est qu a l'époque on n avait pas pensé à prendre en compte dans celle-ci l'Islam et les muzz. Enfin , je crois, l'ennemi de la République, c'était le catho en ce temps là

      Supprimer
  13. Comme dit Idel, trop de repentance sans remettre dans le contexte. Mais le but de cette repentance n'est il pas simplement de nous culpabiliser? de nous donner le sentiment que nous sommes redevables à ceux que nous aurions autrefois spoliés et asservis? Pourquoi, sinon pour nous faire accepter de meilleur gré plus encore d'immigrés?
    Le problème, c'est qu'à force de nous donner le rôle des salauds, les plus abrutis finissent par le croire. "Les koufars sont des ordures,ils le disent eux même", pensent nombre de musulmans. De là à pousser le raisonnement plus loin et ne pas se gratter pour zigouiller le premier qui passe le jour oû la police sera débordée, il n'y a qu'un pas.
    Alfred

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alfred: nous donner le rôle du salaud, certes mais aussi le clientélisme électoral : quand un Hollande va faire le guignol en Algérie ( deux fois avant 2012 et au moins deux fois depuis) et exprimer les regrets de la France pour la colonisation etc.,, c'est aussi pour " séduire les algériens de France. Tiens, pourquoi crois-tu que Alain Juppé s'est tapé deux fois lui aussi le voyage en un an ?

      Supprimer
  14. "La présence d'une communauté musulmane, une menace ? Oui pour 47% des Français (+5). Seulement, a-t-on envie de dire... "

    Si on me téléphone pour un sondage sur l'islam, dirais-je vraiment ce que je pense à toutes les questions ? Pas sûr, un vieux reste de la chape de plomb qui s'était abattue sur la France depuis 1981 et qui n'a pas encore disparue.
    Les tribunaux de la bien pensance veillent, au propre comme au figuré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Gilly: c'est hélas le cas de tous les sondages, les plus drôles dans leur résultats sont ceux concernant la sexualité. La marge d erreur est généralement d au moins 3%.

      Supprimer
  15. Oui, il y a une prise de conscience à gauche, mais elle est bien trop lente et le temps joue en faveur des envahisseurs.
    Lorsque les attardés de la gauche et autres dhimmis auront enfin réalisé le danger, nous ne serons plus qu'une minorité noyée dans une mer islamiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Blaise: je ne suis pas aussi pessimiste que toi. D'une part parce que je crois que les Français non muzz ne se laisseront pas faire et d'autre part parce que une bonne partie de la tension existante, de plus en plus palpable pourrait être résorbée avec un retour de la croissance et une réduction très importante du chômage

      Supprimer
  16. Ça fait des années que je bous intérieurement à chaque fois que dans un débat on évoque la France, "terre d'immigration" et que l'on nous explique que les Italiens, Espagnols, Portugais, Polonais... etc, se sont très bien intégrés et ont enrichi la France. Oui, effectivement, mais ces immigrés-là étaient de culture chrétienne, et ça change nettement la donne. Refuser de voir que les musulmans, en raison de leur religion politique, ne s'intégreront pas de la même manière, c'est porter des œillères. Et hélas, ce ne sont pas les décideurs qui en paient les frais. Merci pour ces chiffres qui apportent de la clarté. Bien à vous. Vmh

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @VMH: Entièrement d accord. Le probleme de l integration des polacks, des italiens, portugais etc ne s'est en fait jamais posé véritablement, ils étaient assimilables parce que de même culture. Il ya bien eu, au début, du racisme vis à vis d'eux parce que à chaque fois, ily avait en même temps crise économique, les Français les voyaient donc comme des gens venant leur piquer leur pain et leur boulot. Avec les muzz, en ce moment, il y a certes la crise mais il y a surtout une incompatibilité culturelle et idéologico-religuieuse

      Supprimer
  17. Cette semaine j'ai rencontré un ex-voisin par hasard avec sa petite fille de 8 ans , j'ai demandé ce qui lui ferait plaisir pour son futur mariage à sa petite fille , devant son air étonné je lui ai fait remarqué que si on ne faisait rien ,à 12 ans elle est bonne à marier , à voir sa tête je pense avoir fait mouche , un gaucho de première bourre .

    RépondreSupprimer
  18. Comment éviter de partir dans un racisme primaire envers une religion quand le monde s'écroule ? Les musulmans ne sont pas la cause , pas plus que les autres religions . C'est la misère qui engendre la violence dont se servent les mafias de tous poils .
    Je suis viscéralement athée mais prête à défendre le fait de pouvoir pratiquer sa religion en France dans les endroits dédiés comme le prévoit la loi .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'Islam est une religion pas une race, il n'y a donc pas de racisme.
      L' islam est un dogme qui réduit la moitié d'une population comme personnes de seconde zone, les femmes, je n'évoque même pas les autres croyants qui n'ont pas les mêmes droits et vous en tant athée, vous n'existeriez pas.
      Les chrétiens d'orient qui pourtant vivaient depuis des siècles en cette région furent massacrés par leurs voisins.
      Êtes vous toujours prête à défendre les adeptes de ce dogme.

      Supprimer
    2. C'est la misère qui pousse les princes saoudiens et autres qataris à couper les têtes à tire-larigot ?

      Supprimer
    3. @Marianne68: qui parle de racisme, la religion n'est pas une race que je sache. Le pb n'est pas de pouvoir pratiquer ou pas sa religion et que je sache tout le monde en France peut pratiquer la sienne, globalement tranquillement.
      Le pb est l'Islam qui contrairement a ce que prétendent les " progressistes " et autres humanistes bisounours est selon moi incompatible avec la culture française, incompatible avec la République et ses principes, incompatibles avec nos mœurs et traditions, incompatible même avec l'esprits des " Lumières "
      Après, que la crise economique accroisse les tensions, je veux bien le croire.

      Supprimer
  19. @ Marianne
    L'islam n'est pas une religion, c'est une dictature politique qui régit l'intégralité de la vie publique et ne tolère aucune liberté de conscience. Se proclamer "viscéralement athée" en terre d'islam est puni de mort.
    Vous savez ce qui vous attend...

    RépondreSupprimer
  20. "Je suis viscéralement athée mais prête à défendre le fait de pouvoir pratiquer sa religion en France dans les endroits dédiés comme le prévoit la loi ."

    Tout à fait d'accord.

    Le problème c'est que d'une logique d'assimilation, nous sommes passés à l'intégration, puis au vivre ensemble pour voir maintenant se développer un "vivre à côté" à sens unique. Au nom du vivre ensemble nous laissons des gens afficher clairement par leur tenue et leur comportement leurs convictions religieuses et d'organisation de la société en dehors des lieux dédiés.

    Et en plus on nous explique à longueur de discours politiques et de médias que c'est un "enrichissement" cette si "belle civilisation" !

    Je me demande comment réagiraient les pouvoirs publics si certains d'entre nous se mettaient à porter le manteau blanc avec la croix templière dans la rue ! Quant aux pays musulmans, je sais comment ils réagiraient !

    Le jour où on a permis que l'Europe renie son héritage chrétien on a fait un très grand pas en avant vers un gouffre athéo-relativiste qui tolère tout et n'importe quoi alors que l'"athéo-christianisme" en vigueur donnait un socle philosophique à nos sociétés.

    Bon je vous quitte, il faut que j'aille mettre ma djellaba pour faire mes courses :-)

    Droopyx



    RépondreSupprimer
  21. Corto:je te suis entièrement.
    Mais pense qu'outre le problème fondamental d'une religion qui interfère intrinsèquement avec la vie de la cité, outre le problème de la crise économique, se pose ,aussi,une forme de décadence de la civilisation occidentale... (si tant est qu'elle existe...)
    Très franchement,j'ai souvent honte du modèle que nous offrons aux enfants du monde...Un modèle où la consommation (du tout et du n'importe quoi..) règne en maître. ..Ou le seul idéal est de dépasser son voisin,d'être "performant"...sans trop se soucier des laissés pour compte,qui ne sont pas forcément des gens satisfaits ,tant s'en faut,d'être des assistés. .
    Alors dans des quartiers où sévi le chomage et où les adolescents de la troisième génération d'immigrés du Maghreb sont ultra majoritaires, je ne m'étonne pas du pouvoir extraordinairement pervers des leaders salafistes de tous poils, que nos gouvernants n'arrivent pas à juguler, par lâcheté et clientélisme. ..

    RépondreSupprimer
  22. Bon, essayons d'être plus précis...et d’aller un peu plus loin, pour voir ce qu’il y a au-delà du voile islamique, de la burqa, etc., et même au-delà du statut que l’islam –mais aussi les autres religions, dans un passé plus ou moins lointain et encore présent pour certaines d’entre elles- confère à la femme : seule l’anthropologie permet de dépasser l’anti-islamisme primaire.



    Presque toutes les sociétés ont toujours essayé de réglementer la sexualité des femmes, et la plupart des anthropologues considèrent que l’origine de cette obsession réside dans le fait que l’association « virginité avant le mariage/fidélité après le mariage » constitue une garantie de la paternité non adultérine des enfants, avec les conséquences que cela impliquait sur les transmissions des patrimoines –d’où la tolérance bien plus grande envers la sexualité des hommes (« vierge » a toujours eu une connotation élogieuse, « puceau » une connotation ironique), et une exigence sociale bien plus grande envers la pudeur des femmes qu’envers celle des hommes ; et on peut sans doute établir un parallèle entre la tolérance récente de nos sociétés occidentales envers l’adultère féminin et l’égalité tout aussi récente des droits successoraux des enfants adultérins: mais peut-être faut-il aller plus loin que cette analyse purement marxiste (les « superstructures » des valeurs religieuses déterminées par les « infrastructures » de l’organisation économique) de l'origine des mœurs.

    Remarquons d’abord que la seule virginité vérifiable (mais aussi la seule susceptible de garantir l’origine de la paternité des enfants) est la virginité vaginale, et que les femmes, musulmanes ou pas, ont toujours fait preuve d'assez d'imagination pour contourner cet interdit par d'autres pratiques sexuelles, qui se trouvent ainsi encouragées.

    Notons aussi que si la religion a toujours été l’outil essentiel du contrôle de la sexualité féminine, elle n’en a pas été le seul : dans la société laïque française d’une bonne partie du XXème siècle, l’adultère était jugé comme une faute pénale (jusqu’en 1975), mais l'homme n'était puni que si sa maîtresse habitait au domicile conjugal, et la peine encourue était la prison pour la femme, et une simple amende pour l'homme. A l'époque victorienne, en Grande-Bretagne, dans certaines familles, on enveloppait de housses (faut-il dire de burqas ?) les pieds des meubles (tables, chaises, pianos), assimilés à des "jambes" de femmes qu'il aurait été impudique de laisser nues…

    On peut émettre l’hypothèse que le succès et la pérennisation de ce qui n’était, à son origine, qu’un système de sécurisation du patrimoine familial ne sont dus qu'au fait qu’ils ont rencontré un ressort psychologique profond, tout aussi universel, des hommes et jamais avoué: la hantise de la performance sexuelle peu brillante, ne permettant pas aux femmes d’atteindre l’orgasme.

    Et si l’on considère que le but de toutes les « normes » sexuelles, c’est de nier le droit féminin au plaisir sexuel et à l’orgasme, qui serait l’apanage des hommes, bien de choses s’éclairent.

    L’association « virginité avant le mariage/fidélité après le mariage » constitue une garantie de l’inexpérience sexuelle de la femme, et de son incapacité à faire des comparaisons qui risqueraient d’être peu flatteuses: comment se plaindre de l’absence de ce dont on ignore la possibilité et l’existence? Quelle meilleure garantie, pour les hommes aux performances modestes, que le fait que leur femme s’imaginera que c’est ce qu’on peut faire de mieux ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Presque toutes les sociétés ont toujours essayé de réglementer la sexualité des femmes, et la plupart des anthropologues considèrent que l’origine de cette obsession réside dans le fait que l’association « virginité avant le mariage/fidélité après le mariage » constitue une garantie de la paternité non adultérine des enfants, avec les conséquences que cela impliquait sur les transmissions des patrimoines..."

      Jusqu'à récemment la transmission des patrimoines n'était pas l'obsession de la plupart du bas peuple, pourtant le plus nombreux ! Donc cette théorie ne serait valable que pour une frange réduite (l'élite). De plus, ce qui serait le vrai problème serait plutôt la polygamie masculine, où les plus riches, détenteurs d'un patrimoine, multiplient les mariages, d'autant que les femmes seront attirés par celui qui pourra s'occuper de leur progéniture. La tendance contre la polygamie me semble bien plus importante que la virginité...
      Amike

      Supprimer
  23. (suite)



    Comment expliquer la pratique de l’excision clitoridienne autrement que comme une tentative de supprimer la possibilité et le droit des femmes à l’orgasme, et son acceptation par les mères par leur refus inconscient que leurs filles connaissent ce qui leur a été interdit, ce qui serait perçu comme trop injuste ?

    Comment comprendre autrement la promesse faites aux kamikazes musulmans des « 72 vierges qui les attendent au paradis » (notons, au passage, qu'on a l'air de batifoler davantage dans le paradis coranique que dans le paradis chrétien...), alors que l’homme sûr de lui préfèrerait sans doute des femmes sexuellement expérimentées à des vierges novices ? Et l’absence de promesse équivalente pour les femmes kamikazes ? Et qui ne voit que si, par extraordinaire, l’ islam décidait d’accorder aux femmes l’égalité des droits au plaisir sexuel, ce ne serait pas la promesse de « 72 puceaux » qui serait la plus enthousiasmante ?

    Et l’on touche ici au point faible du « système » : en préférant l’inexpérience sexuelle féminine aux plaisirs plus risqués mais plus riches de l' expérience sexuelle féminine, l’homme ampute aussi sa propre sexualité, préférant la sécurité à l’exploration et l'innovation : plutôt la burqa que le Kama-Soutra.

    Lutter contre les limitations imposées à la sexualité féminine, c’est aussi lutter pour une sexualité masculine moins frileuse: la burqa n'est que la manifestation extrême de la peur que les femmes inspirent aux hommes, et sa disparition traduirait davantage l'émancipation sexuelle de l'homme qui l'impose que celle de la femme qui la subit.

    Par ailleurs, la nature fait bien les choses: tout interdit sur la sexualité se transforme automatiquement en source de sensualité supplémentaire (au point que certains ont pu soutenir que le charme suprême de la sexualité - d'autres diraient de la perversion sexuelle- consiste à braver des interdits). On connaît des tas de romans du début du XXème siècle, où des hommes décrivent l'état de pâmoison dans lequel les avait plongés une cheville entr'aperçue d'une femme lorsqu'elle montait dans un tram... Il y a dans la burqa un côté sensuel un peu cérébral (mais, dans l'espèce humaine, l'érotisme, c'est le cerveau, et rien que le cerveau) de pochette-surprise: que va-t-on découvrir en la retirant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tonton flingueur30 avr. 2016 à 18:38:00

      @ Elie
      tout ceçi est bel et bon Elie, on ne peut qu'adherer en grande partie a vos explications, et le fait est que les religions en général n'ont jamais été très tendre avec les femmes et la sexualité féminine en particulier, je vous rejoins sur ce point donc, cependant, en plus de la religion il faut aussi ajouter comme facteur aggravant ou plus permissif selon les cas , la culture dans laquelle baigne la société ( vous me direz que la religion fait partie de la culture ...) et il faut bien avouer que les cultures occidentales et meme asiatiques, a quelques époques que ce soient n'ont jamais, jamais atteint le degré d'asservissement des femmes tel que l'on peut le rencontrer dans les sociétés arabo musulmanes... et ceçi ne dates pas d'hier, pour exemple les femmes des sociétes celtiques étaient grandement considérées et ce statut étonnait meme les romains , pour qui la femme n'était qu'une mineure a vie, au japon des femmes pouvaient atteindre le statut de samourai, au moyen age que l'on se plait a dépeindre comme " obscur", rien de plus faux d'ailleurs, la mixité était tout a fait normale au point que des bains publiques mixtes étaient courant, et le fameux " amour courtois " a vue le jour en occident, pas ailleurs... il suffit de comparer les vetements feminins au long des siècles en occident et en orient pour juger de la différence... les décolletés vertigineux des femmes du moyen age occidental parlent d'eux memes ;-))) la réputation de grivoiserie et de paillardise du peuple français n'est plus a démontrer ;-) rien de comparable en terre d'orient, sauf bien sur a parler des harems des sultans mais peut on comparer quelques odalisques , esclaves sexuelles (très souvent blanches ...) mises a la disposition des puissants avec la vie courante des femmes orientales ? j'ai dans l'idée que non... , enfin de nos jours il faur quand meme s'interroger sur la schizophrénie galopante de la gauche qui passe son temps a glorifier l'égalité hommes/femmes au point de nous faire des cacas nerveux au moindre " madame LE président " au lieu de madame la présidente, et qui dans le meme temps trouve absolument normale , du moins pas trop genant , la multipication des voiles et autres hidjab, au point que pour certaines " feministes " de gauche ils représentent un nouveau signe d'émancipation féminine... vous avez dit tartuffe? ou électoralisme bien compris... chez moi on commence a voir de plus en plus des fillettes voilées... alors sérieusement il va falloir que la gauche fasse un choix et le plus vite sera le mieux... amicalement.

      Supprimer
    2. Tonton flingueur:je plussoie!

      Supprimer
    3. parlez plutôt des raisons de la disparition des mastodontes.

      Supprimer
  24. Géo

    Et il y a le fait que ces sociétés musulmanes n ont pas su évoluer,tout un monde resté hors des voies d une évolution saine,en retard de plus d un millénaire,figé volontairement dans des dogmes rigides,de par la volonté des dirigeants,des imams,avides d asseoir leur pouvoir sur des masses maintenues dans l inculture et l indigence morale.
    Et le fait de permettre à ces masses de s installer dans une société qui a su progresser et s affranchir de carcans sociaux rigides nous replonge dans des guerres de religion d un autre âge.
    Celles d une époque où des sociétés paganistes violentes s affrontaient au moyen-orient pour imposer leurs croyances.
    Dans un contexte de conditions de vie dure,où les rapines,l esclavage,les châtiments corporels,la guerre entre clans était monnaie courante,
    Notamment dans une péninsule arabe stérile,désertique,où des armées ont péri en essayant de l occuper,de par l hostilité du climat.
    (Benoit-Méchin:Ibn Seoud)
    L islam est né dans ce contexte.
    Allah est né parmi ces idoles païennes où Baal figurait.

    Les politiques sont les vrais coupables de cette situation,encouragés par des cartels outre-atlantique qui ne souhaitent que l asservissement et le nivellement par le bas pour imposer,mine de rien,leur pouvoir.
    L immigration,les religions,sont aussi des armes de guerre,manipulables à volonté avec l argent déversé sur des chefs pseudo-spirituels plus préoccupés de leur domination sur leurs fidèles que de l évolution de ces fidèles.

    Le wahabitisme,par exemple,a été subventionné,nourri par les Anglo-saxons pour asseoir leur mainmise sur le pétrole en déstabilisant les régimes en place.
    Quant à Daech,Al Kaida,pour moi c est la même chose,mais les Apprentis-Sorciers qui les subventionnent profitent de l occasion offerte sans mesurer toujours les conséquences nefastes,à long terme,y compris pour eux.
    Idem pour ces migrations massives.
    Elles sont nuisibles aussi à ceux qui viennent,dans le sens que les sociétés dont ils proviennent restent incapables de faire leur propre évolution,et aucune puissance étrangère ne pourra se substituer à ces sociétés pour la faire à leur place.
    Dans de telles conditions,le Moyen-Orient continuera à dégénérer,restant un lieu de convoitises et d affrontements entre cartels économiques et financiers de différentes grandes puissances voulant accroitre leur emprise,
    Mais l Occident aussi dégénère...
    Finalement,c'est toute l humanité qui rétrograde dans ce jeu international malsain.

    RépondreSupprimer
  25. Chez Monsieur Arie, la masturbation intellectuelle atteint son apogée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne saurait vous faire le même reproche...

      Supprimer
    2. Si pour être dans votre état, je préfère être un bourrin bas du front qu'un idiot prétentieux.

      Supprimer

Les commentaires " anonyme " seront systématiquement rejetés. La modération des commentaires étant activée, leur parution peut prendre quelques temps. Les commentaires hors-sujet ne seront pas validés.

Europe, ton soleil revient